24 août 2018 5 24 /08 /août /2018 23:17

Voici la version française du dernier article d’Akio Matsumura, ancien diplomate japonais auteur du blog Finding the Missing Link.

Article paru sous le titre original « California’s Wildfires and Nuclear Radiation – A Personal Story » le 7 août 2018.

Traduction française : Odile Girard (Fukushima-is-still-news)

Légende illustration : Incendies en Californie dans les environs de Los Angeles. Situation observée le 5 décembre 2017 par le satellite Terra. Crédit image : NASA / GSFC / Rapid Response

 

« Chers amis francophones,

J’espère que mon mail vous trouvera en bonne santé physique et morale.

Quand le gouvernement japonais a annoncé l’an dernier qu’il faudrait au moins quarante ans pour retirer les cœurs irradiés des trois réacteurs dévastés de Fukushima, je me suis penché sur les dangers que pouvaient représenter quarante ans de vent radioactif et d’eau contaminée en provenance de Fukushima pour la vie marine et la population nord-américaine.

Quand on demande à des vulcanologues et des sismologues japonais quelle est la probabilité d’une éruption du Mont Fuji et d’un puissant séisme à Tokyo dans les quarante prochaines années, ils répondent que c’est presque une certitude. Ainsi, malgré les dommages majeurs que cette catastrophe infligerait à la vie humaine, l’environnement et l’économie, les gens préfèrent ne pas y penser parce qu’ils ne peuvent pas se projeter si longtemps à l’avance. Et cela n’est que quarante ans. Les radiations restent dangereuses pendant des milliers d’années. Comment pouvons-nous apprendre à relier des périodes aussi lointaines à notre durée de vie d’humains ?

Je suis heureux de vous présenter “Les incendies en Californie et les radiations nucléaires,” un article de Gregg Lien, avocat à Lake Tahoe, en Californie, spécialisé dans les questions d’environnement et d’utilisation des terres. Je voudrais, pour aller plus loin, présenter l’opinion d’observateurs et d’experts de secteurs variés sur 40 ans d’accumulation de radiations en provenance de Fukushima. J’aimerais entendre leurs suggestions pour savoir quelles mesures prendre dès aujourd’hui pour réduire le fardeau des générations futures.

Avec l’assurance de ma considération,

Akio


 

Les incendies en Californie et les radiations nucléaires

Une histoire personnelle

 

Gregg Lien

 

Gregg Lien est avocat en Californie. Il est spécialisé dans les questions environnementales.

En achetant un détecteur de radiation facilement trouvable dans le commerce juste après la catastrophe de Fukushima en 2011, je n’aurais jamais imaginé quel impact il finirait par avoir sur ma façon de voir le monde. J’ai alors commencé à vérifier régulièrement le niveau de radioactivité autour de chez moi dans les montagnes de la Sierra Nevada en Californie. Les mesures restaient ordinaires et se rangeaient en général entre 30 et 50 coups par minute (cpm). Tout allait bien, c’est du moins ce que je pensais.

Mais au printemps tout a changé, quand je me suis rappelé par hasard que le fait d’utiliser le détecteur sur un filtre à air pouvait détecter la présence de particules “chaudes”. Comme j’avais deux purificateurs d’air avec un filtre HEPA, j’ai pris mon détecteur et je l’ai posé sur l’un des filtres HEPA. Aussitôt le détecteur s’est déchaîné et s’est mis à cliquer tandis que la lumière rouge clignotait à chaque fois qu’il était bombardé par une radiation ionisante. Pensant qu’il y avait quelque chose qui clochait, j’ai essayé à nouveau et j’ai obtenu le même résultat. J’ai essayé ensuite sur l’autre purificateur d’air et j’ai trouvé un résulté encore plus élevé, plus de 800 cpm.

Cela faisait alors à peu près un an que je travaillais avec Akio et il m’avait présenté plusieurs de ses experts en nucléaire par mail. Je les ai donc contactés en leur demandant ce qui pouvait bien provoquer des résultats aussi perturbants. Tous ont admis que c’était des résultats élevés et que le principal suspect était le radon. Le radon est un gaz courant dans cette région et peut être dangereux pour la santé. Je me suis empressé d’acheter des kits pour tester l’air intérieur de la maison et l’eau du puits, je les ai envoyés à analyser et en une semaine j’avais les résultats, tous entièrement négatifs. À ce moment-là, inquiet pour la santé de ma famille, j’ai commencé à tester tout ce que je pouvais trouver pour déterminer la source du problème. Le carrelage, les plans de travail et quelques autres matériaux montraient des résultats supérieurs au niveau ambiant, mais on m’a assuré que cela ne pouvait pas représenter plus de 30 cpm sur le total.

Arès une semaine ou deux, je me suis souvenu que bien des années après la catastrophe de Tchernobyl, les gens qui vivaient là-bas et chauffaient leur maison au bois, comme nous le faisons, émettaient de nouvelles radiations dans l’atmosphère au cours du processus de combustion. Nous avons deux poêles à bois chez nous, un grand dans le salon et un plus petit dans la chambre parentale. Craignant que les particules fines des cendres n’endommagent mon détecteur, j’ai mis des feuilles d’essuie-tout sur la cendre sous le poêle de la chambre et j’ai mis le détecteur en route. Il a immédiatement enregistré des mesures nettement plus élevées que les niveaux ambiants. Même chose dans le salon. Même chose chez un voisin. La source était apparemment le bois de chauffage, coupé principalement sur mes propres terres. La plupart de mes voisins chauffent également au bois, au moins en chauffage d’appoint. La fumée émanant du bois, j’en était tout à fait conscient, est composée de particules extrêmement petites qui peuvent être facilement inhalées et absorbées par l’organisme.

Les implications de cette découverte étaient inquiétantes : l’air que nous respirions contenait des particules radioactives, et ce dans des quantités importantes. Ces particules s’étaient, depuis des années, apparemment bioaccumulées dans les bois entourant ma maison et, en brûlant, se remettaient en suspension.

J’ai aussitôt commencé à surveiller mon air intérieur régulièrement et j’ai vérifié les filtres HEPA aussi souvent que possible, en général toutes les heures quand j’étais à la maison. Comme le niveau de radiation était bien moins élevé quand il n’y avait pas de fumée de bois à l’intérieur, j’ai décidé de mettre un des filtres à air dehors et de laisser l’autre à l’intérieur. J’ai sorti un bloc-notes tout neuf et j’ai commencé un protocole selon lequel j’allais lire le résultat sur chaque filtre, prendre une photo du résultat inscrit sur mon détecteur de radiation avec mon smartphone, et écrire les résultats. Il est rapidement apparu qu’il n’y avait pas grande différence entre les relevés intérieurs et extérieurs.

Ce que je ne savais pas à ce moment-là, c’est s’il s’agissait d’un problème localisé ou si le problème était plus répandu. À l’approche de la saison des incendies, j’ai abandonné l’histoire des deux relevés et je me suis concentré sur les relevés extérieurs, en les enregistrant et en prenant une photo du ciel quand il y avait de la fumée ou des nuages. Sachant que des incendies risquaient de se produire dans les mois à venir, je voulais être capable de voir si la fumée émanant des incendies entraînerait les mêmes niveaux de particules radioactives que ceux que j’avais trouvés à l’intérieur de la maison.

Je n’aurais jamais pu soupçonner que les feux de forêt en Californie prendraient l’ampleur qu’ils ont prise cette année. Nous vivons dans une région vulnérable aux incendies et nous prenons la chose très au sérieux. En 2014, nous avions été évacués après qu’un incendie encouragé par des vents violents s’était approché à moins de 800 mètres de chez nous et nous n’avions dû notre salut qu’à l’attaque aérienne massive de quasiment toute une flotte d’avions-citernes lâchant de l’eau et des produits ignifugeants. Nous en sommes restés très marqués. Mon beau-fils est depuis devenu pompier et vient juste de rentrer après avoir été déployé sur plusieurs incendies ; il retournera sur le front, une fois qu’il aura soigné sa blessure et obtenu le feu vert de son médecin.

Le nombre de propriétés détruites et de victimes illustre toute l’horreur des incendies de cette année. Mais ce qui me perturbe le plus, c’est ce que j’ai enregistré dans mes journaux de bord, les photos et les mesures que j’ai prises. Au plus fort des incendies et de la fumée il y a quelques jours, les mesures étaient nettement plus élevées, et pas juste un peu. Le matin du 31 juillet, j’ai enregistré un pic de 1 333 cpm et durant cette période, j’ai obtenu de multiples résultats de plus de 1 000 cpm. Et pourtant cette fois-ci, aucun des incendies n’est vraiment à proximité. La source probable d’une majeure partie de la fumée par ici provient d’un incendie proche du parc national de Yosemite, à plus de 150 km de distance. Je soupçonne que si la fumée était plus concentrée, les relevés seraient encore plus élevés.

La vaste majorité de la population californienne a-t-elle donc été exposée sans le savoir à de fortes concentrations de particules radioactives ? Quels sont les constituants de ces particules ? Quel est leur degré de dangerosité ? On a pu lire récemment que les radiations de Fukushima, sous forme de césium 137, avaient été détectées en petite quantité dans des vins de Californie. Il y a fort à parier que le césium 137 émis par la centrale de Fukushima a également été absorbé par toute la végétation locale et que quand celle-ci brûle, le césium est libéré à nouveau dans l’atmosphère.

Cette situation exige de toute urgence qu’on se penche dessus sérieusement. Je n’ai aucune expérience ni aucune compétence académique sur le sujet. Il se peut qu’il y ait d’autres explications. Je constate d’après mes enregistrements des nuances et des variations au cours de la journée qui reflètent probablement des processus complexes. Tout ce que je sais, c’est que l’air que nous respirons semble être contaminé par des particules radioactives. On est en droit de supposer que cette radioactivité s’est concentrée en silence dans les plantes qui nous entourent et qu’elle se retrouve aussi, on peut le présumer, dans la nourriture que nous mangeons et l’eau que nous buvons.

Si c’est le cas, nous sommes dans une situation bien pire que ce qu’on nous a toujours dit. Il s’agit très probablement d’un problème mondial : les particules exotiques et non-naturelles qui n’avaient jamais existé sur cette planète avant le début de l’ère nucléaire, ont aujourd’hui pénétré dans l’air, les océans et tous les êtres vivants. La Californie est en train de brûler et j’espère que tous nous allons être capable de brûler notre autosatisfaction et de ranimer notre propre passion pour servir la vie à chaque instant. Nous pouvons tous faire quelque chose selon nos capacités, comme Akio le fait généreusement depuis de longues années en se servant de ses talents pour rassembler des leaders internationaux autour de grands objectifs communs. Le temps presse et le problème se mesure en durée de vie. Il est possible que pour certains d’entre nous il s’agisse même d’une durée de vie réduite.

 

_______________

Gregg Lien est un avocat spécialiste du droit de l’environnement et de l’utilisation des terres dont le cabinet est à Lake Tahoe en California. Il a été procureur et conseiller juridique au conseil du comté dans les questions foncières, avant d’aller vivre à Lake Tahoe en 1980. Il a participé au premier Sommet présidentiel sur l’environnement organisé par le Président de l’époque, Bill Clinton, et le vice-président Al Gore. Il a été interviewé par de nombreux médias au fil des ans, notamment la radio publique nationale. Il a participé fréquemment aux négociations et aux batailles réglementaires sur les ressources dans les Sierras. Il vit avec sa femme, Heidi, et ceux de ses enfants qui ont besoin d’un toit, maintenant que le plus jeune a passé 18 ans. Il est fasciné par l’électronique et possède une collection de compteurs et de gadgets pour ses passe-temps préférés, la radio amateur et la musique, dont certains lui servent réellement dans la pratique. C’est du moins ce qu’il dit.

 

Partager cet article

Repost0
26 avril 2018 4 26 /04 /avril /2018 00:23

Il y a tout juste 32 ans, se produisait l’accident nucléaire de Tchernobyl. A l’occasion de cet anniversaire, j‘édite une collection d’articles qu’on a pu lire au jour le jour dans la presse régionale de l’Est de la France. J’avais à l’époque conservé tous les articles paraissant sur la catastrophe dans deux journaux régionaux, La Liberté de l’Est, aujourd’hui disparu, et L’Est Républicain.

L’accident s’est produit le 26 avril 1986. Les informations n’ont commencé à émerger qu’à partir du 29 avril. Mais même si peu d’infos arrivaient, paradoxalement, les « experts européens » qui avaient analysé le nuage radioactif qui arrivait sur l’Europe avaient mieux communiqué publiquement la situation qu’en 2011 pour Fukushima car dès le 30 avril 1986, soit quatre jours après l’explosion, La Liberté de l’Est annonçait : « L’accident survenu à la centrale nucléaire soviétique de Tchernobyl près de Kiev (Ukraine), est bien dû à la fonte du cœur du réacteur (…) ». En 2011, il a fallu attendre 74 jours – oui vous avez bien lu –  pour que Tepco avoue que trois cœurs avaient fondu, et c’est seulement après cette date que les « experts européens » ont reconnu la fusion des cœurs. Pourtant ceux-ci avaient accès aux informations via le réseau international d’analyse des composants nucléaires de l’atmosphère et donc connaissaient la gravité de l’accident. Cependant, ils n’ont rien dit.

Je vous laisse apprécier les différents titres qui se succédèrent dans les 3 premières semaines, du 26 avril au 17 mai 1986, en particulier ceux de L’Est Républicain du 3 mai : « France : aucune mesure sanitaire n’est nécessaire » et du 6 mai 1986 : « Tchernobyl, c’est fini ». La Liberté de l’Est, quant à elle, ne publia rien sur la catastrophe le 6 mai !

Aujourd’hui, un accident nucléaire serait-il plus difficile à cacher ? On le voit avec la pollution au ruthénium 106 de l’automne dernier, le village nucléaire mondial a toujours du mal à communiquer et on ne sait toujours pas officiellement, 6 mois plus tard, ce qui s’est passé !

Pierre Fetet

Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl
Il y a 32 ans : Tchernobyl

Partager cet article

Repost0
11 mars 2018 7 11 /03 /mars /2018 21:25
(Image satellite mars 2011)

Si vous voulez aller vers des choses positives, je vous y encourage. Cultivez vos passions, mangez sainement, évitez les personnes toxiques, soyez optimistes, profitez des petits bonheurs de chaque jour, faites-vous plaisir. Mais si vous n’êtes pas en forme en ce moment, ne lisez pas cet article, ne fréquentez pas ce blog, car il donne la vérité toute crue sur Fukushima et le nucléaire en général, des choses dont on entend peu parler malgré leur gravité. En créant ce blog il y a sept ans, je ne visais pas autre chose que de présenter des infos qui ont du mal à circuler. Car elles dérangent, elles ne vont pas dans le sens que l’on aimerait, elles font mal, elles interrogent, elles remettent en question des connaissances que l’on croyait acquises. Car le nucléaire, qui a été présenté à l’origine comme la solution à tous les problèmes de la terre, est un enfer. Un enfer pour les populations civiles qui ont subi le feu nucléaire en 1945, un enfer pour les gens contaminés dans et autour des mines d’uranium, un enfer pour les populations malades sur d’immenses territoires suite aux essais atmosphériques et aux catastrophes nucléaires, sans que l’OMS ne s’en occupe, un enfer pour les gens qui ont des cancers à cause du fait qu'ils vivent près d’une centrale nucléaire prétendument propre, un enfer pour les milliers de travailleurs de Tepco qui « gèrent » au mieux les ruines de la centrale de Fukushima Daiichi, un enfer pour les réfugiés nucléaires que le gouvernement japonais incite à revenir vivre dans des territoires contaminés.

Voilà sept ans que la catastrophe de Fukushima a eu lieu, sept ans de malheurs que les auteurs de ce blog vous ont contés. Et pourtant, la catastrophe ne fait que commencer. Car la pollution nucléaire se compte en centaines, en milliers, en millions d’années selon les radionucléides. Il faudra faire avec désormais. C’est pourquoi, si l’on veut penser un tant soit peu aux générations futures, il est important de sortir du nucléaire pour arrêter de produire des déchets dont on ne sait que faire et surtout, avant qu’une nouvelle catastrophe, possiblement fatale pour l’avenir de l’humanité, ne se produise.

Pierre Fetet

Le nombre de cancers de la thyroïde augmente sans cesse

 

La seule enquête épidémiologique existante au Japon en rapport avec la catastrophe nucléaire de Fukushima concerne un diagnostic réalisé pour environ 380 000 jeunes, mineurs au moment de la catastrophe. Avant 2011, l’incidence du cancer de la thyroïde des enfants au Japon était de 0,35 cas par an pour 100 000 enfants ; un seul nouveau cas de cancer de la thyroïde de l’enfant chaque année devait donc advenir dans la préfecture de Fukushima. Or, à ce jour, 160 cas de cancer thyroïdien sont confirmés et 35 enfants sont en attente d’une opération. Malgré ce résultat significatif, l’Université de Médecine de Fukushima affirme que la catastrophe nucléaire de Fukushima n’a pas eu d’influence sur l’augmentation des cancers de la thyroïde des enfants. Cherchez l’erreur.

Répartition géographique des cas de cancers de la thyroïde

Répartition géographique des cas de cancers de la thyroïde

Pour en savoir plus, je vous encourage à lire l’étude réalisée par le Dr Alex Rosen, médecin, président de l’IPPNW-Allemagne (International Physicians for the Prevention of Nuclear War) et publiée le 7 mars 2018

Lien vers la traduction française de l’étude détaillée,

éditée dans le site de Georges Magnier, Vivre après Fukushima

 

La pollution due aux rejets de mars 2011 s’est répandue sur des centaines de km²

 

On retrouve autour de la centrale et jusqu’à des centaines de kilomètres de la centrale du combustible usé prisonnier de billes de verre microscopiques. Les plus petites de ces particules, insolubles, sont très légères et peuvent voyager avec le vent. On peut donc les inhaler. Une fois logées dans des poumons, elles sont piégées à vie et peuvent alors provoquer des cancers.

On ne connaît pas bien le processus de création de ces microbilles qui ont été rejetées dans l’atmosphère en mars 2011, mais elles existent et posent un véritable problème sanitaire. Mais les autorités ne tiennent pas compte de cette pollution. L’incitation au retour des populations dans les territoires contaminés n’est basée que sur la dose ambiante et jamais sur la pollution effective du sol ou les matières en suspension dans l’atmosphère. D'où l'intérêt des mesures des taux de radioactivité par les citoyens eux-mêmes.

Sept ans de malheur nucléaire à Fukushima

Pour en apprendre davantage sur les billes de verre au césium, il faut lire l’article de Cécile Brice publié dans son blog Japosphère le 7 mars 2018 :

Billes de césium à Fukushima, incertitude scientifique contre certitude politique

 

Nous avions déjà évoqué cette information en février 2016 avec cet article :

Un nouveau produit dérivé de la fusion des cœurs a été découvert au loin de la centrale de Fukushima Daiichi

A propos de la pollution et des doses mesurées différemment par les autorités et la population, je vous invite à vous reporter au site Nos Voisins Lointains 3.11 qui suit de près ce dossier et publie les cartes citoyennes :

Le public devrait-il être autorisé à voir la carte de la radio-contamination ?

Dernière carte de la pollution radioactive effeectuée par des citoyens pour Tomioka

Dernière carte de la pollution radioactive effeectuée par des citoyens pour Tomioka

Le retour douloureux de la population en terre radioactive

 

Le retour de la population en terres contaminées se fait dans la douleur. Douleur de familles séparées, douleur du danger de contamination, douleur de ne jamais pouvoir retrouver le cadre d’avant la catastrophe, douleur d’un avenir incertain. Deux camps s’affrontent, les optimistes qui veulent le retour de toute la population en niant les risques pour la santé, et puis les lucides qui savent que la décontamination n’est pas possible (retour des radio-éléments par la poussière venant des forêts) et ne souhaitent pas prendre de risque, en particulier pour les enfants.

 

Je vous propose de regarder ce petit film (4 min 41) diffusé par Greenpeace le 9 mars 2018. C’est le témoignage poignant de Mme Kanno, une ancienne habitante de Tsushima, dans la région de Namie.

Lisez également cet autre témoignage du 11 mars 2018 de Ruiko MUTO, appartenant au groupe « Femmes de Fukushima contre le nucléaire », déléguée de la partie plaignante au procès pénal intenté contre les dirigeants de TEPCO. (traduction française: yosomono-net France)

 

 

Lien vers le message de Ruiko Muto : Message à toutes les personnes dans le monde qui continuent de se préoccuper de Fukushima

La centrale nucléaire de Fukushima Daiichi n’est pas sous contrôle

 

On parle tellement peu de la centrale de Fukushima Daiichi que l’on finit par croire, avec le temps, que les Japonais ont réglé tous les problèmes. D’autant plus que les jeux olympiques se tiendront à Tokyo en 2020, avec certaines épreuves prévues à 19 km de la centrale de Fukushima Daiichi.

8000 ouvriers travaillent sur site pour s’occuper de la maintenance des installations de refroidissement des piscines et des réacteurs, pour le stockage de l’eau contaminée et son traitement, pour réaliser les opérations de prospection à l’intérieur des réacteurs afin d’assurer le démantèlement futur des installations. Par exemple, une couverture vient d’être terminée pour le réacteur n°3, l’objectif étant de vider le combustible de la piscine dans les deux prochaines années.

 

La nouvelle couverture du réacteur 3 en forme de cylindre vient d'être terminée (photo Tepco)

La nouvelle couverture du réacteur 3 en forme de cylindre vient d'être terminée (photo Tepco)

On a également construit un mur de glace souterrain de 1,5 km qui entoure les quatre réacteurs accidentés. Mais l’Autorité de Régulation Nucléaire japonaise doute sérieusement de l’efficacité de cette technique qui, de surcroit, coûte très cher : 265 millions d’euros pour la construction de l’installation et une facture de 8 millions d’euros par an pour l’électricité consommée pour maintenir le mur gelé… De l’eau contaminée continue donc de couler sous la centrale pour rejoindre la nappe phréatique qui rejoint l’océan Pacifique.  

Prière à la centrale de Fukushima Daiichi le 11 mars 2018 (photo Tepco)

Prière à la centrale de Fukushima Daiichi le 11 mars 2018 (photo Tepco)

Aujourd’hui, le problème de l’eau contaminée n’est donc pas réglé. Plus d’un million de tonnes d’eau radioactive est stockée sur site. La seule solution envisagée par le gouvernement est de la rejeter en mer après traitement, bien qu’on ne réussisse pas à la décontaminer entièrement (seule une soixantaine de radionucléides sont traités sur une centaine).

Dire que la centrale est sous contrôle est donc évidemment exagéré. On ne sait pas quoi faire de l’eau contaminée et on n’a pas encore inventé les techniques pour démanteler les réacteurs en milieu létal. On a bien trouvé où étaient passés les coriums de certains réacteurs, mais on ne sait pas encore avec certitude où ils se sont arrêtés.

 

Pour l’état de la centrale de Fukushima Daiichi, je vous conseille la lecture d’un article très détaillé sur le site L’ACROnique de Fukushima le 8 mars 2018 :

Chiffres clés pour le septième anniversaire

 

Et également, si vous lisez l’anglais, le rapport annuel sur Fukushima, daté du 11 mars 2018, de SimplyInfo.org, site qui suit la catastrophe nucléaire depuis sept ans :

Lire le rapport annuel sur Fukushima

 

 

Une communication incomplète en France

 

J’ai regardé le reportage présenté par Elise Lucet dans Envoyé Spécial le 8 mars 2018, « Fukushima, retour à la vie ». J’ai cru presque me trouver devant un reportage payé par le gouvernement japonais ! En effet, les réalisateurs Pierre Monégier, David da Meda et Emmanuel Lejeune ont fait le choix de présenter le retour de la population dans des territoires contaminés comme une chose envisageable. Mis à part quelques mentions courtes du danger de la radioactivité, le reportage montre 5 exemples de personnes retournant au pays, dont une qui hésite encore mais vient de faire reconstruire sa maison.

 

Elise Lucet présente le reportage : « A Naraha, une des villes évacuées en urgence, on entend à nouveau les rires des enfants dans les écoles, les paysans ont repris leur travail, l’espoir revient doucement à une dizaine de kilomètres de la centrale ». Et la phrase célèbre du pronucléaire Shinzo Abé, devant le comité olympique le 7 septembre 2013 à Buenos Aires pour obtenir les JO, me revient en écho : « Aujourd'hui, sous le ciel bleu de Fukushima, des enfants jouent au ballon et regardent vers l'avenir. »

 

Dans le reportage, pas de témoignage de personnes qui choisissent de ne pas revenir alors qu’ils sont majoritaires… Certes, cela peut être un choix d’attaque du sujet, mais alors il aurait fallu rééquilibrer le propos en apportant des informations. J’ai une impression très mitigée, moi qui suis au courant du danger des faibles doses. Mais pour le commun des auditeurs, quelle impression aura-t-il au final ? Voir un agriculteur qui n’a plus peur de la pluie contaminée, voir une collégienne très contente de retourner dans son collège, voir trois femmes très contentes de créer des poupées pour repeupler le village, voir un pêcheur heureux de pêcher des poissons contaminés en dessous de la norme de 25 Bq/kg, voir un musicien chanter une très jolie chanson sur sa terre natale, voir une école maternelle avec des petits dans un environnement éducatif flambant neuf : toutes les images sont là pour redonner espoir à n’importe qui, même à Elise Lucet, alors que ces gens vivent en territoire contaminé, à quelques kilomètres d’une centrale qui a explosé 4 fois en mars 2011.

 

On espère pour ces enfants que la terre n'est pas contaminée (capture d'écran reportage d'Envoyé spécial)

On espère pour ces enfants que la terre n'est pas contaminée (capture d'écran reportage d'Envoyé spécial)

L'eau de la commune de Naraha est-elle potable quand on sait que les boues du fond du réservoir d’alimentation font plusieurs dizaines de milliers de Bq/kg ? Une question sur la potabilité de l'eau aurait été intéressante. Engager des enfants dans la replantation d’arbres, « pour semer les graines du futur », en leur faisant creuser des trous dans la terre, sans masque, ce n’est pas correct de la part des adultes qui organisent cet évènement. La voix off précise : « La radioactivité est encore 20 fois supérieure au taux recommandé ailleurs dans le monde » mais en même temps, on voit l’image d’un poste de surveillance de la radioactivité montrant 0,105 µSv/h, ce qui indique une radioactivité normale ! Manifestement, les journalistes ne se sont pas formés aux mesures de la radioactivité. Du coup l’info est contradictoire. Ils ne savent pas que ces postes de surveillance cachent des défauts : nettoyés soigneusement chaque jour, la radioactivité y est moindre qu’ailleurs. Et souvent ils sont souvent truqués pour montrer une radioactivité moindre.

A propos de la collégienne Yuka : « Ici au moins, personne ne la traite de pestiférée. » Ça voudrait dire qu’il vaut mieux être contaminé que réfugié ?

La voix off prétend aussi : « Les rivières se lavent peu à peu des contaminations » : c’est faux, il aurait fallu présenter les études de cumul de radioactivité dans les sédiments. Ils auraient appris qu’il existe un point chaud dans la baie de Tokyo par exemple.

Toujours la voix off : « Les forêts n’ont toujours pas été décontaminées », comme si cela était possible ! Puis le prêtre Ousami balaie sans masque la poussière de son temple contaminé. Pas de commentaire sur la possibilité qu’il inhale du combustible.

 

La voix off continue : « Les derniers nés représentent les écoliers qui manquent toujours à l’appel dans les classes de Naraha… L’avenir de Naraha dépend de ceux qui ne sont pas encore revenus… Naraha, leur Furusato à eux, s’est donné trois ans pour se débarrasser des fantômes du passé, les remplacer par de nouveaux écoliers, des fermiers, des pêcheurs, de quoi s’assurer peut-être un avenir, après le plus grave accident nucléaire de l’histoire.

Telle est la conclusion de ce reportage qui me laisse extrêmement perplexe et insatisfait. Est-ce conscient ou inconscient, ces journalistes ont réussi à faire passer le message criminel du programme Ethos à Fukushima : les populations peuvent revenir dans les territoires contaminés, regardez, c’est possible ! N’est-ce pas formidable cet espoir de renaissance ?

 

Photo de la classe maternelle. Les poupées représentent les absents. (capture d'écran reportage Envoyé spécial)

Photo de la classe maternelle. Les poupées représentent les absents. (capture d'écran reportage Envoyé spécial)

Pour conclure, un dernier lien pour contrebalancer ce reportage éthosien, c’est une contribution d’Hisako Sakiyama, directrice de recherche à l'Institut National des Sciences Radiologiques du Japon qui faisait le point en 2013 sur les dangers des faibles doses

Hisako Sakiyama - Evaluation du risque des faibles doses de radioactivité au Japon

 

 

Partager cet article

Repost0
6 mars 2018 2 06 /03 /mars /2018 13:52

8ème témoignage de Fonzy

Bientôt arrive le septième anniversaire de l’accident de Fukushima. Ici, tout fonctionne comme avant. Il y a beaucoup moins de manifestations antinucléaires, beaucoup moins de personnes qui continuent à mesurer régulièrement le taux de la radiation avec leur compteur Geiger ou le taux de césium avec leur détecteur Nal. Moi non plus d’ailleurs, cela fait déjà quatre ou cinq ans que mon compteur Geiger se trouve intact dans un tiroir. La radioactivité n’est plus un sujet de la conversation quotidienne. Pourtant, nous n’avons pas oublié Fukushima. Au contraire, Fukushima est omniprésent sur des affiches publicitaires à la gare, dans des émissions à la télé ou dans les supermarchés avec ses tomates, ses pêches ou ses brocolis, mais on ne montre guère le Fukushima qui est couvert de ses milliers de sacs noirs fourrés de terre contaminée, ni le Fukushima dont la terre et les forêts restent contaminées même après des séances de décontamination, ni les réfugiés souffrants qui désirent rester hors de leur pays natal même après la levée de l’interdiction. Bref, parler de Fukushima n’est pas un tabou, mais c’est toujours centré sur le genre « notre Fukushima, le très beau pays ».

 

Par ailleurs, il y a une autre « détabouisation » qui est en cours : la banalisation du cancer. Surtout, la banalisation du cancer de la thyroïde chez les enfants est courante : il y a des médecins qui disent que c’est une maladie tellement courante que l’on en découvre souvent, même des petites tumeurs avec lesquelles on peut vivre, etc… On remarque aussi depuis quelque temps des publicités lancées par le Ministre de la Santé qui encourage les « cancers survivors » de continuer à travailler, et également des téléfilms dont les protagonistes sont atteints d’un cancer grave… Enfin le cancer, qui était un tabou, ne l’est plus, car un Japonais sur deux « l’attrape » selon les spécialistes, du coup c’est une maladie banale.

 

Malgré tout, tous les Japonais ne pensent pas que les misères de Fukushima sont finies. Nous ne sommes pas dupes. Il y a souvent des pétitions contre les décisions de l’Etat qui force à retourner les anciens habitants dans les terres contaminées ou qui vise l’arrêt total du contrôle du césium des produits récoltés à Fukushima, et aussi sont en cours des procès pour les indemnisations des réfugiés ou des employeurs de Daiichi. Il y en a, comme moi, qui ne mangent toujours pas les produits du Nord-Est du Japon, et qui font toujours attention à ce qui se passe dans la centrale. De surcroit, nous nous préparons à des accidents nucléaires éventuels. J’ai récemment été à une assemblée qui distribuait des pastilles d’iode, organisée par une petite association bénévole très locale. Pourtant, à ma surprise, il y avait 350 personnes qui étaient venues à la distribution ! J’ai vu de jeunes mamans avec leurs bébés, des tontons sympas, des dames peu militantes, bref des personnes tout à fait « ordinaires » qui venaient pour chercher leurs pastilles d’iode pour se protéger contre la radioactivité. Cela montre que les Japonais savent maintenant que le nucléaire est équivalent au danger mortel, et qu’il faut se protéger contre un autre accident nucléaire futur, vu la grande probabilité d’un séisme important dans les 30 prochaines années dans la région de Kanto selon des sismologues.

 

Nous, les Japonais, nous nous mobilisons avec calme, pas de révolution comme chez vous. Même si à vos yeux nous ne faisons rien, nous continuons à combattre. Nous agissons en sourdine, petit à petit, un peu comme le césium dans le corps…

Photo : 10 pastilles d’iode (pour 5 jours) que j’ai eues

Photo : 10 pastilles d’iode (pour 5 jours) que j’ai eues

Photo : site de la Centrale de revitalisation de Fukushima (en plurilingue !) https://3w.pref.fukushima.lg.jp/site/portal-fr/

Photo : site de la Centrale de revitalisation de Fukushima (en plurilingue !) https://3w.pref.fukushima.lg.jp/site/portal-fr/

Partager cet article

Repost0
27 février 2018 2 27 /02 /février /2018 23:23
Toru Takeda (photo Michael Holtz / CSM)

La levée des ordres d’évacuation dans les zones contaminées par la radioactivité suite à la catastrophe nucléaire à la centrale de Fukushima Daiichi, qui a commencé le 31 mars dernier, est l’une des décisions gouvernementales qui ont marqué l’année fiscale 2017 au Japon, et mobilisé les protestations des victimes, car à bientôt un an, il faut noter que cette “politique du retour” a concerné des zones se rapprochant de plus en plus de la centrale, présentant un niveau de dose de radioactivité allant jusqu’à 50 mSv/an ! en outre, le débit de dose jusqu’à 20 mSv/an a été déclaré “sans risque sanitaire”! Rappelons que c’est le maximum autorisé en France pour les travailleurs du nucléaire.

A l’approche de la date des Olympiades, les autorités veulent maintenant supprimer les aides au logement pour certains évacués, qui n’auront d’autre alternative que de rentrer vivre en zone contaminée...

Mais la résistance s’organise, comme à Yonezawa.

Evelyne Genoulaz

 

-oOo-

 

Source : article de Michael Holtz, avec la collaboration de Takehito Kambayashi. Japan wants Fukushima evacuees to go home. They're not so sure. Paru le 21 février 2018 in “Christian Science Monitor” - YONEZAWA, JAPAN.

Traduction : Evelyne Genoulaz

 

-oOo-

160 000 résidents environ ont quitté leur foyer en 2011, après qu’un séisme puis un tsunami causèrent la pire catastrophe nucléaire depuis Tchernobyl. Aujourd’hui, le gouvernement prétend que beaucoup d’entre eux ne risquent rien à retourner vivre chez eux. Mais il va devoir regagner la confiance des résidents.

 

Toru Takeda n’a qu’un mot à la bouche pour évoquer les avantages comme les inconvénients de la vie à Yonezawa : la neige. Cette ville, située en montagne à 150 miles au nord de Tokyo, se retrouve tous les hivers engloutie sous plusieurs mètres de neige. Il y neige tant, que plusieurs rues sont équipées de systèmes qui projettent sous le sol de l’eau chaude afin de les maintenir praticables.

 

Monsieur Takeda a fini par s’habituer à ces monceaux de neige et aux embarras qui vont avec. Les retards des trains. Le ralentissement du trafic routier. Le pelletage. Il ne neige pas autant dans la ville de Fukushima, d’où il vient, qui se trouve à une heure de route de là par beau temps.

 

Mais la neige présente des avantages certains quand elle fond. « Ici la terre est riche parce que la neige fond petit-à-petit » m’a dit un jour Takeda au cours d’un dîner au centre-ville de Yonezawa. Il est persuadé que ce dégel perlé inscrit les fruits et les légumes qu’on cultive dans la région au nombre des plus savoureux du Japon. Puis il boit une gorgée de café et ajoute d’un ton solennel : « dans le département de Fukushima, l’eau comme la terre demeurent toujours contaminées ».

 

Voilà bientôt sept ans, « le séisme et tsunami dans la région du Tohoku » ont frappé la côte nord-est du Japon, et provoqué des fusions à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, c’est la pire catastrophe nucléaire qu’on ait connue depuis Tchernobyl. Le démantèlement devrait coûter 200 millions d’euros et prendra plus de 40 ans. Malgré tout, un certain nombre des quelque 160 000 évacués de la région ont entamé leur retour.

 

D’après le gouvernement japonais, il n’y a plus de danger, mais Takeda n’en est pas convaincu. Sa confiance dans les autorités a été ébranlée par la réponse hasardeuse qui a été donnée aux suites des fusions. Il accueille désormais avec circonspection les informations émanant des agences de régulation ou des compagnies d’exploitation, sans parler de tout ce qu’on entend de l’état prétendument « sain » des aliments ou, bien évidemment, à propos des centrales nucléaires. Savoir si le gouvernement sera capable de restaurer la confiance de Takeda_ et avec lui, celle de milliers d’autres_ c’est l’enjeu préalable à la revitalisation des bourgs et des villes du département de Fukushima.

 

« Nous ne croyons plus ce que nous dit le gouvernement » affirme Takeda, en parlant pour lui mais aussi au nom de sa femme, de sa fille et d’une vingtaine d’autres évacués dont il sait qu’ils ont refusé de quitter la ville de Yonezawa. « Je ferai tout ce qu’il sera possible de faire et tout mon possible pour y rester » déclare-t-il. Y compris aller devant les tribunaux.

 

Un homme investi d’une mission

 

Tout a commencé en mars dernier, lorsque le gouvernement de la Préfecture de Fukushima a mis fin aux aides inconditionnelles au relogement dont bénéficiaient pas moins de 27 000 personnes qui avaient quitté des zones non désignées comme zones d’évacuation forcée _ au nombre desquelles il y avait Takeda et beaucoup d’autres réfugiés à Yonezawa. Placés devant cette alternative : ou bien le retour dans un lieu dont ils craignaient qu’il fût toujours dangereux d’y vivre ; ou alors, le paiement du loyer, alors que beaucoup d’entre eux n‘en avaient pas les moyens, ils n’ont choisi ni l’un ni l’autre. Ils sont restés dans leur appartement tout en refusant d’en payer le loyer. L’agence du logement public a toléré cette situation quelque temps. Puis en septembre, elle a engagé une poursuite d’expulsion à l’encontre de ceux qu’on appelle les évacués volontaires (1), qui ont aussitôt réagi en levant pour réponse, un bataillon d’avocats.

 

« Les auteurs de la catastrophe, ce sont le gouvernement japonais et TEPCO, observe Takeda, en faisant référence à la Compagnie d’Electricité de Tokyo, l’opérateur de la centrale de Fukushima Daiichi. Ils doivent avoir l’obligation de payer ».

 

Takeda, un retraité de 77 ans, était professeur d’anglais dans un lycée et dès son arrivée à Yonezawa en avril 2011, il est devenu de facto le représentant de la communauté des évacués dans cette ville. Il organise des rencontres à caractère social et rencontre régulièrement les autorités municipales. Sa femme et lui ont même monté un centre d’apprentissage pour les enfants des évacués, dans leur modeste trois-pièces. Il a fermé au bout de deux ans et désormais Takeda consacre tout son temps libre à la bataille judiciaire. Il se démène pour lever les fonds nécessaires à la mobilisation de divers avocats.

 

« Le gouvernement m’a dans le nez, dit-il. Si ce n’était pas pour me suivre, les évacués seraient déjà retournés au pays ».

 

Tandis que la procédure suit son cours à Yonezawa, d’autres victimes ont déjà obtenu gain de cause. C’est ainsi qu’en octobre, une cour de district de Fukushima a condamné le gouvernement japonais et TEPCO à dédommager d’un montant global de 4,4 millions de dollars, un groupe d’environ 2 900 personnes. C’est la troisième fois qu’une cour condamne la Compagnie pour avoir négligé de prendre les mesures utiles à la prévention des fusions.

 

« Ce qui alimente la défiance »

 

La ville de Yonezawa, située à 60 miles au nord-ouest de la centrale de Fukushima Daiichi, accueillit jusqu’à près de 3 900 évacués du département de Fukushima. Il n’y demeure aujourd’hui qu’à peine 500 d’entre eux, selon les registres officiels. D’aucuns sont retournés chez eux suite à des difficultés d’ordre pécuniaire, d’autres parce qu’ils pensent qu’on ne court plus aucun risque, mais beaucoup d’entre eux ont renoncé au retour. Dans une enquête conduite en avril dernier par la préfecture de Fukushima, 80% des évacués volontaires qui vivent dans d’autres départements du Japon ont indiqué qu’ils n’avaient pas l’intention de retourner chez eux.

 

Le gouvernement a fait une grosse campagne pour dissiper les dernières réticences. Mais de l’avis de Shaun Bernie, un senior spécialisé en nucléaire chez Greenpeace, les autorités ont minimisé le potentiel risque sanitaire en raison de la pression qui s’exerçait sur elles, pour présenter la situation sous un jour favorable. A la veille en effet des Olympiades 2020, le Premier Ministre Shinzo Abe tient à tenir sa promesse que la restauration de Fukushima est « sous contrôle ». (2)

 

« Il n’est pas politiquement recevable pour le gouvernement d’avoir des zones qui demeurent inhabitables, commente Monsieur Burnie. Cela crée l’impression qu’une catastrophe nucléaire est susceptible de détruire des communautés entières pour longtemps”.(3)

Etant donné l’empressement du gouvernement à revitaliser Fukushima, il prend le risque d’amplifier encore la défiance de ses concitoyens, et de fragiliser le respect de l’autorité qui est, comme on sait, une particularité profondément ancrée dans la société japonaise. Une enquête de Pew a montré en 2017 que si 57% des Japonais ont toute confiance dans leur gouvernement pour travailler au mieux des intérêts de la nation, 6% tout au plus d’entre eux prêtent attention aux propositions des chefs de file des partis politiques.

 

[…]

 

Pour l’heure, le gouvernement semble déterminé à supprimer bientôt les aides au logement pour les évacués. Il prévoit de les retirer à 5 000 foyers d’ici mars 2019. Des groupes de défense sont en train de faire pression pour qu’il fasse marche arrière. Dans une motion écrite qu’ils ont portée devant le Conseil des Droits de l’Homme auprès des Nations Unies le 2 février, Greenpeace et Human Rights Now – une organisation tokyoïte non gouvernementale – ont appelé le gouvernement à « procurer à tous les évacués de Fukushima les aides au logement qui leur sont nécessaires, y compris à ceux qui ont évacué depuis d’autres zones que celles désignées par le gouvernement, aussi longtemps que de besoin, afin de leur permettre de choisir en toute liberté l’endroit où ils souhaitent résider, sans devoir céder à la pression et retourner vivre malgré eux dans des zones qui mettent en danger leur santé ou leur vie ».

 

Si le gouvernement du Japon en venait à suivre cette recommandation, l’affaire portée devant les tribunaux à Yonezawa resterait sans suite. Takeda dit que ce serait une belle fin mais pour l’heure et sans attendre de savoir si le gouvernement révisera son plan, il s’affaire à préparer sa prochaine audience à la cour le 20 mars prochain.

 

« Je n’ai plus beaucoup de temps devant moi » dit Takeda. « Je ne peux pas retourner chez moi ».

 

 

 

----------------

Notes de la traductrice

 

(1) - Eux se disent “auto-évacués” car ils ont évacué par mesure de précaution , alors que leur lieu de résidence était hors des zones désignées par les autorités comme “d’évacuation forcée”.

 

(2) A Buenos Aires en septembre 2013, Shinzo Abe a porté, devant le CIO, la candidature du Japon pour l’organisation des Jeux Olympiques à l’été 2020, en prononçant : “je vous fais le serment que la situation est sous contrôle. Il n’y a pas eu d’effet [de la catastrophe nucléaire de Fukushima Daiichi] à Tokyo et il n’y en aura pas”.

Or, rien n’était alors “sous contrôle” à la centrale et le Premier Ministre lui-même reconnaîtra plus tard qu’il avait menti pour obtenir les Jeux...Aujourd’hui, 7 ans après le 11 mars 2011, rien n’est davantage “sous contrôle”.

 

(3) Force est de constater que ce n’est pas qu’“une impression” mais la stricte réalité.

 

Partager cet article

Repost0
3 février 2018 6 03 /02 /février /2018 11:32

Texte de HORI Yasuo du 31 décembre 2017, traduit de l'espéranto par Ginette MARTIN avec la collaboration de Robert Molimard

Sommaire :

  • Stockage des déchets nucléaires : l'avant-dernier
  • Les tribunaux donnent raison aux victimes
  • 13 réacteurs sont en démantèlement
  • Le tribunal d'Hiroshima a interdit la remise en route d'un réacteur dans la centrale nucléaire d'Ikata

 

Décharge à Minamisoma en 2012 à côté d'une école primaire (capture d'écran vidéo CBS News)

-oOo-

 

Stockage des déchets nucléaires : l'avant-dernier

 

Le 28 octobre, on a commencé à stocker provisoirement les déchets  nucléaires sur un site qui devrait être l'avant-dernier (peut-être le dernier et perpétuel), dans les villes d'Ōkuma et de Futaba, où se trouve la centrale nucléaire n°1 de Fukushima. 

 

Le fond d'une large cuvette de stockage a été tapissé de toiles imperméables pour éviter la pollution des nappes souterraines. L'eau de pluie collectée au fond sera purifiée par une machine et rejetée dans les rivières. Ce lieu de stockage a une surface de 16 000 hectares, mais ne constitue que 39% des terrains prévus. Il est difficile d'obtenir l'accord des propriétaires fonciers.

 

Sur ce terrain, on construira ensuite un incinérateur pour les plantes arrachées et les arbres abattus, et un lieu de stockage pour les cendres fortement radioactives. Selon la loi, le gouvernement a promis qu'au bout de 30 ans (avant 2045) ce stockage devra être déménagé hors du département de Fukushima, mais personne bien sûr ne le croit, parce que nul n'acceptera ces installations dangereuses près de son logis.

 

A Fukushima, 15,2 millions de mètres cubes de terre contaminée sont stockés temporairement sur des terrains de sport, dans des parkings et même dans des jardins de particuliers. Selon le plan, la plus grande partie de cette terre contaminée sera transportée dans le nouveau site de stockage d'ici 2020.

Décharge, justice et démantèlement

Les tribunaux donnent raison aux victimes

 

En 2017, 3 jugements ont été prononcés concernant les souffrances générées par l'accident nucléaire. Le 17 mars, par la Cour de justice de Maebashi (département de Gunma), le 22 septembre par le tribunal de Chiba (département de Chiba), et le 10 octobre par le tribunal de Fukushima.

 

À Fukushima, 3800 personnes accusent l'État et TEPCO. Le 10 octobre, 1000 personnes se sont réunies devant le tribunal. Elles ont poussé des cris de joie quand le verdict favorable a été prononcé. Le secrétaire général des plaignants a déclaré: «TEPCO a exploité des réacteurs mal entretenus et a provoqué l'accident. Il est coupable.

 

L'État et TEPCO ont essayé ensemble de cacher leur faute. C'est celle-ci que le tribunal a révélée. »

Décharge, justice et démantèlement

De ces trois procès, celui de Maebashi était presque une victoire et celui de Fukushima une victoire parfaite pour les plaignants. Dans ces deux procès, on a augmenté les indemnités pécuniaires, mais la somme est restée trop faible. A Maebashi, 39 millions de yens (selon Boursorama 289 000 euros) pour 62 plaignants (630 000 yens en moyenne par plaignant, soit 4661 euros) et à Fukushima, 500 millions de yens ( 3 703 703 euros) pour 2907 plaignants (en moyenne 172 400 yens par personne, soit 1270 euros).

 

Décharge, justice et démantèlement

Le verdict de Chiba n'était pas aussi favorable, car il ne reconnaissait pas la faute de l'Etat, mais il approuvait l'indemnité compensatoire à ceux qui souffraient de la perte des conditions de vie basales dans  leurs foyers, cela faisait 376 millions de yens ( 2 785 185 euros) pour 42 plaignants (en moyenne 9 millions de yens par plaignant, soit 66 313 euros).

 

Le tribunal de Fukushima a expliqué la prévisibilité du tsunami de la façon suivante : "Le comité d'Etat sur les risques de tremblements de terre disait dans son rapport de juillet 2002 que, sur la côte pacifique de l'île de Honshu, pourraient survenir de grands tremblements de terre qui pourraient causer de gros tsunamis avec une probabilité de 20% au cours des 30 prochaines années. Si l'Etat avait étudié immédiatement le rapport, il aurait pu anticiper le tsunami de 15,7 mètres qui allait atteindre les réacteurs. Si l'Etat à l'époque avait commandé à TEPCO des mesures adéquates, l'accident aurait été évité. L'État l'a négligé, c'est pourquoi il faut le critiquer. »

 

 

13 réacteurs sont en démantèlement

 

 Le 22 décembre, la compagnie d'électricité Kansay a annoncé qu'elle avait décidé de se défaire de deux réacteurs de la centrale nucléaire d'Ōoi dans le département de Fukui. Après l'accident nucléaire de Fukushima, les règles de maintenance des réacteurs sont devenues plus sévères, de sorte que les petits réacteurs, pour lesquels la réparation et l'amélioration coûtent davantage, ne seront pas rentables. Cependant, ces deux derniers sont très puissants, pouvant à l'avenir produire 117,5 kilowatts d'électricité (la plupart des autres réacteurs mis au rebut produisaient environ 50 kilowatts), il semblait donc qu'ils étaient rentables. Cette décision signifie qu'à présent certains réacteurs deviennent non rentables. Une ère de mise au rebut des réacteurs a commencé, mais s'en défaire est très difficile pour les compagnies électriques.

 

   La plus grande difficulté est de savoir que faire des déchets nucléaires. Ils sont classés en trois catégories, et tous seront enterrés. Les plus dangereux seront enfouis à plus de 70 mètres de profondeur pour les 100 000 années futures. Le démantèlement actuel ou à venir des 9 réacteurs produira 80 000 tonnes de ces déchets, mais on ne les a encore pas enterrés. Seule la compagnie d'électricité de Genden a présenté un plan selon lequel elle enterrera des déchets sur son terrain dans une immense cavité de 100 mètres de long, 80 mètres de large sur 4 mètres de hauteur, mais l'Autorité de Régulation Nucléaire l'étudie encore et le département ne l'a pas approuvé.

 

Le gouvernement a décidé que les déchets émettant moins de 0,01 millisievert par an soient réutilisés, mais jusqu'à présent, seuls quelques-uns ont été réutilisés sur le terrain des compagnies électriques, et jamais ailleurs.

 

Il faut plus de 30 ans pour démanteler parfaitement un réacteur. Au cours des 5 à 10 premières années, les installations seront examinées et nettoyées, tandis que les 8 à 10 années suivantes on démontera les installations peu contaminées. Pendant les 6 à 9 années qui suivront,  on démontera le réacteur. Finalement il faudra encore 4 à 8 ans pour démonter toutes les installations et obtenir un terrain propre. Parmi ces travaux, le plus difficile est le démontage du réacteur, car il est si fortement contaminé que personne ne peut y travailler, les robots font et feront ces travaux, mais cela demande une très haute technicité.

 

Les difficultés décrites ci-dessus sont expliquées dans les journaux, mais j'ai une autre crainte, qui sera le manque de main-d'œuvre. Les gens ne veulent pas travailler dans cet endroit dangereux, se soumettre constamment à la radioactivité. Selon la loi, les personnes  déjà été exposées à plus de 100 millisieverts pendant 5 ans ne peuvent plus travailler dans une centrale nucléaire. L'entreprise doit donc employer de plus en plus de nouveaux ouvriers inexpérimentés. Maintenant, au Japon, il y a un manque général de main-d'œuvre. De nombreuses entreprises dépendent d'ouvriers étrangers asiatiques.

 

   Rien que dans la centrale nucléaire n°1 de Fukushima, 10 000 personnes travaillent chaque jour. Pour  démanteler 11 réacteurs, il faudra chaque jour au moins 100 000 travailleurs et embaucher davantage de nouveaux ouvriers chaque année. Y aura-t-il assez de force de travail pour cela? Y aura-t-il une main-d'œuvre de qualité suffisante pour cela? Les compagnies d'électricité pourront-elles dépenser autant d'argent? La force économique japonaise durera-t-elle aussi longtemps? En attendant, n'y aura-t-il pas d'autres cataclysmes?

 

 

Le tribunal d'Hiroshima a interdit la remise en route d'un réacteur dans la centrale nucléaire d'Ikata

 

Le 13 décembre, la cour d'appel d'Hiroshima a décidé que le réacteur n°3 de la centrale nucléaire d'Ikata sur l'île de Shikoku ne devait pas être remis en route en raison du danger d'une possible éruption du mont Aso dans l'île de Kjūshū. Ce réacteur est en cours d'examen et on prévoit de le redémarrer en janvier 2018, mais cela pourra être impossible. Pour la première fois devant la cour d'appel, le parti antinucléaire a gagné. C'est très important pour nous.

Décharge, justice et démantèlement

  Un autre point à noter concernant ce jugement est que le tribunal a interdit la remise en route du réacteur selon les règles de l'Autorité de Régulation Nucléaire. Celle-ci avait approuvé cette reprise d'activité, estimant négligeable le danger d'une grande éruption du mont Aso.  Mais le tribunal a jugé que la relance de la centrale nucléaire d'Ikata mettait en danger la vie humaine, à cause de l'énorme éruption du volcan Aso à 130 kilomètres de là.

 

Jusqu'à présent, devant les tribunaux, le principal débat concernait les tremblements de terre, mais devant ce tribunal il s'agissait de volcans et d'éruptions, et la cour a jugé que, selon les règlements édictés par l'Autorité, on doit être plus sévère pour évaluer l'état et les dangers des volcans. Le Japon est un archipel volcanique, donc il y a partout des volcans dangereux. Grâce à cette décision, le camp antinucléaire a acquis une nouvelle arme pour lutter contre le gouvernement et les compagnies d'électricité.

 

Il y a trois réacteurs dans la centrale nucléaire d'Ikata. L'entreprise a déjà décidé de démanteler le réacteur n°1, n'a encore rien décidé pour le réacteur n°2, et cette fois le tribunal a interdit l'exploitation du réacteur n°3. La politique nucléaire est dans une situation de plus en plus défavorable, mais le gouvernement et le monde industriel s'accrochent au nucléaire.

Partager cet article

Repost0
26 janvier 2018 5 26 /01 /janvier /2018 23:05

 

Cela fait presque 7 ans que ce magma mortel a été créé par l’imbécilité des hommes. 7 ans que l’on en parle sans jamais vraiment le voir. Et voilà que Tepco, en janvier 2018, nous dévoile, pour la première fois et de manière très discrète, des images très parlantes du corium du réacteur 2 de Fukushima Daiichi.

Illustration ci-dessus : capture d'écran faite à partir d'une vidéo Tepco

 

Article traduit en anglais

 

Dans un premier temps, tous les médias ont repris les photos fournies par Tepco, où l’on voit par exemple un morceau de poignée d’assemblage de combustible. On en déduisait que le reste avait fondu mais on ne pouvait rien affirmer de plus.

Dans un second temps, 3 jours plus tard, Tepco a ajouté une vidéo de 3min34 qui montre une sélection de séquences filmées à l’intérieur de l’enceinte de confinement. Dans cette vidéo, on voit très précisément des coulures de corium qui se sont solidifiées sur des structures métalliques sous la cuve du réacteur.

La caméra qui a filmé cette matière hyper-radioactive a été conçue pour supporter 1000 Sieverts. Mais cet appareil ne peut cacher les rayonnements ionisants qui forment de nombreux points clairs aléatoires sur le film.

Les hommes qui ont manipulé la sonde à l’extérieur de l’enceinte de confinement ont certainement été irradiés car le débit de dose est toujours très fort dans le réacteur. Mais Tepco n’a pas encore communiqué ces informations.

Pour résumer en image ce qui s’est passé en mars 2011, le corium du réacteur 2 a traversé la cuve du réacteur, puis a fait un gros trou de 1 m de large dans la plateforme située juste en dessous de la cuve :

Source Tepco

Source Tepco

Ensuite, il a poursuivi sa route en rencontrant des obstacles, formant des stalactites dans divers endroits :

Captures d'écran de la vidéo Tepco
Captures d'écran de la vidéo Tepco
Captures d'écran de la vidéo Tepco
Captures d'écran de la vidéo Tepco
Captures d'écran de la vidéo Tepco

Captures d'écran de la vidéo Tepco

Enfin, il s’est répandu dans le fond de l’enceinte de confinement en entamant le béton. Et là, on perd sa trace car les investigations n’ont pas pu aller plus loin. A-t-il été loin dans le radier ? A-t-il rejoint la piscine torique par les tuyaux raccordant l’enceinte et la piscine ? N’oublions pas qu’une explosion a été entendue par les techniciens le 15 mars 2011 à 6h10 provenant du réacteur 2. Explosion de vapeur ? N’oublions pas que l’eau qui est injectée en continu pour refroidir ce corium ne remplit pas l’enceinte car celle-ci n’est plus intègre. L’eau se souille en permanence au contact du corium, avant de rejoindre les tréfonds de la centrale et la nappe phréatique. N’oublions pas que cette nappe phréatique mouvante se jette dans le Pacifique, malgré le mur de glace dont l’étanchéité n’est pas parfaite.

 

On observera que Tepco n’a pas encore osé fournir de photo du trou dans la cuve. C’est comme l’explosion du réacteur 4, il y a des choses qu’il ne vaut mieux pas divulguer car elles ternissent l’image du nucléaire civil. De la même manière, les responsables de la communication ont préféré diffuser des images incertaines le 19 janvier plutôt que ces images très parlantes que j’ai extraites de la vidéo.

La fameuse vidéo, la voici.

Certes, la robotique en milieu radioactif a fait de réels progrès, mais cela nous cache la réalité : on n’a pas encore inventé les machines qui pourront démanteler la centrale. Et les quarante ans promis pour terminer ce démantèlement seront certainement insuffisants. N’oublions pas qu’il y a en tout 3 coriums à récupérer et 3 piscines pleines de combustible à vider. Pendant que la technique nous « amuse », Tepco espère rejeter 1 million de tonnes d’eau radioactive dans le Pacifique qu’il a amassées sur le site, comme si cet océan n’avait déjà pas assez souffert. Cela permet d’oublier également les milliers de personnes atteintes par des troubles de la thyroïde ou autres pathologies diverses dues à la radioactivité et les dizaines de milliers de personnes déplacées qu’on essaie de faire revenir dans des territoires contaminés.

Attendons-nous désormais à de la grande communication de la part de Tepco : les sportifs de 2020 (JO Tokyo) doivent être ébahis par l'hyper-technicité nippone pour oublier les dangers de base de la radioactivité ambiante.

Pierre Fetet

Partager cet article

Repost0
20 janvier 2018 6 20 /01 /janvier /2018 18:24

Une nouvelle investigation a été réalisée dans l’enceinte de confinement du réacteur 2 de Fukuishima Daiichi, selon un rapport rendu public par Tepco le 19 janvier 2018. Toutefois, Tepco n’indique pas la date de l’opération. Les images et les mesures ont été prises à l'aide d'une sonde de 13 mètres munie d'une caméra et d'un dosimètre. Tepco ne diffusera les mesures de radioactivité qu’ultérieurement.

Photo : un élément d'assemblage a été trouvé

______________________________________________________________________________

Mise à jour importante du 25/01/2018 :

Tepco a mis en ligne après coup une vidéo de 3 min 34 de l'investigation.

Cette vidéo est plus instructive que les dernières photos diffusées. J'en ai tiré des captures d'écran où l'on voit très bien le corium qui a coulé comme de la lave sur les structures, laissant des stalactites en se solidifiant. Voir cet article spécifique :

http://www.fukushima-blog.com/2018/01/le-corium-du-reacteur-2-de-fukushima-daiichi-est-bien-visible.html

______________________________________________________________________________

 

Selon ce document, Tepco donne deux informations principales :

- Le fond entier de la base du socle du réacteur est recouvert de dépôts de types sableux et argileux.

- Certains composants d’assemblage de combustible sont tombés à la base du socle du réacteur, ils sont considérés comme des débris de combustible.

 

Comme à son habitude, Tepco n’utilise pas le mot « corium ». Il ne parle pas plus de l’environnement radioactif du lieu qui est létal (une mesure de l’année dernière à cet endroit était de 530 Sieverts) mais promet d’y revenir bientôt. Je mettrai cette page à jour quand l’information tombera.

 

Le dépôt de types sableux et argileux est ce qui se trouve au fond de l’enceinte et qui avait déjà été repéré l’année dernière autour du socle. Cette vase empêche d’avoir une vision claire du fond de l’enceinte car au moindre mouvement de la caméra, l’eau est troublée.

 

Pour la première fois, Tepco divulgue un schéma montrant l’intérieur du socle du réacteur (« pedestal » en anglais). On y voit :

- une plateforme supérieure, que l’on connaissait déjà, qui permet d’accéder aux barres de contrôle situées juste sous la cuve du réacteur. Celle-ci, selon le rapport de février 2017, est percée d’un trou de 1 mètre de diamètre. C’est la masse du corium venant de la cuve lors du meltdown qui a fait ce trou.

- une plateforme intermédiaire dont Tepco affirme qu’elle n’a pas été percée à la verticale du trou supérieur (mais le schéma ne la montre pas en entier)

- une plateforme inférieure annulaire bordant le mur du socle, dont Tepco affirme également qu’elle ne comporte pas de trou sous la zone prospectée. Mais, même remarque, le schéma n’en montre que la moitié.

Réacteur 2 de Fukushima Daiichi : nouvelle investigation

Le morceau d’assemblage qui émerge très nettement d'un tas de divers matériaux est une plaque de fixation supérieure d’assemblage (« upper tie plate »). Celle-ci est surmontée d’une barre (« bail handle »), sorte de poignée permettant de déplacer l’assemblage à l’aide d’un bras articulé. Cette photo permet de déduire qu’au moins un assemblage entier a traversé la cuve, ce qui implique que la cuve a un trou d'au moins la largeur d'un assemblage (environ 50 cm). La sonde a certainement pris des photos de ce trou mais Tepco ne les diffusent pas.

 

Réacteur 2 de Fukushima Daiichi : nouvelle investigation
Type d’élément d’assemblage que l’on a retrouvé sur la plateforme inférieure du socle du réacteur n°2.

Type d’élément d’assemblage que l’on a retrouvé sur la plateforme inférieure du socle du réacteur n°2.

Cet élément est la partie haute que l’on voit par exemple dans ces assemblages de la piscine du réacteur n°4.

Cet élément est la partie haute que l’on voit par exemple dans ces assemblages de la piscine du réacteur n°4.

__________________________

La sonde de Toshiba, lors de sa présentation à Yokohama, le 22 décembre 2017. Le bras télescopique porte une caméra panoramique.

(source phys.org)

Réacteur 2 de Fukushima Daiichi : nouvelle investigation
Réacteur 2 de Fukushima Daiichi : nouvelle investigation
(source : https://www.toshiba-energy.com/)
(source : https://www.toshiba-energy.com/)
(source : https://www.toshiba-energy.com/)

(source : https://www.toshiba-energy.com/)

__________________________

Voici les photos de l'intérieur de l’enceinte de confinement du BR2 diffusées par Tepco le 19 janvier 2018 :

Réacteur 2 de Fukushima Daiichi : nouvelle investigation
Réacteur 2 de Fukushima Daiichi : nouvelle investigation
Réacteur 2 de Fukushima Daiichi : nouvelle investigation
Réacteur 2 de Fukushima Daiichi : nouvelle investigation
Réacteur 2 de Fukushima Daiichi : nouvelle investigation
Réacteur 2 de Fukushima Daiichi : nouvelle investigation
Réacteur 2 de Fukushima Daiichi : nouvelle investigation
Réacteur 2 de Fukushima Daiichi : nouvelle investigation
Réacteur 2 de Fukushima Daiichi : nouvelle investigation
Réacteur 2 de Fukushima Daiichi : nouvelle investigation
Réacteur 2 de Fukushima Daiichi : nouvelle investigation

Voici quelques pages extraites du rapport à la même date, ce qui permet de localiser les vues :

Réacteur 2 de Fukushima Daiichi : nouvelle investigation
Réacteur 2 de Fukushima Daiichi : nouvelle investigation
Réacteur 2 de Fukushima Daiichi : nouvelle investigation
Réacteur 2 de Fukushima Daiichi : nouvelle investigation

Rapport complet de Tepco du 19 janvier 2018

________________________________________

A propos du combustible nucléaire des réacteurs à eau

Un document du CEA publié le 8/12/2012, en particulier le chapitre « Combustible des réacteurs à eau bouillante » p. 87-89

 

____________________________

Mise à jour du 5/02/2018

Tepco a dévoilé ses mesures de radioactivité lors de cette inspection :

Dans l'enceinte de confinement : 8 Sieverts/h au maximum, létal en une heure, mesuré près du corium.
A l'extérieur (on suppose autour de la base supportant la cuve), au niveau des fondations : 42 Sieverts/h

"TEPCO a déclaré avoir un doute sur la mesure car on n'avait pas ôté un couvercle sur l'instrument de mesure, en ajoutant ignorer pourquoi les niveaux de radiation étaient plus faibles près du corium que près des fondations".

Ce qui est étrange également, c'est que Tepco mesurait 530 Sv/h il y a un an au même endroit... Les mesures ne semblent pas pouvoir être fiable dans ce milieu extrêmement radioactif.

 

En savoir plus : copie de l'article de NHK World du 1er février 2018

High radiation detected at Fukushima plant

High radiation detected at Fukushima plant
Japan
The operator of the crippled Fukushima Daiichi nuclear power plant has released the results of its latest probe of the site.

A remote-controlled inspection of the Unit 2 reactor containment vessel last month detected a maximum of 8 sieverts per hour of radiation.

Experts say exposure to such radiation for about an hour would be fatal.

Officials from Tokyo Electric Power Company, or TEPCO, released the results on Thursday.

They said the radiation reading was taken near what appeared to be fuel debris, the term used to describe a mixture of molten fuel and broken interior parts.

The finding shows that nearly 7 years after the meltdowns, radiation levels remain so high that they present a major challenge to decommissioning work.

During the probe, 42 sieverts per hour of radiation was also detected outside the foundations of the reactor.

But officials said they have doubts about the accuracy of the reading because a cover had not been removed from the measuring instrument at the time.

They added that they don't know why radiation levels were lower near the suspected fuel debris than around the foundations.

They gave a number of possible reasons, such as that cooling water may have washed radioactive materials off the debris.

TEPCO's Chief Decommissioning Officer, Naohiro Masuda, says the company will develop debris-removal technology based on the outcome of the investigation.

 

________________________________________

Article mis à jour le 05/02/2018

Partager cet article

Repost0
25 novembre 2017 6 25 /11 /novembre /2017 00:26

Par Cécile Asanuma-Brice, chercheuse en sociologie urbaine, Maison franco-japonaise Tokyo UMIFRE 19-CNRS / Laboratoire CLERSE, Université Lille 1

Publication originale sur le site Géoconflence le 18/10/2017

 

L’explosion de la centrale nucléaire de Fukushima 1 le 11 mars 2011 a provoqué une grave contamination radioactive contraignant des dizaines de milliers de personnes à la fuite de leur domicile. Parce qu’il prouve l’impossibilité de la gestion d’un accident nucléaire, le refuge n’est souhaité ni par les autorités nationales ayant opté pour une poursuite du nucléaire, ni par les autorités internationales. Si dans un premier temps, les autorités ont simulé l’aide au refuge, cette aide a été interrompue en avril 2017 simultanément à la réouverture à l’habitat d’une partie de l’ancienne zone d’évacuation afin de contraindre les migrants au retour à la vie dans les territoires contaminés.

_______________________________________________________________________________

 

Sommaire :

 

- Un matin comme un autre

- Les effets de la résilience

- Ce nouveau séisme ravive les colères

- En dépit du bon sens, le retour dans l’ancienne zone d’évacuation organisé par les autorités prend place

- Dans les faits, où en est-on ?

- Du progrès, et de la vie : ce que les sciences sont en droit d’interroger

_______________________________________________________________________________

 

 

Nous n’en finissons plus de compter les années de ce que l’on a trop vite appelé l’ « après » Fukushima, alors même que la situation n’a jamais cessé de se détériorer. Passer à l’après, nous le souhaitons tous, mais il semble que cette heure ne soit pas encore venue. Les problèmes insolubles sont encore bien trop nombreux sur le site de la centrale pour que l’on puisse évoquer un « après » qui suggère une situation résolue permettant un nouveau départ. Si les informations sur le sujet se font rares, ou tentent à répondre à une volonté auto-apaisante sous l’approbation financée des autorités internationales en charge de la question en propageant la formule magique du « tout va bien », dans les faits, il n’en n’est rien. Loin d’être « under control », la gestion de cette catastrophe qui s’est traduite par la destruction paysagère de 40 % du département, suit son cours, faisant preuve chaque jour de l’incapacité humaine à contenir le désastre nucléaire. Après tant d’années, les corium [1] des réacteurs 1, 2, et 3 n’ont toujours pas pu être repérés. La seule information dont nous disposons est qu’ils ne se trouvent plus dans les cuves : plus de 800 tonnes de matériaux hautement radioactifs se seraient échappées de leur habitacle pour pénétrer les nappes phréatiques. On ne peut même les localiser avec précision en raison d’un taux de radioactivité trop élevé empêchant l’être humain comme le robot de s’approcher du site. Les coriums doivent être refroidis en permanence, durant toutes ces années, par plus de 300 tonnes d’eau [2] qui viennent quotidiennement se salir au contact de la matière radioactive. Cette eau hautement contaminée est à son tour stockée dans des citernes autour des réacteurs : près d’un million de mètres cubes sont aujourd’hui entreposés. Régulièrement, les autorités japonaises annoncent avoir dû vider une partie des eaux dans la mer face à l’incapacité de stocker la totalité du liquide. Aucune solution n’a pour le moment été trouvée à ce tonneau des Danaïdes, soumis à la gestion humaine et ses erreurs. Ainsi, en décembre 2016 l’injection d’eau de refroidissement dans le réacteur 3 a été suspendue par mégarde…

Figure 1. Carte de la répartition de la contamination en Bq/m² (Source : ministère de l’Éducation et de la recherche japonais, septembre 2011. Traduction et adaptation : Cécile Asanuma-Brice, Géoconfluences, 2017.)

Figure 1. Carte de la répartition de la contamination en Bq/m² (Source : ministère de l’Éducation et de la recherche japonais, septembre 2011. Traduction et adaptation : Cécile Asanuma-Brice, Géoconfluences, 2017.)

Ce n’est donc pas sans surprise que nous observons l’ardeur des organisations internationales, ainsi que du gouvernement japonais à vouloir à tout prix faire rentrer dans leur campagne en déshérence les populations qui se sont réfugiées à la suite de l’accident nucléaire du 11 mars 2011, engendrant des vagues de migrations importantes vers le sud du pays, et plus généralement vers les zones urbanisées. Plus de six années après l’explosion de la centrale, présents plus que jamais sur ce territoire rural, les membres des institutions engagées dans le monde nucléaire[3], se lancent dans « l’humanitaire » à la défense des paysans en péril, nous vantant les bienfaits de la résilience (Asanuma-Brice, 2015), les nuisances du refuge, les méfaits sanitaires du stress face au désastre, tout en affichant une attitude agnostique face aux résultats épidémiologiques qui voient pourtant croître à plus de 184 le nombre d’enfants de moins de 18 ans ayant dû être opérés d’un cancer de la thyroïde sur un échantillon limité de 270 500 personnes[4]. Ce point, devenu tabou dans les cercles politiques et scientifiques institutionnels, est pourtant fondamental, car c’est de son évaluation que sont déterminées les politiques de protection à mettre en œuvre, ou non, en cas d’accident. Si l’explosion d’une centrale nucléaire et la dispersion des isotopes qu’elle contient n’est pas dangereuse pour la santé humaine et pour la vie dans son ensemble, alors pourquoi partir en cas d’explosion, pourquoi évacuer les populations dont on broie la vie communautaire, mais aussi à quoi bon dépenser tant d’argent à décontaminer, pourquoi avoir créer des centres de recherches spécifiques sur la radio-protection puisqu’il serait inutile de s’en protéger, et finalement pourquoi se servir de ces mêmes isotopes inoffensifs pour réaliser l’arme de destruction ultime que l’on brandit à la face du monde à chaque tension diplomatique ? Bref, nous devons rétablir de la cohérence dans nos discours et nos analyses. Si les habitants de Fukushima se sont réfugiés, ou ont été évacués (même si l’évacuation organisée par l’administration a été bien tardive) c’est qu’il y a un danger, réel, dont nous avons tous connaissance : scientifiques, militaires et citoyens, bien que cette dernière catégorie comprenne les deux précédentes.

Notre position résolument critique en tant qu’urbaniste est de proposer dans ce texte un bilan de la situation migratoire et des mesures élaborées pour la maîtrise des mouvements de population, notamment via les politiques de logements, mais également via les tentatives de relance de l’économie locale à Fukushima six années après la catastrophe. Nos analyses présentent les résultats de travaux menés sur les effets psychologiques des politiques contraignant les habitants au retour sur les territoires de l’ancienne zone d’évacuation alors que la situation est toujours instable, et nous nous interrogeons sur les motivations à l’origine de la volonté politique du retour à l’habitat dans les zones encore contaminées.

 

Voici six années que nous nous rendons chaque mois sur les lieux de la catastrophe afin de suivre au plus près les politiques de protection ou de gestion mises en œuvre par les divers organismes administratifs, mais également par les populations elles-mêmes. Ce suivi s’est traduit par des enquêtes régulières, sous forme d’interviews, dans les diverses cités de logements provisoires, auprès des associations en charge de l’accompagnement au refuge ou du suivi sanitaire, auprès des habitants, réfugiés ou non, comme des administrateurs nationaux et internationaux. Cela nous a également amené à participer à divers ateliers et symposia organisés par ces différents acteurs. Ceux-ci ont pris part aux conférences internationales que nous avons dirigées chaque année, embrassant les thèmes les plus divers relatifs à cette catastrophe.

 

Dans un premier temps, il nous faut néanmoins resituer ces analyses dans le contexte qui est le leur, soit un terrain, celui du Japon, dont l’environnement sismique reste agité et ne cessera de l’être en raison de la localisation du pays, archipel volcanique situé à la jonction entre la plaque eurasienne, la sous-plaque dite de « l’Amour » à l’ouest, celle d’Okinawa et celle du Yangze (nord/sud), la plaque Philippine au sud, la plaque Pacifique à l’est, et la plaque d’Okhotsk au nord. Une telle localisation nous amène à penser que la témérité humaine ne saurait avoir raison des séismes, qui se jouent de l’arrogance politique. 

 

 

Un matin comme un autre

 

22 novembre 2016, 6 h du matin, département de Kanagawa au sud de Tôkyô. Les murs tremblent et le plancher tangue, lentement, durant d’interminables secondes. Le commentateur chargé d’informer sur la situation dans l’unique programme qui remplacera tous les autres quelques heures durant, répète en boucle : « un tsunami arrive, fuyez vite ! Surtout fuyez ! Rappelez-vous le séisme de mars 2011 ! N’allez pas voir l’état des marées, fuyez tout de suite vers les montagnes, collines ou autre endroit suffisamment haut pour vous mettre à l’abri, fuyez ! ».

 

Gorges serrées, pendus aux téléviseurs qui diffusent en boucle des images de bords de mer sur lesquelles sont affichées en lettres capitales rouges « Tsunami ! Fuyez tout de suite! », nous prenons connaissance de la situation : un tremblement de terre de magnitude 7,3 a eu lieu à 75 km des côtes de Fukushima, enregistrant des secousses de niveau 5. Les mouvements verticaux des plaques tectoniques entrainent un risque de tsunami imminent. À 8 heures, des tsunamis de diverses hauteurs ont déjà atteint les côtes du Tohoku à Chiba, allant jusqu’à 1,4 m mesuré dans le port de Sendai, et 1 m dans chacune des deux centrales nucléaires de Fukushima. Car c’est bien là que tous les regards se fixent. Non sans raison. Environ une heure après le séisme, le système de refroidissement du bâtiment 3 de la centrale Fukushima dai 2 tombe en panne suite aux fortes secousses, selon les déclarations des autorités. Les soufflent se coupent...

 

Une heure et demie plus tard, le système est réenclenché au grand soulagement de tous.

 

 

Les effets de la résilience

 

[5] Si, durant toute la matinée du 22 novembre, les speakers et les affichages télévisuels ne cessent d’ordonner aux habitants de se réfugier, les journalistes postés sur les endroits prévus à cet effet ne sont, à notre grand étonnement, entourés que de quelques personnes. « Tous les traumatismes sont remontés avec ce tremblement de terre. La plupart des gens n’ont pas pu bouger de chez eux, comme tétanisés, envahis par le désespoir de toutes ces années où la mise en pratique du refuge est restée impossible pour la plupart d’entre nous. Les personnes âgées dans les logements provisoires ont éteint leur poste de télévision et fait comme si de rien n’était. » (Mari Suzuki, habitante d’Iwaki, département de Fukushima). La résilience prônée par les autorités nationales et internationales qui ont participé à la gestion des conséquences de l’accident nucléaire de 2011, s’est imposée, en dépit de la volonté des victimes. La population des zones polluées par la radioactivité dont les terres n’ont pas été retenues dans la zone d’évacuation, sont pour la plupart d’entre elles dans un état de dépression avancée, après cinq années de combat pour une reconnaissance de leur droit au refuge restées sans réponse. En outre, le gouvernement a annoncé la réouverture à l’habitat d’une partie de la zone d’évacuation pourtant encore instable autour de la centrale nucléaire de Fukushima Dai ichi à partir de mars 2017, engendrant, de fait, l’arrêt du versement des dédommagements mensuels utilisés par certains pour se reloger ailleurs et la fermeture des logements provisoires. Cette contrainte au retour est moralement insupportable pour les personnes qui ont reconstruit leur vie dans des communes d’accueil à l’environnement plus stable. 

 

 

Ce nouveau séisme ravive les colères

 

Hiroki Suzuki, journaliste d’une quarantaine d’années, s’est rendu aux portes de la zone d’évacuation quelques heures après le séisme. Il brandit son dosimètre qui affiche 7,09 microsievert/heure [6], alors que la moyenne naturelle dans la région était de 0,04 microsievert/heure avant l’accident. « Regardez, on nous ment. Encore, toujours... » s’exclame-t-il sans pouvoir dissimuler une rage teintée de désespoir. C’est pourtant en franchissant cette frontière de la zone d’évacuation que deux jours plutôt, le professeur Hayano de l’université de Tôkyô organisait un voyage d’inspection des travaux de la centrale et de la zone d’évacuation accompagné de treize lycéens et lycéennes, revêtus de leur simple uniforme scolaire, sans aucune protection particulière. Le séisme est survenu alors que ce voyage d'étude venait de générer une vague de mécontentements des habitants sur les réseaux sociaux. Participant à plusieurs projets publics de revitalisation de la région, dont le projet ETHOS mené avec la collaboration de l’IRSN, projet aujourd’hui à terme qui visait à enseigner aux habitants à vivre dans un environnement contaminé en vue d’une rationalisation économique de la gestion des conséquences d’un accident nucléaire, adepte de la résilience, le professeur Hayano, faisant fi des centaines de recherches épidémiologiques sur la question, estime que la peur de la radioactivité n’est pas justifiée. Ce voyage initiatique avait donc pour but de montrer aux élèves qu’ils n’étaient pas foudroyés par la radioactivité alors même qu’ils se rendraient dans les zones où l’irradiation était la plus élevée, et que la peur devait laisser place à la raison gestionnaire. Cette attitude, jugée irresponsable par de nombreux collègues du physicien, occulte les connaissances les plus fondamentales en matière de radio-protection selon lesquelles la radioactivité agit sur le corps humain, non pas de façon soudaine, mais selon un processus qui s’étend sur plusieurs années.

 

Cet épisode aura marqué les esprits, car ni la situation sismique, ni le niveau de radioactivité ambiant, ni l’état de fonctionnement des centrales nucléaires (le tremblement de terre du 22 novembre l’a encore prouvé via une nouvelle panne du système de refroidissement) ne devraient permettre une telle quiétude politique. Par effet de corrélation, depuis le tremblement de terre de Nouvelle Zélande de magnitude 7,8 du 13 novembre 2016, on s’attendait à un nouveau séisme au Japon. Non par la loi des séries, mais selon l’enchaînement tectonique  observé en 2011, lorsque le tremblement de terre japonais avait été précédé de celui de Christchurch en Nouvelle-Zélande, de magnitude 6,3. Ce phénomène fut vérifié lors du tremblement de terre de Kumamoto au Sud du Japon, sur l’île de Kyûshû, le20 avril 2016, lui aussi annoncé par un séisme à Christchurch le 14 février, de magnitude 5,8. Cette combinaison de secousses est le résultat des pressions opérées par la plaque du Pacifique commune aux deux archipels.

 

Ainsi, si l’alerte au tsunami a été suspendue sur la totalité de la zone quelques heures après le séisme, la densité des répliques laisse planer une inquiétude pesante. En un peu plus d’une journée non moins de 90 répliques ont été enregistrées. Le séisme du 22 novembre 2016, suivi par une forte réplique le 24 novembre de magnitude 6,1 a été accompagné d’un nouveau séisme en Nouvelle-Zélande de magnitude 6,3 ce qui, selon le responsable de la planification de l’information sur les séismes, M. Kouji Nakamura, laisserait présager un nouveau séisme de classe 7 au Japon dans les mois suivants.

 

 

En dépit du bon sens, le retour dans l’ancienne zone d’évacuation organisé par les autorités prend place

 

Les prédictions de M. Nakamura ne se firent pas attendre. Le 26 février 2017, à 16 h 49, un nouveau séisme de force 5 fait vibrer le sol de Fukushima sans que cela ne perturbe la décision de retour programmée dès 2013, date à laquelle le gouvernement japonais établit un budget considérable, ventilé dans la totalité des ministères et destiné à développer la communication autour du risque afin d’influencer les populations au retour. En avril 2017, le gouvernement japonais rouvre à l’habitat une partie de la zone d’évacuation autour de la centrale nucléaire Daiichi, entrainant simultanément la levée des aides au logement de la population réfugiée. D’autres mesures incitatives comme l’exonération d’impôts pour ceux qui prévoient de construire des habitations neuves dans la zone sont également instaurées [7]. Suivant imperturbablement la planification élaborée plusieurs années en amont, qui par essence est déconnectée de la situation présente, et à l’étonnement des institutions internationales chargées de la gestion de la question nucléaire, pourtant engagées dans la mise en place d’un système de gestion permettant l’existence du nucléaire, le gouvernement japonais contraint la population au retour à vivre sur des zones encore parfois hautement contaminées, par l’abolition progressive de la zone d’évacuation (figure 2).

 

Figure 2. Zones interdites et zone de retour dans le département de Fukushima (Source des cartes : METI. Traduction et adaptation : Cécile Asanuma-Brice, Géoconfluences, 2017.)

Figure 2. Zones interdites et zone de retour dans le département de Fukushima (Source des cartes : METI. Traduction et adaptation : Cécile Asanuma-Brice, Géoconfluences, 2017.)

Figure 3. Réouverture du village d’Iitate. Les autorités accueillent les habitants sous un compteur affichant 0, 21 microsievert/h, avec l'interjection utilisée lorsqu’un membre de la famille rentre chez soi : « Bon retour ! » (Source de l'Image : Kyodo News)

Figure 3. Réouverture du village d’Iitate. Les autorités accueillent les habitants sous un compteur affichant 0, 21 microsievert/h, avec l'interjection utilisée lorsqu’un membre de la famille rentre chez soi : « Bon retour ! » (Source de l'Image : Kyodo News)

Dans les faits, les investissements publics pour la reconstruction ont été souvent pharaoniques pour l’édification de bâtiments surdimensionnés destinés à une population absente. Ainsi, la seule commune d’Iitate recevra un budget de 1,7 milliard d’euros pour la reconstruction des divers équipements publics. Entre 10 et 20 % seulement de la population est rentrée dans la plupart des communes, malgré les contraintes auxquelles elle doit faire face.

 

Un habitant du village d’Iitate déclarait le 19 février 2017, lors d’une conférence organisée à Fukushima par des chercheurs et les anciens habitants du village : « On nous dit qu’il n’y a pas de problème. Qu’il suffit de ne pas aller sur les “hot spots”. On ne peut ni aller en montagne, ni s'approcher des rivières, ne pas aller à droite ni à gauche... Comment voulez-vous qu’on vive ici ?!”. Un ancien membre du conseil communal, témoigne : Nous avons déménagé il y a six ans maintenant. Pourquoi devrions-nous rentrer dans un village désert où l’environnement ne nous permet pas de vivre librement et en sécurité ? » [8].

 

 

Dans les faits, où en est-on ?

 

La plupart des personnes ne s’étant pas enregistrées dans la base de données comptabilisant les réfugiés, il est difficile d’établir une cartographie exacte de la situation. Néanmoins, la carte au moment des faits permet d’établir des tendances (Asanuma-Brice, 2014). Elle faisait état de 160 000 personnes réfugiées au moment où leur nombre était le plus élevé, en mai 2012. Les habitants s’étaient principalement réfugiés dans la campagne des départements environnants (Yamagata, Niigata), ainsi que dans la capitale, Tôkyô [9].

 

 

Figure 5. Nombre de réfugiés dans le département de Fukushima et en dehors (Source : d'après les données officielles, relayées par le journal Fukushima Minpo, 3 mars 2017. Traduction-adaptation : Cécile Asanuma-Brice et Géoconfluences, 2017.)

Figure 5. Nombre de réfugiés dans le département de Fukushima et en dehors (Source : d'après les données officielles, relayées par le journal Fukushima Minpo, 3 mars 2017. Traduction-adaptation : Cécile Asanuma-Brice et Géoconfluences, 2017.)

Six ans après, les autorités estiment ce chiffre à 80 000 personnes réfugiées dont 40 000 hors du département, et 40 000 personnes déplacées à l’intérieur du département. La répartition a néanmoins quelque peu évolué car la majorité des personnes réfugiées hors du département serait désormais exclusivement localisée à Tôkyô et ces personnes seraient, pour 80 % d’entre elles, relogées dans des appartements en locatif du secteur public ou privé [10]. Ce chiffre ne comprend pas toutes les personnes pour lesquelles le statut de réfugié s’est modifié en celui de migrant, soit tous ceux, qui après six années passées hors de leur village, ont reconstruit leur vie ailleurs pour faire enregistrer administrativement leur déménagement dans une autre commune.

 

Cela nous amène à nous interroger sur la pertinence du terme de « refuge », car la plupart des personnes évacuées « volontairement » ou non, ont reconstruit leur vie, à défaut de pouvoir reconstruire leur environnement, ailleurs. Six années. Cela correspond à un cycle scolaire complet, et c’est la raison pour laquelle la plupart des familles avec enfants n’envisage plus de retourner vivre dans la zone. Ils ont… déménagé. La situation est plus lourde pour les personnes âgées.

Une partie d’entre elles ont été relogées dans les 15 561 logements provisoires construits à l’intérieur du département. Ainsi les plus de 65 ans représentaient plus de 40 % des personnes relogées dans ces cités dites « temporaires ». Pour la plupart, ces personnes ont dû accepter de déménager dans des logements publics collectifs construits à cet effet et ne sont, de fait, plus comprises dans les chiffres désignant les personnes réfugiées. Alors qu’en juillet 2012, 33 016 habitants vivaient dans ces logements provisoires, ce chiffre chute à 12 381 en février 2017, pour atteindre les taux les plus bas après avril 2017. Au 31 janvier 2017, 3 028 logements locatifs publics des 4 890 prévus initialement ont été construits dans 15 communes du département (figure 6.) 

Figure 6. Carte des logements construits pour les réfugiés dans le département de Fukushima (Source des données : Fukushima Minpo, 3 mars 2017. Traduction-adaptation : Cécile Asanuma-Brice et Géoconfluences, 2017.)

Figure 6. Carte des logements construits pour les réfugiés dans le département de Fukushima (Source des données : Fukushima Minpo, 3 mars 2017. Traduction-adaptation : Cécile Asanuma-Brice et Géoconfluences, 2017.)

Une autre partie de personnes âgées vit, depuis les faits, dans le parc locatif privé. La location d’un appartement en ville était souvent vue comme provisoire, en attendant les résultats de la gigantesque politique de décontamination publique. On a laissé ces personnes dans l’espoir durant six années, et alors que le gouvernement arrête de leur fournir les aides au logement prétendant un retour possible, quelques voyages de reconnaissance sur les lieux suffisent à éveiller leur conscience. Les paysages ont été détruits par la décontamination, les sols raclés, les arbres arrachés, des sacs de terre contaminée s’étendent à perte de vue dans les champs. La maison s’est détériorée. Les entreprises de réhabilitation de l’habitat ne sont plus là, ni aucun voisin d’ailleurs. Leurs enfants, petits-enfants, ont recommencé une nouvelle vie ailleurs et ne souhaitent pas rentrer dans un environnement qui enregistre toujours des taux élevés de contamination. Il leur est néanmoins impossible d’entretenir ces grands bâtiments de ferme seuls ; vides, lourdes, sont ces pierres, comme leurs esprits noyés dans un ultime espoir à jamais inassouvi. Ceux qui tentent le retour tombent dans une spirale dépressive qui les conduit au suicide pour une majorité d’entre eux. Un documentaire réalisé par la NHK le 9 janvier 2017 tente de tirer la sonnette d’alarme, en vain. Intitulé « Et pourtant, j’ai essayé de vivre »[11], il témoigne de la fin de vie de ces personnes, pour la plupart âgées, victimes d’un isolement qui leur sera souvent fatal. Le professeur Tsuchiuji[12], de l’université de Waseda, psychologue et directeur du laboratoire sur les situations traumatiques engendrées par les désastres avait publié les résultats d’une étude prouvant que la contrainte au retour sur ces territoires encore instables engendrerait une vague de suicides conséquente, restée sans conséquence sur la machine décisionnelle planificatrice qui avait été mise en place quatre années auparavant. Ces sacrifices humains sont acceptés par tous dans le silence d’un monde qui continue à se nucléariser.

 

 

Du progrès, et de la vie : ce que les sciences sont en droit d’interroger

 

Cela nous renvoie à une réflexion plus vaste développée par Max Weber, il y a un siècle, qui lui-même utilisait les écrits de Léon Tolstoï au sujet du sens de la mort dans nos sociétés civilisées. Selon lui, la mort, pour l’homme civilisé (Kulturmensch) ne peut avoir de sens en ce que la vie de chaque individu est constitutive d’un processus infini dont il est en quête : le progrès. Personne ne pourra donc jamais atteindre un but, une apogée, puisque le progrès est un processus infini. En cela le laps de temps fini de la vie ne constitue qu’une partie de son élan. Weber enchaîne cette réflexion avec une autre qu’il me semble fondamentale de remettre dans l’agora des sciences (humaines ou non) : « Le « progrès », comme tel, a-t-il un sens discernable dépassant la technique, de telle sorte que se mettre à son service constituerait une vocation ayant un sens ? » (Weber, 1969). Cette question formulée il y a un siècle est restée en l’état, sans réponse, nos sociétés continuant à multiplier les sacrifices humains sur l’autel de l’innovation pour un but dont l’existence n’est pas à échelle humaine.

 

Cécile ASANUMA-BRICE
chercheuse en sociologie urbaine, Maison franco-japonaise Tokyo UMIFRE 19-CNRS / Laboratoire CLERSE, Université Lille 1

 


[1] Corium : Terme technique pour désigner le cœur des réacteurs nucléaires.
[2] Données Tepco, 27 janvier 2017.
[3] L’AIEA : Agence nationale de l’Energie Atomique, le CEPN : Centre d'étude sur l'Evaluation de la Protection dans le domaine Nucléaire, ou encore l’IRSN : Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire.
[4] Selon les résultats de la commission sanitaire rendus officiels le 20 février 2017.
[5] Sur la résilience, se référer à notre article : C. Asanuma-Brice (23 novembre 2015) « De la vulnérabilité à la résilience, réflexions sur la protection en cas de désastre extrême », Revue Raison Publique.
[6] Le microsievert/heure est l’unité généralement utilisée afin de mesurer l’impact des rayonnements radioactifs sur l’homme.
[7] Journal Minpo, 18 janvier 2017
[8] Conférence sur le retour des habitants d’Iitate (Fukushima) 19.02.2017
[9] Concernant les politiques de logements mises en place après la catastrophe cf notre article : C. Asanuma-Brice (2011), « Logement social nippon, quand la notion de « public » retrouve raison », Revue Urbanisme, Nov. 2011.

[10] Enquête du 13 mars 2017, Préfecture de Fukushima
[11]
NHK, 2017
[12] Takuya Tsujiuchi Waseda Institute of Medical Anthropology on Disaster Reconstruction, « Mentak health Impact of the Fukushima Nuclear Disaster: Post-Traumatic stress and Psycho – socio – economic Factors », Fukushima Global communication Programme, working paper series, number 8, December 2015.

 

 

 

Bibliographie

Articles et publications scientifiques

 

 

Presse et publications grand-public de l'auteure

 

Source :

Cécile Asanuma-Brice, « Les migrants du nucléaire », Géoconfluences, octobre 2017.
URL : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/informations-scientifiques/dossiers-regionaux/japon/un-autre-regard/migrants-du-nucleaire

 

Conférence en ligne :

    Partager cet article

    Repost1
    19 novembre 2017 7 19 /11 /novembre /2017 12:06

    Texte de HORI Yasuo du 1er septembre 2017 traduit de l'espéranto par Ginette MARTIN

    Texte original en espéranto

    Mur de glace, eau contaminée, corium et décharge

    Le mur de terre gelée est terminé.

     

     Constamment, venant de la montagne voisine,  beaucoup d'eau s'écoule dans le terrain des quatre réacteurs et elle se charge de radioactivité. TEPCO doit pomper et mettre cette eau dans de grandes cuves. Auparavant, sur le terrain de la centrale nucléaire de Fukushima, c'était plein de verdure, mais on y trouve maintenant un millier de grandes cuves à eau. Résoudre ce problème est la chose la plus importante pour TEPCO.

     

       Pour cette raison, TEPCO a commencé à construire un mur de terre gelée de 1,5 kilomètre de long autour des 4 bâtiments des réacteurs. On a enfoncé 1568 tuyaux dans le sol, jusqu'à 30 mètres de profondeur, et à travers ces tubes, on fait circuler un liquide de refroidissement à -30 degrés, de sorte que le sol autour des tubes gèle et forme un mur. Jusqu'en mars 2016, TEPCO a construit 99% du mur et, le 22 août 2017, l'Autorité de sûreté nucléaire lui a permis de fermer la partie restante de 7 mètres de long.

     

      Cependant, l'efficacité de ce mur pour diminuer l'eau polluée est bien incertaine. En outre, TEPCO a besoin de 1500 millions de yens [11 millions d’euros] par an pour maintenir le mur en bon état et, de surcroît, les travailleurs devront être fortement exposés à la radioactivité. Beaucoup de gens craignent que TEPCO ne doive dépenser presque perpétuellement une telle somme sans beaucoup d'efficacité et ils lui recommandent d'explorer d'autres méthodes pour l'eau contaminée.

    Le terrain est rempli de grandes cuves déjà depuis 2013. Je suppose que maintenant la forêt que l'on voit au-dessus a disparu.

    Le terrain est rempli de grandes cuves déjà depuis 2013. Je suppose que maintenant la forêt que l'on voit au-dessus a disparu.

    Comment traiter l'eau conservée


     L'eau contaminée conservée en cuves est aussi un problème. TEPCO nettoie l'eau polluée avec la machine appelée ALPS mais, même ensuite, il reste dans cette eau une sorte de déchet radioactif, le tritium. On dit que ce n'est pas dangereux pour la nature et qu'on peut le rejeter à la mer, mais les pêcheurs de Fukushima sont fortement opposés à ce rejet de tritium, car la mauvaise renommée de Fukushima serait à nouveau remise dans l'actualité.

     

    Même si les pêcheurs approuvaient le rejet, pour cela TEPCO devrait d'abord diluer l'eau. Mais cela signifie que cela fera encore plus d'eau. Pour rejeter cette eau diluée, il faudra de nombreuses années.

     

     

    Si l'on ne peut pas résoudre ce problème d'eau, les grandes cuves seront constamment en augmentation. L'eau contaminée est le problème majeur et le plus important, mais on n'a aucune méthode efficace pour le résoudre.

     

    Eléments fondus

     

        Dans les trois réacteurs détruits, il reste des éléments fondus, mais il est difficile de savoir dans quel état ils sont, car ils sont trop radioactifs et personne ne peut s'approcher des réacteurs. Le 27 juillet, TEPCO a expliqué que des éléments fondus avaient été trouvés au fond du réacteur n°3.

     

       Un robot résistant à l'eau a été utilisé, car ce réacteur est rempli d'eau. Dans les photos qui ont été prises, on voit une masse comme un rocher, des choses qui ressemblent à des pierres et du sable, une grille tombée et des tubes tombés aussi déjà rouillés. Tout cela est fait d'éléments fondus, de matériaux de construction, etc.

    On suppose que 360 tonnes d'éléments fondus sont dans le réacteur n°3. TEPCO prévoit d'extraire les produits de fusion de l'un de ces trois réacteurs en 2021.

     

    Un dépôt final de déchets nucléaires sera choisi
     

        Le 28 juillet 2017, le gouvernement a publié la carte pour le  stockage final des déchets nucléaires. Jusqu'à présent, il attendait des candidatures volontaires venant des villes, mais une telle option n'a pas fonctionné, c'est pourquoi il a changé sa politique et a fait lui-même une carte des emplacements appropriés et inappropriés pour le dépôt. (Voir la carte plus bas)

     

      Selon l'explication, sont non-compatibles les endroits où :
     1. il y a des volcans actifs dans un rayon de 150 kilomètres,
      2. il y a des failles à proximité,
      3. il y a une érosion ou une élévation de terrain,
      4. la température de la terre est élevée,
      5. l'eau souterraine est très acide,
      6. la terre est molle,
      7. on trouve des traces de coulées de lave apparues il y a plus de 10 000 ans,
      8. il y a des mines de charbon, des champs de pétrole ou de gaz.

     

      Les 7 premiers endroits non compatibles sont coloriés en orange et le dernier endroit est en gris. Ces sites sont situés principalement le long de l'archipel japonais et en suivant les zones volcaniques.

     

    Sont appropriés les endroits où les conditions  mentionnées ci-dessus n'existent pas (couleur vert pâle), et parmi ces emplacements "appropriés", ceux situés le long de la côte sont les plus appropriés pour le transport maritime des déchets nucléaires (couleur verte). Ces endroits compatibles couvrent 60% du pays. Le gouvernement est prêt à donner 2 milliards de yens [15 millions d’euros] aux villes qui acceptent les études sur papier et même 7 milliards de yens [52,5 millions d’euros] aux villes qui accepteront "davantage de recherches".

     

    Mur de glace, eau contaminée, corium et décharge

    Il est prévu de rejeter les déchets nucléaires de la façon suivante :
    1. Les déchets nucléaires sont mélangés avec du verre et forment un bloc (500 kg, 1,3 m de haut et 40 cm de diamètre).
    2. Le bloc est placé dans une caisse en métal recouverte d'argile sur 70 cm d'épaisseur, et on le met dans le sol à plus de 300 mètres de profondeur.

     

    Selon les explications du gouvernement, ce dépôt souterrain aura une surface de 6 à 10 km2 et il y aura plus de 40 000  blocs de ce genre (mélanges de déchets nucléaires et de verre). Le coût total de la construction sera de 3 000 milliards de yens [22,5 milliards d’euros].

     

     Il est prévu que 20 ans seront nécessaires pour choisir l'endroit et 10 ans pour le construire. En attendant, il y aura certainement un fort mouvement d'opposition et des problèmes imprévisibles. C'est pourquoi plus de 30 ans seront nécessaires, et au minimum 50 ans. En outre, personne ne garantit que d'autres accidents majeurs dans les centrales n'auront pas lieu, ni d'autres cataclysmes,  ni des guerres. Les centrales nucléaires présentent un grand danger pour le Japon, mais des politiciens détestables continuent de croire et d'insister auprès des populations  que les centrales nucléaires sont sûres et que leur électricité est bon marché.

     

    Vraiment des imbéciles!

    ___________________________________________________________________________

     

    Le 22 juillet dernier, Hori Yasuo avait également rapporté un article sur le 50ème anniversaire du premier essai atomique en Polynésie française. Vous trouverez le texte original et la traduction française ci-dessous.

    Partager cet article

    Repost1

    • : Fukushima 福島第一
    • Fukushima 福島第一
    • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
    • Contact

    Mentions légales

    Directeur de la publication :

    Pierre Fetet

    Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

     

    BD : Fukushima-Chronique d'un accident sans fin

    Live spécial Fukushima du 2 mars 2021 en replay
    avec Bertrand Galic, scénariste,

    et Pierre Fetet, auteur du dossier documentaire

    Liens pour le live : Facebook, Youtube ou Twitch

     

    Webinaire : Fukushima 10 ans : quelles réalités ?

    7 experts japonais et français analysent la situation actuelle

    Événement organisé par la Criirad

    11h-13h, 14h-15h30

    Regarder sur Youtube

     

    Spectacle

    Le spectacle d'Audrey Vernon "Fukushima, work in progress" est disponible en ligne à cette adresse :

    https://www.imagotv.fr/spectacles/fukushima_work_in_progress

     

     

     

    Chaîne vidéo du blog de Fukushima

     

     

    Outil de traduction gratuite de site Internet

    Actualités sur Fukushima

    L'ACROnique de Fukushima

    Les Veilleurs de Fukushima

    Nos voisins lointains

    The Watchers of Fukushima

    Projet Mieruka Fukushima

    .

    « Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

    Infos en direct

    webcam tepco 

     Webcam

     TEPCO

    .

    webcam tepco 1 

     Webcam

     TEPCO 1

    .

    reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

     TBS/JNN

     

    radioactivité Tokyo Radioactivité

     à Tsukuba

     en continu

     

     

    Éditions de Fukushima

    Publications

    Le dernier livre de Jean-Marc Royer

     

     

    Le dernier numéro d'Atomes crochus

     

     

    Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

     

    Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

    Télécharger la version française ici.

     

    Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

    A télécharger ici

     

     

     

     

    sitesanspub

    Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -