17 juillet 2014 4 17 /07 /juillet /2014 23:58

Jean-Marc Royer, contributeur de longue date du blog de Fukushima, nous offre un premier article sur Hiroshima, tiré de son ouvrage inédit, "Le nucleaire, érotisation suprême et planétaire de la mort ". Il sera suivi dans les mois qui viennent de deux autres passages consacrés à des évènements dramatiques de l'histoire du nucléaire.

A la fin de l'article, l'auteur lance un avis de recherches documentaires. Merci d'avance aux lecteurs qui pourront l'aider.

________________

 

 

Le premier été silencieux de l’histoire du monde

 

 

L’inconscient collectif d’un peuple revient d’autant plus sûrement à la surface qu’il a été profondément refoulé sous le coup de motifs inavouables. Ainsi, à cinqunate ans de distance, entre 1962 et 2011, a-t-on vu ressurgir les termes « printemps silencieux » et « ground zero ».

Le premier été silencieux de l’histoire du monde

« Le 2 septembre 1945 au matin, ils sont plus de six cents à assister à [la signature de la reddition japonaise à bord du cuirassé Missouri], en rade de Tokyo, quand Wilfred Burchett [journaliste australien], seul, non accrédité par les autorités d'occupation, monte dans un train qui doit l'emmener jusqu'à Hiroshima qui n'est pas encore sous contrôle militaire états-unien. " Les huit premières heures comptèrent parmi les plus hasardeuses de mon expédition. Le train était plein à craquer d'officiers et de soldats fraîchement démobilisés. Des officiers portaient encore leur long sabre [...], et il me semblait qu'ils avaient une furieuse envie de passer aux actes ". Après vingt heures de voyage, il saute du train, en pleine nuit, dans ce qui reste de la gare d'Hiroshima. Immédiatement arrêté par la police japonaise, il ne découvre la cité qu'au petit matin. Il est le premier journaliste occidental à contempler ce champ de ruines, mais surtout à visiter les hôpitaux où des gens meurent d'une façon inconnue : " A Hiroshima, trente jours après la première bombe atomique qui détruisit la ville et fit trembler le monde, des gens, qui n'avaient pas été atteints pendant le cataclysme, sont encore aujourd'hui en train de mourir, mystérieusement, horriblement, d'un mal inconnu pour lequel je n'ai pas d'autre nom que celui de peste atomique [...]. Sans raison apparente, leur santé vacille. Ils perdent l'appétit. Leurs cheveux tombent. Des taches bleuâtres apparaissent sur leur corps. Et puis ils se mettent à saigner, des oreilles, du nez, de la bouche ". Ce long article que Wilfred Burchett tape assis sur des gravats, en maltraitant sa vieille machine Baby Hermes, est transmis en morse jusqu'à Tokyo. Publié le 5 septembre à la une du Daily Express et diffusé gratuitement aux autres journaux, il fera le tour du monde. Car personne n'a encore parlé des ravages des radiations. Pour l'opinion mondiale, les deux bombes lancées par les États-Unis sont simplement des engins de guerre plus puissants que les autres : qu'elles aient contenu de quoi continuer à tuer longtemps après la fin de la guerre est impensable. L'état-major états-unien, qui ne pouvait imaginer qu'un correspondant non accrédité se rende aussi vite sur place, accuse le coup ».[1]

« Un autre journaliste George Weller, du Chicago Daily News, a également contourné les restrictions officielles de l'époque et atteint Nagasaki, le 6 Septembre. L'article de 25.000 mots [65 pages] qu'il a écrit sur la base d'entretiens avec des témoins et du personnel médical était beaucoup plus détaillé que celui de Burchett. Mais en tant que membre discipliné du corps de presse, il l’a envoyé au siège de MacArthur pour le dédouanement et le transport. MacArthur a détruit le tout » [2]. [Cité par W. Burchett dans At the Barricades, London, Quartet Books, 1980, p.1l6].

« L'article de Burchett soulève une tempête. Les responsables états-uniens sont en colère parce qu’il y écrit que le rayonnement résiduel est toujours dangereux et qu’un mois après le bombardement, les gens continuent de mourir de maladies radiologiques, ce qu'il a appelé la peste atomique. Le jour même de la parution de l’article de Burchett sur les effets des radiations, de sévères restrictions sont appliquées aux journalistes alliés et japonais : alors que les troupes US sont prêtes à entrer dans Tokyo, le Q G du Gal MacArthur interdit la ville aux journalistes alliés. Hiroshima et Nagasaki sont placées en zone interdite ». [New York Times, 5 September 1945, cité in W Burchett Shadows of Hiroshima (1983), p 23].

« De retour d’Hiroshima dans la matinée du 7 septembre, Burchett sort du train à Tokyo pour découvrir que les hauts responsables militaires états-uniens ont convoqué une conférence de presse à l'Hôtel Impérial afin de réfuter son article. Il y arrive juste à temps pour entendre le brigadier-général Thomas Farrell, Directeur adjoint du projet Manhattan, expliquer que la bombe a explosé à une hauteur suffisante afin d'éviter tout risque de rayonnement résiduel. Quelques jours plus tard, Burchett est admis à faire des analyses médicales [3] dans un hôpital […] ; lorsqu’il en ressort, son appareil photo contenant des clichés uniques sur Hiroshima et ses victimes a disparu. Puis, MacArthur lui retire son accréditation de presse et annonce son intention de l'expulser […]. Quelques jours plus tard, les déclarations de Farrell et de son chef, le major-général Leslie Groves, parues dans le New York Times, décrivent " les allégations de Burchett " comme une propagande japonaise, niant catégoriquement les effets des radiations résiduelles et des contaminations. […] Quatre jours seulement après l’article de Burchett, à Alamagordo, sur l’emplacement du premier essai atomique appelé Trinity, c'est-à-dire sur le ground zero [l’expression vient de là], Groves, chef du projet Manhattan, en compagnie d’Oppenheimer, invite trente journalistes dont William L. Laurence, " chroniqueur scientifique " au New York Times, qui avait été recruté au Pentagone en mars 1945 comme chef des relations publiques par le même Groves. Laurence fut témoin de l'essai du 16 juillet précédent et du bombardement de Nagasaki à partir d'un avion de l'US Air Force. C’est lui qui a écrit la plupart des déclarations officielles états-uniennes au sujet de la bombe, et qui a publié dans le New York Times une série de dix articles célébrant le triomphe de la science états-unienne tout en minimisant les dangers des rayonnements. Le Times a titré sa série du 12 septembre, " Le site de l’essai Trinity dément les mensonges de Tokyo : l’essai du Nouveau-Mexique confirme que c’est le souffle et non les rayonnements qui ont agi ". Laurence y écrit : " Aucune radioactivité dans les ruines d'Hiroshima ". Et, afin de contrecarrer la version de Burchett : " Les Japonais prétendent que des gens sont morts du fait des radiations. Si cela est vrai, ils ont été très peu nombreux. Et s'il y a eu des radiations, elles ont été émises pendant l'explosion et pas après. Les Japonais poursuivent leur propagande pour créer l'impression que nous avons gagné la guerre de manière déloyale " [4]. Laurence recevra le prix Pulitzer en 1946 : il a été parmi les premiers exemples de ce que nous appelons aujourd'hui le journalisme embarqué ».[5]

 

Le 19 Septembre est publié le premier « Code civil des libertés » du Japon

 

Dans ce code, l’occupant états-unien ordonnait au gouvernement japonais d’édicter les consignes nécessaires pour empêcher la diffusion de nouvelles contraires à la vérité ou qui perturberaient la tranquillité publique. « Pendant les années qui ont suivi la catastrophe, même dans le principal organe de presse d’Hiroshima, le Chûgogu Shimbun, il n’existait pas de caractère d’imprimerie correspondant aux termes « bombardement atomique » et « radioactivité ». Des années de silence ont été imposées après le communiqué officiel diffusé à l’automne 1945 par la commission de l’armée américaine chargée d’enquêter sur les dommages des bombardements d'Hiroshima et Nagasaki : « Tous ceux qui devaient mourir des suites de la radioactivité dégagée par l’explosion atomique sont déjà morts, et on ne constate plus d’influence physiologique des radiations résiduelles ».[6]

« La censure préalable de la presse exercée par le Q G visait à la réécriture des articles sans taches d'encre noire ou sans XXX, c’est à dire sans laisser d’indices de la censure [7]. L’illusion de la liberté d'expression était essentielle pour atteindre une pleine efficacité. Aucune donnée scientifique ou médicale japonaise ne pouvait être publiée à propos des bombardements atomiques. Il a fallu attendre la fin de la période d'occupation en 1951 pour qu’apparaissent dans l’Asahi Shimbun les photographies des victimes du bombardement nucléaire, les Hibakushas, qui montraient les chéloïdes sur leurs corps. En raison de la censure, toute discussion publique sur les dommages de la bombe, et tous les rapports médicaux [japonais], disparurent, ralentissant considérablement la compréhension du public et la recherche sur les traitements. Le seul point de vue accepté sur les bombardements, c’était qu’ils avaient abrégé la guerre et devenaient ainsi des instruments de paix. [… Ce n’est qu’en 1985] qu’il a été montré que les autorités d’occupation avaient saisi ou supprimé non seulement le film japonais sur Hiroshima et Nagasaki, mais aussi des images en couleur, filmées par une unité militaire de cinéma ». [Greg Mitchell, special report: Hiroshima Film Cover-Up Exposed, Editor and Publisher, August 3, 2005].

 

[1] FM, Sciences et Avenir n°582, août 1995, http://atomicsarchives.chez.com/homme_censure.html

[2] J’ai, entre autres sources, traduit des extraits du très long texte de Richard Tanter, Voice and Silence in the First Nuclear War : Wilfred Burchett and Hiroshima, publié le 11 août 2005 dans The Asia-Pacific Journal-Japan Focus, en signalant dans le texte ses propres sources entre crochets. http://japanfocus.org/-Richard-Tanter/2066. Les autres sources sont signalées par des notes de fin de texte habituelles.

[3] Pour quelles raisons, puisque ne subsistait « aucune radioactivité dans les ruines d'Hiroshima » et que, « s'il y a eu des radiations, elles ont été émises pendant l'explosion et pas après » (Cf. plus bas, les écrits de Laurence en date du 12 septembre).

[4] FM, Sciences et Avenir n°582, août 1995.

[5] Richard Tanter, opus cité.

[6] Kenzaburô Ôé, Notes sur Hiroshima, p 97.

[7] Il fallait donc entièrement recomposer les textes pour masquer les coupes, ce qui incitait les éditeurs à la prudence. D’autre part la censure s’exerçait en deux temps : avant et après parution.

Photogramme tiré du documentaire « Blessures atomiques » de Marc Petitjean, 14ème minute. Où l’on constae qu’en trois mois , depuis janvier 1946, le First Lieutenant McGovern de l’aviation, « director » de ce film a déjà utilisé 360 bobines ! Il doit y avoir quelque part aux Etats-Unis des montagnes de rush.

Photogramme tiré du documentaire « Blessures atomiques » de Marc Petitjean, 14ème minute. Où l’on constae qu’en trois mois , depuis janvier 1946, le First Lieutenant McGovern de l’aviation, « director » de ce film a déjà utilisé 360 bobines ! Il doit y avoir quelque part aux Etats-Unis des montagnes de rush.

« Les articles japonais ou étrangers qui exaltaient la puissance de la bombe atomique étaient bienvenus, tout comme ceux qui créditaient la bombe du renouveau idéologique ou de la démilitarisation du pays. […] Une circulaire avait incité les censeurs à encourager les œuvres qui présentaient la tragédie atomique comme une expiation des crimes de guerre nippons. Nagasaki no kane [Les cloches de Nagasaki, d’un auteur catholique, Nagai Tagashi] qui en faisait une grâce divine destinée à racheter les erreurs de la nation, fut donc chaudement accueilli. [Une rhétorique que l’on retrouvera dans la bouche du maire de Tokyo après la catastrophe de Fukushima …] Le monde doit à la censure d’avoir sous estimé pendant des années les ravages de l’arme atomique … Assurément, les faits qui ont filtré eurent moins d’impact que s’ils avaient été multipliés par les voix et les regards de centaines de journalistes … On ne peut qu’aprouver l’historien Seiji Imabori qui affirme qu’en bâillonant les survivants, une occasion unique d’influer sur le destin du monde s’est perdue ».[1]

 

Les japonais enquêtent très tôt à Hiroshima et à Nagasaki

 

« En fait, les radiologues et les spécialistes japonais étaient arrivés à Hiroshima quelques jours après le bombardement : la première confirmation que l'arme d’Hiroshima était une bombe atomique a été fournie par le physicien nucléaire de premier plan, Yoshio Nishina, le 10 Août. ». [Committee for the Compilation of Materials on Damage Caused by the Atomic Bombs in Hiroshima and Nagasaki, Hiroshima and Nagasaki: the Physical Medical and Social Effects of the Atomic Bombings, Hutchinson, London, 1981, p 504].

 

[1] Jay Rubin, La bombe outil de paix in Hiroshima 50 ans, Autrement, 1995, p 94 et 96.

On retiendra que dès le 6 août, la base navale de Kure et le Q G de la marine impériale envoient les premiers experts et qu’entre le six août et le 15 septembre, pas moins de dix-huit équipes japonaises (plus de deux mille personnes) ont commencé à étudier ce qui s’est produit à Hiroshima. Signalons également que le Pr Tsuzuki Masao et son équipe de l’université de Tokyo sont sur place le 30 août et que l'observatoire météorologique du District d'Hiroshima – Isao Kita – a compilé des documents précieux sur les pluies noires [1]. Ce n’est que le 8 septembre que des premiers experts militaires états-uniens sont parvenus sur place via la base aérienne d’Iwakuni et que Thomas Farrell, arrivé par celle d’Atsugi, a été guidé par Tsuzuki Masao et le Major Motohashi. Le 14, le conseil de recherche scientifique du ministère de l'Éducation décide la création d’un comité d'enquête spécial, composé de neuf groupes de travail (physique, chimie, géologie, médecine …), présidé par Haruo Hayashi. Le seul groupe médical dirigé par Tsuzuki comprenait 33 membres, 150 chercheurs et 1500 assistants. Cent-trente-quatre rapports ont été rédigés et non publiés.[2]

 

[1] Cf. Pluies noires sur Hiroshima : http://www.youtube.com/watch?v=HiiJrQH_sWc ou http://www.dailymotion.com/video/x48b6s_pluie-noire-vo-stf_shortfilms.

[2] Recension personnelle provisoire. Concernant seulement le nombre de ces rapports : Susan Lindee, Suffering made real. American science and the survivors at Hiroshima, University of Chicago press, 1994, p 41.

Le premier été silencieux de l’histoire du monde

 

Les experts militaires états-uniens débarquent avec trois objectifs

 

Trois équipes militaires concurrentes avaient été créées par la marine (Shields Warren), l’armée de terre (Ashley Scotty Oughterson) et le Manhattan project (Stafford Warren [1]) pour examiner les ruines d’Hiroshima et Nagasaki. Ces équipes indépendantes tirant à hue et à dia, Mac Arthur décide de les réunir sous la direction d’Oughterson et la dénomination de joint commission, laquelle, en s’adjoignant des chercheurs japonais, portera le nom de commission mixte.

Les premiers experts militaires états-uniens étaient arrivés à Hiroshima le 8 septembre, mais la commission mixte en tant que telle arrive courant octobre seulement. Une de ses tâches fut d’établir un tableau clinique des nombreuses et sévères atteintes liées aux irradiations, la recherche tournée vers d’éventuelles contaminations persistantes par contact, inhalation ou ingestion n’étant pas au programme, puisque le bombardement n’avait officiellement aucunes suites. Nous savons par divers témoignages que des mesures de radioactivité des sols ont été effectuées par des équipes militaires, mais tout comme la composition exacte des bombes, cela reste à ce jour un « secret défense ».

Fondamentalement, il était de la toute première importance de démontrer que la bombe atomique était, certes d’une puissance inégalée, mais qu’elle n’induisait ni peste selon les mots de Burchett, ni effet toxique à long terme, ce que les traités internationaux, la morale et l’opinion publique mondiale auraient pu condamner. À Los Alamos, cette question avait déjà fait l’objet d’études circonstanciées dès octobre 1942 et les minutes des archives en ligne du « Target Committee » de Los Alamos témoignent encore de cette préoccupation.[2]

Les données rassemblées par les japonais durant les premières semaines furent ardemment recherchées par les militaires états-uniens. En s’appuyant sur l’édit de censure, les films, photographies, poèmes, fictions, témoignages, enquêtes, rapports et autres documents ont été massivement saisis et pour la plupart envoyés à Washington [3]. Plus déterminant, les occupants ont confisqué ou se sont attribué des contributions, des collections de données, les systèmes de collectes, les échantillons engendrés par le travail des équipes de recherche japonaises sur place depuis le 7 août.[4]

 

Tsuzuki Masao, un chercheur majeur encore largement ignoré

 

Pour les occupants, les japonais n’étaient pas capables de mener des études sérieuses sur les conséquences radiologiques de la bombe [5] ; il n’empêche qu’ils ont su très tôt reconnaître les mérites de quelques scientifiques « indigènes », dont Tsuzuki Masao, professeur à l'Université impériale de Tokyo,[6] qui a organisé à Hiroshima la distribution de plus de 145 000 questionnaires à visée épidémiologique. Tsuzuki est amené à rencontrer Oughterson dès le 21 septembre, puis il est requis pour proposer des collaborateurs japonais en vue de former la commission mixte. Lors d’une réunion de celle-ci [le 12 octobre ?], Oughterson aurait déclaré que « la guerre étant finie, la science étant apolitique et l’aide des japonais indispensable – non seulement à cause de la barrière de langue, mais parce que le Japon est connu pour ses chercheurs hautement qualifiés – jamais les fruits de leurs travaux ne leur seraient dérobés » [7]. Un mois plus tard, au chalumeau, à la barre de fer, au treuil et à la dynamite, les militaires détruisaient le cyclotron japonais et démantelaient le premier laboratoire de recherche de physique et chimie du Japon (Riken), jetant les débris dans la baie de Tokyo.[8]

Les seuls éléments accessibles de la biographie du Pr Tsuzuki sont les suivants. Il est né dans la préfecture de Hyōgo en 1893 et a fait ses études à la faculté de médecine impériale de Tokyo, dont il occupera une chaire par la suite. Il a étudié la biologie à l’université de Pennsylvanie en 1925-1926, puis, à son retour, a débuté l’étude des effets biologiques des radiations sur les lapins. Le 3 septembre 1945, il initie, pour la première fois au monde, la tenue d'une conférence sur les conséquences de la bombe atomique [9]. Le 10, il pose à Thomas Farrell, en public, une question gênante : « Il a été dit que les suites de la bombe atomique resteront puissantes durant 75 ans... qu'en pensez-vous ? » [10]. Puis le journal Chugoku Shimbun publie, du 11 au 13 septembre une série de trois articles intitulée « Anatomie de la bombe atomique », incluant des entretiens avec Masao Tsuzuki [11]. Celui-ci parle très tôt des inhalations de particules radioactives, assimilées à l’époque, à un gaz ou à des toxines. Par la suite, il écrit des articles dénonçant la malhonnêteté des scientifiques états-uniens et anglais qui ont publié sous leurs noms et à leur sauce certains travaux de leurs collègues japonais, lesquels auraient réalisé, selon lui, les plus nombreuses expertises jamais effectuées sur les effets biologiques des radiations [12]. En octobre 1946, le comité militaire, arguant du fait qu’il fut chirurgien dans l’armée japonaise durant six années après ses études, décide de le « purger », c'est-à-dire qu’il est officiellement mis à l’écart de tous les comités de recherche sur les effets de la bombe puis exclu de l’université impériale de Tokyo en 1947.

Au début de 1954, en tant que directeur du nouvel institut des sciences radiologiques, il publiait un rapport indiquant que les retombées radioactives entraînent des maladies ; le 1er mars survenait l’irradiation des pêcheurs japonais du Lucky Dragon à la suite de l’explosion de la bombe H Castle Bravo dans les îles Marshall (15 Mt, mille Hiroshimas), le plus puissant essai nucléaire états-unien jamais réalisé. Les dégâts imprévus avaient été dissimulés par les autorités états-uniennes jusqu'au 14 mars, date à laquelle le chalutier était rentré au port avec la plupart de son équipage malade. Son opérateur radio Aikichi Kuboyama allait mourir le 23 Septembre suivant, des suites d'une irradiation aiguë et malgré les soins du Pr Tsuzuki Masao. D'autres décès allaient suivre. Alors qu’ils se trouvaient en dehors de la zone interdite, les marins avaient ramassé sur le petit navire une poussière grisâtre, qu'ils avaient vite surnommée « cendre de la mort ». Les Etas-unis accordèrent royalement à la veuve d'Aikichi Kuboyama un chèque d'un million de yens (2 800 dollars) et en janvier 1955, offraient au gouvernement japonais 2 millions de dollars de compensation pour les dégâts causés par Castle Bravo.

Tsuzuki Masao a joué un rôle majeur dans cette affaire, prenant en charge les irradiés à Tokyo. En 1955, il fonde l’hôpital de la bombe A qui fut ouvert l’année suivante à Hiroshima et dont Kenzaburô Ôé parle longuement. Le 17 août 1959 il déclare au Yomuiuri Press n’avoir pas trouvé d’éditeur de langue anglaise pour son livre faisant une recension et une analyse des études médicales menées à Hiroshima [13]. Il décède en 1961 d’un cancer du poumon.[14]

Cela rappelait de mauvais souvenirs aux japonais : une pétition demandant l’abolition des armes nucléaires fut signée par près de trente millions de japonais …

 

Comme le Manhattan project, Hiroshima et Nagasaki sont très loin d’avoir livré tous leurs secrets.

 

« L'histoire de Burchett avec Hiroshima n'a pris fin qu'avec son dernier livre, Les Ombres d'Hiroshima, achevé peu avant sa mort en 1983. Dans ce livre, non seulement Burchett est retourné à l'histoire de son article initial, mais il a montré l’ampleur de la dissimulation froidement planifiée et fabriquée qui s'est poursuivie pendant des décennies après 1945. Burchett sentait qu’il était devenu urgent de comprendre ce qui s'était réellement passé dans Hiroshima, près de quarante ans auparavant : Basé sur ma propre expérience, il est de mon devoir d’ajouter cette contribution à notre connaissance et à notre conscience collectives. Avec mes excuses pour l’avoir si longtemps retardé. » [W. Burchett, Shadows of Hiroshima, Verso, London, 1983, pp.8-9]

L'ampleur de la dissimulation de la vérité concernant les suites des premiers bombardements atomiques est encore plus grande, plus complexe et plus délictueuse que Burchett ne l’a pensé, ce que confirment les multiples expériences sur les « Human Products ». Grâce à une censure et à une désinformation de grande ampleur, les perceptions ont été canalisées de manière à obérer la compréhension des phénomènes qui ont atteint la planète et les êtres vivants. Disons-le clairement : l’histoire complète du Manhattan Project, des bombardements d’Hiroshima et Nagasaki, celle du nucléaire en général reste à établir. Même les ouvrages bien renseignés qui semblent faire référence aujourd’hui outre-Atlantique sont peuplés d’impasses cognitives – lorsque le sujet devient délicat – voire de grossières omissions lorsque cela devient gênant (les HP) ou bien encore d’affirmations politiquement correctes et faussement ingénues : par exemple, les positions des scientifiques états-uniniens peuvent être taxées de « coloniales » et faire l’objet d’un chapitre ad hoc mais y être expédiées en une dizaine de citations et sans que cela n’ait aucune espèce de conséquence théorique ou historiographique, ce que « le point de vue victimaire » du livre sur l’usage des bombes atomiques vient entériner. Or il s’agit là de l’origine des écarts constatés entre les études menées après Tchernobyl et celles d’Hiroshima-Nagasaki. C’est sur cette faille historique, philosophique, politique que se sont construits les cinquante-cinq réacteurs du Japon [15] et que s’est mis en place le négationnisme nucléaire, idéologie des appareils d’Etats qui ont couvert ce crime pérenne contre l’humanité, toujours en cours.

 

Tiré de « Le nucleaire, érotisation suprême et planétaire de la mort », extraits du chapitre « Le premier été silencieux de l’histoire du monde ou la mise en scène politique du négationnisme nucléaire ». Manuscrit déposé à la SGDL.

 

Jean-Marc Royer, Mai 2014.

 

 

[1] Lindee (1994), l’auteure évoque à plusieurs reprises Stafford Warren (pp 22, 23, 32 et note 17), mais omet de nous dire qu’il a été l’initiateur et le maître d’œuvre de l’expérience d’inoculation intraveineuse de plutonium à des patients non consentants. Ceci est d’autant moins excusable que des scandales publics à répétition et donnant lieu à des commissions parlementaires avaient débuté dès 1986. Cf. p 189 in La science, creuset de l’inhumanité. L’Harmattan, 2012.

[2] U.S. National Archives, Record Group 77, Records of the Office of the Chief of Engineers, Manhattan Engineer District, TS Manhattan Project File '42-'46, folder 5D Selection of Targets, 2 Notes on Target Committee Meetings.

[3] The First Special Exhibition of Fy 2003, «  It was an atomic bomb ». A History of A-bomb Investigations. Minoru Hataguchi, Director Hiroshima Peace Memorial Museum, July 25, 2003.

[4] Cela a été amplement quoique discrètement confirmé depuis. Par exemple, le physicien Nishimori Issei qui était étudiant à Nagasaki au moment des faits et a précisé que les organes issus des autopsies avaient été subtilisés par les occupants (Lindee (1994) p 18, §2 et note 3), ce qui, dans les années 1973-1974, a posé quelques problèmes diplomatiques, étant donné que les autorités nipponnes avaient clairement formulé des demandes de restitution.

[5] Lindee (1994), pp 17 à 19.

[6] Lindee (1994) p 24-26. Toutes les notes de l’auteure à propos de Tsuzuki Masao ressortissent de dossiers non accessibles de la National Academy of Science, ou bien d’un manuscrit du 12 février 1987 de l’historien John Bowers sur l’ABCC (notes 10/11) dont l’accès n’est toujours pas autorisé. Tsuzuki est cité à quelques reprises dans des articles relatifs à l’histoire du journal d’Hiroshima, le Chûgogu Shimbun dans le site du mémorial de la paix d’Hiroshima en 2003.

[7] Lindee (1994), p 26, § 3 et 2.

[8] Nishina Yoshio, Bulletin of the atomic scientists 3 June 1947, pp 145, 167.

[9] Tetsuya Okahata, Rédacteur. Histoire d’Hiroshima: 1945-1995 (Partie 4, article 1). http://www.hiroshimapeacemedia.jp/mediacenter/article.php?story=20120208150143139_en&query=tsuzuki

[10] Le général a répondu « Soixante-quinze ans, c'est ridicule. La bombe... n'a plus eu d’effets après deux ou trois jours ». Masami Nishimoto, rédacteur principal. 120ème anniversaire du Chugoku Shimbun (Partie 6) : le bombardement atomique.http://www.hiroshimapeacemedia.jp/mediacenter/article.php?story=20120501101745126_en&query=tsuzuki

[11] Article collectif. L’histoire d’Hiroshima : 1945-1995 (Partie 30, Article 1) http://www.hiroshimapeacemedia.jp/mediacenter/article.php?story=20120529131333115_en&query=tsuzuki

[12] Lindee (1994) p 25, note 2 et §2.

[13] Lindee (1994), p 135 et pp 156-158.

[14] Au 15 juillet 2013, son nom était inconnu du moteur de recherche Google, témoignage institutionnel à l’appui. Courant septembre, cette situation avait changé à la suite d’échanges et de recherches effectuées en France et au Japon et transitant evidemment par le Net : Big Brother is working hard. Plus tard, des photos de Tsuzuki avaient également fait surface. Mais sa biographie est toujours introuvable en décembre 2013. À noter que sur le site de la RERF, fondation qui a pris la suite de l’ABCC, Tsuzuki est également inconnu ! Mais il apparaît sur deux photos que je reproduis plus loin…

[15] Günther Anders avait déjà attiré l’attention sur le fait que toutes les traces du crime devaient disparaître au plus tôt, avec la complicité des uns et des autres.

________________________

 

Avis de recherches documentaires concernant les points suivants :

 

1) Je suis à la recherche d’une biographie de Masao Tsuzuki (elle est peut-être disponible à l’université de Tokyo ou à la faculté de médecine de cette ville).

 

2) Comme indiqué dans le texte, le 17 août 1959, Masao Tsuzuki déclare au Yomuiuri Press n’avoir pas trouvé d’éditeur de langue anglaise pour son livre faisant une recension et une analyse des études médicales menées à Hiroshima. Je n’ai pas trouvé trace de ce livre.

 

3) Kenzaburô Ôé parle à plusieurs reprises dans « Notes de Hiroshima » d’un livre blanc qui reste introuvable à ce jour, dont l’auteur est : 原水爆禁止日本協議会専門委員会編. Gensuibaku Kinshi Nihon Kyōgikai. Senmon Iinkai, le titre : 原水爆被害白書 かくされた真実, Gensuibaku higai hakusho : kakusareta shinjitsu, White paper on Hydrogen and atomic bomb victims : The hidden truth, 1961, 240 p et l’éditeur : 日本評論新社, Tōkyō, Nihon Hyōron Shinsha, 1961.

http://www.bekkoame.ne.jp/ro/gj13019/gjlibri/libri700_/libro_m130.htm

http://www.bekkoame.ne.jp/ro/gj13019/gjlibri/libri700_/libro_m130.htm

Published by The Japan Council against A & H Bombs.

With the co-operation of : Hiroshima City Office Hiroshima A-Bomb Museum, Hiroshima A-Bomb Hospital, Hiroshima A-Bomb Welfare Centre, Chugoku Newspaper Co, Nagasaki International Cultural Hall, Nagasaki A-Bomb Hospital Nagasaki University, Nagasaki A-Bomb Welfare Centre, Nagasaki Newspaper Co. Printing & Bookbinding/Toppan Printing Co Ltd. Printed in Japan28cm x 28cm square format/gravure photo pages 144/ Limited 4000 copies (Russian 2000, English 2000*)/ Price 14 Dollars, 3800 Yen/ Publish Date August 5, 1961/Publisher GENSUIBAKU KINSHI NIHON KYOGIKAI, Shiba Shinbashi 7-12, Mitano-ku, Tokyo-to, JAPAN

Je souhaiterais consulter en ligne ou télécharger ces ouvrages (ou en acheter un exemplaire si le prix en est abordable).

4) Je cherche à consolider et à compléter la liste que j’ai établie concernant les premières études faites à Hiroshima par les japonais à partir du 6 septembre 1945 (le mémorial de la paix, en tous cas pour ses « visiteurs lambda », n’est d’aucun secours ; sans doute faudrait-il pouvoir atteindre le « niveau chercheurs »).

 

5) Le 12 septembre 1961 les nations unies publient un communiqué condamnant les bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki comme « crimes contre l'humanité ». Peut-on en retrouver la trace ?

 

 

Partager cet article

Publié par Jean-Marc Royer
commenter cet article
13 juillet 2014 7 13 /07 /juillet /2014 16:47
Témoignage d’un “cerveau irradié”

Suite au billet de Fonzy, diffusé le 5 juin dernier, voici un autre témoignage d’une personne vivant au Japon. Permaria ne souhaite pas se taire et explique la contamination radioactive telle qu’elle est et telle qu’elle la vit au quotidien. Loin des discours officiels, ces témoignages sont une forme de résistance à l'omerta généralisée sur les problèmes générés par la catastrophe nucléaire toujours en cours.

 

_______________________

 

 

Témoignage d’un “cerveau irradié”

 

 

    Depuis le 11 mars 2011, le monde où je vis a presque complètement changé, tout d’abord dans la vie quotidienne. La contamination radioactive n’est pas proportionnelle à la distance mais elle est influencée par des éléments variés : vent, précipitations de pluie ou de neige, relief terrestre… Par exemple, une des plantes sauvages printanières, koshi-abura, s’est révélée polluée, le 21 mai 2014, à Nagano (340 Bq/kg) et à Karuïzawa (300 Bq/kg, 160 Bq/kg), selon les résultats de mesure de radioactivité des aliments, rapportés par le ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales, bien que ces municipalités soient à 266 km et à 247 km de la centrale détruite. Je ne peux donc plus goûter les pousses de bambou, ni toutes les pousses sauvages comestibles du printemps, ni des champignons sauvages, ni les poissons d’eau douce en automne, si ces produits agricoles, avant-coureurs des quatre saisons, sont en provenance de l’est de l’archipel. Même s’ils ne viennent pas directement des départements voisins de Fukushima, ils peuvent plus ou moins être contaminés.

 

         Dans ma ville, qui est à 245 km de Fukushima Daiïchi, la radioactivité n’est pas très élevée : 0,04 à 0,08 μSV/h. Mais il y a du vent, des arbres avec leurs feuilles et le sol. Il ne faut pas respirer de particules radioactives qui pourraient flotter dans l’air. Je porte un masque pour sortir depuis lors. Et on qualifie ceux qui font minutieusement attention à leur santé comme moi de “cerveau irradié” (hôsha-nô), sorte de psychose, de fou, tout court.

 

      L’origine de nos inconvénients et du malheur, c’est la politique nucléaire de ce pays et les compagnies d’électricité qui en profitent énormément. Pour contester son manque de conscience et son absence de responsabilité, j’ai arrêté le prélèvement automatique Tepco et règle directement au comptoir de supérette, et volontairement en retard. Tantôt, je paie 11 yens de trop pour attirer l’attention de sa part. L’employé qui s’en occupe lira ces phrases protestataires dans la marge d’une facture : « Rémunérez  comme il faut les liquidateurs irradiés ! », « Ne redémarrez pas la centrale à Kashiwazaki-Kariwa ! », « Honte à votre système de sacrifice ! ». Je ne suis pas assez riche pour offrir tous les mois 311 yens à cette entreprise inconcevablement décevante mais je ne suis pas seule non plus à payer de cette façon : nous sommes 200 à 300 partout dans l’archipel et nous avons une liste de diffusion en commun pour communiquer. C’est encourageant.                  

 

 

____________

Photo d'entête : pousse de koshiabura                        

Partager cet article

Publié par Pierre Fetet - dans Témoignages du Japon
commenter cet article
6 juillet 2014 7 06 /07 /juillet /2014 18:00

Mari Takenouchi vient de mettre en ligne une pétition internationale demandant l’évacuation des femmes enceintes et des enfants de Fukushima. Dans ce texte, la journaliste freelance rappelle les mensonges du gouvernement et les pressions qu’elle a elle-même subies depuis qu’elle dénonce les dangers de la vie en secteur contaminé. Elle réclame notre soutien.

Mari Takenouchi appelle à l’évacuation des enfants de Fukushima

Mari Takenouchi est une journaliste freelance japonaise. Depuis le début de la catastrophe nucléaire de Fukushima, elle couvre inlassablement les événements et cherche à alerter sur la situation des populations. Elle publie énormément sur Internet, notamment sur les blogs qu’elle a créés : Save Kids Japan, Mari Takenouchi's open questions, Shady People in Pro/Anti Nuke Societies, Ugly Japanese ou encore Mari Takenouchi’s Essay. Elle met aussi en ligne de nombreuses vidéos sur sa chaîne Youtube et diffuse des informations via ses comptes Twitter et Facebook. Une grande partie de son travail consiste à traduire des livres sur la radioactivité en japonais, mais aussi des témoignages de Japonais ainsi que ses propres articles en anglais, pour permettre une meilleure diffusion des informations à l’étranger et tenter d'alerter l’opinion internationale. Elle lutte inlassablement pour rompre le silence et protéger les enfants du Japon.

Protéger les enfants par l’information

 

Mère de famille et journaliste, Mari Takenouchi se consacre bénévolement à diffuser l’information concernant les risques liés à la catastrophe nucléaire de Fukushima. Elle se dit ouvertement anti-nucléaire. Son engagement devient un véritable combat lorsque le gouvernement japonais décide de relever la limite d’exposition à la radioactivité de 1 à 20 milliSievert par an. Cette décision, qui a pour conséquence directe de nier les conséquences sanitaires dues à l’accident nucléaire et de refuser toute évacuation de la population de certaines zones fortement contaminées, expose de fait d’innombrables adultes, mais surtout d’innombrables enfants et fœtus à des doses 20 fois supérieures à ce qui est autorisé dans le reste du monde. A ce moment précis, les enfants japonais sont condamnés à vivre dans des conditions équivalentes aux conditions de travail des employés du secteur nucléaire...

Pendant un temps, on laisse même planer le doute sur l’éventualité de relever la limite légale à 100 milliSievert par an… Nous sommes en avril 2011. Le Dr Shunichi Yamashita, président de l’association Japonaise de la Thyroïde, vient tout juste d’être nommé président de l’Université de Médecine de Fukushima et conseiller pour la gestion du risque sanitaire lié à la radioactivité dans la préfecture de Fukushima. Il n’hésite pas à se moquer ouvertement des parents qui s’inquiètent pour la santé de leurs enfants, à affirmer avec le plus grand sérieux que les gens qui sourient ne sont pas atteints par la radioactivité et qu’une dose de 100 microSievert par heure n’est pas dangereuse (ce qui correspond à 876 milliSievert par an)…

Quelques-unes des plus incroyables affirmations du Dr Shunichi Yamashita...

Mari Takenouchi comprend très vite que le gouvernement est en train de mettre en place une véritable stratégie de désinformation, qui ne fait qu’amplifier les conséquences de la catastrophe. Désormais, pour permettre aux résidents de se protéger, il va falloir se battre pour l’information. Ce constat est partagé par de nombreux autres activistes, et plus généralement par d’autres citoyens, qui vont spontanément s’organiser pour faire circuler l’information, organiser des manifestations, mettre en place des laboratoires indépendants, des centres d’analyse de la nourriture…

Et protéger les lanceurs d’alerte

 

Mari Takenouchi lors d'une conférence organisée par la Helen Caldicott Foundation.

Comme de nombreux journalistes indépendants, Mari Takenouchi a rapidement subi de multiples pressions. Reporters Sans Frontières dénonce d’ailleurs régulièrement ce fait, démontrant que nombres de ces intimidations sont le fait même du gouvernement. Un documentaire baptisé « Fukushima Censored » est d’ailleurs en cours de préparation. La tentative d’intimidation atteint son paroxysme en janvier 2014, quand Mari Takenouchi est poursuivie en justice pour un tweet qualifiant le projet Ethos « d’expérience sur des êtres humains ». Ce projet, financé par de grands groupes de l’industrie nucléaire française (EDF, CEA et Areva) et déjà mis en place à Tchernobyl, vise à apprendre aux populations à vivre en zone contaminée, en dépit de toute considération de sécurité sanitaire. La plainte n’a finalement pas abouti, mais elle a fait éclater au grand jour les pressions exercées à l’encontre de tous ceux qui osent s’inquiéter de la santé des populations exposées. Avant Mari Takenouchi, un autre journaliste indépendant, Minoru Tanaka, avait subi un acharnement judiciaire particulièrement violent pour son travail d’enquête sur la gestion de l’accident à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi.

On comprend mieux pourquoi la pétition lancée par Mari Takenouchi associe la nécessité de protéger les plus fragiles (en demandant l’évacuation des femmes enceintes et des enfants) et la défense de ce que nous appellerions les « lanceurs d’alerte ». Je vous invite à la signer, même si nous savons tous que ces pétitions sur Internet ne changent rien au final. Mais il y a derrière ce texte une femme, mère et journaliste, qui se bat depuis plus de trois ans, et qui a besoin de notre soutien. Ne lui laissons pas croire une seule seconde que nous acceptons cette situation ou que nous sommes indifférents à cette injustice…

 

Ci-dessous la traduction de la pétition de Mari Takenouchi, réalisée par Lauriane Millet (et pour la signature, ça se passe là : http://www.change.org/fr/pétitions/to-government-of-japan-and-citizens-of-the-world-please-evacuate-fukushima-kids-and-pregnant-women?lang=fr) :

 

 

S’il-vous-plaît aidez nous à faire évacuer les femmes enceintes et les enfants de Fukushima

 

Mon nom est Mari Takenouchi, traductrice spécialisée sur le nucléaire, journaliste freelance et mère célibataire d’un petit garçon de 4 ans.

 

Après l’accident de Fukushima, j’ai plaidé en faveur de l’évacuation des enfants et des femmes enceintes des zones contaminées de Fukushima dans mes livres, sur mon twitter et mon blog. J’ai même défendu cette cause auprès de l’ONU (mais sans grand résultat).

 

Actuellement, 51 enfants ont subis une opération du cancer de la thyroïde. Le plus effroyable est que la plupart avaient déjà des métastases dans leurs poumons et leurs ganglions lymphatiques.

 

Malgré tout, le gouvernement du Japon nie tout danger sanitaire à Fukushima et affirme plutôt : « Certains parlent de saignements de nez à Fukushima (cf. la polémique du manga Oishinbo) dus aux radiations. Nous devons contrôler ces rumeurs sans fondement qui peuvent être dommageable à la reconstruction de Fukushima ».

 

En janvier 2014, j’ai été outrageusement accusée pour mes tweets par Mme Ryoko Ando (son vrai nom est Yoko Kamata), la directrice du groupe nommée Fukushima ETHOS qui encourage les habitants à continuer de vivre positivement avec un dosimètre.

 

Alors qu’aucun dirigeant de TEPCO n’aura eu de mise en examen, 3 policiers de Fukshima et 2 membres du bureau du procureur de Fukushima ont fait tout le chemin pour enquêter sur moi à Okinawa allant jusqu’à me remettre une lettre d’inculpation ! Cela signifie que je pourrais être une criminelle !

 

Durant ces deux années, j'ai été harcelée et menacée par un nombre incalculable de gens sur internet et j'ai dû bloquer environ 3000 comptes. La plupart d'entre eux m'ont appelé Demarin (Démagogue Mari), y compris le professeur Nobuhiko Ban d'ETHOS, un expert sur le développement de la leucémie. Actuellement on observe une augmentation de leucémie même en dehors de Fukushima.

 

Certains m’ont également dit sur Twitter : « Je vais te tuer », « Fais attention au feu », «Va à Okinawa pour sucer les seins de Takenouchi », « Takenouchi est un imposteur puisqu'elle collecte des dons pour ses propres activités ».

 

Malheureusement, parmi ceux-là, certains font partie de groupes de citoyens anti-nucléaire mais n’apprécient pas que j’insiste sur les ravages causés à la santé de nos enfants, et ils propagent donc des rumeurs infondées à mon sujet.

 

Chers citoyens du monde, j’ai 2 souhaits :


1. S’il-vous-plaît, signez cette pétition pour pousser le gouvernement japonais à prendre ses responsabilités et évacuer les enfants et les femmes enceintes des zones contaminées de Fukushima


Et,

 

2. Signez cette pétition pour demander justice pour les gens qui sont persécutés parce qu’ils s’inquiètent de la santé des enfants du Japon

Partager cet article

Publié par Cécile Monnier - dans Japon
commenter cet article
27 juin 2014 5 27 /06 /juin /2014 08:24
Fukushima : vous pouvez aider les enfants !

Depuis 2012, des citoyens s’organisent pour accueillir des enfants de Fukushima dans le sud de la France. L’objectif ? Sortir ces enfants des zones contaminées pour préserver leur santé et leur permettre de retrouver des moments d'insouciance et de véritables jeux d'enfants. En second lieu, cet événement annuel sert aussi à médiatiser les conséquences de la catastrophe nucléaire et à alerter sur les dangers qu'encourent ces enfants sur le long terme. Pour l’accueil 2014, un appel au don est lancé afin d’accueillir le plus d’enfants possible. Et les dons sont possibles à partir de 5 €. Pour une fois, nous pouvons tous faire quelque chose !

Le projet « Fukushima c’est eux, Fukushima c’est nous ! 2014 » s’inscrit dans la continuité d’une action engagée en 2012, quand des bénévoles avaient accueillis chez eux quatre enfants de Fukushima. Cette initiative avait été amplifiée l’année suivante, en 2013, avec l'accueil d'une dizaine d'enfants pour un séjour collectif plus complet, dans le Luberon.

Fukushima : vous pouvez aider les enfants !

Sur le terrain, ce projet est organisé par l’association « Alchemille », en partenariat avec l’association « Folding For Peace », et bénéficie de l’engagement sur le long terme de nombreux bénévoles. Côté japonais, plusieurs associations sont impliquées dans l’organisation du séjour, et notamment le réseau international Fukushima Network for Saving Children from Radiation. Et comme l’année dernière, c’est la générosité des donateurs qui permet de financer ce séjour.

L’OBJECTIF : Sortir les enfants des zones contaminées et médiatiser les conséquences d’une catastrophe nucléaire.

 

Il faut savoir que ce type d’accueil existe déjà pour des enfants de Tchernobyl, via l’association les Enfants de Tchernobyl Belarusse, association créée en 1986 juste après la catastrophe. Cette association organise (entre autres) des séjours en famille d’accueil pour des enfants vivants dans les zones les plus contaminées par la catastrophe de Tchernobyl.

Pour le projet Fukushima l’idée est de recevoir les enfants accompagnés de l’un de leurs parents, pour faire en sorte que ce séjour ne soit pas synonyme de séparation familiale (on sait à quel point les familles ont été très souvent disloquées suite à la catastrophe).

 

Dans la préfecture de Fukushima, les enfants jouent dans des bacs à sable en intérieur.

Ces familles sont par ailleurs accueillies de manière collective et non en famille d’accueil, afin de mieux répondre aux besoins des familles japonaises, très attachées à la vie en communauté.

 

Le but est de permettre aux familles accueillis de se retrouver dans un environnement sain et serein, de les faire décompresser d'un climat de stress (rejet par les autres, peur de la contamination, contraintes de vie très lourdes : port de dosimètres pour les enfants, qui ne peuvent par ailleurs pas rester plus de 30mn dehors par jour par exemple, etc).

LES EFFETS SUR LA SANTE DE LA VIE EN ZONE CONTAMINEE :

 

Pourquoi accueillir en France des enfants qui habitent dans les zones contaminées ?

L’irradiation permanente des cellules, en particulier celles du cœur, de la thyroïde et du cerveau, provoque d’innombrables lésions qui sont à l’origine de pathologies très graves, liées notamment à l’atteinte des défenses immunitaires et des organes vitaux.

Le césium 137 n’existe pas à l’état naturel. Celui que l’on met en évidence ne peut provenir que des activités humaines : installations nucléaires, essais atmosphériques, pollutions et catastrophes nucléaires.

 

Le suivi médical des enfants de la préfecture de Fukushima révèle une explosion des cancers de la thyroïde depuis 2011.

Les enfants vivent dans des zones ou l’eau, l’air, l’alimentation sont contaminés par la radioactivité, situation qui a comme conséquence, à moyen ou long terme, une perte notable des défenses immunitaires qui peut conduire au développement de nombreuses maladies. (source : Site internet de l’association les Enfants de Tchernobyl Belarusse).

 

Dans la préfecture de Fukushima, on dénombre de plus en plus d’enfants porteurs d'un cancer de la thyroïde...

A-t-on la preuve de l’efficacité des séjours en termes de diminution des risques sanitaires ?

A la demande de l’association des Enfants de Tchernobyl, des mesures de la teneur en césium 137 des enfants ukrainiens et russes invités à séjourner en France durant l’été 2013 ont été réalisées par l’Académie des Sciences d’Ukraine de Kiev.

 

Les résultats obtenus sont très importants : la baisse moyenne de la radioactivité mesurée s’élève à 33% après un séjour de 21 jours et de 47% après un séjour de 2 mois, elle est supérieure ou égale à 85% pour les enfants les plus contaminés.

 

Les accueils en France des enfants vivant dans les zones contaminées par le césium 137 permettent de réduire la radioactivité interne et l’irradiation externe de leur organisme de manière importante et par conséquent de diminuer les risques sanitaires.

UNE INITIATIVE CITOYENNE ET INDEPENDANTE :

 

La collecte mise en place permettra de financer :

  • Billet d’avions
  • Hébergement
  • Transports (minibus) sur place
  • Traducteurs et accompagnateurs
  • Activités proposées aux enfants

L'association tient à ce que ce projet reste une initiative entièrement citoyenne, totalement indépendante. Il s'agit d'éviter toute récupération politique de quelconque parti et de rester libre des financements publics, dans un pays foncièrement nucléocrate. Ce sont donc les dons des citoyens qui financent ce séjour.

DUREE DU SEJOUR :

 

Le séjour prévu est d’une durée d’une dizaine de jour, pour une question de budget. Mais plus les dons et les soutiens matériels récoltés seront importants, plus l’accueil pourra être prolongé pour améliorer encore les effets sur la santé des personnes accueillies. Il est aussi envisagé, si la collecte atteint son but, d’accueillir plus de familles.

Les organisateurs prospectent également pour obtenir le plus de structures et de moyens à titre gracieux (l’hébergement va peut-être être offert). Ils font aussi appel au bénévolat et aux dons (numéraires, matériels, logistiques). Si vous souhaitez apporter une aide autre que financière, vous pouvez donc contacter l'association Alchemille par mail : unteeshirtpour.fukushima@yahoo.fr.

 

Il n'y a pas de petit don, il n'y a pas de petit geste. Tout ce que nous faisons pour ces enfants, d'autres le feraient pour les nôtres. Fukushima c'est eux, Fukushima c'est nous...

 

Ils ont besoin de nous. Ne les oublions pas...

Et des fois que vous ne l'ayez pas encore compris, la collecte, c'est ici : http://fr.ulule.com/fukushima/ !

Partager cet article

Publié par Cécile Monnier - dans France et monde
commenter cet article
18 juin 2014 3 18 /06 /juin /2014 22:45
Le C.I.O. sera-t-il aussi courageux que le tribunal de Fukui ?

Akio Matsumura revient sur la décision du tribunal régional de Fukui qui s’est récemment prononcé contre le redémarrage de deux réacteurs de la centrale d’Oi pour des raisons de sécurité et de risques sanitaires. Au même moment, John Coates, représentant le Comité International Olympique (CIO), qui supervise les Jeux Olympiques de 2020 prévus à Tokyo, répond à la lettre du docteur Helen Caldicott et assure que la sécurité des athlètes est une priorité pour le CIO.

Malheureusement, le CIO continue à s’appuyer uniquement sur des informations fournies par le gouvernement japonais. Or on sait quelle importance ces jeux revêtent pour le pays. Une étude indépendante des problèmes soulevés par Fukushima et les Jeux de Tokyo est indispensable. L’enjeu est trop important pour n’être que Japonais. Le CIO aura-t-il le courage de prendre le même tournant que le tribunal de Fukui ?

Odile Girard

 

____________

 

 

Priorité à la sécurité : un tribunal japonais prend une décision capitale. Les Jeux olympiques suivront-ils la même voie ?

 

Akio Matsumura

 

 

Article paru sous le titre original « Landmark Court Ruling Puts Safety First in Japan, Olympics Should Do the Same » le 12 juin 2014 sur le site Finding the missing link.

 

Traduction française : Odile Girard (Fukushima-is-still-news)

 

Au Japon, un tribunal régional a décidé que Kansai Electric Power Company n’avait pas le droit de redémarrer les deux réacteurs de la centrale d’Oi, pour des raisons de faiblesses structurelles. Un article du Mainichi  rapporte cette déclaration du tribunal de Fukui :

Le droit personnel des individus à protéger leur vie et leurs moyens de subsistance est de la plus haute importance selon la Constitution. Le tribunal a donc conclu qu’il « serait tout à fait naturel de suspendre les centrales nucléaires si elles induisent des risques spécifiques de danger – même s’il est exagéré d’affirmer que l’existence de ces centrales n’est pas autorisée par la Constitution.

 

Jusqu’à cet arrêt de justice, les décisions du gouvernement fédéral et du système juridique du Japon étaient destinées à renforcer l’économie et minimiser l’importation. Le présent arrêt a mis l’accent sur le principe de précaution et donné priorité à la santé humaine et environnementale sur la balance des paiements.

 

Le Japan Times a également résumé la situation :

Le point crucial de l’arrêt du tribunal est l’affirmation qu’il est par nature impossible de déterminer sur des bases scientifiques qu’un séisme d’une amplitude supérieure à celle qui est prise en compte par le pire scénario de l’opérateur ne se produira pas. L’arrêt indique que depuis 2005, quatre réacteurs nucléaires japonais ont subi des secousses sismiques plus fortes que le niveau maximum prévu pour les centrales en question. C’est faire part d’un « optimisme injustifié », dans un pays où les séismes sont aussi courants, que de penser que des secousses de cette magnitude ne frapperont jamais la centrale d’Oi, a rappelé l’arrêt.

 

Nous allons devoir attendre pour voir si le Japon respecte la décision du tribunal de Fukui ou poursuit comme prévu sa procédure de redémarrage du nucléaire.

 

J’ai souvent entendu dire aux leaders d’opinion japonais que les Jeux olympiques de 2020 à Tokyo étaient essentiels pour regonfler le moral du Japon et des Japonais. Comme le tribunal [de Fukui], j’estime qu’il est plus important de garantir la sécurité de nos athlètes mondiaux que d’offrir à Tokyo des opportunités économiques.

C’est une chance qu’il y ait parmi les observateurs des gens qui se préoccupent de protéger la santé des athlètes aux Jeux Olympiques de Tokyo en tenant compte du contexte environnemental et de la sécurité des populations. Dans un précédent article j’ai publié la lettre d’Helen Caldicott à Thomas Bach, président du Comité International Olympique, exhortant le CIO à mettre en place une équipe indépendante d’experts en biomédecine pour évaluer la situation.

Le 6 mai 2014, Helen Caldicott a reçu une réponse officielle de John Coates, vice-président du Comité International Olympique et président de la Commission de coordination des Jeux :

La santé et la sécurité des athlètes aux Jeux est une priorité absolue du Comité International Olympique (CIO) et vous pouvez êtres certains qu’en tant que président de la Commission de coordination du CIO – l’instance chargée de la supervision des Jeux olympiques de 2020 à Tokyo pour le CIO – je ferai tout mon possible pour assurer que les athlètes puissent concourir dans un environnement sain et sans danger pendant les Jeux de Tokyo…

 

Les réponses des autorités japonaises montrent très clairement qu’elles mettent en place un bon nombre de mesures importantes pour protéger leurs concitoyens…”

Le rapport japonais fourni en pièce jointe commence par ces mots : « Toute une série de tests stricts sont actuellement menés par plusieurs ministères et agences gouvernementales concernés pour étudier les risques sanitaires associés aux radiations. »

Les rapports et les études de suivi ne s’appuient bien sûr sur aucune vérification indépendante. M. Coates et le reste du CIO sont entièrement dépendants des informations japonaises pour évaluer l’avancement des travaux de préparation japonais et les défis rencontrés en matière de décontamination depuis l’accident de Fukushima.

Dans le contexte de cet échange, j’aimerais présenter ici l’opinion du Dr. Scott Jones, ancien officier de marine à la retraite. Pilote chargé du largage de bombes nucléaires, il a servi durant les guerres de Corée et du Vietnam. Il a été également l’assistant du sénateur Clairborne Pell, ancien président du Comité des relations étrangères du Sénat, dont le vice-président Joseph Biden parlait en ces termes , le considérant comme « l’un des leaders de la lutte contre la prolifération des armes nucléaires ».

Voici ce qu’écrit Scott Jones :

Avec le temps, les conséquences terribles, mais prévisibles, du séisme et du tsunami sont devenues encore plus insupportables pour les citoyens japonais et maintenant pour le monde entier.

Quand des vies sont en jeu, la garantie la plus sérieuse pour un homme politique est de pouvoir affirmer que les décisions politiques impliquant la santé sont prises en respectant pleinement les meilleures connaissances scientifiques et médicales dont on dispose.

Ceci n’a clairement pas été le cas avec Fukushima, mais il existe une procédure qui permettrait de rectifier la situation. Il est plus que temps pour le gouvernement japonais, le Comité International Olympique, tous les gouvernements qui soutiennent le Japon et l’avenir du système olympique, de marquer un temps d’arrêt et de chercher à réaliser des évaluations indépendantes dans les domaines de l’ingénierie, de la médecine et de la science, afin de déterminer ce qui s’est passé, ce qui peut et doit être fait pour protéger la vie au Japon et dans le reste du monde.

Ceci permettrait d’apporter une réponse directe aux inquiétudes actuelles et futures concernant la santé des enfants japonais et des personnes âgées et ferait disparaître toute ambiguïté relative à la sécurité des athlètes olympiques et des visiteurs venus du monde entier assister aux Jeux olympiques prévus pour 2020.

 

Une étude indépendante serait en effet conforme à l’esprit des décisions du tribunal régional de Fukui. La sécurité des citoyens Japonais et des meilleurs athlètes mondiaux ne doit pas s’appuyer sur un bilan réalisé avec un « optimisme injustifié » ; le bilan nécessite prudence et minutie. M. Coates et le Comité International Olympique peuvent en être les garants en faisant dépendre la tenue des Jeux de Tokyo de l’acceptation d’une étude indépendante et internationale ; l’objectif est d’évaluer les problèmes scientifiques, techniques et médicaux posés par le site de la centrale de Fukushima et l’avancée des solutions mises en œuvre par le Japon. Tant qu’une telle étude n’est pas ordonnée, le CIO devrait réfléchir à deux fois avant d’affirmer avec certitude que nos athlètes bénéficieront d’un « environnement sain et sans danger pendant les Jeux de Tokyo ».

 

_____________________

 

Photo d’entête : source site Nakahara

_____________________

 

Article lié : Centrale nucléaire d'Ōi : soutenez les magistrats !

_____________________

 

La flamme olympique à Fukushima ?

On en parle (articles en français)

Partager cet article

Publié par Odile Girard
commenter cet article
15 juin 2014 7 15 /06 /juin /2014 21:34
Opappi !

De temps à autre, les Japonais prennent résolument des initiatives pour aider les victimes de la catastrophe. Ils envoient un train à vapeur ou un bus londonien à impériale dans les territoires contaminés. Ou encore des robots mignons et pelucheux pour faire déstresser les vieillards relégués dans les gymnases. Parfois sont organisées des tournées de stars audiovisuelles gesticulantes... L’objectif ? Faire oublier un instant leurs soucis aux habitants désespérés, leur rendre ponctuellement le sourire. OPAPPI !, 4ème et dernière nouvelle de Ludovic Klein publiée sur ce blog, est une réponse à ce cirque écoeurant, où la compassion obligée cache le meurtre à petit feu.

______________________

 

 

OPAPPI !

Aucun problème de santé n’a été enregistré jusqu’à présent
et il n’y en aura pas à l’avenir. Aujourd’hui, sous le ciel bleu de Fukushima, des enfants jouent au ballon et regardent vers l’avenir.
Pas vers le passé.

Shinzo Abe, premier ministre du Japon, 7 septembre 2013, Buenos Aires

 

 

Une nuit, Yumiko a fait un rêve.

 

 

Fukushima-ken, Namié-shi.9h45.

 

Yumiko est dans le gymnase. Coupe frangée, cheveux de jais, bouche encore enfantine. Tenue d’écolière. Le calendrier mural indique jeudi 25 juillet, le spectacle va commencer.

 

La petite fille habite à Namié. Elle suit ses cours au collège Minami-Horibata. Elle est en première année de collège, mais ils ne sontdéjàplus que 10 dans la classe. Les autres enfants ont fait leurs adieux. Ils sont partis très loin, de l’autre côté du Japon. Cela a rendu Yumiko très triste (scènes de larmes).

 

A présent, Yumiko est tout excitée. Elle oublie sa peur quotidienne, sa vie ennuyeuse et passée à l’éteignoir, les règles, les obligations, les interdictions. Le gymnase de l’école grouille de monde. Il y a tous les élèves et tous les parents (pour pouvoir remplir suffisamment la salle, ils ont été chercher des élèves d’autres écoles et les ont acheminés par bus – Sôma, Minami-Sôma, Iitate-mura, Ipponmatsu, Rikuzentakata...) Empêtrées dans leurs corps de peluche, des mascottes représentant les différentes villes gigotent sur place en faisant de grands gestes de la main : Kyuchan le cheval vert, de Soma ; Popomuru le gros navet rose, de Minami-Sôma ; Gyûdon-kun le bol de riz à la viande, de Iitate-mura ; Mattchan le lapin, de Ipponmatsu ; Mumu l’hippopotame violet, de Rikuzentakata.

 

Elle a pu apercevoir de loin Tamuro, le fameux presentateur télé ! Il a ses lunettes de soleil habituelles : sa marque de fabrique. A ses côtés, Moody Katsuyama ajuste son surdimensionnénoeud papillon rose et s’éclaircit la voix. Il se prépareà chanter des mélopées langoureuses de sa voix de crooner de karaoké. Mais Tamuro et Moody Katsuyama ne seront pas seuls : toutes les célébrités vont défiler, là, sur le podium. Des gens que Yumiko n’a vus qu’à la télé. Des gens qui ont fait rire des dizaines de millions de personnes.

 

Sekai no abe-atsu, avec sa moustache à l’ancienne et sa face congestionnée. Kojima Yoshio et ses roulements d’épaules. Tetsu and Tomo, leur duo à la guitare en survêtement bleu et rouge. Koriki le catcheur d’1 mètre 50, son slip noir, sa cape et son gros bide. Edo Harumi et ses « gueuuuu » lancés en bougeant les index. Ce serait un gag-marathon. Et pour le glamour, on a annoncé (sous réserves) la participation de quelques membres de AKB48.   

 

Au-dessus de l’estrade, une grande banderole déployée :

« Redonner le sourire aux enfants victimes de la catastrophe – Saisir à pleines mains l’avenir ».

 

C’est le slogan officiel de l’année. Tous les artistes s’apprêtent à se donner beaucoup de peine pour amuser les enfants - les réconforter, leur donner chaud au cœur, leur faire briller les yeux.La télé, dans un coin, filme.

 

Ça commence. Tamuro avec un grand sourire en croissant de lune, s’exclame : « Saa, mina-san... ohayô gozaimasu ! » Et ses deux acolytes féminins habillés de blanc s’écrient aussitôt, dans un écho suraigu: « Ohayô gozaimaaaasuu ! » S’ensuit un discours mélopieux sur le temps qu’il a fait ces derniers jours, sur la nécessité de réaliser ses rêves, d’être de bonne humeur en permanence, et de bien manger ses céréales. Moody Katsuyama, tout clignotant de strass, un énorme noeud papillon sous la gorge, a la main posée sur le coeur. Il est souriant, quoique larmoyant. D’ailleurs, tout le monde a les larmes aux yeux mais un grand sourire.

 

Mais place au rire ! Kojima Yoshio arrive en scène, déclenchant une clameur de joie. D’un geste net, il arrache tout ses vêtements d’un seul coup, dévoilant son slip vert pomme. Il se trémousse, plie les genoux, fait semblant de frapper du poing le sol, et braille « Sonna ni kankei nee ! Sonna ni kankei nee ! », son cri de guerre. Les enfants se roulent par terre de rire. Yumiko aussi. Puis Kojima Yoshio quasiment nu secoue les épaules en moulinets, tire la langue en se dandinant, puis, levant une jambe, il se frappe le front du gras de la paume en flûtant : « OPAPPI ! » (abréviation drôlatique de Ocean PAcific PEAce, nul ne sait pourquoi). L’hilarité fait vibrer la salle, emplit les recoins, les enfants gigotent comme une houle.

 

Puis l’amuseur se précipite sur le micro :

« Mesdames et messieurs, il y a eu un petit changement de programme. Au lieu du programme précédemment annoncé de danses et de sketches amusants, le spectacle va maintenant consister en un tabassage systématique des enfants désobéissants. »

 

L’atmosphère change du tout au tout, se leste de gravité. L’assemblée se fige, un peu choquée. Kojima Yoshio empoigne un enfant du premier rang, le traîne sur l’estrade, et lui frappe violemment le front en hurlant : « OPPAPI ! Comme ça, les petits amis : OPPAPI ! » Et il giffle encore l’enfant sur la tête. « Mettez-vous en file, les enfants ! Et qu’ça saute ! »

 

Tous les regards des adultes se tournent vers les méchants petits garcons et les méchantes petits filles (méchants : mais ils le sont tous, après tout : le compteur geiger le sait, il enregistre tout, ils savent qu’ils ont joué dehors, qu’ils ont touché quelque chose qu’il ne fallait pas, qu’ils n’ont pas voulu boire le lait des éleveurs locaux, qu’ils ont fait des caprices, ils ont été méchants, méchants, ils ont secoué leur cage, ils ont voulu respirer l’air extérieur, ramasser de la terre, ils ne se sont pas lavés, pas tenus droits, pas été gais, ils n’ont pas souri, or il faut sourire, souriez souriez, ou mourez, fermez vos gueules, devant, sales petites bêtes, droit, droit, ne sortez pas des clous, respirez comme on vous dit, fermez-vous, renfermez-vous, claquemurez-vous, mais souriez, ayez le sourire du Bouddha, même les pieds dans la merde il sourit encore gravement, tranquillement, le sourire du monde, obéissant, rangé, ayant exclu toute passion, marionnette de chair, yeux crevés, membres atrophiés, méchants, méchants).

 

Les élèves se mettent debout, sans rébellion.Ils se mettent tous en file. Certains commencent déjà à pleurer. Mais ils n’ont pas le choix. Ils ont été dressés à obéir, à ne jamais contester la parole de l’adulte. Même si cela implique sa propre destruction. Au fond, toutes les grandes personnes le désirent : frapper les enfants. Au bout de chaque file s’est placéun amuseur ou une mascotte, la main levée, prêt à frapper. Coup de sifflet de Tamuro, on commence : « 1, 2, 3 – pan –OPAPPI ! - suivant ». Kojima Yoshio est très rapide, on dirait qu’il marque du bétail de sa paume, OPAPPI ! Moody Katsuyama, les yeux embués, toujours souriant, distribue des claques en rythme. Kyuchanla mascotte fait sentir sur les corps le poing de l’adulte dans son gant de fourrure verte. Les parents se joignent bien volontiers à la bastonnade (tout le monde doit participer, allez allez, on s’amuse ! Plus d’hypocrisie, vous avez tous rêvé de faire ça, punir, punir, non vos enfants ne grandiront pas, nuisibles, nuisibles, souriez souriez). On ne vise plus le front, maintenant, on tape de toutes les phalanges, on a même le droit de donner des coups de pieds, c’est drôle ! Mais attention, une seule règle : il faut crier « OPAPPI ! » quand on frappe, c’est la loi. Au coup de sifflet, OPAPPI ! Les mêmes trois syllabes idiotes vagies par des centaines de papas et de mamans. Le gymnase bruisse des coups sur la chair des enfants, OPAPPI ! Les joues des écoliers tournent au rouge vif. Le sang gicle des narines. Les dents de lait sont brisées.

 

Une nouvelle banderole, déployée dans tout la largeur du gymnase, a remplacé l’ancienne.

 

« Redonner le sourire à la catastrophe – Saisir à pleines mains les enfants victimes de l’avenir ».

 

Et Kojima Yoshio hurle pour ne pas laisser l’élan retomber : Mauvais élèves, pourquoi ne respectez-vous pas les règles, vous n’aviezpas le droit de toucher, de désobéir aux parents, vous le savez, souillons, petits vicieux indisciplinés, bouts de cadavres ! Yumiko arrive en bout de file. Des sillons de larmes lui dégoulinent des yeux. Elle sanglote. Mais elle sait que c’est pour son bien. La silhouette imposante de Kojima Yoshio, quasiment nue, palpitante de sueur, se dresse comme un démon. Coup de sifflet. Le son ralentit, le monde a l’air de fondre, l’homme frappe de toute la force de son poing, qui vient labourer au ralenti le visage de Yumiko. L’arète nasale est écrasée et s’enfonce dans le crâne, les dents giclent comme des éclaboussures, le poing de l’amuseur, velu, calleux, a remplacé les traits du visage de la petite fille. Puis, lentement, méthodiquement, Kojima Yoshio tourne son poing, tordant la peau et les chairs dévastées. A travers le rideau de douche qui couvre ses yeux ensanglantés, Yumiko peut voir l’homme énorme, bouillant et rouge, hurler de toutes ses forces, crachant des postillons brûlants comme des gouttes de flamme :

 

OPAPPI !

 

La scène se brouille ensuite dans un déluge d’images de violence, d’images de sang, collantes, rouges, saturées. Le coeur exsude sa rage, jubilation amère, pensées dures comme des cailloux, méchantes, absolues, des envies de saccage, des lacérations roses.

 

Dans son âme de lièvre noir, la petite fille rêve de déchirer le monde avec les dents.

 

________________

Photo d'entête : Kojima Yoshio

Partager cet article

Publié par Ludovic Klein - dans Fictions sur Fukushima
commenter cet article
11 juin 2014 3 11 /06 /juin /2014 19:00
Centrale nucléaire d'Ōi : soutenez les magistrats !

On se souvient du scandale du redémarrage de deux réacteurs d’Ōi en juillet 2012. Deux ans plus tard, les juges ont donné raison aux opposants.

C'est un jugement très important pour les antinucléaires japonais, non seulement pour l’ordre de ne pas redémarrer la centrale nucléaire d’Ōi, mais aussi pour le contenu général du jugement.

Merci de soutenir les magistrats qui ont eu le courage de s’opposer au « village nucléaire », en participant à cette action de soutien (transmise au blog de Fukushima par les militants japonais).


___________________

 

 

 

Appel à soutien


Le 21 mai dernier le tribunal régional  de Fukui a délivré le jugement rejetant la demande de redémarrage des deux réacteurs de la centrale nucléaire d'Ōi (voir le lien ci-dessous pour le sommaire en anglais et la traduction en français de Ginette Martin (lien en bas de page)).

http://ajw.asahi.com/article/views/editorial/AJ201405220026

Nous les activistes japonais, souhaitons soutenir les magistrats qui ont écrit le jugement, car ils vont être la cible de pression de la part du gouvernement et du lobby nucléaire.


Il est important que la Cour perçoive le soutien populaire à l'égard de ce jugement.
Pour cela, nous vous serons reconnaissants d'envoyer une carte postale (pour que le contenu soit visible par tout le monde) aux noms de trois magistrats à l'adresse suivante :

M. H. HIGUCHI
M. A. ISHIDA
MME Y. MIYAKE

Fukusi Chiho Saibansho Minji Dainibu
1-1-1 Haruyama, Fukui
Fukui 910-8524
JAPON

Vous pouvez juste écrire :

 "Thank you for the judgement to stop
Ōi reactor restart"

par exemple.

Il est important de bien mentionner "Ōi"!

 

Merci par avance pour votre aide !

 

 

 

_______________

 

Photo d’entête : les opposants au redémarrage d’Ôi (photo © Masaki Yamamoto,  The Asahi Shimbun)

_______________


 

Centrale nucléaire d'Ōi : soutenez les magistrats !

Partager cet article

Publié par Pierre Fetet - dans Que faire ?
commenter cet article
5 juin 2014 4 05 /06 /juin /2014 18:01

Comme pour des millions de Japonais et de Japonaises, le 11 mars 2011 a fait basculer Fonzy dans un nouveau monde, celui de l’angoisse de la radioactivité dans les aliments. Son témoignage rappelle que la catastrophe de Fukushima ne s’est pas arrêtée à l’ « arrêt à froid » des réacteurs décrété en décembre 2011, mais que 3 ans plus tard, la contamination est rampante. Le nuage radioactif est passé sur Tokyo et plus rien ne sera comme avant.

__________________________

 

« Ma vie a complètement changé depuis le 11 mars 2011 »

 

J’habite dans une banlieue de Tokyo, à 280 km de la centrale de Fukushima Daiichi. Ma vie a complètement changé depuis le 11 mars 2011 bien que le séisme n’ait guère touché la ville où j’habite.

 

J’ai mesuré le taux de la radioactivité avec mon compteur Geiger (qui m’a coûté 35 euros et qui ne mesure que les rayons gamma) presque tous les jours pendant la première année. Maintenant je ne mesure presque plus, parce que premièrement le taux n’est jamais extrêmement haut ; il oscillait entre 0,05 et 0,09 micro Sv /h. Deuxièmement j’ai trouvé une personne qui habite dans mon quartier et qui mesure le taux avec un compteur Geiger plus performant (qui mesure aussi les rayons bêta). Il publie ses résultats tous les jours sur Twitter, et selon lui c’est normalement entre 0,08 et 0,12 micro Sv /h. Troisièmement, de toute façon, je continue à vivre ici malgré le résultat des mesures de la radioactivité.

Mon compteur Geiger

Mon compteur Geiger

Je ne mange que des plats cuisinés chez moi, avec des produits en provenance soit de l’ouest du Japon, soit de l’étranger. Il y a très peu d’aliments dont les taux de césium soient mesurés bien que l’Etat ait promis de le faire. Avant, c’était mon plaisir de sortir manger dans un restaurant, mais maintenant c’est fini. Je n’achète plus de pain ni de sandwich un peu partout comme avant ; je ne fais plus confiance aux ingrédients. Ça fait trois ans que je ne mange plus de sushi, ni de shiitake, ni de fruits de bois. Je ne bois même pas le fameux thé vert japonais, parce que les feuilles risquent d’être fortement contaminées. Il m’arrive de devoir manger dans un restaurant avec des collègues qui se fichent de la radioactivité. C’est un cauchemar ! Je fais semblant de manger tout en écartant les aliments susceptibles d’être contaminés. Si seulement les autorités mesuraient les niveaux de contamination dans tous les produits ...

 

Le riz ‘White rice’ que j’achète chez White Food (http://www.whitefood.co.jp/) qui contrôle ses produits avec un détecteur à semi-conducteur CANBERRA GC2520 (jusqu'à 0,5 Bq/kg)

Le riz ‘White rice’ que j’achète chez White Food (http://www.whitefood.co.jp/) qui contrôle ses produits avec un détecteur à semi-conducteur CANBERRA GC2520 (jusqu'à 0,5 Bq/kg)

Normalement je ne dis pas ouvertement aux autres que je fais très attention à la radioactivité. Hélas, il y a très peu de gens qui soient vigilants. En plus, ce genre de remarques risque souvent de gâcher l’ambiance. Pourtant je n’ai pas envie de me taire. En tant que hibakusha (irradiée ou contaminée) de Fukushima, c’est mon devoir de témoigner de ce que j’ai vécu et de ce que je vis actuellement, et je continuerai de parler.

 

(à suivre)

 

Partager cet article

21 mai 2014 3 21 /05 /mai /2014 22:03

Texte de HORI Yasuo, rédigé le 5 avril 2014,

traduit de l'espéranto par Paul SIGNORET

______________

 

Ce qu'il en est des travailleurs dans la centrale nucléaire

 

Faire comme mon père est le but de ma vie

Kitahara Hakuya, élève de quinze ans, habitant la ville de Fukushima

 

Mon rêve est de travailler comme mon père. Il est employé dans la centrale n° 1 de Fukushima, qui a été fortement endommagée par le séisme et le tsunami de 2011. J’éprouve de l’estime pour mon père et je voudrais faire comme lui.

Il y a certes divers problèmes dans la centrale, mais à présent elle se trouve dans un état relativement stable. Je crois qu’elle est maintenue dans cet état grâce à de nombreux travailleurs dévoués, qui veulent sauver leur région et leur ville. Je désire payer ma dette envers eux en étant moi-même, plus tard, un bon travailleur.

Pour que tous puissent vivre tranquilles dans leur foyer comme auparavant, je veux poursuivre mon but.

(paru dans le journal Fukshima Minpoo, du 24 mars 2014)

 

Un travailleur malade reconnu comme “victime d’un accident du travail”

 

Un travailleur de soixante-deux ans, qui avait été employé pendant 27 ans dans les centrales nucléaires de Takahama, Ōi et Mihama de la Compagnie d’électricité de Kansaya, a été reconnu comme “victime d’un accident du travail”. Il dit : “J’ai travaillé plusieurs fois dans des endroits très radioactifs, dans lesquels on ne peut rester plus de quinze minutes. Je croyais que la compagnie, possédant des informations suffisantes sur les types de radiations ionisantes et sur les limites d’exposition, m’en protègerait efficacement, or cette croyance était infondée.

En juillet 2011 on a découvert chez lui une tumeur lymphatique maligne, il a été opéré aussitôt et par la suite on l’a soumis à un traitement anticancéreux.  Selon les indications portées dans son carnet d’exposition aux radiations, il a reçu, au cours des 27 dernières années, 168,41 millisieverts. Sa femme a demandé une aide du gouvernement, mais le Bureau du travail du département de Hyōgo la lui a refusée, en arguant que, pour être reconnu comme “accidenté du travail”, il faut avoir subi une exposition aux rayonnements ionisants supérieure à 200 millisieverts en cinq ans.

La norme de reconnaissance pour un malade leucémique exige qu’il (ou elle) ait travaillé plus d’un an et ait reçu une irradiation égale à 5 millisieverts multiplié par le nombre d’années de travail. Il n’existe pas de norme pour les malades atteints d’une tumeur lymphatique maligne, néanmoins le risque est supposé être égal au cinquième de celui de la leucémie.

 

En décembre 2012, cet homme, avec l’aide d’un conseil, a de nouveau sollicité le Bureau, et finalement a été reconnu comme malade victime de la radioactivité. Son avocat a déclaré : “Le gouvernement doit plus largement reconnaître la qualité de  “victimes d’accident du travail” aux employés des centrales nucléaires malades, car pour éviter d’être licenciés pour dépassement du seuil d’exposition aux radiations ionisantes, ceux-ci parfois ne déclarent pas avec exactitude leurs temps d’exposition et en outre les maladies dues à la radioactivité n’ont pas encore été clairement explorées.”

(paru dans le journal Akahata du 25 mars 2011)

Ce qu'il en est des travailleurs dans la centrale nucléaire

Mort d’un travailleur enseveli sous du sable

 

Le 28 mars, TEPCO a publié une information concernant la mort d’un travailleur de 55 ans, qui réparait la base d’une construction, dans la centrale nucléaire n°1 de Fukushima,  et qui a été enseveli dans un trou de deux mètres de profondeur sous une avalanche de sable et de blocs de béton. Il est la septième victime d’accident, depuis la catastrophe de 2011.

 (paru dans la journal Akahata du 29 mars 2011)

Selon TEPCO, à la fin du mois de mars, le nombre de travailleurs malades ou blessés pendant leur travail s’élevait à cent vingt. Ils accomplissent des tâches très dures. Équipés de masques et de vêtements protecteurs, ils construisent des réservoirs pour eau polluée. Chaque jour, ils sont quatre mille à travailler ainsi, y compris des débutants inexpérimentés, et souvent des problèmes surviennent. Auparavant, il y avait deux hôpitaux dans le voisinage de la centrale, mais après l’accident de 2011, ils ont été fermés. Il y a maintenant, dans la centrale même, une clinique où  médecins et infirmiers sont de service jour et nuit, mais dans laquelle on ne peut opérer, si bien que lorsque arrivent des cas graves, ils doivent être transportés jusqu’à un hôpital distant de soixante kilomètres. Et comme en outre le terrain de la centrale est très vaste, dans ce dernier accident, il a fallu vingt cinq minutes pour transporter la victime à la clinique. Pour supprimer entièrement les quatre réacteurs, quarante ans seront nécessaires. TEPCO doit donc mettre sur pied un bon dispositif pour prendre soin des travailleurs.

(paru dans le journal Fukushima-Minpō du 4 avril 2011)

 

Comment recrute-t-on des travailleurs ?

 

Sur Internet, je trouve de nombreuses compagnies qui recrutent de la main-d’œuvre pour les centrales nucléaires de Fukushima. Voici la traduction d’informations concernant deux d’entre elles.

 

Haut salaire pour travailleurs de la centrale nucléaire

Compagnie Aaty, dans la ville de Kōriyama, département de Fukushima

Nature du travail : travaux de terrassement et de construction

Salaire : 18000 yens (180 euros) pour un ouvrier

20 000 yens (200 euros) pour un contremaître

Logement : Nous le préparerons et nous en paierons le loyer

Nourriture : À votre charge

Chantiers : Il y a divers chantiers, dangereux ou non. Vous aurez le choix. N’hésitez pas à nous consulter.

Période de travail : Les travaux dans la centrale seront achevés en deux ou trois mois*, mais même après, nous vous donnerons du travail, quoique avec un salaire différent.

* Au sujet de cette période de travail "de deux ou trois mois", il faut noter que, selon la loi, un ouvrier peut être exposé, sur une année, à une irradiation de 50 millisieverts, mais beaucoup de compagnies ont leur propre seuil d’exposition, par exemple 20 millisieverts. Donc je suppose que certains travailleurs de cette compagnie, ayant reçu 20 millisieverts au cours des trois premiers mois et ne pouvant ensuite plus continuer à travailler dans une centrale, seront employés à la dépollution de lieux urbains ayant subi une contamination radioactive.

 

Nous embauchons deux cents travailleurs

 

Entreprise de construction Amdak, dans la ville de Iwaki, département de Fukushima

Salaire : 22 000 yens (220 euros)*, pour un chantier dans la centrale (déblaiement de détritus autour des réservoirs à eau)

15 500 yens (55 euros)*, pour un chantier de nettoyage de villes (autour d’habitations, dans des forêts, des champs et sur des bords de rivières)

Horaire de travail : 5 heures pour le travail en centrale, 7 heures dans les villes

Logement et nourriture : de 500 à 2 500 yens par jour pour un ouvrier en centrale et de 0 à 1 500 yens par jour pour un ouvrier en ville

Âge requis : de 30 à 60 ans pour un travail en centrale, de 20 à 60 ans pour un travail en ville.

Nombre d’ouvriers à recruter : 200

Autres conditions : Nous acceptons les gens sans expérience. Aucune compétence n’est requise.

Bienvenue : Nous estimons très importants un haut niveau de salaire et de bonnes conditions de travail. Que vous soyez sans expérience n’a aucune importance. Nous vous formerons avec soin à votre travail. Tous nos employés travaillent avec plaisir. Venez et soyez amis avec nous.

 * À ma connaissance, beaucoup de travailleurs ne reçoivent que 12 000 yens environ. Il semble bien que 18 000 et 22 000 yens soient des salaires plus élevés que ceux réellement versés. En outre, il faut déduire de ces sommes impôt et assurance santé, et pour les toucher il faut mettre sa santé en danger, ce qui fait que ces salaires ne sont pas hauts du tout.

 

 

Partager cet article

Publié par Ginette Martin - dans Textes de HORI Yasuo
commenter cet article
22 avril 2014 2 22 /04 /avril /2014 11:12
Ce que dit Naoto Matsumura

Naoto Matsumura vit à Tomioka. Il est une des rares victimes de la catastrophe nucléaire de Fukushima à être restée vivre dans la zone interdite. En mars 2014, il est venu en France, en Allemagne et en Suisse pour témoigner de ce qui lui est arrivé, de ses choix et de son combat. Beaucoup de médias ont rapporté sa venue ; vous trouverez dans cette page une sélection de messages qu’il a portés de Paris à Genève, en passant par Bure, Fessenheim ou le Parlement européen.

Ce billet est illustré par des photos que j’ai prises lors de son périple en France, et se termine par une série de liens vers des articles disponibles sur internet ou téléchargeables, de vidéos, de blogs et d’albums photos.

Merci à tous ceux qui ont rendu possible cette aventure, à tous les organisateurs bénévoles et à tous les donateurs. Car l’objectif de ce voyage a été pleinement atteint. Naoto Matsumura a non seulement rencontré des centaines de lycéens avides de connaissances sur la catastrophe de Fukushima mais il a également livré son témoignage à des millions d’Européens à travers de nombreux médias : l’accident nucléaire est possible en Europe, et spécialement en France ; il est encore temps d’arrêter le nucléaire avant de devenir tous des victimes.

Pierre Fetet

Première interview de Naoto Matsumura en France à RTL le 5 mars 2014 avec Yves Calvi

Première interview de Naoto Matsumura en France à RTL le 5 mars 2014 avec Yves Calvi

A propos du prochain accident nucléaire

 

« Le prochain accident nucléaire, ce sera soit au Japon, soit en France. Je connaissais l'accident de Three Mile Island et de Tchernobyl mais je pensais que ça ne nous concernerait jamais, que la technique japonaise était suffisamment bonne... Je pense qu'EDF juge également que les centrales nucléaires françaises bénéficient d'une technique de meilleure qualité. Tepco, c'était pareil. Ils nous disaient qu'il n'y avait pas de danger, que c'était sûr... Il faut dire haut et fort qu'il faut arrêter le nucléaire, il faut se battre. » (AFP, 6 mars 2014)

 

« Si l'Europe ne décide pas très vite de sortir du nucléaire, elle connaîtra forcément une catastrophe aussi grave que Fukushima » (France Info, 16 mars 2014)

 

« Chez vous en Europe, les pays sont collés les uns aux autres, s’il y a un accident, ce sont plusieurs pays qui seront affectés. » (RTS, 18 mars 2014)

 

Conférence de presse de Naoto Matsumura, Michèle Rivasi et Sandrine Bélier le 11 mars 2014 au Parlement européen

Conférence de presse de Naoto Matsumura, Michèle Rivasi et Sandrine Bélier le 11 mars 2014 au Parlement européen

A propos du projet d’enfouissement de déchets radioactifs à Bure

 

« L’Andra a des réponses toutes faites qui, selon moi, ne sont pas fiables. Personne ne peut dire qu’il n’y aura jamais d’accident. Avant, Tchernobyl, c’était loin pour moi et je ne croyais pas que cela pouvait m’arriver. Maintenant, je suis concerné. La France fait comme les autres pays. Elle choisit Bure car il n’y a pas beaucoup de population. Ils considèrent qu’il y aurait moins de dégâts en cas d’accident. Les habitants de Bure sont déjà des victimes du nucléaire. Partout, il faut sortir du nucléaire » (Est Républicain, 9 mars 2014)

 

Naoto Matsumura a visité le centre CIGEO à Bure le 7 mars 2014.

Naoto Matsumura a visité le centre CIGEO à Bure le 7 mars 2014.

A propos de l’efficacité de la décontamination des sols

 

« Ce que je souhaite dire en France et en Europe, c'est qu'avant une catastrophe, une centrale nucléaire c'est toujours nickel. Je pense que c'est ce que doit vous dire EDF. C'est que nous disaient en tout cas les dirigeants de Tepco : qu'on n'était pas à Tchernobyl dans l'ex-Union soviétique, qu'il fallait au contraire avoir confiance dans la technique japonaise. Et moi, comme la grande majorité des Japonais, je les croyais. Maintenant, trois ans après l'explosion, ils ne contrôlent plus rien. A tel point, que le gouvernement japonais a dû prendre le contrôle du chantier de décontamination. Depuis janvier, je les ai vus dans ma ville faire enlever la terre trois fois pour la décontaminer. Sans résultat : il y a toujours autant de radioactivité dans le sol... » (La Vie, 7 mars 2014)

 

Accueil chaleureux de Naoto Matsumura au lycée de Barr le 10 mars 2014 où celui-ci a reçu des guirlandes de grues en origami.

Accueil chaleureux de Naoto Matsumura au lycée de Barr le 10 mars 2014 où celui-ci a reçu des guirlandes de grues en origami.

« Finalement, d’après mes propres expériences vécues dans une zone interdite, j’estime que la décontamination du territoire est irréalisable et que le retour dans les zones contaminées est impossible. Car les zones contaminées ne sont plus habitables. Si jamais un  accident pareil arrivait en France, vous perdriez certainement une vaste étendue de votre territoire. » (Conférence au Parlement européen, 11 mars 2014)

 

Janick Magne, Naoto Matsumura, Ren Yabuki et Catherine Connan lors de la manifestation pour la fermeture de la centrale de Fessenheim le 9 mars 2014

Janick Magne, Naoto Matsumura, Ren Yabuki et Catherine Connan lors de la manifestation pour la fermeture de la centrale de Fessenheim le 9 mars 2014

A propos des mensonges de Tepco

 

« Avant le 11 mars 2011, les techniciens de Tepco nous disaient qu’il n’y avait pas de danger, que cela n’arriverait jamais. Des menteurs !

Quelques jours après le 11 mars 2011, un de mes voisins, un technicien Tepco m’a dit que tout était désormais sous contrôle, que tout serait revenu à la normale après quelques jours tout en évacuant sa famille au loin : Menteur!

Depuis le début de la catastrophe, Tepco nous répète que tout va bien. Menteurs !
Ils nous disent maintenant qu’il faudra 30 à 40 ans pour y remédier. Menteurs !
Ils nous ont menti avant, ils nous ont menti pendant, et ils nous mentent même encore
maintenant. » (Enjeux énergies, 8 mars 2014)

 

Naoto Matsumura est venu témoigner le 13 mars 2014 devant la centrale nucléaire de Fessenheim.

Naoto Matsumura est venu témoigner le 13 mars 2014 devant la centrale nucléaire de Fessenheim.

A propos de Fessenheim

 

« La centrale nucléaire de Fessenheim est une vieille centrale. Ce sont ces centrales qui présentent le plus de risques » (Arte Journal, 9 mars 2014)

 

« Si une catastrophe survient ici, il ne restera rien de vos vignes, de vos forêts et de vos champs de maïs. Il faut fermer toutes les centrales du monde. » (L’Alsace, 10 mars 2014)

 

Naoto Matsumura dans les Hautes-Vosges le 9 mars 2014

Naoto Matsumura dans les Hautes-Vosges le 9 mars 2014

A propos de sa ville natale, Tomioka

 

« Ce n’est pas possible d’expliquer la situation de ma ville avec des mots mais après l’explosion de la centrale et l’évacuation, ce qui m’a le plus choqué, c’est le silence. Avant, c’était une ville très animée, aujourd’hui elle est déserte et irradiée définitivement. » (I-Télé, 9 mars 2014)

 

« Je pense que la terre n’a plus de valeur, que personne ne va vouloir des terres de Tomioka. Je suis de la 5ème génération de riziculteurs, mes ancêtres avant moi ont protégé ces terres, mes parents m’ont appris à m’occuper de ces terres, et moi je voulais transmettre ces valeurs à la génération suivante... Il n’y a aucune chance que les générations futures reviennent s’installer à Fukushima. Il n’y a aucune chance pour ça, ça se terminera avec moi. » (RTS, 18 mars 2014)

 

Cinq membres de l’équipe lors de la commémoration organisée par Europe Ecologie les Verts au Parlement européen le 11 mars 2014

Cinq membres de l’équipe lors de la commémoration organisée par Europe Ecologie les Verts au Parlement européen le 11 mars 2014

A propos de son choix de rester en zone contaminée

 

« Au bout de 3 jours, je suis sorti de ma maison, ce qui m'a frappé c'est le silence. J'ai vu un pauvre chien attaché, il n'avait rien à manger ni à boire. Je l'ai donc nourri et un autre chien à côté a commencé à aboyer pour me réclamer aussi de le nourrir. Et c'est comme ça que je me suis aperçu qu'il y avait des milliers d'animaux abandonnés autour de Fukushima. » (France Info, 11 mars 2014)

 

« Au lendemain de l’accident, la seule chose à laquelle j’ai pensé a été de sauver des animaux. Maintenant, je ne peux plus arrêter » (Metronews, 10 mars 2014)

 

« La centrale nucléaire m’a tout pris, ma vie et mes biens. Rester ici, c’est ma façon de combattre pour ne pas oublier, ni ma colère, ni mon chagrin » (L’Alsace, 10 mars 2014)

 

« Une partie de la population ne comprend toujours pas pourquoi j’ai décidé de rester dans la zone rouge pour m’occuper des bêtes. Ces gens-là se demandent si la vie d’un humain n’est pas plus importante que la vie des bêtes. Mais aujourd’hui, je n’ai aucun regret. Si c’était à refaire, je prendrais la même décision. » (La Télé, 18 mars 2014)

 

José Bové a apporté son soutien à Naoto Matsumura le 11 mars 2014 au Parlement européen.

José Bové a apporté son soutien à Naoto Matsumura le 11 mars 2014 au Parlement européen.

A propos de sa santé

 

« J’ai renoncé à manger mes propres cultures, elles sont trop contaminées. Et moi aussi ! » (Ouest-France, 6 mars 2014)

 

« Pour l’instant je n’ai rien. Peut-être que dans trois ou cinq ans, je verrai les conséquences de la catastrophe sur ma santé » (Metronews, 10 mars 2014)

 

« Peut-être je serai atteint un jour ou l’autre d’une leucémie ou d’un cancer. » (RTL, 11 mars 2014)

 

Naoto Matsumura et Ren Yabuki lors de la manifestation pour la fermeture de la centrale de Fessenheim le 9 mars 2014

Naoto Matsumura et Ren Yabuki lors de la manifestation pour la fermeture de la centrale de Fessenheim le 9 mars 2014

A propos des liquidateurs de Fukushima

 

« Pour Tepco, les travailleurs à la centrale ne sont pas des humains » (JOL Presse, 10 mars 2014)

 

 

A propos du coût de l’électricité nucléaire

 

« Si vous pensez au coût de la décontamination, les coûts de stockage des combustibles usagés et les coûts des dégâts après accident, il est impossible de dire que les centrales nucléaires fabriquent de l’électricité pour bon marché. » (Conférence HEP Vaud, 19 mars 2015)

 

Le 12 mars 2014, Naoto Matsumura a reçu le soutien de Roland Ries, maire de Strasbourg.

Le 12 mars 2014, Naoto Matsumura a reçu le soutien de Roland Ries, maire de Strasbourg.

A propos de la gestion de la catastrophe de Fukushima

 

« Aujourd’hui,  il faut révéler ce qui se passe vraiment à Fukushima, dire aux chaînes de télévision qu’on ne peut plus gérer les problèmes à Fukushima Daiichi. Le gouvernement assure que la situation est maîtrisée, mais c’est loin d’être le cas… La réalité c’est que Tepco ne sait pas comment gérer, ni maîtriser l’accident de Fukushima »». (JOL Presse, 10 mars 2014)

 

« Personne ne peut maîtriser l’accident. Il n’y a aucune technique, aucun moyen d’arrêter cela. » (France Inter, 11 mars 2014)

 

Naoto Matsumura a été invité au Parlement européen le 11 mars 2014 par la députée Michèle Rivasi.

Naoto Matsumura a été invité au Parlement européen le 11 mars 2014 par la députée Michèle Rivasi.

A propos de l’idée qu’il se faisait du nucléaire

 

« Avant la catastrophe, je n’étais pas du tout un militant écologiste. Le nucléaire ne me faisait pas peur, j’avais totalement confiance. » (Ouest-France, 6 mars 2014)

 

« J’étais convaincu que les centrales nucléaires étaient sûres, qu’il n’y avait aucun danger. C’est comme cela que j’avais été formé. » (RTL, 11 mars 2014)

 

« Je n'étais pas anti-nucléaire avant, Tepco m'avait lavé le cerveau. » (France Info, 11 mars 2014)

 

Une plaque commémorative a été inaugurée à l’occasion du passage de Naoto Matsumura, le 13 mars 2014, au lycée de Guebwiller : « En souvenir de la visite du « dernier homme de Fukushima », Naoto Matsumura, venu en Alsace pour témoigner de la tragédie nucléaire de Fukushima ».

Une plaque commémorative a été inaugurée à l’occasion du passage de Naoto Matsumura, le 13 mars 2014, au lycée de Guebwiller : « En souvenir de la visite du « dernier homme de Fukushima », Naoto Matsumura, venu en Alsace pour témoigner de la tragédie nucléaire de Fukushima ».

A propos de l’attitude de l’OMS vis-à-vis des victimes du nucléaire

 

Naoto Matsumura n’a rien dit mais a porté cette pancarte : « Fukushima, another WHO cover up just like Chernobyl ». Le 19 mars 2014, il a participé silencieusement à la vigie d’Hippocrate devant l’OMS à Genève, comme le font chaque jour ouvrable tous les autres militants d’Independent WHO depuis le 26 avril 2007.

 

 

A propos des évacués

 

« Les personnes âgées sont déboussolées, stressées. Beaucoup en meurent. » (Ouest-France, 6 mars 2014)

 

Naoto Matsumura et Ren Yabuki participant à la vigie d’Hippocrate devant l’OMS à Genève le 19 mars 2014 (Photo : Pierre Ferrandon)

Naoto Matsumura et Ren Yabuki participant à la vigie d’Hippocrate devant l’OMS à Genève le 19 mars 2014 (Photo : Pierre Ferrandon)

Une semaine auparavant, le matin du 11 mars 2014, Naoto Matsumura avait fait une conférence au Parlement européen et délivrait également ces revendications :

 

Droits de l’homme

 

« Les victimes doivent être reconnues comme des réfugiés irradiés et soutenus comme tel. Des droits doivent leur être accordés : Droit de réclamer l’évacuation en fonction du niveau de radiation. Droit de protéger les enfants de Fukushima contre la radioactivité. Droit de se procurer des aliments propres non contaminés pour les enfants aussi bien que pour les adultes. »

 

Naoto Matsumura après son appel à fermer les centrales nucléaires du monde entier, le 9 mars 2014 lors de la manifestation à Fessenheim

Naoto Matsumura après son appel à fermer les centrales nucléaires du monde entier, le 9 mars 2014 lors de la manifestation à Fessenheim

Droits de l’animal

 

« Les animaux doivent être évacués et protégés en cas d’accident nucléaire. Les animaux abandonnés dans les zones contaminées ne doivent pas être tués. »

 

Le 6 mars 2014, Naoto Matsumura était l’invité de Mathieu Vidard pour l’enregistrement de l’émission « La tête au carré » à France Inter.

Le 6 mars 2014, Naoto Matsumura était l’invité de Mathieu Vidard pour l’enregistrement de l’émission « La tête au carré » à France Inter.

Liberté d’expression

 

« Avant Fukushima, c’était Tepco, grand sponsor des médias japonais, qui censurait  les opinions publiques. Maintenant c’est la nouvelle loi sur la protection des secrets qui fera taire les médias et les dénonciateurs. Il est plus facile de ne rien dire sur Fukushima Daiichi que de chercher à résoudre les vrais problèmes du nucléaire.

Avec cette nouvelle loi, nous n’aurons plus le droit d’accéder aux informations ni de critiquer l’Etat. Nous risquerons d’être considérés comme terroristes, quel que soit notre statut car c’est une loi qui stipule que celui qui avance sa propre opinion peut être considéré comme terroriste. »

 

L’équipe du périple au complet : Antonio, Ren, Naoto, Catherine, Pierre et Kazumi le 10 mars 2014 (Photo : André Hatz)

L’équipe du périple au complet : Antonio, Ren, Naoto, Catherine, Pierre et Kazumi le 10 mars 2014 (Photo : André Hatz)

 

______________________________

 

Crédits photos pour cet article : Pierre Fetet, sauf la 9ème, la 15ème et la 18ème.

______________________________

 

 

Pour en savoir plus : liens vers les articles, interviews, vidéos et albums consacrés au voyage de Naoto Matsumura en Europe

 

27/02/14

L’Abeille

« Naoto Matsumura fait étape à Bure le 7 mars prochain »

 

06/03/14

Ouest-France

« Le dernier homme à vivre encore près de Fukushima »

Le Parisien

« Nucléaire : l'ermite de Fukushima prédit un accident au Japon... ou en France »

L’Alsace

« L’ermite de Fukushima qui avertit les Français des risques nucléaires sera à Fessenheim ce dimanche »

AFP

« L'ermite de Fukushima avertit les Français des risques nucléaires »

Vosges-Matin

« Naoto Matsumura : « Le dernier homme de Fukushima » à Bure »

 

07/03/14

La Vie

« Le dernier homme de Fukushima est parmi nous »

Journal de la Haute-Marne

« A la rencontre du résistant de Fukushima »

 

08/03/14

Enjeux énergies

« La conférence de Naoto Matsumura à Paris le 6 mars 2014 »

 

9/03/14

Journal de la Haute-Marne

« S’il n’y a pas de danger, pourquoi ne pas faire CIGEO à Matignon ? »

L’Est Républicain

« Le dernier homme de Fukushima »

Actu 88

« Fukushima – Naota Matsumura lance une alerte rouge : « Arrêtez les centrales ! » 

I-Télé

« Naoto Matsumura, le dernier homme de Fukushima »

SWR

Dreiland aktuell

Arte Journal

Fessenheim - 9 mars 2014

La Dépêche

« Des milliers de manifestants antinucléaires sur le Rhin et à Fessenheim »

Le Parisien

« Nucléaire : entre 3500 et 9000 opposants manifestent contre Fessenheim »

BlogdeFukushima

« L’appel de Naoto Matsumura - Fessenheim - 9 mars 2014 »

 

10/03/14

Dernières Nouvelles d’Alsace

« A Fessenheim, l’alerte Matsumura »

L’Alsace

« Naoto Matsumura, l'ermite de Fukushima, messager du danger »

Le Figaro

« Pour le dernier homme de Fukushima, le prochain accident nucléaire sera en France »

MétroNews

« Le combat de Naoto Matsumura, le "dernier homme de Fukushima" »

JOL presse

Fukushima: Naoto Matsumura, symbole de la lutte contre le nucléaire

 

11/03/14

Le Monde

« Transition énergétique : tout commence à Fessenheim ! »

RTL, Le choix de Yves Calvi

Naoto Matsumura : « Le danger nucléaire concerne aussi la France »

France Inter, La tête au carré

« La vie à Fukushima , 3 ans après la catastrophe »

RTBF1

Journal de 19h
France Info

« Naoto Matsumura, le dernier homme de Fukushima »

Reporterre

« Le dernier homme de Fukushima à Paris »

Ma planète

« Naoto Matsumura, "le dernier homme de Fukushima", témoigne au Parlement européen »

Café Santé Nature

« Retour sur la visite de Naoto Matsumura »

RTBF, Soir Première Europe

« L'histoire incroyable de Naoto Matsumura »

Blog Rue89 de Michèle Rivasi

« Fukushima : habiter dans la zone ou devenir un paria »

Parlement européen

Conférence de presse

Euronews

« Le dernier homme de Fukushima met en garde les Européens »

Chaîne de Sandrine Bélier

« Visite de Naoto Matsumura en Alsace »

Ce que dit Naoto Matsumura

12/03/14

Conférence à Strasbourg

« Les leçons de Fukushima »

 

13/03/14

Alsace 20

« Ren et Naoto engagés dans la cause animale à Fukushima »

Dernières Nouvelles d'Alsace

« Naoto Matsumura ne rencontrera pas les salariés de Fessenheim »

L’Echo

« Il a choisi les radiations plutôt que la soumission »

Dernières Nouvelles d’Alsace

« Naoto Matsumura découvre le vin d’Alsace »

 

14/03/14

La semaine dessinée de La tête au carré

#25

FR3 Alsace

« Naoto Matsumura à Fessenheim pour la fin de son périple alsacien »

 

15/03/14

Regards croisés

« A la différence d’une guerre, une catastrophe nucléaire ne s’arrête jamais »

 

16/03/14

France Info

« Il y aura un Fukushima européen »

Weiler Zeitung

« Protest gegen Fessenheim »

 

17/03/14

Montagsaktion gegen Atom mit Naoto Matsumura

https://www.youtube.com/watch?v=AQEQ0RfUXR0

BZ Basel

Ein japanischer Mann trotzt den Strahlen von Fukushima

 

18/03/14

La Télé

« Un paysan japonais vivant à Fukushima témoigne à Lausanne »

RTS

« Le dernier homme de Fukushima »

Weiler Zeitung

« Mahnmal gegen den Wahnsinn »

 

19/03/14

Regards croisés

« Santé et nucléaire : un tandem sulfureux »

Independent WHO

« Une victime de Fukushima devant l’OMS »

2000watts

« Naoto Matsumura : Le Dernier Homme de Fukushima »

 

22/03/14

Le papillon et l’empereur

« Le printemps de Naoto en Alsace »

 

 

PHOTOS

 

4 au 9/03/14

Instantanés de voyage (partie 1)

Photos d'Antonio Pagnotta

 

7/03/14

Rencontre « De Bure à Fukushima » à Bonnet

Photos de Christophe Jobard

 

10/03/14

Naoto Matsumura à la rencontre de viticulteurs au caveau de Roland Gloeckler à Gertwiller

Photos d’André Hatz

 

11/03/14

Au Parlement européen

Photos de greensefa

 

12/03/14

Table ronde « Les leçons de Fukushima » à Strasbourg

Photos de Christo Miche

 

 

ENREGISTREMENTS

 

1) Conférence de presse du 11 mars 2014 au Parlement européen de Naoto Matsumura, Michèle Rivasi et Sandrine Bélier à télécharger :

 

English : Version française/anglaise (309 Mo)

Deutsch : Version française/allemande (309 Mo)

Version française sur Youtube (extrait)

 

2) Soirée « Les leçons de Fukushima » du 12 mars 2014 à Strasbourg organisée par le groupe local Greenpeace, avec les interventions de Catherine Connan, Naoto Matsumura, Pierre Fetet, Reiko Hasegawa, Michèle Rivasi, Claude Bourguignon, Bernard Laponche, Antonio Pagnotta, et.

 

Version sur Youtube

Version remasterisée à lire ou à télécharger (957 Mo)

 

3) Conférence du 19 mars 2014 à la HEP de Vaud avec Naoto Matsumura, Ren Yabuki et Antonio Pagnotta.

Version sur Viméo

 

 

 

______________________________

Dernière mise à jour : 20 mai 2014

 

 


 

Première page du quotidien DNA du 10 mars 2014

Première page du quotidien DNA du 10 mars 2014

Partager cet article

Publié par Pierre Fetet - dans En France et ailleurs
commenter cet article

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone   

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Aider le Japon maintenant

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog