11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 14:46

Voici le deuxième témoignage de Permaria.

" Ça fait déjà plus de sept mois que je suis allée à Akita, ville provinciale qui donne sur la mer du Japon. C’était un voyage de retour au pays natal pour ma tante bientôt nonagénaire, qui habite maintenant dans le département de Kanagawa.

Elle a longtemps travaillé pour Tohokuden (Tohoku Electric Power Company) qui alimente de courant électrique la région du Tohoku ( Nord-Est de l’île principale qu’est Honshu au Japon ) et aussi dans le département de Niigata.

La nouvelle de son arrivée à Akita a vite circulé parmi quelques ex-collègues beaucoup plus jeunes qu’elle. Ils étaient trois, dont une femme fraîchement retraitée et deux hommes, tous d’une soixantaine d’années. Ils ont rendu visite pour dire bonjour à son aînée du bureau.

Au moment du gigantesque séisme du 11 mars 2011, l’ex-employée travaillait dans la Centrale thermique à Noshiro, au nord du département d’Akita. Le tremblement de terre a automatiquement arrêté tous les réacteurs thermiques et cet arrêt n’a pas été provisoire : le séisme a provoqué une panne difficilement réparable et la centrale n’a pu produire d’électricité jusqu’à l’année suivante.

« C’était vraiment embêtant, nous a-t-elle dit, parce qu’on n’avait rien à vendre. » Rien à vendre, donc rien de profit pour la société. A cette difficulté de gestion s’est ajouté des voix démoralisantes venant des clients particuliers contre l’énergie nucléaire. La retraitée a dit : «  Maintenant, on sait bien que l’énergie nucléaire est dangereux. Avant, c’était différent.

 

Avant, avant… Est-ce vrai qu’avant on croyait à l’intégralité de la centrale nucléaire ?

Je me souviens bien d’un dîner de fin mars 1979 où ma tante a beaucoup parlé, excitée malgré son calme d’habitude, de l’accident nucléaire de Three Mile Island. D’après elle, c’était plutôt beaucoup de cadres du bureau, tous hommes à cette époque-là, qui avaient parlé, déboussolés, à haute voix, du danger de l’énergie nucléaire avérée originellement incontrôlable. Depuis cet accident, une méfiance est née vis-à-vis de cette énergie du rêve et a été couvée même parmi les employés de la compagnie d’électricité. Mais, j’ai compris que cette méfiance a été bien diluée avec le temps, malgré l’accident de Tchernobyl qui a eu lieu sept ans après l’accident de TMI.

   

Deux retraités très gentils, maintenant jardiniers amateurs, n’ont rien dit sur l’accident de Fukushima Daiïchi ni de l’avenir de leur employeur.

 

Maison mère de Tohoku-den, Tohoku-epco à Sendai, dans le département de Miyagi

Maison mère de Tohoku-den, Tohoku-epco à Sendai, dans le département de Miyagi

Tohokuden est l’exploitant de deux centrales nucléaires : Onagawa dans le département de Miyagi et Higashidôri dans celui d’Aomori. L’entreprise a eu beaucoup de protestations contre un éventuel redémarrage de leurs centrales, justement comme moi qui le fais contre Tepco à chaque payement de frais d’électricité.

« L’énergie est le sang de la société moderne basée sur les activités économiques », j’ai trouvé cette phrase citée dans le bulletin de l’association des retraités de l’entreprise. Tohokuden a longtemps soutenu et soutient l’industrie de sept départements nord-est de l’archipel en choisissant et changeant parmi des carburants et des ressources naturelles : charbon, essence, eau, uranium, plutonium, vent, rayon du soleil, chaleur de la terre et biomasse.

Selon le bulletin, dans un an, Tohokuden, comme toutes les compagnies d’électricités, doit faire face à la libéralisation du marché de l’électricité. Tout le monde peut en vendre et en acheter. Pour se préparer, cette entreprise a l’intention de construire trois nouvelles centrales thermiques et une centrale hydroélectrique, en visant la stabilisation de l’alimentation du courant. C’est ainsi qu’elle compte regagner la confiance des clients, une fois perdue à cause de l’arrêt des centrales thermiques mais aussi nucléaires lors du 11 mars 2011.

Est-ce qu’elle va redémarrer Onagawa et Higashidôri ? La prévision est difficile, mais, il peut y avoir de l’espoir pour les générations futures."

 

Permaria

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Témoignages du Japon
commenter cet article

commentaires

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

Agenda

2-3-4 novembre 2017, Paris

3ème Forum Social Mondial Antinucléaire

Lien vers le site dédié : http://fsm-antinucleaire2017.nuclearfreeworld.net/


 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -