4 novembre 2014 2 04 /11 /novembre /2014 21:59
40 ONG demandent la révision du rapport de l’UNSCEAR sur Fukushima

L’organisation “Human Rights Now” et 40 organisations de la société civile issues du Japon et de 7 autres pays viennent de publier une déclaration demandant la révision du rapport du Comité Scientifique des Nations Unies sur Fukushima. Ce texte démontre que personne n’est dupe – même au sein de l’UNSCEAR – et confirme une critique internationale à l’encontre du déni général sur les conséquences sanitaires de la catastrophe nucléaire orchestré par les grandes organisations onusiennes. Le blog de Fukushima s’était déjà indigné des conclusions de l’UNSCEAR à l’occasion de la communication du pré-rapport sur Fukushima en juin 2013. Voici à présent la traduction française de cette déclaration adressée à l’ONU en langue anglaise.

_________________________

 

 

La société civile japonaise et celle de 7 autres pays

demandent la révision des rapports

du Comité Scientifique des Nations Unies sur Fukushima

 

 

[Publié sur cette page web le 29/10/2014] :
http://hrn.or.jp/eng/news/2014/10/29/japanese-civil-society-and-that-from-7-other-countries-request-the-reports-of-the-united-nations-scientific-committee-on-fukushima-to-be-revised/

 

Traduction : Phil Ansois
Révision : Pierre Fetet

 

 

Déclaration collective


Les groupes de la société civile demandent la révision du récent rapport de l’UNSCEAR (Comité scientifique de l'ONU sur les conséquences des émissions radioactives *) intitulé : “Le niveau et les effets de l’exposition à des émissions radioactives due à l’accident nucléaire suite au Grand Tremblement de Terre à l’Est du Japon et au tsunami.“

 

L’organisation “Human Rights Now”, accompagnée de 40 organisations de la société civile issues du Japon, des USA, de Tunisie, d’Azerbaïdjan, des Pays-Bas, d’Allemagne, de France et d’Irlande ont publié une déclaration demandant que l’UNSCEAR et la Quatrième Commission de l’Assemblée Générale révisent le rapport et ses conclusions du point de vue de la perspective des droits de l’homme. Veuillez trouver la déclaration complète ci-dessous.

La version PDF originale en anglais est disponible ici: Letter to UNSCEAR2014

 

____________________

 

Le 24 octobre 2014

 

A l’attention des Membres de la Quatrième Commission de la 69ème Session de l’Assemblée Générale des Nations Unies,
des Membres de l’ UNSCEAR,
et des Membres de l’Assemblée Générale des Nations Unies :

 

Les groupes de la société civile demandent la révision du récent rapport de l’UNSCEAR (Comité scientifique de l'ONU sur les conséquences des émissions radioactives*) intitulé : “Le niveaux et les effets de l’exposition à des émissions radioactives due à l’accident nucléaire suite au Grand Tremblement de Terre à l’Est du Japon et au tsunami.“
 

La catastrophe de Fukushima en 2011 a transformé la surveillance par les Nations Unies des effets indésirables de la radioactivité en une question de la plus haute importance mondiale. Les buts et les critères de cette surveillance devraient être la protection et la promotion des droits humains à la santé et au bien-être, qui comprennent un environnement aussi exempt que possible d’exposition aux émissions radioactives d’origine humaine. Nous, soussignés, demandons instamment à la 4ème Commission d’examiner de manière critique à la fois les conclusions scientifiques du rapport de l’UNSCEAR, et les preuves scientifiques qui ont été omises de ce rapport.
 

Les médecins de 19 sections nationales affiliées à l’IPPNW (L'Association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire **), dont « Physicians for Social Responsibility » (USA) et IPPNW Allemagne ont écrit, diffusé, et publié une « Critique du rapport de l’UNSCEAR »*** qui met en question les présomptions et les données utilisées par l’UNSCEAR, et les interprétations et les conclusions qui en découlent.


Nous apprécions les efforts significatifs produits par les membres du comité de l’UNSCEAR pour évaluer les données vastes et complexes concernant la catastrophe nucléaire de Fukushima. Cependant, leur conclusion comme quoi il n’y a « pas d’effet discernable », maintenant ou dans le futur, est un défi au sens commun et sape la crédibilité de l’UNSCEAR. La « Critique » fait remarquer que sur base du rapport de l’UNSCEAR lui-même, nous pouvons nous attendre à l’apparition, au Japon, d’à peu près 1000 cas de cancer de la thyroïde supplémentaires, et aussi de 4300 à 16800 autres cas de cancer supplémentaires, à cause des retombées radioactives de Fukushima. Nous croyons qu’il s’agit là d’effets très discernables pour les individus, les familles et les communautés affectées par ces cancers, ainsi que pour tous ces individus qui vont être affectés par les autres formes de maladies induites par la radioactivité.
 

En outre, la conclusion de l’UNSCEAR, affirmant qu’il n’y a “aucun effet discernable” est en train d’induire en erreur le gouvernement Japonais, en le poussant à ne pas mettre en œuvre les contremesures permettant d’éviter la surexposition des individus, et à ne pas lancer une surveillance complète des effets sur la santé. De ce fait, cette conclusion cause de sérieuses violations des droits humains.

 

Cette catastrophe ne fut pas un événement singulier qui a abouti à une fin, mais c’est plutôt un événement en cours de développement dont le point final est inconnu. La fuite des éléments radioactifs dans la biosphère se poursuit et les individus continuent d’être exposés aux émissions radioactives parce qu’ils vivent dans des zones contaminées, consomment de la nourriture et de l’eau contaminées, et inhalent de l’air contaminé. En plus, la plupart des effets de Fukushima sur la santé vont prendre des dizaines d’années, voire des générations pour s’exprimer. En conséquence, le rapport actuel de l’UNSCEAR devrait être considéré comme un préliminaire ou comme une estimation initiale des effets de Fukushima sur la santé. Dans l’avenir, il faudra encore pendant une longue période exercer une surveillance permanente et améliorée, ainsi qu’une mise à jour continuelle de cette estimation. Le rapport 2014 de l’UNSCEAR est un commencement, pas une fin.

 

Nous demandons que la Quatrième Commission agisse de deux manières à propos du rapport de l’UNSCEAR :


1) Renvoyer le rapport à l’UNSCEAR pour qu’il soit révisé sur base de la « Critique », en prenant en considération les points soulevés dans la « Critique », et que l’UNSCEAR élargisse la composition du comité afin d’inclure en tant que membres à part entière des scientifiques qui sont critiques vis à vis des activités nucléaires.

 

2) Nous demandons aussi que la Quatrième Commission demande instamment à l’Assemblée Générale de passer une nouvelle résolution recadrant le mandat fondateur de l’UNSCEAR de manière à assurer que la mission première de l’UNSCEAR soit de promouvoir et de protéger la santé publique et le droit à la santé des individus les plus vulnérables. Le Principe de Précaution devrait être employé quand il s’agit de déterminer les régulations concernant l’exposition, le nettoyage et la décontamination, ainsi que la radioactivité après un désastre nucléaire. Ce Principe de Précaution devrait aussi être employé dans la détermination des mesures éducatives conçues pour minimiser et réduire les risques d’exposition individuelle et la surveillance à long terme des sites contaminés. Un nouveau mandat de l’ONU pour l’UNSCEAR est essentiel afin de permettre aux membres du Comité d’être en mesure d'utiliser pleinement leurs compétences dans le but de protéger la vie et la santé de la communauté mondiale.


Cette requête reçoit le soutien des organisations suivantes :

 

- Physicians for Social Responsibility, USA

- International Physicians for the Prevention of Nuclear War – Germany, Germany

- Human Rights Now, Tokyo, Japan

- Peace Boat – US, USA

- Niji to midori no kai, Japan

- Greens Fukushima, Japan

- Workers’ Executive Committee For Anti-nuclear Power Movements, Japan

- Kai Fukushima Downwind, Japan

- The Nature Conservation of Fukushima, Japan

- Friends of the Earth Japan, Japan

- Showa Shell Labour Union, Japan

- Chernobyl Health Survey and Health-care Support for the Victims – Japan Women’s Network, Japan

- Nuclear Disaster Information Center, Japan

- Japan International Volunteer Center, Japan

- Campaign for Nuclear-free Japan, Japan

- Fukushima Network for Denuclearization, Japan

- Hairo Action Fukushima, Japan

- Fukushima Women Against Nukes, Japan

- People in Fukushima-NPP 30km area, Japan

- Refugee Living with Fukushima in Niigata Prefecture, Japan

- Shinshu 3.11 Network, Japan

- National Network of Parents to Protect Children from Radiation, Japan

- The Civil Forum on Nuclear Radiation Damages (CFNRD), Japan

- Takagi School, Japan

- AEEFG – Association de l’Education Environnementale pour les Futures Générations, Tunisia

- NGO of “Ecolife”, Azerbaijan

- Women in Europe for a Common Future International, Netherlands

- Women in Europe for a Common Future, Germany

- Les Femmes d'Europe pour un Avenir Commun (WECF), France

- Irish Doctors’ Environmental Association (IDEA), Ireland

- Nuclear Information and Resource Service, USA

- Nuclear Age Peace Foundation, USA

- Nuclear Age Peace Foundation, New York, USA

- Nukewatch/The Progressive Foundation, USA

- Nuclear Watch New Mexico, USA

- Georgia WAND – Women’s Actions for New Directions, USA

- Physicians for Social Responsibility – Kansas City, USA

- Gray Panthers, USA

- Center for Safe Energy, USA

- Nuclear Energy Information Service, USA

 

[Les réponses à cette requête peuvent être envoyées à :
Physicians for Social Responsibility USA
Alfred Meyer, Board Member
alfred.c.meyer(a)gmail.com
+1-202-215-8208]
 

__________________________

 

* http://fr.wikipedia.org/wiki/UNSCEAR

**http://fr.wikipedia.org/wiki/Association_internationale_des_m%C3%A9decins_pour_la_pr%C3%A9vention_de_la_guerre_nucl%C3%A9aire

***Analyse critique :

http://www.fukushima-disaster.de/fileadmin/user_upload/pdf/english/Akzente_Unscear2014.pdf

 

__________________________

 

Documents de l’UNSCEAR :

 

- Texte en rapport avec les critiques exprimées dans ce document : http://www.unscear.org/docs/14-06112_Ebook.pdf

Liste des documents publiés par l’UNSCEAR en relation avec Fukushima :
http://www.unscear.org/unscear/fr/fukushima.html

- Rapport de la 68ème session :
http://www.unscear.org/docs/GAreports/A-68-46_e_V1385727.pdf

Annexe scientifique :

http://www.unscear.org/docs/reports/2013/13-85418_Report_2013_Annex_A.pdf


 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans En France et ailleurs
commenter cet article

commentaires

Porcfr 24/11/2014 12:23

Les charlatans anti-nucléaires tueurs d'enfants et fournisseurs de balles pour suicides montrent qu'ils ont encore moins d'honneur de les climatosceptiques quand ils s'attaquent au GIEC.

Bizarre, le GIEC qui ne s'est pas faite acheter par les milliers de milliards de chiffre d'affaires du pétrole et du gaz pourtant 100 fois plus riche que le nucléaire mondial qui se serait acheté tous les médecins du monde ?

Pffff, vous raconteriez n'importe quoi pour gagner de l'argent en vous faisant passer pour plus compétents que les médecins.

cathy 12/11/2014 20:49

Fukushima ne connaîtra jamais de fin, la génération présente et les générations futures seront atteintes. Le comportement des gouvernements - et non seulement du Japon - est criminel. Vu qu'il n'y a pas de solution pour stopper la grandissante radioactivité incontrôlée avec toutes ses conséquences dramatiques, les gouvernements partout dans le monde devraient enseigner d'urgence la RADIOPROTECTION pour limiter les dégâts. Sans réaction rapide, il y aura beaucoup de souffrance, beaucoup de mutations, de grands changements à tous les niveaux. Tout avait été annoncé dès le début de cette catastrophe gigantesque à laquelle l'Homme ne sait pas faire face, mais personne n'a cru en les recommandations, avertissements et prédictions. Les gouvernements ont été informés et avertis, mais ils ont préféré ne pas réagir parce qu'ils n'ont pas de solution. Mais c'est le rôle des gouvernements de PROTEGER leurs populations ; cela n'a pas été et n'est toujours pas le cas. C'est aux gens de réagir enfin et de passer à l'action = apprendre d'urgence la radioprotection et changer certaines habitudes alimentaires. Ce désastre est trop immense pour que le grand public en saisisse l'importance et les conséquences qui concernent TOUT LE MONDE. Tant que la prise de conscience ne s'est pas faite, il n'y aura pas de réaction / action, raison pourquoi il faut tout mettre en oeuvre pour secouer le grand public qui ne VEUT PAS SAVOIR vu qu'il ne sait pas quoi faire. C'est aux gouvernements de leur apprendre ce qui nous reste à faire pour rester en bonne santé si ce n'est pas déjà trop tard pour beaucoup....

robert 08/11/2014 16:49

1 - Très intéressante information de Delphin, ci-dessus.
2 - "... la conclusion de l’UNSCEAR, affirmant qu’il n’y a “aucun effet discernable” est en train d’induire en erreur le gouvernement Japonais, en le poussant à ne pas mettre en œuvre les contremesures permettant d’éviter la surexposition des individus, et à ne pas lancer une surveillance complète des effets sur la santé. De ce fait, cette conclusion cause de sérieuses violations des droits humains." ...
En manipulant quelques organismes stratégiquement choisis, on arrive à rendre invisibles les évidences les plus criantes. De la même manière, la contamination ayant été déclarée négligeable, le contrôle des denrées alimentaires peut être "allégé" et celles-ci répandues sur le marché national et international, car la "garantie" vient d'un organisme international.

Delphin 06/11/2014 16:44

Bonjour,

A ma connaissance, au lendemain de Tchernobyl, l'URSS avait - étonnamment - produit un rapport s'appuyant sur les effets estimés des faibles doses par la CIPR (Commission Internationale de Protection Radiologique), celle qui édicte les recommandations en la matière aux pays nucléarisés

Il concluait à environ 40 000 morts dans les soixante ans à venir.

Le monde officiel du nucléaire mondial (AEIA) eu tôt fait de faire réécrire ce rapport dans le sens de conséquences presque négligeables, contredisant alors sans vergogne ses propres "normes".

(source : Gazette Nucléaire 96/97 juillet 1989)

Il est rassurant de constater que, dans un monde où tout doit bouger ("aller de l'avant"), il y a au moins un domaine qui échappe au mouvement forcené : la radiobiologie.

Delphin

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

Agenda

2-3-4 novembre 2017, Paris

3ème Forum Social Mondial Antinucléaire

Lien vers le site dédié : http://fsm-antinucleaire2017.nuclearfreeworld.net/

 

7 novembre 2017, Epinal, 20h00

Conférence "Fukushima 6 ans après" par Toshiya Morita

organisée par Vosges Alternatives au Nucléaire

 

8 novembre 2017, Colmar, 20h00

Conférence "Fukushima 6 ans après" par Toshiya Morita

organisée par Stop Fessenheim

 

13 novembre 2017, Liège, 20h00

Projection du film "La terre abandonnée" de Gilles Laurent (73 minutes, 2016)

Cinema "Le Sauvenière", Place Xavier Neujean à Liège

En savoir plus en cliquant ici

 

23 novembre 2017, Nismes, 20h00

Projection du film "La terre abandonnée" de Gilles Laurent (73 minutes, 2016)

En savoir plus en cliquant ici

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -