22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 18:35

jmjancovici.jpgDans une interview citée par Fabrice Nicolino, le polytechnicien Jean-Marc Jancovici aurait déclaré : « un accident de centrale est une excellente nouvelle ».

 

Pourquoi ? Parce que « cela crée instantanément une réserve naturelle parfaite » !

 

Autre phrase ahurissante de cet homme éclairé : « Fukushima aura surtout été un problème médiatique majeur, avant d’être un désastre sanitaire ou environnemental majeur ».

 

Les millions de personnes contaminées par la catastrophe de Fukushima apprécieront, en particulier les milliers d’enfants qui voient se développer aujourd’hui des grosseurs de la glande thyroïde (plus de 30 % des enfants affectés selon la dernière étude).

 

Voici les phrases de Jean-Marc Jancovici dans leur contexte :

 

« Même si tous les 20 ans se produit un accident similaire, le nucléaire évitera toujours plus de risques qu’il n’en crée. Il n’y a plus de raison sanitaire, aujourd’hui, d’empêcher le retour des populations évacuées à Fukushima, qui, au final, n’aura fait aucun mort par irradiation. De son côté, le million d’évacués pour le barrage des Trois Gorges, parfaitement « renouvelable », est assuré de ne jamais retrouver son « chez lui » !

 

En France - car c’est loin d’être pareil partout - Fukushima aura surtout été un problème médiatique majeur, avant d’être un désastre sanitaire ou environnemental majeur. Cet embrasement médiatique n’est pas du tout en rapport avec l’importance de cette nuisance dans l’ensemble des problèmes connus dans ce vaste monde.

 

Du point de vue des écosystèmes, et ce n’est pas du tout de l’ironie, un accident de centrale est une excellente nouvelle, car cela crée instantanément une réserve naturelle parfaite ! La vie sauvage ne s’est jamais aussi bien portée dans les environs de Tchernobyl que depuis que les hommes ont été évacués (la colonisation soviétique, à l’inverse, a été une vraie catastrophe pour la flore et la faune). Le niveau de radioactivité est désormais sans effet sur les écosystèmes environnants, et le fait d’avoir évacué le prédateur en chef sur cette terre (nous) a permis le retour des castors, loups, faucons, etc. On a même profité de cette création inattendue de réserve naturelle pour réintroduire des bisons et des chevaux de Przewalski , qui vont très bien merci.

 

La hantise de la radioactivité vient de la crainte que nous avons tous quand nous ne comprenons pas ce qui se passe. Mais ce que nous ne comprenons pas n’est pas nécessairement dangereux pour autant…».

(Source : extrait d’un entretien que Jean-Marc Jancovici a accordé à un journal en ligne, Enerpresse, relevé par Fabrice Nicolino dans son site : http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1262)

 

Entretien complet :

http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20120220trib000684006/entretien.-nicolas-sarkozy-a-rate-la-marche-du-grenelle-de-l-environnement-.html

 

 

 

 

Qui est Jean-Marc Jancovici ?

 

Son CV ici

 

 

 

 

Partager cet article

Publié par Pierre Fetet - dans En France et ailleurs
commenter cet article

commentaires

Cosmos 26/02/2012

On ne devrait pas pouvoir écrire que J.-M. Jancovici est un crétin, sous le paravent de l'anonymat. Ce n'est d'ailleurs pas vrai du tout : ses prises de position sont cohérentes avec :
- les intérêts de l'establishment nucléopathe, et
- le système d'abrutissement, d'infantilisation, simplificationniste des massmédias, comme outil de débat en lieu et place de la démocratie.

francois 26/02/2012

Oui, mettre les formes, j'ai oublié.
On ne s'attache plus à autre chose que la forme dans notre société.
Pas d'anonymat, je suis Francois Bresson et je fais ce que je peux a mon niveau pour défaire la désinformation du lobby nucléaire.
D'ailleurs ce n'est pas franchement la peine de relayer la parole de ces gens ici, ils sont déjà sur-représentés dans les médias.
Personnellement, je pense que lorsque l'on met une certaine forme d'intelligence au service de ce genre de cause, c'est faire preuve de crétinisme dans l'ensemble des autres sphères de l'intellect
humain qui n'est pas sensé se limiter aux équations.

Tôden Obake 26/02/2012

"Il n’y a plus de raison sanitaire, aujourd’hui, d’empêcher le retour des populations évacuées à Fukushima"

Jancovici さん、ありがとうございます!それでは、ガンになってしまったときは、あなたに治療費を全額請求させていただきますね。よろしくお願いします!

Jancovici sensei, merci beaucoup, si nous avons le cancer, nous adressons à vous nos factures de santé.

philippe 28/02/2012

Je reviens sur la tribune accordée à M. Jancovici où figure également un propos "intéressant" lorsque ce Monsieur s'afflige de l'implication des politiques dans le débat sur le nucléaire :

"Je veux bien que l'on débatte du nucléaire, mais si les débatteurs ne savent pas ce qu'est un atome d'uranium, un rendement de Carnot, un cycle du combustible, un cout du kW installé, un
millisievert, ou quels éléments on trouve dans les déchets nucléaires, c'est un dialogue de sourds. C'est comme si quelqu'un n'ayant jamais bu de vin accusait un sommelier de "confisquer le débat"
au motif qu'il a passé des années à étudier le choix d'un bon vin !"

C'est un peu à rapprocher, si le premier souci c'est de protéger notamment les enfants et les femmes des radiations et des contaminations, à cette conception du gouvernement par des "experts", ne
donnant aucun droit à l'expression vicérale du refus de ces technologies par les populations mêmes qu'elles menacent. Pire, on voit cette conception qui de fait nie la vie comme son droit
d'insurrection, complètement à l'oeuvre au Japon aujourd'hui. Toute la population japonaise se retrouve inféodée à la "généreuse" conception de l'intérêt général dont s'inspire ici M. Jancovici.
Ceci décrit le vice principal de nos sociétés, et la raison pour laquelle l'espoir aujourd'hui est à l'agonie.

Le modèle démocratique supposant de constituer un gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple, le fait comme ici de nier au peuple quelle qu'en soit la raison, son droit de donner un
avis, n'est ni plus ni moins que la revendication d'un pouvoir autoritaire au nom d'une fort discutable expertise.

Et defait dans nos sociétés, l'expert ou le scientifique ne rendent jamais compte au peuple de leur action. Il en va de même pour les décideurs de la finance et des entreprises. Ces constats
revêtent une importance capitale dans la recherche d'un fonctionnement social au bénéfice concret du peuple.

On serait même tenté de dire que le rôle des gouvernements politiques aujourd'hui se résume à servir d'obstacles, de tampons, de diversions canalisant l'insurrection des peuples, dans le but de les
empêcher de questionner et mettre en cause ces niveaux de gouvernance de nos destins qui sont la science, la finance, les cénacles de "décideurs" et leurs valets les "experts" qui les cautionnent
tous, qu'il agissent comme "consultants" ou même comme "acteurs de la société civile".

Tant que nous n'aurons pas de pouvoir sur les finalités de l'entreprise, de l'activité, de la recherche et de l'investissement, tant que ça ne sera pas aux experts de rendre des comptes, au peuple
de choisir ses experts, et qu'il ne sera pas mis fin à l'impunité à conduire des projets et des programmes d'équipement, de production et d'infrastructures dont on tienne pour naturel qu'il soient
contenus dans des formes délibérément incompréhensibles au peuple, nous resterons exposés aux dangers des programmes fantasmatiques encouragés par des "experts" de l'accabit de M. Jancovici :
nucléaire, nanotechnologies, biotechnologies, ogm, gaz de schiste, etc.

Le problème auquel nous sommes confrontés aujourd'hui c'est bien en amont de la forme élective représentative retenue et de son fonctionnement, en amont même de la mainmise sur les moyens
d'information et de communication par les mafias spéculatives, de vivre dans des sociétés dont les déterminants des activités principales - souvent recouvertes par les termes de "croissance" ou de
"développement" - nous échappent en totalité. En effet si nous distinguons un "service public" dont la vocation consisterait à executer tout ce qui relèverait de l'intérêt général, d'un "secteur
privé", dont la "liberté d'entreprendre" revient comme pour Fukushima à celle de nous décimer, il existe peu de chance de limiter les destructions à l'oeuvre.

Il est clair qu'il nous incombe de faire en sorte que toutes nos activités s'orientent vers l'intérêt général sans exception, et que l'activité industrielle privée doive respecter cela si nous
voulons échapper à la destruction.

C'est bien de cela que les élites ont peur aujourd'hui. Elles redoutent la conséquence inévitable d'une prise de conscience planétaire de nos responsabilités individuelles à contrôler toute les
activités et non pas seulement celles pour lesquelles, comme on jète un os à un chien, s'est retreinte notre influence (compétitions électorales, "débats publics" etc.).

L'activité humaine sous toutes les formes, et en particulier les plus dangereuses, menace toutes les espèces vivant sur cette planète. Sauf de démissionner de nos vies et de le faire pour nos
enfants, il nous incombe d'infléchir le bouleversement en cours en sorte de nous réapproprier en tant qu'individus le pouvoir sur toute l'activité impactant nos ressources et nos
environnements.

C'est pourquoi la situation au Japon est si importante, et non seulement du fait des dangers sanitaires auxquels les installations détruites nous exposent. Car le Japon se retrouve aujourd'hui un
terrible laboratoire d'expérimentation de la maléabilité des peuples et de la capacité des élites entrepreneuriales et financières à les canaliser vers l'abattoir. La France sur-nucléarisée est
tellement proche de cette situation qu'il prend obligatoirement sens pour nous de demander des comptes aux personnes qui, comme ici M. Jancovici, présument que l'avis d'expert puisse donner quelque
droit que ce soit à démentir la légitimité de la personne humaine à exprimer un avis sur les choix conditionnant sa vie.

Du reste il est fort intéressant d'aller lire le texte intégral de la tribune de M Jancovici dont lien est fourni. Car qu'y fait-il ? Et bien il s'y exprime sur tant de domaines d'expertise, qu'il
s'agisse d'économie, de technologies, d'écologie et même de politique, qu'il démontre ne faire rien d'autre en définitive que d'exprimer sa vision personnelle du monde. Ce qui revient à n'assister
ni plus ni moins qu'à la pontification d'un égo si surdimensionné qu'il y dénie explicitement et successivement aux peuples et aux autres personnes le droit de revendiquer la leur.

En d'autres termes M. Jancovici nous fait ici la démonstration exemplaire de pire des formes de débat social à l'oeuvre actuellement : la transcription de monologue infatué cautionnée par
l'autorité d'une "expertise" accordée par ses maîtres, entrepreneurs aujourd'hui tout-puissants.

Sans doutes moins "experts" - il faut le souhaiter - il demeure évident que tant que les français n'auront pas droit à déterminer par eux-mêmes la conduite d'entreprises ou de services tels que le
CEA, Areva, EDF, Alstom, GDF-Suez, Veolia, entre autres, il n'auront absolument aucune chance de s'en sortir en tant que personnes exposées aux menaces, contaminations et destructions radiologiques
auquels ils sont exposés. Et les pantomimes électorales et médiatiques en cours n'y changeront rien.

Frédéric Boutet 19/03/2012

J'ai pris le temps enfin de rédiger un truc sur la Nature car Jancovici ment au plus prochde de la vérité : il tente de s'habiller en écologiste.

Les catastrophes nucléaires et la Nature : réponses à JM Jancovici
http://www.stop-nucleaire31.org/spip.php?article91

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

The Watchmen of Fukushima

Presse japonaise anglophone    

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Aider le Japon maintenant

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog