15 février 2016 1 15 /02 /février /2016 19:22

Par Fonzy (6ème témoignage)

 

 J’ai longtemps hésité à parler de l’anecdote qui suit, car je ne veux pas vous parler des fausses nouvelles ni des canulars que l’on raconte souvent rien que pour effrayer les gens. Aussi me manque-t-il des statistiques ou des données précises. Toutefois, je me dis maintenant qu’il est grand temps d’en parler, surtout de faire connaître à ceux qui habitent loin et qui ne savent pas ce qui se passe ici quotidiennement. Bref, c’est l’augmentation du nombre de ce que l’on appelle les « malades urgents » dans les transports en commun.

 

Qu’est-ce qu’un malade urgent ? C’est une personne qui a eu un malaise assez grave ou qui s’évanouit dans le train. En effet, les transports en commun sont très souvent perturbés à Tokyo à cause des « secours à un malade urgent » depuis au moins un ou deux ans. Les trains japonais ont longtemps eu la réputation d’être ponctuels. Hélas, c’était le Japon d’antan. Maintenant, il y a tous les jours des trains qui sont en retard à cause des arrêts imprévus pour soigner des malades. Je cite les tweets de Charley @charleycharley7 qui compte le nombre de personnes qui tweetent « malade urgent » dans les régions de Kanto, Chubu et Tohoku.

 

Le nombre total de tweets « malade urgent »   |   moyenne journalière

2015

mi-février                            209                             13,9

mars                                    497                             16,0

avril                                     671                             22,3

mai                                      668                             21,5

juin                                      725                             24,1

juillet                                   724                             23,3

août                                     664                             21,4

septembre                            730                             24,3

octobre                                855                             27,5

novembre                            843                             28,1

décembre                            921                             29,7

2016

janvier                                872                             28,1

 

  Ce ne sont pas des données officielles. Enfin, ce ne sont que des tweets. Tout le monde ne tweete pas dès qu’il trouve un malade urgent dans le train. Aussi est-il possible que le même malade ait été tweeté par plusieurs personnes. Malgré tout, c’est grave à mon avis. Or il y en a qui pensent que huit cents ne constituent pas un chiffre significatif, vu la population totale des régions. Je dis toutefois que c’est significatif, car je n’avais jamais entendu parler de « malade urgent » dans ma vie. Ça fait une trentaine d’années que je me déplace en train à Tokyo, mais c’est seulement depuis l’année dernière ou l’année d’avant que j’entends dans le train assez souvent une annonce comme ‘Nous sommes désolés que notre train soit en retard à cause d’un malade urgent’. J’ajoute aussi qu’il y a de nombreuses personnes qui partagent mon avis.

Annonce dans un métro à Tokyo

Annonce dans un métro à Tokyo

J’ai vu récemment un monsieur d’une soixantaine d’années qui était allongé sur le quai. Il n’était pas évanoui, mais demandait secours à un employé de la gare, la main sur la poitrine. C’était la gare de Shin-Osaka, à environ 800 km de la centrale de Fukushima Daiichi. Oui, il y en a aussi dans l’Ouest du Japon. Selon Charley @charleycharley7, le 1er février 2016, il y a eu vingt-cinq tweets du malade urgent dans l’Est, contre seulement huit dans l’Ouest. C’est très peu, mais ça existe. Sinon, on voit aussi de temps en temps ceux qui dorment comme une marmotte sur un banc, un quai ou un trottoir. J’entends la sirène de l’ambulance tous les jours, même toutes les trois ou quatre heures. Nous avons déjà eu depuis le début de l’année quatre ou cinq chauffeurs de bus qui ont perdu conscience (l’un a provoqué un accident grave qui a fait 15 morts). Ce n’est pas normal, mais maintenant l’anormal devient presque normal chez nous, bien qu’aucune preuve ne relie cette situation à l’irradiation...

 

Fonzy

 

 

 

 

 

__________________________________________

Mise à jour 16/02/16

 

Ajout d'une capture d'écran de tweet

Traduction : " Autour de moi il y a de plus en plus de gens qui meurent ou qui sont mal en point . Mais il semble que dans le train aussi maintenant il y a beaucoup de "malades urgents" voici le graphique du nombre de personnes ayant eu des malaises dans les transports en 2015."

Ici, ça ne va plus

Remarque

 

A la lecture de ce nouveau témoignage de Fonzy, je me suis rappelé que j’avais écrit sur le sujet de la santé dans un billet fin 2011, « Les effets de la catastrophe de Fukushima sur la santé ». A cette époque, j’avais été surpris par des données statistiques concernant l’évolution de trois maladies infectieuses, la pneumonie (Mycoplasma Pneumonia), la conjonctivite aiguë hémorragique et les maladies mains-pieds-bouche.

J’ai donc regardé à nouveau ces graphiques fournis par le Centre de surveillance des maladies infectieuses (Infectious Desease Suveillance Center (IDSC), dépendant de l’Institut national des maladies infectieuses (National Institute of Infectious Diseases (NIID)), basé à Tokyo. Le site existe toujours, je vais donc à nouveau diffuser ces graphiques, actualisés en 2012, pour que vous constatiez que, sur les trois maladies infectieuses qui avaient augmenté en 2011, deux restaient préoccupantes car en augmentation en 2012. Une autre pneumonie, la Chlamydia Pneumonia, était également en hausse en 2012.

Conjonctivites aiguës hémorragiques en rouge : retour à la normale en 2012

Conjonctivites aiguës hémorragiques en rouge : retour à la normale en 2012

Maladies main-pied-bouche en 2012 en rouge : valeur supérieure à l’avant 2011

Maladies main-pied-bouche en 2012 en rouge : valeur supérieure à l’avant 2011

Pneumonies (Chlamydia Pneumonia) : augmentation en 2012

Pneumonies (Chlamydia Pneumonia) : augmentation en 2012

Pneumonies (Mycoplasma Pneumonia) : forte augmentation en 2012

Pneumonies (Mycoplasma Pneumonia) : forte augmentation en 2012

Enfin, j’ai remarqué une autre maladie infectieuse qui n’avait pas progressé dans le bon sens en 2012, c’est l’infection par le virus respiratoire syncytial (RSV).

 

Infections par le virus respiratoire syncytial : augmentation en 2012

Infections par le virus respiratoire syncytial : augmentation en 2012

Les données pour 2013, 2014 et 2015 sont également disponibles sur une autre page du site, plus difficile à trouver, et cette fois uniquement en japonais. Sur les maladies infectieuses dont l’évolution était inquiétante en 2011 ou en 2012, seules restent aujourd’hui préoccupantes les maladies main-pied-bouche avec des taux aussi élevés en 2013 et 2015 qu’en 2011 et les infections dues au virus respiratoire syncytial.

 

Maladies main-pied-bouche : nouvelle augmentation importante en 2015

Maladies main-pied-bouche : nouvelle augmentation importante en 2015

Infections par le virus respiratoire syncytial : augmentation en 2014 et 2015

Infections par le virus respiratoire syncytial : augmentation en 2014 et 2015

Avec le retour à la moyenne normale des conjonctivites aiguës hémorragiques et des pneumonies, on aurait aimé constater une amélioration générale mais deux autres maladies infectieuses ont maintenant une évolution inquiétante, dépassant les taux des 10 dernières années : la pharyngite streptococcique et le mégalérythème épidémique.

Infections par la pharyngite streptococcique

Infections par la pharyngite streptococcique

Infections par le mégalérythème épidémique

Infections par le mégalérythème épidémique

Y a-t-il un lien entre la contamination effective, même à faible dose, et l'affaiblissement du système immunitaire des Japonais, en particulier des enfants ? Ces seuls graphiques ne peuvent pas le prouver. Toutefois, ils ne reflètent pas une meilleure santé de la population depuis 2011. C'est d'ailleurs ce qui a conduit un médecin de Tokyo à déménager et inciter ses patients à vivre à l’ouest du Japon.

 

De plus, dans la préfecture de Fukushima, on a détecté une augmentation de quelque 30 fois du nombre de cancers de la thyroïde chez les jeunes âgés de 18 ans et moins en 2011. Cette augmentation n’est pas normale, comme l’a confirmé un épidémiologiste japonais, le professeur Toshihidé TSUDA de l’université de Okayama.

 

Pierre Fetet

 

NB (Mise à jour 16/02/16)

Suite à la remarque d’un lecteur, j’ajoute ici des précisions sur la lecture des graphiques, d’après des informations trouvées dans le site du NIID et traduites par Fonzy :

« Premièrement,  l’axe vertical indique le nombre de malades aux « points précis » sauf celui  des infections par le virus respiratoire syncytial qui indique le nombre total des patients rapportés.

Deuxièmement, les « points précis » sont des cliniques ou des hôpitaux qui se trouvent un peu partout au Japon. Ils disent que ce sont 3000 pédiatres, 5000 généralistes, 600 cliniques ophtamologiques, 500 cliniques. Par contre, ils ne disent pas où ces cliniques se trouvent ni combien de cliniques se trouvent à Tokyo par exemple.

Troisièmement, les chiffres tels que 0.25 indiquent «la fraction du nombre de malades rapportés (numérateur) / le nombre de toutes les cliniques (dénominateur) ».

L’idée de diffuser des graphiques épidémiologiques sans diffuser l’endroit où vivent les malades est étrange. L’information devient opaque tout à coup ! Le Japon aime diluer à la fois l’information et la radioactivité… Le citoyen y est toujours perdant.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Témoignages du Japon
commenter cet article

commentaires

SHEHADEH Gabriel 23/05/2016 13:42

autre proposition pour résoudre le problème des 300 tonnes de liquide (eau) radioactives par jour, je propose la mème méthode que j'ai évoqué dernièrement : c'est de injecter ces eaux dans les cœurs des volcans semi réveillés , il reste à savoir que la vapeur d'eau sortante de cette opération est radioactive ou pas ??

Pierre Fetet 24/05/2016 09:14

Oui la vapeur d'eau restera radioactive. C'est de l'eau tritiée qui partira ainsi dans l'environnement. Voir les explication du Dr Ian Fairlie dans cette traduction d'un entretien vidéo : http://www.vivre-apres-fukushima.fr/tritium-impact-sur-lenvironnement-et-la-sante/

SHEHADEH Gabriel 01/04/2016 17:49

Tous les chimi-physiciens connaissent la méthode de vitrification des matières dangereuses pour bloquer leurs nocivités, mais industriellement , pour le cas de 100 millions de sac contaminés qui se trouve dans la nature , provenant de Fukushima, ce n'est pas possible, mais c'est la méthode adéquate, à mon avis, pour réaliser ce type d'opération, je m'adresse aux ingénieurs d'étudier la possibilité d'injecter ou bien de jeter ces sacs dans des volcans semi réveillés ou pas réveillés avec un écoulement de la lave soit dans l'air ou en mer, pour assurer le refroidissement donc la vitrification , il faut éviter les volcans qui crachent les cendre. La température dans le cœur des volcans dépasse la fusion des matières. Si cette méthode est efficace , ça veut dire c'est la fin du stockage des matières radioactives dans la nature ?

cathy 19/02/2016 21:41

Depuis le début de la catastrophe nucléaire il a été dit plus d'une fois qu'il y aurait de nouvelles maladies, des problèmes des voies respiratoires, de coeur, de cerveau, des cancers, mutations, que les futures générations seront affectées, qu'il y aura beaucoup de souffrance.
De précieux conseils avaient été donnés dès mars 2011 pour que la population puisse se protéger de la radioactivité, transmis au gouvernement du Japon.
"L'Homme joue avec le feu ; il s'y brûle."

Sophie RedCloud 18/02/2016 18:40

"(...) maintenant l'anormal devient presque normal chez nous" nous avertit Fonzy, dans son redoutable témoignage.
On croirait lire un roman de science-fiction, aussi glauque que terrifiant.
Il s'agit là sans doute des symptômes les plus visibles de la catastrophe sanitaire qui est en cours, et qui ne s'arrêtera pas aux frontières du Japon.
Dix tonnes de plutonium expulsées dans l'atmosphère terrestre, ça n'est pas rien...
A l'heure où en France, l'ASN autorise la fabrication de cuves d'EPR dérogeant aux exigences réglementaires (arrêté publié le 3 janvier dernier au Journal Officiel), on est en droit de se demander s'il ne serait pas temps de demander des comptes à nos décideurs, qu'ils soient japonais, français ou américains.
Car il me semble que ce qui se passe actuellement à Fukushima et ailleurs, c'est quelque chose qui ressemble fort à un crime contre l'humanité.
Comment qualifier autrement la décision d'un gouvernement de renvoyer des populations entières dans des zones totalement contaminées ? de faire nettoyer des routes radioactives par des enfants ? de minimiser l'augmentation constante de cas de cancers de la thyroïde chez les enfants ? de relancer des réacteurs ?
Des gens tombent comme des mouches à Tokyo, des bébés californiens sont hypothyroïdiens à vie, les poissons du Pacifique meurent par milliers... le prix du kilowatt-heure est finalement bien plus élevé qu'il n'y paraît.

babelouest 16/02/2016 18:49

Bonjour !
On constate donc d'une façon générale une santé plutôt moins bonne avec le temps. Ce n'est pas surprenant. Je pense même que si des études aussi fouillées étaient mises en place sur des critères approchants à ceux-ci, partout dans le monde, une tendance générale se dresserait, avec des différences de gravité selon les régions bien entendu.

Après tout, l'augmentation de l'espérance de vie a bien cessé en France ! Je n'ose imaginer l'avenir, celui que connaîtront nos petits-enfants, et peut-être déjà nos enfants.

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

Agenda

Jeudi 7 septembre 2017, 17h06
Dominique Balaÿ, demain 7 septembre sur la radio suisse RTS - Espace 2
Le titre de l'émission est MAGNETIQUE, c'est une quotidienne autour de la musique animée par Anne GILLOT.
Elle l'interrogera sur l'histoire et les motivations du projet "Et pendant ce temps là à Fukushima" qu'il mène depuis 2011 en invitant des artistes à produire une œuvre ou à simplement à s'exprimer sur la catastrophe de Fukushima.
 
Mardi 12 septembre à 20h
Projection/débat du film "Fukushima : Les voix silencieuses" à Grenoble.
Les 2 réalisateurs, Chiho Sato et Luca Rue, seront présents au débat.
Lieu: Antigone, 22 rue des violettes 38100 Grenoble
Entrée gratuite sans réservation
 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -