7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 01:37

gundersen

 

Dans une vidéo datée du 26 avril 2011, Arnie Gundersen, ingénieur de la société Fairewinds, propose une théorie sur l'explosion du réacteur 3 de la centrale de Fukushima Dai-ichi, au Japon.

 

Il m’a semblé intéressant de proposer une traduction française de son intervention. Pour ce faire, j’ai amélioré un texte de sous-titrage qui comportait de nombreuses erreurs. Mais ce texte avait au moins le mérite d’exister, même si le traducteur ne maîtrise pas complètement le français.

 

 

Vidéo originale :

http://vimeo.com/22865967

 

Vidéo sous-titrée originale (au choix : English, French, Japanese) :

http://www.universalsubtitles.org/ja/videos/2TnNJkefdfyZ/fr/80081/

 

 

 

Traduction en français de l’intervention

   

« Bonsoir, je suis Arnie Gundersen, de la société Fairwinds (Ingénieur Nucléaire Chef). Nous avons reçu beaucoup de courriers électroniques sur maints sujets, mais un sujet a suscité beaucoup de questions et de préoccupations, c'est ce qui est arrivé au réacteur numéro 3 : en comparaison avec le réacteur numéro 1et tout autre réacteur sur le site, pourquoi a-t-il explosé comme il l'a fait?

 

Donc, aujourd'hui je voudrais prendre l'opportunité de parler de ce que nous savons de manière certaine sur le réacteur 3, et donner quelques théories sur les causes possibles de la dévastation à ce réacteur.

 

Pour commencer, l’explosion au réacteur numéro 3 était beaucoup plus spectaculaire que l'explosion au réacteur numéro 1. Chez les ingénieurs, nous utilisons deux termes différents : la détonation, et la déflagration. En fait, les deux sont des explosions, dans un sens ordinaire, mais une déflagration est une explosion qui envoie une onde à la vitesse du son. Alors qu’une détonation est une explosion avec une onde qui dépasse la vitesse du son. Une détonation est beaucoup plus destructrice qu'une déflagration. Peut-être ça ne semble être qu’une nuance technique, mais en fait c'est là toute la différence entre ce qui est arrivé au réacteur numéro 1 et ce qui est arrivé au réacteur numéro 3. Si, vous regardez le panache de fumée qui monte au-dessus du réacteur numéro 1, il se propage moins vite que celui du réacteur 3.

 

Je voudrais attirer votre attention sur plusieurs détails dont nous sommes certains à propos du réacteur 3, puis fournir des hypothèses sur les causes. D'abord l'explosion au réacteur 3 est beaucoup plus puissante que celle du réacteur 1. Deuxièmement, une quantité supérieure d'énergie qui monte verticalement. Ca s'appelle un vecteur. Il y a un vecteur ascendant sur l’unité 3, ce qui n’est pas le cas pour l’unité 1. C'est un indice important dont on parlera plus loin.

 

On constate clairement qu'il y a eu une véritable explosion au réacteur 3. Si vous regardez le côté sud, ou à droite du bâtiment [sur la vidéo, ndt], on voit une flamme jaune qui apparaît avant la montée de la fumée noire. C'est un autre indice important dont on parlera aussi. Il semble que les morceaux de barres de combustible ont été trouvés à 2 miles de la centrale.

 

Par ailleurs, à l’unité 4, par comparaison, les barres de combustible sont restées sèches, et l'ensemble du combustible est resté intact. C'est évident que ces barres ne pouvaient pas venir du réacteur 4, donc le combustible trouvé hors du site est venu du réacteur 3.

 

D'autres découvertes encore. L'uranium, dans une forme de poussières très fines, a été trouvé à Hawaii et sur la côte ouest des Etats Unis ; du plutonium a été trouvé sur place, aussi dans la forme de poussière ; et un isotope qui s'appelle américium a été trouvé en Nouvelle Angleterre, sur la Côte Est. On les appelle des transuraniens, car ils sont plus lourds que l'uranium, ce qui indique qu’un combustible nucléaire a été endommagé et en plus, que ce combustible s’est volatilisé à la centrale de Fukushima.

D’autre part, les photos du réacteur 3 prises après l'explosion indiquent qu'une grande partie du bâtiment manque, spécialement sur le côté sud. Cependant, les photos infrarouges montrent qu'il y a toujours une source de chaleur sur le côté sud.

Donc, dernièrement, on est sûr, et les données le confirment, que le confinement, et le réacteur 3 même sont toujours intacts.

 

Il y a ici un mystère. Le réacteur est intact, mais le bâtiment est presque complètement détruit. Pourquoi? Je crois que le bassin de refroidissement, un bassin qui mesure 50 pieds sur 50 pieds, et a 50 pieds de profondeur, était vide, et il s’est remplit avec des gaz, puis il explosé verticalement. Le bassin est ouvert sur le dessus, mais, car les côtés sont fermés, faisant une barrière, c'est possible que ça ait provoqué une explosion qui monte verticalement, comme on l’a vu. Le bassin était comme la bouche d'un fusil, qui a fait monter l'explosion.

 

On constate aussi en regardant les photos qu'il y a beaucoup de gravats qui redescendent. Ce sont les barres de combustible et des morceaux d’uranium et de plutonium, ce qui explique pourquoi on en a découvert à quelques miles du site.

En plus, la couleur noir du panache de fumée indique qu'il y avait dedans de l'uranium et du plutonium volatilisé. Sous la forme d’aérosol, ils pouvaient voyager très loin, jusqu'aux Etats Unis, à Hawaii, sur la Côte Ouest et ici en Nouvelle Angleterre.

 

Mais, qu’est-ce qui a provoqué cette force vers le haut ? Si la réaction avait été uniquement de l’hydrogène et de l'oxygène, cela aurait produit seulement de l'eau.

Dans ce cas, l’onde se serait propagée à la vitesse du son, et ça aurait été une déflagration, et c'est ça qui est arrivé au réacteur 1. C'est impressionnant, mais ce n'est pas explosif. En revanche, il y a eu une détonation au réacteur 3. La taille massive du panache de fumée noire, et la flamme jaune au moment de l'explosion du réacteur 3, indique une détonation.

 

Alors, quel était la cause de cette détonation? La réaction oxygène-hydrogène n'explique pas cette explosion. Il faut chercher l'explication ailleurs, et nous n'avons pas encore la réponse définitive. Une hypothèse plausible est que l'explosion a commencé avec une réaction oxygène-hydrogène. Immédiatement après, cette réaction à créé un choc suffisant à déformer les barres de combustible nucléaire, ce qui a produit une réaction nucléaire et la détonation, suivie d’un panache de fumée noire et l'éjection des gravats irradiés du réacteur 3 du central de Fukushima.

 

Il existe des moyens pour tester cette hypothèse, qui consiste à mesurer les sortes d'isotopes dans cette fumée. Nous savons que l'armée a des avions en vol, et nous pouvons croire qu'il y a des laboratoires qui ont calculé les différentes sortes de substances. Il y a deux isotopes de xénon, et leur ratio dans la fumée peuvent confirmer si oui ou non qu'il y a eu une explosion due à la perturbation de la masse critique. Les données existent, même si elles ne sont pas encore disponibles.

Notre gouvernement [USA] doit certainement les avoir.

 

Je vous remercie, et quand je disposerai de plus d'information, je vous tiendrai au courant. » 

 

 

(Si vous constatez qu’il reste encore des erreurs de traduction, merci de me le signaler, je ferai la correction.)

 

 

Qui est Arnie Gundersen ?

 

Arnold, ou Arnie Gundersen est un ancien cadre de l'industrie de l’énergie nucléaire. Il a plus de 25 ans d’expérience dans le domaine de la surveillance du démantèlement. Aujourd’hui, il est ingénieur en chef chez Fairewinds Associates, entreprise de recherche, d’expertise et d’aide juridique sur les questions de fiabilité et de sécurité dans l’industrie nucléaire. A. Gundersen a remis en question la sécurité de l’AP1000 de la Westinghouse Electric Company, un projet de troisième génération de réacteurs nucléaires. Il a également exprimé ses préoccupations concernant le fonctionnement de la centrale nucléaire de Vermont Yankee. Il a participé à l'enquête sur l’accident de Three Mile Island en tant que témoin expert.

 

sources :

http://en.wikipedia.org/wiki/Arnold_Gundersen

http://fairewinds.com/content/who-we-are

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
2 mai 2011 1 02 /05 /mai /2011 17:40

Mishio IshikawaSelon Mishio Ishikawa, ardent promoteur de l’énergie nucléaire et fondateur du JANTI (Japan Nuclear Technology Institute), les cœurs des réacteurs 1, 2 et 3 de Fukushima Dai-ichi auraient fondu à 100%.

 

S’exprimant dans une émission le 29 avril sur Asahi TV, il a créé la surprise en donnant une version totalement différente de celle de Tepco et du gouvernement.

 

Iida Tetsunari, directeur de l’ISEP (Institute for Sustainable Energy Policies), qui participait également à l’émission, a affirmé être entièrement d’accord avec l’évaluation de la situation de Mishio Ishikawa et a ajouté : « Personne ne sait ce qu’il faut faire, nous devons demander l’avis mondial des meilleurs et des plus brillants ».

 

Kohey Otsuka, vice-ministre de la santé et des affaires sociales déclare pour conclure : « Aucun de nous ne sait à coup sûr l’état du cœur des réacteurs, il ne faut pas faire de spéculations sur une télévision nationale ». Sous entendu : fermez-la maintenant !

 

Trop tard Monsieur le censeur, l’Internet se charge de diffuser dans le monde entier l’avis d’un spécialiste de la question nucléaire.

 

Car il s’agit de la sécurité du monde entier.

 

Qui est Mishio Ishikawa ?


Né dans la préfecture de Kagawa Takamatsu, il est diplômé en génie mécanique à Tokyo. En 1957, il entre à l'Institut japonais de recherche sur l'énergie nucléaire (JAERI) de Tokai-mura. Il participe à la réalisation d’un réacteur de démonstration au Japon en 1963. Après avoir été directeur adjoint de l’Institut de Tokai, il devient, en 1991, professeur à l’Université d’Hokkaido. De 1973 à 2004, il est conseiller dans diverses organisations (AIEA, Agence de sureté nucléaire) et au ministère de la Science et la Technologie. En avril 2005, il devient président du Japan Nuclear Technology Institute (JANTI). Depuis sa retraite, il sert de conseiller technique pour l'énergie nucléaire. Ses publications portent entre autres sur le démantèlement d’un réacteur nucléaire, et sur l'emballement d’un réacteur nucléaire.

 

sources :

  

Blog d’un Japonais vivant en Californie qui a diffusé et retranscrit des passages de l’émission

http://ex-skf.blogspot.com/2011/04/fukushima-i-nuke-plant-japan-nuclear.html

  

Emission télé sur la chaine Asahi TV du 29 avril 2011 :

vidéo en japonais

http://www.youtube.com/user/superkeaton2011#p/u/9/kO0flpwmjJI

vidéo avec traduction française partielle

http://www.dailymotion.com/video/xii9gb_m-ishikawa-tout-le-combustible-a-fondu_news

 

Site du JANTI

http://www.gengikyo.jp/english/shokai/shoukaiindex.html

 

Site de l’ISEP

http://www.isep.or.jp/

Partager cet article

Repost0
30 avril 2011 6 30 /04 /avril /2011 19:17

Mise à jour du 19 décembre 2011 : Evidemment, avec le recul, je ne titrerais plus ce billet comme ça. "Ciel ouvert" est une expression trop forte car la ruine n'a pas encore été explorée. Pourtant, il est évident que l'enceinte de confinement du réacteur n°3 a perdu son étanchéité le jour de l'explosion le 14 mars. Cette fuite est très visible sur une vidéo et sur les photos infrarouge. Elle se situe du côté de la piscine de refroidissement de combustible, au bord de la dalle antimissile. De plus, l'explosion n'a pas emporté la piscine : la situation de la piscine donnée par Sylvestre Huet, journaliste scientifique à Libération, était erronée. Enfin, contrairement à l'article cité, les 3 derniers étages du bâtiment n'ont pas disparu entièrement, ce qui ne permet pas de conclure que le haut du réacteur s'est volatilisé. 

 

-------------------------------------------------------

 

Bon voilà. Inutile de tourner autour du pot. Après avoir longuement fait le tour de la question au travers de ce blog, aujourd’hui je vais arrêter d’utiliser le point d’interrogation et dire simplement mes convictions.

   

unité 3 petite 110316 1f sora 150 jours après la première explosion à la centrale nucléaire de Fukushima Dai-ichi, on ne sait toujours pas l’essentiel. Les informations au sujet de cet accident sont filtrées, voire censurées, par Tepco et le gouvernement japonais. Un homme courageux, Toshiso Kosako, vient de démissionner de son poste de conseiller scientifique auprès du premier ministre nippon. Au cours d’une conférence de presse, il a déclaré, en larme : « Cela n’a aucun sens que je reste à mon poste. Je ne peux m'empêcher de penser que (le gouvernement) ne prend que des mesures provisoires (...) et retarde ainsi la résolution de cette crise nucléaire. »

 

Il est clair que la politique, au Japon comme dans le monde entier, se conjugue mal avec les constatations scientifiques. Les raisons économiques sont les plus fortes. Il est par exemple difficile de prendre la décision de faire évacuer une région habitée, même s’il est avéré qu’elle est contaminée outre mesure par la radioactivité. On le sait bien, on a l’exemple de la catastrophe de Tchernobyl : 25 ans après la catastrophe, des dizaines de milliers de personnes vivent encore dans des zones fortement contaminées, et on laisse faire. Ce n’est pas un problème, la radioactivité est invisible et inodore. Si elle rend malade et tue à petit feu, ce n’est pas le problème des dirigeants politiques qui soignent leurs carrières à court terme ou des actionnaires du lobby nucléaire qui réclament leurs dividendes.

 

Enfin bref, on nous ment ; mais on nous cache quoi au fait ? La plus grande pollution nucléaire jamais réalisée sur la terre.

 

Mais aucun grand dirigeant de notre planète ne vous le dira, car ils sont tous mouillés dans cette salle affaire qu’est l’énergie nucléaire. Etats-Unis : 104 réacteurs, France : 58 réacteurs, Japon : 55 réacteurs, Russie : 32 réacteurs, etc. (442 réacteurs civils dans le monde en 2011).

AECL, AREVA NP, GEHitachi, MHI, Toshiba, Westinghouse, KEPCO E&C, OKB Gidropress, AXPO, CEZ, CGNPC, EDF, ENDESA, Energoatom, E.ON, Exelon, KHNP, NOK/Resun, OPG, Rosenergoatom, RWE, FEPC (TEPCo), TVO, Vattenfall, Visagino AE, etc. (la World Nuclear Association compte 190 membres), aucune de ces grandes entreprises implantées partout dans le monde n’acceptera qu’on salisse l’image de marque de l’énergie nucléaire, source de leur économie et de leurs bénéfices.

 

Ainsi personne sur notre planète n’acceptera d’endosser la responsabilité de cette catastrophe, ni les chefs d’état pronucléaires, ni les patrons du lobby nucléaire. Pour eux, il n’y a que la solution des lâches, cacher la vérité et continuer de vanter cette énergie « propre » et « bon marché ».

Dans le futur, si un jour procès contre ces criminels il y a, ils vous diront « responsables mais pas coupables ». Alors pour l’instant, le silence est de mise.

 

Mais quelle est cette grande pollution radioactive mondiale ? Et bien c’est simple, d’après toutes les enquêtes réalisées et hypothèses émises, il est évident que le réacteur n° 3 a explosé, emportant avec lui sa piscine de stockage de combustible. Aujourd’hui malgré le mensonge planétaire, tous les indices sont là : l’explosion du réacteur n° 3 n’a rien à voir avec une explosion d’hydrogène et du plutonium se retrouve en Amérique du nord. De plus en plus de scientifiques dans le monde font connaître leur opinion à ce sujet : Dominique Leglu, Arnold Gundersen, Helen Caldicott, Hirose Takashi, etc.  

 

Et puis il y a l’analyse fine des photos du réacteur effectuée dernièrement par un internaute enquêteur, Morice. Il démontre dans son article très bien documenté que les plans connus des réacteurs de Fukushima Dai-ichi sont faux, et que le réacteur n° 3 et sa piscine ont disparu : « Si l'on tient compte de l'élévation finale de ce qui reste du bâtiment, on constate que tout le haut, sur les trois derniers étages a disparu... y compris le sommet du réacteur ! Et y compris aussi... la piscine ou étaient censés reposer les 88 tonnes de Mox ! ». Après cela, il ne faut pas s’étonner que l’on retrouve du plutonium en Amérique…

 

« L'explosion survenue lundi sous le toit du réacteur N°3 de la centrale nucléaire japonaise Fukushima-1, à 250 km de Tokyo, n'a pas porté préjudice au réacteur », annonçait lundi 14 mars le secrétaire général du gouvernement japonais Yukio Edano. Eh bien non, le réacteur n° 3 n’est pas intact. Il a explosé. Et je mets cette affirmation en titre de cet article, car personne n’a pu jusqu’ici prouver le contraire pour faire taire toutes ces « rumeurs ».

 

 

Sources :

-       sur la désinformation au Japon :

http://fr.sott.net/articles/show/3393-Fukushima-informations-et-desinformation

-       sur la corruption de Tepco et la censure au Japon :                 

http://fukushima.over-blog.fr/article-fukushima-corruption-des-medias-72661889.html

-       sur la démission de Toshiso Kosako :

http://www.romandie.com/news/n/_Fukushima_demission_d_un_conseiller_scientifique_du_Premier_ministre290420111404.asp

-       sur la forte contamination de régions autour de Tchernobyl :

http://fukushima.over-blog.fr/article-fukushima-bombe-sanitaire-a-retardement-72635401.html

-       sur la World Nuclear Association :

https://ric.nrc-gateway.gov/docs/abstracts/fourestb-h.pdf

-       sur "l’incident de Fukushima Daiichi" vu par Areva :

http://provola.unblog.fr/files/2011/04/fukushimaarevamatthiasbraun.pdf

-       sur l’annonce du réacteur n°3 intact par le gouvernement :

http://fr.rian.ru/world/20110314/188857442.html

-       sur l’absence d’enceinte de confinement et l’explosion du réacteur n°3 :

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/atom-heart-fucker-saison-13-le-92843

 

Partager cet article

Repost0
27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 22:36

Il y a un mois, Dominique Leglu s'interrogeait de savoir si l'explosion du réacteur n°3 avait laissé le coeur à ciel ouvert.

Lien des articles :

http://sciencepourvousetmoi.blogs.sciencesetavenir.fr/archive/2011/03/21/fukushima-suite-15-le-coeur-du-reacteur-n-3-est-il-a-l-air.html

http://sciencepourvousetmoi.blogs.sciencesetavenir.fr/archive/2011/03/23/fukushima-suite-16-uranium-et-transuraniens-le-pire-est-il-d.html

 

"Et, vu les implications graves de cette hypothèse, nous interpellions les autorités du nucléaire. Nous les interpellons à nouveau aujourd’hui. De quelles données disposez-vous ? Pourquoi aucune précision n’est-elle donnée ces jours-ci sur ce danger très particulier ?"

 

http://sciencepourvousetmoi.blogs.sciencesetavenir.fr/archive/2011/03/24/fukushima-suite-17-fuites-d-uranium-et-de-plutonium-evoquees.html

 

S’ils ont fuité, où se trouvent (du moins en partie) l’uranium et les transuraniens (dont le plutonium) des réacteurs ? Sont-ils également sortis hors de la centrale ?

 

Qu'en est-il aujourd'hui ?

Sait-on quelque chose de plus que ce qu'affirmait Tepco après l'explosion, à savoir que l'enceinte du réacteur n'avait pas souffert ? Ou alors peut-être un peu, d'après un communiqué du 23 mars. Ou alors pas du tout d'après l'agence de sureté nucléaire japonaise 2 jours plus tard...

 

Eh bien on ne sait rien de plus ! Tepco et le gouvernement japonais sont toujours les maîtres de la communication minimale. Il est invraisemblable que la communauté internationale laisse le Japon gérer cette crise seul. N'y a-t-il pas un grave problème de sécurité internationale ? L'ONU ne devrait-elle pas décréter une situation d'urgence, instaurer une commission d'enquête au Japon ? Face à un dictateur menaçant son peuple, le monde se soulève et protège les populations ; face à un accident nucléaire permanent menaçant la santé de millions de personnes, le monde reste sans voix, laissant régler ce "problème" aux spécialistes du lobby nucléaire.

 

Certes, le secrétaire général de l'ONU, Sem Ban Ki Moon vient d'appeler de ses voeux la tenue d'un débat mondial sur l'avenir de l'énergie nucléaire, mais le mois de septembre semble très loin, et un débat ne règlera pas les problèmes actuels urgents de la centrale de Fukushima.

 

Quant au réacteur n°3, on en reste à des hypothèses...

Celle de Dominique Leglu dejà citée, mais aussi celles du site Stop Nucléaire 31 par exemple,

http://www.stop-nucleaire31.org/spip.php?article11

 

ou d'Arnold Gundersen, expert nucléaire états-unien qui analyse dans le détail la vidéo de l'explosion du réacteur n°3, mettant en évidence deux explosions successives

 http://vimeo.com/22865967

 

 

Mise à jour du 28 avril :

Complément d'infos avec un nouvel article de Dominique Leglu sur ce même sujet

http://sciencepourvousetmoi.blogs.sciencesetavenir.fr/archive/2011/04/28/fukushima-suite-34-de-l-uranium-de-fukushima-en-californie.html#comments

 

Autre article allant dans le même sens :

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/fukushima-3-explosion-nucleaire-92928

 

Partager cet article

Repost0
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 23:58

On ne parle plus de la centrale dans les medias mais pourtant la situation reste pour le moins catastrophique...

 

 

Les informations suivantes sont extraites de l'excellent site de l'ACRO.

lien :

http://www.acro.eu.org/chronoFukushima.html

 

Réacteur n°1

Mercredi 20 avril, TEPCo a injecté 8 700 m3 d'azote.

Samedi 23 avril, le gouvernement japonais a exprimé ses craintes quant à la solidité de l'enceinte de confinement du réacteur n°1. TEPCo injecte actuellement 6 tonnes d'eau par heure dans la cuve. 7 000 tonnes ont déjà été versées. Au contact du combustible fortement endommagé, cette eau se vaporise pour se recondenser dans l'enceinte de confinement, la chambre de suppression étant pleine d'eau. En tant normal, cette chambre n'est qu'à moitié pleine. L'accumulation d'eau dans l'enceinte exerce une pression élevée sur les parois et la fragilise en cas de séisme. L'eau serait arrivée à mi-hauteur environ. TEPCo, conformément à sa feuille de route, continue à emplir l'enceinte et se veut rassurante...

 

Réacteur n°2

Jeudi 21 avril, TEPCO a annoncé que la fuite d'eau maintenant colmatée a entraîné un relargage estimé à 520 tonnes d'eau très radioactive, soit 4 700 térabecquerels (1 terabecquerel représente un million de millions de becquerels) ou 20 000 fois l'autorisation de rejet annuel. Plus précisément, il y avait 2 800 terabecquerels d'iode-131, 940 térabecquerels de césium 134 et autant de césium 137. Ce seul rejet mériterait d'être classé au niveau 5 ou 6 de l'échelle internationale INES, note le Yomiuri daté du 23 avril.
Samedi 23 avril, à 7h, TEPCo a annoncé avoir pompé 930 tonnes d'eau des sous-sols. A ce jour, TEPCo aurait injecté 14 000 tonnes d'eau dans ce réacteur.

 

Réacteur n°3

Jeudi 21 avril, il est apparu que le réacteur n°3 suit le réacteur n°2, l'eau très radioactive des sous-sols va bientôt déborder. Elle est à 108 cm seulement en dessous du niveau du sol et le niveau de l'eau est monté de 3 cm entre mardi et mercredi 11h. Il faut donc pomper, mais le condenseur est plein et TEPCo ne sait pas où mettre l'eau.
Samedi 23 avril, un ouvrier a trouvé un gravat de béton ayant un débit de dose de 900 millisieverts par heure près du réacteur n°3. Il a été déplacé avec un équipement lourd. A ce jour, TEPCo aurait injecté 9 600 tonnes d'eau dans ce réacteur.

 

Réacteur n°4

Samedi 23 avril, TEPCo a injecté 140 tonnes d'eau dans la piscine, en plus des 200 tonnes injectées la veille car la température est toujours au dessus de 90°C. Le niveau de l'eau est monté d'un mètre et la température est redescendue à 66°C. L'eau dépasse de 2 m le haut des barres de combustible, selon une caméra fixée au bout du bras qui injecte l'eau. Il y a des craintes que le poids de l'eau endommage plus le bâtiment.

 

Partager cet article

Repost0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 20:32

Dimanche 17 avril, un robot a mesuré des débits de doses allant de 10 à 49 millisieverts (mSv) par heure dans l’unité 1 (côté nord), et de 28 à 57 mSv dans l’unité 3.

Comparés aux taux habituels des réacteurs en temps normal (0,01 mS/h), ces chiffres montrent une radioactivité de 1000 à 5700 fois supérieure à la normale.

C'est donc difficile d'y travailler longtemps dans ces conditions, d'autant plus que samedi, on avait relevé un pic de radioactivité de 270 millisievert/h sur le côté sud du réacteur n°1.

Du côté de l'unité n°4, de nouveaux arrosages de la piscine de stockage ont eu lieu, son eau de refroidissement étant proche de l’ébullition (s'il en restait ?). On craigait ces derniers jours une fission en cours de combustibles neufs qui y étaient entreposés.

 

source : http://search.japantimes.co.jp/cgi-bin/nn20110418x1.html

 

Partager cet article

Repost0

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

 

BD : Fukushima-Chronique d'un accident sans fin

Live spécial Fukushima du 2 mars 2021 en replay
avec Bertrand Galic, scénariste,

et Pierre Fetet, auteur du dossier documentaire

Liens pour le live : Facebook, Youtube ou Twitch

 

Webinaire : Fukushima 10 ans : quelles réalités ?

7 experts japonais et français analysent la situation actuelle

Événement organisé par la Criirad

11h-13h, 14h-15h30

Regarder sur Youtube

 

Spectacle

Le spectacle d'Audrey Vernon "Fukushima, work in progress" est disponible en ligne à cette adresse :

https://www.imagotv.fr/spectacles/fukushima_work_in_progress

 

 

 

Chaîne vidéo du blog de Fukushima

 

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

L'ACROnique de Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Projet Mieruka Fukushima

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

 

 

Éditions de Fukushima

Publications

Le dernier livre de Jean-Marc Royer

 

 

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -