25 mars 2016 5 25 /03 /mars /2016 08:32
Ces mères qui ont monté un labo de mesure de la radioactivité

Article original publié le 13 mars 2016 sous le titre: « The mothers who set up a radiation lab » sur le site BBC News.

.

Auteure : Alessia Cerantola, de BBC World Service

.

Traduction : Evelyne Genoulaz

.

Lien source

  Il y a cinq ans un séisme a déclenché un tsunami au large du Japon et des fusions en série à la centrale nucléaire de Fukushima. Le domicile de Kaori Suzuki se trouve à proximité, elle est déterminée à y rester mais, inquiète pour la santé de ses enfants, elle a monté avec d’autres mères un laboratoire afin de faire des mesures du rayonnement.

 

  Ici, une femme en blouse blanche dépose un peu de substance organique jaune sur une lame tandis que derrière elle du liquide gris bouillonne dans des flacons. Là, une autre femme, à la grossesse visiblement avancée, commente des données qui s’affichent sur un écran d’ordinateur. Un messager apporte un petit colis qu’on ouvre pour cataloguer son contenu.

Image Emanuele Satolli

Image Emanuele Satolli

Mais il ne s’agit pas d’un laboratoire ordinaire. Aucune de ces femmes n’exerce de profession scientifique. L’une a été esthéticienne, une autre coiffeuse, une autre encore travaillait dans un  bureau. Elles se sont réunies pour créer une association à but non lucratif – Tarachine – afin de mesurer les radiations dans la ville d’Iwaki, située sur la côte à 50 kilomètres de la centrale nucléaire de Fukushima.

 

  Kaori Suzuki, la directrice du labo, m’indique une liste de mesures. « Ca, c’est le taux en Strontium 90 dans des Niboshi, de petites sardines séchées, qui proviennent de la Préfecture de Chiba, me dit-elle.

  Et ça, c’est quel produit ? » lui demandé-je en pointant du doigt un chiffre élevé.

« Des champignons, ils présentent de hauts niveaux. Le gouvernement a interdit la consommation des champignons sauvages, mais beaucoup de gens s’en moquent, ils les cueillent et les mangent » répond-elle.

 

  Le laboratoire mesure principalement les isotopes des Césium 134 et Césium 137, et collecte des données sur le rayonnement gamma. On n’a ajouté à la liste le Strontium 90 et le Tritium qu’en avril l’année dernière. « Comme ils émettent des rayons bêta, auparavant nous n’étions pas en mesure de les détecter. Il fallait pour cela disposer d’appareils spécifiques et on n’en avait pas les moyens » m’explique Suzuki. Or, grâce à une généreuse donation, elles disposent désormais de l’équipement adéquat.

 

  Tarachine publie ses mesures en ligne une fois par mois, dans le but de recommander à la population d’éviter de consommer les produits alimentaires pour lesquels les relevés indiquent des chiffres élevés [de contamination], de même que les sols sur lesquels on les a cultivés.

Image Tarachine

Image Tarachine

  Il y a cinq ans à peine, Suzuki ne connaissait rien aux radiations. Elle partageait son temps entre l’éducation de ses deux enfants et l’enseignement du yoga. Mais le séisme du 11 mars 2011 a bouleversé son existence..

 

  « Jamais auparavant je n’avais connu un tremblement de terre aussi puissant, celui-là m’a vraiment effrayée. Dès la première secousse, j’ai eu l’intuition qu’il pouvait avoir touché la centrale nucléaire, confie-t-elle. Alors mon premier geste a été de faire le plein d’essence. Je m’en souviens comme si c’était hier ».

 

  Les autorités ont fait évacuer la zone autour de la centrale _ les résidents à 20 kilomètres à la ronde ont dû partir, tandis que les résidents jusqu’à 30 kilomètres ont reçu un ordre de confinement. Mais bien qu’elle vécût au-delà de la zone d’exclusion, Suzuki a fui en voiture avec sa famille, en direction du sud. Les routes étaient terriblement embouteillées et les stations-service n’avaient plus d’essence.

 

  « Nous ne sommes pas revenus avant la mi-avril, et même alors, on s’est demandé si c’était prudent de rester » observe Suzuki. « Mais mon époux fait vivre ici 70 employés, si bien qu’on a pensé qu’il était difficile de nous en aller ».

Image Emanuele Satolli

Image Emanuele Satolli

Bien que le débit de dose fût officiellement très bas dans la ville d’Iwaki, on n’y parlait plus que de « l’ennemi invisible ». Du jour au lendemain, ce n’étaient plus les enfants, la nourriture ou la dernière mode qui alimentaient les conversations entre amis, mais un seul et même sujet : les radiations.

  « les gens avaient peur, vous comprenez c’est invisible, ça n’a pas d’odeur, on n’en a aucune  perception, donc c’est quelque chose qui fait peur » commente Suzuki.

 

  Le plus préoccupant, c’était de savoir quels aliments étaient sains.

 

  « C’était une question de vie ou de mort » observe Suzuki.

 

  Fukushima est une région agricole où beaucoup de gens cultivent leurs propres légumes. « Chez nous, les gens adorent consommer les produits du jardin et nous avons une forte tradition communautaire, les gens s’offrent leurs productions, entre amis, entre voisins, m’explique Suzuki ; d’où notre extrême anxiété. La situation peut devenir problématique, par exemple quand les grands-parents cultivent des produits alimentaires, mais que les jeunes mères répugnent à les donner à consommer à leurs enfants ».

 

  Suzuki a créé le groupe « Iwaki Action Mama » [l’Action des Mamans d’Iwaki] avec d’autres mères du secteur. Au début, elles ont organisé des actions de protestation contre l’énergie nucléaire, puis elles ont changé de tactique : elles allaient apprendre à mesurer elles-mêmes les niveaux de rayonnement.

Ces mères qui ont monté un labo de mesure de la radioactivité

Elles ont épargné ou collecté 540 euros pour acquérir en ligne leur premier compteur Geiger, mais quand elles l’ont reçu, le mode d’emploi était rédigé en anglais. Aucune d’elles ne comprenait l’anglais mais elles ont persévéré, tant et si bien qu’aidées par des experts et des professeurs d’université, elles ont pu organiser des ateliers de prise en main. Très vite, elles apprirent tout sur les Becquerels, l’unité de mesure de l’irradiation, et sur les Sieverts, qui mesurent le débit de dose radioactive. Pour comparer leurs relevés, elles prirent l’habitude de se retrouver au restaurant ou au café.

 

——————————————————————

Becquerels et Sieverts

 

  En novembre 2011, ces dames ont décidé de passer à la vitesse supérieure, elles ont monté un laboratoire. Après avoir collecté des fonds, elles se sont débrouillées pour acquérir leur premier instrument susceptible de mesurer la contamination des aliments, qui a coûté 3 millions de yens (23 774 euros).

 

  Elles ont donné à leur laboratoire le nom de Tarachine, d’après un personnage féminin du répertoire théâtral japonais au caractère bien trempé, qui parle comme un guerrier samouraï. « Nous avions l’impression de nous trouver en première ligne sur un champ de bataille, raconte Suzuki.

  Or, quand on est en guerre, on fait ce qui doit être fait ; eh bien, nous étions intimement convaincues que nous devions faire des mesures.»

 

Image Emanuele Satolli

Image Emanuele Satolli

Tarachine compte aujourd’hui 12 employées qui ont du travail par-dessus la tête. La population vient pour faire tester les aliments, la terre, l’herbe ou encore les feuilles de l’arrière-cour. Les résultats sont publiés, pour être connus de tous. A ses débuts, le labo était capable de publier des résultats en 3 à 4 jours, mais le service est devenu si populaire que le labo ne peut plus suivre. « Nous avons désormais tellement de requêtes qu’il faut parfois attendre jusqu’à trois mois pour connaître certains résultats » dit le professeur Hikaru Amano, directeur technique du laboratoire.

 

  Amano confesse son étonnement qu’un groupe d’amateures soit parvenues à exercer cette activité avec autant de rigueur et souligne que ce travail est fondamental.

 

  Il ajoute que la population a fini par ne plus faire confiance aux données de contamination radioactive communiquées par le gouvernement et par TEPCO, la Compagnie d’Energie Electrique de Tokyo, qui dirige la centrale nucléaire.

 

  Pas moins d’une centaine de « laboratoires citoyens » comme celui-ci ont désormais vu le jour, mais Tarachine sort du lot, parce qu’il contrôle non seulement le rayonnement gamma mais aussi le rayonnement bêta, alors que la plupart d’entre eux ne peuvent mesurer que le rayonnement gamma, et parce qu’il peut tester tout ce qu’on veut, des carottes du jardin au sac de poussières de votre aspirateur.

 

  Certes, le gouvernement fait des relevés périodiques, à des endroits précis dans la Préfecture de Fukushima. Les récoltes de même que les produits destinés aux marchés sont également contrôlés, la totalité par exemple de la production de riz de Fukushima doit satisfaire aux contrôles de rayonnement avant l’exportation.

 

  Mais « si vous souhaitez connaître le débit de dose en Strontium ou en Tritium dans votre jardin, le gouvernement ne fera pas cette mesure, observe Suzuki. Et si vous voulez vous-même faire mesurer, il vous en coûtera 200 000 à 250 000 yens (environ 1600 euros) or, les gens ne peuvent généralement pas débourser une telle somme. C’est pourquoi nous devons poursuivre notre activité afin de permettre à un maximum de gens de faire mesurer tout ce qu’ils veulent ». Tarachine ne facture qu’un défraiement modeste : moins de 2000 yens (16 euros).

Image Emanuele Satolli - Capture d’image : Mère de deux enfants, Kaori Suzuki passe désormais la majeure partie de son temps au laboratoire

Image Emanuele Satolli - Capture d’image : Mère de deux enfants, Kaori Suzuki passe désormais la majeure partie de son temps au laboratoire

Tarachine fournit également du matériel et forme à sa prise en main, si l’on veut faire ses propres mesures. « Il y a des mères qui mesurent des échantillons du sol dans les écoles. C’est fantastique, elles ont acquis une vraie compétence » dit Suzuki.

 

  Par ailleurs, le groupe surveille la santé des enfants. Il gère une clinique où des médecins provenant de tout le Japon viennent régulièrement dispenser des examens gratuits de dépistage du cancer de la thyroïde pour les enfants de la région. Depuis le début du dépistage six mois après les fusions, 166 enfants dans la Préfecture de Fukushima ont été diagnostiqués – ou suspectés – atteints d’un cancer de la thyroïde. C’est un taux beaucoup plus élevé que dans le reste du Japon, même si selon certains experts cela s’expliquerait par un sur-diagnostic.

 

  Enfin, pour les parents qui voudraient sortir un peu leurs enfants de l’environnement quotidien, Tarachine organise même des séjours dans le sud du pays, pendant l’été.

 

  Depuis 2011, la vie de Suzuki a dramatiquement changé. « J’étais une mère ordinaire coulant une vie heureuse. Mais désormais je passe la majeure partie de mon temps dans ces locaux, du matin jusqu’au bout de la nuit ». Elle ajoute : « Je vous avoue que je rêverais parfois de faire un break, mais notre travail ici tellement indispensable. Nous fournissons un service vital.

 

  Je crois que quiconque veut garder l’esprit tranquille après une catastrophe telle que celle de Fukushima, ne peut pas faire autre chose que ce que nous faisons. »

 

 

________________________________________________________

 

A lire aussi

 

Une autre femme engagée : Ruiko Muto

Une femme de Fukushima au siège de l’OMS

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Evelyne Genoulaz - dans Au Japon
commenter cet article

commentaires

Roland 01/04/2016 17:02

Une démarche sage, qui honore cette équipe, qui poursuit la lutte pour protéger la jeune génération. Merci à ces Mamans.

Cécile (à Limoges) 25/03/2016 17:07

FANTASTIQUE ! J'ai toujours pensé que la radio-protection était la clef de la résistance contre toutes les intox - au "propre" et au figuré ! Mais s'il n'est pas trop difficile d'utiliser les docs de conversion Bq/Sv pour chaque radioélément, ou d'effectuer les conversions de mesure (ouille ouille ouille les puissances de dix !) le facteur limitant c'était l'achat de ce foutu compteur à scintillation et de ses fioles. C'est que ça coûte un bras, ces machins ! Sans compter le maniement des courbes de quenching et le calcul des seuils ...
Alors archi-bravo à ces formidables mamans qui ont eu le courage d'apprendre tout ça, et merci aux généreux donateurs de ce labo de rêve ! Oh que ça fait chaud au coeur !

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -