22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 18:35

jmjancovici.jpgDans une interview citée par Fabrice Nicolino, le polytechnicien Jean-Marc Jancovici aurait déclaré : « un accident de centrale est une excellente nouvelle ».

 

Pourquoi ? Parce que « cela crée instantanément une réserve naturelle parfaite » !

 

Autre phrase ahurissante de cet homme éclairé : « Fukushima aura surtout été un problème médiatique majeur, avant d’être un désastre sanitaire ou environnemental majeur ».

 

Les millions de personnes contaminées par la catastrophe de Fukushima apprécieront, en particulier les milliers d’enfants qui voient se développer aujourd’hui des grosseurs de la glande thyroïde (plus de 30 % des enfants affectés selon la dernière étude).

 

Voici les phrases de Jean-Marc Jancovici dans leur contexte :

 

« Même si tous les 20 ans se produit un accident similaire, le nucléaire évitera toujours plus de risques qu’il n’en crée. Il n’y a plus de raison sanitaire, aujourd’hui, d’empêcher le retour des populations évacuées à Fukushima, qui, au final, n’aura fait aucun mort par irradiation. De son côté, le million d’évacués pour le barrage des Trois Gorges, parfaitement « renouvelable », est assuré de ne jamais retrouver son « chez lui » !

 

En France - car c’est loin d’être pareil partout - Fukushima aura surtout été un problème médiatique majeur, avant d’être un désastre sanitaire ou environnemental majeur. Cet embrasement médiatique n’est pas du tout en rapport avec l’importance de cette nuisance dans l’ensemble des problèmes connus dans ce vaste monde.

 

Du point de vue des écosystèmes, et ce n’est pas du tout de l’ironie, un accident de centrale est une excellente nouvelle, car cela crée instantanément une réserve naturelle parfaite ! La vie sauvage ne s’est jamais aussi bien portée dans les environs de Tchernobyl que depuis que les hommes ont été évacués (la colonisation soviétique, à l’inverse, a été une vraie catastrophe pour la flore et la faune). Le niveau de radioactivité est désormais sans effet sur les écosystèmes environnants, et le fait d’avoir évacué le prédateur en chef sur cette terre (nous) a permis le retour des castors, loups, faucons, etc. On a même profité de cette création inattendue de réserve naturelle pour réintroduire des bisons et des chevaux de Przewalski , qui vont très bien merci.

 

La hantise de la radioactivité vient de la crainte que nous avons tous quand nous ne comprenons pas ce qui se passe. Mais ce que nous ne comprenons pas n’est pas nécessairement dangereux pour autant…».

(Source : extrait d’un entretien que Jean-Marc Jancovici a accordé à un journal en ligne, Enerpresse, relevé par Fabrice Nicolino dans son site : http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1262)

 

Entretien complet :

http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20120220trib000684006/entretien.-nicolas-sarkozy-a-rate-la-marche-du-grenelle-de-l-environnement-.html

 

 

 

 

Qui est Jean-Marc Jancovici ?

 

Son CV ici

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

citoyenne affligée 01/09/2015 11:25

Que ce blog fait du bien ! Ainsi que les commentaires si loin de ttes les inepties que l'on peut lire d'ordinaire.

Frédéric Boutet 19/03/2012 15:17

J'ai pris le temps enfin de rédiger un truc sur la Nature car Jancovici ment au plus prochde de la vérité : il tente de s'habiller en écologiste.

Les catastrophes nucléaires et la Nature : réponses à JM Jancovici
http://www.stop-nucleaire31.org/spip.php?article91

philippe 28/02/2012 12:45

Je reviens sur la tribune accordée à M. Jancovici où figure également un propos "intéressant" lorsque ce Monsieur s'afflige de l'implication des politiques dans le débat sur le nucléaire :

"Je veux bien que l'on débatte du nucléaire, mais si les débatteurs ne savent pas ce qu'est un atome d'uranium, un rendement de Carnot, un cycle du combustible, un cout du kW installé, un
millisievert, ou quels éléments on trouve dans les déchets nucléaires, c'est un dialogue de sourds. C'est comme si quelqu'un n'ayant jamais bu de vin accusait un sommelier de "confisquer le débat"
au motif qu'il a passé des années à étudier le choix d'un bon vin !"

C'est un peu à rapprocher, si le premier souci c'est de protéger notamment les enfants et les femmes des radiations et des contaminations, à cette conception du gouvernement par des "experts", ne
donnant aucun droit à l'expression vicérale du refus de ces technologies par les populations mêmes qu'elles menacent. Pire, on voit cette conception qui de fait nie la vie comme son droit
d'insurrection, complètement à l'oeuvre au Japon aujourd'hui. Toute la population japonaise se retrouve inféodée à la "généreuse" conception de l'intérêt général dont s'inspire ici M. Jancovici.
Ceci décrit le vice principal de nos sociétés, et la raison pour laquelle l'espoir aujourd'hui est à l'agonie.

Le modèle démocratique supposant de constituer un gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple, le fait comme ici de nier au peuple quelle qu'en soit la raison, son droit de donner un
avis, n'est ni plus ni moins que la revendication d'un pouvoir autoritaire au nom d'une fort discutable expertise.

Et defait dans nos sociétés, l'expert ou le scientifique ne rendent jamais compte au peuple de leur action. Il en va de même pour les décideurs de la finance et des entreprises. Ces constats
revêtent une importance capitale dans la recherche d'un fonctionnement social au bénéfice concret du peuple.

On serait même tenté de dire que le rôle des gouvernements politiques aujourd'hui se résume à servir d'obstacles, de tampons, de diversions canalisant l'insurrection des peuples, dans le but de les
empêcher de questionner et mettre en cause ces niveaux de gouvernance de nos destins qui sont la science, la finance, les cénacles de "décideurs" et leurs valets les "experts" qui les cautionnent
tous, qu'il agissent comme "consultants" ou même comme "acteurs de la société civile".

Tant que nous n'aurons pas de pouvoir sur les finalités de l'entreprise, de l'activité, de la recherche et de l'investissement, tant que ça ne sera pas aux experts de rendre des comptes, au peuple
de choisir ses experts, et qu'il ne sera pas mis fin à l'impunité à conduire des projets et des programmes d'équipement, de production et d'infrastructures dont on tienne pour naturel qu'il soient
contenus dans des formes délibérément incompréhensibles au peuple, nous resterons exposés aux dangers des programmes fantasmatiques encouragés par des "experts" de l'accabit de M. Jancovici :
nucléaire, nanotechnologies, biotechnologies, ogm, gaz de schiste, etc.

Le problème auquel nous sommes confrontés aujourd'hui c'est bien en amont de la forme élective représentative retenue et de son fonctionnement, en amont même de la mainmise sur les moyens
d'information et de communication par les mafias spéculatives, de vivre dans des sociétés dont les déterminants des activités principales - souvent recouvertes par les termes de "croissance" ou de
"développement" - nous échappent en totalité. En effet si nous distinguons un "service public" dont la vocation consisterait à executer tout ce qui relèverait de l'intérêt général, d'un "secteur
privé", dont la "liberté d'entreprendre" revient comme pour Fukushima à celle de nous décimer, il existe peu de chance de limiter les destructions à l'oeuvre.

Il est clair qu'il nous incombe de faire en sorte que toutes nos activités s'orientent vers l'intérêt général sans exception, et que l'activité industrielle privée doive respecter cela si nous
voulons échapper à la destruction.

C'est bien de cela que les élites ont peur aujourd'hui. Elles redoutent la conséquence inévitable d'une prise de conscience planétaire de nos responsabilités individuelles à contrôler toute les
activités et non pas seulement celles pour lesquelles, comme on jète un os à un chien, s'est retreinte notre influence (compétitions électorales, "débats publics" etc.).

L'activité humaine sous toutes les formes, et en particulier les plus dangereuses, menace toutes les espèces vivant sur cette planète. Sauf de démissionner de nos vies et de le faire pour nos
enfants, il nous incombe d'infléchir le bouleversement en cours en sorte de nous réapproprier en tant qu'individus le pouvoir sur toute l'activité impactant nos ressources et nos
environnements.

C'est pourquoi la situation au Japon est si importante, et non seulement du fait des dangers sanitaires auxquels les installations détruites nous exposent. Car le Japon se retrouve aujourd'hui un
terrible laboratoire d'expérimentation de la maléabilité des peuples et de la capacité des élites entrepreneuriales et financières à les canaliser vers l'abattoir. La France sur-nucléarisée est
tellement proche de cette situation qu'il prend obligatoirement sens pour nous de demander des comptes aux personnes qui, comme ici M. Jancovici, présument que l'avis d'expert puisse donner quelque
droit que ce soit à démentir la légitimité de la personne humaine à exprimer un avis sur les choix conditionnant sa vie.

Du reste il est fort intéressant d'aller lire le texte intégral de la tribune de M Jancovici dont lien est fourni. Car qu'y fait-il ? Et bien il s'y exprime sur tant de domaines d'expertise, qu'il
s'agisse d'économie, de technologies, d'écologie et même de politique, qu'il démontre ne faire rien d'autre en définitive que d'exprimer sa vision personnelle du monde. Ce qui revient à n'assister
ni plus ni moins qu'à la pontification d'un égo si surdimensionné qu'il y dénie explicitement et successivement aux peuples et aux autres personnes le droit de revendiquer la leur.

En d'autres termes M. Jancovici nous fait ici la démonstration exemplaire de pire des formes de débat social à l'oeuvre actuellement : la transcription de monologue infatué cautionnée par
l'autorité d'une "expertise" accordée par ses maîtres, entrepreneurs aujourd'hui tout-puissants.

Sans doutes moins "experts" - il faut le souhaiter - il demeure évident que tant que les français n'auront pas droit à déterminer par eux-mêmes la conduite d'entreprises ou de services tels que le
CEA, Areva, EDF, Alstom, GDF-Suez, Veolia, entre autres, il n'auront absolument aucune chance de s'en sortir en tant que personnes exposées aux menaces, contaminations et destructions radiologiques
auquels ils sont exposés. Et les pantomimes électorales et médiatiques en cours n'y changeront rien.

Tôden Obake 26/02/2012 13:57

"Il n’y a plus de raison sanitaire, aujourd’hui, d’empêcher le retour des populations évacuées à Fukushima"

Jancovici さん、ありがとうございます!それでは、ガンになってしまったときは、あなたに治療費を全額請求させていただきますね。よろしくお願いします!

Jancovici sensei, merci beaucoup, si nous avons le cancer, nous adressons à vous nos factures de santé.

francois 26/02/2012 10:52

Oui, mettre les formes, j'ai oublié.
On ne s'attache plus à autre chose que la forme dans notre société.
Pas d'anonymat, je suis Francois Bresson et je fais ce que je peux a mon niveau pour défaire la désinformation du lobby nucléaire.
D'ailleurs ce n'est pas franchement la peine de relayer la parole de ces gens ici, ils sont déjà sur-représentés dans les médias.
Personnellement, je pense que lorsque l'on met une certaine forme d'intelligence au service de ce genre de cause, c'est faire preuve de crétinisme dans l'ensemble des autres sphères de l'intellect
humain qui n'est pas sensé se limiter aux équations.

Cosmos 26/02/2012 10:12

On ne devrait pas pouvoir écrire que J.-M. Jancovici est un crétin, sous le paravent de l'anonymat. Ce n'est d'ailleurs pas vrai du tout : ses prises de position sont cohérentes avec :
- les intérêts de l'establishment nucléopathe, et
- le système d'abrutissement, d'infantilisation, simplificationniste des massmédias, comme outil de débat en lieu et place de la démocratie.

Francois 25/02/2012 23:20

Ce crétin n'est qu'un exemple parmi d'autre de la collusion entre une certaine "science" et le nucléaire.
Même une catastrophe en France ne les ferait pas demordre...
Lamentable de se cacher ainsi derrière la science.

Frédéric Boutet 25/02/2012 19:32

La position de J.-M. Jancovici, à savoir que les problèmes sanitaires visibles et prouvés seraient inférieurs aux problèmes médiatiques, est dans la lignée de ses prédécesseurs dans l'establishment
nucléopathe.

ves 25/02/2012 18:26

Le négationnisme est un délit, mais seulement quand il concerne une communauté en particulier. Ne faudrait-il pas étendre ce délit à la négation de tout crime incommensurable ? Nier que
Tchernobyl a fait, jusqu'à présent (car, contrairement à 1939-1945, on ne peut pas écrire 1986-2012), des centaines de milliers de morts et des millions de victimes (et que tout cela était
évitable), cela est infiniment condamnable, quand on dispose d'une tribune dans les médias.

Augure 25/02/2012 14:09

@cachalot


Effectivement, prendre du temps pour discuter avec quelqu'un comme vous, est une perte de temps. Vous perdez votre temps et je perds le mien, nous sommes donc à égalité sur ce point.


Vous défendez le propos ignoble de Jancovici, libre à vous. En ce qui me concerne, je me contenterai de l'avis de Timothy Mousseau, de l'Université de Caroline du Nord, qui pour avoir passé 13
années de sa vie à étudier faune et flore dans le voisinage de Tchernobyl en est arrivé à la conclusion suivante : 100 % des espèces animales et végétales, ont leur génome altéré par la
radioactivité, et cela en passant par les bactéries et les virus... Plantes aberrantes, animaux monstrueux, chute de la reproduction des espèces animales et végétales, sont autant de preuves
apportées dans le débat.


Vous choisissez de ne pas y croire, et voulez défendre l'argutie du lobby nucléaire, grand bien vous fasse, mais ne venez pas donner des leçons de savoir vivre, de savoir être et de savoir
communiquer, alors que vous cultivez dénégation et déni.


Par ailleurs, selon l'étude de Yablokov et des frères Nesterenko, publiée par l'Académie des Sciences de New York (qui est très surement un think tank écolo et antinucléaire), Tchernobyl c'est 940
000 morts entre 1986 et 2004, c'est 80% des enfants biélorusses n'ayant pas un état de santé normal en comparaison à l'état de santé des enfants avant la catastrophe et c'est un impact d'échelle
planétaire, avec des centaines de milliers de morts répartis sur l'ensemble de la planète mais plus largement sur l'hémisphère nord. Selon Timothy Mousseau, il existe autour de Tchernobyl "des
mutations génétiques telles que l'on n'en trouve nul part ailleurs sur la planète", mais j'imagine que vous allez brillamment nous démontrer que Mousseau n'est qu'un activiste antinucléaire qui
truque ses résultats d'analyse, qui fausse les données statistiques notoires sans crainte de se faire prendre et qui n'hésite pas à affabuler pour le seul plaisir d'effrayer les populations.


Enfin pour conclure mon propos, Monsieur cachalot, vous dites "j'ai parfaitement confiance dans l'esprit critique de Jancovici" … quelle confiance peut on accorder à une personne qui nie les faits
avérés de manière aussi insultantes ? Pour vous il est une personne admirable, pour moi il n'est qu'un salaud. De cette sorte de salaud qui savent, et qui choisissent en toute connaissance de cause
de désinformer le public par simple cupidité, et là on n'est plus dans le syndrome du salaud ordinaire, mais dans celui du salaud pervers, celui qui sait, sans l'ombre d'un doute qu'il ment, celui
qui sait que son propos n'a que pour objet de répondre à des intérêts particuliers matériels au détriment de l'intérêt commun général.


Alors il ne reste, à mes yeux (et je n'ai pas la prétention de dire que cela serait une vérité..) que deux options. Soit vous êtes sincère et croyez ce que vous écrivez, soit vous ne l'êtes pas et
mentez sciemment. Si vous ne l'êtes pas, bien évidemment, cela vous classe d'emblée dans la catégorie des salauds pervers... et si vous l'êtes, cela risque de vous mettre dans la catégorie des
salaud ordinaires.


Qu'est ce qu'un salaud ordinaire à mes yeux ? Ce sont toutes ces personnes, instruites, ayant des capacités de réflexion évidentes, qui choisissent de croire ce qu'appelle le confort de l'esprit.
Des lâches qui préfèrent mettre la tête dans le sable plutôt que d'affronter la vérité tragique. Pire, des gens qui au nom d'une forme de rationalisme, essaient de convaincre les autres que tout va
bien, que nos élites ne sont pas corrompues et qu'il faut laisser les spécialistes juger de ce que nous, pauvre peuple inculte, ne pouvons comprendre et/ou déterminer.


J'imagine qu'à l'opposé, les gens comme moi, sont pour vous de pauvres hères, des abrutis qui ne comprennent que ce qu'ils veulent... Et vous auriez sûrement raison... parce que dans ce domaine
comme dans bien d'autres, c'est un choix. Il y a ceux qui croient les paroles rassurantes et à l'opposé ceux qui croient les paroles catastrophistes, de prime abord... entre les deux, ceux qui ne
savent pas, se posent des questions et veulent savoir la vérité. Ceux là, dans leur quête de vérité, finissent le plus souvent par faire ces constats récurrents.

Quel que soit le type de pollution, les experts qui défendent les pollueurs sont toujours poings et pieds liés avec l'industrie.


Quel que soit le type de pollution, la dénégation est de rigueur dès qu'il y a un accident. Ce n'est jamais la faute du processus, jamais la faute de la filière, jamais la faute de l'exploitant. Ce
sont des aléas naturels imprévisibles, des fautes humaines condamnables de lampistes, mais en aucun cas la responsabilité de l'industrie concernée n'est engagée.

Quel que soit le type de pollution, le déni est directement proportionnel à la masse d'argent concerné et/ou à l'impact stratégique et/ou politique du domaine en question.

Quel que soit le type de pollution, ceux qui dénoncent les accidents, les contaminations, les possibles affectations sur l'humain ou l'environnement, n'ont aucun intérêt financier évident, ni même
aucun intérêt d'aucune sorte, mettant parfois en balance leur travail pour diffuser l'information, quand ce n'est pas carrément leur vie.


Partant de là, celui qui ne sait pas, mais qui pense garder un peu d'autonomie de pensée, choisit, soit de rester dans l'attente, se refusant de trancher dans un sens ou dans l'autre simplement
parce que la réalité est tellement anxiogène que rester dans le doute permet de conserver une posture morale acceptable tout en se convainquant de ne pas éventuellement cautionner ce qui ne
pourrait pas l'être et devient néanmoins complice passif et objectif des lobbies industriels et financiers ... soit il choisit de croire les experts labellisés par les filières industrielles et se
révèle complice actif en fervent défenseur du productivisme destructeur de notre environnement, soit il choisit de croire ceux qui n'ont aucun intérêt à mentir, et en conséquence, il choisit ce
qu'il est...

Un humain, défendant l'humain, ou un salaud, défendant les génocidaires de l'industrie, les criminels qui polluent et détruisent toute la planète dans une quête suicidaire d'enrichissement
personnel au détriment de la survie de l'ensemble.


Alors Monsieur Cachalot, quel genre de salaud êtes vous donc ?


Oui ?

Mon propos vous offusque ? Le terme "salaud" froisse vos esgourdes, votre dignité, votre intelligence et votre morale ? Pourtant du haut de votre condescendance vous n'hésitez pas à qualifier les
gens du peuple de "bébête".... vous pensez que c'est moins insultant que "salaud" ? Vous pensez que ma conclusion est manichéenne ? Mais que faites vous donc de moins manichéen, quand vous
définissez Jancovici, comme étant un sachant objectif, en opposition au peuple qualifié de troupeau d'humains bébêtes cédant à des peurs subjectives ?

Ce n'est pas le mot qui fait l'insulte, mais le sens que le mot sous-tend et il n'en va, je le crains, dans ce domaine comme dans bien d'autre, que de la subjectivité du choix objectif...

PS : Quand Jancovici parle de déchainement médiatique... il parle de quoi selon vous ?

Robert 25/02/2012 12:47

A chaque phrase, ce prétendu spécialiste révèle son incompétence, sa négligence ou sa malhonnêteté.
Prenons l'idée-choc censée "réveiller" le public à la "vérité" de cet enseignement fracassant::
"le bilan humain est incommensurable au déchainement médiatique".
Grande intelligence? Impressionnant contraste? Heureuse concision? Condensé de recherche exhaustive?
On pourrait en rire si le sujet n'était aussi grave.
Ce n'est qu'une formule bon marché reposant sur des données falsifiées:
- "le bilan humain": imposture, car il doit se mesurer non dans l'instant mais sur le long terme;
- "le déchaînement médiatique": encore une imposture, car si le monde entier a suivi avec angoisse le début de la crise, le public, bien plus clairvoyant que M. Jancovici, a bien noté que les media
avaient, depuis plusieurs mois, suivi une consigne de silence complice sur cette tragédie qui se poursuivra encore longtemps. C'est donc bien d'une insuffisance et d'une coupable inertie médiatique
qu'il s'agit, et non d'un "déchaînement".
Ce "brillant contraste" se retrouve donc totalement vidé de toute substance.
M. Jancovici ferait bien de passer un peu plus de temps à analyser les nouvelles; il observerait alors la criante absence d'information qui explique que nous nous tournions vers des blogs comme
celui-ci, qui font un travail remarquable.
On ne peut en dire autant de M. Jancovici, probablement trop pressé d'aller voir ce qu'il y a à piocher dans son frigidaire.

loulou 25/02/2012 11:38

@ cachalot

Mais c'est bien cela qui est indécent. Qualifier de manière lapidaire le bilan de Tchernobyl de "ridicule" alors que ce bilan est désastreux. Des dizaines de milliers ou des centaines de milliers
de victimes selon les rapports, des millions d'enfants affectés selon l'ONU dont beaucoup pourraient mourir prématurément. Vous ne voyez pas l'indécence de ce propos ?

Robert 24/02/2012 21:43

Raisonnement de M. Jancovici:
A - les zones fermées après un accident nucléaire sont bénéfiques pour la faune et la flore;
B - les hommes sont le plus grand danger pour ces mêmes faune et flore
C - il faut donc faire revenir les populations dans les zones fermées.
Il n'y a pas quelque chose qui cloche?
On n'étudie pas la logique à Polytechnique?

cachalot 24/02/2012 21:38

écrit vite ;-), lire par exemple "le bilan humain est incommensurable au déchainement médiatique", ou "le bilan humain est ridicule comparé au déchainement médiatique"
etc. Pas vraiment envie de soigner la forme sur un tel forum, désolé... (l'expérience montre que c'est une perte de temps) :-(

cachalot 24/02/2012 21:35

je réponds juste à loulou, le tissu de co..eries ambiant étant inextricable.

@loulou donc,
Jancovici ne s'assoit pas ou ne saute pas à pied joint sur le bilan humain (il faut apprendre à lire puis réfléchir, point 1 rappelé ci-dessus). Il dit que le bilan humain est incommensurablement
ridicule comparé au déchaînement médiatique. Il ne faut pour le coup pas sortir de Polytechnique pour se rendre compte que cette phrase est tout à fait sensée. Mais évidemment le simple d'esprit ne
retient que la moitié de la phrase (le bilan humain est incommensurablement ridicule), ce qui évidemment est choquant.

Evidemment en déformant les propos et en ne pensant que ce qu'on a envie de penser, on a du mal à écouter et à comprendre...

Avec toutes les précautions de langage qu'il prend, Jancovivi n'a probablement pas oublié le niveau intellectuel des gens. Mais à mon avis, il ne peut pas s'empêcher de faire, inconsciemment, des
phrases choc, donc de la provocation. La différence avec Allègre, c'est que je pense que Jancovici joue moins à ça et est plus clairvoyant. Allègre parle de ce qu'il ne connait pas et se trompe,
alors que Jancovici est sincère et ne semble parler que de ce qu'il connait. Cela dit, j'entendrais des critiques (plus modérées) sur ce point, le risque est d'aller trop loin dans ses certitudes
(mais jusqu'à preuve du contraire, j'ai parfaitement confiance dans l'esprit critique de Jancovici).

Robert 24/02/2012 15:36

En d'autres circonstances, le spectacle, qui s'offre dans cette discussion, du vendeur à la sauvette essayant d'écouler sa camelote frelatée sous le nom fictif d'"énergie propre", mais se
trahissant lui-même par l'outrance de son propos, puis tentant de sauver son discours publicitaire mensonger en affichant une vertueuse indignation et en brandissant son autorité et ses diplômes,
signe immanquable de la faiblesse de son raisonnement, tout cela pourrait être divertissant si l'affaire n'était d'une telle gravité: car il s'agit bien de complicité de crime à très grande
échelle; à moins que ce lamentable histrion ne fasse toutà coup preuve d'un improbable courage en poussant son raisonnement jusqu'à son terme logique par la déclaration suivante: "Au nom du
principe que moi, éminent polydocteur en nucléo-écolo-énergétique et patatechnique, je défends, selon lequel la nature est mieux servie par un accident nucléaire que par la présence et l'activité
humaine ordinaire, je dénonce comme criminelle la décision des autorités japonaises de prôner le retour des populations humaines dans les zones d'évacuation, et j'exige que ces dernières soient
élargies pour inclure tous les territoires présentant une contamination significative, quel que soit leur éloignement de la centrale en crise. Signé: J-M Jankovici."
On pourra alors peut-être alors prendre ce mauvais plaisantin plus au sérieux.

Krach 24/02/2012 14:23

Jancovici est pour la voiture électrique; il y a des articles sur France-Info.

Seulement, si tout le monde employait une voiture électrique en France, il faudrait quelque chose comme tripler le parc actuel des centrales nucléaires.

J'observe qu'un certain Bernard Laponche, Polytechnicien de son état a quant à lui fait état que le nucléaire n'avait pas d'avenir; pour pleins de très bonnes raisons.

Polytechnique, cette fabrique de serviteurs zélés à l'Etat; ayant prêté moults serments louches : "Moi je suis l’Élite de la Nation; vous n'êtes que des sous-merdes."

Dans la Ferme des Animaux (Georges Orwell, 1945), il est
écrit : "Tout les animaux sont égaux. Mais certains plus que d'autres".

Quand on assiste à des monstruosités de la sorte :
http://1.bp.blogspot.com/-aJrN3KcwCrQ/TaaCl_meLiI/AAAAAAAAte0/ukYa7C40ilM/s1600/0%252C1020%252C601211%252C00.jpg

Je lui en ferai bouffer, moi du cheval de Prejvalski. A teneur garantie en césium & autres merdes !

...et quand on connaît sciemment les demi-vies et les niveaux d'activité des radioisotopes artificiels produits dans le processus; eh bien on condamne le nucléaire et on promeut le solaire à
concentration à sels fondus : Gemasolar, Andasol, Cogan Creek...
Et toutes les autres énergies renouvelables : biomasse (déchets, bois ou miscanthus), éolien, photovoltaïque, méthanisation, dégradation de la cellulose, cogénération, géothermie, marémotrice,
conversion de l'électricité en acide formique...

Ou alors, on est un traître à son espèce. Plus ou moins corrompu ou aveuglé par une idéologie. Elle est où, la Science tant mise en valeur à Polytechnique & Co, et sa capacité de discernement
et de déduction légendaire ?

Même si l'on dispense des vérités méconnues sur la frénésie actuelle de consommation d'énergie avec beaucoup de talent,
le nucléaire est indéfendable; il nous mènera à la ruine et à la guerre, perpétuelles. Pour 3,83% de l'énergie mondiale.

coronado 24/02/2012 10:36

>babelouest: A mon avis c'est naïveté que de croire que de s’exclure de ce système vous permettra d'être entendu, bien au contraire vous serez exclus et votre parole ne sera pas entendu.(surtout
auprès des entreprises qui souvent, polluent.)
Faites le bilan des interventions(livres, confs, internet, tv-radio etc) vous verrez qu'il aura fait bien plus pour l’être humain et l'environnement que n'importe qui ici.

Je rejoint Cachalot sur son intervention, c'est assez triste.

loulou 24/02/2012 00:04

@cachalot
Mon cher cachalot, de deux choses l'une :
- soit vous ne réalisez pas l'indécence de ces propos,
même remis dans leur contexte, qui sautent à pieds joints sur le bilan humain de Tchernobyl,
- soit vous faites semblant,
dans les deux cas vous faites pitié.
Et remballez vos diplômes et votre fatuité, polytechnique n'est en rien un obstacle à la connerie.

cachalot 23/02/2012 23:49

Dire que Jancovici est un technicien est incorrect, entreprise de déstabilisation comme une autre (ou bêtise pure). Je connais assez bien Polytechnique (pour tout dire j'y ai enseigné) et quelques
autres (très) grandes écoles, je vois ce que dit Jancovici, je vois les réponses ici... Le bilan est morose...

La façon dont les phrases de Jancovici sont systématiquement sorties de leur contexte et amputée de ce qui leur donne sens montre la bêtise des intervenants et du journaliste.

Un conseil (d'enseignant chercheur à l'université) :
1) apprenez à lire et à penser
2) passez Polytechinque (accrochez-vous, mais ça vaut le coup)
3) relisez Jancovivi.

C'est triste de voir la façon dont les gens "raisonnent" et ce à quoi ils s'accrochent. Je plains Jancovici.

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

Actualités sur Fukushima

L'ACROnique de Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Projet Mieruka Fukushima

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Éditions de Fukushima

Publications

Le dernier livre de Jean-Marc Royer

 

 

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -