28 avril 2016 4 28 /04 /avril /2016 07:31
Alone in Fukushima

La Maison de la Culture du Japon à Paris a invité récemment la cinéaste Mayu Nakamura à présenter Alone in Fukushima, documentaire consacré à Naoto Matsumura, bien connu des lecteurs de ce blog. Corrigeant certains clichés, la cinéaste présente son point de vue sur cet homme qui mène une vie hors du commun.

A cette occasion, Martin Debat a réalisé une interview de la réalisatrice Mayu Nakamura, paru dans le site East Asia le 16 avril 2016. En voici un extrait, avec l'aimable autorisation du rédacteur en chef du site.

_____________________

 

 

Entretien avec Nakamura Mayu pour son documentaire

Alone in Fukushima (MCJP)

 

 

(…)

 

À propos de votre documentaire Alone in Fukushima, souhaitiez-vous dès le départ faire un documentaire sur la catastrophe ? Comment avez-vous rencontré Naoto?

 

Comme je l’ai dit plus tôt, je travaillais pour NHK World, et je faisais des nouvelles sur la catastrophe du tsunami. Je n’avais rien réalisé sur celle de Fukushima, et il me tenait à cœur d’en parler. J’ai fait des recherches et j’ai découvert des reportages à propos de Naoto sur les médias étrangers comme CNN, BBC et peut-être même sur des chaînes d’info françaises. C’était deux ans après la catastrophe, en 2013, mais la plupart des gens au Japon ne connaissait pas son histoire.

 

La raison est que son travail ne fut pas relaté par les médias nippons, et je me demandais pour quelles raisons. Il est là depuis tout ce temps et personne ne semblait être au courant alors que les journalistes étrangers en parlaient. J’ai donc proposé à mes producteurs de faire un reportage à son sujet, et comme je l’ai expliqué, ils ont refusé en raison des risques sanitaires, et ne souhaitaient pas en être responsable. Je pense en revanche qu’ils ne voulaient pas montrer quelqu’un vivant dans cette zone dévastée. Il n’est pas censé vivre ici, mais il a reçu une permission exceptionnelle de la part du gouvernement parce qu’il prend soin des animaux. Je l’ai d’abord contacté, et je me suis rendue sur place par mes propres moyens. J’ai loué une voiture. À notre première rencontre, il était méfiant. Cela émane de ses précédentes expériences avec les journalistes japonais, travaillant pour de grands groupes médias, venus faire des reportages sur Fukushima. Ils ont recueilli son témoignage pour étayer leur article. Mais ces papiers n’étaient finalement pas publiés, en raison des pressions éditoriales venant du gouvernement. Je l’ai convaincu en argumentant sur mon expérience de documentariste, de mon travail sur la communauté nippo-brésilienne, et que je mènerai ce projet en toute indépendance. C’est ainsi qu’il m’a accordé sa confiance. Il s’avère que mon permis de conduire n’était pas valable au Japon, j’avais passé l’examen à New York quand je vivais aux États-Unis. Je n’avais pas validé mon équivalence. J’habite à Tokyo et j’utilise les transports en commun pour me déplacer en agglomération. Seulement, le permis est primordial pour se rendre à Fukushima, aucun autre moyen de locomotion ne conduit à cette destination (rires !). J’ai donc dû retourner à l’école de conduite pour obtenir mon permis. Il fut très reconnaissant de voir les efforts que j’ai fournis pour me rendre à sa rencontre.

 

Alone in Fukushima

Qu’est-ce qui vous a séduit dans son histoire ?

 

Je pense que Naoto est une personnalité intéressante. À l’époque, il y a eu de nombreux reportages sur la catastrophe, par forcément sur Fukushima, mais plutôt sur les personnes qui furent évacuées des zones irradiées et qui furent accueillies dans des refuges. Un choix dicté en raison des risques encourus sur place. En 2013, deux ans après les événements, il fallait à mon avis trouver une approche différente, ne pas rabâcher les mêmes sujets. C’est ce qui m’a conduit dans mon choix de réaliser un reportage à l’intérieur de la zone irradiée. Ce qui induit que je devais me préparer à être exposée aux radiations pendant un certain temps. Je voulais décrire cette zone radioactive au long des saisons. Il y a déjà eu des documentaires sur Naoto, mais les journalistes ne restaient que deux ou trois jours sur place. Je devais avoir une approche différente, et sur du long terme pour constater comment les animaux vivaient, et mouraient. Je voulais me concentrer sur lui et son action, et pas sur son entourage. Je ne souhaitais pas faire comme mes confrères à propos de leurs sujets sur les réfugiés de Fukushima et m’éparpiller en traitant de plusieurs personnages en même temps. C’est une personnalité suffisamment forte, il a une vie peu commune, et sa relation unique avec les animaux est passionnante. Je ne me suis rendue compte qu’une fois sur place qu’il y a des autruches dans cette zone, personne ne s’en serait douté. Elles sont les mascottes des réacteurs nucléaires (rires !). Il a une relation très particulière avec les animaux, il leur parle, il les comprend. Je ne savais pas avant de le connaître que les animaux étaient des êtres sensibles et qu’ils avaient par conséquent leur propre personnalité. Et la façon dont ils interagissent entre eux est très drôle.

 

La plupart des reportages sur Fukushima sont très sérieux. Je ne souhaitais pas faire un film pessimiste. Le sujet l’est pourtant, il n’y a pas d’espoir, mais Naoto est une personne positive. C’est quelqu’un de très jovial et son comportement avec les animaux est très amusant. Je voulais trouver un ton différent, rectifier certains a priori le concernant propagés par les médias étrangers. Cela est sûrement dû à des erreurs de traduction. Beaucoup de gens pensent qu’il est fermier de formation ou bien éleveur, ce n’est pas le cas. Il y a donc une erreur, une incompréhension. Au contraire, je pense que l’un des aspects intéressants de son parcours est qu’il vient des métiers du bâtiment, et qu’il fut engagé auparavant dans la construction des cheminées de la centrale. Ce projet professionnel fut bénéfique pour lui, et suite à la catastrophe, il décida de rester et de s’occuper des animaux d’élevage alors qu’il n’a pas la moindre expérience dans le domaine. Ces animaux sont très difficiles à entretenir, ils ont besoin de beaucoup de nourriture, notamment les animaux d’élevage qui ont un régime particulier. Et puis je tenais à rectifier cette image d’Épinal de Naoto véhiculée par les médias occidentaux. Cette représentation du grand sauveur des animaux qui est resté à Fukushima, un cliché colporté par les activistes des droits des animaux. C’est vrai dans une certaine mesure. Mais il n’est pas resté pour les animaux. Ce qui a motivé sa décision en premier lieu est qu’il vivait en compagnie de ses parents qui sont très âgés, qui ne voulaient pas être évacués. Il voulait les aider. Ses frères et sœurs ont réussi à les convaincre de partir. Il a décidé de rester sur place parce que c’est quelqu’un de solitaire, sa femme l’a quitté, et il n’a plus vu ses enfants depuis longtemps. Il ne souhaitait pas se mélanger à la foule de réfugiés dans les abris. Il a préféré rester. C’est par hasard qu’il a découvert l’existence de ces animaux laissés à l’abandon. C’est ce qui l’a motivé dans sa mission, et c’est ce qui lui permet en un sens de rester en vie. Cette décision était toute personnelle. Il est très différent des activistes pour les droits des animaux. Il les aime, et les traite comme des amis, des amis de la ville que l’on a oubliés sur le bord de la route, un peu comme lui, ils  ont besoin d’aide et de réconfort. Ils sont un peu sa nouvelle famille.

 

Alone in Fukushima

Était-ce difficile de tourner à Fukushima et dans les alentours ? Comment avez-vous obtenu les autorisations de tournage ? Quels furent les obstacles à la concrétisation d’un tel projet ?

 

Au printemps 2013, cette zone fut rouverte. Avant cela vous ne pouviez y accéder sans permission. Il fallait trouver différents itinéraires pour s’y rendre. Mais à partir de cette date, l’endroit où vit Naoto est devenu accessible. Vous pouvez vous y rendre librement de 9h à 15h dans la journée. Il y a cette annonce propagée par haut-parleurs qui rappellent aux visiteurs de quitter les lieux à l’heure indiquée. Mais si vous décidez de rester plus longtemps, personne ne viendra vous réprimander. Naoto a deux fermes, une dans la zone irradié, et l’autre dans la zone interdite. Au début je n’avais pas le droit de l’accompagner dans ce périmètre dangereux. Je lui ai d’abord demandé de m’obtenir un permis en tant qu’employée volontaire pour m’occuper des animaux. Si j’avais fait ma requête en tant que journaliste, je n’aurais jamais eu l’autorisation de m’y rendre. Cette zone interdite est fortement irradiée, bien plus que l’endroit où il vit. Il s’y rend toujours quoi qu’il arrive. Je n’ai pas porté de combinaison de protection. Au début je portais un masque, or il est compliqué d’interviewer quelqu’un qui n’en porte pas, même sous prétexte de se protéger. Tu ne peux pas instaurer ainsi une relation de confiance. Après ma première journée de visite, j’ai naturellement jeté le masque. Le taux de radiation où il vit est relativement bas. Le compteur Geiger enregistrait un taux allant de 2 à 3 micros Sievert/h ce qui équivaut à un ratio moyennement faible. Je suis allée plus tard faire des examens médicaux et on m’a diagnostiqué une exposition peu élevée, voire normale. Je ne ressens pas d’effets secondaires. Naoto s’est fait examiner, il est sur place depuis le début de la catastrophe, c’est un peu le champion de l’atome. Il est bien en forme pour l’instant, il n’est pas malade du tout. C’est une personne très forte, il a une santé et un mental en acier.

 

Alone in Fukushima

J’ai lu que vous avez fait appel à du financement participatif pour terminer votre film. Comment êtes-vous parvenue à fiancer votre film ? Quels furent les intervenants publics ou privés ?

 

Au début du tournage, je n’avais pas d’argent. Je l’ai fait avec les moyens du bord. Je n’avais pas d’assistants, pas d’équipe de tournage. J’ai payé la location d’une voiture et une chambre d’hôtel à proximité. En revanche quand j’ai voulu distribuer le film, j’avais besoin d’outils promotionnels, des affiches, des cartons publicitaires. L’an passé, j’ai lancé un financement participatif sur internet. J’ai pu réunir la somme de 20 000 dollars. C’est une belle somme et cela m’a permis de distribuer le film. Mais puisqu’il s’agit de financement participatif il faut donner quelque chose en retour comme des tickets pour aller voir le film, des DVD, suivant la somme donnée. Il ne s’agit pas de charité. Cela demande beaucoup de travail. Je suis très reconnaissante envers les donateurs.

 

Alone in Fukushima

Quelles furent vos exigences et votre approche initiale dans la réalisation de ce documentaire ? De combien de temps de tournage disposiez-vous et sur quelle durée ?

 

Je ne souhaitais pas faire appel à un narrateur, c’est devenu un peu la marque de fabrique des documentaires de télévision, et je voulais m’en éloigner. C’est plus un livre d’images, elles parlent d’elles-mêmes. J’ai utilisé le minimum d’informations supplémentaires comme les sous-titres. Je voulais que Naoto soit la voix de sa propre histoire. Il a en revanche un accent très prononcé. Il parle le dialecte de la région de Fukushima, et même pour les Japonais, il est très difficile à comprendre. Cela m’a pris un certain temps pour m’y habituer. À présent je n’ai plus de problème avec son accent. C’est pour cela que j’ai dû employer les sous-titres. Et c’est très utile quand on interroge les personnes âgées de cette région, elles sont incompréhensibles (rires !). Leur patois est confus.

 

Au début du documentaire, on a l’impression que M. Naoto est très seul, qu’il vit reclus. Au fur et mesure, on voit qu’il est entouré et soutenu. Est-ce un choix dans votre mise en scène ou une réalité ?

 

C’est intéressant que vous signaliez cela. Il s’avère que j’ai débuté les prises de vue peu de temps après notre rencontre. Je ne savais que peu de choses au sujet de Naoto à ce moment-là. J’ai fait sa connaissance sur le tournage du documentaire. Il s’avère que je voulais faire un reportage sur Fukushima au travers de la figure de Naoto et de ses relations avec son entourage. Deux mois après le début des prises, en octobre, j’ai découvert qu’il était marié et père d’un bébé. Je n’en savais rien. Je l’ai appris par l’intermédiaire d’un ami journaliste. Il apparemment rencontré sa femme après la catastrophe, elle était volontaire. Ils ont eu un enfant ensemble. Elle vit toujours à Tokyo avec son nourrisson. Il est en bonne santé. Je ne l’ai pas rencontrée mais je suppose qu’elle a été bien exposée aux radiations. Il ne me les a pas présentés, et ne voulait pas qu’ils soient filmés. Il tient à conserver leur anonymat pour que l’enfant plus tard n’ait pas à souffrir de discriminations. C’est l’enfant d’un père qui a été lourdement irradié. J’ai appris à le connaître tout au long du tournage, il n’était d’ailleurs plus tellement seul à la fin. C’est un peu la morale du film, il avait un bon contact avec les animaux et il a gagné une nouvelle femme, et un avenir. Cette catastrophe a été un bouleversement dans sa vie. Avant il vivait seul avec ses parents. Depuis cet épisode, il reçoit des visites de gens venant du monde entier pour le rencontrer. Il est bien plus occupé que moi. Il a beau vivre par ses propres moyens, il est toujours entouré, il a une nouvelle famille. Il a même un compte Facebook qui compte plus de 5000 amis. Il est devenu bien malgré lui une personne célèbre. C’est un héros par accident. Ce que l’on peut retenir est que ce désastre nucléaire a privé les habitants de leur terre natale, et qu’ils ne peuvent plus jamais revenir chez eux, c’est un fait. Dans l’exemple de Naoto ce n’est pas qu’une mauvaise chose. Elle a eu des répercussions positives inattendues. Bons nombres de personnes que j’ai rencontrées dans les parages ont perdu leurs familles, leur maison, mais ils ont trouvé quelque chose d’autre en retour. Il y a cette personne que j’ai croisée à Ishinomaki, ville qui été durement touchée par le tsunami. Il a perdu sa fille et un petit enfant. Il s’est tourné vers la photographie et a commencé à prendre des images des zones sinistrées. Des gens comme lui ont la force et la résilience de se renforcer dans l’adversité. Ils ont la faculté de s’adapter, ils deviennent des personnes différentes, et grandissent plus fort. Ces tragédies leur ouvrent d’autres voies, de nouveaux horizons. Et on retrouve ce phénomène partout dans le monde, c’est une leçon que l’on peut retenir sur ce qui peut survenir des suites d’un désastre.

 

Alone in Fukushima

M. Naoto est devenu un symbole de lutte contre l’énergie nucléaire à travers le monde. Comment voyez-vous la portée de son engagement ? Et comment son combat est-il perçu par les Japonais aujourd’hui ?

 

Bons nombres de journaux tokyoïtes qui l’ont couvert lors de son happening à la capitale l’ont qualifié de gauchiste, dans leurs colonnes. En revanche peu de télévision en ont parlé. Grâce à mon film, beaucoup de Japonais ont entendu parler de lui. Le film fut distribué dans une quinzaine de salles à travers le pays. Dès que nous avons l’occasion pour une avant-première comme à Tohoku dans le Nord-Est du Japon, il essaie de se joindre à moi. Je n’ai pas les moyens de le faire venir, mais il m’accompagne par ses propres moyens et nous voyageons ensemble. Il était avec moi à Iwaki dans la région de Fukushima, et la ville de Sendai par exemple. Il s’y rend en camion. Partout il y a des centrales nucléaires au Japon, nous faisons des rencontres avec le public. Pour la présentation à Hiroshima il a réussi à trouver des billets d’avion à des prix avantageux (rires !). Nous essayons d’en faire le plus possible, pour que les spectateurs puissent s’exprimer avec lui de ses sujets et de son expérience. Il n’a malheureusement pas pu venir présenter le documentaire à Paris avec moi, mais il s’est rendu ici il y a deux ans il me semble, il a été invité à une manifestation antinucléaire à Fessenheim. Ils en ont parlé partout dans les médias. Il est de tous les combats.

 

Mayu Nakamura et Naoto Matsumura

Mayu Nakamura et Naoto Matsumura

Et pensez-vous qu’il aura une influence sur l’attitude du gouvernement de Abe Shinzô ?

 

C’est une question intéressante, il s’avère qu’en 2012, la femme du Premier ministre Abe Shinzô s’est rendue sur place par ses propres moyens avec le secrétaire pour rendre visite à Naoto. Je ne sais pas si vous avez remarqué, je n’ai pas suffisamment de place pour mettre les sous-titres à l’image, de nombreuses personnes ont écrit des autographes sur les murs de Naoto. La femme d’Abe a écrit Amour ! Chaque fois que je projette le film, les spectateurs s’interrogent pour savoir s’il s’agit bien de la femme du Premier ministre. C’est bien elle. Quand j’ai sorti le film je lui ai demandé d’écrire un commentaire sur l’affiche du film et elle a accepté. J’ignore en revanche si elle a montré le film à son mari, je l’espère en tout cas. Je ne me rends pas encore compte de l’impact qu’a le film, mais nous avons projeté le film à Fukui, une région qui ne dénombre pas moins de 14 réacteurs nucléaires. L’un d’entre eux vient de redémarrer en début d’année. Les habitants s’inquiètent des conséquences et ce qui va advenir. Bon nombre d’entre eux sont venus voir le film. Il y a deux jours, j’ai appris que la Cour suprême a statué qu’il était dangereux pour l’environnement de garder la centrale de Takahama en fonction et a ordonné l’arrêt du réacteur. Mais je crois que le gouvernement souhaite contourner cette mesure et le relancer.

 

C’est un peu le même cas à Kawashima, comme je l’avais signalé auparavant, ils ont une centrale à proximité d’un volcan qui se réveille régulièrement. Les habitants de la région sont de plus en plus inquiets. Les gens réagissent fortement à la vision de mon documentaire, cette menace nucléaire se concrétise, et ce problème devient le leur. Je pense que les gens se sentent plus concernés, mais je doute que le gouvernement écoute, et s’investisse dans ce sens. Malheureusement, beaucoup de médias japonais s’autocensurent, et ne veulent plus couvrir les nouvelles concernant Fukushima. Et en dehors de cette date anniversaire de la catastrophe, ils n’en parlent que très peu. J’ai plus l’impression que les médias se préoccupent des futurs Jeux Olympiques qui se tiendront à Tokyo. Le gouvernement veut donner l’image que le désastre est passé et que les risques concernant Fukushima sont sous contrôle, ce qui est faux ! Je veux continuer mon travail avec Naoto et les chaînes info de répondre : non ! Ils ne veulent pas que les Japonais ainsi que les pays étrangers, et surtout les touristes, se rendent compte des dangers actuels des suites de l’incident nucléaire. Ils veulent faire croire que tout est maîtrisé. Le journalisme est grippé en ce moment au Japon, il s’applique plus à promouvoir l’image du gouvernement. J’ai l’impression que les médias français semblent avoir plus de poids et d’indépendance, mais votre gouvernement n’a pas l’air très réceptif quant aux dangers de l’atome.

 

Alone in Fukushima

À la fin du film, on sent Naoto très en phase avec la nature, on a l’impression qu’il a renoué avec un sentiment perdu qui liait autrefois l’Homme et son environnement naturel. Faut-il de telles tragédies pour que l’homme ouvre enfin les yeux ? Est-ce un espoir selon vous ?

 

Il se sent plus concerné par la nature, il dialogue avec les animaux. Au début du film, on le voit s’adresser aux autruches, et à la fin il siffle les oiseaux. C’est un sage maintenant. Il peut vivre sans problème à l’écart de la civilisation. Il a survécu pendant des années sans électricité et eau courante. Il peut vivre n’importe où. Il dit : on ne peut pas contrôler la nature, pas plus que l’énergie nucléaire. Ce que j’ai retenu, après avoir passé 8 mois à Fukushima, est que j’ai toujours été citadine, même si je vivais en proche banlieue. Je n’ai jamais eu l’opportunité de côtoyer les animaux d’aussi près, je n’avais jamais vu de vaches mettre bas, et des chats se reproduire. J’ai pu en fin de compte observer la nature de près à Fukushima et l’étendue de son pouvoir. Je fus attristée de découvrir une si belle région agricole contaminée par les radiations. C’est une grande tragédie. Il ne s’agit pas d’une catastrophe qui concerne uniquement les humains, mais aussi les animaux et la nature. Ils n’ont pas à souffrir de nos erreurs. Le gouvernement a donné l’ordre de tuer tous les animaux d’élevage. Ils étaient d’innocentes victimes. J’ai contacté des éleveurs de la région, et bien qu’ils approuvent le fait que les animaux devaient être tués, ils se sentent coupables. C’est une chose de tuer les animaux pour nourrir les gens, en revanche abattre des troupeaux entiers pour des raisons sanitaires à cause des radiations, ce fut une décision éprouvante pour eux. Mais ils ne pouvaient les laisser vivants à l’abandon. C’est trop cher à entretenir, et tu ne peux pas vendre les bêtes, ni leur viande. L’impression que cela m’a donnée fut d’être submergée par une nature retournant à l’état sauvage, pas une âme qui vive à l’horizon. Elle reconquiert les territoires domestiqués par les humains. C’est un peu un royaume animal, avec de la verdure partout et la faune en liberté. Une sorte de paradis. On ne se rend pas compte du degré de contamination devant un tel spectacle. C’est un lieu très étrange. Les gens se plaignent des dommages encourus à cause de la prolifération des animaux vivants dans cette zone. On ne peut contrôler la nature, elle grandit. Je ne suis pas chrétienne, mais Naoto me fait penser à Noé et son arche qui sauve les animaux du déluge. Il vit dans un étrange paradis peuplé de beaux animaux victimes des radiations.

 

(…)

 

Lire la totalité de l’entretien sur le site East Asia

 

Alone in Fukushima

 

Bande annonce du film

Partager cet article

Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 20:04
Conférence événementielle Tchernobyl day and night

A l‘occasion du 30ème anniversaire de Tchernobyl et du 5ème anniversaire de Fukushima, une conférence événementielle rassemblant plus de 30 intervenants a eu lieu le samedi 23 avril 2016 de 9 h à minuit à la mairie du 2ème arrondissement à Paris. Elle a été conçue et organisée par Michel Guéritte, de l'association La Qualité de Vie.

.

La table ronde sur Fukushima a eu lieu en présence de Géraud BOURNET, Roland DESBORDES, Kolin KOBAYASHI, Thierry RIBAULT, Cécile ASANUMA-BRICE, Haruko SAKAGUCHI et Michèle RIVASI.

Les différentes interventions de Denis BAUPIN, Corinne LEPAGE, Michèle RIVASI, Martine BILLARD, Etienne AMBROSELLI, Youri BANDAJEVSKY, Michel FERNEX, Andreas NIDECKER, Wladimir TCHERTKOFF, Roland DESBORDES, Jean-Claude AUTRET, Bernard LAPONCHE, Benjamin DESSUS, Jean-Claude ZERBIB, Yves LENOIR, Thierry RIBAULT, Kolin KOBAYASHI, Cécile ASANUMA-BRICE, Jade LINDGAARD, Jean-Marie MATAGNE, Abraham BEHAR, Géraud BOURNET, Jean-Jacques DELFOUR, Alain NICOLAS, Pierre FETET, Bertrand THUILLIER , Damien GIRARD, Jean Marc ROYER, Guillaume BLAVETTE, Alain CORREA, Jean-Luc PASQUINET, Jean GANZHORN, Jean-Pierre REMMELE, Michel MARIE, Jean-Marc FLEURY, Jacques LERAY, Michel GUERITTE, Monseigneur Marc STENGER, Annie THEBAUD MONY, André PARIS, Denis FAUCONNIER, Dominique BOUTIN, Claude KAISER, Françoise BAUMAN, Françoise Boman, Stéphane LHOMME ont été enregistrées et sont diffusées sur youtube (cf. ci-dessous)

 

Programme : cliquer ici

 

Retransmission de la conférence en direct

Conférence événementielle Tchernobyl day and night
Conférence événementielle Tchernobyl day and night
Conférence événementielle Tchernobyl day and night
Conférence événementielle Tchernobyl day and night
Conférence événementielle Tchernobyl day and night
Conférence événementielle Tchernobyl day and night
Conférence événementielle Tchernobyl day and night
Conférence événementielle Tchernobyl day and night
Conférence événementielle Tchernobyl day and night
Conférence événementielle Tchernobyl day and night
Conférence événementielle Tchernobyl day and night
Conférence événementielle Tchernobyl day and night

Partager cet article

Publié par Pierre Fetet - dans En France et ailleurs
commenter cet article
20 avril 2016 3 20 /04 /avril /2016 20:41
L’insoutenable légèreté de la décision atomique

Suite à la série de séismes importants dans l’île de Kyushu, Cécile Asanuma-Brice, chercheure en sociologie urbaine rattachée au centre de recherche de la Maison Franco Japonaise de Tôkyô, fait le point de la situation, en particulier au regard de la décision du gouvernement japonais de maintenir en activité la centrale nucléaire de Sendai.

L’insoutenable légèreté de la décision atomique

 

Cécile Asanuma-Brice

 

 

Cet article a été publié dans Le Monde le 19.04.06 sous le titre « Japon: « La centrale nucléaire de Sendai réveille le traumatisme de mars 2011 »

 

 

A Kumamoto (préfecture au sud du Japon), secoué par des séismes importants depuis quelques jours, le gouvernement japonais joue un bras de fer bien risqué avec les éléments naturels et ceux qui le sont moins. Le choix de maintenir en activité la centrale nucléaire de Sendai à 140 km de là (1), génère la colère des japonais. Cette centrale, composée de deux réacteurs, est la seule à avoir été redémarrée sur le territoire japonais en août 2015, depuis le séisme accompagné d’un tsunami qui avait engendré la fonte des cœurs de trois des six réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi en mars 2011. La centrale de Sendai, bien que construite en 1984, aurait été remise aux normes après le drame nucléaire du Tohoku. Cette fois-ci l’enjeu pour le gouvernement japonais serait de montrer que les nouvelles normes sont viables et permettent de résister aux plus forts séismes, redonnant un élan à la politique de redémarrage des centrales nucléaires qui rencontre de fortes oppositions dans le pays.

 

Bilan géologique et humain

 

En quatre jours, la préfecture de Kumamoto, à Kyûshu (île au sud de l’archipel japonais) a subi non moins de 410 secousses sismiques, dont trois tremblements de terre principaux les 14, 15 et 16 avril. Ces secousses sont d’intensité croissante, leur magnitude allant de 6.5 à 7.3 sur l’échelle de Richter. Elles sont précédées et suivies par de nombreuses répliques. Ces poussées tectoniques ont engendré une avancée des terres d’un mètre vers le sud ouest.

 

La région est sillonnée par d’innombrables failles actives d’où proviennent les séismes actuels, le long de la vallée du rift Beppu-Shimabara. Ces failles sont reliées à la ligne tectonique médiane du Japon, qui traverse le pays dans sa longueur.

 

La centrale nucléaire de Sendai située à proximité de ces zones de failles réveille le traumatisme de mars 2011 dont ni les spécialistes japonais, ni les nombreux experts internationaux ne savent, 5 ans après, maîtriser les conséquences matérielles, environnementales et humaines, conséquences incommensurables par leur ampleur.

 

Suite au séisme de 2011, le magma souterrain s’est rapproché de l’écorce terrestre générant le réveil, si ce n’est l’éruption, de divers volcans. La centrale nucléaire de Sendai, localisée sur une zone extrêmement sensible, entourée de nombreux volcans, avait déjà inquiété alors que le volcan de l’île Sakura, à une cinquantaine de kilomètres de là, était entré en éruption le 25 août 2015. L’évacuation de la totalité de la population insulaire avait alors été préconisée. Sur cette même île de Kyûshu, le volcan Aso, actif depuis un mois, est entré en éruption le 16 avril 2016. 8 personnes du village d’Aso sont aujourd’hui portées disparues.

Des pans entiers de montagne se sont effondrés emportant tout sur leur passage : routes, ponts, bâtiments, ainsi que 41 vies (au 17 avril). Plus de 190 000 personnes sont réfugiées dans les écoles, gymnases et autres bâtiments permettant leur accueil.

 

Un défi bien audacieux

 

Malgré un risque qui pourrait sembler évident, et à l’encontre des diverses protestations qui se manifestent, le gouvernement japonais a pourtant pris la décision de ne pas arrêter le fonctionnement de la centrale nucléaire de Sendai. La dépendance énergétique du Japon au nucléaire ayant toujours été faible (28% de l’énergie produite via 54 réacteurs avant Fukushima), ça n’est pas la nécessité énergétique qui motive une telle décision.

 

Ainsi, quelques heures après le plus fort des séismes et alors que les répliques se succèdent par centaine chaque jour, le ministre de l’environnement, Mme MARUKAWA Tamayo déclarait, le 16 avril,  qu’après réunion du conseil des normes nucléaires, il ne paraissait pas nécessaire d’arrêter la centrale. Elle justifiait cette décision par le fait que les séismes actuels engendraient des mouvements allant jusqu’à 12,6 gal (le gal est une unité spéciale employée en géodésie et en géophysique pour exprimer l'accélération due à la pesanteur terrestre). Or les réacteurs de la centrale de Sendai sont dotés d’un système d’arrêt automatique pour des mouvements d’intensités allant de 80 à 260 gal, soit un séisme dont la magnitude serait supérieure à 8.1, chiffres en deçà desquels la centrale ne serait pas mise en péril.

 

Le 18 avril, la commission de sécurité nucléaire japonaise a tenu une conférence de presse durant laquelle ses membres ont réitéré ce point de vue. Il n’y aurait aucune raison d’arrêter la centrale maintenant, selon leurs propos. Cette position est une façon bien étrange de considérer le principe de précaution. Alors qu’il devrait être question de la suite, du possible, des éventualités à venir, les experts interrogés ne s’expriment que dans le présent. Autrement dit, la commission de sécurité nucléaire japonaise ne prendra la décision d’arrêter la centrale de Sendai que lorsque la catastrophe sera là…

 

En outre, ne prendre en considération que l’unique facteur des séismes, c’est faire fi d’un possible risque de tsunami qui ne peut être anticipé par aucun spécialiste d’autant que notre connaissance de l’intensité des mouvements tectoniques et de leurs conséquences est bien superficielle si l’on en croit les expériences passées. Nous n’avons encore jamais, et ce nulle part dans le monde, réussi à appréhender un tremblement de terre, c’est à dire à le pronostiquer et à s’y préparer. En outre, il y a plus de 2000 failles actives au Japon, et le risque d’un très grand séisme peut se produire à tout moment et sur la quasi-totalité du territoire. (2)

 

 

Ainsi, les motivations militaires à l’origine de la volonté politique farouche de relancer le nucléaire au Japon recherchent dans cette nouvelle « expérience » la preuve de leur infaillibilité. L’arrogance liée au désir de pouvoir atomique coûte pourtant cher et le Japon qui en a déjà subi maintes fois les frais devrait être le premier à s’en méfier. Chaque jour nous le prouve un peu plus, la menace de la guerre nucléaire, sous un prétendu intérêt de liberté, institue, dans les faits, une extrême privation de liberté.

 

Yokohama, le 18 avril 2016

 

____________

 

1. La centrale nucléaire de Sendai se trouve dans le département de Kagoshima, au sud-ouest du département de Kumamoto, à 140 km de l’épicentre.

 

2. http://www.asahi.com/articles/ASJ4J5H8BJ4JULBJ029.html?iref=comtop_6_03

 

____________

 

Photo d'entête : Vue aérienne de la centrale nucléaire de Sendai et de ses deux réacteurs, exploitée par le groupe Kyushu Electric Power sur l’île de Kyushu, située à l’extrême sud-ouest de l’archipel japonais -.© THE YOMIURI SHIMBUN/AFP PHOTO

Partager cet article

Publié par Cécile Asanuma-Brice - dans Au Japon
commenter cet article
14 avril 2016 4 14 /04 /avril /2016 07:37
Fukushima cinq ans après : quel impact sanitaire ?

A l’occasion du cinquième anniversaire de Fukushima, David Boilley a récemment rédigé un rapport sur l’impact sanitaire de la catastrophe nucléaire. Publié le 11 février 2016 sur le site de l’ACRO, les informations qu’il contient avaient, pour la plupart, déjà été publiées dans l’ACROnique de Fukushima (Fukushima.eu.org).

________________

 

 

Fukushima cinq ans après : quel impact sanitaire ?

 

 

David BOILLEY

 

 

 

Résumé

 

L’évacuation forcée autour de la centrale nucléaire de Fukushima daï-ichi a provoqué beaucoup de souffrances. Cinq plus tard, environ 100 000 personnes sont toujours comptabilisées comme personnes déplacées à cause de l’accident nucléaire. Les personnes non-évacuées et vivant en territoire contaminé ont aussi vu leur vie bouleversée.

 

L’évacuation d’urgence, les conditions d’accueil difficiles, sans structure de soin appropriée et l’absence de solution acceptable à moyen et long terme conduisent à une dégradation de la santé des personnes les plus fragiles. Les suicides sont plus fréquents que dans les provinces voisines touchées par le tsunami. Le nombre total de décès liés aux conséquences de la catastrophe nucléaire dépasse déjà le nombre de victimes directes du tsunami à Fukushima.

 

Le suivi des conséquences sanitaires des rejets radioactifs a conduit à mettre en évidence une augmentation notable du nombre de cancers de la thyroïde chez les jeunes qui est reconnue par tous. En revanche, il y a débat sur l’origine de la hausse constatée : effet du dépistage, comme le prétendent les autorités ou à la radioactivité, comme le montre une étude scientifique ?

 

Enfin, les personnes les plus exposées sont les travailleurs du nucléaire qui dépassent les 45 000 à la centrale de Fukushima daï-ichi et quelques 26 000 sur les chantiers de décontamination où les doses sont moindres. A la centrale, on déplore déjà plusieurs décès dus à des accidents de chantier. Le port de combinaisons et de masques intégraux rend les conditions de travail et de communication plus difficiles.

 

Il a fallu plusieurs scandales et un renforcement des contrôles pour que la protection des travailleurs s’améliore. Un travailleur à la centrale accidentée a vu sa leucémie reconnue comme maladie professionnelle.

 

Une catastrophe nucléaire de grande ampleur est d’abord une catastrophe humanitaire. A Fukushima, elle ne fait que commencer et il est hasardeux de vouloir tirer un bilan définitif. Mais, en moins de 5 ans, l’impact est déjà significatif.

 

 

 

 

Sommaire

 

1. Les victimes de l’évacuation

     La première année

     Une souffrance psychologique

     Un nombre élevé de suicides

     Bilan des décès liés à la catastrophe

2. Suivi sanitaire

     Reconstitution des doses reçues

     Pas d’augmentation des malformations congénitales détectée

     Controverses à propos du nombre élevé de cancers de la thyroïde

     Extraits de la conférence du Professeur Tsuda

3. Du côté des travailleurs

     A Fukushima daï-ichi

     Premier cas de cancer professionnel reconnu à la centrale de Fukushima daï-ichi

     Sur les chantiers de décontamination

     Nombreuses violations du droit du travail pour les travailleurs engagés dans la décontamination

4. Conclusion

 

 

 

1. Les victimes de l’évacuation

 

L’évacuation d’urgence s’est faite de façon chaotique au Japon, étant données les circonstances liées à la triple catastrophe. Les personnes les plus fragiles ont payé le plus lourd tribut. Mais il était nécessaire d’évacuer ces populations car les doses qu’elles auraient pu recevoir auraient été trop élevées. La France aurait fixé une limite d’évacuation plus stricte, entraînant le déplacement d’un plus grand nombre de résidents autour de la centrale nucléaire accidentée.

 

Cinq ans plus tard, les personnes évacuées et non-évacuées vivant dans les territoires contaminés souffrent encore des conséquences de la pollution radioactive et de l’absence de solution acceptable pour leur avenir et celui de leurs enfants.

 

La première année

 

La commission d’enquête mise en place par le parlement japonais (NAIIC) explique que « de nombreux habitants dans les environs de l’usine ont reçu l’ordre d’évacuer sans pour autant recevoir d’information précise. Ignorant la gravité de l’accident, ils pensaient devoir s’éloigner pendant quelques jours seulement et ne sont donc partis qu’avec le strict nécessaire. Les ordres d’évacuation ont été maintes fois révisés, les zones d’évacuation ont ainsi été élargies, à l’origine d’un rayon de 3 km, puis à 10 km et plus tard, à 20 km, en 24 heures. Chaque fois que la zone d’évacuation s’élargissait, les résidents étaient invités à déménager à nouveau. Certaines personnes évacuées ne savaient pas qu’elles avaient été déplacées vers des sites avec des niveaux élevés de radiations. Les hôpitaux et les maisons de soins situés dans la zone des 20 km ont eu beaucoup de difficultés pour assurer le transport des malades et pour trouver un accueil ; 60 patients sont morts en mars, du fait de complications liées à l’évacuation » [NAIIC2012].

 

Toujours selon ce rapport d’enquête, il y avait 850 patients dans les 7 hôpitaux et cliniques situés dans un rayon de 20 km autour de la centrale de Fukushima daï-ichi, dont 400 sérieusement malades avec un besoin de soins réguliers ou alités [NAIIC2012]. Tous ont été évacués en urgence. A l’hôpital de Futaba cela a été particulièrement dramatique.

 

Les hôpitaux et maisons de retraite situés à moins de 20 km de la centrale de Fukushima daï-ichi ont dû improviser pour évacuer leurs patients et pensionnaires. Le personnel ne savait pas qu’il en avait la charge en cas d’accident nucléaire, surtout quand la structure était éloignée de la centrale. Une évacuation jusqu’à 20 km n’avait jamais été envisagée. Un seul hôpital avait un plan qui s’est révélé être inutile car irréaliste. Pour quatre centres, l’évacuation a été beaucoup plus tardive que celle des habitants des environs. Le personnel médical a rapidement manqué. Les premiers décès sont liés à l’utilisation de moyens de transport inappropriés : des bus sont venus chercher les patients pour un trajet qui a duré des heures. Dans le cas de l’hôpital de Futaba, le trajet faisait 230 km et a duré plus de 10 heures. Et les centres d’accueil n’étaient pas équipés pour accueillir des réfugiés ayant besoin de soins lourds.

 

Une fois dans les centres d’accueil d’urgence, les personnes les plus fragiles ont vu leurs conditions se détériorer. Une étude [Nomura2013] a examiné les risques de mortalité liés à l’évacuation des personnes âgées de cinq maisons de retraite de la ville de Minami-Sôma dans la préfecture de Fukushima. Le taux de mortalité était 2,7 fois plus élevé après l’accident qu’avant. Cette étude, menée sur 328 personnes âgées qui ont toutes été évacuées, parfois à plus de 200 à 300 km en bus, a montré que 75 d’entre elles sont décédées en moins d’un an, ce qui est plus élevé que la normale, calculée sur les 5 années précédentes. Il y a aussi une disparité entre les maisons de retraite : trois ont évacué rapidement leurs résidents, dès le début de la catastrophe, sans l’aide du gouvernement, et l’accueil s’est fait dans de mauvaises conditions. Les soins n’étaient pas toujours disponibles à l’arrivée. Les deux autres ont attendu deux semaines avant d’évacuer les résidents dans de meilleures conditions et avec une mortalité moindre. L’évacuation rapide a entraîné une augmentation d’un facteur 4 à 5 du nombre de décès.

 

L’université médicale de Fukushima [Asahi2013] est arrivée à des conclusions similaires : il y a eu 2,4 fois plus de décès chez les personnes âgées lors des 8 mois qui ont suivi la triple catastrophe que durant la même période en 2010. Le pic de décès était en avril-mai 2011, avec un facteur 3. Ces statistiques ont été obtenues à partir des rapports transmis par 34 institutions d’accueil pour personnes âgées situées dans la zone d’évacuation de 20 km autour de la centrale de Fukushima daï-ichi. Sur les 1 770 pensionnaires, 295 sont décédés avant la fin octobre 2011. 32 autres ont été tués par le tsunami. A titre de comparaison, il y a eu 109 décès durant la même période en 2010. 40% des décès enregistrés sont dus à une pneumonie, alors que cette maladie est généralement responsable du décès de 10% des personnes âgées de plus de 65 ans. Ce sont donc les conditions d’accueil dans les centres d’hébergement de secours qui sont mises en cause.

 

Une souffrance psychologique

 

La catastrophe nucléaire s’installe dans la durée. Fin 2015, il y a encore officiellement 100 000 personnes évacuées, les personnes qui se sont réinstallées n’étant plus prises en compte [JT2016].

 

Selon une étude commandée par les autorités régionales et reprise par les médias japonais en avril 2014, 50% des familles évacuées sont encore séparées et 67,5% ont un membre qui souffre de stress physique et mental. En janvier et février 2014, la région a envoyé un questionnaire à 62 812 familles vivant à Fukushima ou ailleurs et a reçu 20 680 réponses, dont 16 965 (82%) sont originaires des zones évacuées. Les 18% restants (3 683 familles) sont parties de leur propre décision. Il y a un doute pour 32 familles. 48,9% des familles qui ont répondu disent vivre séparées depuis la catastrophe. Pour 15,6% des familles, l’éclatement familial est sur plus de 3 lieux. Les raisons de la séparation sont multiples : logements provisoires trop petits pour accueillir tout le monde, volonté de protéger les plus jeunes ou de se rapprocher d’une école ou encore le travail pour certains membres de la famille… Certaines personnes se retrouvent seules, inquiètes pour leur avenir. 50% des familles disent que certains de leurs membres ont des troubles du sommeil ou ont perdu leur joie de vivre. Enfin, 34,8% des réponses signalent une aggravation des maladies chroniques qui les affectent [Asahi2014b, Mainichi2014].

 

Les familles qui ne sont pas parties et vivent en territoire contaminé s’inquiètent aussi pour leur avenir et celui de leurs enfants. En effet, la limite d’évacuation a été fixée à 20 mSv/an, ce qui correspond à la limite de dose des travailleurs en France. Cette même limite est appliquée pour le retour des populations, même pour les nouveaux nés.

 

Le quotidien Asahi a publié, une interview d’un psychanalyste de l’université de Fukushima qui a travaillé auprès des mères de famille de la province. Il a noté que 24% d’entre elles sont dépressives alors que ce taux est généralement de 15% au Japon. Il y a une corrélation entre la dépression et l’inquiétude envers l’impact des radiations sur les enfants. De fortes différences de comportement demeurent entre les familles : la nourriture vient parfois d’ailleurs, les enfants ne sont pas autorisés à jouer dehors. Dans d’autres familles, aucune précaution particulière n’est prise. Mais même dans ce cas là, les mères se font du souci pour l’avenir de leurs enfants. La radioactivité est devenue un sujet dont on ne parle plus. Il y a la crainte d’être critiqué par les autres en cas d’opinion divergente [Asahi2014c].

 

Du côté des enfants, cela se traduit par une augmentation de la corpulence. Le fait qu’ils ne jouent plus dehors y est sûrement pour beaucoup. Dès 2012, les statistiques du ministère de l’éducation mettent en évidence une hausse du nombre d’enfants en surpoids, c’est à dire pesant au moins 20% de plus que la moyenne. C’était encore un problème en 2015 [Asahi2015]. En 2014, par exemple, 15,07% des enfants âgés de 9 ans étaient en surpoids. C’est 8,14% au niveau national.

 

D’autres problèmes de santé sont signalés, sans être pris au sérieux. L’exemple le plus caricatural est probablement le cas des saignements de nez. Une célèbre série de Manga, Oïshimbo (美味しんぼ, qui signifie « gourmet ») a représenté un reporter qui saigne du nez après être allé à la centrale de Fukushima daï-ichi. Cela a provoqué un tollé. Comme l’impact des radiations sur de tels maux bénins n’a jamais été étudié, les autorités n’ont rien à dire. Elles se sont contentées d’accuser l’auteur de colporter des « rumeurs néfastes ». Mais, Katsutaka Idogawa, l’ancien maire de Futaba, qui est dessiné dans le manga, maintient les propos qui lui sont attribués : son nez a souvent saigné au début de la catastrophe, presque tous les jours. Il explique qu’il en est de même pour de nombreuses autres personnes à Fukushima. Il est donc hors de question, pour lui, de démentir ces faits. La série de Manga a été suspendue alors qu’elle existait depuis 1983 [ACRO2014].

 

Pour de nombreux parents, voir leur enfant saigner du nez devient donc source d’inquiétude. S’il est sensible aux radiations, cela signifie-t-il qu’il risque de développer une maladie plus grave dans l’avenir ?

 

Un nombre élevé de suicides

 

Il y a aussi une différence significative entre la situation des personnes affectées par la catastrophe nucléaire et celles par le tsunami. Le nombre de suicides reliés aux catastrophes est plus élevé à Fukushima qu’à Miyagi ou Iwate, comme on peut le voir sur la figure n°1. Pour déterminer si un suicide est lié à la catastrophe et aux évacuations qui s’en sont suivies, la police locale interroge les familles endeuillées. A titre de comparaison, en novembre 2015, environ 24 000 personnes à Iwate et 55 000 à Miyagi vivaient dans des logements provisoires loin de chez elles. A Fukushima, ce nombre est d’environ 103 000. Les victimes de la triple catastrophe ont une plus grande probabilité de souffrir de dépression ou de troubles post-traumatiques à Fukushima qu’à Iwate et Miyagi [Asahi2015d].

 

 

Suicides liés aux séisme, tsunami et accident nucléaire (extrait de [Asahi2015d])

Suicides liés aux séisme, tsunami et accident nucléaire (extrait de [Asahi2015d])

Bilan des décès liés à la catastrophe

 

Au final, à la date du 4 mars 2015, il y a officiellement 1 867 décès liés directement ou indirectement à l’évacuation de Fukushima pour lesquels les familles ont reçu une indemnisation financière. Ce chiffre inclut les décès directs déjà mentionnés, ceux liés au manque de soins, les suicides… C’est plus que les 1 603 décès directs liés aux séismes et tsunami à Fukushima. Sur l’ensemble du Japon, les séisme et tsunami ont entraîné 18 475 décès directs et disparitions. A titre de comparaison, le nombre de décès post-catastrophe est de 450 dans la province d’Iwaté et de 909 dans celle de Miyagi, qui sont, avec Fukushima, les trois provinces les plus touchées par le tsunami. Certaines familles se sont vues refuser ce statut de décès post-catastrophe et ont fait appel. Le journal local, le Fukushima Minpo, a recensé 46 demandes de réévaluation du dossier. Il n’y a pas de règles claires pour trancher [FMinpo2015].

 

A la fin de l’année 2015, ce nombre de décès post-accidentels est passé à 2 007 à Fukushima. Fin septembre 2015, il était de 918 à Miyagi et 455 à Iwaté [Mainichi2015].

 

Une étude scientifique estime que l'inefficacité des contre-mesures relatives à ces décès peut être principalement attribuée aux facteurs de complication de l'accident nucléaire qui a suivi le tremblement de terre et le tsunami [Tanaka2015]. L’auteur explique qu’en comparaison à une catastrophe naturelle typique, les personnes déplacées de la catastrophe nucléaire ont connu une plus longue période d’évacuation avec un avenir incertain. La gravité du tremblement de terre combiné au tsunami et à l’accident nucléaire a limité l'efficacité des contre-mesures qui ont été mises en œuvre sur la base du retour d’expérience des catastrophes précédentes, en particulier en ce qui concerne les personnes âgées. Il conclut qu’« il y a un besoin urgent de reconnaître les situations  stressantes des réfugiés, qui peuvent même provoquer la mort, et de leur fournir des soins médicaux de haute qualité, dont des soins pour leur santé mentale à long terme. »

 

 

2. Suivi sanitaire

 

Face aux inquiétudes pour la santé liées à la radioactivité, les autorités régionales ont mandaté l’université médicale de Fukushima pour faire un suivi sanitaire de la population de la province et des enfants en particulier. Les résultats sont disponibles en ligne en anglais [FMU2015].

 

Cela inclut, une reconstitution des doses reçues à partir de questionnaires, un suivi médical et surtout un dépistage des cancers de la thyroïde.

 

Reconstitution des doses reçues

 

L’université a d’abord envoyé un questionnaire aux quelques deux millions d’habitants de Fukushima pour reconstituer la dose prise lors des rejets massifs qui ont duré plus d’une dizaine de jours. Le but était de collecter des informations sur l’emploi du temps des résidents entre le 11 mars et le 11 juillet 2011. Il était demandé, le lieu d’habitation, les lieux de visite, la durée passée à l’extérieur et à l’intérieur et les voyages. L’emploi du temps demandé était plus précis entre le 11 et 25 mars, période qui correspond aux rejets atmosphériques les plus élevés [Ishikawa2015].

 

Le taux de retour total était de 28% (561 966 retours sur 2 055 328 personnes) au 30 septembre 2015, ce qui est faible [FMU2015]. Pour beaucoup de personnes concernées, il y a une défiance envers les autorités. De plus, les habitants veulent être protégés et non pas servir de cobaye. Pour les personnes évacuées, il y a de nombreuses autres préoccupations.

 

A noter que face au faible taux de retour, l’université a envoyé un questionnaire simplifié à partir de novembre 2013, mais il n’a pas eu plus de succès. Seulement 3.4% des résidents l’ont renvoyé (69 100 retours) [FMU2015].

 

Une enquête porte à porte a été effectuée auprès des habitants pour comprendre pourquoi ils ne remplissaient pas le questionnaire [FMU2015]. Parmi les raisons proposées, il n’y avait pas la défiance…

 

Pour en savoir plus sur la méthode utilisée pour reconstituer les doses reçues, on peut se reporter à [Ishikawa2015]. En excluant les travailleurs du nucléaire, la plus forte dose externe reçue par la population durant les quatre premiers mois serait de 25 mSv. Plus de 99,9% de la population prise en compte dans cette étude (457 031 personnes) auraient reçu moins de 5 mSv et 62% moins de 1 mSv, qui est la limite annuelle en temps normal.

 

Les données officielles sont aussi disponibles par district et c’est dans celui de Soso, qui comprend Namié, Naraha, Ôkuma, Iitaté… toutes des communes évacuées et la centrale de Fukushima daï-ichi, que les doses ont été les plus élevées.

 

L’université conclut que toutes les doses évaluées sont inférieures à 100 mSv qu’elle considère comme seuil en dessous duquel il n’y a pas d’effet significatif de noté. Cette estimation est limitée au quatre premiers mois alors que l’exposition aux rayonnements continue. Les recommandations internationales, quant à elles, se basent sur l’hypothèse d’une absence de seuil et d’une proportionnalité entre les effets et la dose reçue.

 

Des techniciens inspectent des personnes potentiellement irradiées à Koriyama, le 18 mars 2011 (AFP PHOTO / Ken SHIMIZU)

Des techniciens inspectent des personnes potentiellement irradiées à Koriyama, le 18 mars 2011 (AFP PHOTO / Ken SHIMIZU)

Pas d’augmentation des malformations congénitales détectée

 

La dernière publication de résultats, qui date du 12 février 2015, met en avant que le taux moyen d’anomalies congénitales et autres anomalies chez les nouveaux nés de Fukushima entre 2011 et 2013 est d’un peu plus de 2%, ce qui est dans l’intervalle de variation de la moyenne nationale. Plus précisément, il était de 2,85% en 2011, 2,39% en 2012 et de 2,35% en 2013. Il n’y pas de différence significative entre les différentes parties de Fukushima. La moyenne nationale était de 2,34% en 2012. Il n’y a donc pas d’impact mesurable sur le taux d’anomalies congénitales.

 

Controverses à propos du nombre élevé de cancers de la thyroïde

 

Ce sont les cancers de la thyroïde qui attirent toute l’attention et l’interprétation des résultats est très controversée. Pour rassurer la population, un dépistage systématique a été effectué chez tous les jeunes de la province de Fukushima. Initialement, les examens par échographie devaient commencer en 2014 car aucun effet n’était attendu avant. Mais l’inquiétude des parents a poussé les autorités à commencer dès 2011. 380 000 jeunes de moins de 18 au moment des rejets d’iode radioactif sont potentiellement concernés.

 

Deux campagnes de dépistage ont été effectuées. La première est terminée et la deuxième, qui a débuté en avril 2014, est encore en cours. Les derniers résultats de la surveillance officielle mis en ligne le 3 décembre 2015 [FMU2015].

 

Lors de la première campagne, 300 476 enfants ont subi une échographie de la thyroïde et 114 ont été diagnostiqués avec un cancer potentiel de la thyroïde. Lors de la deuxième campagne, au 30 septembre 2015, 182 547 enfants ont été auscultés et ont reçu leurs résultats. Il y a 39 autres cas potentiels de cancer de la thyroïde identifiés lors de cette deuxième campagne. Cela fait donc un total de 153, dont un seul cas s’est révélé bénin après chirurgie.

 

Ces examens génèrent beaucoup de stress pour les familles. Ainsi, lors de la deuxième campagne, 1 483 jeunes ont subi un deuxième examen et 124 une ponction à l’aiguille fine.

 

Sur ces 153 cas potentiels, il y a 115 cas confirmés après intervention chirurgicale : 100 découverts lors de la première campagne (97 cancers papillaires et 3 difficilement différenciables) et 15 lors de la deuxième, tous des cancers papillaires. Les 37 autres cas sont en attente d’intervention chirurgicale.

 

En ce qui concerne la deuxième campagne, deux garçons avaient déjà été diagnostiqués avec un ou des nodules de taille importante lors de la première campagne. Mais 19 cas avaient été considérés comme sains lors de la première campagne.

 

Les autorités admettent qu’il y a plus de cancers qu’attendu, mais prétendent que c’est dû à un effet « râteau » lié au dépistage quasi-systématique. Dit autrement, ces cas seraient apparus plus tard si l’on ne les avait pas cherchés. L’autre argument des autorités est que l’excès de cancers de la thyroïde après Tchernobyl, admis par tous comme étant lié à la catastrophe nucléaire, n’est apparu qu’au bout de 4 à 5 ans.

 

Une étude parue dans une revue scientifique avec comité de lecture conteste ces conclusions [Tsuda2015]. Les auteurs rapportent qu’une augmentation du taux de cancers est apparue au bout de 2,5 ans en Biélorussie et en Ukraine. Et surtout, il n’y a pas eu de dépistage là-bas. Par ailleurs, à l’aide d’une étude statistique, ils montrent que l’augmentation observée lors de la première vague de dépistage dans la partie la plus contaminée de Fukushima ne peut pas être expliquée par l’effet « râteau ».

 

Pour cela, les auteurs ont divisé la région de Fukushima en plusieurs zones en fonction du niveau de contamination et de l’année lors de laquelle ont été menées les échographies de la thyroïde suivies d’examen complémentaires, le cas échéant. La zone la moins contaminée a servi de référence, tout comme d’autres régions du Japon où un dépistage a été effectué pour avoir des éléments de comparaison. Dans la région centrale, la plus touché, il y a 50 fois plus de cas de cancers de la thyroïde qu’attendu (ce facteur varie entre 25 et 90 avec un intervalle de confiance de 95%).

 

En ce qui concerne la deuxième vague de dépistage, les auteurs de l’étude notent aussi une augmentation significative du nombre de cas, qui lui ne peut pas être expliqué par l’effet « râteau », car la plupart de ces enfants n’avaient pas été diagnostiqués positifs lors du premier dépistage. Mais comme cette campagne n’est pas terminée et il est prématuré de tirer des conclusions définitives.

 

Extraits de la conférence du Professeur Tsuda

 

Le Professeur Tsuda a présenté les résultats de son équipe le 8 octobre 2015 à Tôkyô. Sa présentation a été traduite en français par l’ACRO [ACRO2015]. Voici quelques extraits :

 

Résultats : Le taux d’incidence le plus élevé par rapport à l’incidence annuelle au Japon, a été observé dans la partie centrale de la province, en prenant en compte un temps de latence de 4 ans (taux d’incidence = 50 ; intervalle de confiance (IC) à 95% : 25, 90). La prévalence du cancer de la thyroïde était de 605 cas par million de personnes examinées (IC à 95% : 302 – 1 082) et le ratio standardisé de prévalence, comparé au district de référence de Fukushima était de 2,6 (IC à 95% : 0,99 – 7,0). Pour la deuxième vague de dépistage, même en supposant que toutes les autres personnes examinées n’auront pas de cancer, un ratio des taux d’incidence de 12 est déjà observé (IC à 95% : 5,1 – 23).

 

Conclusions : Un excès de cancers de la thyroïde a été détecté par échographie chez les enfants et adolescents de Fukushima dans les quatre premières années qui ont suivi les rejets et il est peu probable qu’il soit expliqué par le dépistage systématique.

 

Signification de l’article, les effets du dépistage et le discours sur le sur-diagnostic

 

Cette analyse révèle que l’incidence des cancers de la thyroïde durant les trois premières années de l’accident a été multipliée par plusieurs dizaines de fois chez les résidents de Fukushima qui avaient moins de 18 ans au moment de l’accident, en comparaison au taux d’incidence national, et qu’il serait impossible d’attribuer cet effet à d’autres causes que les radiations, comme « l’effet du dépistage systématique » et le « sur-diagnostic ». Selon certains spécialistes « l’effet de dépistage systématique » se rapporte à la détection de « vrais cancers » 2 à 3 ans plus tôt que par diagnostic à partir de signes cliniques. Le « sur-diagnostic » se rapporte au dépistage de « faux cancers », ou d’une masse de cellules cancéreuses qui n’aurait jamais été diagnostiquée cliniquement durant la vie du patient. Dans de nombreuses discussions, ces deux effets, à savoir l’effet du dépistage et le sur-diagnostic, sont inclus dans le terme « effet du dépistage », avec souvent en tête le sur-diagnostic.

 

Notre analyse révèle que l’incidence des cancers de la thyroïde à la fin 2014 excède largement le risque pour les enfants estimé sur 15 ans par l’OMS dans son rapport WHO Health risk assessment from the nuclear accident after the 2011 Great East Japan earthquake and tsunami publié fin février 2013. De plus, alors qu’une tendance à l’excès du nombre de cancers de la thyroïde a commencé à être observée à Tchernobyl en 1987, un an après l’accident, cette étude met en évidence que le dépistage par échographie conduit à la détection d’une augmentation de l’incidence dès la première année.

 

Je vais maintenant expliquer pourquoi l’effet dépistage et le sur-diagnostic ne sont pas des explications valables pour cet excès de cas de cancers de la thyroïde. D’abord, le taux d’incidence des cancers de la thyroïde calculé dans notre étude est de 20 à 50 fois plus élevé que le taux d’avant la catastrophe. C’est un ordre de grandeur plus élevé que l’augmentation observée dans le passé du nombre de cancers de la thyroïde liée à d’autres causes que les radiations. L’effet dépistage entraîne une augmentation de plusieurs fois du taux d’incidence des cancers, y compris celui de la thyroïde, détectés par rapport à l’absence de dépistage. Mais il est impossible d’expliquer une telle augmentation de l’incidence par d’autres causes que les radiations.

 

Ensuite, malgré les affirmations répétées qu’il n’y a jamais eu, par le passé, un tel dépistage et suivi systématiques d’une population peu exposée comme celle de la première vague à Fukushima, des études ont été publiées sur des dépistages par échographie menées à Tchernobyl sur des enfants et adolescents qui ont été conçus après l’accident ou qui vivaient dans des zones avec de relativement faibles niveaux de contamination. Un total de 47 203 individus a subi un tel dépistage et pas un seul cas de cancer de la thyroïde n’a été détecté. Bien que la classe d’âge diffère légèrement du dépistage dans la province de Fukushima, une telle différence ne peut pas être expliquée par la différence de niveau de sophistication du matériel de détection pour des nodules de 5 mm.

 

De plus, les variations géographiques du taux de cancers détectés (taux de prévalence) à l’intérieur de la province de Fukushima ne peuvent pas être expliquées par l’effet dépistage ou le sur-diagnostic. De même, les premiers résultats de la deuxième vague de dépistage pointent un taux d’incidence qui est déjà environ 20 fois plus élevé que le taux avant accident, même en prenant des hypothèses conduisant à une forte sous-estimation. Quand les données publiées le 31 août 2015 sont analysées par zone et district, il est devenu apparent que le taux d’incidence par endroit commence à excéder le taux de la première vague. Comme les cas attribués à l’effet dépistage et au sur-diagnostic auraient déjà dû être détectés, cela suggère que l’exposition aux radiations liée à l’accident commence à apparaître dans la province de Fukushima.

 

En plus du sur-diagnostic, il est souvent affirmé qu’il y a sur-traitement. Cependant, les données post-chirurgie des cas de cancer de la thyroïde opérés à l’Université médicale de Fukushima montrent qu’il n’y a pas d’évidence de chirurgie prématurée ou excessive, à l’exception de trois cas pour lesquels les patients et/ou leur famille ont opté pour une intervention chirurgicale malgré l’option de surveillance sans chirurgie. Au contraire, les données suggèrent une progression rapide du cancer chez les patients opérés.

 
Perspectives et réactions internationales des épidémiologistes

 

La majorité des experts, à commencer par l’analyse de risque de l’OMS, s’attendaient à une augmentation de l’incidence des cancers de la thyroïde dans la province de Fukushima après l’accident. Par conséquent, il n’y a pas eu d’opposition forte aux résultats de nos analyses. Nous avons analysé régulièrement les dernières données publiées et présenté les résultats aux conférences annuelles de la Société Internationale d’Epidémiologie Environnementale (ISEE) à Bâle en 2013, Seattle en 2014 et San Paulo en 2015. Notre présentation a suscité un grand intérêt et les résultats de notre analyse ont été acceptés sans problème, mis à part l’étonnement provoqué par le taux élevé. Cette réaction nous laisse penser qu’il y a un fossé entre les opinions des experts internationaux et l’explication de l’effet dépistage et du sur-diagnostic au Japon.

Professeur Tsuda (Source : FCCJchannel, https://www.youtube.com/watch?v=mIW75z7W4JI)

Professeur Tsuda (Source : FCCJchannel, https://www.youtube.com/watch?v=mIW75z7W4JI)

Recommandations en tant que spécialiste de santé publique

 

Jusqu’à présent, les mesures de protection autres que l’évacuation n’ont presque jamais été discutées dans la province de Fukushima. Par conséquent, plusieurs recommandations peuvent être déduites de notre analyse. Il n’y a pas de raison de ne pas se préparer à l’augmentation attendue de l’incidence qui doit atteindre son maximum plus de 5 ans après la catastrophe, ainsi que d’autres situations attendues. Dès maintenant, l’administration doit préparer et implémenter des contre-mesures, dont une communication médiatique, plutôt que de discuter si les cancers de la thyroïde ont augmenté ou pas, ou s’il y a une relation causale avec l’exposition aux radiations.

 

Tout d’abord, en préparation à l’augmentation du nombre de cas potentiels de cancer de la thyroïde après la quatrième année de l’accident, les ressources médicales doivent être contrôlées pour être sûr d’être suffisamment équipé. Il se trouve que l’université médicale de Fukushima possède un système médical robotisé, le système chirurgical daVinci, qui doit éliminer les cicatrices visibles de la chirurgie de la thyroïde. Son utilisation devrait être prise en compte, même si elle n’est pas couverte par l’assurance maladie nationale.

 

Ensuite, un système devrait être mis en place pour recenser et suivre les cas de cancer de la thyroïde de façon exhaustive chez les plus de 19 ans au moment de l’accident ou en dehors de la province de Fukushima.

 

De plus, le dépistage actuel repose uniquement sur des échographies de la thyroïde. Avec le temps qui passe, la participation devrait diminuer. Un livret médical, comme le livret des Hibakushas, devrait être mis en place et le registre des cancers devrait être développé en collaboration avec les associations médicales communales et régionales.

 

Par ailleurs, on doit se préparer à évaluer et suivre des cancers autres que celui de la thyroïde, comme la leucémie, le cancer du sein et autres cancers solides, qui devraient aussi augmenter, selon l’étude de l’OMS. Le temps de latence minimal pour les tumeurs malignes hématologiques, comme la leucémie, est déjà passé. Je pense qu’il faut aussi s’intéresser aux pathologies non cancéreuses et se préparer à y faire face.

 

Bien entendu, il est nécessaire de continuer à accumuler des données afin de mener une analyse plus poussée de l’incidence des cancers de la thyroïde et des autres pathologies à Tchernobyl. L’évaluation de la dose à la thyroïde devrait aussi être revue à cause de l’excès d’occurrences de cas cancers par rapport aux prédictions de l’OMS.

 

Naturellement, le plan de retour des personnes déplacées dans les zones où l’exposition externe peut atteindre 20 mSv/an devrait être reporté pour l’instant. Si le plan de retour est basé sur une affirmation qui est scientifiquement fausse – il n’y a pas de cancer induit par les radiations, ou ils sont indiscernables s’ils surviennent, à un niveau d’exposition inférieur à 100 mSv -, alors, c’est une raison supplémentaire de le suspendre et de le réétudier.

 

Comme le débit de dose est encore élevé, un plan plus précis par classe d’âge devrait être préparé, bien que cela n’ait jamais été discuté par le passé. Dit autrement, d’autres mesures de protection contre les radiations devraient être planifiées et mises en place, dont, dans l’ordre, l’évacuation temporaire pour les femmes enceintes, les bébés, les enfants en bas âge, les enfants, les adolescents et les femmes en âge de procréer.

 

Enfin, je voudrais discuter les explications régulièrement données dans la province de Fukushima, comme « l’incidence des cancers ne va pas s’accroître à cause de l’accident de Fukushima », ou « même si l’incidence des cancers augmente, ce sera indétectable ». Ces affirmations ne sont correctes que si les deux conditions suivantes sont satisfaites :

  • Il n’y a pas d’excès d’occurrence des cancers radio-induits en dessous d’une exposition de 100 mSv ;
  • L’exposition à Fukushima n’a jamais dépassé 100 mSv, et toutes les doses reçues sont bien en dessous de cette limite.

Ces deux conditions ont entravé toute discussion concernant des mesures de protection réalistes prenant en compte les coûts.

 

Mais la condition n°1 n’est pas correcte scientifiquement, et aucun expert au Japon ou à l’étranger ne tiendrait un tel discours de nos jours. Et la condition n°2 n’est pas correcte non plus puisque la dose équivalente à la thyroïde a été estimée à plus de 100 mSv chez les résidents situés au-delà de la zone de 20 km, lors du premier rapport de l’OMS publié en 2012, qui a servi de base au rapport de 2013 sur l’évaluation du risque. Notre analyse met en évidence des résultats qui excèdent largement la prédiction de l’OMS sur une période de 15 ans.

 

Cependant, il ne s’est passé que quatre ans et demi depuis l’accident. En prenant en compte le temps de latence moyen pour les cancers de la thyroïde et la tendance observée à Tchernobyl concernant l’évolution temporelle de l’excès de cancers de la thyroïde, il est très probable que de nouveaux cas de cancers de la thyroïde apparaîtront chaque année à un taux 10 à 20 fois supérieur à ce qui a été observé ces quatre dernières années. Dans de telles circonstances, le gouvernement doit modifier drastiquement ses affirmations, autrement la confiance sera perdue, résultant en un écart entre les mesures et la réalité. J’espère que notre étude va constituer une opportunité pour revoir la communication et les mesures gouvernementales. La situation actuelle ne va qu’aggraver l’anxiété, la méfiance et les dommages dus aux rumeurs infondées.

 

 

3. Du côté des travailleurs

 

Plus de 45 000 travailleurs du nucléaire ont déjà été engagés sur le site de la centrale de Fukushima daï-ichi. Quelques 26 000 travailleurs sont aussi engagés dans les travaux de décontamination, où l’exposition est moindre.

 

Sur le site de la centrale, on déplore déjà plusieurs décès suite à des accidents. La tenue de protection et le masque intégral rendent les travaux et la communication plus complexes. En été, lors des fortes chaleurs, les travaux deviennent extrêmement pénibles avec de telles protections et l’on déplore plusieurs coups de chaud.

 

A Fukushima daï-ichi

 

Selon les dernières statistiques publiées [MHLW2015c], qui datent du 30 novembre 2015, 45 891 personnes ont travaillé sur le site de la centrale de Fukushima daï-ichi. Dans les premiers mois, la limite de dose a été montée à 250 mSv, au lieu de 20 mSv par an en temps normal. Officiellement, 6 personnes l’ont dépassée. Mais il n’y avait pas un dosimètre par personne durant les premières semaines car ils avaient été noyés par le tsunami. Seul le chef d’équipe en portait un et il n’a pas été forcément le plus exposé. Il a fallu un scandale médiatique pour que des dosimètres soient expédiés depuis d’autres centrales nucléaires. Ces chiffres officiels sont donc à prendre avec recul. Par ailleurs, la contamination interne a été contrôlée très tardivement et certains intervenants sont injoignables. TEPCo est toujours à la recherche de 10 personnes qui sont intervenues entre mars et juin 2011.

 

Même la phase d’urgence passée, certains chiffres doivent être pris avec recul. Il y a eu plusieurs scandales liés à des tricheries sur les doses. Les médias ont rapporté des pratiques douteuses : des dosimètres laissés dans la voiture ou déposés en un lieu moins irradiant. Des travailleurs avaient mis un cache en plomb autour de l’appareil. Plus de 90% des intervenants sont des sous-traitants, avec parfois plusieurs niveaux de sous-traitance. Leur statut précaire favorise la triche. Suite à ces scandales, TEPCo a renforcé ses contrôles et la situation s’est améliorée.

 

En mars 2014, le ministère de la santé a révélé que TEPCO avait sous-estimé la contamination interne de 142 personnes en 2011. L’augmentation moyenne de la dose reçue est de 5,86 mSv. Une personne est ainsi passée de 90,27 à 180,10 mSv, ce qui représente une hausse de 89,83 mSv. C’est plus que les 100 mSv à ne pas dépasser sur 5 ans : cette personne aurait dû arrêter ses activités à la centrale. Cela n’a pas été le cas. Deux autres dépassent la limite annuelle de 50 mSv. Sur ces 142 personnes, il y a 24 employés de TEPCo. Les 118 autres sont des sous-traitants employés par 18 compagnies différentes [Asahi2014a].

 

Le gouvernement a vérifié l’exposition de 1 536 personnes sur les 7 529 qui sont intervenues en mars – avril 2011. Cela fait plus d’une personne sur 9 pour qui il y a eu sous-estimation ! En juillet 2013, le ministère de la santé avait déjà trouvé que les doses reçues par 642 personnes sur 1 300 avaient été sous-estimées.

 

Depuis le 16 décembre 2011, ce sont de nouveau les limites de dose normales qui sont appliquées à la centrale de Fukushima daï-ichi : 100 mSv sur 5 ans (ou 20 mSv/an en moyenne sur 5 ans), sans dépasser 50 mSv/an. Depuis le début de la catastrophe, 174 travailleurs ont atteint cette limite et ne peuvent plus travailler dans le nucléaire tant que les 5 ans ne se sont pas écoulés. Ils sont près de 9 000 à avoir reçu une dose cumulée comprise entre 50 et 100 mSv [MLHW2015c]. Ceux qui restent sont généralement affectés à des tâches moins exposées pour pouvoir rester plus longtemps sur le site.

 

Mais avec le temps, ils vont être de plus en plus nombreux à atteindre les 100 mSv. D’autant plus que les travaux de démantèlement des parties les plus irradiantes de la centrale n’ont pas encore commencé. Même si la grosse partie du travail se fera avec des engins télécommandés, il faudra que des hommes s’approchent par moments pour installer le matériel de démantèlement.

 

Récemment, la Radiation Effects Research Foundation, qui a suivi les personnes exposées aux bombes de Hiroshima et de Nagasaki, a décidé de suivre une première cohorte de 2 000 travailleurs qui sont intervenus la première année à la centrale accidentée de Fukushima daï-ichi car ce sont eux qui ont pris les plus fortes doses. Elle en a contacté 5 466 à Fukushima, mais seulement 704 auraient accepté, ce qui est beaucoup moins que les 2 000 espérés. 299 courriers auraient été retournés car l’adresse était erronée. Sur les 1 071 qui ont répondu, 295 ont refusé d’y participer. Certains ont justifié leur décision car il n’y a pas de prise en charge alors qu’ils doivent travailler. D’autres se sont plaints de la difficulté à accéder aux centres de soins où ils seront examinés. La fondation veut aussi reconstituer les doses prises. A terme, elle espère suivre 20 000 travailleurs [Asahi2015b].

 

Actuellement, environ 7 000 personnes triment chaque jour sur le site de la centrale de Fukushima daï-ichi. Il y a déjà eu plusieurs décès et blessés graves suite à des accidents. Au-delà du gigantesque chantier de stabilisation des réacteurs accidentés destiné à réduire leur menace puis celui de leur démantèlement, il y a aussi un immense chantier de décontamination dans toutes les zones où l’exposition externe peut dépasser 1 mSv/an.

 

Un travailleur est contrôlé après avoir travaillé sur le site de la centrale de Fukushima Daiichi (Photo : David Guttenfelder/AP/SIPA/Pool)

Un travailleur est contrôlé après avoir travaillé sur le site de la centrale de Fukushima Daiichi (Photo : David Guttenfelder/AP/SIPA/Pool)

Premier cas de cancer professionnel reconnu à la centrale de Fukushima daï-ichi

 

Le ministère de la santé, du travail et des affaires sociales [MLHW2015b] a reconnu, le 20 octobre 2015, que la leucémie développée par un travailleur à la centrale de Fukushima daï-ichi pouvait être liée à l’exposition aux radiations. Il s’agit d’un sous-traitant de 41 ans et a été exposé entre octobre 2012 et décembre 2013. Sa maladie s’est déclarée en janvier 2014.

 

Il aurait été exposé à une dose de 16 mSv à la centrale de Fukushima daï-ichi et à 4 mSv lors de l’inspection, en 2012, de la centrale de Genkaï exploitée par Kyûshû Electric. Selon les règles en vigueur au Japon depuis 1976, un travailleur du nucléaire, qui aurait été exposé à une dose supérieure à 5 mSv en un an et qui développerait une leucémie plus d’un an après avoir été engagé pour des travaux sous rayonnements ionisants, a droit à la prise en charge des soins et une indemnisation.

 

Selon le ministère, il y aurait déjà eu 8 demandes de reconnaissance de la part de travailleurs à la centrale de Fukushima daï-ichi, mais c’est le premier cancer professionnel reconnu. Trois autres demandeurs n’ont pas obtenu satisfaction. Un a retiré sa demande. Il y a encore trois dossiers en cours d’instruction.

 

Une leucémie peut avoir plusieurs origines et il ne sera jamais possible de dire si la leucémie du travailleur de Fukushima est due à la radioactivité ou pas. En revanche, on ne peut pas exclure que l’exposition aux rayonnements ionisants en soit bien la cause. Il a accepté de prendre des risques en allant travailler à Fukushima daï-ichi. Il est donc normal que cette maladie soit reconnue comme d’origine professionnelle et que le travailleur ait droit à prise en charge complète et un soutien financier.

 

Dans une interview au quotidien Asahi [Asahi2015c], il déclare qu’il espère que son cas aidera d’autres travailleurs qui souffrent du cancer à recevoir une indemnisation. Il dit être allé à Fukushima pour contribuer au rétablissement des communautés affectées et n’avoir aucun regret.

 

Dans ce même article, un représentant du ministère de la santé explique que la limite de 5 mSv en un an fixée pour reconnaître une leucémie comme d’origine professionnelle correspond à la limite pour le public à l’époque. Depuis, elle a été abaissée à 1 mSv/an sans que les autorités japonaises ne modifient la règle pour les travailleurs. Dans un tel contexte, il est ensuite difficile d’expliquer aux habitants de Fukushima que la limite d’évacuation est de 20 mSv/an.

 

S’il n’est pas possible de conclure pour un cas individuel, il est, en revanche, possible de faire des études statistiques sur un grand nombre de travailleurs. En juin dernier, une étude épidémiologique avait confirmé que les faibles doses pouvaient entraîner une augmentation du nombre de cas de leucémie. Cette étude ne s’intéresse qu’aux décès par leucémie. Or, de nos jours, on soigne la majorité d’entre elles. De nombreux cas échappent donc à ces statistiques. Il faudrait donc étudier la morbidité, mais il n’y a pas toujours de registres avec les données [INWORKS2015a].

 

La deuxième partie de cette étude vient de paraître et concerne le risque de décès par cancer autre que leucémie. Elle confirme la relation entre exposition aux rayonnements ionisants et cancers observée chez les survivants de Hiroshima et Nagasaki. Ces derniers ont subi une forte exposition, mais brève, alors que les travailleurs du nucléaire ont reçu des faibles doses tout au long de leur vie. Il n’y a pas de différence entre les pays étudiés. Les fortes doses ne sont donc pas plus dangereuses que les faibles doses cumulées, pour une même exposition totale [INWORKS2015b].

 

Sur les chantiers de décontamination

 

Les chantiers de décontamination dans les territoires évacués sont sous la responsabilité directe du gouvernement. Les travailleurs doivent porter un dosimètre et la dose enregistrée ne doit pas dépasser 50 mSv par an comme pour les travailleurs du nucléaire et 100 mSv sur 5 ans. Des statistiques officielles sur les doses prises par plus de 26 000 travailleurs engagés sur ces chantiers avant 2014 ont été rendues publiques [REA2015]. Aucun n’a dépassé 50 mSv en un an. La dose moyenne est de 0,5 mSv par an et 14,6% d’entre eux ont reçu une dose supérieure à 1 mSv/an, qui est la limite pour le public. La plus forte dose enregistrée est de 13,9 mSv en un an. Ils sont 34 à avoir dépassé 10 mSv.

 

Plus précisément, 11 058 personnes sont intervenues en 2011-2012. C’est à cette époque qu’il y a eu la plus forte dose enregistrée. En 2013, 20 564 personnes sont intervenues et la plus forte dose enregistrée était de 6,7 mSv, avec une moyenne de 0,5 mSv en un an. Ces statistiques, compilées par la Radiation Effects Association, qui dépend du gouvernement, donnent un nombre total de personnes inférieur aux chiffres avancés par le ministère de l’environnement en charge des travaux. Le ministère de la santé du Japon pense donc que cette association n’a pas réussi à enregistrer les doses de tout le monde.

 

Actuellement, quelques 12 000 personnes par jour travaillent sur des chantiers de décontamination.

 
Nombreuses violations du droit du travail pour les travailleurs engagés dans la décontamination

 

Le ministère de la santé, du travail et des affaires sociales a mis en ligne des statistiques sur les violations du droit du travail constatées sur des chantiers de décontamination [MHLW2015a]. Entre janvier et juin 2015, 342 entreprises ont été contrôlées et 233 violaient la réglementation, soit 68,1%. Plus précisément, sur les 184 entreprises contrôlées qui interviennent dans la zone évacuée où la décontamination est sous la responsabilité du gouvernement, il y en a 109 qui violaient la réglementation (59,2%) et dans les communes non évacuées, c’est 124 sur 158, soit 78,4%.

 

Sur les 364 violations constatées, 134 concernaient la paye, les conditions de travail, les horaires… et 230 la santé et la protection. Ces chiffres sont en augmentation par rapport à l’année 2014. Pour la première catégorie de violations, c’est surtout lié au paiement du salaire et des primes de risque. En ce qui concerne la protection, voici quelques cas constatés :

  • la « personne représentative » qui porte le dosimètre quitte le chantier et la dose enregistrée n’est plus représentative ;
  • le dosimètre n’était pas porté correctement ;
  • le niveau de contamination n’a pas été mesuré avant le chantier ;
  • pas de contrôle des outils ou équipements en fin de chantier…

 

 

4. Conclusion

 

La catastrophe de Fukushima ne fait que commencer. Il est difficile de tirer un bilan sanitaire après seulement quatre années. Heureusement pour le pays, 80% des rejets atmosphériques sont allés vers l’océan. Les surfaces contaminées sont limitées. Un accident similaire au milieu des terres aurait eu un impact beaucoup plus important.

 

Malgré cela, cette catastrophe a déjà complètement déstabilisé toute une région avec des conséquences économiques et sociales à long terme qui se répercutent sur tout le pays. De très nombreux individus ont vu leurs conditions de vie bouleversées. 160 000 personnes ont été durablement déplacées par la radioactivité, souvent avec la perte totale de leurs biens. Leurs conditions de vie se sont détériorées et les plus fragiles sont décédées prématurément.

 

De nombreuses autres personnes, qui vivent en territoire contaminé, ont aussi vu leur vie perturbées.

 

En ce qui concerne les conséquences directes des radiations, les autorités japonaises ont lancé une vaste campagne de suivi dans le but de rassurer, mais, pour ce qui est des cancers de la thyroïde, leur nombre est beaucoup plus élevé que ce qui était attendu. Ce n’est pas sans inquiéter les populations exposées quant aux autres maladies radio-induites qui mettent plus de temps à apparaître.

 

Ce sont les travailleurs du nucléaire à la centrale de Fukushima daï-ichi, où les travaux de sécurisation puis de démantèlement devraient durer plus de quatre décennies, qui sont le plus exposés aux rayonnements. Ils sont déjà plus de 45 000 à être passés sur le site. Un a vu sa leucémie reconnue comme maladie professionnelle. On déplore aussi plusieurs décès dus aux conditions de travail particulièrement difficiles. 26 000 autres travailleurs ont été impliqués dans les nombreux chantiers de décontamination, dans des conditions pas toujours satisfaisantes au regard du droit du travail.

 

Ce premier bilan montre que les populations payent un lourd tribut à l’accident nucléaire, qui est, avant tout, une catastrophe humanitaire.

 

Toutes ces informations sont détaillées dans l’ACROnique de Fukushima, avec mise à jour régulière : http://Fukushima.eu.org

 

Bibliographie : à retrouver dans le rapport intégral de l’ACRO

Partager cet article

Publié par David Boilley - dans Au Japon
commenter cet article
9 avril 2016 6 09 /04 /avril /2016 16:55
Vivre avec Fukushima

L‘association Physicians for Social Responsability (PSR) [Médecins pour une Responsabilité Sociale] a été fondée en 1961 aux Etats-Unis, à l’époque où les bombes atomiques étaient encore testées dans l’atmosphère. L’association International Physicians for the Prevention of Nuclear War (IPPNW) [Médecins pour la Prévention de la Guerre Nucléaire] a vu le jour à Genève en 1980 comme un prolongement international de PSR, au moment où la guerre froide avait atteint son apogée. En 1985, PSR/IPPNW ont reçu le prix Nobel de la paix. IPPNW fédère des groupes de médecins, étudiants, personnels de santé et autres citoyens concernés dans 64 pays. Elle est dédiée à la prévention de la guerre nucléaire. Elle cherche à prévenir toutes les guerres, à promouvoir les moyens de résolution de conflit non violents, à minimiser les impacts des guerres sur la santé, le développement et l’environnement.

La section allemande d’IPPNW vient de publier un rapport sur les effets sanitaires des catastrophes de Tchernobyl et de Fukushima. La traduction en anglais du rapport (publié initialement en allemand), est en cours de réalisation et devrait sortir prochainement pour le 30ème anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl. La partie sur Fukushima a été traduite en anglais pour le 5ème anniversaire de Fukushima. Les chapitres ci-dessous sont extraits de cette seconde partie du rapport initial. Le reste devrait suivre dans les mois qui viennent.

OG

___________________

 

 

Vivre avec Fukushima depuis 5 ans

Résumé des effets sanitaires de la catastrophe nucléaire

 

 

par Dr. Alex Rosen, IPPNW Germany
et Dr. Angelika Claussen, IPPNW Europe

 

 

 

Titre original du rapport publié en février 2016 : « 30 Jahre leben mit Tschernobyl, 5 Jahre leben mit Fukushima : Gesundheiliche Folgender Atomkatastrophen vont Tschernobyl und Fukushima »

 

Version anglaise disponible ici
 

Traduction française : Odile Girard (Fukushima is still news) avec l’aimable autorisation des auteurs

 
 
5 ans : vivre avec Fukushima
Résumé des effets sanitaires de la catastrophe nucléaire

 

Le 11 mars 2016, le Japon et le monde commémorent le début de la catastrophe nucléaire de Fukushima. Plus de 200 000 personnes furent évacuées de la préfecture de Fukushima dans des camps de fortune, où vivent encore quelque 100 000 d’entre elles. Mais les conséquences de la catastrophe s’étendent bien au-delà des limites de la préfecture. Depuis le début, des millions de gens ont été exposés à une augmentation des doses de radiation, principalement dans les zones de fortes retombées radioactives. Les retombées radioactives affectent les personnes à travers l’exposition atmosphérique pendant les émissions de radioactivité ou les tempêtes qui soulèvent de la poussière radioactive, ainsi que via l’exposition directe à un sol et des surfaces contaminés. Tout le monde, y compris ceux qui vivent dans les régions moins contaminées du pays, a également été confronté à la radioactivité contenue dans l’eau de boisson et l’alimentation contaminées. Cette forme d’exposition est extrêmement inquiétante, car les particules radioactives peuvent être absorbées par les organes et les tissus internes et continuer à émettre des rayonnements ionisants pendant des dizaines d’années.

 

Source : Actu Environnement  © wellphoto

Source : Actu Environnement © wellphoto

Selon le Premier ministre japonais de l’époque, ce n’est que grâce à une « divine Providence » que le Grand Tokyo, avec ses plus de 30 millions d’habitants, a évité la contamination et l’évacuation. Les autorités ayant omis de distribuer des comprimés d’iode, la population est restée sans protection face à l’iode radioactif, qui peut provoquer cancers thyroïdiens et hypothyroïdisme.


Cette tragédie se poursuit encore aujourd’hui. Chaque jour, quelque 300 tonnes d’eau radioactive se déversent de manière incontrôlée dans l’océan. La catastrophe de Fukushima est déjà responsable de la plus grave contamination radioactive des océans dans l’histoire de l’humanité.

 

Cinq ans après la fusion des cœurs, on ne connaît toujours pas avec certitude ses effets sur la santé de la population japonaise. Premièrement, on ne sait pas exactement combien de radiation a été réellement émise en mars et avril 2011, et combien s’est échappée depuis les ruines des réacteurs et du site de la centrale. Comment l’expliquer?

 

  • Des études indépendantes indiquent parfois des émissions radioactives
    considérablement plus importantes

 

  • Tous les isotopes radioactifs n’ont pas été mesurés, en particulier le
    strontium-90

 

  • Les premiers rejets n’ont pas été inclus dans l’évaluation des impacts
    sanitaires.

 

En d’autres termes, les informations de base concernant la contamination du sol, de l’océan et de la nourriture sont encore un sujet de controverse entre le lobby nucléaire et les scientifiques indépendants.

 

Propagande gouvernementale en faveur de la consommation de produits possiblement contaminés : le Premier ministre Shinzo Abe mange du poisson de Fukushima en décembre 2014. Source : REUTERS / Issei Kato

Propagande gouvernementale en faveur de la consommation de produits possiblement contaminés : le Premier ministre Shinzo Abe mange du poisson de Fukushima en décembre 2014. Source : REUTERS / Issei Kato

Deuxièmement, le gouvernement pro-nucléaire du Japon et le tout-puissant lobby nucléaire font tout ce qu’ils peuvent pour minimiser et dissimuler les conséquences de la catastrophe. Même l’Université de Médecine de Fukushima, qui coordonne le programme de dépistage du cancer de la thyroïde, a des liens avec le lobby nucléaire et a reçu de l’argent de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). On a l’impression que l’idée est de refermer au plus vite le dossier de Fukushima et de s’assurer que le public japonais retrouve une attitude positive vis-à-vis de l’énergie nucléaire.

 

Toutefois, les données montrent un tableau assez différent. Non seulement des fuites radioactives périodiques en provenance des réacteurs dévastés ainsi que des épisodes de recontamination dans toute la région continuent à se produire, mais la perception de l’énergie nucléaire a aussi changé et une majorité de Japonais rejettent désormais le nucléaire. L’étude controversée relative aux cancers de la thyroïde n’a pas envoyé le signal de fin d’alerte tant espéré par le lobby nucléaire. Au contraire, 116 enfants de la préfecture de Fukushima ont déjà été diagnostiqués comme souffrant d’un cancer de la thyroïde agressif et à évolution rapide, ou déjà au stade des métastases. Dans une population de cette taille, on attendrait normalement environ un cas par an. Pour 16 de ces enfants, on peut exclure l’effet du dépistage (« screening effect »), étant donné que leur cancer s’est déclaré au cours des deux dernières années.

 

Source : Hannoversche Allgemeine / dpa

Source : Hannoversche Allgemeine / dpa

Ce qui est encore plus inquiétant que les résultats de l’étude, c’est qu’à part l’incidence des cancers de la thyroïde chez les enfants de la préfecture de Fukushima, le Japon n’a pas commencé d’autres enquêtes scientifiques à grande échelle sur les maladies liées à la radioactivité.


L’origine d’un cancer est difficile à étiqueter et la cause d’un cancer individuel ne peut être reliée par un lien de causalité à un incident spécifique. Les autorités japonaises sont parfaitement conscientes de ce fait et n’ont pas cherché les augmentations de fausses couches, de malformations fœtales, de leucémies, de lymphomes, de tumeurs solides et de maladies non cancéreuses parmi la population qui a été touchée par les retombées radioactives. Or on sait que le taux d’augmentation de toutes ces maladies avait été significatif après l’accident de Tchernobyl.

 

Quand nous parlons de la population affectée au Japon, nous la divisons en quatre sous-groupes :

 

  • Plus de 25 000 personnes ayant participé au nettoyage et aux secours ont reçu les doses de radiations les plus fortes doses et risqué leur vie, en empêchant l’escalade de la situation sur le site de la centrale. Si l’on en croit les données fournies par l’opérateur TEPCO, une centaine d’ouvriers contracteront un cancer dû aux doses excessives de radioactivité, cancer qui sera fatal dans 50 pour cent des cas. Cependant, les véritables niveaux de dose sont très probablement bien plus élevés, car l’opérateur n’hésite pas à manipuler les données afin d’éviter les demandes de compensation ; l’entreprise est ainsi capable d’engager des travailleurs temporaires non enregistrés, de trafiquer les dosimètres et même d’avoir recours à des faux grossiers.

 

  • La population évacuée, soit 200 000 personnes, qui a été initialement exposée à des doses radioactives considérables, vit maintenant pour la majeure partie en-dehors de la préfecture de Fukushima.

 

  • Les populations non évacuées des zones irradiées continuent à être exposées chaque jour à des doses accrues de radioactivité.

 

  • La population du reste du Japon est exposée à des doses accrues de radiation provenant de retombées radioactives minimales, ainsi que d’aliments et d’eau contaminés.

 

Des réfugiés évacués d'une maison de repos située dans le secteur d'évacuation près de la centrale nucléaire de Fukushima Daini, à Koriyama, le 13 mars 2011. Source : rfi.fr, Kim Kyung-Hoon / Reuters

Des réfugiés évacués d'une maison de repos située dans le secteur d'évacuation près de la centrale nucléaire de Fukushima Daini, à Koriyama, le 13 mars 2011. Source : rfi.fr, Kim Kyung-Hoon / Reuters

Ce qui est absolument nécessaire à présent, c’est de réaliser une série d’études épidémiologiques pour examiner les conséquences sanitaires de l’exposition aux doses excessives de radioactivité, en particulier les maladies qui peuvent être détectées et traitées de manière précoce. Ces études doivent être guidées par les enquêtes déjà publiées, exposées dans le présent rapport, sur les animaux, les oiseaux et les insectes touchés par la catastrophe et qui montrent des effets hématologiques, une élévation des taux de mutation dans la seconde génération et une augmentation des taux de mortalité. Mais comme ce genre d’études – et l’image négative de l’énergie nucléaire qu’elles véhiculeraient – ne sont pas politiquement désirables, nous ne connaîtrons sans doute jamais l’ampleur réelle des effets sur la santé de la catastrophe de Fukushima et nous devons nous limiter à faire des estimations fondées sur les émissions radioactives connues ou présumées et sur les voies d’exposition.

 

Si l’on se base sur les chiffres du Comité scientifique des Nations Unies pour l’étude des effets des rayonnements ionisants (UNSCEAR), qui est un organisme pro-nucléaire, qui estimait la dose collective à vie à environ 48 000 personne-Sieverts et si l’on utilise les facteurs de risque reconnus au niveau international dans le rapport BEIR-VII, on peut attendre un excès d’incidence de cancers d’un peu moins de 10 000 au Japon dans les décennies à venir (intervalle de confiance allant de 4 300 à 16 800 cas). Si l’on prend en compte des données et des facteurs de risque plus modernes, les estimations de l’augmentation des taux de cancer sont nettement plus élevées, à savoir quelque 66 000 cas de cancers supplémentaires, dont environ la moitié seraient mortels.

 

Un employé de Tepco subit un test de radiations après une intervention dans la centrale de Fukushima, le 20 février 2012. – Source : Yomiuri/AP/SIPA

Un employé de Tepco subit un test de radiations après une intervention dans la centrale de Fukushima, le 20 février 2012. – Source : Yomiuri/AP/SIPA

Est-ce beaucoup ?


Certainement pas en regard d’une population de presque 127 millions de personnes et un risque “normal” de cancer de 50 % au cours de la vie. Mais est-ce négligeable ? Vu que dix mille personnes vont développer un cancer uniquement suite à une « catastrophe causée par l’homme » à Fukushima (c’est ainsi que l‘a qualifiée la Commission d’enquête indépendante de la Diète nationale), certes non. Le destin de ces personnes et de leur famille n’est ni « négligeable » ni « non significatif », comme voudraient nous le faire croire le lobby de l’industrie nucléaire, l’AIEA et l’UNSCEAR.

 

Le discours public sur la catastrophe de Fukushima ne doit pas se laisser guider par le profit économique et l’influence politique, mais doit se concentrer sur la santé et destin des populations affectées, ceux qui ont tout perdu, qui craignent pour leur santé et celle de leurs enfants, et qui ne demandent rien de plus que de pouvoir vivre sans la peur incessante des radiations.

 

Les risques sanitaires pour la population japonaise doivent être étudiés par des scientifiques indépendants et de manière à exclure toute influence indue de la part de l’industrie nucléaire et de ses soutiens politiques. Des études extensives sont nécessaires pour comprendre les conséquences sanitaires sur la population affectée, pour identifier les maladies à un stade précoce et améliorer la protection des générations futures en approfondissant nos connaissances sur les effets des rayonnements ionisants. Le débat sur les conséquences de la catastrophe de Fukushima va bien au-delà du principe de l’indépendance de la recherche et de la résistance à l’influence des tout-puissants groupes de pression. Il s’agit ici du droit universel de chaque être humain à la santé et à vivre dans un environnement sain.

 

Dr. Alex Rosen, médecin, vice-président, IPPNW Allemagne
Catherine Thomasson, médecin, directrice exécutive, PSR (États-Unis)

 

 

_______________________

 

 

Introduction   

 

Le 11 mars 2016, le Japon et le monde entier commémoraient le début de la catastrophe de Fukushima il y a cinq ans. D’énormes quantités de radioactivité ont été rejetées dans l’environnement, suite à la fusion de 3 réacteurs à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi, à plusieurs explosions qui ont fissuré les cuves des réacteurs, à des incendies, des fuites et le rejet contrôlé d’éléments radioactifs. Plus de 200 000 personnes ont été évacuées de la préfecture de Fukushima vers des camps de fortune, où quelque 100 000 d’entre elles vivent encore aujourd’hui. Depuis le début de la catastrophe, des millions de gens ont été exposés à des doses de radiation accrues, surtout dans les zones de fortes retombées nucléaires, et ceux qui vivent dans les régions moins contaminées du pays sont exposés à l’eau de boisson et aux aliments contaminés par la radioactivité.

 

Un gymnase de Yamagata, dans le nord du Japon, transformé en centre d'hébergement (Source : Yuriko Nakao / Reuters)

Un gymnase de Yamagata, dans le nord du Japon, transformé en centre d'hébergement (Source : Yuriko Nakao / Reuters)

L’Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire (IPPNW), est tout à fait consciente de l’étroitesse des liens qui unissent l’industrie nucléaire militaire et celle du nucléaire civil et des risques inhérents aux deux secteurs nucléaires. Nous estimons qu’une évaluation scientifique doit concerner les effets sanitaires de toute la chaîne nucléaire, depuis l’extraction de l’uranium jusqu’aux déchets nucléaires. Les catastrophes nucléaires civiles, comme celles de Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima, fournissent des exemples particulièrement saisissants de l’impact nocif de l’industrie nucléaire sur le public. En tant que médecins et scientifiques, nous devons poser les questions suivantes pour éclairer pleinement la catastrophe de Fukushima :

 

  • Comment cette catastrophe a-t-elle pu se produire ?
  • Combien de radioactivité a été rejetée ?
  • Comment cela va-t-il affecter l’environnement ?
  • Quelles conséquences sanitaires peut-on attendre dans la population affectée ?

 

Telles sont les questions que nous nous proposons d’appréhender dans la présente publication.

 

Entreposage de déchets radioactifs (Source : The Guardian © Arkadiusz Podniesinski)

Entreposage de déchets radioactifs (Source : The Guardian © Arkadiusz Podniesinski)

 

Chapitre 1

 

 

Le début de la catastrophe nucléaire

 

Le 11 mars 2011, un séisme de magnitude 9 sur l’échelle de Richter s’est produit juste au large de la côte est du Japon. Le séisme de Tohoku a provoqué un tsunami qui a dévasté la zone côtière. Plus de 15 000 personnes ont été les victimes directes du séisme et du tsunami, et plus de 500 000 autres ont dû être évacuées. Cette catastrophe naturelle a affecté plusieurs centrales nucléaires situées sur la côte japonaise. Les autres centrales se sont mises automatiquement à l’arrêt, mais leur système de refroidissement d’urgence a continué à fonctionner. Mais la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi a été sévèrement endommagée par le séisme : l’approvisionnement électrique de la centrale, notamment le système de refroidissement, s’est interrompu.

 

Le tsunami généré par le séisme a provoqué la perte des générateurs diésel d’urgence qui alimentaient en eau de refroidissement les réacteurs et les piscines de stockage de combustible usé, avec pour résultat la fusion du cœur des réacteurs 1, 2 et 3. L’opérateur de la centrale, Tokyo Electric Power Company (TEPCO) a alors commencé à relâcher de la vapeur des bâtiments réacteurs afin de réduire la pression grandissante dans les réacteurs et de prévenir ainsi des explosions plus importantes. Mais la vapeur a également transporté de vastes quantités de particules radioactives dans l’atmosphère, un risque considéré sur le moment comme un moindre mal. Malgré cela, les trois réacteurs ont subi de nombreuses explosions.

 

Quoique les plans de secours d’urgence de gestion des catastrophes pour les séismes et les tsunamis au Japon soient parmi les meilleurs au monde, les autorités japonaises se sont trouvées complètement débordées par la fusion des trois réacteurs et le rejet des nuages radioactifs. Le premier ordre d’évacuation a été donné le soir du 11 mars pour une zone de 3 km. Le soir du 12 mars, cette zone a été élargie à 12km autour des réacteurs dévastés. À ce moment-là, la première explosion d’hydrogène avait déjà détruit le réacteur 1. Un total de 200 000 personnes ont reçu l’ordre de quitter leur domicile (1). Naoto Kan,  qui était le Premier ministre du Japon à l’époque, a déclaré plus tard que les 30 millions d’habitants de Tokyo n’avaient été épargnés par la contamination radioactive que «  de justesse ».

 

Dans les premiers jours de la catastrophe nucléaire, le vent soufflait principalement vers l’est, ce qui a permis d’estimer que 76 % des retombées radioactives se sont dispersées au-dessus du Pacifique (2). Un seul jour, le 15 mars 2011, le vent a tourné vers le nord-ouest, répandant la contamination radioactive jusqu’au petit village d’IItate, distant de plus de 40 km. Si le vent avait soufflé du nord ne serait-ce qu’une journée, de larges parties de Tokyo auraient été contaminées et le gouvernement aurait été obligé d’évacuer la capitale. L’ancien Premier ministre Kan a admis que cela aurait signifié « l’effondrement de notre pays » et cité « une série d’heureuses circonstances » qu’il a qualifiées de « Providence divine » pour expliquer comment ce désastre ne s’est pas produit (3).

 

Les 14 et 15 mars, les réacteurs 2 et 3 ont été détruits par plusieurs explosions qui ont également provoqué un incendie dans la piscine de stockage du combustible usé du réacteur 4. Afin de refroidir les assemblages contenus dans les réacteurs, TEPCO a pris la décision controversée d’injecter de l’eau de mer dans les bâtiments réacteurs. Mais cette manœuvre n’a guère contribué à empêcher la température de continuer à monter, car les barres de combustible étaient déjà exposées. Selon TEPCO et les chercheurs de l’Université de Nagoya, 100 % des assemblages du réacteur 1 ont fondu, entre 70 et 100 % de ceux du réacteur 2 et 63 % de ceux du réacteur 3 ont également fondu (4-5). L’eau de refroidissement a été contaminée par la radioactivité dans le réacteur avant de se déverser en grande quantité dans l’océan via les nappes phréatiques.

 

Le dépistage obligatoire de la radioactivité pour la population de Fukushima en 2011 (Source : AFP)

Le dépistage obligatoire de la radioactivité pour la population de Fukushima en 2011 (Source : AFP)

Le 25 mars, on a demandé aux personnes habitant dans un rayon de 30 km de la centrale de quitter volontairement leur domicile et la région contaminée. Le 12 avril, la sévérité de la fusion nucléaire de Fukushima a été déclarée de niveau 7 sur l’Échelle internationale de classement des évènements nucléaires (INES), c’est-à-dire le niveau de gravité le plus élevé possible, qui n’avait jusqu’alors été assigné qu’à la catastrophe de Tchernobyl. Le 22 avril, le gouvernement japonais a finalement étendu ses recommandations d’évacuation pour couvrir les municipalités de Katsurao, Namie, Iitate et certaines parties de Kawamata et de Minamisoma, faisant ainsi passer le rayon d’évacuation à 50 km autour des bâtiments réacteur dévastés.

 

Au moment de l’accident, les autorités ont décidé de ne pas distribuer de pastilles d’iode qui auraient empêché l’absorption d’iode 131 radioactif par la thyroïde, laissant la population sans protection. L’Organisation mondiale de la Santé (l’OMS) a critiqué cette omission dans son Rapport sur Fukushima, et indiqué  que l’omission de cette mesure préventive vitale allait augmenter l’incidence anticipée des cancers de la thyroïde pour l’ensemble de la population (6). Dans son rapport officiel de juin 2012, la Commission d’enquête indépendante sur l’accident nucléaire de la Diète nationale du Japon (NAIIC) a conclu que l’accident  de Fukushima n’était pas simplement le résultat d’une catastrophe naturelle, mais très largement un désastre d’origine humaine.

 

La Commission conclut que la situation a continué à se détériorer parce que le système de gestion de crise du Kantei, (bureau du Premier ministre) des régulateurs et des autres organismes responsables n'a pas fonctionné correctement.
La Commission conclut que la confusion dans l'évacuation des résidents découle de la négligence des régulateurs, de l'échec persistant à mettre en œuvre les mesures adéquates contre une catastrophe nucléaire, ainsi que d'un manque d'action des gouvernements précédents et des régulateurs sur la gestion des crises. Le système de gestion de crise qui existait pour le Kantei et les régulateurs devait protéger la santé et la sécurité du public, mais il a échoué dans cette fonction. (7)

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/4/37/62/00/rapports/Rapport-NAIIC-V3.pdf

1 - International Atomic Energy Agency (IAEA). “Fukushima Nuclear Accident Update“, 12.03.11. www.iaea.org/newscenter/news/2011/fukushima120311.html

 

2 - Evangeliou N et al. “Global deposition and transport efficiencies of radioactive species with respect to modelling credibility after Fukushima (Japan, 2011)“. J Environ Radioact., 2015 Nov;149:164-75. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26254209

 

3 - Wagner W. „Ex-Premier Kan über Fukushima-Katastrophe: ‚Die Frage war, ob Japan untergeht‘“. Spiegel Online, 09.10.15. http://www.spiegel.de/politik/ausland/ex-premier-ueber-fukushima-die-frage-war-ob-japan-untergeht-a-1056836.html

 

4 - Japanese Atomic Information Forum (JAIF). “TEPCO: Melted fuel ate into containment vessel“. Earthquake Report No. 278, 01.12.11. www.jaif.or.jp/english/news_images/pdf/ENGNEWS01_1322709070P.pdf

 

5 - Kumai H. „Researchers: More than 70% of No. 2 reactor‘s fuel may have melted“. Asahi Shimbun, 27.09.15. http://ajw.asahi.com/article/0311disaster/fukushima/AJ201509270023

 

6 - World Health Organisation (WHO). “Preliminary dose estimation from the nuclear accident after the 2011 Great East Japan Earthquake and Tsunami”. 23.05.1212, p.49. http://whqlibdoc.who.int/publica­tions/2012/9789241503662_eng.pdf

 

7 - The National Diet of Japan. „The official report of The Fukushima Nuclear Accident Independent Investigation Commission of the National Diet of Ja­pan“. 05.07.12, p 18–19. http://www.nirs.org/fukushima/naiic_report.pdf

 

 

_________________________

 

Lire la suite de la traduction du rapport dans le blog de Georges Magnier « Vivre après Fukushima » :

Chapitre 2. Émissions et contaminations radioactives

 

_________________________

 

Extrait du rapport pp.33-34

Recommandations

Pour le Japon :

 

  • Les populations affectées par la catastrophe nucléaire et leur droit
    à vivre dans un environnement sain doivent être au centre de
    toutes les discussions et des décisions sur les mesures à prendre.
    Dans ce but, il convient de garantir que les groupes affectés
    soient impliqués comme il se doit dans les processus décisionnels.

 

  • Tous ceux qui ont été impliqués dans le nettoyage de la catastrophe
    nucléaire, qu’ils aient été ou qu’ils doivent à l’avenir
    être exposés à la radioactivité, doivent être équipés de
    dosimètres fiables et être régulièrement examinés par des
    médecins indépendants. Ceci s’applique également aux employés
    des sous-traitants, aux travailleurs temporaires et aux volontaires.
    Les opérateurs nucléaires comme TEPCO ne doivent plus influencer
    les études et les données.

 

  • Le gouvernement japonais doit établir et tenir des registres
    semblables à ceux qui ont été mis en place par l’Union
    soviétique après Tchernobyl, pour couvrir tous les groupes ayant
    été exposés aux radiations suite à la catastrophe nucléaire de
    Fukushima. Ceci concerne :
    • Tous les évacués des zones contaminées et ceux qui vivent encore en zone
      contaminée ;
    • Les travailleurs de la centrale et ceux qui s’occupent du nettoyage et
      de la décontamination.

 

  • Les résidents des zones contaminées doivent être autorisés à
    décider s’ils veulent continuer à y vivre ou s’ils préfèrent
    déménager dans une région non contaminée. Un soutien financier
    et logistique doit leur être fourni.

 

  • Il faut mettre fin à la réinstallation forcée des évacués dans les
    zones contaminées. En particulier ils ne doivent pas être menacés
    de se voir retirer l’assistance financière s’ils ne veulent pas
    retourner [avec leur famille] dans les zones contaminées.

 

  • Des recherches épidémiologiques doivent être menées sur les effets
    de la catastrophe nucléaire et les populations affectées doivent
    avoir droit, régulièrement et gratuitement, à des bilans de santé
    et aux traitements. Les risques sanitaires pour la population
    japonaise doivent être évalués par des scientifiques indépendants
    qui n’ont pas de conflit d’intérêt avec l’industrie
    nucléaire ou ses soutiens politiques.

 

  • Étant donné qu’une grande partie des retombées a touché l’Océan
    Pacifique, une recherche systématique doit être effectuée sur la
    vie marine ; le Japon et des instituts de recherche
    océanographique internationaux doivent travailler en coopération.

 

  • Les reportages et recherches sur les conséquences de la catastrophe nucléaire ne
    doivent pas se heurter à la répression de l’État, comme la loi
    controversée sur la “trahison des secrets d’État”.

 

  • Après la fusion des cœurs à Fukushima, le Japon a arrêté toutes ses
    centrales nucléaires et durant plusieurs années, le pays s’est
    débrouillé sans énergie nucléaire. Le lobby nucléaire essaie
    actuellement de redémarrer les réacteurs, contre la volonté de la
    majorité de la population japonaise. Le Japon doit arrêter
    définitivement ses quelque 50 réacteurs et investir à la
    place dans la production d’énergie renouvelable et durable. Le
    pays a un potentiel énorme en termes d’énergie solaire,
    éolienne, hydraulique et géothermique et particulièrement dans le
    domaine de l’efficacité et des économies énergétiques.

 

  • En attendant, une enquête [par des instances parlementaires
    indépendantes] s’impose sur l’énorme influence exercée par le
    lobby nucléaire sur la politique japonaise et la corruption et la
    collusion endémiques entre hommes politiques, opérateurs de
    centrales et régulateurs, afin d’y mettre un terme et de prévenir
    l’occurrence de nouveaux désastres comme Fukushima.

 

Pour l’Europe et le reste du monde :

 

  • En Europe et aux États-Unis un peu moins de 300 réacteurs sont toujours en
    fonctionnement ; la moyenne d’âge est entre 30 et 40 ans.

 

  • L’IPPNW et PSR exhortent tous les États possédant des centrales nucléaires à
    commencer à fermer et à démanteler leurs réacteurs et à
    s’engager dans la production d’énergie renouvelable durable et
    dans l’efficacité énergétique. Il existe au niveau
    international un large consensus sur le fait que les combustibles
    fossiles ne peuvent ni ne doivent jouer le moindre rôle dans la
    production énergétique future. Mais le nucléaire ne représente
    pas non plus une alternative acceptable.

 

  • Pour l’IPPNW et PSR, la transition énergétique mondiale tendant vers 100 %
    d’énergie renouvelable associée à l’efficacité et aux
    économies énergétiques, ainsi qu’à la décentralisation de la
    production de l’énergie, est la seule conséquence politique
    raisonnable à tirer des catastrophes nucléaires de Tchernobyl et
    de Fukushima.

____________________

 

Autres extraits : ici

 

____________________

 

Coordonnées

 

IPPNW Germany : Körtestraße 10, 10967 Berlin, Germany - Phone: +49.30.698.0740 - Fax : +49.30.693.8166 - email : ippnw (a) ippnw.de - Sites internet : www.ippnw.de ; www.fukushima-disaster.de

 

Physicians for Social Responsibility : 1111 14th St, NW, Suite 700, Washington, DC 20005, USA -

Phone: +1.202.667.4260 - Fax: 202.667.4201 - email : psrnatl (a) psr.org - Site internet : www.psr.org

 

 

Partager cet article

Publié par Odile Girard - dans Au Japon
commenter cet article
30 mars 2016 3 30 /03 /mars /2016 08:32

5 années se sont passées depuis le tremblement de terre de 2011, le tsunami, l’explosion de la centrale nucléaire. Le lieu du drame véhicule désormais la catastrophe en son nom : Fukushima. Où en est-on ?

.

(Article publié le 12 mars 2016 sur le blog de Paul Jorion et le 22 sur le site Sciences et Avenir)

________________

 

 

Fukushima : temps de la fin contre fin des temps (1)

 

Cécile Asanuma Brice

 

 

 

Tous les efforts sont faits. Tous les efforts sont faits pour nettoyer terres et esprits avant l’accueil des jeux olympiques de Tokyo en 2020, permettant de donner l’élan nécessaire à l’oubli. Le vent de fête olympique qui s’accompagne à l’accoutumé d’un nettoyage social et d’une montée nationaliste acceptés de tous, portera un troisième fleuron : l’amnésie nécessaire à la poursuite du nucléaire. Malgré la mascarade qui se met en place, via la décision du gouvernement japonais de rouvrir la totalité de la zone d’évacuation autour de la centrale nucléaire Fukushima Daiichi à l’habitat dès mars 2017, dans les faits, rien n’est réglé. "Le passé n’est pas mort, il n’est même pas passé" écrivait William Faulkner. On ne peut trouver plus justes mots pour décrire la situation actuelle.

 

Au monde de Sisyphe l’éternel rangement répond de l’absurde

 

Plus de 9 millions de sacs poubelles contenant chacun 1 mètre cube de déchets contaminés sont répartis sur 114 700 sites au sein de la préfecture de Fukushima fin septembre 2015 (2). Ces sacs plastiques enferment un temps, terre et déchets radioactifs. La terre ayant laissé ses graines germées au grès des saisons, les pousses difformes les ont éventrés pour laisser se diffuser à nouveau les débris contaminés, au gré des vents. 

27 novembre 2015, village de Tomioka : un des 114 700 entrepôts de sacs de terre contaminée. (Photo : MORITA Takefumi, publiée par le journal Mainichi)

27 novembre 2015, village de Tomioka : un des 114 700 entrepôts de sacs de terre contaminée. (Photo : MORITA Takefumi, publiée par le journal Mainichi)

Fukushima : temps de la fin contre fin des temps

Un coût néanmoins exorbitant pour une politique chimérique qui voit son budget plafonné à 91 milliards de yens pour 2016, soit 727 millions d’euros. Au total, depuis 2011, les dépenses pour la décontamination s’élèvent à 1 milliard 500 millions d’euros (3). Cette politique de décontamination qui berne les esprits en leur inculquant que tous les efforts sont faits pour protéger la vie, n’a qu’un seul objectif : rassurer pour mieux contraindre au retour.

 

Mises en scène et risques de la communication dans la société du spectacle

 

Ce choix politique se met en place via une stratégie de communication sur le risque toujours plus perverse, assurant par exemple que le risque sismique, ou celui d’une éruption volcanique serait plus prégnant que le risque nucléaire (dixit Dr Kumagai Tomohiro, neurologue, Université médicale de Fukushima) (4), que l’obésité et la tension sanguine conséquentes du manque de sport (les personnes vivant dans les logements provisoires sur les zones contaminées limitant leurs sorties) seraient plus néfastes que l’irradiation (Dr Tsubokura Masaharu, hôpital général de Minamisôma, Université de Tokyo), ou encore enseignant aux élèves de primaires du département de Fukushima les méthodes pour filtrer le césium se trouvant dans la terre (workshops organisés par le Pr. Mizoguchi Masaru, Université de Tokyo). Il en est d’autres, tel le Pr. Hayano Ryugo (Université de Tokyo, fervent acteur du programme Ethos Fukushima) (5), qui habilement font signer un rapport sur la radioactivité et ses bienfaits sur la santé par des lycéens du département de Fukushima entre autre, mais également des lycéens français, américains et biélorusses, avec qui la CIPR (Commission internationale de protection radiologique) et le programme Ethos organisent des séminaires, leur permettant de publier leurs œuvres dans un journal scientifique international et les mettant en scène lors d’une conférence de presse au Foreign Correspondent’s Club of Japan en décembre 2015. Car les soldats de la politique en faveur de la continuité du nucléaire ont bien compris le message concernant les générations futures et n’ont de cesse de les préparer à toujours mieux accepter leur avenir irradié à défaut d’être radieux.

 

"Mon mari ne parle plus d’avenir" (6)

 

Néanmoins, les habitants ne sont pas dupes, et malgré l’appel du gouvernement au retour à vivre dans les zones contaminées et sa décision de rouvrir la totalité de la zone d’évacuation en mars 2017, les voix s’élèvent. Non moins de 12 539 personnes ont ouvert un procès pour demander des dommages et intérêts, estimés au total à 895 millions d’euros (113 milliards de yens) (7). Cela reste limité si l’on considère les 99 991 réfugiés officiels de l’accident nucléaire (8) dont environ 50 000 à l’intérieur du département de Fukushima. Parmi eux, 18 322 résident encore dans les logements provisoires, 30 000 habitent des logements du parc privé dont le loyer est pris en charge par l’Etat et 654 personnes vivent dans des logements publics (9). Tous verront leurs aides au logement prendre fin en mars 2017.

 

Source : Document de la préfecture de Fukushima

Source : Document de la préfecture de Fukushima

En outre, seuls 10 à 20% de la population du village d’Iitate, classé en zone prioritaire pour la reconstruction de la communauté (10), prévoient de revenir en cas d’amélioration de l’environnement. Ce taux est également celui exprimé pour la totalité des communes interrogées. Lors d’un symposium qui s’est tenu à Fukushima le 27 février 2016 sur la question de la possibilité ou non de revenir vivre dans le village, le professeur Imanaka Tetsuji, Professeur en physique nucléaire à l’Institut de recherche sur les réacteurs nucléaires de l’Université de Kyoto, estimait que malgré une baisse naturelle du taux de contamination environnemental, celui-ci est encore par endroit 10 à 20 fois supérieur au taux d’avant l’accident. Selon lui, la politique du refuge reste d’actualité, d’autant qu’il est totalement impossible d’enlever la contamination des montagnes environnantes. Par ailleurs, M. Masuda Naohiro (directeur en chef de la Commission de la centrale nucléaire de Fukushima) a confirmé le 2 mars 2016, que les trois cœurs des réacteurs 1, 2, et 3 avaient bien fondu et percé les cuves des réacteurs, mais qu’on ne savait pas où ils se trouvaient. Difficile de continuer à rassurer les foules dans un tel contexte (11).

 

Lors d’un symposium qui s’est tenu à Fukushima le 27 février 2016 sur la question de la possibilité ou non de revenir vivre dans le village d’Iitate (préf. de Fukushima), le professeur IMANAKA Tetsuji, Professeur en physique du nucléaire à l’Institut de recherche sur les réacteurs nucléaires de l’université de Kyôto, estimait que malgré une baisse naturelle du taux de contamination environnemental, celui-ci dépasse encore par endroit 10 à 20 fois le taux d’avant l’accident. (Photo : ©CécileAsanuma-Brice)

Lors d’un symposium qui s’est tenu à Fukushima le 27 février 2016 sur la question de la possibilité ou non de revenir vivre dans le village d’Iitate (préf. de Fukushima), le professeur IMANAKA Tetsuji, Professeur en physique du nucléaire à l’Institut de recherche sur les réacteurs nucléaires de l’université de Kyôto, estimait que malgré une baisse naturelle du taux de contamination environnemental, celui-ci dépasse encore par endroit 10 à 20 fois le taux d’avant l’accident. (Photo : ©CécileAsanuma-Brice)

Le corps, lui, ne ment pas

 

L’information concernant la multiplication du nombre d’enfants atteints de cancer de la thyroïde est diffusée au rythme des annonces de la commission sanitaire chargée d’effectuer les tests dans l’indifférence internationale la plus complète. Nous en sommes, en février 2016, à 167 enfants de moins de 18 ans atteints d’un cancer de la thyroïde ou suspectés de l’être sur un échantillonnage de 370 000 individus pour un taux naturel de 1 pour 1 million.

 

Décembre 2015, ville de Kôriyama, préf. de Fukushima. Tests de la thyroïde effectués par des médecins volontaires, dans le cadre de workshops organisés par des citoyens de Fukushima, en réaction aux tests peu crédibles de la commission sanitaire officielle. (Photo : ©CécileAsanuma-Brice)

Décembre 2015, ville de Kôriyama, préf. de Fukushima. Tests de la thyroïde effectués par des médecins volontaires, dans le cadre de workshops organisés par des citoyens de Fukushima, en réaction aux tests peu crédibles de la commission sanitaire officielle. (Photo : ©CécileAsanuma-Brice)

Les spécialistes de la commission, dans la contradiction la plus complète, affirment qu’ils ne savent pas, tout en rapportant que l’on ne peut attribuer ces cancers aux radiations. L’argument avancé est le sur-diagnostic, soit le fait qu’un dépistage systématique engendrerait la prise de connaissance du nombre de cancer qui n’aurait pas été connu auparavant. Si ce raisonnement est tenable dans le cas d’un dépistage sur l’ensemble du territoire, il ne peut cependant l’être à partir du moment où l’on ne considère que la population à risque, ce qui est le cas ici, l’enquête sanitaire ne concernant que les habitants de Fukushima. Une étude sérieuse imposerait de généraliser les tests nationalement et sur l’ensemble des classes d’âge, afin de pouvoir effectuer des comparaisons par zone géographique.

A l’inverse, la commission s’oriente vers une réduction des contrôles estimés trop coûteux. Le professeur Tsuda, épidémiologiste à l’université d’Okayama estime pour sa part qu’il est grand temps de s’alarmer. Lui et son équipe ont repris la totalité des données rassemblées d’octobre 2011 jusqu’en juin 2015. Ils ont mené une étude comparative, publiée dans la revue internationale Epidemiology, prenant en compte la moyenne connue de développement de cancer de la thyroïde sur l’ensemble du Japon par classe d’âge et par année afin de quantifier le rapport de causes à effets entre la pollution engendrée par les isotopes qui se sont répandus dans l’atmosphère après l’explosion de la centrale et l’accroissement du nombre de cancer de la thyroïde chez les enfants de moins de 18 ans dans la région. "Si l’on fait une comparaison avec la moyenne nationalement connue, on en déduit, que le taux de cancer de la thyroïde des moins de 18 ans a été multiplié par 50. Dans les endroits où le taux est naturellement faible, on trouve une multiplication par 20 fois du nombre de cancers de la thyroïde. Dans les localités (au plan national) où le taux était le plus faible, nous n’avons pas encore détecté de cas de développement de cancer de la thyroïde."

 

Du Japon à la France, il n’y a qu’un pas : quand le taux tue

 

La situation japonaise a pour but de prouver au monde que l’on sait gérer une catastrophe nucléaire alors qu’on ne le sait pas. Pour ce faire, les institutions internationales jouent de tour de prestidigitation via le relèvement des taux de sécurité dits "acceptables", afin de permettre la réouverture de la zone d’évacuation, au pied d’une centrale dont la déliquescence se poursuit au fil du temps. Ainsi, le Journal Officiel de l’Union européenne (on notera ici que cela ne concerne pas uniquement le Japon), du 17 janvier 2014 préparait le terrain en annonçant : "Sans préjudice des niveaux de référence fixés pour les doses équivalentes, les niveaux de référence exprimés en dose efficace sont fixés dans l'intervalle de 1 à 20 mSv par an pour les situations d'exposition existantes et de 20 à 100 mSv (aiguë ou annuelle) pour les situations d'exposition d'urgence" (page L13/39 (Annexe I, article 1). Prenant le pas de la CIPR (Commission internationale de protection radiologique) qui fait référence en la matière, le ministère de l’Environnement japonais soutient, dans un rapport d’ août 2014, qu’en-deçà de 100 mSv/an, il n’y aurait aucune conséquence sur la santé au grand dam des épidémiologistes, spécialistes de ces questions. A ce rythme, lors d’un prochain accident, on peut prévoir qu’il y aura une diminution considérable de la surface de la zone d’évacuation alors qu’il faudrait l’élargir. Cela permettra de faire chuter encore un peu plus le calcul du coût du risque de l’industrie nucléaire. C’est d’ailleurs ce que prévoit le plan CODIRPA (comité directeur pour la gestion de la phase post – accidentelle) élaboré pour la France par l’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) en 2005 dont l’objectif est clair, puisqu’il s’agit de gérer "la réhabilitation des conditions de vie dans les zones contaminées". Pourtant, cette même Agence tire aujourd’hui la sonnette d’alarme. L’allongement de la durée de vie d’un parc nucléaire français déjà vétuste laisse le président de l’ASN, Pierre-Franck Chevet, extrêmement prudent. Il a déclaré récemment, qu’il faut "imaginer qu’un accident de type Fukushima puisse survenir en Europe"… (12)

 

____________________________________

 

[1] Expression empruntée à Günther Anders, La menace nucléaire, Considérations radicales sur l’âge atomique, ouvrage paru en 2005, texte rédigé en 1959.

[2] Mainichi, 10 décembre 2015 : http://mainichi.jp/english/articles/20151210/p2a/00m/0na/020000c

[3] Mainichi, 23 février 2016 : http://www.asahi.com/articles/ASJ2Q4HNSJ2QUGTB00F.html

[4] Déclaration du Dr KUMAGAI Tomohiro lors d’un séminaire de l’ICRP sur l’éthique organisé à Fukushima en juin 2015.

[5] A ce sujet voir notre article dans le journal du CNRS de mars 2015, A Fukushima, la population est dans une situation inextricable, qui décrit également les manipulations psychologiques faites aux enfants des familles réfugiés pour créer le désir de retour : https://lejournal.cnrs.fr/articles/a-fukushima-la-population-est-dans-une-situation-inextricable

[6] ancienne habitante d’Iitate, 42 ans (entretien à Fukushima, février 2016)

[7] Asahi Shinbun, 6 mars 2016

[8] journal Mainichi, 8 janvier 2016.

[9] Source : Préfecture de Fukushima

[10] Source : Document de la préfecture de Fukushima

[11] The Associated Press, 2 mars 2016, « Melted nuclear fuel from Fukushima disaster is missing, company says » http://globalnews.ca/news/2552628/melted-nuclear-fuel-from-fukushima-disaster-is-missing-company-says/

[12] Interview dans Libération du 3 mars 2016 : http://www.liberation.fr/futurs/2016/03/03/il-faut-imaginer-qu-un-accident-de-type-fukushima-puisse-survenir-en-europe_1437315

 

Cécile Asanuma-Brice vit au Japon depuis 2001. Directement confrontée à l’explosion de la centrale nucléaire de Fukushima en mars 2011, elle a orienté la totalité de ses recherches sur les questions relatives à la gestion de la protection de la population dans le cadre des catastrophes nucléaires. Se rendant chaque mois à Fukushima, elle a pu observer la mise en place de politiques de gestion du désastre qui l’ont amené à réaliser la nécessité d’éveiller les esprits sur ce qui se passe au Japon maintenant, et qui pourrait bien être à l’image de la France de demain.

Partager cet article

Publié par Cécile Asanuma-Brice - dans Au Japon
commenter cet article
25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 08:32
Ces mères qui ont monté un labo de mesure de la radioactivité

Article original publié le 13 mars 2016 sous le titre: « The mothers who set up a radiation lab » sur le site BBC News.

.

Auteure : Alessia Cerantola, de BBC World Service

.

Traduction : Evelyne Genoulaz

.

Lien source

  Il y a cinq ans un séisme a déclenché un tsunami au large du Japon et des fusions en série à la centrale nucléaire de Fukushima. Le domicile de Kaori Suzuki se trouve à proximité, elle est déterminée à y rester mais, inquiète pour la santé de ses enfants, elle a monté avec d’autres mères un laboratoire afin de faire des mesures du rayonnement.

 

  Ici, une femme en blouse blanche dépose un peu de substance organique jaune sur une lame tandis que derrière elle du liquide gris bouillonne dans des flacons. Là, une autre femme, à la grossesse visiblement avancée, commente des données qui s’affichent sur un écran d’ordinateur. Un messager apporte un petit colis qu’on ouvre pour cataloguer son contenu.

Image Emanuele Satolli

Image Emanuele Satolli

Mais il ne s’agit pas d’un laboratoire ordinaire. Aucune de ces femmes n’exerce de profession scientifique. L’une a été esthéticienne, une autre coiffeuse, une autre encore travaillait dans un  bureau. Elles se sont réunies pour créer une association à but non lucratif – Tarachine – afin de mesurer les radiations dans la ville d’Iwaki, située sur la côte à 50 kilomètres de la centrale nucléaire de Fukushima.

 

  Kaori Suzuki, la directrice du labo, m’indique une liste de mesures. « Ca, c’est le taux en Strontium 90 dans des Niboshi, de petites sardines séchées, qui proviennent de la Préfecture de Chiba, me dit-elle.

  Et ça, c’est quel produit ? » lui demandé-je en pointant du doigt un chiffre élevé.

« Des champignons, ils présentent de hauts niveaux. Le gouvernement a interdit la consommation des champignons sauvages, mais beaucoup de gens s’en moquent, ils les cueillent et les mangent » répond-elle.

 

  Le laboratoire mesure principalement les isotopes des Césium 134 et Césium 137, et collecte des données sur le rayonnement gamma. On n’a ajouté à la liste le Strontium 90 et le Tritium qu’en avril l’année dernière. « Comme ils émettent des rayons bêta, auparavant nous n’étions pas en mesure de les détecter. Il fallait pour cela disposer d’appareils spécifiques et on n’en avait pas les moyens » m’explique Suzuki. Or, grâce à une généreuse donation, elles disposent désormais de l’équipement adéquat.

 

  Tarachine publie ses mesures en ligne une fois par mois, dans le but de recommander à la population d’éviter de consommer les produits alimentaires pour lesquels les relevés indiquent des chiffres élevés [de contamination], de même que les sols sur lesquels on les a cultivés.

Image Tarachine

Image Tarachine

  Il y a cinq ans à peine, Suzuki ne connaissait rien aux radiations. Elle partageait son temps entre l’éducation de ses deux enfants et l’enseignement du yoga. Mais le séisme du 11 mars 2011 a bouleversé son existence..

 

  « Jamais auparavant je n’avais connu un tremblement de terre aussi puissant, celui-là m’a vraiment effrayée. Dès la première secousse, j’ai eu l’intuition qu’il pouvait avoir touché la centrale nucléaire, confie-t-elle. Alors mon premier geste a été de faire le plein d’essence. Je m’en souviens comme si c’était hier ».

 

  Les autorités ont fait évacuer la zone autour de la centrale _ les résidents à 20 kilomètres à la ronde ont dû partir, tandis que les résidents jusqu’à 30 kilomètres ont reçu un ordre de confinement. Mais bien qu’elle vécût au-delà de la zone d’exclusion, Suzuki a fui en voiture avec sa famille, en direction du sud. Les routes étaient terriblement embouteillées et les stations-service n’avaient plus d’essence.

 

  « Nous ne sommes pas revenus avant la mi-avril, et même alors, on s’est demandé si c’était prudent de rester » observe Suzuki. « Mais mon époux fait vivre ici 70 employés, si bien qu’on a pensé qu’il était difficile de nous en aller ».

Image Emanuele Satolli

Image Emanuele Satolli

Bien que le débit de dose fût officiellement très bas dans la ville d’Iwaki, on n’y parlait plus que de « l’ennemi invisible ». Du jour au lendemain, ce n’étaient plus les enfants, la nourriture ou la dernière mode qui alimentaient les conversations entre amis, mais un seul et même sujet : les radiations.

  « les gens avaient peur, vous comprenez c’est invisible, ça n’a pas d’odeur, on n’en a aucune  perception, donc c’est quelque chose qui fait peur » commente Suzuki.

 

  Le plus préoccupant, c’était de savoir quels aliments étaient sains.

 

  « C’était une question de vie ou de mort » observe Suzuki.

 

  Fukushima est une région agricole où beaucoup de gens cultivent leurs propres légumes. « Chez nous, les gens adorent consommer les produits du jardin et nous avons une forte tradition communautaire, les gens s’offrent leurs productions, entre amis, entre voisins, m’explique Suzuki ; d’où notre extrême anxiété. La situation peut devenir problématique, par exemple quand les grands-parents cultivent des produits alimentaires, mais que les jeunes mères répugnent à les donner à consommer à leurs enfants ».

 

  Suzuki a créé le groupe « Iwaki Action Mama » [l’Action des Mamans d’Iwaki] avec d’autres mères du secteur. Au début, elles ont organisé des actions de protestation contre l’énergie nucléaire, puis elles ont changé de tactique : elles allaient apprendre à mesurer elles-mêmes les niveaux de rayonnement.

Ces mères qui ont monté un labo de mesure de la radioactivité

Elles ont épargné ou collecté 540 euros pour acquérir en ligne leur premier compteur Geiger, mais quand elles l’ont reçu, le mode d’emploi était rédigé en anglais. Aucune d’elles ne comprenait l’anglais mais elles ont persévéré, tant et si bien qu’aidées par des experts et des professeurs d’université, elles ont pu organiser des ateliers de prise en main. Très vite, elles apprirent tout sur les Becquerels, l’unité de mesure de l’irradiation, et sur les Sieverts, qui mesurent le débit de dose radioactive. Pour comparer leurs relevés, elles prirent l’habitude de se retrouver au restaurant ou au café.

 

——————————————————————

Becquerels et Sieverts

 

  En novembre 2011, ces dames ont décidé de passer à la vitesse supérieure, elles ont monté un laboratoire. Après avoir collecté des fonds, elles se sont débrouillées pour acquérir leur premier instrument susceptible de mesurer la contamination des aliments, qui a coûté 3 millions de yens (23 774 euros).

 

  Elles ont donné à leur laboratoire le nom de Tarachine, d’après un personnage féminin du répertoire théâtral japonais au caractère bien trempé, qui parle comme un guerrier samouraï. « Nous avions l’impression de nous trouver en première ligne sur un champ de bataille, raconte Suzuki.

  Or, quand on est en guerre, on fait ce qui doit être fait ; eh bien, nous étions intimement convaincues que nous devions faire des mesures.»

 

Image Emanuele Satolli

Image Emanuele Satolli

Tarachine compte aujourd’hui 12 employées qui ont du travail par-dessus la tête. La population vient pour faire tester les aliments, la terre, l’herbe ou encore les feuilles de l’arrière-cour. Les résultats sont publiés, pour être connus de tous. A ses débuts, le labo était capable de publier des résultats en 3 à 4 jours, mais le service est devenu si populaire que le labo ne peut plus suivre. « Nous avons désormais tellement de requêtes qu’il faut parfois attendre jusqu’à trois mois pour connaître certains résultats » dit le professeur Hikaru Amano, directeur technique du laboratoire.

 

  Amano confesse son étonnement qu’un groupe d’amateures soit parvenues à exercer cette activité avec autant de rigueur et souligne que ce travail est fondamental.

 

  Il ajoute que la population a fini par ne plus faire confiance aux données de contamination radioactive communiquées par le gouvernement et par TEPCO, la Compagnie d’Energie Electrique de Tokyo, qui dirige la centrale nucléaire.

 

  Pas moins d’une centaine de « laboratoires citoyens » comme celui-ci ont désormais vu le jour, mais Tarachine sort du lot, parce qu’il contrôle non seulement le rayonnement gamma mais aussi le rayonnement bêta, alors que la plupart d’entre eux ne peuvent mesurer que le rayonnement gamma, et parce qu’il peut tester tout ce qu’on veut, des carottes du jardin au sac de poussières de votre aspirateur.

 

  Certes, le gouvernement fait des relevés périodiques, à des endroits précis dans la Préfecture de Fukushima. Les récoltes de même que les produits destinés aux marchés sont également contrôlés, la totalité par exemple de la production de riz de Fukushima doit satisfaire aux contrôles de rayonnement avant l’exportation.

 

  Mais « si vous souhaitez connaître le débit de dose en Strontium ou en Tritium dans votre jardin, le gouvernement ne fera pas cette mesure, observe Suzuki. Et si vous voulez vous-même faire mesurer, il vous en coûtera 200 000 à 250 000 yens (environ 1600 euros) or, les gens ne peuvent généralement pas débourser une telle somme. C’est pourquoi nous devons poursuivre notre activité afin de permettre à un maximum de gens de faire mesurer tout ce qu’ils veulent ». Tarachine ne facture qu’un défraiement modeste : moins de 2000 yens (16 euros).

Image Emanuele Satolli - Capture d’image : Mère de deux enfants, Kaori Suzuki passe désormais la majeure partie de son temps au laboratoire

Image Emanuele Satolli - Capture d’image : Mère de deux enfants, Kaori Suzuki passe désormais la majeure partie de son temps au laboratoire

Tarachine fournit également du matériel et forme à sa prise en main, si l’on veut faire ses propres mesures. « Il y a des mères qui mesurent des échantillons du sol dans les écoles. C’est fantastique, elles ont acquis une vraie compétence » dit Suzuki.

 

  Par ailleurs, le groupe surveille la santé des enfants. Il gère une clinique où des médecins provenant de tout le Japon viennent régulièrement dispenser des examens gratuits de dépistage du cancer de la thyroïde pour les enfants de la région. Depuis le début du dépistage six mois après les fusions, 166 enfants dans la Préfecture de Fukushima ont été diagnostiqués – ou suspectés – atteints d’un cancer de la thyroïde. C’est un taux beaucoup plus élevé que dans le reste du Japon, même si selon certains experts cela s’expliquerait par un sur-diagnostic.

 

  Enfin, pour les parents qui voudraient sortir un peu leurs enfants de l’environnement quotidien, Tarachine organise même des séjours dans le sud du pays, pendant l’été.

 

  Depuis 2011, la vie de Suzuki a dramatiquement changé. « J’étais une mère ordinaire coulant une vie heureuse. Mais désormais je passe la majeure partie de mon temps dans ces locaux, du matin jusqu’au bout de la nuit ». Elle ajoute : « Je vous avoue que je rêverais parfois de faire un break, mais notre travail ici tellement indispensable. Nous fournissons un service vital.

 

  Je crois que quiconque veut garder l’esprit tranquille après une catastrophe telle que celle de Fukushima, ne peut pas faire autre chose que ce que nous faisons. »

 

 

________________________________________________________

 

A lire aussi

 

Une autre femme engagée : Ruiko Muto

Une femme de Fukushima au siège de l’OMS

 

 

 

Partager cet article

Publié par Evelyne Genoulaz - dans Au Japon
commenter cet article
20 mars 2016 7 20 /03 /mars /2016 08:18
Le 21 décembre à Futuba, Yuji Onuma assiste au démontage du panneau portant le slogan qu’il a inventé :   « L’énergie nucléaire : l’énergie pour un avenir radieux » (source KYODO)

Le 21 décembre à Futuba, Yuji Onuma assiste au démontage du panneau portant le slogan qu’il a inventé : « L’énergie nucléaire : l’énergie pour un avenir radieux » (source KYODO)

Article original publié le 29 février 2016 sous le titre: « Removal of pro-nuclear signs in Fukushima town irks slogan maker » sur le site Japan Today

 

Traduction : Evelyne Genoulaz

 

Source : Japantoday, 29 FEV. 2016. http://www.japantoday.com/category/national/view/removal-of-pro-nuclear-signs-in-fukushima-town-irks-slogan-maker . Ce lien a été supprimé depuis.

 

 

 

Koga au Japon - Quelques mois à peine avant le cinquième anniversaire de la catastrophe nucléaire au complexe de Fukushima Daiichi, une ville hébergeant la centrale sinistrée a entrepris de retirer deux enseignes qui affichaient non sans ironie le culte aveugle du Japon pour l’énergie nucléaire.

C’est un slogan qu’arborait le centre-ville à Futaba depuis 1988 :

 

« L’énergie nucléaire : l’énergie qui prépare un avenir radieux ».

 

Mais aujourd’hui la ville est morte, tous ses résidents ont été évacués faute à la contamination radioactive suite à la fusion de trois réacteurs.

Alors la ville a décidé d’enlever ces enseignes, au motif de leur décrépitude, disant qu’elles tombent en lambeaux. Mais Yuji Onuma, l’homme de 39 ans à l’origine du slogan icônique et lui-même un évacué, objecte que la ville choisirait de dissimuler un pan peu glorieux de son histoire.

« Il aurait fallu maintenir ces enseignes en place, pour rappeler aux gens, aux jeunes en particulier, ce à quoi la ville a dû faire face… Si on les ôte juste parce que cela ne colle pas avec la réalité, on court le risque de répéter les mêmes erreurs », s’est exprimé Onuma à Koga dans la préfecture d’Ibaraki, quand il s’en est allé en mai 2014.

 

Onuma a inventé ce slogan en 1987, c’était un travail d’écolier en dernière année de l’école élémentaire. A sa grande surprise, son propre slogan a été primé et se retrouva mentionné sur l’une des deux bannières pro-nucléaires qui pavoisèrent la ville.

Selon la ville, le contexte était alors à l’encouragement de soutiens locaux en faveur de l’énergie nucléaire. A cette époque, Futaba co-hébergeait déjà certains des six réacteurs de la centrale nucléaire et la ville faisait savoir qu’elle pouvait en accueillir d’autres encore, alléchée par la perspective de grosses subventions.

 

Onuma n’était encore qu’un enfant et pourtant il n’ignorait rien du risque d’accident nucléaire. Chernobyl en 1986 avait récemment ravivé la peur de la radioactivité.

Mais d’un autre côté, ses proches travaillaient à la centrale de Fukushima Daiichi et les cafés locaux ainsi que les commerces étaient florissants en raison de l’afflux des employés de TEPCO ou d’autres qui travaillaient dans le secteur du nucléaire. « On ne tenait pas de propos critiques sur le nucléaire quand ses proches travaillaient dans ce secteur. La ville était un microcosme d’environ 8 000 habitants », observe Onuma.

 

Un jour Onuma a quitté Futaba, puis il y est revenu en 2005 à l’âge de 29 ans. Il travaillait dans une société immobilière, a construit deux appartements – dont un juste à côté de la bannière qui affichait son slogan – qu’il a loués le plus souvent à des employés de TEPCO pour se faire un revenu complémentaire.

Il n’était pas peu fier de la bannière longue de seize mètres. Il se souvient qu’il avait raconté son histoire à son épouse, Sérina, 40 ans, et à ses beaux-parents lorsqu’ils avaient visité la ville à l’occasion de la cérémonie des fiançailles en 2010.

« Je leur ai présenté cette bannière, pour leur expliquer combien la ville et le nucléaire étaient liés, et que j’avais une certaine aisance avec ma location, grâce à TEPCO ».

 

Mais sa vie se trouva ruinée par l’une des pires catastrophes nucléaires au monde, déclenchée par les gigantesques séisme et tsunami du 11 mars 2011. Sa femme enceinte alors de sept mois et lui ont abandonné leur maison située à quatre kilomètres de la centrale.

Même au plus fort de la catastrophe, Onuma s’est remémoré l’enseigne parce que la télévision et tous les médias l’ont présentée comme le symbole de la ville. Il s’en est trouvé gêné.

« Cet accident a complètement changé ma façon de voir les choses » nous confie Onuma en ajoutant qu’il pense en définitive que l’énergie nucléaire a généré un avenir « maudit » plutôt que « radieux ».

Il a éprouvé du ressentiment contre cette énergie atomique en laquelle il avait eu confiance et, pour commencer à ne plus lui porter aucun crédit, il installa un générateur d’énergie solaire chez lui à Ibaraki puis il emprunta, acquit un terrain bon marché et y installa plus de 1 000 panneaux solaires.

 

Onuma est également devenu de facto le gardien des bannières promouvant l’énergie nucléaire à Futaba, depuis qu’il a réalisé en mars de l’année dernière que la ville était sur le point de les abandonner, faisant voter une provision de 4,1 millions de yens (36 000 $) au budget 2015 pour leur enlèvement.

Onuma a recueilli 6 502 signatures d’une pétition en faveur de la conservation dans la ville de cet héritage négatif ; le maire de Futaba, Shiro Ozawa, a maintenu la décision de décrocher les bannières mais il a promis de les « conserver avec soin » et de « les exposer » de nouveau le jour où la ville sortira de la crise.

Un officiel a évoqué un futur parc, mémorial de la catastrophe, mais rien de précis à ce jour.

 

En voyant en décembre qu’on ôtait son slogan de la bannière, Onuma s’est attristé de la rapidité de la mise à exécution, au regard d’une longue histoire. « Je suis déçu car le scénario n’est plus celui que j’ai connu, maintenant que ma ville tente de renaître ».

Tandis qu’on décontamine certaines parties de la ville, Onuma assure que peu font un projet de retour.

« Les bâtiments n’ont pas l’air d’avoir beaucoup changé, mais je me demande si les gens vont pouvoir revenir vivre ici sans appréhension, même après la décontamination » observe ce père de deux garçons de quatre et deux ans.

Bien que la quasi-totalité de la municipalité soit en zone de retour différé à long terme, Onuma ne perd pas espoir pour l’avenir, et il espère montrer un jour Futaba à ses enfants.

« J’aimerais partager avec mes enfants mon attachement pour ma ville natale » dit-il. « Je peux difficilement oublier mes racines…et puis je veux leur raconter ce qu’il s’est passé et pourquoi ils n’ont pas pu naître ni grandir dans cette ville pourtant si chère au cœur de la famille Onuma ».

 

Yuji Onuma et sa femme Serina étaient retournés le 9 novembre 2013 à Futaba. Ils avaient enfilé des vêtements de deuil au dessus de leurs combinaisons de protection pour aller enterrer les cendres de leur tante. (source : Vivre après Fukushima)

Yuji Onuma et sa femme Serina étaient retournés le 9 novembre 2013 à Futaba. Ils avaient enfilé des vêtements de deuil au dessus de leurs combinaisons de protection pour aller enterrer les cendres de leur tante. (source : Vivre après Fukushima)

Janick Magne, le 12 juillet 2014

Janick Magne, le 12 juillet 2014

Le photographe polonais Arkadiusz Podniesinski en 2015

Le photographe polonais Arkadiusz Podniesinski en 2015

Yuji Onuma en 2015

Yuji Onuma en 2015

La suppression des bannières pronucléaires dans une ville de la Préfecture de Fukushima hérisse le poil de l’inventeur du slogan
(Source AFP/JIJI)

(Source AFP/JIJI)

La suppression des bannières pronucléaires dans une ville de la Préfecture de Fukushima hérisse le poil de l’inventeur du slogan
La suppression des bannières pronucléaires dans une ville de la Préfecture de Fukushima hérisse le poil de l’inventeur du slogan
Démontage de la bannière en décembre 2015 (source Asahi Shimbun)

Démontage de la bannière en décembre 2015 (source Asahi Shimbun)

Aujourd'hui, la bannière n'est plus visible et l'entrée de la ville est interdite (source NEWSCOM/SIPA)

Aujourd'hui, la bannière n'est plus visible et l'entrée de la ville est interdite (source NEWSCOM/SIPA)

Vidéo du démontage sur le site de l'Asahi Shimbun

http://ajw.asahi.com/article/0311disaster/fukushima/AJ201512210058

Partager cet article

Publié par Evelyne Genoulaz - dans Au Japon
commenter cet article
15 mars 2016 2 15 /03 /mars /2016 11:00

Auteur de nombreux articles sur Fukushima et ses suites, la politique énergétique du Japon ou l'opposition au nucléaire, le journaliste Mathieu Gaulène vient de publier un livre intitulé « Le nucléaire en Asie. Fukushima, et après ? » aux éditions Piquier. L’auteur dresse un bilan très documenté sur le nucléaire en Asie, 5 ans après la catastrophe. L’occasion pour le blog de Fukushima de lui poser quelques questions.

En 2011, le Japon (54 réacteurs) devançait la Corée du Sud (21), l’Inde (20) et la Chine (13). Mais la Chine construit actuellement 21 réacteurs, pour une puissance de plus de 27000 MWe (source terraeco.net)

En 2011, le Japon (54 réacteurs) devançait la Corée du Sud (21), l’Inde (20) et la Chine (13). Mais la Chine construit actuellement 21 réacteurs, pour une puissance de plus de 27000 MWe (source terraeco.net)

Où étiez-vous en mars 2011 et qu’avez-vous ressenti lors du début de la catastrophe nucléaire ?

 

En mars 2011, j’étais encore à Paris et je me préparais à aller vivre au Japon. Cet évènement m’a beaucoup choqué et dès les premières heures j’ai pensé au risque d’un accident nucléaire. J’avais en fait réalisé un mémoire sur le mouvement antinucléaire japonais en 2009, et durant mes recherches à Tokyo et Rokkasho-mura, où une usine de retraitement a été construite par la France, j’avais pu constater l’incurie de l’industrie nucléaire nippone, son arrogance alors même que de nombreux signaux d’alertes étaient déjà au rouge.

En septembre 2009, j’ai d’ailleurs proposé à quelques journaux français un article sur les risques d’une catastrophe nucléaire au Japon suite à un séisme. On le refusa poliment. Le 11 mars 2011, je proposais ce même article remanié avec l’actualité, et il fut publié le soir même par l’Express.fr (on peut le trouver encore en ligne). C’est une anecdote intéressante qui en dit long sur la manière dont est traitée l’information en France, notamment l’information sur le nucléaire.

 

En France, dans les journaux mainstream, il est rare de lire des textes aussi libres et décapants que dans votre livre. Est-ce votre position de journaliste indépendant qui vous permet de vous exprimer plus librement ?

 

Il est vrai que l’on ressent parfois comme une chape de plomb sur la question du nucléaire en France, et comme nous l’avons vu récemment, c’est désormais par la presse allemande que l’on apprend qu’il y a eu un accident grave en 2014 à Fessenheim ! Cependant, je pense qu’il s’agit surtout d’une manière de traiter l’information, de passer de plus en plus vite d’un sujet à un autre, sans prendre le temps de bien détailler tous les enjeux.

En ce qui concerne le fait d’être indépendant ou freelance comme c’est le cas aujourd’hui pour de nombreux journalistes à l’étranger, ce n’est pas vraiment un choix et reste une position très précaire. Ceci étant dit, il est vrai qu’être indépendant permet de travailler sur certains sujets de manière plus approfondie. Avec ce livre, j’ai essayé avec la plus extrême rigueur de répondre à une question que beaucoup se sont posés : qu’allait faire le Japon après ce désastre nucléaire et comment en était-il arrivé là ? Comment allaient réagir les autres pays d’Asie, où l’accident de Fukushima a eu un écho, voire parfois un impact très fort ? J’ai voulu y apporter une réponse, cinq ans après.

 

Cinq ans après l’évènement, l’explosion du réacteur 4 de Fukushima Daiichi reste un mystère. Le directeur de la centrale, Masao Yoshida, le disait lui-même : « [On] n’explique pas l’énorme trou qui a été percé au niveau 3. (…) Ce sont des phénomènes que l’on ne peut pas expliquer du point de vue de la physique ». Vous avez étudié les théories du complot qui circulent sur internet à propos de l’utilisation du réacteur 4. Est-ce qu’on en sait plus à Tokyo sur cette explosion aujourd’hui ou bien en reste-t-on à la version officielle ?

 

Oui, je crois qu’il faut en premier lieu écarter toute théorie du complot qui n’apporte que confusion au débat. Je reviens brièvement sur cette question dans le livre et continue à penser qu’il faut abandonner cette théorie fumeuse et incohérente selon laquelle le réacteur 4 servait à construire une bombe.

L’explosion du bâtiment du réacteur reste sujette à discussion à Tokyo. Rappelons que le réacteur 4, à la différence des autres, n’était pas chargé de combustibles et que l’accumulation d’hydrogène ayant conduit  à l’explosion est en effet un mystère. Certains ont formulé l’hypothèse au début d’une surchauffe des combustibles usés dans la piscine du réacteur, mais l’examen après coup de ces barres qui ont été depuis retirées infirme cette hypothèse. L’ex-directeur de la centrale de Fukushima-1, aujourd’hui décédé d’un cancer, avait formulé l’hypothèse que l’explosion était due à de l’hydrogène venant du réacteur 3 sinistré, et s’infiltrant par des tuyauteries dans le bâtiment du réacteur 4. C’est l’hypothèse la plus probable retenue aujourd’hui.

Il y a cependant une autre information intéressante à lire dans ce témoignage de l’ex-directeur de la centrale, traduit aujourd’hui en français aux éditions de la Presse des Mines. On y apprend que la cuve du réacteur 1 a subi une baisse de pression inexpliquée avant même l’arrivée du tsunami, et le directeur « n’exclut pas » qu’elle puisse avoir été causée par une rupture des tuyauteries. En noyant les générateurs de secours, le tsunami n’aurait donc fait qu’aggraver un accident déjà en cours.

 

On entend souvent dire que plus personne ne parle de Fukushima Daiichi à Tokyo. Est-ce vrai ?

 

Non, ce n’est pas tout à fait exact. On en parle relativement peu comparé à la gravité de l’accident, mais surtout, on en parle à voix basse. Ce n’est pas qu’une image, de nombreux Japonais baissent d’un ton lorsqu’on évoque l’accident ou la radioactivité. L’accident est devenu assez rapidement un sujet un peu tabou, qui dérange et divise. Le patriotisme est assez fort au Japon, et de nombreux citoyens vivent l’accident de Fukushima comme une défaite, comme si le Japon avait perdu la face vis-à-vis du reste du monde.

Les Japonais sont connus pour leur courage, leur capacité de rebondir après une catastrophe, un caractère forgé au gré des séismes, tsunami et typhon. Mais un accident nucléaire n’est pas une catastrophe naturelle. On ne peut pas faire table rase et repartir comme si rien ne s’était produit. Les conséquences se mesurent en centaines, voire milliers d’années pour le plutonium. Cette capacité des Japonais à rebondir constitue ici, je crois, un réel handicap.

 

On ne peut cependant se cantonner à une explication culturaliste. Lorsqu’on vit ici, il est éprouvant psychologiquement de s’inquiéter de la radioactivité au quotidien et assez naturellement, beaucoup de personnes à Tokyo et surtout à Fukushima n’y pensent plus, voire nie le risque. Comme pour s’auto-convaincre que tout va bien. Il me semble que c’est un réflexe naturel d’adaptation, et que la réaction après un accident nucléaire de cette ampleur, en France par exemple, serait la même sur le long terme.

 

HORI Yasuo rapporte que les habitants de Fukushima craignent que Fukushima Daini puisse être réutilisée en 2020 pour les besoins énergétiques des jeux olympiques de Tokyo. Avez-vous confirmation de cette possibilité ?

 

Etant donné la posture pro-nucléaire du gouvernement Abe, prêt à redémarrer un maximum de réacteurs pour retourner à 20-22% de nucléaire dans le mix énergétique d’ici à 2030, on peut s’attendre à tout. Mais je suis tout de même un peu dubitatif. Les exploitants de centrales de l’ouest du pays ont déjà beaucoup de mal à faire accepter le redémarrage des réacteurs. Mercredi dernier, un tribunal de la préfecture de Shiga a même fait ordonner l’arrêt des réacteurs 3 et 4 de Takahama qui venaient à peine d’être redémarrés.

Il me semble donc que ce n’est pas pour demain que Tepco sera capable de redémarrer ses centrales, a fortiori à Fukushima Daini qui est très proche de la centrale accidentée. Tout au plus, la compagnie d’électricité de Tokyo va sans doute essayer de relancer la puissante centrale de Kashiwazaki-Kariwa, mais pour l’heure, l’autorité de régulation japonaise, la NRA, n’a pas donné son accord pour son redémarrage. Par ailleurs, la préfecture de Fukushima a annoncé son intention d’utiliser de l’électricité ne venant que des énergies renouvelables d’ici à 2040. Je ne peux donc confirmer cette information, mais je comprends l’inquiétude des habitants de Fukushima : après tout, certains réacteurs de la centrale accidentée de Tchernobyl ont continué à fonctionner jusqu’en 2000…

 

Ne pensez-vous pas que le « village nucléaire » japonais fait partie en fait d’un village nucléaire mondial ?

 

C’est une très bonne question. On a tendance à critiquer aisément le « village nucléaire » japonais en France, sans trop se poser de questions sur la manière dont fonctionnent les autres pays, à commencer par le nôtre. Cela va peut-être changer aujourd’hui avec la chute d’Areva – 8 milliards d’euros de pertes en cinq ans ! – dont on ne peut encore mesurer toute l’ampleur, le désastre industriel de l’EPR se profilant à l’horizon. Si les journaux français se montrent circonspects, nos amis anglais, eux, ne mâchent pas leurs mots, le Guardian qualifiant l’EPR de « farce » qui pourrait « couler EDF ».

En tout cas, de la même manière qu’il y a un « village nucléaire » nippon, il y a un « village nucléaire » français, formé du CEA, du constructeur Areva, de l’exploitant de centrales EDF, de la CGT et des écoles qui forment les élites de ces structures quasi-étatiques, l’école des Mines, Polytechnique ou l’ENA. C’est donc comme au Japon, un petit monde qui se connait et échange, passe d’un organisme à un autre, et forme l’un des réseaux les plus influents de la cinquième république. La seule différence notable est le fait que l’ASN en France semble être un peu plus indépendante qu’au Japon, comme on l’a vu récemment avec son directeur peu enclin à autoriser la prolongation de la durée de vie des centrales.

Au niveau mondial, ces « nucléocrates » se rencontrent et forment effectivement ce que l’on pourrait appeler un « village du nucléaire mondial », coordonné par l’AIEA. De nombreux groupes de travail de l’AIEA ont pour vocation d’améliorer la public acceptance. Par exemple, les Japonais et Français se sont souvent rencontrés dans les années 1970 lors de réunions N20 (nuclear twenty) : dix délégués français, dix délégués japonais qui discutaient de problèmes liés à l’implantation de centrales nucléaires et à la réaction du public et échangeaient leurs outils de communication, leurs éléments de langage pour « faire accepter » l’atome.

La France n’est pas à la peine quand il s’agit d’aider. En Corée du sud par exemple, six mois seulement après l’accident de Fukushima, une grande campagne de promotion fut lancée pour vanter les mérites du nucléaire, avec l’appui de l’AIEA et du Forum atomique industriel français (FAIF). En Inde, une journaliste a vu sa série de conférences sur le nucléaire dans les médias français, indiens et japonais pour les Alliances françaises annulée à la dernière minute sous la pression, semble-t-il, de l’ambassade de France à New Delhi.

Il faut dire qu’Areva est présente un peu partout en Asie, du Japon à l’Inde en passant par la Chine et la Mongolie, où elle s’est taillé la part du lion dans plusieurs gisements d’uranium. Jusqu’à Fukushima, l’ex-« fleuron de l’industrie française » faisait près de 20% de son chiffre d’affaires en Asie. Avec l’arrêt du parc nucléaire japonais, et du fructueux marché du MOX, la compagnie a perdu une source de revenus importantes. C’est sans doute cela qui poussa l’ambassadeur de France en personne à se rendre au cabinet du Premier ministre japonais Noda Yoshihiko en septembre 2012, lorsque celui-ci eut l’outrecuidance d’envisager une sortie du nucléaire…

 

En tant que journaliste travaillant au Japon, avez-vous déjà subi des pressions ? Et suite à la promulgation de loi sur les secrets d’état en décembre 2013, avez-vous remarqué un changement de ton dans le traitement de l’information dans ce pays ?

 

Pas directement, du moins pas en tant que journaliste. Mais comme je le raconte à la fin de mon livre, j’ai passé une série d’entretiens pour travailler au service de presse de l’ambassade, et lors d’un entretien final, le ministre conseiller me demanda du tac au tac, sans rapport avec le sujet en cours, si j’étais « pro ou antinucléaire ». Cela paraissait à ses yeux une condition sine qua non pour entrer au service de presse de l’ambassade de France à Tokyo. J’esquivais en lui demandant le pourquoi de cette question. Sa réponse eut le mérite de la franchise : « Je vous pose cette question, car ici nous défendons les intérêts de la France. Et les intérêts de la France au Japon, c’est le nucléaire. »

Au Japon, la loi sur les secrets d’état, qui englobe le nucléaire, menace de peines lourdes les journalistes qui les divulgueraient. De nombreux journaux opposés à cette loi, comme l’Asahi Shimbun, ont promis dans des éditoriaux de poursuivre leur travail journalistique et de ne pas céder à la peur. Mais on peut légitimement s’inquiéter des conséquences à long terme de cette loi sur la presse au Japon qui ne brille pas par sa très grande liberté. Certains journaux comme le Tokyo Shimbun ou le Mainichi continuent inlassablement, malgré tout, d’informer de manière très détaillée et avec beaucoup de rigueur sur l’accident de Fukushima et ses suites. Sur internet, dans les réseaux sociaux, ou sur des blogs similaires au vôtre, des Japonais poursuivent également cette tâche très importante d’informer sur l’accident nucléaire en cours.

Que ce soit au Japon ou en France, la critique du nucléaire n’est donc pas aisée. Mais au vu des récents évènements, elle peut se libérer. Alors qu’il y a quelques années, critiquer Areva mettait dans une position périlleuse, aujourd’hui on aurait presque l’impression de tirer sur l’ambulance ! Je pense qu’il s’agit d’un moment important en France, comme au Japon pour mettre cartes sur table et débattre réellement de cette question.

 

(Propos recueillis par Pierre FETET)

 

__________________________

« Le nucléaire en Asie », entretien avec Mathieu Gaulène

Présentation de l’auteur

Mathieu Gaulène est journaliste indépendant, diplômé de l’IEP d'Aix et de Sciences-Po Paris (master Asie). Spécialiste du Japon, où il réside depuis cinq ans, il a notamment écrit sur des thèmes allant de la politique japonaise, à la culture populaire et aux nouvelles technologies. Auteur de nombreux articles sur Fukushima et ses suites, la politique énergétique du Japon et l'opposition au nucléaire, son ouvrage "Le nucléaire en Asie. Fukushima, et après ?" vient de paraître aux éditions Philippe Picquier.

« Le nucléaire en Asie », entretien avec Mathieu Gaulène

Présentation du livre « Le nucléaire en Asie. Fukushima, et après ? »

Cet ouvrage fournit le panorama le plus complet existant à ce jour sur le nucléaire en Asie : non seulement les programmes civils (Chine, Japon, Inde, Vietnam, Thaïlande, et même Bangladesh et Myanmar), mais aussi l’inquiétante prolifération de l’arme nucléaire, possédée par des pays qu’opposent des rivalités profondes (Chine, Inde, Pakistan, Corée du Nord). Il fait également le point sur l’essor des mouvements antinucléaires et des énergies renouvelables, relancés par la catastrophe de Fukushima. Un chapitre spécial est consacré à l’accident nucléaire du 11 mars 2011, riche en révélations sur le véritable bilan humain et le rôle du crime organisé dans la « liquidation » de la centrale sinistrée. Les choses vont très vite dans le nucléaire. Pyongyang prétend désormais avoir la bombe H. Au Japon, nouveaux redémarrages de réacteurs et nouveaux déboires du surrégénérateur et de l’usine de retraitement d’uranium. Autant de raisons de suivre cette actualité à la lumière de l’analyse approfondie et accessible qu’est Le Nucléaire en Asie.

 

__________________________

 

D'autres livres sur Fukushima :

Le Blog de Fukushima recense tous les livres parus depuis 2011

Partager cet article

Publié par Pierre Fetet - dans En France et ailleurs
commenter cet article
10 mars 2016 4 10 /03 /mars /2016 18:11

À la veille du 5ème anniversaire de Fukushima, Akio Masumura, ancien diplomate Japonais et auteur du blog Finding the Missing Link, revient sur les débuts de la catastrophe et nous fait partager les leçons qu’il en a tirées.

Fukushima, nous dit-il en conclusion, « nous a offert l’opportunité de mener un vaste débat sur les défis auxquels sous sommes confrontés, au carrefour de multiples besoins humains : énergie décarbonée, sûreté, santé environnementale, sécurité des populations et préservation pour les générations futures. Ce sont là des questions qui définiront notre société humaine pour les siècles à venir. Nous ne devons donc pas rater l’opportunité d’en discuter en mettant sur la table tous les éléments dont on dispose. »

OG

Photo prise le 17 février 2015 : femme habitant un ensemble de logements provisoire couvert de neige à Aizuwakama, dans la préfecture de Fukushima. Ce complexe abrite des réfugiés nucléaires d’Okuma, une ville située à l’intérieur de la zone d’exclusion autour de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi de TEPCO (Tokyo Electric Power Co.) REUTERS/Toru Hanai

Photo prise le 17 février 2015 : femme habitant un ensemble de logements provisoire couvert de neige à Aizuwakama, dans la préfecture de Fukushima. Ce complexe abrite des réfugiés nucléaires d’Okuma, une ville située à l’intérieur de la zone d’exclusion autour de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi de TEPCO (Tokyo Electric Power Co.) REUTERS/Toru Hanai

Les leçons de Fukushima : de nouvelles inquiétudes pour l’avenir

 

Akio Matsumura

 

 

Article paru sous le titre original « Our Lessons from Fukushima: New Concerns for the Future » le 6 mars 2016 sur le site Finding the missing link.

 

Traduction française : Odile Girard (Fukushima-is-still-news)

 

 

De multiples aspects de la crise continuent à affecter la santé de la population et la sécurité environnementale.

 

Au total, 178 000 réfugiés (dont 99 750 à Fukushima) ne savent toujours pas quand ils pourront rentrer chez eux. Chaque jour, 400 tonnes d’eau contaminée s’écoulent dans l’océan. Des pluies torrentielles balaient les matériaux radioactifs encore présents sur le site pour les déverser dans la mer. 814 782 tonnes d’eau contaminées sont stockées dans plus d’un millier de citernes et chaque mois, de nouvelles citernes sont mises en place. Les 7 000 travailleurs de la centrale accomplissent chaque jour des taches dangereuses. Ces ouvriers qui prennent leur travail à cœur ont résolu jusqu’ici bon nombre de problèmes, mais certains problèmes continuent à mettre en difficulté les responsables et les équipes de nettoyage. Nul ne peut s’approcher des réacteurs 1, 2 et 3 en raison de l’intensité des radiations et il n’y a pas de solution scientifique à attendre pendant au moins 40 ans. Malheureusement, on ne peut pas exclure de nouvelles perturbations à venir : la probabilité d’un nouveau séisme important n’est pas nulle.

 

Depuis l’accident de Fukushima, nous avons eu la chance de recevoir rapidement des opinions et des recommandations de divers horizons. Physiciens nucléaires, médecins, militaires, sismologues, biologistes, océanographes, vulcanologues, journalistes, chefs spirituels, parlementaires, étudiants, organisations de citoyens et leaders d’opinion ont tous exprimé leur point de vue. La perspective horizontale qui a ainsi émergé a permis d’appréhender la situation d’une toute autre manière que si l’on s’en était tenu à une seule discipline, quel que soit le degré d’expertise du spécialiste. Les Japonais ont tiré profit de tous ces messages qui ont réussi à percer à travers la confusion régnant à l’époque dans les médias.

 

À l’occasion du 5è anniversaire de l’accident nucléaire de Fukushima, j’aimerais rappeler les premiers stades de l’événement et partager avec vous ma propre vision des choses et les recommandations tirées des leçons de ce douloureux événement.

 

Dans les deux premières semaines, les experts comme le public cherchaient des solutions techniques.

 

Est-ce que les cœurs avaient fondu ? Jusqu’à quelle distance fallait-il évacuer la population ? Comment maintenir les systèmes de refroidissement quand tant d’éléments ne fonctionnaient plus ? Les systèmes de ventilation marchaient-ils ? La situation était-elle pire qu’à Tchernobyl ? Les hélicoptères des Forces d’auto-défense pouvaient-elles arroser les piscines de combustible irradié des réacteurs 3 et 4 ?

 

Il est peut-être impossible de décrire précisément la panique qui s’est saisie alors des dirigeants et du public japonais. Les agences gouvernementales et l’opérateur chargé de la centrale, la Tokyo Electric Power Company, n’étaient pas préparés à une catastrophe nucléaire de cette ampleur. Le public les a accusés tous deux et eux se sont renvoyé la balle pour expliquer le manque de communication et les retards.

 

Confusion et panique n’étaient d’ailleurs pas limitées au Japon, mais ont aussi affecté le gouvernement américain. L’écart dans la manière dont les deux gouvernements ont évalué les dégâts des six réacteurs a été considérable, particulièrement en ce qui concerne le réacteur 4, qui se trouvait dans une situation unique, étant justement en arrêt pour maintenance. La confusion des messages sur la sûreté et les dégâts a encore accru la panique : le gouvernement japonais décidait que 20 km (12,5 miles) était la limite d’évacuation adéquate, tandis que le gouvernement américain fixait une limite de 80 km (50 miles) pour ses ressortissants. Le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et d’autres pays quant à eux recommandaient à leurs ressortissants de quitter Tokyo, qui se trouve à 200 km (125 miles) de la centrale.

 

Depuis le début, certains experts savaient que la crise dépassait largement les capacités techniques du moment mais que pour pouvoir avancer, il allait falloir plus d’information.

 

Très tôt au milieu de toute cette confusion, mon ami Hans-Peter Durr, depuis décédé, ancien directeur du département d’Astrophysique à l’Institut Max Planck en Allemagne, m’a appelé pour me suggérer d’informer le Premier ministre japonais que l’accident de Fukushima était bien pire que le gouvernement japonais ne l’avait laissé entendre. Quoique le Japon n’ait pas encore à l’époque admis la fusion des cœurs, Hans-Peter savait que Fukushima nous avait amenés à la limite de nos savoirs scientifiques. Il était d’avis que le Japon devait inviter une équipe d’évaluation indépendante formée des meilleurs physiciens nucléaires et ingénieurs structurels pour développer une solution. J’ai fait passer son message urgent au cabinet du Premier ministre et aux chefs de partis.

 

Quelle était l’ampleur du problème ? Un an après la crise et l’on n’avait toujours pas vraiment idée de l’importance de la situation. Une façon de commencer à réaliser ce qui se passait réellement était de savoir combien il y avait de barres de combustible irradié sur le site. TEPCO n’avait pas communiqué cette information et j’ai donc dû demander à l’Ambassadeur Mitsuhei Murata de se renseigner discrètement auprès de sources internes. Il nous a fait savoir que le total des assemblages de combustible irradié sur le site de Fukushima Daiichi se montait à 11 421, sans compter celles qui étaient contenues dans les cuves. J’ai ensuite demandé à Robert Alvarez, qui a été haut conseiller à la sécurité nationale et l’environnement au ministère de l’Énergie américain, d’expliquer l’impact potentiel de ces 11 421 assemblages.

 

Le 3 avril 2012, Bob a interprété ce chiffre pour nous. Les résultats étaient ahurissants : il y avait 85 fois plus de césium 137 entreposé à Fukushima que la quantité émise par l’accident de Tchernobyl.

 

Même si ce césium ne risquait pas nécessairement d’« exploser » comme une bombe atomique, une telle quantité de radioactivité avait un potentiel de destruction énorme. Les gens ont été choqués d’apprendre cela. L’article a rapidement été lu par plus d’un million de lecteurs et s’est propagé de manière virale sur la Toile. Il ne fait aucun doute que sans les avertissements des scientifiques internationaux sur le désastre potentiel représenté par le réacteur 4, le gouvernement japonais n’aurait pas fait une priorité de l’enlèvement des 1 535 barres [du réacteur 4], l’équivalent de 14 000 fois la radioactivité de la bombe d’Hiroshima.

 

Sans l’avis d’experts issus de domaines différents, des informations importantes seraient restées entre les mains du gouvernement et de l’opérateur nucléaire, plutôt que d’être communiquées au public.

 

Mais même compte tenu de ces informations, des pans entiers de la crise et de ses causes restent dans le noir si l’on s’en tient aux questions techniques. M. Kiyoshi Kurokawa, président de la commission d’enquête indépendante du Parlement japonais sur l’accident de Fukushima, présente une vision différente, mais très claire.

 

Le séisme et le tsunami du 11 mars 2011 sont des catastrophes naturelles dont l‘ampleur a choqué le monde entier. Quoiqu‘il ait été déclenché par ces cataclysmes, l‘accident de Fukushima Daiichi qui s‘en est suivi ne peut pas être considéré comme une catastrophe naturelle. Ce fut un désastre d’origine spécifiquement humaine ‒ qui aurait pu et aurait dû être prévu et empêché. De plus, ses effets auraient pu être atténués par une réponse plus efficace.

 

Comment un tel accident a-t-il pu se produire au Japon, une nation qui a une telle préoccupation de sa réputation d’excellence en ingénierie et en technologie? Cette Commission est d’avis que le peuple japonais ‒ et la communauté mondiale ‒ méritent une réponse complète, honnête et transparente à cette question. Ce qu‘il faut admettre, aussi douloureux soit-il, c‘est que nous avons à faire à un désastre « made in Japan ».

 

Les raisons fondamentales sont à chercher dans le souci des convenances qui fait partie intégrante de la culture japonaise : notre obéissance automatique, notre réticence à remettre en cause l‘autorité, notre attachement au « respect du programme », notre dépendance au groupe et notre insularité.

 

Personnellement, ce que je retiens de Fukushima, c’est que nous vivons entourés de nouvelles menaces et que ces menaces sont présentes depuis des dizaines d’années.

 

J’ai appris qu’un accident frappant une centrale nucléaire peut avoir des conséquences inimaginables sur la vie humaine durant des siècles. L’accident a causé des préjudices indicibles à ceux dont la vie a été bouleversée par la centrale. Si la situation s’était encore aggravée, quel aurait été l’impact de 24 000 années de dommage environnemental sur les générations futures ?

 

La situation aurait pu être acceptable si le public avait été conscient de ces risques et les avait acceptés quand la centrale a été construite. Malheureusement ce n’a pas été le cas au Japon. Même les responsables n’ont pas admis ces risques, que ce soit au moment de la construction ou au moment de l’accident. Et ils ne les admettent toujours pas, même maintenant.

 

Ce n’est que le mois dernier que TEPCO a admis, cinq ans plus tard, avoir mis deux mois à utiliser le terme de « fusion » sur le site de la centrale. Arnie Gundersen de Fairewinds et Mycle Schneider, auteur du Rapport sur l’état de l’industrie nucléaire, ont indiqué qu’à partir du moment où avaient eu lieu des rejets considérables de gaz de fission, il était évident que les cœurs étaient en train de fondre. Mais le déni de TEPCO a influencé la manière dont l’entreprise a géré la panique. Comme l’avait suggéré Helen Caldicott, il était évident que le gouvernement japonais aurait dû évacuer les femmes et les enfants plus tôt et les envoyer beaucoup plus loin. Helen a écrit pour notre blog cet article : Le sacrifice nucléaire de nos enfants : 14 recommandations pour aider le Japon contaminé par la radiation. En ignorant les avertissements de nombreux experts, TEPCO et les autorités gouvernementales ont refusé d’entendre l’appel à réagir.

 

Après cinq ans de réflexion, Fukushima m’a fait entrevoir de nouvelles inquiétudes à propos des centrales nucléaires.

 

L’accident de Fukushima m’a fait faire une découverte importante, à savoir que nous n’avions pas réalisé que les radiations causées par les bombes atomiques et celles de l’accident nucléaire sont très similaires en termes de risque pour la vie humaine. Nous avons longtemps admis les dangers d’attaques à l’arme nucléaire perpétrées par des États et aujourd’hui nous comprenons la menace que représentent pour les centrales nucléaires le danger de l’erreur humaine et les catastrophes naturelles, comme les séismes, les tsunamis et les volcans. Et si les centrales nucléaires devenaient une cible ? Je crains surtout la possibilité d’attaques terroristes contre des centrales nucléaires dans les pays instables, en particulier le Pakistan.

 

Le Premier ministre Nawaz Sharif et le Président Xi Jinping se serrent la main : la Chine accepte de construire de nouvelles centrales nucléaires au Pakistan.

Le Premier ministre Nawaz Sharif et le Président Xi Jinping se serrent la main : la Chine accepte de construire de nouvelles centrales nucléaires au Pakistan.

Il devient de plus en plus probable qu’un groupe terroriste décide de s’en prendre à une, voire plusieurs centrales nucléaires dans le monde. Ces centrales et nombre d’autres installations du même genre restent exposées à de multiples menaces et les gouvernements ont encore beaucoup de mal à partager les résultats de leur renseignement. Les États-Unis ne pourraient pas avertir le Japon, pourtant un proche allié, de certaines menaces, même s’ils le voulaient ! D’autres formes de menace nucléaire, par exemple un engin de la taille d’une petite valise qui exploserait à Times Square, continuent à donner des cauchemars aux experts et au Président. Étant donné le degré de probabilité de ces risques dans les années à venir, que nous vivions en démocratie ou sous un régime autoritaire, il est très surprenant de voir que le public n’a aucune information sur la question. Comme nous l’avons vu à Fukushima, une grande détresse provient de la réalisation soudaine qu’on nous a demandé de vivre avec des risques qu’on nous a cachés jusqu’au moment où il était trop tard.

 

Les experts feront comme il se doit une grande partie du travail pour ce qui est de définir, étudier et recommander des solutions pour répondre à ces risques. Cette responsabilité augmente au fur et à mesure que de nouvelles centrales nucléaires sont construites et prévues, en particulier en Chine, en Inde, dans les Émirats arabes unis, au Vietnam et en Indonésie. Mais des échanges ouverts avec le public sont très utiles pour prévenir les attaques et les accidents et réagir de façon appropriée après coup. Les médias sociaux peuvent fournir un lien entre la société et les experts en divers domaines en cas d’accident ou d’attaque nucléaires. De fait, cela pourrait être un outil très intéressant pour compléter les efforts de ces autres organisations qui œuvrent à empêcher les catastrophes nucléaires. N’importe quelle autorité a du mal à accepter de perdre le contrôle de l’information, mais Fukushima et d’autres crises comme celle du virus Ebola ont bien montré les limites des canaux de communication venue d’en haut.

 

Les hommes politiques doivent faire face à bien des défis et intérêts contradictoires dans la mission qu’ils ont reçue de faire avancer la société. L’énergie nucléaire peut ainsi sembler une solution adaptée aux défis du changement climatique. Mais aucune évaluation ne peut être considérée comme correcte ou honnête si les risques de la solution envisagée ne sont pas présentés ouvertement à toutes les parties prenantes, y compris au public. Fukushima nous a offert l’opportunité de mener un vaste débat sur les défis auxquels sous sommes confrontés, au carrefour de multiples besoins humains : énergie décarbonée, sûreté, santé environnementale, sécurité des populations et préservation pour les générations futures. Ce sont là des questions qui définiront notre société humaine pour les siècles à venir. Nous ne devons donc pas rater l’opportunité d’en discuter en mettant sur la table tous les éléments dont on dispose.

 

Le mot de la fin : Sir Brian Flowers, éminent physicien nucléaire britannique, a fait remarquer que si des centrales nucléaires avaient été construites et déployées en Europe avant la Seconde guerre mondiale, de vastes zones d’Europe seraient inhabitables de nos jours car ces centrales auraient été la cible des méthodes de guerre et de sabotage classiques.

Partager cet article

Publié par Odile Girard - dans Au Japon
commenter cet article

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

Agenda

Agenda d'avril 2016 :

réalisé à l'occasion de l'Appel du 26 avril

Lieu : manifestations dans toute la France

Liste des manifestations

 

Agenda de mars et avril 2016 du réseau Sortir du Nucléaire

autour de Fukushima et de Tchernobyl

Liste des actions

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Aider le Japon maintenant

Publications

Nouvel album sur Tchernobyl

"Comme un nuage - 30 ans après..."

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Soutenir la parution du 1er tirage en se rendant sur le site frankushima.com

Une BD sur Tchernobyl

Soutien à la parution en cliquant ici

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -