7 juin 2017 3 07 /06 /juin /2017 23:38

Fonzy nous envoie son septième témoignage. Plus de 6 ans après la catastrophe nucléaire, on ne parle plus guère de Fukushima au Japon. L’accident est voulu par le pays comme un évènement du passé dont les conséquences seraient négligeables. Pourtant, il est encore bien présent pour les personnes évacuées à qui l’on supprime les indemnités et pour les enfants qui subissent les effets de la radioactivité dans la préfecture de Fukushima. Les derniers chiffres officiels annoncent 152 personnes atteintes d’un cancer de la thyroïde, ce qui est bien plus que le nombre attendu dans la population en temps normal. Loin des problèmes locaux de Fukushima, Fonzy nous parle de son ressenti et remarque certains changements dans son environnement.

Fleur de bambou à Yokohama en juin 2017 (photo publiée dans le quotidien Asahi)

Fleur de bambou à Yokohama en juin 2017 (photo publiée dans le quotidien Asahi)

Coucou c’est Fonzy qui habite toujours à 280 km de la centrale Fukushima Daiichi. Ici, tout va bien, enfin tout paraît normal comme avant. Moi je m’attendais, peut-être comme la plupart d’entre vous, plutôt à de grands changements au niveau de la population à cause de la radioactivité : beaucoup de personnes souffrant de cancers, de morts brutales par crise cardiaque ou de la leucémie. Mais pour l’instant, ce n’est pas le cas, au moins ici dans mon entourage.

 

Toutefois tout n’est pas pareil. Je dirais qu’il y a de petites choses, très subtiles, pas dramatiques, mais nouvelles que l’on rencontre de plus en plus souvent. Par exemple, la grippe n’est plus quelque chose que l’on attrape seulement en hiver. Même maintenant, au début d’été, ce n’est pas rare de rencontrer quelqu’un, un adulte, qui vous dit qu’il était souffrant plusieurs jours à cause de la grippe. Je connais aussi des étudiants qui étaient absents à cause de la pneumonie, ou de la méningite, ou une maladie dont j’ignore le nom. Ce n’est pas fréquent, mais cela arrive au moins une ou deux fois par an. Avant 2011 c’était beaucoup plus rare.

 

Il y a aussi plus de personnes qui s’énervent plus facilement, y compris moi d’ailleurs. Quand il y a quelqu’un qui me bouscule dans le train et qui ne s’excuse pas, je sens la colère qui monte facilement malgré moi. J’entends aussi depuis un ou deux ans des retards du train à cause des querelles entre voyageurs, ce qui était quasiment nul avant. Récemment je me suis fait engueuler dans le train alors que je bavardais avec un étudiant. Nous n’avions pas parlé fort, mais le monsieur qui dormait pas loin nous a dit « Taisez-vous, surtout, toi, le gars, tu comprends ! » C’était un monsieur d’une soixante d’années avec une veste et une cravate, qui avait l’air correct. Effectivement la vie urbaine, surtout dans les transports en commun à Tokyo, est hyper stressante, mais avant nous étions plus polis et plus courtois. J’ajoute aussi que nous avons toujours des personnes qui ont des malaises dans le train et qui perturbent les transports. Cela est maintenant devenu un incident quotidien.

Photo prise par Kasai (@makotokasai) le 18 mai 2017 à Ibaraki

Photo prise par Kasai (@makotokasai) le 18 mai 2017 à Ibaraki

Le changement ne se trouve pas seulement chez les humains. On constate des arbres qui meurent petit à petit surtout au bord de la route. C’est Kasai (@makotokasai) qui remarque et tweete régulièrement que meurent dans la région de Kanto de nombreux arbres. C’est effrayant de voir ses photos qui montrent que toutes sortes d’arbres, ginkgos, cerisiers, camphriers, azalées… sont en train de mourir car ils perdent leurs branches et leurs feuilles. On parle également depuis deux ou trois ans de la fleur des bambous qui ne fleurissent qu’une fois tous les cent ou deux cents ans. C’est un phénomène très très rare, et on dit que la floraison est le signe que donnent certaines espèces de bambou avant qu’ils ne meurent. Pourtant cette année on voit un peu partout des fleurs de bambou ; Tokyo, Yokohama, Karuizawa, Shizuoka, Hyogo (plus de 600 km de Fukushima Daiichi), Yamagata (en juin 2014), Kyoto (en avril 2015)…. On n’en connaît pas la cause, mais nos ancêtres disaient que c’est un mauvais signe. Nous espérons qu’il n’arrivera pas de nouveaux grands tremblements de terre.  Eh oui, ici les séismes nous font plus peur que la radioactivité… 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Témoignages du Japon
commenter cet article
15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 19:22

Par Fonzy (6ème témoignage)

 

 J’ai longtemps hésité à parler de l’anecdote qui suit, car je ne veux pas vous parler des fausses nouvelles ni des canulars que l’on raconte souvent rien que pour effrayer les gens. Aussi me manque-t-il des statistiques ou des données précises. Toutefois, je me dis maintenant qu’il est grand temps d’en parler, surtout de faire connaître à ceux qui habitent loin et qui ne savent pas ce qui se passe ici quotidiennement. Bref, c’est l’augmentation du nombre de ce que l’on appelle les « malades urgents » dans les transports en commun.

 

Qu’est-ce qu’un malade urgent ? C’est une personne qui a eu un malaise assez grave ou qui s’évanouit dans le train. En effet, les transports en commun sont très souvent perturbés à Tokyo à cause des « secours à un malade urgent » depuis au moins un ou deux ans. Les trains japonais ont longtemps eu la réputation d’être ponctuels. Hélas, c’était le Japon d’antan. Maintenant, il y a tous les jours des trains qui sont en retard à cause des arrêts imprévus pour soigner des malades. Je cite les tweets de Charley @charleycharley7 qui compte le nombre de personnes qui tweetent « malade urgent » dans les régions de Kanto, Chubu et Tohoku.

 

Le nombre total de tweets « malade urgent »   |   moyenne journalière

2015

mi-février                            209                             13,9

mars                                    497                             16,0

avril                                     671                             22,3

mai                                      668                             21,5

juin                                      725                             24,1

juillet                                   724                             23,3

août                                     664                             21,4

septembre                            730                             24,3

octobre                                855                             27,5

novembre                            843                             28,1

décembre                            921                             29,7

2016

janvier                                872                             28,1

 

  Ce ne sont pas des données officielles. Enfin, ce ne sont que des tweets. Tout le monde ne tweete pas dès qu’il trouve un malade urgent dans le train. Aussi est-il possible que le même malade ait été tweeté par plusieurs personnes. Malgré tout, c’est grave à mon avis. Or il y en a qui pensent que huit cents ne constituent pas un chiffre significatif, vu la population totale des régions. Je dis toutefois que c’est significatif, car je n’avais jamais entendu parler de « malade urgent » dans ma vie. Ça fait une trentaine d’années que je me déplace en train à Tokyo, mais c’est seulement depuis l’année dernière ou l’année d’avant que j’entends dans le train assez souvent une annonce comme ‘Nous sommes désolés que notre train soit en retard à cause d’un malade urgent’. J’ajoute aussi qu’il y a de nombreuses personnes qui partagent mon avis.

Annonce dans un métro à Tokyo

Annonce dans un métro à Tokyo

J’ai vu récemment un monsieur d’une soixantaine d’années qui était allongé sur le quai. Il n’était pas évanoui, mais demandait secours à un employé de la gare, la main sur la poitrine. C’était la gare de Shin-Osaka, à environ 800 km de la centrale de Fukushima Daiichi. Oui, il y en a aussi dans l’Ouest du Japon. Selon Charley @charleycharley7, le 1er février 2016, il y a eu vingt-cinq tweets du malade urgent dans l’Est, contre seulement huit dans l’Ouest. C’est très peu, mais ça existe. Sinon, on voit aussi de temps en temps ceux qui dorment comme une marmotte sur un banc, un quai ou un trottoir. J’entends la sirène de l’ambulance tous les jours, même toutes les trois ou quatre heures. Nous avons déjà eu depuis le début de l’année quatre ou cinq chauffeurs de bus qui ont perdu conscience (l’un a provoqué un accident grave qui a fait 15 morts). Ce n’est pas normal, mais maintenant l’anormal devient presque normal chez nous, bien qu’aucune preuve ne relie cette situation à l’irradiation...

 

Fonzy

 

 

 

 

 

__________________________________________

Mise à jour 16/02/16

 

Ajout d'une capture d'écran de tweet

Traduction : " Autour de moi il y a de plus en plus de gens qui meurent ou qui sont mal en point . Mais il semble que dans le train aussi maintenant il y a beaucoup de "malades urgents" voici le graphique du nombre de personnes ayant eu des malaises dans les transports en 2015."

Ici, ça ne va plus

Remarque

 

A la lecture de ce nouveau témoignage de Fonzy, je me suis rappelé que j’avais écrit sur le sujet de la santé dans un billet fin 2011, « Les effets de la catastrophe de Fukushima sur la santé ». A cette époque, j’avais été surpris par des données statistiques concernant l’évolution de trois maladies infectieuses, la pneumonie (Mycoplasma Pneumonia), la conjonctivite aiguë hémorragique et les maladies mains-pieds-bouche.

J’ai donc regardé à nouveau ces graphiques fournis par le Centre de surveillance des maladies infectieuses (Infectious Desease Suveillance Center (IDSC), dépendant de l’Institut national des maladies infectieuses (National Institute of Infectious Diseases (NIID)), basé à Tokyo. Le site existe toujours, je vais donc à nouveau diffuser ces graphiques, actualisés en 2012, pour que vous constatiez que, sur les trois maladies infectieuses qui avaient augmenté en 2011, deux restaient préoccupantes car en augmentation en 2012. Une autre pneumonie, la Chlamydia Pneumonia, était également en hausse en 2012.

Conjonctivites aiguës hémorragiques en rouge : retour à la normale en 2012

Conjonctivites aiguës hémorragiques en rouge : retour à la normale en 2012

Maladies main-pied-bouche en 2012 en rouge : valeur supérieure à l’avant 2011

Maladies main-pied-bouche en 2012 en rouge : valeur supérieure à l’avant 2011

Pneumonies (Chlamydia Pneumonia) : augmentation en 2012

Pneumonies (Chlamydia Pneumonia) : augmentation en 2012

Pneumonies (Mycoplasma Pneumonia) : forte augmentation en 2012

Pneumonies (Mycoplasma Pneumonia) : forte augmentation en 2012

Enfin, j’ai remarqué une autre maladie infectieuse qui n’avait pas progressé dans le bon sens en 2012, c’est l’infection par le virus respiratoire syncytial (RSV).

 

Infections par le virus respiratoire syncytial : augmentation en 2012

Infections par le virus respiratoire syncytial : augmentation en 2012

Les données pour 2013, 2014 et 2015 sont également disponibles sur une autre page du site, plus difficile à trouver, et cette fois uniquement en japonais. Sur les maladies infectieuses dont l’évolution était inquiétante en 2011 ou en 2012, seules restent aujourd’hui préoccupantes les maladies main-pied-bouche avec des taux aussi élevés en 2013 et 2015 qu’en 2011 et les infections dues au virus respiratoire syncytial.

 

Maladies main-pied-bouche : nouvelle augmentation importante en 2015

Maladies main-pied-bouche : nouvelle augmentation importante en 2015

Infections par le virus respiratoire syncytial : augmentation en 2014 et 2015

Infections par le virus respiratoire syncytial : augmentation en 2014 et 2015

Avec le retour à la moyenne normale des conjonctivites aiguës hémorragiques et des pneumonies, on aurait aimé constater une amélioration générale mais deux autres maladies infectieuses ont maintenant une évolution inquiétante, dépassant les taux des 10 dernières années : la pharyngite streptococcique et le mégalérythème épidémique.

Infections par la pharyngite streptococcique

Infections par la pharyngite streptococcique

Infections par le mégalérythème épidémique

Infections par le mégalérythème épidémique

Y a-t-il un lien entre la contamination effective, même à faible dose, et l'affaiblissement du système immunitaire des Japonais, en particulier des enfants ? Ces seuls graphiques ne peuvent pas le prouver. Toutefois, ils ne reflètent pas une meilleure santé de la population depuis 2011. C'est d'ailleurs ce qui a conduit un médecin de Tokyo à déménager et inciter ses patients à vivre à l’ouest du Japon.

 

De plus, dans la préfecture de Fukushima, on a détecté une augmentation de quelque 30 fois du nombre de cancers de la thyroïde chez les jeunes âgés de 18 ans et moins en 2011. Cette augmentation n’est pas normale, comme l’a confirmé un épidémiologiste japonais, le professeur Toshihidé TSUDA de l’université de Okayama.

 

Pierre Fetet

 

NB (Mise à jour 16/02/16)

Suite à la remarque d’un lecteur, j’ajoute ici des précisions sur la lecture des graphiques, d’après des informations trouvées dans le site du NIID et traduites par Fonzy :

« Premièrement,  l’axe vertical indique le nombre de malades aux « points précis » sauf celui  des infections par le virus respiratoire syncytial qui indique le nombre total des patients rapportés.

Deuxièmement, les « points précis » sont des cliniques ou des hôpitaux qui se trouvent un peu partout au Japon. Ils disent que ce sont 3000 pédiatres, 5000 généralistes, 600 cliniques ophtamologiques, 500 cliniques. Par contre, ils ne disent pas où ces cliniques se trouvent ni combien de cliniques se trouvent à Tokyo par exemple.

Troisièmement, les chiffres tels que 0.25 indiquent «la fraction du nombre de malades rapportés (numérateur) / le nombre de toutes les cliniques (dénominateur) ».

L’idée de diffuser des graphiques épidémiologiques sans diffuser l’endroit où vivent les malades est étrange. L’information devient opaque tout à coup ! Le Japon aime diluer à la fois l’information et la radioactivité… Le citoyen y est toujours perdant.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Témoignages du Japon
commenter cet article
28 novembre 2015 6 28 /11 /novembre /2015 00:46
Pour la sauvegarde de l'aide au logement : entretien avec Ken Sakamoto

Cet article a été publié en japonais et en anglais le 2 novembre 2015 sur le site Evacuate Fukushima sous le titre original «坂本健 – 福島原発事故の避難慰謝料 Ken Sakamoto – Protecting Housing Subsidies for Evacuees»

Il a été ensuite édité en français sur le site Nos voisins lointains le 6 novembre 2015

Nous en reproduisons ici une grande partie et nous vous enjoignons de le lire entièrement sur un de ces deux sites, selon la langue de votre choix.

Avec les Jeux Olympiques à l’horizon et afin de montrer au  monde que le Japon a totalement récupéré du triple désastre qui a frappé la région de Tohoku en 2011, incluant la crise en cours de Fukushima et au-delà, Sinzo Abe, les gouvernements locaux ont montré clairement aux dizaines de milliers d’évacués qu’il était temps de rentrer dans leur région d’origine. Le Japon réclame qu’une quantité appropriée de travaux de décontamination soit réalisée pour que les évacués retournent en toute sécurité  sur leurs terres contaminées. Cependant, beaucoup d’entre eux n’acceptent pas la propagande déployée par les gouvernements locaux et sont réticents à rentrer  et ce à juste titre. Afin d’accélérer le processus de retour, le gouvernement a adopté des mesures drastiques, à savoir arrêter l’aide au logement et les autres compensations, à la grande majorité d’évacués d’ici  la fin  mars 2018, les obligeant ainsi à retourner dans leur lieux d’origine.

 

Bien que très mal informé par les médias japonais, Fukushima a été témoin d’un énorme acte de résistance de la part des résidents;  de nombreux citoyens se sont organisés en groupes et associations à but non lucratif,  déterminés à lutter contre des réformes exerçant des pressions sur les évacués. Un des leaders les plus dévoués est Ken Sakamoto, que j’ai eu le privilège de rencontrer via les réseaux sociaux. Il m’a été présenté par une de mes chères amies d’Evacuate Fukushima福島の子供を守れ,Yukiko Young. M. Sakamoto est un être incroyable et se bat avec tout son cœur et son ’esprit afin de protéger la vie des enfants et des résidents de Fukushima.

 

M. Sakamoto a accepté d’être interviewé par nous et nous lui avons promis de diffuser l’entretien autant que possible, et de le partager ; espérons-le, beaucoup plus largement  que ce que les media ont fait jusqu’à présent, contre leur gré. Nous sommes tous une plateforme pour transmettre au monde les voix oubliées de Fukushima.

 

Veuillez lui apporter votre soutien et aussi aux milliers de victimes en lisant cet entretien et en le partageant largement.

Pour la sauvegarde de l'aide au logement : entretien avec Ken Sakamoto


ENTRETIEN

 

Nelson :

M. Sakamoto, merci beaucoup d’avoir pris le temps et la peine de nous parler. Vous avez effectué une grève de la faim de 13 jours afin de protester contre la décision gouvernementale d’arrêter l’aide au logement des évacués de l’accident nucléaire de Fukushima, ce qui par conséquent forcera les déplacés à retourner dans les régions contaminées avec leurs enfants.

 

Toutefois, notre première question porte sur votre santé.  Quel est votre état de santé ?

 

Sakamoto :

Tout d’abord, je vous prie de bien vouloir m’excuser pour le retard que j’ai mis avant de vous répondre.

Merci, oui, je me porte fort bien. Je vous remercie sincèrement de  votre attention.

Cette grève de la faim est une action qui n’aurait pas pu se réaliser sans l’appui moral, la coopération et l’aide des amis. Je réponds à vos questions en ayant  conscience que c’est à eux et à celles qui m’ont soutenu tout en restant invisibles, que les compliments devraient être adressés.

Habituellement, le gréviste de la faim reste au même endroit  et proteste jour et nuit. Toutefois, cette fois-ci, il n’y a  eu que 4 jours entre la prise de décision et le commencement de la grève de la faim (hormis de l’eau et du sel). C’était bien court pour préparer une grève. Ainsi, j’ai du remplir les engagements pris avant la décision de la grève dans la préfecture de Kanagawa. En parallèle, je me rendais à la préfecture de Fukushima pour y réaliser mes actions de revendication, et  apporter les voix des évacués. Bien entendu, je n’ai absorbé que de l’eau et du sel même pendant mes déplacements. Après le jeûne de 13 jours, bien que généralement la règle demande de passer le même nombre de jours pour revenir progressivement au régime alimentaire antérieur, comme j’avais des engagements, j’ai recommencé à manger normalement dès le lendemain tout en faisant attention d’absorber beaucoup d’eau, d’éviter des aliments épicés et de manger moins mais  j’ai senti, en écoutant mon corps, qu’il n’y avait pas de problème particulier et qu’il  avait besoin de nourriture. J’ai pu me rétablir rapidement, et je vis ma vie comme avant. Je suis reconnaissant à tout le monde dont l’appui moral a soutenu mon état physique.

 

Pour la sauvegarde de l'aide au logement : entretien avec Ken Sakamoto

 

Nelson :

Qu’est-ce qui vous a amené à cette lutte pour protéger les droits  des habitants de Fukushima ?

 

Sakamoto :

Jusqu’à présent, beaucoup de citoyens ainsi que les experts, ont fait remarquer l’insuffisance des  politiques. Ainsi  le gouvernement central et la préfecture de Fukushima se renvoient la responsabilité, ignorent  les nombreuses voix du  peuple tout en menant une  politique d’abandon vis à vis d’une partie de la population, quoique de manière camouflée. En effet, afin de protéger les enfants, il faut continuer leur évacuation, et pour cela, il est indispensable d’assurer leur ’hébergement. Telle est  la raison de mes actions.

 

Nelson :

Si je comprends bien, l’aide au logement pour les déplacés se termine à la fin de l’année fiscale 2016 (au mois de mars 2017) pour les zones dont la radioactivité ambiante est au-dessous de 20mSv/an, et à la fin de l’année fiscale 2017, partout où la radioactivité sera en dessous de  50mSv/an. A la fin de 2018, il n’y aura plus aucune compensation. Qu’est ce que cela signifie  pour les milliers de familles qui ont du reconstruire leur  vie ailleurs et qui devront recommencer une vie nouvelle ?

 

Sakamoto :

Votre commentaire sur la remise à zéro est tout à fait correct. A mon avis, le gouvernement central a constamment déployé des efforts pour minimiser les dommages de l’accident nucléaire tout en exerçant des pressions sur les médias. On peut presque parler ici d’un contrôle de l’information

La préfecture de Fukushima a mis en priorité la sauvegarde du gouvernement local plutôt que la santé et la vie de ses ressortissants. L’ETHOS qui avait été actif dans les coulisses à Tchernobyl est entré en scène sans tarder à Fukushima, et a recommandé de vivre avec la radiation, prétendant qu’ETHOS  était là pour protéger la santé des habitants de Fukushima.

Derrière la série des événements, on aperçoit les figures de l’AIEA, de la CIPR et de l’UNSCEAR. Toutefois, j’ai l’impression que l’éducation après-guerre a fait des Japonais un peuple docile qui suit les autorités et les média aveuglément. Même si la diffusion de l’accès à l’internet empêche le contrôle complet de l’information, le fait est que les personnes n’ayant pas accès à une ’information véridique, ne se rendent même pas compte qu’ils sont dupés. Ceux qui ne sont pas conscients de la manigance du gouvernement se laissent abuser  à cause de leur discrétion, élément  caractéristique du caractère japonais. Parmi ceux qui bénéficient de la ”Compensation” (quoi qu’insuffisante ), beaucoup ne réalisent même pas qu’ils ont été manipulés à ne pas réclamer leurs droits légitimes à cause de leur sentiment de culpabilité vis-à-vis des personnes qui elles sont privées du droit à la “Compensation”. Une partie de sinistrés ont fini par accepter leur situation comme inévitable. C’est dommage.

Toutefois, il existe également des déplacés ayant une forte conscience de leurs  droits qui s’élèvent contre cette  maltraitance injustifiable.

 

Le gouvernement central ainsi que TEPCO, les auteurs, non seulement ne reconnaissent pas leur responsabilité pénale mais ils essaient en plus de s’en tirer sans remplir la responsabilité de la “Compensation”. Cela me met  en rage. A cause de  députés parlementaires sans cœur, à cause du sabotage et de l’absence de prise de décision de la part des administrateurs, les victimes ne peuvent que vivre au  jour le jour, et dans la situation où ils se trouvent, ne voient plus que  l’option de la mort.

 

Les autorités ne jouissent pas de l’adhésion des sinistrés.

Pour la sauvegarde de l'aide au logement : entretien avec Ken Sakamoto

  

Nelson :

Quel est le consensus parmi les membres des familles concernant un tel déplacement? J’ai lu quelque part que 40% ne souhaitent pas rentrer, ce qui est compréhensible. Est ce exact ?

 

Sakamoto :

En ce qui concerne les évacués de la zone d’exclusion où l’ordre d’évacuation a été appliqué, la part de la population souhaitant retourner est d’environ 20%. Ceux qui n’arrivent pas à prendre une  décision définitive et continuent la vie de réfugié représente entre 30 et 40%. Le reste de la population, c’est-à-dire entre 40 et 50%, considère que ce n’est pas possible de rentrer, et souhaite reconstruire leur vie ailleurs rapidement. Au fur et à mesure que la période d’évacuation s’allonge, la part de la population qui considère que ce n’est pas possible de rentrer augmente.

 

Les gouvernements locaux se rendent compte de la situation, mais utilisent le budget uniquement dans l’hypothèse  du retour de la population. Je suppose que c’est inévitable puisqu’ils ne sont intéressés que par leur propre sauvegarde, mais c’est une  politique trop déséquilibrée.

Quant aux auto-évacués (ndt : ceux qui se sont déplacés dans des régions en dehors des zones d’évacuation qui avaient été décidées), la grande majorité souhaite demeurer où ils sont, et ce souhait est de la première importance pour eux. Il existe de plus en plus de personnes qui sont rentrées malgré elles pour des raisons financières ou à cause de conflits au sein de la famille. Généralement, les gens ne comprennent pas la situation des réfugiés. Aussi, il est difficile de dire combien de réfugiés comprennent pleinement la démarche d’arrêt de l’aide de “Compensation” de la préfecture de Fukushima. Dans ce sens, une audition publique est nécessaire, et la préfecture de Fukushima a la responsabilité de s’expliquer.

 

Nelson :

Les autorités locales ont l’air de croire qu’elles ont réussi à décontaminer suffisamment les régions contaminées pour y faire retourner les familles avec leurs enfants. Qu’en pensez-vous ? Y a-t-il suffisamment d’infrastructures sur place pour accueillir un si grand nombre de personnes qui vont rentrer – hôpitaux, supermarchés, écoles ?  

 

Sakamoto :

C’est le planning des bureaucrates, ils essaient de détourner  l’attention du peuple japonais de l’accident de la centrale nucléaire et de l’orienter vers les Jeux Olympiques en suscitant leur enthousiasme. C’est inévitable que la préoccupation du peuple japonais s’estompe au fil de temps. L’autocensure par les médias des informations concernant l’accident nucléaire et ses conséquences, accélère le désintérêt, et le gouvernement met les réfugiés aux abois en arrêtant ses aides et la “Compensation”.

Il semble qu’il essaie de faire disparaître les évacués le plus tôt possible, avant 2020.

 

Quant aux infrastructures, leur mise en place est retardée par le manque de main-d’œuvre dû à la préparation des Jeux Olympiques. Cela freine aussi la construction de logements publics, ce qui rend difficile la levée de l’ordre d’évacuation au mois de mars 2017. Toutefois, les travaux de décontamination, la mise en place des infrastructures pour la reconstruction, et le calendrier de retour sont étroitement liés (même s’il s’agit de la question de format ?). Ils vont donc dire que les infrastructures sont  prêtes pour le retour et ceux qui ne rentrent pas devront reconstruire leur vie avec leurs propres moyens. D’ores et déjà, les gouvernements central et de Fukushima incitent à « l’autonomisation » des évacués.

La démarche du gouvernement actuel est de créer une ambiance sociale requérant l’autonomisation des réfugiés, et de créer  une  situation dans laquelle ceux-ci n’auront  d’autres options que de retourner dans leur région  d’origine. Pour ce faire, il arrête les aides et la compensation, en se basant sur la mesure de la radioactivité ambiante comme seul critère pour lever l’ordre d’évacuation, sans faire face à la réalité de la radio-contamination.

 

Nelson:

Selon la CIRP, le public ne devrait pas être exposé à plus de 1mSv/an. Les autorités parlent-elles réellement de 50mSv/an ou moins,  comme la dose sans risque pour faire rentrer les enfants ? Quels sont les arguments fournis par les autorités locales aux évacués afin de les convaincre de rentrer– à part, bien sûr, de leur priver du  statut d’évacué et de  la” Compensation” ?

 

Sakamoto :

Malheureusement, le gouvernement central diffuse des informations erronées  en profitant de l’ignorance du peuple japonais sur la radioprotection, et le mène en  bateau en impliquant les gouvernements locaux.

 

(…)

 

Lire la suite de l’article sur le site « Nos voisins lointains »

 

 

 

Pour la sauvegarde de l'aide au logement : entretien avec Ken Sakamoto

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Témoignages du Japon
commenter cet article
16 novembre 2015 1 16 /11 /novembre /2015 22:25
Comprendre les dangers réels que nous devons envisager

Yumi Gj est une Japonaise expatriée. Elle a vécu la catastrophe de Fukushima de loin mais en a tout autant été tourmentée. En lien avec la souffrance des mères de Fukushima, elle a écrit une nouvelle en japonais dont elle présente la traduction anglaise à la fin de son témoignage.

J’ai été anéantie par la catastrophe nucléaire de 2011. J’ai tout de suite entamé des recherches sur la situation et essayé de contacter des experts dans ce domaine. Je pensais que le gouvernement japonais diffusait de fausses informations sur ce qui se passait en réalité à Fukushima et aussi sur le reste du Japon. Je voulais comprendre les dangers réels que nous devions envisager.

Suite à mes recherches et aux communications sur twitter pendant les mois qui ont suivi la catastrophe, j’ai pu avoir des contacts avec de nombreuses japonaises qui se sentaient coincées : elles voulaient désespérément quitter l’endroit où elles vivaient afin de protéger leurs familles, surtout leurs enfants. C’était la même chose pour celles qui habitaient à Tokyo, la ville qui se trouve à des centaines de kilomètres de Fukushima.

J’ai mesuré la chance que j’avais de me trouver à l’étranger avec ma famille (mon mari et mon fils qui est adolescent) car en même temps, j’ai compris que le désastre nucléaire provoquait non seulement des risques physiques, mais aussi des problèmes familiaux ; un des deux parents (souvent la mère) désire évacuer ses enfants pour vivre dans un endroit plus sûr, tandis que l’autre, qui croit ce que dit le gouvernement, refuse de partir. Cela peut causer des problèmes sérieux, et détruire la famille.

J’ai parlé avec plusieurs japonaises qui devaient quitter leurs maris et finalement divorcer. Elles se sentaient seules, angoissées. Elles n’avaient personne avec qui parler de leurs peurs. Elles se sentaient menacées tout le temps par les radiations. Elles savaient bien que leurs enfants étaient dans une situation périlleuse, et pourtant elles devaient rester, car il y avait le lien familial et aussi le travail de leurs maris.

Toutes ces communications m’ont poussée à écrire une petite nouvelle, « Strawberries ». C’est l’histoire d’une femme de l’après-Fukushima qui essaie de protéger ses enfants dans une situation menaçante et en même temps cherche à renouer le lien familial.

Vous trouverez cette nouvelle en anglais dans le lien ci-dessous.

Yumi Gj (traduction française Kazumi)

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Témoignages du Japon
commenter cet article
4 novembre 2015 3 04 /11 /novembre /2015 16:16
Les petits bénévoles innocents qui nettoient la route radioactive

Les petits bénévoles innocents qui nettoient la route radioactive

 

Par Fonzy (5ème témoignage)

 

 La catastrophe de Fukushima a contaminé et contamine toujours, entre autres, ceux qui habitent dans les régions de Tohoku et de Kanto ; le rejet quotidien des eaux hautement radioactives dans le Pacifique, la diffusion constante de radionucléides à partir de la centrale Daiichi, les aliments qui contiennent césium, strontium ou plutonium... Oui, ici nous sommes exposés tous les jours à la radiation, et nous ne pouvons rien faire. Toutefois ce n’est pas une raison pour faire exprès de contaminer les gens, surtout les enfants !

 

  J’ai été stupéfaite quand j’ai lu l’article daté du 18 octobre 2015 qui parle du nettoyage de la route nationale 6 auquel avaient participé 1400 collégiens et lycéens de Fukushima. La route 6, qui était fermée à cause d’une forte contamination, a ouvert seulement en septembre 2014 ! Le niveau de radiation reste évidemment toujours très élevé ; par exemple plus de 0,25 microSv/h et 19 0000 Bq/m2 dans la ville de Soma située à 40 km de la centrale, selon l’article.

 

Yumiko Nishimoto, la présidente de l’Association sans but lucratif (ASBL) « Happy Road Net » qui organise ce bénévolat, dit que le nettoyage de la route 6 est l’activité que les enfants faisaient avant le séisme de 2011 et qu’il n’y a aucun danger maintenant de le reprendre. Elle désire encourager les enfants tout en faisant le nettoyage ensemble pour qu’ils puissent reconstruire leur pays natal. Elle va même plus loin en disant que nous devons soutenir les enfants de Fukushima de sorte que les radioactivités disparaissent. Ce qu’elle dit est vraiment incompréhensible. Ce n’est pas nos soutiens psychologiques qui font disparaître le césium ou le strontium.

 

Dans l’article, il y a un interview d’un lycéen qui dit : « Je participe au nettoyage, parce que je voudrais faire une petite contribution à mon pays. Je pense qu’il n’y a pas de risque. Je suis sûr que les adultes ne nous font pas travailler dans un endroit dangereux. »

 

 Voilà un des exemples qui vous montrent bien que les autorités japonaises profitent de la bonne volonté des jeunes pour convaincre les gens que Fukushima n’est plus radioactif. Je suis en colère. C’est absolument inadmissible de laisser irradier les jeunes enfants.

Les zones rouges 1-8 ont été nettoyées par les enfants

Les zones rouges 1-8 ont été nettoyées par les enfants

Partager cet article

Repost 1
Publié par Pierre Fetet - dans Témoignages du Japon
commenter cet article
3 octobre 2015 6 03 /10 /octobre /2015 18:09
Fukushima : les voix silencieuses

La réalisatrice Chiho SATO est née à Fukushima. Habitant en France depuis 2010, elle a vécu la catastrophe de Fukushima de manière terrible, comme beaucoup d’expatriés, car elle n’avait aucune nouvelle de sa famille. Quatre ans plus tard, ses proches habitent toujours dans la zone d'évacuation volontaire, à 60 km de l’ex-centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Aujourd’hui, elle souhaite réaliser un documentaire intimiste sur cette région radioactive, intitulé « Fukushima : les voix silencieuses », avec comme objectif de « ré-ouvrir le débat sur la situation à Fukushima en y incluant la voix des habitants eux-mêmes ».

Très intéressé par cette démarche, le Blog de Fukushima s’est rapproché de la réalisatrice pour lui poser quelques questions.

PF : Vous qui habitez en France depuis 2010, comment avez-vous vécu la catastrophe de Fukushima en 2011 ?

 

CS : C’était réellement une situation cauchemardesque. C'est une amie japonaise qui m'a averti du tremblement de terre le 11 mars. J'ai immédiatement essayé de téléphoner à mes parents, mais à ce moment-là les réseaux téléphonique étaient saturés, je n'ai donc pu joindre personne ! Pendant deux jours, et malgré mes tentatives d'appels heure après heure, je n'ai pu entendre leur voix. Les nouvelles à la Télé et sur internet étaient mes seules sources d'information. Ce qui a eu pour résultat de m'angoisser encore plus, car les images montraient en boucle les ravages du tsunami. Le 13 mars, j’ai enfin réussi à joindre ma famille sur le portable de ma mère. Ils n'avaient rien, la maison n’avait pas subi de dégât, j’étais vraiment émue. Mais ils n'avaient plus d'électricité. Ils vivaient comme à l'époque d’Edo (1600-1868) !! Ma mère avait juste réussi à recharger son portable grâce à un petit générateur à manivelle. Ma mère s’inquiétait des risques dus à l'explosion de la centrale mais apparemment les informations à la radio n'en parlaient pas.

Par contre, en France, le nom de ma province natale courrait sur toutes les lèvres. J'ai alors commencé à envoyer des informations à ma famille par SMS.

 

PF : Est-ce que la catastrophe atomique de 2011 vous a fait changer d’avis sur l’utilisation de l’énergie nucléaire ?

 

CS : Je me souviens quand j'étais adolescente, lycéenne à Fukushima city, on nous a présenté un dessin animé ventant le coté écologique et « vert » de la centrale nucléaire de Fukushima. Celle-ci étant l'une des principales sources d'énergie de la ville de Tokyo, son gestionnaire (TEPCO) avait tout intérêt à ce que les habitants et en particulier les enfants de la région est une bonne image de cette centrale. Mais mes parents étaient toujours ouvertement anti-nucléaires sans pour autant être militant. J'étais donc peu enclin à adhérer au message « greenfriendly » de TEPCO. Mais avant la catastrophe, je n'avais jamais été « activiste » anti-nucléaire. Malheureusement, et comme pour beaucoup de personnes j'en ai peur, il a fallu que le désastre me touche personnellement pour que je décide d'agir concrètement.

 

PF : Considérez-vous votre film comme un acte engagé anti-nucléaire ou comme un état des lieux montrant la vie des habitants de Fukushima de manière neutre, favorisant la réflexion?

 

CS : Au début avec ce projet, je voulais simplement faire un état des lieux. Montrer aux français le quotidien d'une famille de Fukushima. Peut-être aussi donner à voir des visages, des vies réelles, qui souvent sortent de nos esprits ou deviennent abstraites lorsque l'on entend parler d'une catastrophe à l'autre bout du monde.

Aujourd’hui, mon point de vue s'est développé, affiné au fil de mes recherches et des discussions. La mauvaise gestion de la crise par les autorités japonaises et TEPCO et les problématiques lié à la désinformation ont rendu mon regard beaucoup plus critique. Cependant je ne veux pas perdre ce qui est l'essence de ce film en particulier : l'intimité et le quotidien de ma famille. Je désire donc être un témoin actif (puisque diégétique) des craintes, des interrogations, des espoirs de ma famille et de leur entourage.

 

PF : En quoi votre film peut faire prendre conscience des dangers du nucléaire ?

 

CS : Pour ma part je ne suis pas spécialiste du nucléaire ou médecin, je ne peux, ni ne veux rentrer dans des considérations scientifiques dans mon film. Je ne veux pas non plus pointer du doigt des enfants malades de la thyroïde et crier « Regardez ! C'est à cause du nucléaire ! ». Il y a plein de gens plus compétent que moi pour le faire. Par contre, je peux parler, en connaissance de cause, d'une autre particularité du nucléaire : on en oublie vite ses nuisances.

Dans un des extraits que nous avons mis en ligne, mon oncle nous confie qu’il a tendance à oublier la présence de la radioactivité. Aujourd'hui, ma famille préfère se dire que les doses auxquels ils sont exposés sont faibles et donc sans danger. A Fukushima-city, la plupart des gens n’ont pas peur de vivre, de respirer, ou de manger dans un environnement pourtant contaminé. Il est très difficile de se méfier ou même de se rebeller contre quelque chose qu'on ne voit pas, qu'on ne sent pas, qui ne nous fait pas souffrir dans l'instant. Donc, je pense que la prise de conscience que j'aimerais amener serait que l'un des plus grands dangers du nucléaire c'est de n'y penser que lorsqu'une catastrophe survient puis de l'oublier aussitôt.

 

PF : En impliquant votre famille dans ce documentaire, ne craignez-vous pas qu’elle vous le reproche un jour ?

 

CS : C'est une très bonne question. Je me la suis posée et continue de me la poser bien sûr. Je crains parfois d'être trop intrusive avec la caméra au sein de notre foyer familial. Mais je leur ai bien expliqué que mon point de vue n'était pas un jugement sur leurs choix ou leur quotidien. C'est la première fois que je réalise un documentaire aussi intime, alors bien sûr il y a une certaine « prise de risque » lorsqu'on est à la fois sujet, acteur et réalisateur de son film. Mais ma famille est très bienveillante et compréhensive. Et je pense, (j'espère) que peu à peu, eux aussi sont heureux de raconter leur expérience, leur histoire.

 

PF : L’évacuation des territoires contaminés a divisé la société japonaise. Comment vous positionnez-vous sur le fait de rester ou de ne pas rester dans les territoires radioactifs ?

 

CS : En premier lieu, je suis choquée par la manière dont les dirigeants japonais gèrent la crise. Ils minimisent les problèmes de contamination pour relancer l'économie de la région. Personnellement, je pense que la zone d'évacuation n'est déjà, à l'heure actuelle, pas assez étendue pour protéger les citoyens. Mais là, les autorités veulent réduire le périmètre et inciter des familles entières à se réinstaller dans des zones encore largement contaminées. Cette politique me met hors de moi ! Pour ce qui est de déménager, ou non, du territoire contaminé je pense que le choix est réellement personnel et donc différent selon les moyens économiques et les sensibilités de chacun. Et je ne peux me résoudre à juger ce genre de décision. Ma sœur, par exemple, avait quitté la province de Fukushima après la catastrophe. Mais l'année dernière, elle, son mari et leur deux enfants de 7 et 10 ans sont revenus habiter dans la département, non loin de chez mes parents. Pour ma part il est clair que je ne voudrais pas élever mes enfants dans cette zone mais encore une fois je ne peux pas juger les choix de chacun.

J'aimerais juste que toutes les familles qui font ce choix soit entièrement conscientes des risques encourus. Que leurs choix ne soient pas faussés par des propagandes gouvernementales.

 

(Propos recueillis par Pierre FETET, mis en forme par Lucas RUE, mari et co-réalisateur de Chiho SATO)

 

-oOo-

 

A ce jour, il manque encore 1500 euros pour que le film puisse être finalisé. Si vous êtes intéressé par le projet de Chiho Sato, vous pouvez lui apporter votre soutien par une participation financière, aussi modeste soit-elle, en cliquant sur le lien suivant qui donne aussi une présentation détaillée du projet :

 

FUKUSHIMA : les voix silencieuses

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Témoignages du Japon
commenter cet article
9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 21:08
Ceci n’est pas une centrale accidentée

Ceci n’est pas une centrale accidentée

 

Par Fonzy (4ème témoignage)

 

« La situation à Fukushima est sous contrôle » a affrirmé le Premier ministre Shinzo Abe dans son discours en 2013 pour faire venir les Jeux Olympiques de 2020 à Tokyo. Evidemment, la centrale de Fukushima Daiichi n’est pas sous contrôle, elle a sans arrêt des problèmes et continue à contaminer notre Terre. Toutefois, l’Etat cherche à nous convaincre de sa déclaration tout en prenant diverses politiques, parmi lesquelles le retour d’habitants dans les villages interdits, divisés pour le moment en trois zones dont les appellations sont tellement incomprehensibles que j’ai du mal à les retenir ; la "zone de préparation au retour" (1-20mSv/an), la "zone d'habitat limité"  (20-50mSv/an) et la "zone de retour difficile" (plus de 50 mSv/an). En effet, il y a des villages à proximité de la centrale qui sont déjà redevenus ‘habitables’  bien qu’ils restent toujours très radioactifs. D’après les autorités, toutes les zones seront supprimées pour 2017 sauf la "zone de retour difficile".

zone de préparation au retour (partie verte) - zone d'habitat limité (partie orange) - zone de retour difficile (partie rose)

zone de préparation au retour (partie verte) - zone d'habitat limité (partie orange) - zone de retour difficile (partie rose)

  Ce qui m’indigne le plus, ce sont les politiques ciblant les enfants et les adolescents. Je vous donne deux exemples qui me paraissent moralement inadmissibles.

 

  Le lycée Futaba Mirai Gakuen a ouvert en avril 2015 dans le village de Hirono situé dans la zone de 25 km ( ! ) de Fukushima Daiichi. C’est une école municipale où étudient pour l’instant 152 lycéens, mais qui va accuillir aussi des collégiens dans un futur proche. Elle a été aussi homologuée par le Ministre de l’Education dans son programme de ‘Super Global Highschool’ destiné à former des ‘futurs leaders internationaux’. Ce n’est pas tout. Pour fêter son ouverture, il y a des célébrités qui sont venues à la cérémonie : le député Shinjiro Koizumi (fils de l’ex-Premier ministre Junichiro Koizumi), le poète Shuntaro Tanigawa, l’ex-astronaute Naoko Yamazaki, l’acteur Toshiyuki Nishida.... L’uniforme du lycée a été créé par le même couturier que celui du groupe AKB, groupe idole très célèbre composés de fillettes, qui ont visité l’école fin avril... Bref, on verse des sommes colossales pour dynamiser cette école qui se trouve sur le terrain hyper radioactif.

A la Cérémonie d’ouverture du lycée Futaba Mirai Gakuen (25 km de la centrale), des nouveaux élèves se réjouissent avec le député Shinjiro Koizumi (au milieu)

A la Cérémonie d’ouverture du lycée Futaba Mirai Gakuen (25 km de la centrale), des nouveaux élèves se réjouissent avec le député Shinjiro Koizumi (au milieu)

  L’autre exemple, c’est un voyage avec l’école. Au Japon, les enfants de 6e et de 4e partent normalement avec l’école passer une ou deux nuits quelque part dans les montagnes, au bord de la mer, ou près de sites historiques (par exemple, pour moi, c’était  Nikko et Kyoto il y a longtemps...). Fukushima, qui avait été l’une des destinations de voyage favorites, ne l’est plus depuis le 11 mars 2011, à cause de la catastrophe, bien entendu. Afin d’attirer plus de monde, le département de Fukushima commence à donner des subventions aux écoles qui le choisissent, et cette offre a enthousiasmé le préfet du département de Saitama (banlieue de Tokyo) qui l’a acceptée en disant qu’il faudrait soutenir nos amis de Fukushima. Par conséquent, dix écoles y vont cette année au lieu de deux en 2013 et de cinq en 2014. Le chef de Saitama espère doubler le nombre d’écoles qui partent à Fukushima l’année prochaine...

 

J’ai récemment visité l’exposition de René Magritte à Tokyo. A l’instar de Magritte, j’ai écrit, en dessous d’une photo de la centrale Fukushima Daiichi, « Ceci n’est pas une centrale accidéntée », parce que c’est justement ça qui se passe ici... Au lieu de souligner les dangers de la centrale ou de sensibiliser l’opinion publique sur la radioactivité, on encourage à visiter Fukushima, surtout les jeunes qui ont un grand avenir, qui sont suscetipibles d’être plus sensibles à la radiation. On n’y voit pas la centrale qui a explosé, qui a fondu jusqu’au meltdown, mais une centrale nickel sous contrôle...

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Témoignages du Japon
commenter cet article
12 avril 2015 7 12 /04 /avril /2015 22:18

Quatrième témoignage de Permaria

______________

 

Action de protestation contre Tepco

Mouvement du refus « provisoire » de paiement

de facture d’électricité

 

 

Ayant fini une action protestataire contre Tepco à la succursale à Kawasaki, j’ai vu que l’aiguille de l’horloge de la gare marquait quatorze heures quarante-six. Ce n’était qu’une pure coïncidence, mais ce hasard m’était significatif car s’il n’y avait pas eu ce gigantesque séisme du 11 mars il y a quatre ans, je ne serais pas allée protester à Tepco avec Monsieur Ôtomi, jeune peintre et père de famille d’une trentaine d’année. Son fils a juste quatre ans. Le petit garçon avait quelques mois lors des évènements qui ont eu lieu du 11 au 15 mars 2011, avec l’explosion de trois réacteurs de la centrale de Fukushima Daïichi. Le jeune artiste s’inquiète beaucoup de la santé de son fils et aussi celle de la génération de son enfant. Ils habitent comme moi à Kawasaki, ville qui se trouve à 250 km de la centrale.

 

Si je n’avais pas appris que ce jeune homme avait créé, avec ses amis, un mouvement anti-nucléaire qui consiste à payer la facture d’électricité en retard au comptoir d’une banque, d’une supérette ou à la poste, un Yen de plus ou moins que la somme demandée, en inscrivant une petite phrase ou un mot pour exprimer notre refus de l’énergie nucléaire, je n’aurais pu dialoguer avec des employés de Tepco.

Action de protestation contre Tepco

L’action de protestation, le drapeau très saillant en couleur rouge et blanc et le dialogue avec les gens de Tepco, tout ça, c’est également pour lui une forme d’art, m’a-t-il dit. Nous sommes deux cents ou trois cents ou encore un peu plus qui sommes d’accord avec l’idée de Monsieur Ôtomi : le prélèvement automatique bancaire est la carte blanche au redémarrage des centrales nucléaires.

 

Voici des photos prises lors de la deuxième action protestataire en août de l’année dernière. Le 20 février, c’était la troisième action protestataire et pour moi c’était la première. Ce jour-là, Tepco ne nous a pas permis de prendre des photos dans leurs locaux. Sur l’affiche passée à un employé de Tepco, on lit nos demandes dont la première est le refus du redémarrage de la centrale nucléaire à Kashiwazaki Kariwa dans le département de Niigata.

 

Permaria

 

« Nos demandes : - Ne pas redémarrer la centrale nucléaire de Kashiwazaki-Kariwa dans le département de Niigata, - Démanteler toutes les centrales nucléaires, - Collaborer aux enquêtes effectuées par la justice, - Ne pas cacher les preuves de l’accident, - Réparer vite et sincèrement  tous les dégâts aux victimes et les sinistrés, - Traiter Tepco comme une entreprise en banqueroute et résoudre les problèmes de dette.

« Nos demandes : - Ne pas redémarrer la centrale nucléaire de Kashiwazaki-Kariwa dans le département de Niigata, - Démanteler toutes les centrales nucléaires, - Collaborer aux enquêtes effectuées par la justice, - Ne pas cacher les preuves de l’accident, - Réparer vite et sincèrement tous les dégâts aux victimes et les sinistrés, - Traiter Tepco comme une entreprise en banqueroute et résoudre les problèmes de dette.

Action de protestation contre Tepco

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Témoignages du Japon
commenter cet article
31 mars 2015 2 31 /03 /mars /2015 11:34

Troisième témoignage de Permaria

____________

 

Est-ce que les aliments quotidiens sont pollués ?

Activités de la station de mesure de la radioactivité d’Akita

 

 

Je me souviens de l’été dernier 2014. Le taux de radioactivité de l’environnement dans la ville d’Akita était de 0.08μSV/h sur mon Geiger. C’était une valeur un peu plus élevée qu’à Kawasaki où j’habite. Mais c’est juste un peu plus et les habitants du département continuent de vivre comme si de rien n’était.

 

Au supermarché, on vendait du cabillaud au rayon poissonnerie. Il y avait une étiquette marquant la zone de pêche. On a appris qu’il venait d’Aomori mais pas plus. Aomori, c’est un département au bout de l’île de Honshu qui donne sur trois étendues d’eau : l’océan Pacifique, le détroit de Tsugaru et la mer du Japon. On ne savait donc pas de quelles eaux d’Aomori venait ce poisson vorace. Comme il y a une grande différence de taux de radioactivité entre les poissons pêchés dans l’Océan Pacifique et ceux de la mer du Japon, je n’ai pas eu envie d’en acheter, faute de précision.

Est-ce que les aliments quotidiens sont pollués ?

Les consommateurs avertis et méticuleux appellent ce poisson « champignon noir de la mer » parce que cet animal marin carnivore absorbe et accumule facilement les substances radioactives. Mais, dans cette ville provinciale de taille moyenne qu’est Akita, on dirait qu’aucun client ne payait d’attention à la provenance du cabillaud.

 

Le 25 février 2015, on a appris que Tepco avait laissé fuir de l’eau fortement radioactive vers l’Océan Pacifique, depuis déjà l’année dernière, sans rien dire. Cette nouvelle a indigné la société coopérative des pêcheurs à Iwaki, ville portuaire ayant de nombreux petits ports de pêche. Les pêcheurs n’ont plus confiance en la compagnie d’électricité.

 

Or, depuis justement l’année dernière, juste après la semaine d’Or au mois de mai, le Ministère de la Santé, du Travail et des Affaires sociales a arrêté de publier le rapport quotidien des résultats de mesure de radioactivité des aliments, mais seulement hebdomadairement. Je pense que ce n’est pas un travail correct pour un ministère qui se charge de la santé de la nation. Et puis, la publication hebdomadaire a rendu la tâche de lecture et de vérification très difficile parce qu’il nous faut lire une quantité de données en une seule fois pour comprendre la situation et qu’ il y a plus de décalage de temps qu’avant entre la publication des informations et les circuits  d’approvisionnement alimentaires. Mais, il faut choisir et acheter des produits agricoles et de la pêche non pollués pour vivre sain. Alors il faut éviter le cabillaud, les champignons, surtout les champignons noirs, et les poissons d’eau douce. Et je bois de l’eau minérale Crystal Geyser importée des Etats-Unis.

 

Mais l’automne dernier, j’ai découvert, par hasard, dans un film intitulé  “Nucléaire sauvage : Les îles du projet secret 4.1”, que les deux sources de Crystal Geyser n’étaient pas loin du désert du Nevada où ont été effectués plusieurs essais nucléaires pendant la guerre froide par le gouvernement américain. J’en ai tressailli : en évitant l’eau minérale japonaise douteuse, je courais au risque d’empoisonnement causé par l’exposition interne… Il m’a fallu vite faire mesurer la radioactivité de cette eau. C’était important.

 

Justement à Akita, il y a une station de mesure de la radioactivité, tenue par un couple bénévole. On peut voir tous les résultats des mesures de la radioactivité chez eux « Beguredenega ? » (N’y a-t-il pas de substance radioactive (Bq) dedans ? en dialecte d’Akita) sur leur site : http://ameblo.jp/metabolism-akita/entrylist.html

Alors, je leur ai envoyé une énorme quantité de Crystal Geyser, 43,56 litres !

 

L’eau a été soigneusement condensée jusqu’à la limite chez eux, envoyée au bureau de Monsieur Shozugawa, assistant à l’Université de Tokyo et mesurée par un détecteur Germanium avec haute précision. Le résultat a été rassurant : pas de substance radioactive qui dépasse la limite de détection. Alors, je continue de boire cette eau toute rassurée.

 

Mais, je pense en même temps qu’il faudrait faire mesurer toutes les eaux minérales produites au Japon. Les frais de mesure sont assez élevés, mais en groupe, on peut les partager. Si le résultat était bon, ce serait plus économique de consommer de l’eau minérale japonaise parce qu’on est au Japon. Seuls les résultats vraiment fiables scientifiquement pourront empêcher « le risque de réputation » des produits japonais.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Témoignages du Japon
commenter cet article
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 14:46

Voici le deuxième témoignage de Permaria.

" Ça fait déjà plus de sept mois que je suis allée à Akita, ville provinciale qui donne sur la mer du Japon. C’était un voyage de retour au pays natal pour ma tante bientôt nonagénaire, qui habite maintenant dans le département de Kanagawa.

Elle a longtemps travaillé pour Tohokuden (Tohoku Electric Power Company) qui alimente de courant électrique la région du Tohoku ( Nord-Est de l’île principale qu’est Honshu au Japon ) et aussi dans le département de Niigata.

La nouvelle de son arrivée à Akita a vite circulé parmi quelques ex-collègues beaucoup plus jeunes qu’elle. Ils étaient trois, dont une femme fraîchement retraitée et deux hommes, tous d’une soixantaine d’années. Ils ont rendu visite pour dire bonjour à son aînée du bureau.

Au moment du gigantesque séisme du 11 mars 2011, l’ex-employée travaillait dans la Centrale thermique à Noshiro, au nord du département d’Akita. Le tremblement de terre a automatiquement arrêté tous les réacteurs thermiques et cet arrêt n’a pas été provisoire : le séisme a provoqué une panne difficilement réparable et la centrale n’a pu produire d’électricité jusqu’à l’année suivante.

« C’était vraiment embêtant, nous a-t-elle dit, parce qu’on n’avait rien à vendre. » Rien à vendre, donc rien de profit pour la société. A cette difficulté de gestion s’est ajouté des voix démoralisantes venant des clients particuliers contre l’énergie nucléaire. La retraitée a dit : «  Maintenant, on sait bien que l’énergie nucléaire est dangereux. Avant, c’était différent.

 

Avant, avant… Est-ce vrai qu’avant on croyait à l’intégralité de la centrale nucléaire ?

Je me souviens bien d’un dîner de fin mars 1979 où ma tante a beaucoup parlé, excitée malgré son calme d’habitude, de l’accident nucléaire de Three Mile Island. D’après elle, c’était plutôt beaucoup de cadres du bureau, tous hommes à cette époque-là, qui avaient parlé, déboussolés, à haute voix, du danger de l’énergie nucléaire avérée originellement incontrôlable. Depuis cet accident, une méfiance est née vis-à-vis de cette énergie du rêve et a été couvée même parmi les employés de la compagnie d’électricité. Mais, j’ai compris que cette méfiance a été bien diluée avec le temps, malgré l’accident de Tchernobyl qui a eu lieu sept ans après l’accident de TMI.

   

Deux retraités très gentils, maintenant jardiniers amateurs, n’ont rien dit sur l’accident de Fukushima Daiïchi ni de l’avenir de leur employeur.

 

Maison mère de Tohoku-den, Tohoku-epco à Sendai, dans le département de Miyagi

Maison mère de Tohoku-den, Tohoku-epco à Sendai, dans le département de Miyagi

Tohokuden est l’exploitant de deux centrales nucléaires : Onagawa dans le département de Miyagi et Higashidôri dans celui d’Aomori. L’entreprise a eu beaucoup de protestations contre un éventuel redémarrage de leurs centrales, justement comme moi qui le fais contre Tepco à chaque payement de frais d’électricité.

« L’énergie est le sang de la société moderne basée sur les activités économiques », j’ai trouvé cette phrase citée dans le bulletin de l’association des retraités de l’entreprise. Tohokuden a longtemps soutenu et soutient l’industrie de sept départements nord-est de l’archipel en choisissant et changeant parmi des carburants et des ressources naturelles : charbon, essence, eau, uranium, plutonium, vent, rayon du soleil, chaleur de la terre et biomasse.

Selon le bulletin, dans un an, Tohokuden, comme toutes les compagnies d’électricités, doit faire face à la libéralisation du marché de l’électricité. Tout le monde peut en vendre et en acheter. Pour se préparer, cette entreprise a l’intention de construire trois nouvelles centrales thermiques et une centrale hydroélectrique, en visant la stabilisation de l’alimentation du courant. C’est ainsi qu’elle compte regagner la confiance des clients, une fois perdue à cause de l’arrêt des centrales thermiques mais aussi nucléaires lors du 11 mars 2011.

Est-ce qu’elle va redémarrer Onagawa et Higashidôri ? La prévision est difficile, mais, il peut y avoir de l’espoir pour les générations futures."

 

Permaria

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Témoignages du Japon
commenter cet article

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -