13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 18:32

fessenheimv2tcherno.jpgLe 6 novembre 2012, lors du forum Eurosafe organisé à Bruxelles par le réseau ETSON et ses partenaires, deux économistes de l'IRSN, Ludivine Pascucci-Cahen et Patrick Momal, ont présenté une communication intitulée « Massive radiological releases profoundly differ from controlled releases » (Les rejets radiologiques massifs sont très différents des rejets contrôlés).

 

La principale information de cette communication est une bombe : un accident nucléaire 3 fois moins important que celui de Fukushima (1 fusion de cœur de réacteur contre 3 au Japon) engendrerait un coût d’au moins 430 milliards d’euros pour le seul pays de France, soit plus que le budget de l’Etat. Autant dire une faillite complète.

 

Dans un souci de diffusion maximale des informations importantes concernant le nucléaire en France, le blog de Fukushima a décidé de réaliser la traduction de la communication de l’IRSN (1)

 

Télécharger la traduction française de la communication de l’IRSN

 

Cette communication serait passée inaperçue si l’ACRO ne l’avait pas relevée à l’occasion de sa mise en ligne en langue anglaise en décembre 2012 sur le site du forum Eurosafe. Depuis, une autre communication a été réalisée par les mêmes spécialistes en économie, en France cette fois à Cadarache, et c’est seulement à cette occasion que la presse s’en est fait l’écho à partir du 7 février 2013.   

 

On ne saurait trop remercier tous les sites d'information qui ont repris cette nouvelle car bizarrement, alors que l’information a été rendue publique depuis maintenant 3 mois, ni le site de Cadarache, ni le site du CEA, ni le site de l’IRSN ne la diffusent. Comme le gouvernement français doit déposer, dans le cadre du débat national sur la transition énergétique, un projet de loi de programmation à la fin du premier semestre 2013, il nous a semblé opportun de diffuser aussi cette information cruciale dont les politiques doivent absolument tenir compte pour l’avenir de la France et de l’Europe en général.

 

430 milliards d’euros, c’est difficile à imaginer ! Voilà enfin la vérité de ce que nous propose le nucléaire, une sorte de roulette russe économique et sanitaire. Voilà le futur de ce pays et de l’Europe, car les pays voisins profiteront largement du désastre prévu, il n’y a pas comme au Japon l’océan Pacifique à l’est pour absorber la radioactivité mortelle. Il y a la Belgique, l’Allemagne, la Suisse, l’Autriche, l’Italie, pays qui ont décidé de sortir du nucléaire. Voilà aussi à quoi il faudrait se préparer : avoir une responsabilité et une honte éternelle envers tous les pays contaminés de l’Europe.

 

« L’Autorité de Sûreté Nucléaire l’a dit, on ne peut pas exclure une catastrophe nucléaire majeure en France. Le risque économique incommensurable que fait peser l’industrie nucléaire sur notre pays doit donc absolument être pris en compte dans le débat en cours. » (source ACRO)

 

Le projet de loi de programmation sur la transition énergétique concerne votre député et le sénateur de votre circonscription. Envoyez-leur la communication de l’IRSN en pièce jointe par mail ! Et dites-leur par la même occasion ce que vous pensez du risque nucléaire : acceptable ? inacceptable ?

 

Vous trouverez leurs adresses mail ici et .

   

 

Vous pouvez aussi porter cette connaissance dans le débat national sur la transition énergétique. On peut y participer directement par cette page qui permet à toute personne intéressée de poster une contribution :

http://www.transition-energetique.gouv.fr/contribuer

 

 

_________________

 

Lire aussi à ce sujet :

 

 

Comment estimer le coût d’un accident nucléaire ? (Etude de P. Momal)

Peut-on supporter le coût d’une catastrophe nucléaire majeure ? (ACRO)

Le coût d'un accident nucléaire en France ? Plus de 400 milliards d'euros(Les Echos)

Un accident nucléaire majeur coûterait 430 milliards d'euros (Le Figaro)

Un accident nucléaire en France : une catastrophe pour l'économie (Le Monde)

L'IRSN évalue à 430 milliards d'euros le coût d'un accident nucléaire majeur en France(L’Usine Nouvelle)

 

   

_________________

 

Addendum

 

Une lectrice du blog apporte une information de taille, puisqu’il s’agit d’une autre estimation de l’IRSN, énoncée dans le rapport public de la Cour des Comptes sur les coûts de la filière nucléaire mis en ligne le 31/01/12. Voici ce qu’indiquait la note 200, page 242 :

« Les estimations de l’IRSN donnent un coût moyen compris entre 70 Md€ pour un accident modéré sur un réacteur comme celui qui s’est produit à Three Mile Island en 1979, et 600 Md€ à 1 000 Md€ pour un accident très grave comme ceux de Tchernobyl ou de Fukushima. » (source)

On comprend ici que l’IRSN, qui réalise selon P. Momal et L. Pascucci-Cahen des estimations depuis 8 ans, a une politique de communication à deux vitesses. Devant la Cour des Comptes, l’accident majeur coûterait entre 600 et 1000 milliards d’euros, et devant les journalistes, ce coût tomberait à 430 milliards d’euros. Dans les deux cas, la somme est colossale et, comme dit P. Momal, « l’accident demeurerait largement intolérable » et les décideurs seraient face à « une situation dans l’ensemble désespérée ».

 

 

 201305 Cout accident nucleaire

 

Une autre source de l'IRSN est publiée par le Figaro. Curieusement, cette image amoindrit encore l'estimation, la facture totale passant de 430 milliards dans l'article  à 421 milliards dans l'illustration.

.

 

_________________

 

 

 (1) Les rejets radiologiques massifs sont très différents des rejets contrôlés


Ludivine Pascucci-Cahen et Patrick Momal


Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire (IRSN)
31 av Division Leclerc, 92260 Fontenay-aux-Roses

 

 

Titre original : Massive radiological releases profoundly differ from controlled releases

Edité par EUROSAFE, lien : http://www.eurosafe-forum.org/2012-seminar-2

 

Traduction française : Odile Girard, Catherine Thirion, Pierre Fetet


Résumé:

Se préparer à un accident nucléaire nécessite de comprendre les conséquences potentielles de cet accident. Alors que de nombreux experts spécialisés ont travaillé sur divers aspects particuliers d’un tel accident, il est surprenant que si peu d'efforts aient été consacrés à obtenir une vue d’ensemble  et à fournir une image globale et équilibrée de toutes les conséquences majeures. L'IRSN a travaillé sur le coût des accidents nucléaires, un exercice qui se doit d’être aussi complet que possible, étant donné que toute omission sous-estimerait évidemment le coût. Il fournit donc (idéalement) une estimation de tous les éléments de coût d’un accident, révélant la nature de ces coûts et esquissant ainsi une image globale. Sur un réacteur à eau pressurisée français (REP), il apparaît que des rejets contrôlés provoqueraient un accident « économique » ayant des conséquences radiologiques limitées par rapport à d'autres coûts ; en revanche, des rejets massifs déclencheraient une crise majeure ayant des conséquences radiologiques importantes. Ces deux types de crises confronteraient les décideurs à différents types de défis.

 

Plan de la communication

 

 

 

 

1. LES COÛTS ESTIMATIFS DOIVENT ÊTRE COMPLETS POUR DONNER UNE VUE GLOBALE

 

            1.1. L’estimation des coûts doit être complète

 

            1.2. Les grandes catégories de coûts

 

            1.3. Détail des postes de coûts

 

 

 

2. UN ACCIDENT NUCLÉAIRE GRAVE EN FRANCE serait un DÉSASTRE NATIONAL Mais resterait NÉanmoins gÉrable

 

            2.1. Un désastre national

 

            2.2. Une crise gérable

 

            2.3. Variabilité

 

 

 

3. UN ACCIDENT NUCLÉAIRE MAJEUR EN FRANCE PROVOQUERAIT UNE CATASTROPHE EUROPÉENNE INGÉRABLE

 

            3.1. Une catastrophe radiologique majeure

 

            3.2. Des coûts économiques élevés

 

            3.3. Des pertes énormes

 

 

 

4. REMARQUES DE CONCLUSION

 

 

 

Lire la communication en entier

 

.

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans En France et ailleurs
commenter cet article

commentaires

Roland 21/02/2013 10:08

Les conventions internationales sont à revoir. Il faudrait unifier les conventions existantes, définir une nouvelle convention ouverte à tous les Etats, afin d'affirmer la solidarité internationale
indispensable face à une catastrophe comme celles de Fukushima, de Tchernobyl...

Georges Lagarde 19/02/2013 22:16

Un point faible de ce papier est de n'évaluer le coût d'un accident nucléaire que sous la forme de coût financiers.

Par exemple le fait qu'aucune centrale nucléaire n'a été construite aux Etats-Unis pendant 30 ans à la suite de l'accident de Three Miles Island ne peut pas être évalué sous la forme d'un montant
en dollars parce que cela a aussi eu une influence sur la politique étrangère de ce pays et que la traduire en chiffres relèverait de la politique fiction...

babelouest 15/02/2013 07:26

@ Ubick en particulier
Les finances japonaises présentent une particularité, malgré ce déficit énorme depuis longtemps. Les créanciers de l'État sont presque exclusivement japonais, ce qui rend la dette bien plus facile
à gérer : moins de pressions de spéculateurs. Ce n'est pas le cas de l'Europe, et de loin.

Ubick 14/02/2013 10:17

Concernant le Japon, les répercussions d'ordre économique de la dévaluation forcée de sa monnaie ne manqueront pas de nous toucher, en pénalisant davantage les exportations en Euros, au point que
nos politiques s'en émeuvent. Mais pour autant il ne me semble pas avoir entendu dans la presse la moindre allusion à l'influence de la catastrophe de Fukushima sur l'état des finances Japonaises.

Lionel 14/02/2013 02:42

Je crois que les chiffres hauts sont fondés sur les dernières estimations du coût réel de l'accident de Tchernobyl dont la fourchette va en effet de 600 à 1000Md€, parler de Fukushima en l'état
actuel me semble bien osé, rien n'a été fait en dehors de quelques rafistolages, les coûts réels pour le Japon et pour nous cumulés doivent d'ici 25 ans atteindre et dépasser le budget US !!!

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -