10 avril 2013 3 10 /04 /avril /2013 00:48

En écho au précédent article publié sur les problèmes de thyroïde au Japon, voici un autre article paru au début du mois de mars 2013 qui fait état d’un scandale dont on a peu parlé jusqu’à maintenant : celui des mesures trafiquées de la radioactivité. Ce problème est récurrent au Japon depuis la catastrophe de 2011, et semble être devenu la norme. Nous avions déjà rapporté cette pratique sur le site nucléaire même de Fukushima Daiichi où les balises ont été entourées de murs pour faire baisser les taux. Par ailleurs, dans la zone interdite, les autorités prêtent aux visiteurs des radiamètres sous-calibrés qui indiquent des mesures deux fois moindres que la réalité. Ce n’est pas une rumeur, Janick Magne l’a constaté lors de son dernier passage à Futaba en février 2013.

Les bornes gouvernementales destinées à informer en continu la population de la radioactivité ambiante ont subi le même traitement, ce qui permet de faire croire que tout va bien. L’article dont quelques extraits sont reproduits ci-dessous en témoigne.  Il est paru le 8 mars 2013 dans le journal japonais Friday, hebdomadaire d'information généraliste édité par Kodansha. Son auteur, Kirishima Shun, a réalisé une enquête et il en livre ici les résultats.

 

 

 

gros-titre1.jpg

 

« Succession d’anomalies thyroïdiennes chez les enfants: les vraies causes?!

 

 

 

Révélations exclusives: FUKUSHIMA, LES MESURES DE RADIATION OFFICIELLES ETAIENT DIVISEES PAR DEUX.

 

Sur 38 114 examens de la thyroïde dans la préfecture de Fukushima en 2011, 3 cancers déclarés, 7 cancers possibles.

 

Au comité d’Inspection de la Santé des Habitants de la Préfecture de Fukushima, formé le 13 février dans la ville de Fukushima, un rapport fit l’effet d’une bombe. Les anomalies ont été décelées sur des personnes de 15 ans de moyenne d’âge, habitant tous dans la même zone. Un cas de cancer de la thyroïde sur un million d’enfants est déjà considéré comme un taux élevé.

 

De plus, on ne connaît pas encore toute l’étendue des dégâts. Yoshida Kunihiro, président de l’association à but non lucratif Anshin-Anzen Project [Projet Confiance et Sécurité, ndt], qui s’occupe de collecter des informations sur les dégâts provoqués par l’accident de la centrale Daiichi, participe le 2 février à une inspection thyroïdienne à Fukushima-ville. Il pointe du doigt ces anomalies infantiles.

 

« Sur 80 personnes examinées, un adulte est en observation pour un possible cancer de la thyroïde, et des kystes ont été décelés chez 60% des autres personnes, enfants et adultes. Plus particulièrement chez les enfants qui font du sport dehors, et des garçons qui pratiquent le base-ball quotidiennement en avaient même plusieurs. Le médecin qui examinaient affirme lui-même: »jamais on ne constaterait autant de kystes en temps normal », craignant un lien de cause à effet avec l’accident nucléaire ».

 

Le pays a toujours soutenu qu’à l’écart de la centrale, les taux de radiation de la région sont bas et leur influence sur le corps humain est faible. Ce qui lui permet de maintenir cette affirmation, c’est, entre autre, la présence des  « monitoring posts » (ci-dessous:  « poste »), appareils de mesure de radiation à écran installés par le ministère de la recherche juste après l’accident dans chaque zone de la région. Les chiffres annoncés sur ces postes sont une sorte de certificat de vérité pour le pays.

 

tableau-haut.jpg

 

Listes des postes / mesures publiques / mesures du journal. Remarque 1: les mesures sont données en µSv/h.

Remarque 2: la valeur en gras est la plus haute mesurée par le journal.

 

Pourtant, ces mesures se révèlent mensongères. Le Colloque sur le Problème de l’Irradiation Interne des Citadins et Scientifiques, un groupe de chercheurs et de médecins, a effectué ses propres mesures à proximité de 117 postes sur les 570 placés dans la préfecture de Fukushima, et a ainsi indiqué une faiblesse anormale des données numériques officielles. Un membre du colloque, monsieur Yagasaki Katsuma, professeur émérite à l’Université des Ryukyu, explique :

 

« Entre août et octobre de l’année dernière, quand on tendait un de ces compteurs portables de haute précision utilisés par l’administration, entre autres, vers un poste, les mesures affichées par le compteur étaient très hautes, près du double de celles affichées publiquement. Une différence de 51% quand les alentours avaient été décontaminées, et de 56% quand elles ne l’avaient pas été. Avec une telle différence, impossible de prétendre qu’on était dans le domaine de la simple erreur. »

 

(…)

 

La mère d’un enfant de 8 ans, habitante de Fukushima-ville, raconte, le visage inquiet :

 

« J’ai acheté mon propre compteur et je mesure les radiations réelles. Je n’ai donc aucune confiance dans les chiffres des postes. Mon enfant est cardiaque et je me fais du souci. S’il arrive quelque chose à sa thyroïde, on ne pourra pas utiliser de médicament trop puissant. Je ne sais plus quoi faire, je suis perdue. »

 

compteur-e1365174307387.jpg

Les mesures données en µGy/h (micro gray) peuvent être considérées comme équivalentes à celles de notre compteur , µSv/h (micro sievert). 

 

Les radiations que nous avons constatées par nous-mêmes sur 23 emplacements étaient pour la plupart le double de celles indiquées par les postes, avec une différence de 56% en moyenne. Il est très difficile de dire que les rectifications étatiques évoquées par M. Yagasaki aient été faites correctement. Pourtant la cellule de crise du ministère de la recherche se justifie ainsi: « nous avons replacé les postes à des endroits optimaux. Ils ont subi des révisions et leurs batteries ont été changées. Nous les avons réglés pour qu’ils affichent des valeurs 10% au-dessus de la réalité. C’est pourquoi nous ne réfléchissons à aucune disposition supplémentaire pour le moment ». Le professeur Yagasaki s’indigne de voir ainsi le ministère traiter les choses avec une telle désinvolture:

« La plaque de métal qui se trouve entre le sol et le poste ne pose-t-elle pas un problème de confinement fondamental? Le fait d’engager de coûteux travaux et ne rien voir changer n’est qu’un alibi pour pouvoir dire que des mesures ont été prises. »

 

Tant que le gouvernement ne fera pas la lumière sur les radiations, les dégâts s’étendront. Le danger continuera de plomber la vie des enfants de Fukushima. »

 

Kirishima ShunFriday du 8 mars 2013, Kodansha.

(Traduction sakana ôji)

 

Lire l’article en entier

 

 

 

 Article sur le même sujet sur Fukushima Diary :

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article

commentaires

st 25/10/2014 19:47

Cette mère a-t-elle étalonné son appareil?

sépale 17/04/2013 12:11

Sans compter que les limites des cartes de contamination sont également rognées avec une tendance "étrange" à contourner les grandes villes ... Finalement le facteur dont on parle ci-dessus est bien représentatif du niveau de tricherie des autorités. En gros, vous êtes à Tokyo, vous regardez la carte, vous voyez < 10 000 Bq/m². Vous vous dites, je suis à 5000 Bq/ m² environ, multipliez par 50 et vous aurez le vrai chiffre (de l'ordre de 250 000 Bq/m² : ce qui est énorme mais qui correspond à la réalité : une pelletée de terre tokyoïte, en France on l'enverrai direct en déchet à l'ANDRA ... )

paulpolo 17/04/2013 10:56

JAnonymous ce n'est pas une histoire de Gray ou de Sievert. Le rapport entre les 2 unités est un facteur de pondération qui pour le corps entier vaut 1. Ce que font les autorités japonaises c'est purement et simplement de la falsification. Il n'y a pas de raison de trouver un facteur 2 entre 2 Geiger à un mètre du sol. Les Geiger de base du commerce sont maintenant plutôt pas mal, l'électronique est rapide et ils sont étalonnés. j'ai moi même un petit Radex et il est tout à fait juste. Ce n'est pas non plus un problème d'alpha que le tube Geiger ne mesure pas de toute façon. Mais il n'y a pas que ça que le gouvernement falsifie : la conversation des cartes de débits de dose (µSv/h) en contamination effective (Bq/m² ou cm²) est totalement sous-estimée également. Quand on sait que c'est le Césium (134 et 137) que l'on mesure, la conversion est facile à faire et elle est totalement sous-estimée sur les cartes officielles. Globalement pour simplifier et arrondir avec 0,5 µSv/h de débit de dose ambiant à 1 m du sol, vous pouvez compter 50 Bq/cm² (ou 500 000 Bq/m²) de contamination, 100 Bq/cm² pour 1 µSv/h ... Quand on regarde les cartes officielles, on est à environ 20 000 Bq/m² là ou en réalité on a 500 000 Bq/m². Il y a tricherie au moins d'un bon facteur 20. Avec un facteur 2 sur les bornes + un facteur 20 sur la conversion en contamination, on a déjà un facteur 40, c'est juste énorme.

JAnonymous 16/04/2013 08:15

Bonjour,

Je ne suis pas sur que l'on puisse dire que 1 gray = 1 sievert. Si on regarde du cote de ce blog : http://ex-skf.blogspot.jp/2013/04/fukushima-prefecture-installs-fixed.html il semblerait que meme les elus locaux reconnaissent que le changement d'unite leur fait "gagner" 20%. Ou bien la personne n'a rien compris, c'est aussi possible.

L'explication tient peut etre dans le fait que les nouveaux compteurs ne detectent pas les alphas (ou bien qu'ils sont blindes, ce qui revient au meme) et que par consequent, il est moins faux de dire que ce sont des grays. Ce qu'il faudrait c'est que les gens ajoutent 25% pour retomber sur leurs pieds. Ca ne resoud qu'une partie du probleme, mais conjugue aux autres explications, ca permet d'y voir plus clair. Par exemple, pour les series de mesure 2, 3 et 4 de la photo, on trouve les memes valeurs en compensant de 25%.

On pourrait donc penser que certains postes de surveillance, plus importants que d'autres, plus visibles par exemple, ont droit a un traitement special.

Pour la premiere serie de mesure de la photo de journal, il s'agit d'un lieu extremement prise du public, puisque c'est le parking de voitures d'ou part le "chemin de la montagne aux hanamis" (hanamis = pique-niques sous les cerisiers, tradition japonaise en pleine saison de mi-mars a mi-avril). Cette region et ce sentier ont ete egalement rendus tres populaires par un serie televisee diffusee sur NHK (Yae no sakura). De facon evidente, il ne faut pas inquieter les gens. Il me parait evident que les alentours de la borne ont ete decontamines et que le taux remontera au fur et a mesure que les radioelements reviendront se nicher autour. Exemple l'annee derniere a Fukushima-ville :
http://fukushima-diary.com/2012/12/graph-radiation-level-has-been-increasing-since-180-days-ago-in-fukushima-city/
et a ce meme parking :
http://4.bp.blogspot.com/-gggXtVetciE/UQnpMduHRHI/AAAAAAAAFR0/4uGM35x4ugY/s1600/FukushimaHanamiyamaRad.JPG

Ca c'etait en janvier, bien sur, depuis avril c'est stable a 0.4~0.5

m 15/04/2013 03:52

Arnie Gundersen: Nuclear Power and Earthquakes. Pt 2 of 2
https://www.youtube.com/watch?v=o_0TjQ95yFA

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -