11 février 2015 3 11 /02 /février /2015 14:48

Le site lundimatin a commencé à mettre en ligne une série de trois témoignages concernant des Japonais qui ont réagi de manières différentes à la catastrophe nucléaire. Le premier entretien est consacré à Yuki qui a choisi de rester à Tokyo. Voici quelques extraits de son témoignage que vous pourrez lire en entier ou écouter dans l'édition originale « Rester à Tokyo ».

 

(source photo : lundimatin)

(source photo : lundimatin)

 

(…)

 

Est-ce que les générations d’irradiés s’additionnent ?

 

J’ai un ami qui fait partie de la troisième génération des irradiés, la première génération c’est ceux qui ont vécu les bombes de Hiroshima et Nagasaki, leurs enfants sont la deuxième génération et leurs petit-enfants la troisième, mon ami fait parti de ceux là.

 

Après l’accident, cet ami m’a dit : « Maintenant je suis irradié, donc je suis devenu un de la première génération des irradiés de Fukushima sans pour autant perdre ma qualité de membre de la troisième génération des irradiés de Hiroshima et Nagasaki, donc qu’est ce que je suis maintenant ? Est-ce que les générations d’irradiés s’additionnent ? Est-ce que je suis de la quatrième génération ? Qu’est ce que je suis devenu ? ». Je me suis rendu compte qu’un petit pays comme le Japon avait vécu plusieurs catastrophes nucléaires, dans une temporalité très courte.

 

La contamination n’est pas visible, elle n’a ni goût, ni odeur, pour cela, c’est seulement la peur qui s’accumule au fur et à mesure.

 

Je vis à Tokyo qui est une ville contaminée, mais la contamination n’est pas visible, elle n’a ni goût, ni odeur, pour cela, c’est seulement la peur qui s’accumule au fur et à mesure. Donc pour survivre dans ces conditions, j’ai établi plusieurs règles. La règle n°1 chez nous, c’est qu’on a mis un seau à côté de l’entrée et dès que l’on rentre dans la maison, on enlève tous nos vêtements pour les mettre dedans. Mon copain a très froid en hiver, ça me désole, mais je n’ai pas le choix. Et comme je me vois difficilement dire aux gens qui viennent chez moi de se mettre à poil, je n’invite personne... C’est une vie horrible.

 

J’adore les chats, j’ai toujours été une bonne amie des chats mais comme les chats vivent au sol, ils accumulent des radio-particules et de ce fait maintenant ils me font peur, donc je ne suis plus une bonne amie des chats. En hiver maintenant, je ne porte plus de pulls en laine, ni les chapeaux ou les écharpes, je préfère les matières plus lisses. Je me trouve assez dingue, donc je suis allé à l’hôpital psychiatrique, parce que mon copain n’éprouve pas cette radiophobie que je ressens et il trouvait que je m’inquiétais trop. Quand j’ai consulté le docteur, il m’a dit que je n’allais pas bien. Il m’a conseillé d’entamer une thérapie et m’a prescrit différents médicaments.

 

L’important ce n’est pas tellement la contamination mais l’ambiance générale qui règne à Tokyo, le tabou qui règne, et le fait que j’ai peur de dire que je suis effrayé par la radiation. Et quand je croise les gens qui s’en foutent complètement, ça me soulage tout de même parce que je me dis qu’il y a quand même des gens qui ont réussi à ne pas se faire reformater par l’accident de Fukushima.

 

« Et bien, il faut rentrer maintenant, c’est fini »

 

Lorsque je suis allé à Nagoya, la semaine que j’ai passé après l’accident chez Yabu, il y avait cette jeune femme avec un nourrisson. Cette dame, dont le mari est resté travailler à Tokyo, l’appelle au téléphone et lui dit « Et bien, il faut rentrer maintenant, c’est fini ! » et elle avait l’air très déstabilisée parce qu’elle est partie à Nagoya parce qu’elle avait peur des radiations et là, son mari qui exige d’elle qu’elle revienne... Alors si l’on met la famille en priorité, peut-être que j’ai tort mais j’ai voulu dire à cette femme : « ton choix de quitter Tokyo avec ton bébé était juste, tu avais raison de partir ».

 

Un mois après, il y a eu la grande manifestation à Tokyo à laquelle je me suis rendue. Là-bas, un ami m’a dit : « Mais pourquoi es-tu ici ? Tu vas être contaminée ».

 

 

(...)

 

 

 

________________________

 

 

Lire l'article en entier ou écouter le témoignage audio en cliquant sur le lien suivant :

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Témoignages du Japon
commenter cet article

commentaires

Sophie RedCloud 21/02/2015 22:37

C'est une sorte d'irréalité totale qui entoure ce qui se passe à Fukushima, qui fait que les Japonais eux-mêmes, devant l'énormité de leur situation, se retrouvent, comme nous tous, confrontés à l'extraordinaire difficulté de parvenir à PENSER ce qui leur arrive.
"Que suis-je devenu ?" se demande Yuki, qui aimait tant les chats et ne les côtoie plus, à cause de la radioactivité qu'ils véhiculent, vivant au ras du sol.
Yuki qui ne s'habille plus du tout avec les matières moelleuses qu'il affectionnait, trop poreuses aux radionucléides.
L'ami de Yuki, 4 générations d'irradiés en un seul homme, tentant de décrypter sa nouvelle vie et ses paramètres effrayants.
L'accident nucléaire de Fukushima, comme celui de Tchernobyl, touche chacun de nous en ce que ses conséquences affectent notre conscience, nous oblige à penser et à prendre connaissance de choses impensables, inimaginables, rendues réelles par la catastrophe.
C'est le leg impitoyable du nucléaire à l'espèce humaine.

cécile 22/02/2015 09:25

Penser des choses impensables, oui c'est vrai que le nucléaire nous y amène. Mais rien ne vaut l'information. Par exemple je crois que le radionucléides émis par la centrale sont à présent intégrés en majeure partie dans le sol et la mer, et que l'exposition est surtout due à l'alimentation. Partant de ce renseignement, notre amie se méfierait beaucoup plus des champignons ou des algues, que des chats ou des gros pulls moelleux.

Catastrophe pour catastrophe, il vaut tout de même mieux changer son menu que renoncer à caresser un chat qu'on aime ...

babelouest 11/02/2015 17:50

Voilà des documents qui voudraient insinuer exactement l'inverse de ce à quoi des investigateurs avaient abouti : qui est que lors du tremblement de terre, et avant le tsunami, la centrale était déjà hors contrôle. Conclusion à laquelle les autorités n'avaient pas souscrit non plus, d'ailleurs. Officiellement.

De toute façon, je vois mal un pareil raz de marée déclenché par une secousse "classique" pour le Japon. Je rappelle qu'il a fallu tout de même reprendre tous les points géodésiques, qui se sont déplacés souvent de plusieurs mètres, surtout au nord de Honshu.

Pierre Fetet 11/02/2015 19:15

Je pense aussi que la centrale a déjà bien souffert lors du tremblement de terre ; une vidéo montre très clairement de gros panaches de vapeur avant que tsunami n'atteigne la centrale. Cela dit, c'est bien le tsunami qui a éliminé le moyen de refroidir les piscines et les réacteurs : pompes et groupes électrogènes de secours en bordure de mer. La dernière vidéo de Gundersen rappelle tout ça de manière très précise : http://kna-blog.blogspot.fr/2015/02/securite-nucleaire-dans-les-faits-des.html

fukushima 11/02/2015 16:44

Fukushima Disaster Report :
https://archive.org/details/fukushima

Jim Stone About Fukushima Disaster

http://www.jimstonefreelance.com/fukushima1.html
English:

PDF: https://archive.org/download/fukushima/fukureport1b.pdf

English / Japanese :

PDF: https://archive.org/download/fukushima/fuku1b_jp_en1.pdf

Pierre Fetet 11/02/2015 19:10

Le nom de Jim Stone me disait quelque chose. Je me souviens maintenant avoir déjà lu ses thèses auxquelles je n'ai pas du tout adhéré. Je viens de recommencer à lire son rapport et là, dès le premier paragraphe sur le réacteur 3, je me rends compte combien est stérile ce genre de document : il prétend que le réacteur 3 s'est volatilisé alors qu'après nettoyage en 2013-2014, on voit très bien les dalles antimissile encore en place sur le puits de cuve...
Dans le deuxième paragraphe,il ignore totalement la présence de la piscine du réacteur 4 qui a pu produire de l'hydrogène. Ce qui est pratique pour ensuite parler d'explosifs.
Inutile de perdre son temps avec ce genre de document inexploitable : il ne prend en compte que ce qui sert à démontrer ses thèses. Pour lui, tout le monde ment et il n'y a que lui qui dit la vérité. C'est l'inverse de la démarche de l'historien.
Est-il un conspirationniste sincère ou bien est-il payé par le lobby nucléaire pour semer le trouble ?

babelouest 11/02/2015 16:06

Je me souviens avoir écrit un billet, probablement le 11 mars 2012, où je prédisais qu'à terme le Japon, c'était fini. Apparemment, le processus paraît plus lent que ce que j'avais imaginé, à moins qu'on n'en sache pas assez.

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -