21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 23:38

SOS Fukushima : appel mondial

 

Je relaie cet appel lancé le 13 avril 2011

 

source :

http://tentonsdesauverlhumanite.unblog.fr/2011/04/13/appel-mondial-aux-imaginaires-et-aux-competences/#comments

 

Les initiateurs de cet appel ont fondé leur démarche à partir d’un certain nombre de constats établis au regard du désastre nucléaire se déroulant actuellement au Japon, et s’étendant progressivement à la totalité de la planète.


Ils ont décidé de lancer cet appel mondial dans la mesure où ils n’ont pas trouvé d’équivalent sur internet. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’en existe pas. Et ils seraient enchantés d’apprendre qu’il en existe déjà au moins un auquel pouvoir collaborer, ne serait-ce qu’en le faisant connaitre, en le traduisant dans leur langue notamment.

 

L’ambition qui les motive apparaitra forcément naïve aux nihilistes et aux fatalistes bien qu’elle soit dictée par une urgence d’un ordre totalement inédit. Dans une telle situation les blessures d’orgueil, la peur du ridicule leur paraissent dérisoires. C’est donc de la manière qui suit - peu importe qu’elle puisse être ou paraitre illusoire - qu’ils ont souhaité répondre à leur propre inquiétude et aux appels parfois désespérés de ceux, anonymes ou de renom, réclamant la mise en commun de tous les moyens intellectuels et matériels dont dispose l’Humanité, en vue de ralentir puis de stopper le processus « apocalyptique » (ainsi que l'a qualifié le Commissaire européen à l’énergie) en cours au Japon.

 

Nous observons que l’aveu de ce terrible pronostic n’a pas provoqué de réaction de panique généralisée contrairement à ce que certains gouvernants pouvaient craindre, mais une sidération (cette donnée est d’une grande importance, et si ce pronostic n’obtenait pas rapidement une tentative de traduction par une action concrète à sa mesure, peut-on exclure une telle réaction?). Si telle est donc bien l’ampleur envisageable de la catastrophe, cela signifie que seul quelque chose d’exceptionnel (voire de l’ordre du miracle, c’est-à-dire la mise en œuvre d’une combinaison de l’inimaginable, de l’inattendu, de l’imprévisible et du génie, et des moyens matériels afférents) permettra de neutraliser le processus. Et ce « miracle » il s’agit de le faire naitre.

 

Dans ce but nous nous devons de tenter de faire collaborer tous les imaginaires et toutes les compétences dont l’Humanité est détentrice; toute son intelligence. Pour cela nous avons lancé ce forum mondial où toutes les idées doivent pouvoir s’exprimer, qu’elles émanent de néophytes, de novices ou de candides, ou à l’inverse d’avis compétents, experts ou savants de professionnels exerçant dans les diverses disciplines techniques et scientifiques concernées d’une manière ou d’une autre par une centrale nucléaire ; même si bien entendu ces derniers sont les plus attendus.


Les premiers doivent servir d’inspirateurs aux seconds grâce à la fécondité de leur naïveté, de leurs suggestions dénuées de tout formatage technique ou scientifique, et d’aiguillons s’ils ne craignent pas de relever ce qui pourrait leur apparaitre comme des erreurs de logique, de raisonnement, de calculs, etc, et de contester, sans agressivité, des affirmations incertaines ou douteuses; surtout si elles émanent de sommités. Le débat doit être fructueux, intense, sans concession mais cordial et respectueux. Nous voudrions décourager la flatterie ainsi que la condamnation à l’emporte-pièce, mais encourager les recadrages appropriés et mesurés.

 

Pour éviter les polémiques, par souci d'efficacité, vous comprendrez que les jugements, les appréciations pro ou anti nucléaires, les commentaires politiques, et les développements d’ordre idéologique (religieux et philosophiques) doivent garder toute leur place dans d’autres lieux plus adéquates. Ce forum étant un forum à visée essentiellement technique, seules les suggestions et réflexions aboutissant à une dimension de cet ordre sont sollicitées. Si elles nécessitent un développement ou un long argumentaire, elles doivent privilégier les liens internet dans la mesure du possible. Les questions et les commentaires eux doivent être brefs, et courtois.

 

Bien que le défi soit pour le moins ambitieux, si néanmoins le débat parvenait à atteindre un niveau de bonne qualité, puis d’excellence, nous espérons qu’il suscitera la curiosité et l’intérêt de ceux et celles qui dirigent ou influencent notre monde. Et dans le cas où une ou des solutions « miracle » ou exceptionnelles ou seulement particulièrement remarquables parvenaient à émerger, nous espérons également qu’ils et elles sauront en convaincre l’Assemblée générale ou le Conseil de sécurité de l’ONU de les appliquer au plus vite.

 

Et déjà ils et elles devraient convaincre notre Secrétaire Général sud-coréen de l'ONU, Ban Ki-moon, dont les concitoyens sont parmi les plus exposés, d’associer tous les moyens nécessaires au bon fonctionnement de ce forum ou d’un forum de ce genre (comme déjà par exemple d’apporter les moyens de traduction des écrits, au minimum dans les langues officielles de l’ONU. Mais en attendant son intervention nous comptons sur les internautes).
Nous pensons qu’en particulier, le Commissaire européen à l’énergie, Günther Oettinger, devrait de son coté avoir toutes les raisons d’agir efficacement dans ce sens.

 

Le forum est désormais le vôtre. Le nôtre à tous. Il sera ce que nous en ferons : un espace de cacophonie stérile ou au contraire d’échanges respectueux et fructueux. S’il devait en apparaitre d’autres (la diversité dans la mesure où elle reste transitoire peut constituer un atout), il faut néanmoins souligner que l’union fait la force et que la dispersion des volontés peut la mettre en péril.

 

Et maintenant à notre imagination et à nos compétences, novices ou affirmées !

 

Même sceptiques il nous reste à cultiver l’espoir ! Qu’avons-nous à y perdre ? Pas grand’ chose… Alors, cultivons-le.

 

Premières actions à la portée de tous :

 

Et déjà diffusons cet appel, mettons-le en lien dans nos mails, dans nos interventions sur les forums sur Fukushima, et le nucléaire d’une manière générale ; multiplions nos interventions ne serait-ce que dans le but d’indiquer ce lien, sur ces forum, dans les blogs, sur les sites des média, des partis politiques, des syndicats, des établissements de formation professionnelle, des universités, des sociétés scientifiques…; etc, etc…

 

 

Partager cet article

Repost0
20 avril 2011 3 20 /04 /avril /2011 20:58

Harry Bernas, physicien, est ancien directeur d’un laboratoire CNRS de physique nucléaire et de science des matériaux à l’université Paris-Sud, il étudie les effets d’irradiation dans les matériaux.

 

Il lance aujourd’hui un appel pour que les scientifiques dépassent leur rôle d’experts et deviennent acteurs du débat public.

 

 

Texte intégral de l'appel

source :

http://www.sciencesetavenir.fr/actualite/crise-nucleaire-au-japon/20110420.OBS1656/appel-fukushima-mais-ou-sont-les-scientifiques.html

 

 

Si les conséquences directes du tremblement de terre et du tsunami japonais sont évidentes et suscitent sympathie et solidarité sans équivoque, l’unanimité disparaît lorsqu’il s’agit de l’accident qui affecte les réacteurs nucléaires de Fukushima-Daiichi. La situation à Fukushima est “très préoccupante” selon plusieurs organisations internationales de contrôle nucléaire, et très loin d’être stabilisée. L’opérateur de la centrale, le gouvernement et le lobby nucléaire ont des raisons de rassurer, mais aussi de mal évaluer ou de minimiser les dangers.

 

C’est d’abord la chance et un vent favorable qui ont éloigné la radioactivité de Tokyo, et il est certain qu’un territoire significatif et une aire de pêche essentielles du Japon seront zones interdites pour des décennies. L’impact ultime sur la santé et l’économie est encore indéterminé, mais le problème est devant nous pour plus d’un siècle. Les scientifiques – surtout les physiciens – ont ici un rôle très sensible. Analyser et informer ne suffit plus. Après Three Mile Island et Tchernobyl, Fukushima symbolise un véritable changement pour l’avenir de l’humanité, et exige que les scientifiques dépassent le rôle d’experts pour devenir acteurs dans le débat public.

 

Au-delà de l’exploration de la nature, l’essence de la recherche et de l’éducation scientifique est d’apprendre à affronter au quotidien l’inattendu et les contradictions, à comprendre en quoi consiste l’incertitude, à “pré-voir”, à faire face à la complexité. Ces aspects sont totalement absents des desseins politiques et économiques actuels. Il est grand temps de se rendre compte qu’ils sont devenus indispensables pour rendre notre planète vivable et notre société démocratique. Affronter Fukushima requiert évidemment science et technologie, mais aussi un changement de perspective auquel les scientifiques peuvent contribuer. Trois exemples:

 

1. Le vocabulaire est trompeur: Il n’existe pas de catastrophe “naturelle”. La Nature est indifférente, les catastrophes sont affaire humaine. Nous occupons la terre entière: il s’ensuit que l’activité humaine, pacifique ou guerrière, induit des effets à l’échelle planétaire. Ce n’est pas la géologie qui crée les “désastres”, ce sont des actions humaines telles que la construction d’une ville ou d’une centrale nucléaire sur une faille géologique. Les phénomènes physiques ou chimiques qui produisent notre énergie n’ont pas à être “maîtrisés”. Ils requièrent évidemment toutes sortes de recherches, mais c’est bien la technologie – le comportement humain face à la nature – qui nécessite d’être maîtrisé. Fukushima montre à l’évidence que la mise en œuvre de l’énergie nucléaire met à l’épreuve la capacité humaine à faire face à ses propres choix.

 

2. L’humanité ne se contente pas de remplir l’espace, elle agit aussi sur le temps. L’énergie nucléaire et l’émission de radionucléides en est un symbole. Alors que tremblements de terre et tsunamis ont un effet immédiat, le temps de Fukushima est hors des gonds : la fuite de radioactivité affectera l’écologie et les habitudes alimentaires du Japon pendant des décennies. En réalité, la collision du long- et du court-terme, à Fukushima et ailleurs, eu lieu bien avant le désastre. La conception même des réacteurs, le tassement de six réacteurs à quelques dizaines de mètres les uns des autres, le placement des piscines de combustible irradié à l’intérieur même des bâtiments de réacteurs, la tentation de limiter contrôles et réparations, la mise en route d’une filière nucléaire en l’absence de méthode efficace pour traiter les déchets radioactifs…  Aucun de ces dangers n’est intrinsèque à la nature physique de l’énergie nucléaire: ils ont tous une origine très humaine – le profit financier et (au départ) des applications militaires.

 

Les recherches sur des technologies de réacteurs nucléaires plus sûres et sur des sources d’énergies alternatives étaient bien engagées voici 40 ans. Si une vision à long terme avait été proposée et débattue alors, elles auraient progressé considérablement et le Japon aurait pu réduire ou éviter le besoin et les risques d’une confrontation de l’énergie nucléaire avec les mouvements de l’écorce terrestre. L’humanité, comme le climat, est un système complexe dans lequel la recherche de gains à court terme peut compromettre la survie à long terme. Fukushima nous le redit brutalement.

 

3. L’impact de nos activités étant aujourd’hui à l’échelle du monde, ne serait-il pas temps que l’humanité dans son ensemble tente un changement radical de paradigme, et que l’énergie, l’air et l’eau deviennent des biens communs recherchés, produits et distribués par tous pour tous? Nous savons déjà économiser l’énergie, accroître l’efficacité énergétique, évaluer le potentiel de nouvelles sources d’énergie, choisir la combinaison des sources adaptée à chaque région. Reste à le mettre en œuvre.

 

Reste aussi à résoudre des problèmes immenses : stocker et transporter efficacement l’énergie. Sont-ils plus complexes sur les plans scientifique, technique, économiques que ceux résolus pendant le dernier siècle, créeraient-ils moins d’emplois? Certainement pas. La vraie, l’énorme difficulté est de quitter une démarche orientée vers le profit immédiat et la minimisation des coûts, pour une démarche tendant à chercher des solutions stables, sûres, pacifiques et économiques dans la durée. Impossible? L’efficacité typique d’un moteur à essence a doublé à peine en 100 ans, alors que l’efficacité d’une mémoire d’ordinateur a été  multipliée par cent millions en 40 ans. La différence : imagination et décision, détermination, et investissement massif dans une recherche à long terme plutôt que maximisation des profits. Le rôle des scientifiques pour faire apparaître de telles réalités est devenu crucial.

 

Dans le monde d’après Fukushima, les scientifiques ne pourront plus se satisfaire d’approvisionner en expertises et avis des décideurs politiques et économiques qui ont leur agenda propre, à plus ou moins courte vue. Sans arrogance et avec leurs concitoyens, il est grand temps pour eux de s’exprimer massivement et partager les responsabilités des décisions sociétales. Pour contribuer à concevoir un monde dans lequel les actions à court terme incorporent, sans les ignorer, leurs conséquences à long terme.

 

Harry Bernas

 

 

 

Partager cet article

Repost0
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 06:52
Je relaie cet appel qui, un mois après l'accident, est de toute actualité.
 
Fukushima : mettre la catastrophe sous contrôle citoyen.
 
Nous, citoyens du monde
 
Sommes extrêmement préoccupés par la gestion lamentable de la catastrophe de Fukushima par la firme TEPCO.
La firme a-t-elle voulu privilégier ses intérêts en visant une hypothétique remise en route de la centrale ? En tout cas, elle a agi dans le secret et n’a réuni qu’une partie des moyens pour préserver les riverains, le peuple japonais, l’ensemble des peuples et les écosystèmes de notre planète. Elle n’a pas appliqué le principe de précaution pour la prévention maximale du feu nucléaire et de la contamination de l’environnement.
 
En dépit de quelques protestations l’État japonais n’a fait que relayer les informations données par la firme, qui conduit ses actions de manière opaque. Des experts de divers pays ont été associés, sans prise sur les décisions. Les demandes des ONG présentes sur place, notamment Greenpeace et la CRIIRAD, pour une meilleure protection des populations et transparence dans les données, n’ont pas été plus entendues que celles des citoyens japonais.
 
Nous pensons qu’il y a urgence à ce que l’action de TEPCO soit placée sous contrôle international citoyen pour faire prévaloir les droits des humains et de l’environnement, de l’océan notamment.
 
Nous appelons les organisations citoyennes, les scientifiques, les États, les organismes inter-gouvernementaux, à un sursaut général pour exiger une prise en main internationale et civique de la réponse à la catastrophe de Fukushima et au delà, des établissements à risque majeur partout dans le monde.
 
Les États ont trop partie liée avec l’industrie nucléaire pour en être des freins efficaces. Les techniciens locaux ne peuvent plus être laissés seuls face aux difficultés, et sans instance de référence externe face aux incidents qui se multiplient et restent occultés.
 
La terre dans son ensemble est notre souci commun, elle constitue le socle de l’intérêt général qui doit prévaloir sur des logiques d’entreprise et les logiques étatiques de puissance. Il est temps que les citoyens puissent s’ingérer au niveau international dans les procédures d’expertises techniques qui président à la mise en place d’équipements qui compromettent son caractère habitable.
 
Les Nations Unies doivent aujourd’hui réorganiser la gouvernance de la catastrophe de Fukushima et prendre en compte toutes les coopérations techniques et politiques nécessaires, y compris non-gouvernementales. Ainsi pourra être préfigurée la mise en place de nouveaux dispositifs unissant scientifiques, techniciens et citoyens dans la prévention des risques majeurs et dans les choix industriels et énergétiques.
 
 
Signer la pétition
 
 
 

Partager cet article

Repost0
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 22:28

Fukushima, Tchernobyl, plus jamais ça !

 

Je relie ici l'appel à action ce dimanche 10 avril en soutien aux actions organisées à Tokyo par les antinucléaires japonnais.

 

Ce dimanche 10 avril, une grande journée internationale d'actions pour l'abolition du programme nucléaire est impulsée par nos amis anti-nucléaires du Japon. Afin de soutenir le peuple japonais face à la catastrophe qu'il subit et de montrer notre solidarité avec le mouvement antinucléaire japonais, le Réseau "Sortir du nucléaire" vous invite à organiser des actions spontanées ce dimanche 10 avril.

 

Vous trouverez toutes les informations relatives à cet appel à actions ici:

http://410nonuke.tumblr.com/

 

Les 25 jours d'actions coordonnés par le Réseau "Sortir du nucléaire" ont commencé dès le samedi 2 avril. De nombreuses actions ont déjà été organisées, dont un murage des bureaux d'AREVA à Rennes, ainsi qu'un blocage de la centrale nucléaire de Golfech. Beaucoup d'autres sont prévues dans les jours et les semaines à venir. En France, 182 actions sont annoncées, dont 24 rassemblements entre le 23 et le 26 avril (week-end de Pâques).

 

Pour consulter l'agenda des actions en France et à l'international :

http://www.chernobyl-day.org/spip.php?page=affichage-actions

 

Partager cet article

Repost0
4 avril 2011 1 04 /04 /avril /2011 20:53

Faut-il juger les personnes qui imposent au monde entier les dangers irréversibles de l'énergie nucléaire ?

 

Personnellement je pense que oui, il est grand temps d'agir pour qu'un accident du type de Fukushima ne puisse plus jamais se reproduire.

 

Je reproduis ci-dessous le texte de la pétition et le lien.

 

 

  

"En 1966, le Tribunal Russell-Sartre jugea les crimes de guerre contre l’humanité notamment commis par les Etats-Unis au Viêt-Nam. On y condamna aussi le nucléaire militaire.
En 2012, un nouveau Tribunal d’opinion doit juger les crimes du nucléaire civil.
Les Tchernobyl et les Fukushima passent mais le nucléaire ne trépasse pas.
Le gouvernement japonais lui-même ne cesse de se plaindre de l’opacité que pratique la société gestionnaire donc responsable de la catastrophe humaine et écologique.
Ce nouveau Tribunal Russell est indispensable pour que la vérité succède aux mensonges.
Ce nouveau Tribunal Russell est indispensable pour que la politique succède à la peur.
La parole doit revenir d’abord aux citoyens et à leurs élus et non aux experts mercenaires.
Nous ne pouvons pas rester sans agir dans l’attente d’une nouvelle catastrophe (Etats-Unis 1979, URSS 1986, Japon 2011) alors que nous sommes le principal pays nucléocrate.
Nous entendons faire entendre notre voix d’ici 2012 et bien sûr au-delà.
Nous, citoyens, élus, intellectuels appelons donc l’ensemble de la population à signer cet appel le plus massivement possible et à le faire connaître par tous les moyens."

 

 Signez la pétition en cliquant sur ce lien

 

 

 

Partager cet article

Repost0
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 20:32

Première chose à faire en France : fermer la centrale de Fessenheim, la plus vieille du pays.

 

Comment ?

Une pétition est en ligne :

http://www.stopfessenheim.net/

 

Partager cet article

Repost0
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 22:56

Avec cette radioactivité qui s'échappe en continu de la centrale de Fukushima, il est urgent que l'on nous informe réellement de la situation de cette pollution mondiale.

Un moyen d'agir : la pétition.

C'est la CRIIRAD, laboratoire indépendant, qui lance cet appel justifié au monde entier :

 

- pétition à télécharger pour imprimer : http://94.23.16.204/criirad_telechargement_pdf/11-03-25_petition.pdf

 

- pétition en ligne : http://www.mesopinions.com/CRIIRAD---NUCLEAIRE-Transparence-sur-la-radioactivite-de-l-air-pour-la-protection-des-citoyens-petition-petitions-e2e2c28ecea30184d43cf9ae26dd3de8.html

 

Partager cet article

Repost0

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

Actualités sur Fukushima

L'ACROnique de Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Projet Mieruka Fukushima

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Éditions de Fukushima

Publications

Le dernier livre de Jean-Marc Royer

 

 

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -