16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 21:20

Après la ville de Strasbourg, le conseil général du Haut-Rhin a adopté, hier, à l’unanimité – droite, gauche et écologistes réunis — moins une abstention, une motion demandant l’arrêt de la centrale nucléaire de Fessenheim.

source : http://www.lalsace.fr/actualite/2011/04/16/le-conseil-general-68-demande-l-arret-de-la-centrale

 

L'Allemagne décide de sortir du nucléaire en 11 ans (avant 2022)

source : http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20110415trib000615755/merkel-veut-que-l-allemagne-sorte-le-plus-vite-possible-du-nucleaire.html

 

La France pourrait sans doute décider la même chose si on interrogeait les Français sur le sujet ; mais sur la question nucléaire, point de débat démocratique dans ce pays en vue pour l'instant...

 

Pourtant des solutions existent, des scénarios ont déjà été étudiés :

 

- par l'association Négawatt : sortie du nucléaire en 30 ans

dossier complet : http://www.negawatt.org/telechargement/Scenario%20nW2006%20Synthese%20v1.0.2.pdf

 

- par le réseau Sortir du nucléaire : sortie du nucléaire en 5 ou 10 ans

dossier complet : http://www.sortirdunucleaire.org/sinformer/brochures/sorties5ou10ans/ETUDE-SORTIES-web.pdf

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans En France et ailleurs
commenter cet article
16 avril 2011 6 16 /04 /avril /2011 18:27

On considère que la catastrophe de Tchernobyl a déjà coûté plus de 500 milliards de dollars.

source  : http://www.ladocumentationfrancaise.fr/dossiers/heritage-sovietique/tchernobyl.shtml

 

Quant à la catastrophe de Fukushima, la Bank of America-Merrill Lynch estime la facture pour l'instant à 130 milliards de dollars, mais il est probable qu'elle augmentera au fil du temps puisque le niveau de gravité est dorénavant le même que celui de la catastrophe de Tchernobyl.

source : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/monde/20110413.REU6995/la-responsabilite-de-tepco-pourrait-etre-plafonnee.html

 

Si l'on ajoute à ces chiffres faramineux :

 

   - les coûts énormes de construction des réacteurs (l'EPR de Flamanville coûtera au moins 5 milliards d'euros, celui de Finlande a déjà coûté 6 milliards)

source : http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9acteur_pressuris%C3%A9_europ%C3%A9en#Finlande

 

    - le coût de la recherche, du développement et de l'exploitation des centrales françaises qui est estimé entre 418 et 446 milliards d'euros

 source : http://sfp.in2p3.fr/Debat/debat_energie/Nucleaire/CDP-Nucleaire.pdf 



   - les coûts du démantèlement des vieilles centrales (Brenillis : coût évalué par la Cours des Comptes : 482 millions d'euros)

 

source : http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mant%C3%A8lement_nucl%C3%A9aire

 

   - le coût du traitement des déchets pendant des centaines d'années, non évalué, mais chiffré en milliards d'euros. Rien que le site d'enfouissement profond de Bure a déjà coûté plus de 35 milliards d'euros. Combien coûtera son exploitation ?

source : http://hondschoote-debat.over-blog.org/article-le-cout-reel-du-nucleaire-70145335.html

 

Pensez-vous payer ces factures quand vous bénéficiez d'électricité d'origine nucléaire ?

Ceux qui parlent d'une énergie nucléaire bon marché sont évidemment des menteurs.

Avec la catastrophe de Fukushima, le réveil va être douloureux pour le prix de l'électricité en France, car EDF ne pourra plus assumer.

 

 

A voir :

Une émission de TerreTV sur le même sujet : "Combien coûte réellement l'énergie nucléaire ?"

http://www.terre.tv/fr/3878_combien-coute-reellement-lenergie-nucleaire-

 

A lire :

http://www.lemonde.fr/idees/article/2011/12/07/assez-de-mythes-le-nucleaire-est-plus-cher-que-les-energies-renouvelables_1614336_3232.html

 

Et encore :

L’électricité nucléaire de plus en plus chère

Nicolas Sarkozy reconnaît que l’on ne paie pas l’électricité nucléaire à son prix réel.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans En France et ailleurs
commenter cet article
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 16:23

Je relaie cet article du site "Rebellyon.info" qui dénonce la gestion de la crise au Japon face au problème des populations concernées directement par la pollution radioactive.

Omissions, mensonges, déclarations contradictoires, laisser-aller, silence, mépris, irresponsabilités... au menu de cet article qui n'a pas assez de mots pour dénoncer cette situation dramatique pour la population japonaise.

 

Pour faire la lumière sur les détails et les consé­quen­ces de l’acci­dent de Three Misle Island, il a fallu plus de 10 ans ; pour l’acci­dent de Tchernobyl, 30 ans après, l’OMS recense 4000 morts alors que l’aca­dé­mie des scien­ces de New York en recense 1 000 000.

Pour l’acci­dent nucléaire de Fukushima Daiichi, c’est le même scé­na­rio : men­son­ges, omis­sion, dis­si­mu­la­tions, décla­ra­tions contra­dic­toi­res, tant de la part de Tepco que du gou­ver­ne­ment japo­nais, avec la com­pli­cité des autres États qui se tai­sent et la béné­dic­tion de l’indus­trie du nucléaire. Les japo­nais en font les frais (...)

 

Lire la suite de l'article ici :

http://rebellyon.info/Les-japonais-victimes-du-silence.html

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 23:59

 

NOUVEAU DANGER. Des réactions de fission dans la piscine n°4

 Par Dominique Leglu

 

Attention, danger ! C’est vers la piscine de l’unité n°4 de Fukushima que les regards convergent aujourd’hui avec une nouvelle inquiétude. S’y déroulent des réactions en chaîne dégageant  une très forte radioactivité ! Des niveaux “100 000 fois supérieurs à la normale”, selon l’agence de sûreté nucléaire japonaise NISA (...)

 

lien vers l'article entier :

http://sciencepourvousetmoi.blogs.sciencesetavenir.fr/archive/2011/04/15/fukushima-suite-32-nouveau-danger-des-reactions-de-fission-d.html

 

 

 

Radiation surges above 4's fuel pool

By Kanako Takahara

 

Radiation has risen to high levels above the spent-fuel pool at reactor No. 4 and its temperature is rising, the nuclear safety agency said Wednesday, indicating the fuel rods have been further damaged and emitting radioactive substances (...)

 

lien vers l'article entier :

http://search.japantimes.co.jp/cgi-bin/nn20110413x1.html

 

 

 

TEPCO confirms damage to part of No. 4 unit's spent nuke fuel

Kyodo news

 

Some of the spent nuclear fuel rods stored in the No. 4 reactor building of the crisis-hit Fukushima Daiichi power plant were confirmed to be damaged, but most of them are believed to be in sound condition, plant operator Tokyo Electric Power Co. said Wednesday (…)

 

lien vers l'article entier :

http://english.kyodonews.jp/news/2011/04/85295.html

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 21:47

1986, Tchernobyl

 

pellerin.jpgPierre Pellerin, directeur du SCPRI (Service Central de Protection contre les Rayonnements Ionisants),

transmet ce communiqué à l'AFP le 30 avril à minuit :

"Situation dans l’ensemble stationnaire. On note cependant, sur certaines stations du sud-est une légère hausse de la radioactivité atmosphérique, non significative pour la santé publique"

 

barzach.jpgLa ministre déléguée chargée de la Santé et de la Famille, Michèle Barzach, fit quant à elle paraître le 16 mai deux communiqués :

"La Santé n'est aucunement menacée par les conséquences de cet accident. Les activités courantes peuvent donc être poursuivies sans précautions particulières, notamment :

- alimentation : les eaux habituellement potables, le lait, les produits alimentaires frais ou de conserve peuvent être consommés quel que soit l'âge du consommateur,
- activités en plein air : elles peuvent être menées sans modification (travaux divers, jeux, sports, promenade, baignade)"

"le déroulement des grossesses en cours ne nécessite aujourd'hui, à ce titre, absolument aucune précaution particulière"

 

source : http://info.nucleaire.free.fr/sfen_part4.htm

 

 

2011, Fukushima

 

thierry-charles-copie-1.jpgThierry Charles, responsable des questions de sûreté à l'IRSN ((Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire), interviewé par Antoine Bouthier

LE MONDE.FR, 11 avril 2011

 

"Depuis dix jours, la situation est à peu près stabilisée. Les ingénieurs parviennent à refroidir les réacteurs en continu avec de l'eau douce. On a retrouvé des flaques très radioactives sous la centrale, ce qui pourrait être dû à de petites fuites sous les cuves.

  (...)

Le pire est passé, mais ce n'est que le début de la conquête. La situation sera complètement gérée lorsque le système de refroidissement fonctionnera de nouveau. Les ingénieurs avancent doucement et ils ont raison de prendre leur temps. D'autant plus qu'ils arrivent à alimenter les réacteurs en eau sans problème.

  (...)

[La zone d’exclusion] a été élargie à 30 km. Cela correspond à la zone post-accidentelle, où l'on observe des dépôts de radioactivité au sol. Nous pensons que c'est une mesure raisonnable. L'iode 131 est un radioélément à vie assez courte, elle décroît d'un facteur 2 chaque semaine. Dans trois mois, son niveau sera complètement secondaire et les habitants pourront théoriquement revenir."

 

source :

http://www.lemonde.fr/japon/article/2011/04/11/fukushima-il-faudra-des-mois-avant-de-retablir-la-situation_1506093_1492975.html#xtor=AL-32280308

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans En France et ailleurs
commenter cet article
14 avril 2011 4 14 /04 /avril /2011 18:19

Des voitures provenant du Japon ont été saisies ces dernières semaines dans l'Extrême-Orient russe.

La raison ? Elles étaient contaminées au cesium-127 et à l'uranium-238, avec des niveaux dépassant 2 à 6 fois la norme.

Dorénavant, il va falloir s'habituer à ce genre de nouvelles et faire attention à la provenance des produits de consommation...

 

source : http://www.rtbf.be/info/monde/detail_des-voitures-japonaises-radioactives-saisies-en-extreme-orient-russe?id=5948373

 

Mais il faut rappeler que, sans même une catastrophe comme celle de Fukushima, le lobby nucléaire essaie depuis lontemps de faire monter la radioactivité dans notre environnement : le réseau Sortir du nucléaire et la Criirad avaient en 2000 lancé une campagne contre une directive européenne autorisant le recyclage des déchets dits "de très faible activité".

 

source : http://www.medecines-douces.com/impatient/265mar00/radio.htm

 

Depuis 2002, le Code de la Santé Publique interdit d'ajouter des substances radioactives dans les biens de consommation. Mais en mai 2009, un décret ministériel a donné la possibilité aux industriels d'obtenirs des dérogations pour les matériaux de construction.

 

source : http://www.enviro2b.com/2010/02/12/les-dechets-radioactifs-investissent-nos-murs/

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans En France et ailleurs
commenter cet article
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 17:39

Depuis le début de la catastrophe de Fukushima, on essaye "d'éviter le pire", mais peu de gens s'expriment sur ce que le pire peut représenter, tellement c'est inconcevable. Du coup, il est plus facile d'éviter ce sujet que de l'affronter.

 

Les pessimistes parlent d'une possible explosion de la centrale à cause du corium (coeur fondu sous forme de magma) qui rencontrerait dans sa descente souterraine une nappe d'eau qui se vaporiserait instantanément.

 

Les "optimistes" prévoient de conserver la situation stable durant des dizaines d'années, en essayant tant bien que mal de refroidir ces réacteurs devenus pourtant incontrôlables.

 

Mais dans les deux cas, la catastrophe est immense. Dans le cas d'une explosion, la pollution mondiale pourrait être brutale et rapide, Dans le cas d'une "stabilisation", la centrale diffuserait son poison mortel dans l'air et l'océan durant des dizaines d'années, voire plus.

 

Alex, un Français vivant à Tokyo, choisit d'exprimer ses craintes par des vidéos qu'il partage régulièrement sur le net.

Il explique entre autres la grande différence d'échelle entre Tchernobyl et Fukushima.

 

A Tchernobyl = 1 réacteur qui a explosé

A Fukushima = 4 réacteurs perdus

  

A Tchernobyl = 190 tonnes d'uranium

source : http://resosol.org/Gazette/1996/149_03.html

A Fukushima = 2374 tonnes de combustibles

 source : http://blogs.mediapart.fr/blog/jaguilar/220311/inventaire-du-combustible-present-sur-le-site-des-centrales-de-fukushima-0

 

Pour le reste, même si le ton qu'il emploie semble disproportionné par rapport à la situation actuelle à Tokyo, on peut l'écouter. Puisse-t-il ne pas avoir totalement raison.

 

Lien vers la vidéo :

http://www.youtube.com/watch?v=e1GrmZ1_szs&feature=player_embedded

 

A lire aussi, très instructive, cette discussion sur "le scénario du pire" sur le site de Radioprotection Cirkus

http://www.forum-rpcirkus.com/t1742-le-scenario-du-pire

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 16:21

La catastrophe de Fukushima relance le débat sur la sous-traitance dans les centrales nucléaires. Voici quelques reportages, sous forme de film, de vidéo, d'articles ou de dossiers pour aborder le problème.

 

   

 

Nucléaire : voyage au pays des forçats de l'atome

LE MONDE | • Mis à jour le

"Gérard Teyssier connaît les sales boulots du nucléaire. Quinquagénaire robuste, adepte de la course de fond, cet employé de la sous-traitance a notamment décontaminé les sols « avec une machine monobrosse, mais souvent à la main, à quatre pattes, vêtu d'une cagoule, d'une combinaison en papier et d'une paire de gants en vinyle ».

http://www.lemonde.fr/a-la-une/article/2014/04/09/nucleaire-voyage-au-pays-de-la-dose_4398075_3208.html

 

 

Pratiques scandaleuses pour les travailleurs de Fukushima

(ddmagazine, 12/12/12)

Le ministère du Travail japonais a demandé à Tepco, l'opérateur de la centrale nucléaire de Fukushima, d'améliorer le contrôle de ses sous-traitants. Selon le Asahi Shimbun, cette décision revient à la reconnaissance implicite d'un système illégal de sous-traitance en cascade, avec Tepco au sommet, qui permet de s'affranchir de la sécurité des travailleurs. Le président de Tepco, Naomi Hirose, a admis les difficultés du recrutement de travailleurs pour intervenir sur des zones fortement contaminées de la centrale en ruine et le recours à des centaines de travailleurs au travers d'un système de recrutement opaque. [en vignette, schéma du système publié par le Asahi Shimbun].

(...)

 Lire la suite :

http://www.ddmagazine.com/201212122555/Actualites-du-developpement-durable/Pratiques-scandaleuses-pour-les-travailleurs-de-Fukushima.html

.

 

La sous-traitance explose

article de Claire Berthelemy (OWNI, 22 septembre 2011)

 

Lien : http://owni.fr/2011/09/22/marcoule-le-royaume-de-la-sous-traitance-nucleaire-edf-areva/

 

En début de semaine, EDF jouait les bons élèves en transmettant à l’Autorité pour la Sûreté Nucléaire (ASN) des conclusions très rassurantes à propos de la filière nucléaire française. Pas de chance, cette remise de copie intervient quelques jours après un accident survenu à Marcoule dans le Gard, au Centre de traitement et de conditionnement de déchets de faible activité (Centraco). Sur ce site géré par le groupe EDF, le 12 septembre, l’explosion d’un four d’incinération a tué une personne et en a blessé quatre autres.

 

Plusieurs enquêtes de l’ASN, de l’Inspection du Travail et la gendarmerie sont en cours pour déterminer les causes de cet incident nucléaire. Mais dès à présent, les différentes personnes travaillant sur place, avec lesquelles nous nous sommes entretenues, expliquent le drame par une gestion approximative de la maintenance, fondée selon eux sur une multiplication des sous-traitants. Ces derniers travaillant le plus souvent dans des conditions préoccupantes. 350 personnes sont employées au Centraco, 210 relevant de contrats de travail passés par le groupe EDF et 140 relevant de plusieurs entreprises de sous-traitance.

 

 

 

 

 

Emission de Mathieu Vidard "La tête au carré" du 28 octobre 2011 sur France Inter

Lien : http://www.franceinter.fr/emission-la-tete-au-carre-la-sous-traitance-dans-le-nucleaire

La sous-traitance dans le nucléaire, un reportage de Pascale Pascariello

Près de 80% de la maintenance des installations nucléaires est aujourd’hui sous-traitée.

« EDF utilise pas loin de 20 000 personnes en sous-traitance, aux cotés de ses 20 000 salariés. C'est vraiment un souci ! Ces sous-traitants doivent être formés, travailler dans de bonnes conditions, être bien protégés, bien surveillés ». Ce cri d'alarme a été lancé le 29 aout dernier par le Président de l'Autorité de Sureté nucléaire, André-Claude Lacoste, en charge de veiller sur les 19 centrales françaises.

Nous sommes donc allés voir ceux qui entretiennent les centrales. Certains sont des "nomades" qui vont de centrales en centrales et logent dans des campings ou des gites. Souvent interdits de parole sous peine de licenciement, les sous-traitants du nucléaire éprouvent aujourd'hui le besoin d'alerter l'opinion sur les risques qu'ils encourent et sur la dégradation des conditions d'intervention à l'intérieur des centrales.

 

RAS nucléaire, rien à signaler

Un film de Alain de Halleux (2009)

Lien : http://www.tuxboard.com/r-a-s-nucleaire-rien-a-signaler/

On les appelle les "jumpers", ils sont chargés d'entrer dans le générateur de vapeur pour obturer les tuyaux qui le relient au réacteur nucléaire. Séjour maximum autorisé : de 90 à 120 secondes, sous peine de surdosage radioactif ! Ils font partie de la masse des ouvriers intérimaires et sous-payés, chargés de maintenance dans les centrales nucléaires (décontamineurs, mécaniciens, contrôleurs...). Des travailleurs de l'ombre qui, avec ce film, sortent pour la première fois du silence pour dresser un tableau inquiétant d'un des fleurons de l'industrie européenne. Depuis la libéralisation des marchés et la privatisation des groupes énergétiques, les conditions de travail semblent en effet se dégrader, au mépris de la santé des ouvriers et de la sécurité. Au nom de la rentabilité, EDF/GDF-Suez, Areva et les autres recourent de plus en plus à la sous-traitance, rognent sur les effectifs et la maintenance, font pression sur les employés...

 

Nucléaire: quels sont les risques de la sous-traitance?

Blog Et voilà le travail, chronique de l’humain en entreprise

Article d’Elsa Fayner

Lien : http://voila-le-travail.fr/2011/04/03/nucleaire-quels-sont-les-risques-de-la-sous-traitance/

Au Japon, comme en France, les tâches dangereuses du nucléaire sont confiées à des sous-traitants. Qui sont ces nomades du nucléaire, qui interviennent de centrale en centrale? Quels sont les risques de la sous-traitance pour leur santé, et pour la sûreté du pays ?

 

Les bagnards du nucléaire

Reportage audio d’Aurélien Chartendrault  (l’Express), publié le 19/03/2011

(durée : 5min39)

Lien : http://www.lexpress.fr/actualite/societe/les-bagnards-du-nucleaire_974084.html

Ils parcourent la France entière pour effectuer la maintenance des centrales et travaillent au plus près du risque. On les appelle "les invisibles", "les intermittents", les "nomades" du nucléaire. Qui sont-ils? Reportage à la centrale de Nogent-sur-Seine.

 

Les clochards du nucléaire

Article de Mathieu Gaulène (l’Express), publié le 02/04/2011

Lien : http://www.lexpress.fr/actualite/environnement/japon-les-clochards-du-nucleaire_978891.html

80% des travailleurs du nucléaire au Japon sont en fait des sous-traitants, recrutés parmi les couches les plus paupérisées de la population japonaise.

 

Les invisibles du nucléaire

Emission Envoyé spécial du 17 mars 2011

Lien : http://envoye-special.france2.fr/envoye-special-la-suite/les-invisibles-du-nucleaire-17-mars-2011-3206.html

Qui entretient les centrales nucléaires en France ? Jumpers, funambules, scaphandriers, ils sont 20.000 à parcourir chaque année des milliers de kilomètres pour assurer la maintenance des centrales et réacteurs français. Ces sous-traitants de l’atome dénoncent aujourd’hui leurs conditions de travail et s’inquiètent pour leur santé.

 

Les serfs de l'atome

Article de Marie Vaton et Elsa Vigoureux (Le Nouvel Observateur), publié le 03/05/2011

Lien : http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20110503.OBS2308/enquete-les-serfs-de-l-atome.html

Ils sont 21.000 à nettoyer, curer, réparer les cuves des centrales nucléaires. Un travail de sous-traitance, loin du temps où leurs pères portaient fièrement le blason EDF. Nomades, ils interviennent à Cuers, au Tricastin ou ailleurs en France. Une vie passée à prendre "de la dose" pour pas cher payé.

 

Compétitivité et sous-traitance nucléaire: servitude et nouvelle forme d'esclavage

Article d’Annie Thebaud-Mony, chercheuse à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm), publié par le Réseau Sortir du nucléaire (1999).

Lien : http://www.sortirdunucleaire.org/index.php?menu=sinformer&sousmenu=revue&page=article&id=375&num=35

Chaque année, entre 20 000 et 30 000 travailleurs, intervenant en sous-traitance dans l’industrie nucléaire, sont directement affectés aux travaux sous rayonnements. Ces travailleurs que certains nomment de façon péjorative “les viandes à rem” effectuent l’essentiel des tâches de maintenance des centrales et supportent plus de 80 % de la dose collective annuelle d’irradiation reçues dans le parc nucléaire français. La question qui se pose est pourquoi les activités de maintenance, fondamentales pour la sûreté des installations nucléaires, sont-elles sous-traitées ?

 

 

A lire aussi :
L'industrie nucléaire : sous-traitance et servitude.
Enquête sur le personnel intérimaire travaillant dans l'industrie nucléaire.
272 pages, 28 € port compris à commander au Réseau “Sortir du nucléaire”

 

 

Les intermittents du nucléaire - Enquête STED sur le travail en sous-traitance dans la maintenance des centrales nucléaires

Sous la coordination de Ghislaine Doniol-Shaw, Dominique Huez et Nicolas Sandret
Editions Octares - 1995

Cet ouvrage présente les résultats de la première phase de l'enquête épidémiologique STED (Sous-Traitance EDF DATR) conduite auprès des salariés sous-traitants DATR (Directement Affectés aux Travaux sous Rayonnements ionisants) intervenant dans les travaux de maintenance des centrales nucléaires, pendant les arrêts de tranche.

 

A voir aussi :

Arrêt de tranche - les trimardeurs du nucléaire
Catherine Pozzo di Borgo
L'Harmattan - 1994

Un film qui met en lumière la précarité de l'emploi, pose la question des risques auxquels ces travailleurs, exposés à de fortes radiations, sont confrontés et interroge la sûreté même des installations nucléaires françaises.

 

 

Les intouchables japonais

Un reportage de Lili Eclimont sur ARTE.

La catastrophe de Fukushima, c'était en mars 2011. Depuis, les agences d'intérim peinent à trouver des travailleurs qui acceptent d'aller dans la centrale dont l'avenir est toujours imprévisible. Mais où Tepco va-t-il donc chercher ces "volontaires" quand on sait qu'à ce jour, 3 hommes sont morts irradiés dans la centrale endommagée. Selon certaines rumeurs, des "burakumin" seraient recrutés, des personnes issues d'une caste très pauvre qui s'est toujours vu confier les basses besognes depuis l'époque Edo mais aussi des sans-abri et des journaliers, une main d'œuvre bon marché et soumise. Une pratique courante dans les centrales nucléaires japonaises, bien avant Fukushima.

http://www.arte.tv/fr/3975506,CmC=3975580.html

 

Et encore :

www.ma-zone-controlee.com/

Suite à des incidents dans la centrale de Tricastin, des salariés de la sous-traitance ont décidé de créer en novembre 2009, ce site et de “tenir informés des conditions de travail , de santé et de vie” dans les centrales.


www.sst-nucleaire-chimie.org/

« Santé, Sous-traitance nucléaire-chimie » est une association à but non lucratif qui soutient et défend les droits de ces salariés n’ayant aucun recours ».


Livres :
Annie Thébaud-Mony :
"L'Industrie nucléaire. Sous-traitance et servitude", Inserm-EDK, 2000, "Travailler peut nuire gravement à votre santé", La Découverte, 2007.

Un roman très précis sur le sujet : « La centrale » de Elisabeth Filhol, P.O.L., 2010.

Rapports :

Rapport 2010 de l’Autorité de sureté nucléaire :
http://rapport-annuel2010.asn.fr/telechargements/rapport-annuel-2010.html

Rapport d’étape de la mission parlementaire sur la sécurité nucléaire, la place de la filière et son avenir. Office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques :
http://www.senat.fr/rap/r10-701/r10-7011.pdf
 

 

Centrale de Dampierre-en-Burly (Photo Adrien Matton)

Centrale de Dampierre-en-Burly (Photo Adrien Matton)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans En France et ailleurs
commenter cet article
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 00:30

Plus de peur que de mal après l'incendie qui a éclaté à la centrale de Fukushima Dai-ichi quelques heures avant la réplique.

 

D'après un communiqué deTEPCO,

à environ 06h38 (heure locale), le 12 avril, un incendie a éclaté dans une armoire de commandes électrique, standard de distribution contenant des piles, situé à proximité du canal d'évacuation d'eau au sud pour les unités 1 à 4. L’équipe anti-incendie est intervenue peu de temps après le début du sinistre.   Cet incident n'a pas eu d'incidence sur la dissémination de substances radioactives ou sur la capacité de refroidissement du réacteur. Les données tirées de la surveillance de l'environnement dans la région n'ont pas changé. À 09h12 (heure locale), a été confirmée l'extinction d'incendie au tableau de distribution.

 

Source : http://www.tepco.co.jp/en/press/corp-com/release/11041213-e.html

 

 

Mais cet incident ne doit pas faire oublier que parallèlement, l'évolution du comportement des réacteurs endommagés reste entièrement imprévisible.

Sur ces photos prises le 10 avril et diffusées par Cryptome, on voit encore les réacteurs 2 et 3 qui rejettent leurs vapeurs mortelles

http://cryptome.org/eyeball/daiichi-npp6/daiichi-photos6.htm

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 23:30

Retour aux sources

 

Après avoir contacté Bernard Allenbach, ingénieur au SERTIT, je vous livre des extraits de sa réponse :

 

"Nous n’avons pas étudié très en détail les impacts sur la centrale de Fukushima, nos études, intégrant toute la zone côtière, ont été faites dans l’urgence avec des images SPOT-5 (N-B) d’une résolution de 2,5 m ,ce qui est suffisant pour évaluer en grand les zones impactées ; mais s’il s’agît d’établir un constat détaillé à l’échelle de chacune des centrales il vaudrait mieux le tenter en exploitant des images mieux résolues, idéalement 0,5 m et moins . "

 

L'info d'une vague de 3 à 4 m semble être due en fait à l'interprétation de Cécile Dumas, journaliste à Sciences et Avenir,  qui avait interrogé l'ingénieur, car il poursuit :

"Ce que nous avons remarqué, en exploitant la base de donnée altimétrique (pas extrêmement précise, dont nous disposons : résolution planimétrique 90 m), et ceci est vrai surtout pour la zone allant de Sendai jusque vers les centrales de Fukushima, c’est que les zones affectées par la vague du tsunami, telles qu’on peut les observer sur ces images satellites, sont pour l’essentiel « soulignées » par l’isoligne d’altitude 3, 5 m. Cette isoligne est à une distance moyenne de 3 km du rivage dans la région (plutôt plate) de Sendai."

 

Mais la centrale de Fukushima Dai-ichi est adossée à un relief et la vague n'a pas pu pénétrer dans les terres à cet endroit. D'où sa plus forte puissance en arrivant sur la centrale et sa pénétration haute sur le site.

En agrandissant les photos du METI, on distingue bien la marque de l'eau, à une hauteur d'environ 14 m, mais la marque est faible et peu visible sur une photo de taille réduite. 

 

Pour ceux qui douteraient encore de la hauteur de la vague, voici un article analysant des images satellite de la centrale de Fukushima Dai-ichi :

http://energie.lexpansion.com/energie-nucleaire/des-photos-satellites-pour-analyser-l-accident-de-fukushima_a-32-5855.html

 

Maintenant, reste à comprendre pourquoi on a laissé construire une centrale nucléaire à 10 m au dessus du niveau de la mer sur une côte réputée pour ses tsunamis !

Certainement cela aurait coûté beaucoup plus cher en investissement et en fonctionnement de la construire sur la colline.

L'entreprise Tepco et le gouvernement japonais savaient tout ça.

A qui a profité le crime ? 

 

Lien vers les précédents articles :

(1)

http://fukushima.over-blog.fr/article-quelle-etait-la-hauteur-de-la-vague-a-fukushima-dai-ichi-71171900.html

(2)

http://fukushima.over-blog.fr/article-quelle-etait-la-hauteur-de-la-vague-a-fukushima-dai-ichi-2-71407318.html

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

Agenda

2-3-4 novembre 2017, Paris

3ème Forum Social Mondial Antinucléaire

Lien vers le site dédié : http://fsm-antinucleaire2017.nuclearfreeworld.net/

 

7 novembre 2017, Epinal, 20h00

Conférence "Fukushima 6 ans après" par Toshiya Morita

organisée par Vosges Alternatives au Nucléaire

 

8 novembre 2017, Colmar, 20h00

Conférence "Fukushima 6 ans après" par Toshiya Morita

organisée par Stop Fessenheim

 

13 novembre 2017, Liège, 20h00

Projection du film "La terre abandonnée" de Gilles Laurent (73 minutes, 2016)

Cinema "Le Sauvenière", Place Xavier Neujean à Liège

En savoir plus en cliquant ici

 

23 novembre 2017, Nismes, 20h00

Projection du film "La terre abandonnée" de Gilles Laurent (73 minutes, 2016)

En savoir plus en cliquant ici

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -