12 novembre 2017 7 12 /11 /novembre /2017 22:18
Sites nucléaires de l'oural

Alors qu’en France, on persiste joyeusement à tout miser sur le nucléaire – enterrement par le gouvernement de l’objectif de 50 % de nucléaire à l’horizon 2025, mise en service de l’EPR en 2018 en fermant les yeux sur sa cuve défectueuse, mise en service d’un nouveau réacteur de recherche en 2019, poursuite de la création de la poubelle nucléaire à Bure – un accident nucléaire a failli passer inaperçu en Europe. Il s’est produit, selon l’IRSN, entre l’Oural et la Volga, c’est-à-dire très vraisemblablement en Russie.

Illustration ci-dessus : sites nucléaires russes du sud de l'Oural.

Dans cet article, j’ai choisi le térabecquerel comme unité de mesure des pollutions radioactives. 1 térabecquerel correspond à 1012 becquerels, soit 1000 milliards de becquerels.

 

[ Mises à jour en bas de page ]

 

Le sud de l’Oural, c’est un peu comme notre vallée du Rhône, il y a comme une concentration de sites nucléaires. En Russie, la plupart de ces installations sont situées dans des villes fermées dont les créations, qui remontent au temps de l’Union Soviétique, étaient liées à la fabrication d’armes atomiques. Donc pas étonnant, vu leur âge, que ça pète ou que ça fuie de temps en temps. On comprend aussi pourquoi la Russie actuelle ne peut pas reconnaître un accident nucléaire sur un site secret défense. Tchernobyl, ce n’était pas pareil, c’était une centrale nucléaire de production d’électricité et tout le monde avait été copieusement arrosé au césium-strontium-plutonium-etc., alors au bout de quelques jours, ce n’était pas possible de nier que c’était grave. En revanche, les accidents nucléaires sur des sites secrets, ça doit rester confidentiel. Par exemple, dans le passé, on a appris officiellement mais très tardivement – 33 ans plus tard ! – qu’un très grave accident nucléaire s’était produit en septembre 1957 (tiens tiens, il y a juste 60 ans, radieux anniversaire !) sur le site de Mayak. C’est encore très radioactif là-bas, c’était un accident de niveau 6 sur l’échelle INES qui en compte 7. C’était à Kychtym, dans l'oblast de Tcheliabinsk.

Justement, cet oblast et son voisin Sverdlovsk sont des bons candidats pour avoir été à nouveau victimes d’un accident nucléaire au cours de la dernière semaine du mois de septembre 2017. Ce n’est pas moi qui le dis, c’est la carte que vient de diffuser l’IRSN et qui pointe la région sud de l’Oural comme la très probable origine de la contamination radioactive au ruthénium-106 que vient de subir l’Europe, dont la France. 

Carte représentant la plausibilité de l’origine du rejet (source : IRSN)

Carte représentant la plausibilité de l’origine du rejet (source : IRSN)

Un secteur fortement nucléarisé

Pas très loin de ce point rouge de la carte de l’IRSN qui représente une probabilité de 60 à 80 %, il n’y a pas moins de 5 sites nucléaires sensibles :

- la ville fermée de Novoouralsk, où se trouve une usine d'enrichissement d'uranium,

- la ville fermée d’Oziorsk, où se trouve une usine importante pour le traitement des déchets nucléaires civils et militaires (production de plutonium), près de laquelle se trouve le site de Mayak,

- la ville fermée de Lesnoï, spécialisée dans la fabrication des armes nucléaires : enrichissement de l’uranium et assemblage d’ogives,

- la ville fermée de Triokhgorny, spécialisée pour la fabrication de bombes atomiques (assemblage d’ogives),

- la ville fermée de Snejinsk, second site dédié au programme nucléaire russe, spécialisé dans la conception et le développement d'armements.

J’ai réalisé une carte reprenant les données de l’IRSN et positionnant les 5 sites nucléaires russes afin de mettre en évidence leur proximité du point le plus probable où aurait eu lieu l’accident. Le point rouge foncé, c’est la probabilité entre 60 et 80 %, la couleur moyenne, c’est la probabilité entre 30 et 60 %, et enfin la couleur la plus claire correspond à la probabilité entre 5 et 30 %.

Carte représentant la plausibilité de l’origine du rejet de ruthénium-106 à partir des données de l’IRSN et localisation des sites nucléaires russes du sud de l’Oural.

Carte représentant la plausibilité de l’origine du rejet de ruthénium-106 à partir des données de l’IRSN et localisation des sites nucléaires russes du sud de l’Oural.

Est-ce l’un de ces sites qui a eu un problème ? C’est possible, mais on ne le saura sans doute jamais. Ou alors dans 30 ans quand quelqu’un parlera, ou plus tôt si un plus gros accident se produit avant.

 

Des pollutions radioactives à répétition en Europe

Je me souviens, en 2012, de l’iode 131 avait été détecté en Europe sans que personne ne puisse (ou ne veuille) dire d’où le problème venait. On se demandait si ça pouvait venir de Fukushima. Il est certain que l’IRSN avait les mêmes moyens qu’aujourd’hui pour faire des simulations de provenance. Mais cet institut, qui est entre autres sous la tutelle du ministère des armées, ne dit pas tout ce qu’il sait. Cependant cette fois-ci, la pollution est tellement gigantesque – entre 100 et 300 térabécquerels de ruthénium-106 – qu’il a fait un effort de communication (Serait-ce parce que le Bureau allemand de sûreté nucléaire était sur le point de l’annoncer ?).

Et qui se souvient de la pollution radioactive au césium 137 qui a eu lieu en mai-juin 1998 ? Personne à vrai dire, car l’info a été occultée par la coupe du monde de foot. Suite à une erreur, un haut-fourneau d’Algesiras avait fait fondre une capsule de césium 137 d’origine médicale, ce qui eut pour effet de libérer dans l’atmosphère européen 2 à 3 térabecquerels de césium radioactif. Sport et nucléaire ne font pas bon ménage. Je ne peux m’empêcher de penser aux prochains JO qui se dérouleront à Tokyo et à Fukushima

Nuage de césium 137 traversant l’Europe en 1998 (source : « Validation of the POLYPHEMUS platform on the ETEX, Chernobyl and Algeciras cases », Denis Quélo, Monika Krysta, Marc Bocquet, Olivier Isnard, Yannick Minier, Bruno Sportissea, in Atmospheric Environment, 41, ScienceDirect, 2007, p. 5310)

Nuage de césium 137 traversant l’Europe en 1998 (source : « Validation of the POLYPHEMUS platform on the ETEX, Chernobyl and Algeciras cases », Denis Quélo, Monika Krysta, Marc Bocquet, Olivier Isnard, Yannick Minier, Bruno Sportissea, in Atmospheric Environment, 41, ScienceDirect, 2007, p. 5310)

Je me souviens aussi du réacteur de production d’iode médical en Hongrie (institut de production de radioisotopes de Budapest (Izotop Intezet)) qui avait inondé l’Europe en 2011 de 0,6 térabecquerels d’iode 131.

Et puis plus récemment, ce réacteur de Halden en Norvège qui a rejeté impunément 8 térabecquerels de gaz rares radioactifs en octobre 2016 sans que personne, excepté la Criirad, ne s’inquiète de quoi que ce soit.

Et rappelez-vous encore, au début de cette année 2017, personne n’a su dire d’où provenait cet iode radioactif détecté dans de nombreux pays d’Europe.

L’homme, par les essais nucléaires passés, avait déjà rendu notre atmosphère comme « une chambre à gaz atomique ». Les nouvelles des accidents nucléaires sont donc toujours de mauvaises nouvelles, car les gaz et les nanoparticules radioactives sont produits souvent pour des dizaines d’années ou des siècles. A l’échelle d’une génération, chaque pollution nouvelle s’ajoute donc aux précédentes. On ne peut pas supprimer la radioactivité, à chaque fois qu’on la déplace, elle se remobilise dans le vent, la pluie, la poussière… et les organismes vivants.

 

Accident russe ?

Tout le monde s’accorde à dire que la pollution au ruthénium ne vient pas d’un accident de centrale nucléaire, mais plutôt d’un site de retraitement. En 2016, l’ACRO avait aussi relevé une pollution au ruthénium à côté du site de retraitement de la Hague. Il n’y a donc pas qu’en Russie que des problèmes surviennent.

Le ruthénium-106, produit de fission, a une période de plus d’un an, donc la pollution sera active durant une dizaine d’années. Pauvres riverains russes, pauvres Européens. La Criirad fait bien de dénoncer l’absence de prise de mesure pour les populations concernées. Mais la Russie dément. On se demande à quoi sert l’AIEA, soi-disant « gendarme du nucléaire », incapable de dénoncer publiquement le coupable de ce nouveau crime atomique…

 

Pierre Fetet

 

____________________________

 

Sources :

- Détection de ruthénium-106 en France et en Europe : résultat des investigations de l’IRSN (9/11/17)

- Contamination par le ruthénium 106 : les rejets radioactifs sont considérables et proviendraient de Russie ou de pays proches (10/11/17)

- Wikipédia, et autres sources dans le texte.

 

Non source :

- Site de l'AIEA : aucune information sur la pollution au ruthénium à ce jour

 

___________________

 

Mise à jour du 19/11/17


- Nouveau communiqué de la Criirad (17/11/17)

POLLUTION AU RUTHENIUM 106

La CRIIRAD met en cause l’AIEA et l’OMS et dénonce l’inertie de l’Europe.

 

- Article de Nuclear News (17/11/17)

Europe: carelessness, cowardice or concealment of radiation accidents?

 

- Article de NPR (17/11/17)

Clues In That Mysterious Radioactive Cloud Point Toward Russia

 

- Article de Safecast (16/11/17, mise à jour 17/11/17)

About that radioactive plume of Ru-106

 

- Rapports de l'AIEA

IAEA: Status of Measurements of Ru-106 in Europe

IAEA: Technical Attachment: Status of Measurements of Ru-106 in Europe

 

___________________

 

Mise à jour du 20/11/17

 

Analyse de la situation par Alain Dubois

- Ces impalpables nuages radioactifs (20/11/17)

 

Poursuite de l’action exemplaire de la Criirad

- Pollution au ruthénium : la CRIIRAD interpelle l’AIEA et l’OMS (20/11/17)

 

L’omerta commence à se fissurer. Difficile de cacher un accident de niveau 5 sur l’échelle Ines !

- La Russie reconnaît avoir enregistré une pollution radioactive sur son territoire (20/11/17)

 

___________________

 

Mise à jour du 22/11/17

 

- Certains médias s’emballent. Ils confondent parfois une agence météo avec le Kremlin. "La Russie reconnait..." et "La Russie dément..." se côtoient dans les moteurs de recherche.

 

 

Le Parisien sort une carte osée qui semble affirmer, "selon l'IRSN", que le site de Mayak est l'origine de la pollution au ruthénium 106. Pourquoi pas, mais dans le même temps, la Russie dément toute pollution. Quelle source officielle croire ? la Russie ou l'IRSN ?

 

Nouvel accident nucléaire en Europe ?

- La Criirad rappelle que rien n'est sûr, que la pollution relevée par l'agence météo russe est bien moindre que celle modélisée par l'IRSN. Et que si l'on considère que la Russie n'est pas responsable ou que la pollution est minime, alors la modélisation de l'IRSN est fausse.

Ruthénium 106 : le mystère reste entier ! (22/11/17)

 

- Le réseau sortir du nucléaire, en se basant sur le témoignage de la réfugiée politique Nadezda Kutepova, penche aussi pour une pollution venant du site de Mayak et édite une autre carte tirée de Daily Mail dans un dossier consacré à cette pollution :

Nuage de Ruthénium-106 : que s'est-il réellement passé ? :

 

Nouvel accident nucléaire en Europe ?

Je vous conseille la lecture du communiqué de Nadezda Kutepova, c'est très instructif sur la manière dont peut se produire une pollution de ruthénium et sur ce qui se passe en Russie.

 

On ne peut s'empêcher de penser aussi à l'arrivée massive de combustible nucléaire usé à Mayak en août 2017 : 20 000 assemblages de sous-marins nucléaires russes à traiter en provenance de la baie d'Andreeva, dont parlait cet article de Nuclear News :

Mayak receives nuclear sub fuel from Andreeva Bay (17/08/17)

 

Pour l'ACRO, qui déplore également le silence de l'AIEA, " un rejet grave a eu lieu sur une installation nucléaire russe qui est encore secret ".

Fort rejet radioactif enfin reconnu en Russie, avec données sur place

 

Selon The Telegraph News, "Evgueni Savchenko, le ministre de la Sécurité publique de la région de Tcheliabinsk, (...) a affirmé qu'il était suspect que la fuite ait été signalée en France, "où il y a une installation de traitement des déchets nucléaires qui est en concurrence avec notre Mayak"."

 

Une chose est sûre ce soir : tout n'est encore qu'hypothèses et confusion ! Il faudrait une enquête internationale indépendante pour connaître la vérité sur ce qu'il s'est réellement passé.

___________________

 

Mise à jour du 23/11/17

 

- Article de Azby Brown sur le blog de Safecast (22/11/17)

Ruthenium coverup continues

 

- Actu-environnement (23/11/2017)

Pollution au ruthénium 106 : la Russie ne joue pas franc-jeu

 

- Communiqué de la députée Michèle Rivasi (23/11/17)

Ruthénium 106 : il est nécessaire d'agir rapidement !

 

___________________

 

Mise à jour du 24/11/17

 

- D’après le moteur de recherche google, la RTS a publié un article le 24/11/17 intitulé « Transparence réclamée dans l'affaire de la pollution au ruthénium-106 ». Mais cet article a été retiré de la Toile.

 

- Selon le journal de Montréal (24/11/17), une commission scientifique russe va enquêter sur l’origine de la pollution radioactive détectée fin septembre dans le sud de l’Oural.

Russie : des scientifiques vont enquêter sur la pollution au ruthénium-106

 

___________________

 

Mise à jour du 25/11/17

 

- Interview de Jean-Marc Péres, directeur général adjoint de l'IRSN, dans l'émission "La question du jour" de Guillaume Erner sur France Culture (23/11/17)

 

 

___________________

 

Mise à jour du 26/11/17

 

- Article fouillé de Blandine Le Cain sur la catastrophe de Mayak en 1957

Pollution au ruthénium 106 : l'accident nucléaire de Maïak resurgit soixante ans après

 

___________________

 

Mise à jour du 29/11/17

 

- Nadezhda Kutepova alerte depuis 15 ans sur les dangers du site de Maïak. Un article et une émission de France TV info (29/11/17). Malgré la pollution au ruthénium 106, l'AIEA ne compte pas faire d'inspection à Maïak !

Fuite de ruthénium : une militante russe réfugiée en France s'attaque au tabou du nucléaire en Russie

___________________

 

Mise à jour du 6/12/17

 

- Article de synthèse de Tatyana Ivanova,  journaliste biélorusse résidant aux États-Unis, dans le site Lobe Log (5/12/17) : la source de la pollution se précise, bien que la Russie nie toute implication : la source de la diffusion du Ru-106 pourrait être l'installation numéro 235, qui vitrifie les déchets hautement radioactifs à Mayak. Le même accident, selon l'AIEA , s'est produit en 2001 dans l'usine de retraitement de combustible nucléaire à La Hague. "Un nouveau four de vitrification - le SverdNIIkhimmash EP-500/5 - a été mis en service à l'usine numéro 235 de Mayak à la fin du mois de décembre 2016."

Nuclear Russia Scares the World (Again)

 

___________________

 

Mise à jour du 18/12/17

 

- L'Acronique de Fukushima fait le point le 14 décembre : " Selon l’Agence de presse AP, Yuri Mokrov, conseiller du directeur général du centre nucléaire de Mayak, a reconnu que le traitement des combustibles usés conduit à des rejets de ruthénium-106 dans l’environnement. Et d’ajouter que l’usine de Mayak n’est pas à l’origine du rejet anormalement élevé qui a été détecté dans toute l’Europe en septembre dernier. Les rejets seraient minimes et des centaines de fois inférieurs aux limites autorisées. Les niveaux autorisés ne sont pas donnés dans l’article. "

Lire la suite en cliquant ici

___________________

 

Mise à jour du 19/12/17

 

- La Criirad a réalisé un dossier conséquent de 34 pages (à télécharger ci-dessous) concernant cette affaire qui malheureusement est restée sans dénouement. Le laboratoire indépendant alerte : tous les voyants sont au rouge, il faut que les instances internationales réagissent.

 

Dossier : Ruthénium 106, Trait d'Union n°76, décembre 2017 (Criirad)

Nouvel accident nucléaire en Europe ?

___________________

 

Mise à jour du 15/02/18

 

Chaque pays enquêtant sur la fuite radioactive en Russie pense qu'elle vient de Mayak - sauf la Russie...

L'ONG norvégienne Bellona fait le point dans cet article où l'on apprend que la fuite a pu se produire lors de la fabrication d'une capsule de cérium 144.

http://bellona.org/news/nuclear-issues/2018-02-western-scientist-show-evidence-of-a-radiation-leak-at-mayak-russia-disagrees

___________________

 

Mise à jour du 10/03/18

 

Article en allemand du Dr Alex Rosen, de l'IPPNW

Woher stammte die radioaktive Wolke über Europa?
(D'où vient le nuage radioactif ?)

___________________

 

Mise à jour du 30/03/18

 

Un nouveau communiqué de la Criirad du 27/03/18 qui remet en cause les rapports officiels :

RUTHENIUM 106 : UN INCROYABLE FIASCO

Des experts internationaux qui se discréditent,
un taux sidérant d’anomalies dans le rapport de l’IRSN,
il y a de plus en plus de zones d’ombre dans le dossier du ruthénium 106.

 

___________________

 

Mise à jour du 25/08/18

 

Selon l'AIPRI, " l’unique certitude absolue est que cette grave effluence qui a libéré de 6 à 18 millions de Sievert « respirables » et assassins n’est pas le fait d’un brutal épisode de fission fraiche, ou d’une excursion de carburant atomique.  Si cela avait été le cas la détection du Ru106 aurait été accompagnée par la détection de centaines d’autres radioéléments et la radioactivité par m3 aurait obligatoirement partout été jusqu’à des centaines de fois plus élevée pour être en proportion du Ru106 relevé."

Lire l'article du 16 juin 2018 en entier : Ruthénium 106

Partager cet article

Repost0

commentaires

Dareel 25/08/2018 23:27

Et une ultime correction à propos..que les infos de Yémen today qui montrait cette explosion en la décrivant comme une "bombe à neutrons" à Sanaa le 11 mai 2015..était du 11mai..2017..une rétrospective en quelque sorte,donc en fait je n' ai pas trouver d'infos TV qui parle de cette explosion ce jour la...à part les blogs et chaînes "underground".Je pense qu elle a sauté dans l'incendie du dépôt..mais je ne pense pas qu'une exlosion pareille soit due aux"charges à micro fission dans des obus anti chars pris dans de l'hydrogène ou une explosion"contrairement à ce que le blog de Mr Pirot prétend,et..JE LE PENSE ENCORE MOINS POUR CETTE EXPLOSION https://youtu.be/D-G8Xk1LBfA

Dareel 20/08/2018 01:21

Correction..ce n' était pas une "ogive nucléaire tactique "..c était une bombe atomique expérimentale de très faible puissance (quelques tonnes de tnt)..lisez ça entièrement ,ccest sur que GONCHAR n allait pas dire "en Russie" http://geostrategy.org.ua/en/komentari-ta-ocinki/item/1349-m-gonchar-nevdali-viprobuvannya-nekonventsiynoyi-yadernoyi-zbroyi-mogli-stati-prichinoyu-poyavi-radioaktivnoyi-hmari-nad-evropoyu ET AU SUJET DU YEMEN,MEME SI ILS ONT MONTRER CETTE EPAVE DE JET MAROCAIN QUI LES À SOIT DISANT BOMBARDER,IL N EMPECHE QUE C EST LES AUTORITÉS DU YEMEN EUX MEMES QUI ONT CRIER À LA BOMBE À NEUTRON SUR YEMEN TODAY..LE JOUR MEME.N OUBLIEZ PAS DE REGARDER LE REPORTAGE DE PATRICK FORESTIER SUR LE TRAFIC D'URANIUM CONGOLAIS..ET MANGEZ DES PRODUITS À BASE DE CEREALES FRANCAISES AU MAXIMUM !! Y A QUE DES CHAMPS DE MAÏS ET DE BLÉ AUTOUR DU DEPOT DE KALINOVKA ET L UKRAINE EXPORTE À FOND, MEME EN FRANCE !!

Bugsy 25/07/2018 19:45

incroyable les médias en on a peine parler comme d'habitude..!!
a chaque fois c'est la même chose c'est invisible donc cela arrange bien tous le mondes ....
Sauf les innocents qui n'y connaissent rien ..C'est criminelles !

Dareel 10/03/2018 22:59

La radioactivité retrouvée en europe des le 27 septembre n est pas que du ru106,et elle ne vient pas de la russie,c est une ogive nucleaire tactique qui a pété dans le"sabotage pro russe"du depot d armement de kalinovka a moins de 200 kms de la roumanie le soir du 26 septembre,tout est sur youtube,mais il faut bien chercher ..et pas que les videos intitulées en anglais,ou tomber sur ma playlist "le mysterieux nuage de ruthenium 106 qui vient de la russie et pas du tout de l'ukraine", après..c est sur que c est moins rassurant q une histoire de cuve qui a fuit du fin fond de la russie,mais bon..la vérité ,c est ca,et c'est tout.

Pierre Fetet 10/03/2018 23:50

C'est une hypothèse qui est séduisante au vu de la chronologie. Mais il ne suffit pas de décréter que la vérité c'est ça pour que la vérité soit ça. Il faut des liens, des preuves, des démonstrations.Comment expliquer qu'une ogive nucléaire produise ce gaz ruthénium 106 ?

Evelyne 13/11/2017 22:33

La CRIIRAD alerte, l'IRSN se résout donc à "communiquer" et Pierre retrousse ses manches pour informer. Merci !

Dareel 20/07/2018 19:12

Ils vous ont mentis..il n y a pas eu que du ruthénium 106..regarder sur lenntech la définition du ruthénium 106 déjà..cette bombe qui a explosé le soir du 26 septembre peu de temps après minuit,à été fabriquée avec l'uranium congolais (qui est le meilleur pour faire des bombes,surtout quand on a pas les équipements des pays nuclearisés pour l'enrichir à près de 100%)issu du trafic que le congo a mener a brazzaville au début des années 2000..le Yémen aussi à été client ,et ils ont incendier une cache d armes souterraines à saana en 2015 pour faire exploser leur bombe qui n' était pas assez enrichie pour créer une explosion nucleaire et la mettre sur le dos des saoudiens en criant à une "bombe à neutrons" (alors que dans les vidéos on ne voit pas un seul avion de chasse ),et l'Ukraine a fait la même chose durant le soit disant "sabotage russe"de ce dépôt d armement farci de missiles le soir du 26 septembre,où il y a eu pleins d autres explosion..mais ,les peu de chaînes ukrainiennes qui l'ont montrer partiellement..on dit que c était un "SMERCH"..qui n'à rien à voir avec ça https://youtu.be/D-G8Xk1LBfA j ai mis des semaines à trouver ces vidéos uniquement en ukrainien,pas besoin de comprendre ce qu ils disent,le journaliste de TCH dit juste que c est un SMERCH en train d exploser qu il va vous montrer..c est la même explosion à chaque fois dans cette vidéo..il ne y a que des champs de maïs et de blés autour,et vous en BOUFFEZ même en France..ne l oubliez jamais,essayez de manger des produits céréaliers français..et regarder ma chaîne consacrée à ça mr fetet..si vous avez le courage d accepter la vérité..et que contrairement à la quasi totalité des gens ,vous êtes capables de reconnaitre un vortex nucléaire...salutations.

courtois hervé 13/11/2017 18:05

Une bonne explication et un excellent rappel des évènements d'avant passés sous silence.
Merci Pierre.

Cécile (à Limoges) 13/11/2017 17:16

Encore une fois, bravo pour cette étude qui prolonge remarquablement les alertes de la criirad et de l'irsn - bien obligés, les grands contraints de l'irsn, ouaf ouaf !
Je ne savais même pas, pour toutes les autres pollutions que tu mentionnes ... et c'est judicieux de rappeler que les radio-élements à longue vie restent et s'accumulent dans l'atmosphère, le sol, les plantes, les animaux sauvages ...
A propos des essais nucléaires, quand j'ai fait ma formation radio-protection, j'ai appris que le bruit de fond en tritium avait significativement augmenté à cause de ces bombes explosées un peu partout dans le monde, "pour voir si ça marche" ... Le tritium traverse le corps, dissous dans l'eau du corps. Chacun de nous est contaminé avec de très petites doses, quasi-indétectables, mais qui passent en permanence par nos systèmes d'élimination. C'est comme acheter un billet de loterie par mois, mais alors tous les mois de toute notre vie : quelle probabilité de tirer le gros lot du cancer ? Hein ?

Pierre Fetet 13/11/2017 18:02

Oui c'est ça, on ne se rend pas compte, tout se disperse mais tout s'accumule au niveau mondial (il n'y a qu'une seule terre), du coup la radioactivité ambiante, au lieu de diminuer comme elle le faisait en continu jusque 1945 (ce qui a permis à la vie de se développer), augmente. Et effectivement, nos corps doivent lutter et nous jouons à la loterie rien qu'en respirant.

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

Actualités sur Fukushima

L'ACROnique de Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Projet Mieruka Fukushima

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Éditions de Fukushima

Publications

Le dernier livre de Jean-Marc Royer

 

 

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -