25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 21:52
Fukushima work in progress

La catastrophe de Fukushima a inspiré Audrey Vernon pour écrire un spectacle poético-écologique intitulé « Fukushima work in progress. Une légende japonaise ». En compagnie de Xavier Mathieu, elle le présentera au public de la région parisienne les 19, 20 et 21 mai 2015 à l’Avant Seine / Théâtre de Colombes. Le blog de Fukushima a voulu en savoir plus sur cette œuvre originale en interrogeant sa créatrice.

BF : Qu’est-ce qui vous a motivé pour faire un spectacle sur le thème de Fukushima ?

 

AV : Après Comment épouser un milliardaire et Marx et Jenny, deux spectacles sur le capitalisme et le capital, il m'a semblé que Fukushima était l'apogée de l'irresponsabilité totale du capitalisme, de la quête de profit qui passe avant tout. Avant même la vie et la mort. C'est l'exemple ultime du capitalisme qui, par appât du gain, fait une énorme bêtise et ne sait que répondre après sinon : « Je suis désolé ». Personne n'a été condamné, personne ne le sera. Et qui va payer ? Les Japonais et le monde entier.

 

Voilà le capitalisme encore une fois résumé : l'enrichissement de certains par l'appauvrissement de tous... Je suis fascinée de voir que la vie continue pour les responsables, là où elle s'est arrêtée pour les 160 000 déplacés, les 16 000 morts et les populations locales qui ont été privées de leur passé, de leurs racines et parfois de leur futur. Personne ne se soucie d'eux. Ils sont devenus des parias : être victime du capitalisme est presque considéré comme un crime.

 

BF : Quelles ont été vos sources pour écrire ce spectacle ?

 

AV : Le blog Fukushima a été une aide précieuse pour trouver les documents officiels et notamment le rapport de la commission d'enquête sur l'accident, véritable base de travail pour moi. Egalement les traductions des différents témoignages, ceux de Hori Yasuo, de Naoto Kan et Masao Yoshida. Le blog de Fukushima a été une de mes sources principales avec le livre d'Antonio Pagnotta, Le Dernier Homme de Fukushima.

 

BF : En quoi votre spectacle peut faire prendre conscience des dangers du nucléaire ?

 

AV : Je pense que mon spectacle dévoile la vérité de l'accident, point par point, de façon factuelle, donc objective. Voilà ce qui s'est passé : pendant 10 heures le réacteur numéro 1 n'a plus été refroidi puis, puis, puis... Je veux que chacun se fasse son idée. Je montre l’irresponsabilité de comportements capitalistes.

 

Quelques jours avant, un rapport montrait déjà les dangers.  Ce qui est fou c'est que ça aurait pu être bien pire : la gestion de la crise a vraiment été menée par des gens dévoués et sacrificiels. Ils ont tout fait pour que la catastrophe soit contenue. Et voilà ce que donne le « minimum » de dégâts : 3 coriums, des kilomètres carrés inhabitables, une pollution radioactive incessante... C'est le résultat avec 54 centrales qui se sont arrêtées. On peut imaginer ce qui se passerait dans d'autres circonstances. Si l’accident à Fukushima n’avait pas été « contrôlé », que serait-il advenu ? Et que pourrait-il se passer en France où nous en avons 58 ?

 

L'énergie nucléaire n'est pas maitrisable, il suffit de 3 heures sans surveillance et le combustible commence sa course à la catastrophe. Comment accepter que, partout dans le monde, il existe des choses si dangereuses qu'on ne peut les quitter des yeux plus de 3 heures ? Sans parler du fait qu'une fois la réaction de fission arrêtée, il faut refroidir pendant des années pour éviter la fusion du "combustible. Ces centrales électriques sont immaitrisables sans électricité. C'est tellement absurde.

 

Ce que j'ai trouvé drôle, c'est l’aspect humain de la situation : tout à coup des ouvriers en situation de panique, sans lumières, sans instruments de mesure doivent contrôler 3 réacteurs nucléaires avec les moyens du bord, des lances à incendies, des batteries de voitures... Et les réacteurs tout à coup deviennent très poétiques : ils ont l'air de s'éclater dans la catastrophe, comme si leur instinct reprenait le dessus, comme des tigres de cirque retournés à l'état sauvage et qui mangent leur dresseur. L'instinct de l'énergie nucléaire n'est pas d'être contenue.

 

BF : En utilisant la scène comme « espace de lutte » pouvez-vous expliquer comment la culture peut avoir un rôle à jouer dans l’évolution de notre société ?

 

AV : Vu que les puissants, les hommes politiques et les médias en général se foutent de la survie des êtres humains et de la planète, il me semble que les artistes et le peuple doivent s'unir pour essayer de changer les choses. Je n'utilise pas la scène comme un espace de lutte mais comme un espace de création. Sur une scène, on peut recréer le monde, le modifier, montrer comment il pourrait exister si... Et ensuite le public se fait son idée.

 

Je ne sais pas comment l'art peut changer le monde mais il me semble que Delacroix, Hugo, Marx - que je place parmi les artistes - ou Mozart ont inspiré des gens pour le faire. Les artistes ont du temps, toute leur journée (surtout moi en tant qu'actrice), pour rêvasser, lire, écrire... On est là pour essayer de réfléchir autrement. Je trouve que l'art donne du courage, de l'inspiration, pour devenir « the tipping point », cet élément qui fait basculer le système. Sans cette possibilité, la vie serait trop triste. Heureusement qu'on a le droit de rebattre les cartes. Je suis aussi contente de travailler avec Xavier Mathieu qui porte en lui cette révolte contre le capitalisme destructeur de vies humaines. Ce capitalisme qui avance une fin de non-recevoir quand ça l'arrange.

 

En tout cas, j'ai adoré créer le spectacle Fukushima, même si c'est la matière la plus triste, la plus dense et la plus profonde sur laquelle j'ai travaillé. En général, j'arrive à écrire des journées entières quand je suis lancée. Pour Fukushima, j'étais obligée de m'arrêter au bout de 3 ou 4 heures, sinon j'avais l'impression d'être complètement irradiée et épuisée. Et je suis ravie de jouer le spectacle maintenant, alors que l’actualité nucléaire est toujours brûlante au Japon, mais surtout en France. Vu ce qui se passe autour d'Areva et EDF, le gouffre financier, la menace permanente, l'obligation de rogner sur tout, les risques d'une catastrophe écologique, humaine, etc. On devrait être 65 millions actuellement à croiser les doigts.

 

En savoir plus sur le spectacle d’Audrey Vernon : cliquez ici.

La bande annonce du spectacle

_____________________

Dernière mise à jour : 12/05/15

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Fictions sur Fukushima
commenter cet article

commentaires

Delphin 11/05/2015 21:32

Bonjour,

Pour prévenir les sarcasmes de pronucléaires en goguette, prompts à cristalliser sur une coquille :

Citation Audrey Vernon : "Sans parler du fait qu'une fois la fusion arrêtée il faut continuer à refroidir pendant des années"

Rectification : "Sans parler du fait qu'une fois la réaction de fission arrêtée, il faut refroidir pendant des années pour éviter la fusion du "combustible."

Commentaire : la réaction nucléaire de fusion a lieu dans le soleil ou lors de vaines tentatives dans des petits réacteurs expérimentaux. Heureusement qu'elles sont vaines, que ferions-nous de toute cette énergie ?... Des grosses bêtises.

Delphin

Pierre Fetet 12/05/2015 15:42

Merci Delphin pour cette précision nécessaire, le texte est maintenant corrigé.

cathy 29/04/2015 20:28

Bien saisi la CAUSE du problème !! Lorsque les leaders auront compris qu'il faut mettre l'être humain à la première place de tous les intérêts, le monde aura changé, à condition qu'il ne soit pas déjà trop tard...

robert 29/04/2015 16:27

Chaque catastrophe du nucléaire civil - sans parler des contaminations d'origine militaire - loin de remplacer, ne fait qu'amplifier les précédentes: Sellafield, Three Mile Island, Tchernobyl. Ces lieux ne sont ni rendus inoffensifs, ni décontaminés, ni même véritablement maîtrisés. Nul ne sait où la machine folle qui entraîne ce sinistre convoi nous précipite.

babelouest 29/04/2015 16:51

Il n'y a pas de solution, mais les oligarques s'en fichent : la non-solution se déroulera après leur mort. Mort qui aura peut-être eu pour cause ce qu'ils nient.

babelouest 28/04/2015 06:29

Très intéressant !
Et où est-il prévu de jouer cette pièce ?

babelouest 28/04/2015 10:31

Merci ! Ah oui, je pensais que cette pièce serait jouée ailleurs également. C'est un peu loin.

Pierre Fetet 28/04/2015 10:26

C'est par ici : http://www.lavant-seine.com/pratique/acces-et-horaires/

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

Agenda

2-3-4 novembre 2017, Paris

3ème Forum Social Mondial Antinucléaire

Lien vers le site dédié : http://fsm-antinucleaire2017.nuclearfreeworld.net/


 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -