18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 23:59

 

souris.jpgMise à jour 20 mars 2013, 11 h

 

Selon les informations fournies par Tepco, le système électrique a été réparé entièrement. La panne aurait été produite par un rongeur ! Ou comment un tout petit animal pourrait être à l’origine d’une nouvelle catastrophe nucléaire mondiale… Qui a dit qu’un tremblement de terre ou un tsunami étaient nécessaires pour créer un blackout ?

 

Pour plus d’informations :

The blackout was caused by a mouse in the panel board, the board has been left on the truck since 3/18/2011 (Fukushima Diary)

Fukushima : reprise complète du refroidissement des piscines de stockage (Le Monde)

 

 

________________

 

 

cryptome7A l’été 2012, une panne s’était déjà produite sur le système de refroidissement de la piscine n°4. Cette fois-ci, c’est une panne plus grave puisque, selon l'agence Kyodo se référant à Tepco, 3 piscines du site nucléaire ne sont plus alimentées en électricité.

 

En fait, la coupure de courant, lundi soir à 18h57 a provoqué l'arrêt du système de refroidissement de 4 piscines : celles des réacteurs n°1, 3 et 4 de l’ex-centrale de Fukushima Daiichi et aussi la piscine commune qui contient 6377 assemblages (environ 1000 tonnes de combustible). Tepco a mis 3 heures pour informer la Commission japonaise pour le contrôle de l'énergie atomique (NRA). Cette agence indique que l’injection d’eau dans les ex-réacteurs n’a pas été stoppée. Selon RT (Russie Today), Tepco aurait affirmé avoir trouvé la cause de la panne et avoir commencé à travailler à la réparation.

 

A l'heure ou nous écrivons, la température de l'eau dans les piscines se situe entre 13° et 25°C. Alors que la température monte progressivement de 0,1 à 0,3°C par heure, cela laisse une marge de manœuvre de quelques jours à l’opérateur pour réparer le système. Les spécialistes et les veilleurs de Fukushima sont surtout préoccupés par l'état de la piscine du réacteur n°4 dont le bâtiment avait été fortement ébranlé, déformé ou détruit par une explosion d’hydrogène le 15 mars 2011. Mais dans le cas de figure d’une possible évaporation de l’eau, les piscines 1 et 3 sont tout aussi inquiétantes dans leur pouvoir de nuisance. Si le système de refroidissement ne se remet pas en marche, la température de l'eau atteindra le niveau maximal autorisé de 65°C en 4 jours.

 

Fukushima Diary relève avec justesse ce que nous avions déjà dénoncé en juillet 2012 : il n’existe toujours pas de système de secours de refroidissement à Fukushima Daiichi, 2 ans après le début de la catastrophe !

 

 

________________

 

PS : je n’aurai pas la possibilité de faire des mises à jour dans la journée de mardi. Pour suivre l’actualité sur Fukushima, cliquer ici ou .

 

________________

 

Sources:

Blackout(Fukushima is still news)

[Analysis] The sudden blackout revealed the weakness of Fukushima plant, “Reactor4 has 4 days to go”(Fukushima Diary)

Crucial system fails at Japan's quake-damaged nuclear plant (CBC News)

Fukushima : le système de refroidissement du combustible usé hors service (La voix de la Russie)

TEPCO reports power failure at Fukushima, stops cooling system (RT)

Panne de courant à la centrale de Fukushima (le jdd)

Panne de courant à la centrale de Fukushima (20 minutes online)

#Fukushima I Nuke Plant Cannot Cool Spent Fuel Pools, Cause Unknown (EX-SKF)

Power blackout at crippled Japanese nuclear plant (Khon2)

Centrale nucléaire de Fukushima: un système de refroidissement en panne (RiaNovosti)

 

 

 

 

 

Partager cet article

Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 21:30
drapeaujapon.jpgComment ne pas être d'accord avec les demandes exprimées dans cette lettre-pétition adressée à l'Ambassadeur du Japon en France ?
.
Je fais suivre bien volontiers ce texte et le lien qui mène à la pétition.
 
 
 
 
Lettre ouverte à Monsieur Ichiro KOMATSU, Ambassadeur du Japon en France. 
 


Monsieur l’Ambassadeur, 

Nous voici deux ans après le début de la catastrophe atomique de la centrale nucléaire de Fukushima : un bien triste anniversaire. Nous sommes en pensée avec le peuple japonais qui a enduré tant de souffrances depuis le début du désastre, le 11 mars 2011. 

Cependant, nous déplorons le caractère dérisoire des mesures prises pour protéger les populations, notamment les enfants et les femmes enceintes. Actuellement des populations, à qui le gouvernement japonais avait imposé l’évacuation, sont sommées de retourner dans les territoires contaminés pour y vivre sous des doses de 20mSv par an. Ce sont des doses de travailleurs du nucléaire, la dose de rayonnement "admissible" pour le public doit être inférieure ou égale à 1mSv par an. D’après la très pro nucléaire CIPR (Commission Internationale de Protection Radiologique) 1 mSv par an correspond à 17 cancers dont la moitié de mortels pour 100 000 personnes exposées. 

Malgré les protestations de la population japonaise qui subit de près ou de loin la contamination radioactive tant externe qu’interne et face à la menace permanente d’un nouveau séisme, d’une erreur humaine, d'une défaillance technique, le gouvernement précédent a décidé de redémarrer les deux réacteurs de la centrale d’Ohi, décision que le nouveau gouvernement récemment élu n’a pas remise en question. 

Nous remercions beaucoup le Japon d’avoir fait la preuve, après le terrible tremblement de terre de 2011, qu’un grand pays industrialisé et fortement nucléarisé pouvait arrêter immédiatement ses réacteurs nucléaires sans revenir ni à la bougie ni au Moyen Âge. 

Au même titre que nous demandons l’arrêt immédiat du nucléaire en France, nous sommes solidaires avec les populations des territoires contaminés et les personnes et associations qui sont en lutte au Japon pour le non-redémarrage des centrales et pour l’arrêt total et définitif du nucléaire. 

Les graves dangers de cette industrie et les très graves conséquences sanitaires des catastrophes nucléaires (Tchernobyl et Fukushima) ne connaissent ni de frontières géographiques, ni de limites de temps. Pour Tchernobyl, l'Académie des Sciences de New York a publié dans ses Annals (
Vol. 1181, December 2009) une étude très complète, intitulée "Chernobyl. Consequences of the catastrophe for People and the Environment", qui synthétise près de 5000 articles et recherches de terrain. Les auteurs estiment à 985 000 le nombre de décès survenus à cause de Tchernobyl dans le monde entier entre 1986 et 2004. Vous savez déjà que Fukushima fera dans les 70 ans à venir des centaines de milliers de morts et presque autant de cancers non mortels. Nous considérons que la responsabilité de votre gouvernement, comme celle de tous gouvernements qui prônent le maintien et la poursuite du nucléaire, est engagée. 

Les populations victimes du début de la catastrophe de Fukushima et celles non évacuées ou celles qui retournent vivre à Fukushima vont subir dans les années à venir une augmentation des leucémies, des cancers, des maladies du cœur et des vaisseaux, maladies du foie, des reins, de la glande thyroïde, altérations du système immunitaire, mutations génétiques, malformations congénitales, etc… 

Au minimum le gouvernement japonais devrait : 

- évacuer et dédommager les populations qui, en vivant normalement sur un territoire, subiraient une irradiation interne et externe cumulée supérieure à 1 mSv/an ; 

- tout faire pour contenir la radioactivité dans les zones interdites, donc ne pas exporter les gravats et les ruines vers d'autres préfectures, et partout interdire de brûler les déchets contaminés ; 

- ne pas distribuer, commercialiser, ou mélanger, à de la nourriture propre, les productions contaminées par Fukushima. 

Nous vous demandons également que soient libérés les cinq militants arrêtés par la police d'Osaka, et toujours détenus pour avoir mis en avant leurs revendications antinucléaires. 

Nous vous prions de bien vouloir transmettre ce courrier à Monsieur Shinzo Abe, premier Ministre du Japon, en nos noms. 

Dans l’espoir d’être entendus, nous vous remercions et nous vous prions de croire, Monsieur l’Ambassadeur à notre plus haute considération. 

Les signataires
 
 
------------------------------------------------------------------
 
Pour les signatures individuelles : 
 
Pour les signatures de groupes : 
envoyer un mail à stop.nucleaire (a) yahoo.fr
 
------------------------------------------------------------------
 
 
 
.
 
 
 
 

Partager cet article

Publié par Pierre Fetet - dans Que faire ?
commenter cet article
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 11:19
digue-en-sacs-radioactifs3.jpgSelon une information rapportée par Canal+, une digue située à une vingtaine de kilomètres au sud de la centrale de Fukushima Daiichi, a été colmatée avec des sacs remplis de déchets radioactifs. Une nouvelle fois, il est mis en évidence que la gestion des déchets radioactifs au Japon est totalement absurde. La moindre tempête disséminera à nouveau la radioactivité collectée dans ces sacs.
 
Cette digue de protection côtière a été éventrée par le tsunami du 11 mars 2011. Sur l’image satellite datant de 2011, on distingue bien les endroits où la digue a souffert de la puissance de la vague.
 
vue-satellite.jpg
Vue aérienne de la digue éventrée (Google Earth 2011)
 
digue-en-sacsradioactifs.jpg
Digue constituée de sacs numérotés
 
La digue est à 1,5 km du J-Village, ce site d’entrainement sportif transformé en base arrière pour les travailleurs-liquidateurs de l’ex-centrale, juste à côté de la centrale thermique côtière de Hirono.
 
jvillage.jpg
Le J-Village
 
digue-en-sacs-radioactifs2.jpg
On reconnaît la centrale électrique de Hirono en arrière-plan
 
Selon Shogo Domae, c’est la pègre qui est à l’origine de ce nouveau scandale. Les yakusas auraient ainsi saisi le marché de la décontamination sans obligation de suivre les règles de sécurité élémentaires concernant les déchets radioactifs. On retrouve ce genre de sacs partout : dans les jardins des particuliers, dans les fossés, dans les montagnes ou en bordure de rivière. Ainsi, le gouvernement qui n’a aucun moyen de gérer cette crise, laisse faire ces pratiques maffieuses : officiellement, la décontamination a lieu, mais officieusement, on permet des absurdités. Les déchets radioactifs issus de la décontamination sont balancés dans la nature sans aucun contrôle, c’est le grand n’importe quoi !
 
Non seulement le plus grand pollueur du monde, Tepco, n’a pas été poursuivi pour son abominable crime, mais la maffia japonaise se fait de l’argent avec une décontamination bâclée et totalement inefficace. Le gouvernement a promis 9 milliards d’euros sur 3 ans pour la décontamination…
 
Pour en savoir plus, voir le reportage de Marjolaine Grappe et Christophe Barreyre « Vouloir le beurre et l’argent du réacteur »
 
 
 
Sur le même sujet, un autre reportage diffusé sur Arte :
 

Partager cet article

Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article
10 mars 2013 7 10 /03 /mars /2013 02:04
Fukushima : l’enfance menacée ?
de David Zavaglia, Fabrice Papillon et Dove Belhassen – ARTE GEIE / Scientifilms – France 2013
Deux ans après l'accident de Fukushima, les premières conséquences sanitaires de la catastrophe apparaissent. Elles sont inquiétantes : une étude japonaise officielle récente révèle la présence de kystes ou de nodules à la thyroïde, sur plus de 40% d’enfants de la région.
arte
(le reportage commence à 37:00)
 
 
Visite de la centrale de Fukushima Daiichi par deux journalistes français
Correspondants au Japon, les journalistes Marie Linton et Guillaume Bression suivent, pour Sciences et Avenir, l'évolution de la situation à Fukushima depuis la catastrophe du 11 mars 2011. Ce jeudi 6 mars, ils ont passé plusieurs heures dans la centrale dévastée. Reportage et infographie en cliquant ici.
 
marielinton
 
infographie
.
entrailles3
À l'intérieur du bâtiment de la piscine commune, situé juste en face du bâtiment réacteur 4. (photo: Guillaume Bression)
 
entrailles1
Sur la route qui passe entre l’océan Pacifique et l’arrière des quatre bâtiments réacteur endommagés (photo: Guillaume Bression)
 
entrailles2
Le responsable de la centrale de Fukushima-Daiichi, Takeshi Takahashi donne une courte conférence de presse (photo: Guillaume Bression)
 
 
La bombe invisible

 
 
 
Visite de la centrale par une équipe de la NHK
(diffusion NHK, 5 mars 2013)
nhk
 
 
Vue aérienne du site radioactif de Fukushima Daiichi
Le site est devenu un vaste entrepôt d’eau radioactive dont Tepco ne sait plus que faire.
602225 10200688510278463 485409279 n
(source)
 
 
Voyage photographique dans la « zone interdite » de Fukushima
Avec la série « clair obscur à Fukushima », deux photographes nous invitent à une virée nocturne et clandestine dans la zone de contamination qui entoure la centrale accidentée.
fuk1-40264 
 
Photos de la centrale de Fukushima Daiichi
 
nn20130309f1a
 
nn20130309f1b
 
 
Le monde après Fukushima
(France, 2013, 77mn) Documentaire de Kenichi Watanabe pour ARTE 

 
     
 
 
Flash d’information du 8 mars 2013 par Etienne Servant

 
     
 
 
« Les jours de pluie, les enfants de Fukushima ne vont pas jouer dehors »
Mickaël Ferrier, auteur du livre « Fukushima, récit d’un désastre », s’exprime au sujet de la catastrophe nucléaire
mickaelferrier
 
 
Fukushima : deux ans après le drame, les habitants s'impatientent
Vidéo de France TV Info (Emilie Traneguyen)
fracetvinfo
     
 
 
Des habitants de Fukushima sont de retour chez eux
Reportage TF1 (20h, 9 mars 2013)
 
 
Les corbeaux de Fukushima
Témoignages sur Making-of, le blog des coulisses de l'AFP
Par Karyn Nishimura-Poupee
afp
  (Cliquer sur l'image) 
 
 
Chronologie de la catastrophe en vidéos
(Le Télégramme)
Documents intéressants mais il manque 1 document essentiel, la vidéo de l’explosion du réacteur 3, et 2 informations capitales : l’article ne mentionne pas du tout les explosions des réacteurs 2 et 4 ! Oubli, désinformation ou censure ?
chronologie
  (Cliquer sur l'image)   
 

Partager cet article

Publié par Pierre Fetet - dans Voir Fukushima
commenter cet article
4 mars 2013 1 04 /03 /mars /2013 11:01
.
   

2A Paris le 9 mars : Encerclons les lieux de pouvoir où se prennent les décisions sur le nucléaire !

.
Nous n'oublions pas les victimes de Tchernobyl et de Fukushima. Nous voulons un monde sans nucléaire.
.
 
.
.
.

 
Autres rendez-vous en mars 2013 :
(mise à jour régulière)
 
Péniche Antipode – 55 quai de la Seine, Paris 19ème à 20h
 
5 mars 2013 : Projection-débat du documentaire « Tous Cobayes? » de Jean-Paul Jaud à 20h20 au cinéma l’Odyssée à Strasbourg
 
6 mars 2013 : Conférence-débat, « de retour de Fukushima », par Eric Schultz
à 20h15 au FEC place Saint-Etienne à Strasbourg 
 
7 mars 2013 : Conférence « Stoppons Fessenheim immédiatement ! » avec Jean-Louis Basdevant à 20h30 au FEC place Saint-Etienne à Strasbourg 
 

strasbourg.jpg

 
 
Au café Théodore à 20h30.
 
17h au foyer de St-Gervais Genève Le Théâtre, 5 rue du Temple, Genève.
 
A l’auditorium de la faculté de musicologie Rabelais, à 20h00.
 
11h15-13h45, Maison des Métallos, 94 rue Jean-Pierre Timbaud, 75011 Paris
Avec Cécile Asanuma-Brice, Michaël Ferrier, Kolin Kobayashi et Wataru Iwata
 
9mars2013paris.jpg
 
Place Pasteur à Besançon 9 mars à 14h30, puis chaine autour de l’hôtel de ville avec musique.
 
10h Place de la république à Perpignan
   

9 mars 2013 : Rassemblement de commémoration, non violent, silencieux et visuel, des victimes de la catastrophe nucléaire de Fukushima.

De 18h30 à 22h30 sur le parvis de Notre Dame de Paris.

 

Banniere_Lueurs_copy-0606b.jpg

 

9 mars 2013 : Rassemblement à Montpellier (34)
A 14h30 Place de la comédie (devant l’Opéra) à Montpellier.
 
9 mars 2013 : Concert gratuit place de la Bastille à Paris.
 
577211_546894785343509_1966018804_n.jpg
 
15h au café Angora, 3 bd Richard Lenoir, Paris 11e.
 
Rendez-vous à 14 heures, Grand Place à 4500 Huy.
Manifestation vers la centrale nucléaire - Concert et discours
 
nukestop.jpg
 
   

10 mars 2013 : Commémoration internationale de Fukushima et demande d’arrêt de la centrale de Fessenheim.

A partir de 14h15 sur l’Île du Rhin entre le village de Chalampé et la ville allemande de Neuenburg (à environ 12 km au sud de Fessenheim.)

 

11 mars 2013 : Janick Magne sera en direct sur Skype à la mairie du 2e arrondissement de Paris à partir de 19h et pour une heure environ (questions-réponses) avec Benjamin Dessus, co-fondateur de Global Chance.

 

11 mars 2013 : Exposition de Tetsuro Ohno

Mairie du 2e arrondissement de Paris, 8 rue de la Banque, Métro Bourse.

 

11 mars 2013 : Commémoration de la catastrophe nucléaire de Fukushima et rassemblement contre le crime nucléaire à Avignon

18h au Monument aux Morts de l’Hôtel de Ville d’Avignon.

 

stopfessenheim.jpg

 

11 mars 2013 : "Nuclear Fallout"

Rassemblement à partir de 12h30 place de la Réunion à Mulhouse et à 12h45 : "die-in"

 

13 mars 2013 : Exposition "De Tchernobyl à Fukushima" à Genève

Du 13 au 28 mars 2013 au foyer de St-Gervais Genève Le Théâtre, 5 rue du Temple, Genève.    

 

14 mars 2013 : Conférence "Fukushima c’est nous" à Lyon (69)   

A partir de 19h00 à la Maison Rhodanienne de l’Environnement - 32 rue sainte Hélène - 69002 Lyon (Métro Ampère ou Bellecour)

 

 

15 mars 2013 : Projection du film « Fukushima une population sacrifiée »

à 19h30 à Saint-Amarin (Haut-Rhin), puis débat avec Haruko Boaglio et Yûki Takahata, fondatrice de Yosomono-net, réseau international de ressortissants japonais pour la sortie du nucléaire. D’autres informations dans ce document

 

 

15 mars 2013 : Fukushima, la population sinistrée et la terre contaminée    

Débat public à l’occasion de la 2e année de l’accident nucléaire, avec Bruno Chareyron, Kurumi Sugita, Yoko Higashi, Anan Atoyama, animé par Marie Augendre.    

19h30, Bibliothèque municipal du 1er arrondissement de Lyon.    

     

      lyon.jpg.

.

22 mars 2013 : Conférence « Fukushima 2 ans après… » avec Janick Magne   

A 20h30, salle Barbelouze, place du Souvenir - 88190 Golbey (près d’Epinal)

 

 
affiche-22-mars-copie-1.jpg   
 
   

     

22 mars 2013 : Soirée de solidarité avec les victimes de la catastrophe de Fukushima organisée à Paris par le groupe Yosomono-net, projection des films "En confinement" & "Femmes de Fukushima", table ronde et débats.

 

paris-22-mars-2013.jpg

 

23 mars 2013 : Conférence « Fukushima 2 ans après… » avec Janick Magne

A 20H00, salle des fêtes de Condes (proche de Chaumont)

 

23 mars 2013 : Rendez-vous artistique et théâtral à la Maison Pour Tous, Centre Social de Brives Charensac (Haute Loire, 43) 

à partir de 15 h, ateliers de créations

20h30, pièce de théâtre de Nicolas Lambert : Avenir radieux, une fission française.

 

annonce.jpg

 

 
La mobilisation est mondiale en mars !
(texte anglais ou français selon les sources)
 
Join a place of the hugest worldwide human chain against Nukes the 9 th March 2013.
WHERE ? Every where !

Japan
Iwanai (Hokkaido), Matsuyama, Chiba, Tokyo (Meiji Park the 9th and Hibiya Park, Shinjuku and Tamachi the 10th), Kawasaki, Kashiwazaki, Niigata, Yamanashi, Nagano, Gifu, Hamamatsu, Shizuoka, Mie (Nahari and Tsu), Shiga, Osaka, Nishinomiya, Wakayama, Matsuyama, Kochi, Kita Kyushu, Fukuoka, Miyazaki, Kagoshima
AND also
in Fukushima-city the 11th (Monday),  also in Nagoya...
and in a lot of other cities like, Shimonoseki, Sendai
   

 

 

Tokyo

 

 

 

- 9 mars 2013 : Sayounara nucléaire (Adieu nucléaire), un des grands groupes de l’anti-nucléaire au Japon, soutenu par des intellectuels comme Kenzaburo Ooé (écrivain prix Nobel), Ryuichi Sakamoto (musicien) etc., organise un grand rassemblement le 9 mars au parc Meiji à Tokyo.
http://yosomononet.blog.fc2.com/blo...

 

 

 

- 10 mars 2013 : Grand rassemblement zéro nucléaire

 

à Hibiya koen (quelle que soit la météo)

 

13h, rassemblement

 

14h, départ du cortège

 

17h-19h, devant la Diète

 

organisé par : Coalition métropolitaine antinucléaire de Tokyo

 

renseignement : info@coalitionagainstnukes.jp

 

.
affiche 10 mars 2013

Taïwan
Taipei , Kaohsiung : Anti-nuclear groups will hold protests in Taipei and Kaohsiung March 9, two days ahead of the second anniversary of Fukushima (info Focus Taiwan)

Europe
Germany
In Germany all the country is involved in this worlwide event ( the  March 9th = the 10th in Japon) : Grohnde ( Braunschweig, Hameln, Hannover, Wolfsburg, Göttingen , Hidelsheim, Berlin (bus) ), Gronau ( Bielefeld, Duisburg, Essen Dortmund Wupperthal, Bochum, Osnabrück, Münster, Dusseldorf, Köln, Bremen), Gundremmingen Günzburg ( Stuttgart, Ulm, Konstanz, München, Augsburg, CH Zürich), Neckarwestheim. (Stuttgart, Heilbronn, Mannheim , Karlsruhe, Würzburg, Lüdwigsburg), Frieburg in Brigsau ( Müllheim, Offenburg, Breisach, Lahr, Baden Baden), Neuenburg Müllheim ( le 10 ) Basel Lörach
9 mars : "Zwei Jahre Fukushima : Atomanlagen abschalten !" www.anti-atom-demo.de
Berlin 9 mars manifestation "sayonara nuke Berlin"
Düsseldorf : premier Fukushima Day à Düsseldorf
 
Cliquer sur la carte pour accéder à tous les renseignements des manifestations allemandes
all.jpg
 
* Royaume-Uni
9 et 11 mars 2013 : London : Remember fukushima, no to nuclear power http://www.januk.org/event.htmlhttp://www.fukushima2013.com/
 
london.jpg
.
* Belgique
10 mars 2013 : Manifestation internationale "Stop Tihange" http://www.stop-tihange.org
 
* Suisse
Zûrich : 7 mars, projection du film "Fukushima, Terre interdite", débat (avec Greenpeace, SchweizerischeEergie-Stiftung http://www.rotefabrik.ch/de/home/
Bern : 9 mars, événement par Greenpeace - 11 mars, projection du film et débat avec Greenpeace, SchweizerischeEergie-Stiftung http://www.lichtspiel.ch/
Genève : 11 mars, rassemblement à midi devant le consulat du Japon (en face du 82 rue de Lausanne) pour appuyer la remise d'une lettre au gouvernement nippon 
geneve.jpg
Tous les jours ouvrables : Genève, IndependentWHO en vigie devant l’OMS pour dénoncer son inaction vis-à-vis des victimes du nucléaire.

   

* France

 A huge Human chain in Paris people coming from everywhere even from Belgium and Germany Saarland, Bad Württemberg and Luxembourg.
And also one in Bordeaux for those who are to far from Paris.
Buses are going to Paris from Switzerland and from Italy

294929_418422984899445_1805553691_n.png


North America
A human chain in Ottawa Canada capital and one in Detroit Michigan USA.
And many other places, info are coming later.

In New York : Symposium with Dr Helen Caldicott
Appel à organiser des flashmobs le 11 mars à 12 h 45
http://www.fallouts.org

 

Mongolia
In Ulan Bator.

 

mongolie.jpg


India : Mumbaï


40 000 000 people expected those days through the world
A HUGE human chain, which will do the world equatorial circumference: 40 000 km
Anyway, a world circumference in higher latitudes !
 
 
 
(page mise à jour régulièrement avec les informations données par les lecteurs)
 
 
 
 

Partager cet article

Publié par Pierre Fetet - dans Que faire ?
commenter cet article
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 23:02
Nuclear Nation
Un nouveau film documentaire sur les réfugiés nucléaires originaires de Futaba réalisé par Atsushi Funahashi
 
affichefilm
 
Bande annonce du film (sous-titrée par Kna)
 
    
Lire aussi à ce sujet l’excellent article de Kna sur Le combat de Mr. Idogawa, maire de Futaba
 
 
Affiche du film “Welcome to Fukushima”
de Alain de Halleux
 
affiche
 
 
Exploration de la salle du tore de l’unité 1
Tepco a exploré cet endroit avec une caméra. En voici la vidéo et le rapport.
 
 
    
 
130221 12
Couche de mystérieux sédiments en cours d’analyse : corium ?
 
Trifouillax sur Gen4 en livre deux analyses :
 
 
Résultats de recherches gamma sur l’unité 2
 
doc2     
Photo prise par une gamma caméra qui relève la radioactivité
 
doc1
Condition de la prise de vue
 
 
Du corium à l’unité 2 ?
Tepco a essayé d'insérer un nouveau thermomètre dans la cuve du réacteur unité 2 par l'intermédiaire des lignes TIPS (Ce sont des conduits utilisés pour insérer des capteurs dans la cuve du réacteur en fonctionnement). Mais c’est bouché. Il est possible que ce soit du corium provenant du réacteur 2.
 
130301 07
 
130301 04
 
 
Flash infos du 23 février et du 3 mars 2013 sur Fukushima avec Etienne Servant
 
     
     
 
 
Dernières vues aériennes verticales des réacteurs
(Photos agrandies et recadrées à partir des photos Asahi)
 
réacteur3 - Copie - Copie
Réacteur 3
 
réacteur4 - Copie - Copie
Réacteur 4
 
 
Où doit-on porter un masque et lequel à Fukushima Daiichi ?
(source)
 
planmasques
 
 
Plan détaillé de la centrale de Fukushima
Cliquer sur le lien ci-dessous pour télécharger l’image de meilleure qualité (4,16 Mo)
 
plan centrale réduit
 
 
Pourquoi je ne peux pas évacuer Fukushima ?
Interview de Yoshihiro Kanno, membre du groupe de bénévoles "Save Watari Kids" (Sauver les Enfants de Watari"), par OurPlanet-TV.

 
     
 
 
Carte de la contamination de Fukushima
Selon le gouvernement, la radioactivité baisserait dans la préfecture de Fukushima.
 
asahi
(source)
 
 
Où peut bien aller la radioactivité ? Elle se disperse avec les typhons, la pluie et le vent. Elle ne disparaît pas, elle change de place. Exemple : on trouve des hot-spots à Kashiwa, à 200 km de Fukushima.

     

 

 

Enseignements de Fukushima

Un dossier de Greenpeace à lire en français. Il date de mars 2012, mais la traduction est récente.

 

gp.jpg

 

Cliquer ici pour télécharger le dossier

 

 

 

 

Partager cet article

Publié par Pierre Fetet - dans Voir Fukushima
commenter cet article
3 mars 2013 7 03 /03 /mars /2013 18:57
pellerinPour les jeunes générations, ce nom de Pierre Pellerin ne dit pas grand-chose.
.
Il faut revenir en arrière, en 1986 : suite à la catastrophe nucléaire de Tchernobyl, cet homme transmet un communiqué à l’AFP, le 30 avril :
 
« Situation dans l’ensemble stationnaire. On note cependant, sur certaines stations du sud-est une légère hausse de la radioactivité atmosphérique, non significative pour la santé publique »
 
Pour beaucoup de Français, il reste celui qui a affirmé aux Français que la radioactivité provenant de Tchernobyl n’aurait aucune incidence sur leur santé.
 
« Ca ne menace personne actuellement, sauf peut-être dans le voisinage immédiat de l’usine, et encore, c’est surtout dans l’usine… »
 

 
 
Les Corses ne sont pas de cet avis. Surtout les centaines de Corses qui ont un cancer de la thyroïde. Pourtant, avant que cet homme ait été définitivement mis hors de cause par la justice en novembre 2012, la collectivité territoriale de Corse avait lancé une enquête épidémiologique.
 
Pierre Pellerin est mort à l’âge de 89 ans, sans avoir été condamné. Il a bien vécu, défendant l’idée que l’on peut vivre avec le nucléaire. Pour lui, c’est vrai, il a eu une belle et longue vie. Mais il a laissé aux Français des centaines de cancers à gérer (reconnus par Georges Charpak), alors qu’ils auraient pu être évités avec des mesures de précaution qui n’ont pas été données à l’époque, ni par lui, ni par le gouvernement Chirac (dont Michèle Barzach, ministre de la santé). Il a laissé aussi l’idée que les faibles doses, ce n’est pas dangereux. Enfin, il a laissé les déchets nucléaires aux générations futures. L’énergie est consommée, les déchets restent pour des milliers d’années.
 
Aujourd’hui, en 2013, rien n’a changé. Le dernier rapport de l’OMS sur Fukushima ne dit pas autre chose qu’en 1986 : le risque d’avoir un cancer augmenterait pour les gens qui se trouvaient proches de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Mais globalement, l’augmentation du nombre de cancers ne serait pas sensible…
 
Les enfants de Fukushima qui ont déjà un cancer de la thyroïde apprécient évidemment l’optimisme de l’OMS qui, paraît-il, a été créée pour le bien des peuples.
 
 
carte-cont.jpg
Carte de la contamination due à Tchernobyl
(source)
.
2382713.jpg
 

(source)

.

________________

Le point de vue de Michèle Rivasi, députée européenne :

Décès de Pierre Pellerin: la mémoire des victimes françaises de Tchernobyl bafouée à jamais.

Partager cet article

Publié par Pierre Fetet - dans En France et ailleurs
commenter cet article
24 février 2013 7 24 /02 /février /2013 11:17

panorama4.jpgL’ACRO édite une excellente analyse de la situation à Fukushima deux ans après le début de la catastrophe nucléaire. Une vue d’ensemble où tous ces points sont abordés : contamination, décontamination, responsabilité de l’exploitant, populations touchées, pollutions fluviales et marines, etc. à partir du formidable travail de collecte d’informations effectué quotidiennement sur le site de l’association à la page : « La catastrophe de Fukushima au jour le jour ». Une base de données incontournable pour les historiens contemporains !

Voici quelques extraits de la synthèse.

 

______________________

 

 

Fukushima, deux ans après, retour à l’anormal

ACRO, 23 février 2013

 

(extraits)

 

Les autorités japonaises rêvent d’une catastrophe réversible : le gouvernement a engagé un immense programme de « décontamination » et a promis un retour à une partie des 160 000 personnes qui ont quitté leur habitation pour fuir les dangers de la radioactivité. Dans d’autres zones, non évacuées, mais aussi contaminées de 8 régions du Japon, ce sont les municipalités qui ont la charge des travaux qui consistent à laver, frotter, couper les herbes, arbustes, gratter la terre… Pour les zones évacuées, le gouvernement a lancé des appels d’offres et ce sont les majors du BTP, sans aucune expérience, mais pouvant mobiliser une large main d’œuvre, qui ont été retenues. L’une d’entre elles avait la charge du génie civil lors de la construction des réacteurs de la centrale de Fukushima. Comme toujours, ce sont des sous-traitants qui font les sales travaux.

(…)


Seul l’appât du gain intéresse les compagnies retenues, qui n’ont subi aucune sanction. Personne n’a été sanctionné suite à cette catastrophe. Les cadres dirigeants limogés de TEPCo, l’exploitant de la centrale accidentée, se sont recasés dans des filiales et la compagnie espère toujours pouvoir continuer à exploiter son autre centrale nucléaire. On retire le permis de conduire à un chauffard, pas à un exploitant du nucléaire. TEPCo, s’accroche à ses 7 réacteurs de sa centrale de Kashiwazaki-Kariwa, sur la mer du Japon, dans la province de Niigata, même si deux d’entre eux sont situés sur une faille sismique qui a été requalifiée en faille active suite aux révisions des critères de sûreté. Les autres, à eau bouillante, de la même technologie que ceux de Fukushima, nécessitent des investissements massifs et des années de travaux de remise aux normes durcies par la nouvelle autorité de sûreté. TEPCo n’a pas renoncé non plus à ses réacteurs non accidentés de Fukushima, même s’ils ont été noyés par de l’eau de mer corrosive lors du tsunami de mars 2011 et même si les autorités locales n’en veulent plus. Des milliers de travailleurs y sont exposés à des doses inutiles pour tenter de les remettre en état de marche.

(…)


Pour les populations touchées par la catastrophe la vie est toujours anormale. Les déplacés volontaires ne bénéficient de quasiment aucune aide. On ne sait même pas combien ils sont, nombre d’entre eux n’allant pas s’enregistrer sur le nouveau lieu de vie. Pour ceux qui sont restés par force ou par choix, la vie dans les territoires contaminés est difficile. L’alimentation est toujours un sujet d’inquiétude. Les enfants ne jouent presque plus dehors et prennent du poids. Pour les réfugiés, qui ont dû évacuer sur ordre des autorités, la vie est aussi difficile dans le logement provisoire, souvent exigu. Comment refaire sa vie quand on ne sait pas combien de temps cette attente va durer, quand on ne sait pas si l’on pourra rentrer un jour chez soi ? Pour les agriculteurs, l’espoir de retrouver une ferme est très mince.

(…)


La mer continue à se contaminer sans que l’on n’y puisse rien. Les infiltrations d’eau souterraine polluent le rivage sur le site de la centrale et le lessivage des sols par les eaux de pluie entraîne une augmentation de la contamination des sédiments dans l’embouchure des fleuves. C’est particulièrement flagrant dans la Baie de Tôkyô où la contamination croît de jour en jour. Le pire est peut-être à venir : TEPCo est contrainte d’injecter d’énormes quantités d’eau pour refroidir les combustibles fondus des réacteurs 1 à 3 de la centrale de Fukushima daï-ichi. Cette eau se contamine, s’infiltre dans les sous-sols des bâtiments réacteur et menace de déborder dans la mer. TEPCo la pompe donc continuellement, la décontamine très partiellement et la réinjecte. Mais de l’eau souterraine s’infiltre aussi, se contamine et augmente les stocks. La compagnie ne sait plus où mettre les cuves pleines d’eau contaminée sur son site. Elle n’a d’autre perspective que de la rejeter en mer à plus ou moins longue échéance, après une décontamination plus poussée, promet-elle, mais toujours partielle. La station de traitement, prévue pour septembre 2012, ne fonctionne toujours pas.

(…)


Quant aux habitants évacués, ils n’en peuvent plus. Ils ne croient plus à un retour à la normale. De nombreux habitants, surtout ceux avec de jeunes enfants, se sont résignés et ne rentreront jamais. Quelle sera leur vie quand les indemnités s’arrêteront ? Quel sera leur état de santé à long terme ? Il y a déjà, officiellement, trois cas de cancer de la thyroïde avérés chez les enfants de Fukushima, qui ont subi une intervention chirurgicale. 7 autres cas suspects sont en cours d’analyses complémentaires. Cela ne va qu’empirer, le pic du nombre de cas étant apparu 4 à 5 ans après les rejets massifs à Tchernobyl.

(…)

 

Lire l’article en entier

 

 

Qu’est-ce que l’ACRO ?

 

Créée à la suite de la catastrophe de Tchernobyl en 1986, l'ACRO (Association pour le Contrôle de la Radioactivité de l'Ouest) est une association d'information et de surveillance de la radioactivité, dotée d'un laboratoire d'analyse et agréée de protection de l'environnement. L'association publie une revue trimestrielle d'information, l'ACROnique du nucléaire, organise des conférences publiques et tente de répondre à de nombreuses demandes de renseignements.

 

 

 

Photo d'entête : Prise de vue panoramique au niveau arasé de l'unité 4 (source)

Partager cet article

Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article
23 février 2013 6 23 /02 /février /2013 16:26
cafumeVoici encore une vidéo, enregistrée le 20 février 2013 qui montre une fumée sortant de l’usine. Ce n’est pas la première fois que ce genre de fumée est remarqué. Nous avions déjà observé la même chose le 28 février 2012 et le 4 septembre 2012. Jusqu’à présent, n’ayant aucune information de la part de Tepco au sujet de ces fumées intermittentes, je pensais que ces émanations provenaient d’une cheminée de la piscine commune.
 

 
 
Or, suivant le plan fourni récemment par Tepco et l’orientation de visée de la webcam TBS, il apparaît que l'on peut émettre une autre hypothèse. En effet, un incinérateur à haute température est situé juste à côté de la piscine commune. Mais celui-ci est caché par la forêt et reste donc invisible à l’écran de la webcam. En revanche, la haute cheminée de l’incinérateur pourrait arriver juste à la bonne hauteur pour que les fumées soient visibles.
 
plan13
 
J’ai recherché une image de ce bâtiment mais c’est difficile car Tepco, mis à part le plan de situation, n’en a jamais communiqué de photo, sinon à la marge. Finalement, j’ai retrouvé trois vues aériennes montrant ce bâtiment avec sa grande cheminée, sous trois angles différents. Pour bien le faire apparaître, je l’ai colorié en rouge. Au nord de l’incinérateur se trouve la piscine commune (en bleu) et au sud  un bâtiment non encore identifié (en jaune), qui a un rapport avec le bâtiment situé à l’est puisqu’il est relié par un pont-galerie.
 
vue1
 
vue2
 
vue3
 
  

Le plan de Tepco est tellement imprécis qu’il est difficile de savoir où se situe l’installation d’adsorption de césium. Si quelqu’un en sait plus, je mettrai à jour ce billet.

[ Mise à jour 25/02/13 : Geoffroy a retrouvé un plan de Tepco qui précise le lieu : l’équipement qui permet d’adsorber le césium (appelé Sarry, fourni par Toshiba) a été installée en 2011 dans le bâtiment de l’incinérateur haute température (donc le rouge sur les photos ci-dessus). L’installation est constituée de 14 cuves cylindriques qui doivent réduire la teneur en césium et autres radioéléments à un millionième de la teneur d'entrée. La première photo de ces cuves a été éditée par l’Asahi il y a quelques jours (cf. Voir Fukushima (49), 3ème photo). ]
 
Mais que brûle Tepco ?
 
Les fumées sont toujours observées le matin vers 10 h. Durant ces évènements, les travaux du chantier ne sont pas arrêtés, il s’agit donc probablement d’opérations programmées d’incinération de déchets, ce qui est bien plus vraisemblable que des émanations provenant d’une piscine.  Comme Tepco nous inonde de photos de mauvaise qualité sur tout et n’importe quoi dans la centrale, et qu’il ne communique jamais sur cet incinérateur, on peut considérer cette activité comme suspecte. Pourquoi ? Tout simplement parce que les activités des milliers de travailleurs sur le site génèrent des tonnes de déchets contaminés dont Tepco ne sait que faire. Le plus simple est sans doute de brûler tous ces gants, combinaisons, filtres, masques, chaussures et autres objets radioactifs. C’est l’hypothèse la plus plausible, bien que je ne sois pas encore certain que cette fumée provienne bien de cet incinérateur-là. Pour autant, est-ce que Tepco a l’autorisation de rejeter dans l’atmosphère des poussières radioactives supplémentaires ? En France ça serait interdit et au Japon autorisé ? Hum…Il faudrait demander à l’autorité de sûreté nucléaire.
 
dechets
Que faire de ces tonnes de déchets radioactifs ?
 
 
  

 

______________

 

Mise à jour (24 février 2013)

 

Merci à Etienne Servant qui a retrouvé un document de Tepco relatant la présence d’un incinérateur sur le site. Toutefois, il s’agit d’un petit incinérateur situé près de l’unité 5. Le texte du document « Dans l'incinérateur de petite taille, seules des ordures non contaminées  sont brûlées (boîtes à lunch vides, etc.). » semble vouloir dire qu’inversement, dans l’autre incinérateur, celui de grande taille dont on ne parle jamais, on y brûle les déchets contaminés…

 

doctepcoincinerateur.jpg

 

 

 

______________

 

Mise à jour (25 février 2013)

 

Iori (Fukushima Diary) signale que cette fumée a également été aperçue le 7 janvier 2013 à 10h17 (donc toujours aux environs de 10h du matin).

Dans son article « Le 7 janvier 2013, de la fumée noire sort de la cheminée de la piscine commune à combustibles », un ouvrier mentionne que cette fumée sort d’une cheminée de la piscine commune (donc le bâtiment bleu sur les photos ci-dessus), ce qui nous ramène à ma première hypothèse. Peut-être le bâtiment de la piscine commune a également un incinérateur pour ses propres activités ?

 

imagebot324-450x328.png

Fumée du 7 janvier 2013

 

 

______________

 

Mise à jour (24 janvier 2014)

 

Nuckelchen signale un nouveau dégagement de fumées qui a eu lieu le 22 janvier 2014 entre 13:00 et 14:11 JST.

Plus de détail ici : http://fukushima.xobor.de/t32f9-steamy-wonders-th-of-january.html#msg65

 

 

 

 

 

Partager cet article

Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 01:51
Reportage
Des journalistes du Asahi Shimbun ont visité la centrale de Fukushima Daiichi le 20 février 2013. Ils en ont ramené un article, des photos ‒ dont une vue panoramique ‒ et une vidéo.
 
4a
Vue aérienne du bâtiment réacteur n° 4 à droite, et le bâtiment du réacteur n ° 3 à gauche (photo Hiroshi Kawai)
 
4
Le bâtiment du réacteur n° 4 à la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi le 20 février 2013 (photo Soichiro Yamamoto)
 
4b
Un inspecteur examine le système de décontamination Sarry le 20 février 2013. Pour la première fois l'installation d'adsorption de césium a été montrée aux médias. (photo Soichiro Yamamoto)
 
4c
Une protection a été placée au-dessus de la piscine de stockage du combustible nucléaire usé, à droite, au dernier étage du bâtiment du réacteur n° 4. On voit aussi en arrière-plan les unités 2 et 3. (photo Soichiro Yamamoto)
 
4d
Véhicules renversés et autres débris restent sur ​​le côté côtier du réacteur n° 1. (photo Soichiro Yamamoto)
 
4e
Plan de la visite de la centrale avec indication des mesures de radioactivité.
 
 
Vue panoramique depuis le réacteur 4 (Asahi)
(Cliquer sur l'image pour accéder à l'image interactive).
485049 343034255807580 1685980526 n
 
 
Vidéo du réacteur 4 (Asahi)
3 minutes de visite au niveau technique du réacteur 4

 
« Ici, la lecture est de 200 microsieverts par heure », dit l'inspecteur." Mais il est de 1.000 microsieverts sur le côté nord près de bâtiment du réacteur n° 3. Gardez vos distances »
(source)
 
 
Tepco publie des vidéos de la piscine 3
 
- Les racks de combustible sur lesquels le bras de la machine de ravitaillement repose.

 
 
- Vidéo du bras de levage tombé dans la piscine
Télécharger ou voir la vidéo originale Tepco :
Play Video / Download(12.9MB)
 
- Vidéo de la perte du bras de levage à l’origine de ces investigations

 
 
 
L’AIEA publie un rapport de Tepco
Daté de janvier 2013, ce rapport inédit de 59 pages intitulé « Demolition and Removal of Structures Damaged or Contaminated as a Result of the Fukushima Accident » est téléchargeable ici.
L’image la plus intéressante est celle représentant une hypothèse de présence du corium dans la piscine torique (p. 51).
 
corium
Visualisation du corium par Tepco (p. 51)
 
debris location
Ecorché d’un réacteur : à la recherche du corium
 
release
Estimation du relâchement de Césium par Tepco
 
waterstoragetanks
Plan des installations de stockage de l’eau
 
eaucontaminée
Accumulation de l’eau contaminée
 
 
Des robots pour travailler à Fukushima
 
000 Hkg8284274-1024x703
Ils s'appellent Sakura, Frigo-ma ou Packbot, et interviennent au sein de la centrale nucléaire ravagée de Fukushima.
(source)
 
Les ingénieurs de Toshiba ont mis au point un robot télécommandé capable de projeter de la glace sèche pour "aspirer" les substances radioactives.
 
 
Mais… alors que les robots perfectionnés capables de travailler en milieu hautement radioactif sont indispensables, les entreprises spécialisées ne sont pas franchement intéressées par la recherche et la fabrication de robots qui ne serviront que pour Fukushima...
(source)
 
 
 
 
 
 

Partager cet article

Publié par Pierre Fetet - dans Voir Fukushima
commenter cet article

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

The Watchmen of Fukushima

Presse japonaise anglophone    

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Aider le Japon maintenant

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog