11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 00:31

DSCF5040 - CopieSamedi 10 mars 2012, lors de la manifestation pour l’arrêt de la centrale de Fessenheim, le discours de Kokoro Fujinami a été lu en 4 langues. Moment émouvant commémorant la catastrophe japonaise et rappelant le désir de tous les peuples soumis à l’atome de sortir du nucléaire.

 

Kokoro Fujinami, 15 ans, avait prononcé ce discours pour son pays il y a tout juste un mois, à Tokyo, mais sa portée est universelle. Merci à Xavier Nast pour son initiative de traduction dans d’autres langues. La langue japonaise a été phonétisée en français pour permettre sa lecture en japonais pour ceux qui ne connaissent pas la langue.

 

Voir aussi : "Il est temps maintenant de redéfinir ce qu'est le vrai bonheur et la vraie richesse"

 

 

 

1. みなさんこんにちは、藤波心です
Minàsàn kon'nichiwà, foudjinàmi kokolodészou
1. Hello, everyone. I'm Kokoro Fujinami.
1. « Bonjour, tout le monde, je m'appelle Kokoro Fujinami.
1. Hallo alle zusammen. Ich spreche im Namen von Kokoro Fujinami.

1. Hola, gente. Soy kokoro fujinami.


2.
東日本大震災、あともう少しで年がたちます。
Higàshinihon dàishinsài, àto môszoukoshi dé itchi-nén gà tàchimàssou.
2. It's been almost a year now since the Great East Japan Earthquake.
2. Cela fait presque un an qu'il y a eu le grand tremblement de terre de l'est du Japon.
2. Es ist schon fast ein Jahr her, seit dem großen Erdbeben in Ost Japan .

2. Falta poco para que cumpla un año después dela gran catástrofe del este de Japón .

3. 3.11以降、私の価値観は大きく変わりました。
San ii ikô, wàtàshi no kàchikàn wà ôkikou kàwàlimàshità
3. Since 3.11, my sense of value has greatly changed.
3. Depuis le 11 mars mon sens des valeurs a fortement changé.
3. Seit dem 11. März, hat sich meinen Sinn für Werte stark verändert.

3. Después del día 11 marzo mi sentido del valor hacambiado bastante.

4.
類の歴史に残るような大きな事故なのに、たいしたことが無い様に見せる国の姿勢や、報道。
Djinloui no lékishi ni nokolou yônà ôkinà djikonànoni, tàishità kotogà nài yô ni misélou kouni no shiséi yà, hôdô.
4. The government and the media have played down the serious consequences of the nuclear accident, even though it's a huge disaster that will go down in human history.
4. Le gouvernement et les médias ont minimisé les graves conséquences de l'accident nucléaire, même si c'est une immense catastrophe qui restera dans l'histoire humaine.
4. Die Regierung und die Medien haben die schwerwiegenden Folgen des nuklearen Unfalls herunter gespielt,obwohl es eine riesige Katastrophe war und die größte in der menschlichen Geschichte.

4. Fue un accidente muy grave la forma que marcóla huella en la historia de los seres humanos. Sin embargo el gobierno y losmedios de comunicaciones actuaron para que pareciera meno grave.

 

   
   

   

    DSCF5046 - Copie5. 検査も少ししかしていないのに、経済を守るために緩すぎる基準。
Kénsà mo soukoshi shikà shité inài no ni, kéizài o màmolou tàmé ni youlou szougilou kidjoun.
5. Very lax radiation standards have been set to protect the economy, even though food inspection is only partially being done.
5. Des normes de radiations très laxistes ont été fixées pour protéger l'économie, même si l'inspection des aliments ne se fait que partiellement.
5. Sehr gleichgültige (LAX) Strahlungs Standards wurden festgelegt, um die Wirtschaft zu schützen, 
wobei dies für die Lebensmittelüberwachung nur teilweise getan wird.

5. La normativa del nivel de las radiaciónesdemasiado blandas para poder proteger la economía, aunque habían inspeccionadoparcialmente.


6.
食べて応援しよう」なんていう、人の命の重さを無視した、無責任な国を挙げてのキャンペーン。
`Tàbété ôén shiyoou' nànté iu, hito no inochi no omossà o moushi shità, mousékinin'nà kouni o àgété no kyànpēn.
6. A nation-wide irresponsible campaign for "Eat and Support" is underway, which thinks nothing of the weight of human life.
6. Une campagne nationale irresponsable pour un ''soutien en mangeant'' est en cours, dans laquelle la vie humaine ne pèse rien.
6. Eine bundesweite unverantwortliche Kampagne für "Essen und Support" ist im Gange, 
die aber ohne Rücksicht auf das menschliche Leben nehmen.

6. Una campaña irresponsable junto al gobiernosin mirar el valor de los seres humanos que dicen que vamos a apoyarlescomiendo sus productos.


7.
私は、これはすごく怖い事だと思います。
Wàtàshi wà, kolé wà sougokou kowài kotodà to omoimàssou.
7. I think this situation is really frightening.
7. Je pense que cette situation est vraiment effrayante.
7. Ich weis, diese Situation ist wirklich erschreckend.

7. Yo creo que esta situación es realmentemiedosa.


8.
日本って、こんな国だったんだと、残念な気持ちになりました。
Nihon-tté, kon'nà kounidàttàndà to, zàn'nén'nà kimochi ni nailmàshità.
8. I was upset to find out Japan is such a country.
8. J'ai été bouleversée de découvrir que le Japon est ce genre de pays.
8. Ich habe herausgefunden, das Japan solch ein Land ist.

8. Me hace sentir muy triste al saber que Japónera un país así.

9.
今日本は歴史上、大変な危機に面していると私は思います。
Imà Nihon wà lékishi-djô, tàihén'nà kiki ni ménshité iluuto wàtàshi wà
omoimàsou.
9. I think Japan is facing a profound historical crisis now.
9.
Je pense que le Japon fait face à une profonde crise historique.
9. Ich weis, dass Japan jetzt vor einer tiefgreifenden historischen Krise steht.

9. Pienso que ahora mismo Japón está situado encrisis histórica.

   

DSCF503710. この狭い国土に、この地震が多い国土に、気が付いたら、原発を54基も建ててしまっていた。
Kono sémài kokoudo ni, kono djishin gà ôi kokoudo ni, kigàzouitàlà, génpàtsou o gojuuyon ki mo tàtété shimàtté ità.
In this small country, in this highly seismic country, we've found ourselves with 54 nuclear reactors.
10. Dans ce petit pays, dans ce pays sismique, nous nous retrouvons avec 54 réacteurs nucléaires.
10. In diesem kleinen und hoch seismischen/Erdbeben gefährdetes Land , haben wir es mit 54 Kernreaktoren zutun.

10. Cuando se da cuenta, habían construido 54plantas nucleares en esta tierra con poco terreno y muchos terremotos.

   
11. これは、繁栄の象徴でも無く、ただの時限爆弾です。
Kolé wà, hàn'éi no shôchô démo nàkou, tàdà no djigén bàkoudàndésou. ̄
11. They are not a symbol of prosperity. They are simply ticking time bombs.
11. Ils ne sont pas des symboles de prospérité. Ce ne sont que des bombes à retardement.
11. Sie sind nicht ein Symbol für Wohlstand. Sie sind einfach nur tickende Zeitbomben. 

11. Éstas no son símbolo de prosperidad. Simplementeson bombas del tiempo.

12.
もし、またどこかで大地震が起きて、別の原発が爆発するような事があったら、今度こそ、日本は終わりだと思います。
Moshi, màtà doko kà dé dài djishin gà okité,-bétsou no génpàtsou gà bàkouhàtsou soulou yônà koto gà àttàlà, kondokoso, Nihon wà owàlidà to omoimàsou.
12. If a big earthquake occurred again somewhere, and if another nuclear plant exploded, that would surely be the end of this country.
12. Si un gros séisme se produisait à nouveau, et si une autre centrale nucléaire explosait, ce serait sûrement la fin de ce pays.

12. Wenn irgendwowieder ein großes Erdbeben auftreten wird und ein
anderes Atomkraftwerk explodieren würde, so wäre dies sicherlich das Ende von diesem
Land.

12. Si ocurriera otro terremoto muy grande y siexplotara otra planta nuclear, entonces sería el final de este país.


13.
いつ爆発するか分からない爆弾と一緒に生活するなんて、私は絶対に嫌です。
Itsou bàkouhàtsou soulou kà wàkàlànài bàkoudàn to issho ni séikàtsou soulou nànté, wàtàshi wà zéttài ni iyàdésou.
13. I absolutely don't want to live with bombs that might explode at any moment.
13. Je ne veux absolument pas vivre avec des bombes qui risquent d'exploser à tout moment.

13. Ich will absolut nicht mit Bomben leben, die in jedem Moment explodieren können.

13. No quiero vivir con las bombas que puedenexplotar en cualquier memento.

   
14. 美しい山や川、海歴史ある町美味しい山の幸や海の幸
Outsoukoushî yàmà yà kàwà, oumi Lékishi àlou màchi oishî yàmànosàchi yà oumi no sachi
14. We have beautiful mountains and rivers, seas, towns with long history, delicious fruits of the sea and food from the mountain.
14. Nous avons de belles montagnes et des rivières et des mers et des villes historiques, de délicieux produits de la mer et des montagnes.
14. Wir haben wunderschöne Landschaften mit Bergen, Flüssen, Seen und Städten mit langer Geschichte. Leckere Früchte des Meeres und Lebensmittel aus den Gebirgen.

14. Tenemos bonitas montañas, el río, el mar Y las ciudades con sus largas historias. Los frutos tan deliciosos de las montañas y del mar.

.

    DSCF506715. もう、私たちの国土に第二の福島を作っては絶対にいけません。
Mô wàtàshitàchi no kokoudo ni dàini no Foukoushimà o tsoukoutté wà zéttài ni ikémàssén.
15. We should never create another Fukushima ever again on our land.
15. Nous ne devrions jamais recréer un autre Fukushima dans notre pays.
15. Wir sollten nie erstellen Sie einen anderen Fukushima jemals wieder auf unserem Land.

15. Nunca deberíamos de crear otro Fukushima en nuestra tierra.

   
16. 私たちは所詮ちっぽけな生き物です。
Watashitachi wa shossen chippoke na ikimono dessou.
16. We are just little creatures after all.
16. Nous ne sommes après tout que de fragiles créatures.
16. Wir alle sind nur kleine Geschöpfe.

16. Al fin y al cabo no somos nada.

   
17. どうやったって地球の自然には勝てません。
Dô yàttà tté chikyū no shizén ni wà kàtémàssén.
17. We can never conquer the Earth's nature no matter how hard we try.
17.
Nous ne pourrons jamais vaincre la Nature, même en essayant de toutes nos forces.
17. Wir können die Mutter Natur nicht übergehen oder Sie überwältigen, egal wie sehr wir uns bemühen.

17. No podemos conquistar la naturaleza aunque lo intentemospor todos los remedios.


18.
科学が発達したからといって、人類が何でもコントロールできると思ったら、大間違いです。
Kàgàkou gà hàttàtsou shitàkàlà to itté, djinloui gà nàndémo kontolôlou dékilou to omottàlà, ô màchigàidéssou.
18. We make a great mistake if we think the human race can control everything with its advanced science.
18. C'est une grande erreur de penser que la race humaine peut tout contrôler par les avancées scientifiques.
18. Wir machen einen großen Fehler, wenn wir denken, die Menschheit kann alles kontrollieren mit seiner fortschrittlichen Wissenschaft.

18. Si pensaran que podemos controlar todo porhaber tenido el avance de la ciencia es una gran  equivocación.

   
19.自然の中に生きる私たちは、絶対に自然を超えることはできません。
Shizén no nàkà ni ikilou wàtàshitàchiwà, zéttài ni shizén o koélou
koto wa dekimassen.
19. We are living within nature and we can never transcend it.
19.
Nous vivons dans la nature et nous ne pouvons jamais la transcender.
19. Wir machen einen großen Fehler, wenn wir denken, die Menschheit kann alles kontrollieren mit seiner fortschrittlichen Wissenschaft.

19. Nosotros vivimos dentro de la naturaleza y nuncapodremos superarla a ella.

 

Kokoro Fujinami20. こんな、地震の多い国に、原発を造りまくるというのも、 自然をバカにした人類のおごりだと思います。
Kon'nà, djishin no ôi kouni ni, génpàtsou o tsoukouli màkoulou to iou no mo, shizén o bàkànishità djinloui no ogolidà to omoimàssou.
20. I think it's an act of human hubris to look down on nature and build many nuclear plants in such a highly seismic country.
20. Je pense que c'est un acte d'orgueil humain démesuré de regarder la nature de haut et de construire plein de centrales nucléaires dans un pays si sismique.
20. Wir sind leben in der Natur, und wir können unsere Grenzen in Bezug auf unsere Natur niemals überschreiten.

20. Creo que en éste caso también fue por  faltar el respeto a la naturaleza y laprepotencia de los seres humanos. Y habían construido muchas plantas nuclearesen este país donde están las fallas para que puedan ocurrir muchos terremotos.


21.
私たちは原発によって支えられていたのではなく何も知らない私達が、 原発を支えていたのだと思います。
Wàtàshitàchiwà génpàtsou ni yotté sàsàé làlété ità nodé wànàkou nàni mo shilànài wàtàshitàchi gà, génpàtsou o sàsàété ità nodà to omoimàssou.
21. I think it's not "we have been supported by nuclear plants" but "we, ignorant people, have supported nuclear plants."
21. Je pense que ce n'est pas ''Nous avons été soutenus par les centrales nucléaires, mais ''nous, peuple ignorant, avons soutenu les centrales nucléaires.''
21. Ich glaube nicht "das wir Unterstützung von Kernkraftwerken haben ", aber " wir, unwissende Menschen, bekommen Unterstützung von nuklearen Pflanzen. "

21. Creo que nosotros no hemos estado apoyado porlas plantas nucleares, Sino hemos estado apoyándolas con la ignorancia.


22.
よく、「経済がダメになるから原発は必要だ」と言う人がいます。
Yokou,`kéizài gà dàméninàlou kàlà génpàtsou wà hitsouyôdà' to iou hito
gà imàssou.
22. Many people say we need nuclear plants so as not to ruin our economy.
22. Beaucoup de gens disent que nous avons besoin des centrales nucléaires pour ne pas ruiner notre économie.
22. Viele Leute sagen, wir brauchen Atomkraftwerke, um unsere Wirtschaft aufrecht zu halten und nicht zu ruinieren.

22. A veces hay gente que dice que es necesariolas plantas nucleares para la economía.


23. でも、今の日本は、原発があるから経済がダメになってしまっているように私には思えます。
Démo, imà no Nihon wà, génpàtsou gà àloukàlà kéizài gà dàmé ni nàtté shimàtté ilou yô ni watashi wa omoemassu.
23. But it seems to me our economy has been ruined because we have nuclear plants in Japan.
23. Mais il me semble que notre économie a été ruinée parce que nous avons des centrales nucléaires au Japon.
23. Aber mir scheint es, dass unsere Wirtschaft zerstört worden ist, weil wir Kernkraftwerke in Japan haben.

23. Pero a mí me parece que en Japón se arruina laeconomía por tenerlas.


24. いまこそ、本当の幸せとは何か、豊かさとは何か、考え直す時がきているんだと思います。
Imakosso, hontô no shiawasse towa nanika, yutakassa towa nanika, kangaenaossu toki ga dekiteiru dato omoimassou.
24. I think now is the time to redefine what true happiness and true wealth is.
24.
Je pense qu'il est temps maintenant de redéfinir ce qu'est le vrai bonheur et la vraie richesse.
24. Ich denke, es ist an der Zeit, um neu zu definieren, was wahres Glück und wahrer Reichtum ist!

24. Creo que ahora es el momento de volver apensar que cuál es la verdadera riqueza y felicidad.


25. いつも最後にしわ寄せが来るのは、一般市民や弱い人、子どもたちです。
Itsoumo sàigo ni shiwàyosé gà koulou no wà, ippàn shimin yà yowài
hito,-kodomo-tàchidéssou.
25. It's always the general public, the weak, and children who suffer in the end.
25.
C'est toujours le public, les gens fragiles et les enfants qui souffrent à la fin.
25.
Es betrifft immer die breite Öffentlichkeit, die Schwachen und Kinder, die am Ende leiden müssen. 

25. Siempre la gente general, los débiles y losniños son los que sufren al final.


26. みなさん、人の力は、大きな力に変わります。
Minàsàn, 1-li 1-li no chikàlà wà, ôkinà chikàlà ni kàwàlimàszou.
26. The power of each one of you can become a big force.
26. Le pouvoir de chacun de nous peut devenir une grande force.
26. Die Leistung und Anteil eines jeden einzelnen von Euch, gibt uns Kraft um es zu schaffen.

26. Oigan. Con la fuerza de cada persona se formauna gran fuerza!


27.
子どもたちの明るい未来も、そして、日本の未来も、守って下さい。
よろしくお願いします。
Kodomo-tàchi no àkàloui milài mo, soshité, Nirhon no milài mo, màmotté koudàsài.
27. Please protect the bright future of children and the future of our country.
27. S'il vous plaît protégez l'avenir de nos enfants et l'avenir de notre pays.
27. Bitte schützen Sie die Zukunft der Kinder und die Zukunft unseres Landes.

27. Por favor. Protejan el gran futuro de los niños y el de nuestropaís.



(Merci à tous les traducteurs qui ont participé !)

 

.

 

 


Message de Kokoro Fujinami, 15 ans, manif... par kna60

 

 

 

En savoir plus sur Kokoro Fujinami :

http://www.ecoloinfo.com/2012/03/07/qui-est-kokoro-fujinami-la-jeune-activiste-antinucleaire-japonaise/.

Partager cet article

Repost0
23 février 2012 4 23 /02 /février /2012 17:36

carte-euroep-fond---Copie.jpgA nouveau de l’iode 131 dans l’air respiré en Europe.

 

Chronologie des détections connues en Europe :

16-23 janvier 2012 : iode 131 détecté en Norvège

21-23 janvier 2012 : iode 131 détecté en Finlande et Suède

25-31 janvier 2012 : iode 131 détecté en Pologne

depuis début février : iode 131 détecté en Allemagne, au Luxembourg, en Autriche, en République Tchèque et en France

 

D’où vient l’iode 131 ? Fukushima ? Tchernobyl ? Hongrie ? Roumanie ?

Un mois après le début de la pollution : mystère !

 

Si c’est encore l'Institut des Isotopes hongrois, à quoi ça servait de le dénoncer en novembre 2011 si on lui permet de poursuivre ses émissions gigantesques (au moins 624 GBq pour l’année 2011)?

Pourquoi les instances de sécurité nucléaire autorisent-elles des rejets 1000 fois plus importants pour cet institut (1600 GBq/an) que pour une centrale nucléaire comme celle du Tricastin (autorisation 1,6 GBq/an) ?

Pourquoi la carte EURDEP publiée par l’Europe ne donne-t-elle que des renseignements sur la Roumanie et la Pologne et pas sur les autres pays d’Europe pour les émissions radioactives bêta ?

 

weekbeta.jpg

 

Roumanie : l’ensemble du pays est à un taux supérieur à 3 Bq/m3 en irradiation bêta (pastilles violettes). Oui mais combien exactement ? Impossible d’en savoir plus avec la carte EURDEP.

 

Pour en savoir plus, il faudrait avoir accès aux données du réseau de surveillance international. Mais c’est top secret (1).

 

Communiqués officiels :

 

Communiqué de l’ASN

Communiqué de l’IRSN

 

Quelques remarques :

 

- Rappel de la dangerosité de l’iode 131 (extrait article wikipédia):

« Du fait du rayonnement β- émis lors de sa désintégration, l'iode 131 provoque des mutations génétiques dans les cellules où il pénètre, ainsi que dans les cellules voisines, mutations graves qui peuvent entraîner la mort de ces cellules. C'est la raison pour laquelle une dose élevée d'iode 131 peut s'avérer moins dangereuse qu'une dose plus faible, les cellules irradiées étant tuées au lieu de survivre comme germes d'un cancer. »

 

En savoir plus sur l'iode 131 avec l'AIPRI : ici

 

- Remarque du ministère de la santé du Luxembourg :

« Notons, que ces rejets d'Iode-131 n'ont aucun impact sur la santé des populations en Europe. »

 

- Remarque de l’IRSN :

« Les niveaux de concentration observés bien qu’inhabituels sont très faibles et sans aucun risque pour la santé des populations. »

 

- Remarque de l’ASN :

« Ces niveaux d’activité en iode 131, bien que très inhabituels dans les territoires européens et français, ne comportent aucun risque sanitaire ou environnemental. »

 

 

- Relevé d’un extrait de l’article du site « L’usine nouvelle » : « En novembre déjà, les scientifiques de l’IRSN avaient déjà été préoccupés par une présence anormalement élevée de cette même iode – qui est naturellement présente dans l’atmosphère. »

A comparer avec ce que dit le ministère de la santé du Luxembourg : « L’ Iode 131 est élément radioactif artificiel, produit dans des installations spécifiques et utilisé surtout dans le domaine de la médecine nucléaire. »

 

 

-----------------------------------------

 

(1) Comment en savoir plus ?

 

Plus de 60 laboratoires d’analyse équipés de détecteurs de très haute précision sont répartis sur l’ensemble de notre planète et contrôlent quotidiennement la radioactivité de l’air. Leur mission : rechercher les très faibles quantités de produits radioactifs qui pourraient indiquer qu’un essai nucléaire a été effectué en violation du Traité d’Interdiction Complète des Essais Nucléaires (TICEN).

 

Les résultats de ces analyses permettraient de suivre, jour après jour, et depuis le 12 mars 2011, l’avancée des masses d’air contaminé par les rejets radioactifs de la centrale nucléaire de FUKUSHIMA DAIICHI.

 

C’est impossible car les données sont confisquées par les États. Les résultats sont transmis à des organismes officiels qu’ils sélectionnent et qui sont tenus de ne rien divulguer. Le réseau international de mesure est financé par de l’argent public. Les populations ont droit à cette information. Tous les chiffres doivent être publiés et non pas quelques chiffres soigneusement choisis par les autorités.

 

Pour en savoir plus, la Criirad a lancé une pétition citoyenne.

Accès à la pétition

 

Partager cet article

Repost0
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 18:35

jmjancovici.jpgDans une interview citée par Fabrice Nicolino, le polytechnicien Jean-Marc Jancovici aurait déclaré : « un accident de centrale est une excellente nouvelle ».

 

Pourquoi ? Parce que « cela crée instantanément une réserve naturelle parfaite » !

 

Autre phrase ahurissante de cet homme éclairé : « Fukushima aura surtout été un problème médiatique majeur, avant d’être un désastre sanitaire ou environnemental majeur ».

 

Les millions de personnes contaminées par la catastrophe de Fukushima apprécieront, en particulier les milliers d’enfants qui voient se développer aujourd’hui des grosseurs de la glande thyroïde (plus de 30 % des enfants affectés selon la dernière étude).

 

Voici les phrases de Jean-Marc Jancovici dans leur contexte :

 

« Même si tous les 20 ans se produit un accident similaire, le nucléaire évitera toujours plus de risques qu’il n’en crée. Il n’y a plus de raison sanitaire, aujourd’hui, d’empêcher le retour des populations évacuées à Fukushima, qui, au final, n’aura fait aucun mort par irradiation. De son côté, le million d’évacués pour le barrage des Trois Gorges, parfaitement « renouvelable », est assuré de ne jamais retrouver son « chez lui » !

 

En France - car c’est loin d’être pareil partout - Fukushima aura surtout été un problème médiatique majeur, avant d’être un désastre sanitaire ou environnemental majeur. Cet embrasement médiatique n’est pas du tout en rapport avec l’importance de cette nuisance dans l’ensemble des problèmes connus dans ce vaste monde.

 

Du point de vue des écosystèmes, et ce n’est pas du tout de l’ironie, un accident de centrale est une excellente nouvelle, car cela crée instantanément une réserve naturelle parfaite ! La vie sauvage ne s’est jamais aussi bien portée dans les environs de Tchernobyl que depuis que les hommes ont été évacués (la colonisation soviétique, à l’inverse, a été une vraie catastrophe pour la flore et la faune). Le niveau de radioactivité est désormais sans effet sur les écosystèmes environnants, et le fait d’avoir évacué le prédateur en chef sur cette terre (nous) a permis le retour des castors, loups, faucons, etc. On a même profité de cette création inattendue de réserve naturelle pour réintroduire des bisons et des chevaux de Przewalski , qui vont très bien merci.

 

La hantise de la radioactivité vient de la crainte que nous avons tous quand nous ne comprenons pas ce qui se passe. Mais ce que nous ne comprenons pas n’est pas nécessairement dangereux pour autant…».

(Source : extrait d’un entretien que Jean-Marc Jancovici a accordé à un journal en ligne, Enerpresse, relevé par Fabrice Nicolino dans son site : http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=1262)

 

Entretien complet :

http://www.latribune.fr/opinions/tribunes/20120220trib000684006/entretien.-nicolas-sarkozy-a-rate-la-marche-du-grenelle-de-l-environnement-.html

 

 

 

 

Qui est Jean-Marc Jancovici ?

 

Son CV ici

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 19:15

nuclear-plant-slovenia-krsko-lgLe 4 février 2012, pendant que l’AIEA et l’OMS  commémoraient en grande pompe la journée mondiale contre le cancer (1), quelques rares médias ont signalé que la centrale de Krsko en Slovénie était en difficulté. Fait assez rare pour être signalé. Pourquoi diable, puisqu’il n’y a pas de fuite, communiquer sur un petit problème technique? Y aurait-il anguille sous roche ?

 

 

Problème à la centrale de Krsko ?

 

Le communiqué de Romandie News du 4 février 2012 :

« LJUBLJANA - La centrale nucléaire slovène de Krsko (est) a réduit préventivement sa production de deux tiers afin d'injecter du lubrifiant dans la pompe du réacteur, a annoncé samedi l'opérateur de la centrale.
Cette réduction est préventive et décidée à l'avance... il n'y a aucun risque (de fuite radioactive), a déclaré à l'AFP la porte-parole de la centrale Ida Novak Jerele.
Elle a ajouté que la production à rythme réduit devrait durer plusieurs heures pour ajouter préventivement de l'huile lubrifiante dans un palier de pompe du réacteur.
Le quotidien Delo a rapporté samedi, citant des sources non officielles, que l'intervention est due à une surchauffe et à une perte de lubrifiant dans la pompe du réacteur. (…) »

 

Plusieurs choses sont étranges :

- Pourquoi la centrale a-t-elle prévu de réduire de deux tiers sa production en plein hiver, qui plus est dans une période de grand froid, au moment où la consommation électrique est la plus forte ?

- S’il n’y a aucun risque de fuite radioactive, pourquoi le site de surveillance de la radioactivité en Europe a-t-il choisi justement ce jour-là pour arrêter de communiquer les données concernant la Slovénie et la Croatie ?

 

En effet, depuis le communiqué laconique d’hier, le site EURDEP a choisi de ne plus donner de mesure pour ces deux pays. Y a-t-il un lien entre la situation géographie de la centrale de Krsko, l’information du problème technique de la centrale de Krsko et la suppression de la diffusion des mesures de la radioactivité dans cette région ?

 

situation krsko

Situation de la centrale de Krsko, entre les deux capitales de Slovénie et de Croatie

 

avant

Carte EURDEP avant le communiqué de presse de samedi : le point violet indique une augmentation de la radioactivité à la centrale de Krsko (> 0,4 µSv/h)

 

après

Carte EURDEP après le communiqué de presse de samedi : arrêt de la communication des données !

 

Les températures négatives actuelles ne seraient-elles pas à l’origine du problème de la centrale de Krsko ? On connaît déjà les innombrables fuites actuelles causées par le gel à la centrale de Fukushima Daiichi. Paradoxalement, le froid peut en effet détériorer un système de refroidissement.

A Krsko, il est signalé un problème de surchauffe de la pompe du réacteur. Le lubrifiant s’est-il solidifié à cause du froid, ne pouvant plus alimenter la pompe ? Et si la pompe surchauffe, peut-elle tomber en panne ? Si la pompe est en panne, y a-t-il une pompe de secours en état de marche qui peut la remplacer afin de refroidir le réacteur ?

 

En 2008, il y avait déjà eu un problème de fuite dans le circuit primaire dans cette centrale, et il avait été caché (2).  Il n’y a aucune raison pour que les pratiques changent, c’est pourquoi il est légitime de s’inquiéter aujourd’hui, en particulier pour les habitants proches de la centrale, parce qu'une panne de refroidissement du réacteur peut entraîner un meltdown, phénomène tristement célèbre qui s'est produit 3 fois à Fukushima.

 

 

Problème aussi en Hongrie ?

 

En observant la carte EURDEP, on se rend compte d’un autre problème, cette fois-ci en Hongrie. Dans la semaine qui vient de s’écouler, pas moins de sept points de mesure indiquent une hausse notable de radioactivité : 3 stations donnent des mesures inférieures ou égales à 300 nanoSieverts (points rouges entre 0,3 et 0,4 µSv/h), et quatre des mesures supérieures à 400 nanoSieverts (> 0,4 µSv/h). Vous remarquerez la très grande transparence de cet état des mesures : supérieur à 0,4 µSv, ça veut dire qu’il n’est pas décent de donner la mesure exacte ?

La Hongrie a-t-elle encore des soucis ? Avec quelle installation (Centrale nucléaire de Paks ? Réacteur de Budapest ?) ? Avec quel(s) radioélément(s) ?

La population hongroise a-t-elle été avertie ?

 

Mystère, l’AIEA n’informe pas, l’AIEA commémore…

 

hongrie

 

C’est là qu’on mesure l’efficacité de cette carte mise en place par la commission européenne : d’un côté, on supprime les données d’un site qui a un problème, de l’autre, on informe d’une augmentation de la radioactivité d’un pays sans donner la possibilité d’avoir des mesures précises, ni donner d’explication. C’est ça la grande transparence du nucléaire ?

 

Ne pas hésiter à demander des explications à l’Europe et à l’AIEA !

 

Ecrire un courrier à la Commission Européenne :

http://ec.europa.eu/contact/mailing_fr.htm

 

Envoyer un mail à l’AIEA :

Official.Mail@iaea.org

 

Et pour plus de transparence sur la radioactivité que nous respirons,

signez la pétition de la CRIIRAD !

http://petitions.criirad.org/?Petition-pour-une-transparence

 

 

------------------------------

(1) Selon l’OMS, « le cancer constitue la première cause de mortalité dans le monde. Elle estime que le cancer aura fait 84 millions de morts entre 2005 et 2015 si aucune mesure n’est prise ». Or que fait l’OMS pour réduire la prolifération des radionucléides cancérigènes dans le monde ? Rien.

 

(2) En 2008, selon Josef Pröll, ministre fédéral autrichien de l'Environnement, les autorités slovènes ont tout d'abord signalé l'incident comme un "exercice" et non comme une panne réelle. Le ministre slovène de l'Environnement, Janez Podobnik, a reconnu que l'incident a été signalé par erreur comme un "test". D'autre part, de nombreux Croates habitants près de la centrale se sont plaints d'avoir appris la nouvelle de l'incident par des médias étrangers et des expatriés, en raison d'une absence d'information officielle de la part des autorités croates. (source Wikipédia)

 

Partager cet article

Repost0
14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 17:53

france-nuclearisee.jpgUn accident nucléaire grave est possible en France.

 

Depuis Fukushima, on sait qu’une région française peut être rayée de la carte à cause d’un évènement déclencheur imprévisible entraînant une catastrophe.

 

Quelle est la région française candidate pour être évacuée ?

 

 

Dans l’émission « Terre à terre » sur France Culture avec le thème de « Sortir du nucléaire », Bernard Laponche et Benjamin Dessus exposent avec grande clarté pourquoi il faut sortir du nucléaire, en dénonçant tous les bobards et toutes les entourloupes concernant cette énergie. Propos très pragmatiques, très loin des discours idéologiques.

 

Ecouter l’émission

 

Avec : Bernard Laponche, consultant international dans le domaine de l'énergie et Benjamin Dessus, président de Global Chance, association d'experts indépendants dans le domaine de l'environnement et de l'énergie, coauteurs de « En finir avec le nucléaire : pourquoi et comment » (Le Seuil, 2011), et membres fondateurs de l’association Global Chance.

 

Qui est Bernard Laponche ?

bernard-laponche.jpgPolytechnicien, docteur ès sciences (physique des réacteurs nucléaires) et docteur en économie de l'énergie (prospective énergétique), il a travaillé au Commissariat à l’énergie atomique en participant à l'élaboration des premières centrales nucléaires françaises. Responsable syndical à la CFDT dans les années 1970, il découvre les conditions de travail des salariés de la Hague et prend conscience des dangers de l'atome, qu'il juge moralement inacceptable. B. Laponche a été ensuite Directeur des programmes, puis Directeur général, de l'Agence française pour la maîtrise de l'énergie (AFME) de 1982 à 1987. En 1998 et 1999, il a été conseiller technique de Dominique Voynet, ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement, pour les questions énergétiques et la sûreté nucléaire. Il est maintenant consultant international dans le domaine de l’énergie, notamment pour le compte de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) et de l’Agence Française de Développement (AFD).

 

Qui est Benjamin Dessus ?

benjamin-dessus.jpgBenjamin Dessus a débuté sa carrière aux laboratoires de Marcoussis dans le domaine de l'électronique quantique et des lasers. Il a ensuite rejoint les Etudes et Recherches d'Electricité de France pour y monter un laboratoire de métrologie optique. En 1982 à la création de l'Agence Française de la Maîtrise de l'Energie, il est nommé directeur de la recherche puis prend rapidement la direction des services techniques de cette agence. Il la quitte en 1987 pour rejoindre le CNRS et prendre en charge un programme interdisciplinaire consacré aux problèmes d'énergie et d'environnement. Il a ensuite dirigé, toujours au CNRS, le programme Ecodev (programme interdisciplinaire de recherche sur les technologies pour l'écodéveloppement) et présidé le Conseil Scientifique et Technique du Fonds Français pour l'Environnement Mondia. Il est président de l’association Global Chance.

 

 

 

--------------------------------

 

Prochaines émissions de Terre à terre à ne pas manquer :

 

Regard d’artistes sur le nucléaire

A écouter le 21.01.2012

 

Retour sur Fukushima

A écouter le 28.01.2012

 

 

Partager cet article

Repost0
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 14:55

Demain, 9 mois se seront écoulés depuis le 11 mars. A cette occasion, plusieurs évènements sont organisés. Aujourd’hui au Japon, 46 réacteurs nucléaires sur les 54 qui étaient en activité avant la catastrophe sont à l’arrêt. Le Japon démontre ainsi qu’il est possible de se débarrasser de cette industrie polluante plus rapidement que certains le laissent croire en France. Le pays du soleil levant est donc sur le chemin de la sortie du nucléaire. Et pour enfoncer le clou, une grande manifestation antinucléaire est organisée aujourd’hui à Tokyo.

 

Autre lieu, autre évènement. Sur la toile, ce soir, le groupe  Fukushima informations  organise « la nuit des veilleurs ». A partir de 21 heures, une équipe de veilleurs de Fukushima a décidé de vous faire revivre les grands moments de leurs recherches et de leurs découvertes sur internet. C’est une bonne manière, conviviale et documentée, de se remémorer les principaux évènements de la catastrophe pour que celle-ci ne tombe pas dans l’oubli.

 

Du tsunami à l'accident nucléaire et à ses conséquences, le fil de l'info va se dérouler toute la nuit du 10 au 11 décembre. Faites de la place sur vos disques durs et invitez vos amis pour ne jamais oublier et archiver toutes ces informations ! En effet, au fil du temps, certains liens disparaissent et l’histoire de la catastrophe est lissée par des analyses pas toujours objectives. Il est important de conserver cette mémoire, afin que l’Histoire ne soit pas confisquée, détournée et réécrite, comme cela s’est passé pour la catastrophe de Tchernobyl.

   

 

    nuitdesveilleurs-copie-1.jpg

 

http://www.facebook.com/?ref=tn_tnmn#!/groups/Fukushima.informations/

 

 

 

PS : Une nuit n'a pas suffi. Passer en revue tous les évènements prendrait plusieurs semaines ! Nous avons parcouru la période du 11 au 19 mars. Si vous voulez prendre connaissance des liens qui ont été échangés, reportez-vous à la page de l'évènement sur Facebook : http://www.facebook.com/events/133051923471556/ ou retrouvez le fil de discussion de la nuit dans le groupe d'Etienne Servant, Fukushima Informations.

.

Autre solution pour ceux qui n'ont pas de compte Facebook, retrouvez le fil de l'actualité de Pascal49 sur son scoopit en commençant par la première page datée du 11 mars :

http://www.scoop.it/t/tsunami-japon?page=263

 

 

.

 

Partager cet article

Repost0
7 décembre 2011 3 07 /12 /décembre /2011 15:10

Je relaie aujourd’hui cette intéressante réflexion d’Alain Giaccone, co-fondateur de Planète Verte, qui a remarqué une publicité et un partenariat entre le journal Le Monde et Areva et qui s’interroge sur la manière dont les Français sont informés :

 

alain giaccone    « Depuis la catastrophe de Fukushima le débat sur l'énergie nucléaire est désormais porté sur la place publique. Nous sommes toutes et tous en droit de réfléchir et nous poser des questions sur la manière dont nous sommes informés sur le sujet, par les médias en général, par la presse en particulier. La question en titre, dérangeante certes, implique une réflexion collective. L'article suivant, rédigé au lendemain d'évènements importants au Japon comme en France, peut apporter quelques éléments à cette réflexion.

A vous de vous forger votre propre opinion. »

 

__________________________________________________________________________

 

Rappel de la situation au 6 décembre 2011

__________________________________________________________________________

 

 

Nouvelle fuite d'eau radioactive à la centrale de Fukushima

TOKYO — Une nouvelle fuite de liquide radioactif se déversant en partie dans l'océan Pacifique a été détectée à la centrale accidentée de Fukushima, a annoncé lundi l'opérateur du site Tokyo Electric Power (Tepco).

Des techniciens ont été dépêchés sur les lieux pour trouver la cause de cet écoulement qui s'est produit à proximité d'un système de décontamination des eaux usées, a précisé Tepco.

Une nappe de 45 tonnes d'eau polluée a été découverte autour d'un condensateur, et une barrière de sacs de sable a été dressée à la hâte pour empêcher l'eau de s'échapper.

Source - AFP

 

Fukushima Daiichi Nuclear Power Plant: Highly Radioactive Water Leaks From Crippled Japanese Facility

TOKYO -- Japan's crippled nuclear power plant leaked about 45 tons of highly radioactive water from a purification device over the weekend, its operator said, and some may have drained into the ocean.

A pool of radioactive water was discovered midday Sunday around a decontamination device (decontamination device = système de décontamination)

, TEPCO said in a statement on its website. After the equipment was turned off, the leak appeared to stop. Later, workers found a crack in a concrete barrier leaking the contaminated water into a gutter that leads to the ocean.

TEPCO is using the purification devices to decontaminate water that has been cooling the reactors. 

Source - Huffington Post

 

La dégradation de Fukushima doit-elle inquiéter ?

Un rapport de Tepco, l’opérateur de la centrale de Fukushima, indique qu’une partie du béton de l’enceinte de confinement des réacteurs 1, 2 et 3 a été rongée, sans toutefois traverser la coque en acier.

…/… Décontamination de l’eau : Le reste des opérations semble se poursuivre normalement. L’installation du système de décontamination de l’eau radioactive par Areva-Veolia, Kurion et Mitsubishi a permis d’extraire des bâtiments environ 150 000 m3  d’eau. 

Source : La Croix - 1er décembre 2011

 

Fukushima : le système AREVA/Veolia contribue avec succès au traitement des eaux contaminées

Le système de décontamination co-développé par AREVA et Veolia Eau* pour la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi vient de franchir le cap des 18 000 tonnes d’eaux hautement radioactives traitées à ce jour, soit 15 % du volume accumulé.

Installé sur le site de Fukushima, gravement endommagé à la suite du séisme et du tsunami qui ont frappé le nord-est du Japon au mois de mars, le système a été conçu, construit et lancé en un temps record (2 mois). Il constitue un élément essentiel pour stabiliser la situation des centrales nucléaires. Il améliorera l’accès des travailleurs aux parties stratégiques du site et permettra à TEPCO (Tokyo Electric Power Company) de réutiliser les eaux traitées pour refroidir les réacteurs.

Source - Service de presse AREVA - juillet 2011

 

Fukushima: le béton de l'enceinte de trois réacteurs sans doute entamé

TOKYO - Le combustible nucléaire qui se trouvait dans les réacteurs 1, 2 et 3 de la centrale accidentée de Fukushima a rongé une partie du béton de l'enceinte de confinement, sans toutefois traverser la coque en acier, selon des hypothèses de l'opérateur Tokyo Electric Power (Tepco).

Dans un rapport d'analyses rendu public mercredi soir, Tepco explique que ses nouveaux calculs laissent supposer que le combustible du réacteur 1 a entièrement fondu, percé la cuve sous pression et est tombé sur le plancher en béton de l'enceinte de confinement, le traversant sur une profondeur qui pourrait atteindre 65 centimètres.

Le combustible fondu se trouverait ainsi par endroits à 37 centimètres de la coque en acier, elle-même entourée d'un bâtiment de béton reposant sur une dalle de 7,6 mètres d'épaisseur.

Une partie du combustible des deux autres réacteurs -- les réacteurs 2 et 3 -- a également fondu en partie, percé la cuve sous pression et commencé de tomber sur le béton, le rongeant sur quelques centimètres.

Source - Libération via AFP - 1er décembre 2011

 

__________________________________________________________________________

 

Une lecture attentive de ces informations permet de résumer la situation de la manière suivante : 

 

- Une fuite importante d’eau radioactive (45 tonnes d’eau hautement radioactive) a été constatée et communiquée par Tepco le 5/12 dans le système de décontamination. Une partie de ces eaux radioactives a été déversée dans la mer.

- Quelques jours avant, Tepco reconnaissait, dans des hypothèses reconnues comme globalement optimistes (lire Hioaki Koidi, professeur de physique à l'université de Kyoto, interrogé par le New York Times), que le combustible nucléaire des réacteurs 1, 2 et 3 de la centrale de Fukushima a rongé une partie du béton de l'enceinte de confinement, rendant la situation plus grave qu’on ne le pensait.

 

Simultanément une action spectaculaire de Greenpeace le 5/12 montre à quel point les centrales nucléaires françaises sont vulnérables : de simples militants, aux intentions pacifistes, ont réussi, avec peu de moyens, à atteindre le cœur d’une centrale nucléaire !

 

__________________________________________________________________________

 

 

Entre-t-on dans les centrales nucléaires françaises comme dans un moulin ?

Des militants de Greenpeace ont facilement pénétré dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine et auraient filmé la scène. Le gouvernement évoque la possibilité de "dysfonctionnements" sur la sécurité.

Source :  Challenges.fr

 

Nucléaire : "défaillance", le mot est dit

« Il est clair que cela révèle des défaillances dans notre dispositif, reconnaît Claude Guéant en milieu d'après-midi en marge d'un déplacement à Paris. Il n'est pas normal que des personnes puissent entrer sur un site hautement sécurisé comme l'est une centrale nucléaire...»

Source : Europe1

 

Greenpeace : la partie de cache-cache avec EDF prend fin à Cruas

Deux militants de l’organisation écologiste ont finalement été remis aux autorités lundi 5 décembre, aux alentours de 20h30. "Il a fallu 14h à EDF pour les trouver", explique l’organisation dans un communiqué. …/…

 Aussitôt les individus remis aux autorités, le groupe électricien a fait part de son incompréhension. Dans un communiqué, le groupe affirme qu'il "diligente une enquête interne spécifique au site de Cruas pour comprendre les circonstances qui ont permis à deux militants de Greenpeace de se dissimuler durant plusieurs heures dans la zone non protégée de l'installation".

Source : L’Usine Nouvelle

 

France admits lapses after breach of nuke reactor security

Greenpeace: Action shows vulnerability of French nuclear security

France's interior minister admitted Monday that lapses in security made it possible for Greenpeace activists to gain entry to a nuclear power plant southeast of Paris.

Interior Minister M. Claude Gueant said there have been lapses in the nuclear plant's security system and has ordered a search of all nuclear plants, a spokesman for the ministry told CNN.

Source : CNN

__________________________________________________________________________

 

Hors, au même moment quel visage montre le «quotidien français de référence» ?

Une communication évènementielle d’Areva ciblée sur la rubrique Planète du site

LeMonde.fr

Voir ci-après les copies d'écran du site LeMonde.fr  réalisées le mardi 6 décembre à 09h11.

__________________________________________________________________________

 

 

LeMonde Areva 0000 Calque 2

 

LeMonde Areva 0001 Calque 5

 

LeMonde Areva 0002 Calque 4

 

LeMonde Areva 0003 Calque 3

 

LeMonde Areva 0004 Calque 9

 

     

Lien vers le "Live Chat d'Areva": http://chat-live-areva.lemonde.fr/

 

 

 

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2011 7 27 /11 /novembre /2011 23:23

sarkozy.jpgAvec la catastrophe de Fukushima en toile de fond, les promoteurs du nucléaire se font de plus en plus entendre pour défendre leur industrie menacée. Le 25 novembre 2011, avant de se rendre à la centrale nucléaire du Tricastin, Nicolas Sarkozy a fait une déclaration lors de la visite de l’usine Isover à Orange. Après avoir fait un discours en faveur de la poursuite du nucléaire, il s’est entretenu avec un ouvrier de l’usine. Le micro de Philippe Leduc et Anne-Laure Danier enregistrait ce dialogue et le journal de 13 heures de France-Inter l’a rapporté.

 

 

 

Transcription du dialogue entre Nicolas Sarkozy et un ouvrier de l’usine Isover à Orange diffusé sur France-Inter le 25 novembre 2011 :

 

[sujet sur le déplacement de Nicolas Sarkozy à la centrale nucléaire du Tricastin : 10:50 à 12:25 ; transcription de 11:42 à 12:14]

 

écouter  : http://www.franceinter.fr/player/reecouter?play=226325

 

L’ouvrier : Est-ce que vous pensez réellement que l’on paie l’électricité nucléaire à son prix réel ?

Nicolas Sarkozy : Non

L’ouvrier : Le coût du démantèlement n’est pas vraiment pris en compte dans les choses.

Nicolas Sarkozy : C’est vrai, bien sûr, ça coûte de l’argent le nucléaire. Fermer le nucléaire c’est une catastrophe. Une catastrophe.

L’ouvrier : Il faudra quand même penser à ce que les fonds pour le démantèlement soient pris en compte. C’est pas…

Nicolas Sarkozy : Mais, mais si on les démantèle, 24, …

L’ouvrier : Bien sûr

Nicolas Sarkozy : …avant de commencer, c’est une folie.

L’ouvrier : Les plans, les plans qui sont prévus par d’autres partis politiques ne sont pas sur 10 ans comme vous pensez, c’est pas demain on ferme tout ! C’est quelque chose qui se prévoit à quelques décennies.

 

 

Nicolas Sarkozy reconnaît donc clairement que le prix de l’électricité nucléaire est sous-évalué, à cause de la prise en compte partielle du coût du démantèlement.

 

Or, obligé par la loi de provisionner dans ses comptes des sommes destinées au démantèlement futur de ses centrales, EDF a attribué 2 milliards d'euros aux chantiers des 9 anciens réacteurs en cours de déconstruction (voir carte ci-dessous). Si l’on se réfère au rapport de la Cour des comptes de 2005, la seule centrale de Brennilis sera démantelée pour la modique somme de 482 millions d’euros. On voit donc bien qu’EDF ne provisionne pas assez : 2 milliards d’euros seront juste suffisants pour 4 réacteurs, et non pour 9.

 

demantelement-carte.jpg

Les 9 réacteurs en déconstruction (source)

 

Et que dire de la réserve de 9 milliards pour le parc actuel de 58 réacteurs… qui ne pourrait servir que pour 18 d’entre eux ? Il reste encore à trouver au moins 20 milliards d’euros.

 

Nicolas Sarkozy ne ment pas, « ça coûte de l’argent le nucléaire » ! En revanche il ne dit pas qui va payer. C’est pourtant simple, ce sont les contribuables par leurs impôts et les consommateurs par leurs factures qui vont payer, donc les Français dans leur globalité.

 

 

 

------------------------------------------

 

Article sur le même sujet

Pas cher le nucléaire ?

 

------------------------------------------

 

 

Source photo : Cody escadron delta

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 00:33

 

Article d'origine :

Iode radioactif sur l’Europe : évènement nucléaire en cours ?   

 

 

-------------------------------------------------------------------

 

   

Mise à jour du 14/12/11


Dans un billet consacré à un incident sur une centrale nucléaire ukrainienne, Gen4 relate que cet évènement pourrait être mis en relation avec cette pollution à l’iode-131 en Europe :

 

« A chaque jour son incident : la centrale Ukrainienne ZNPP semble poser problème depuis le 9/12

Selon certains rapports Twitter, la centrale nucléaire Ukrainienne de Zaporizhia connaîtrait un nouvel incident : l'unité de production n°. 5 se serait placée automatiquement en arrêt à chaud. D'autres centrales du même pays auraient été placées en alerte à la suite de cet incident.

Le
site de production de Zaporizhia, avec ses 6 tranches de 1000 MW de conception REP/VVER, est le principal site de production d'énergie nucléaire Ukrainien et l'un des plus gros sites nucléaires Européens.

L'incident de Zaporizhia aurait été confirmé par plusieurs médias Russes dont
lenta.ru ; certains observateurs se demandent en outre si cet incident ne pourrait expliquer en partie la récente recrudescence d'Iode-131 constatée en Europe, l'arrêt de la tranche n°. 5 semblant coïncider avec une diminution des doses d'I-131 constatées en Europe de l'Ouest.


Un incident avait provoqué l'arrêt d'urgence de l'unité n°. 2 de la même centrale le 12 novembre ; l'incident avait été reporté sur lenta.ru avant que l'unité ne soit remise rapidement en production le 13/11. »

 

----------------------------------------

Mise à jour du 3/12/11, 16h00

 

 

 

L'IRSN a publié une note de synthèse datée du 30/11/11 sur les traces d'iode 131 se trouvant dans l'air venant de Hongrie. L'étude conclut qu'il n'y a pas eu de risque sanitaire en France.

Télécharger et lire la notice en pdf (1,8 Mo) :

 « Traces d’iode 131 dans l’air venant de Hongrie : pas de risque sanitaire en France »

 

 

-----------------------------------------------------------

Mise à jour du 25/11/11, 16h00

 


Le site « Futura Sciences » vient de publier un article « Iode 131 : 634 milliards de becquerels rejetés par Budapest ! » rappelant les infos déjà connues jusqu’à ce jour. L’IRSN, qui avait promis une étude plus poussée ne communique plus sur ce sujet.

 

 

 

« Il y a environ deux semaines, des quantités anormalement élevées d'iode 131, un élément radioactif, étaient décelées dans l'atmosphère. On sait maintenant que c'est une usine hongroise qui est responsable de ces rejets dont la quantité s'élève à 634 milliards de becquerelsdepuis janvier.

 

 

 

Où en est-on de l’affaire de l’iode 131 qui a survolé l’Europe il y a quelques jours ? Dans un communiqué daté du début de la semaine, la Criirad, Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité, s’est inquiétée de l’absence de précisions au sujet de ces émissionsqui se sont produites, a-t-on appris, en Hongrie.

 

 

 

C’est en effet un institut de production radio-isotope (Izotóp Intézet) situé à Budapest qui serait responsable de l’incident, ainsi que l’Autorité à l’énergie atomique hongroise (HAEA) en a informé l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) dans un communiqué daté du 17 novembre, soit une semaine après que l’affaire fut révélée. La compagnie hongroise n’a pourtant rien mentionné sur son site Internet.

 

Des rejets d'iode 131 autorisés

 

 

 

Selon les indications de l’HAEA, les rejets d’iode 131 auraient eu lieu entre le 8 septembre et le 16 novembre 2011. La HAEA a expliqué que l’Institut dispose d’une autorisation de rejets annuels. Il peut ainsi dégager 1.600 milliards de becquerels (GBq) par an ! À titre de comparaison, la dose maximale admissible préconisée au niveau international s’élève à 1 millisievert, ce qui correspond à peu près – en fonction des conditions de rejets – à 279 GBq annuels.

 


Autrement dit, les doses d’iode 131 susceptibles d’être libérées par l’institut hongrois sont largement au-dessus de la dose maximale admissible. Elles sont donc potentiellement dangereuses pour les populations avoisinantes, contrairement à ce qui avait été annoncé initialement et bien que la période de cet élément radioactif soit courte (au bout de 8 jours environ la radioactivité de l’iode 131 est divisée par deux). « 

 

(…)

 

Lire la suite de l’article

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------

 

 

 

 

Mise à jour du 21/11/11, 21h00

 

 


La Criirad vient de publier un communiqué concernant les rejets d'iode-131 de l’institut hongrois Izotop Intezet. En voici l’essentiel :

 

(English version : Case on the contamination by iodine 131 in the ambiant air in Europe : It is urgent to verify the extent of the contamination in the vicinity of the Hungarian site and to take all corrective radioprotection measures locally.

 

« Selon les informations publiées sur le site officiel HAEA, l’institut de production de radioisotopes (Izotop Intezet) disposerait d’une autorisation de rejets annuels de 1 600 GBq soit 1 600 milliards de Becquerels. La traduction du texte ne nous permet pas de savoir si cette autorisation concerne l’ensemble des substances radioactives ou spécifiquement l’iode 131. Il serait nécessaire de disposer des autorisations de rejet officielles pour s’en assurer. Cependant le directeur de l’institut se réfère à cette limite pour indiquer que les rejets d’iode 131 effectués depuis le début de l’année (624 GBq) sont à 39 % de l’autorisation annuelle, ceci conforte l’idée que les 1 600 GBq peuvent concerner l’iode 131.

 

 

 

Selon le directeur de cet institut, l’installation aurait rejeté 300 GBq d’iode 131 à l’atmosphère de janvier à mai 2011. Elle aurait ensuite été arrêtée de juin à fin août compte tenu de niveaux de rejets radioactifs anormalement élevés, puis redémarrée fin août. La question de savoir si de nouveaux systèmes filtrants ont été mis en place et testés n’est pas claire. Les autorités indiquent en tout cas un rejet de 324 GBq d’iode 131 entre septembre et le 16 novembre.
Il s’agit d’une valeur très élevée.

 

 

 

sources :
 http://www.haea.gov.hu/web/v2/portal.nsf/hirek_hu/192B87A50B67A20EC125794B00269FD0 
 http://www.izotop.hu/

 

 

 

Un rejet d’iode radioactif de 300 + 324 GBq soit 624 GBq tel que celui déclaré par Izotop Intezet pour l’année 2011 est en effet 28 300 fois supérieur aux rejets d’iode radioactif effectués en 2009 par la centrale électronucléaire du Tricastin (France)
et 130 fois supérieur à ceux effectués par l’usine de retraitement de La Hague (voir tableau ci-dessous).

 

 

 

Un rejet de 624 GBq d’iode 131 est susceptible de conduire à des doses inacceptables pour la population locale. Pour calculer les doses, il faudrait connaître la répartition des rejets dans le temps, la hauteur du point de rejet, les conditions météorologiques, déterminer s’il existe des espaces cultivés et des champs dans les environs. Nous ne disposons pas de ces éléments. Mais à titre de comparaison, il est utile d’indiquer que les autorités belges responsables de la fixation des autorisations de rejet en iode 131 de l’IRE (Institut national des Radioéléments) à Fleurus considéraient qu’une dose efficace de 1 milliSievert (pour le groupe de population le plus exposé) correspondait à un rejet annuel de 279 GBq (conditions de rejet classiques) ou à un rejet concentré de 84 GBq sur 35 jours.

 

 

 

Dans le cas de l’institut de Budapest, les populations locales pourraient donc subir une dose supérieure à 1 milliSievert c'est-à-dire à la dose maximale annuelle admissible admise au niveau international (CIPR).La CRIIRAD demande donc que soit lancée en urgence une expertise du niveau de contamination en iode 131
dans l’environnement du site à Budapest et que, en l’attente des résultats, il soit demandé aux populations locales de ne pas consommer les produits végétaux et les produits laitiers d’origine locale.

 

Outre la contamination par l’iode 131, il est important de vérifier également les niveaux de rejets pour d’autres substances radioactives (autres produits de fission et d’activation) sans omettre les gaz rares, le tritium et le carbone 14. L’iode 131 est en effet extrait à partir de matériaux irradiés par un réacteur nucléaire qui jouxte l’institut des isotopes.

 

 

 

Il convient de vérifier rapidement si le dispositif de mesure des rejets de ces installations (réacteur nucléaire et institut des isotopes) est fiable et si la quantité de rejet d’iode 131 annoncée n’a pas été sous-estimée. Il conviendra également de traiter les dysfonctionnements graves que révèlent cette affaire : fixation d’autorisations de rejet très élevées (*), défaut de maîtrise des rejets, manque de transparence, défaut de protection des populations.

 

 

 

Comparaison des autorisations de rejet et rejets effectifs en iode radioactif de diverses installations

 

tableau-criirad.jpg

 

 

 

(*) Comme indiqué dans le tableau, ces autorisations de rejets d’iode radioactif sont très élevées, par comparaison à celles d’autres installations nucléaires : 1 000 fois plus que celles de la centrale nucléaire du Tricastin dans la vallée du Rhône en France (4 réacteurs électronucléaires de 900 MW de puissance) et 88 fois plus que celles de l’usine de retraitement AREVA à la Hague(France).

 

 

 

Rédaction : Bruno Chareyron, ingénieur en physique nucléaire, responsable du laboratoire de la CRIIRAD (Valence, le 20/11/11) »

 

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------

 

 

Mise à jour du 20/11/11, 20h00

 

 

 

Depuis au moins le 7 novembre 2011, l’IRSN réalise des mesures spécifiques pour connaître le taux de l’iode-131 dans l’air de la France. Dans son communiqué du 15/11, elle informe des analyses en cours et diffuse les premiers résultats dont les pics de radioactivité observés concernent essentiellement les stations du nord du pays. Les prélèvements les plus récents des autres stations du réseau OPERA-Air TGD situées dans la moitié sud de la France étaient encore en cours à la date du 14 novembre. Une semaine plus tard, qu’en est-il ? On attend le prochain communiqué de l’IRSN qui devrait nous apprendre un certain nombre de choses :

 

- Les calculs de rétro-trajectoires pour tenter de localiser la provenance des masses d’air ayant transporté l’iode-131 détecté.

 

- Les dernières mesures d’iode-131.

 

- Les mesures des autres produits de fissions (en particulier le césium) et leur ratio par rapport à l’iode-131.

 

L’ensemble de ces éléments permettront ou non d’associer cette pollution aux relâchements du réacteur nucléaire hongrois désigné par l’AIEA.

 

 

 

En attendant le prochain communiqué de l’IRSN (il semble qu’il ne faille plus rien attendre de l’AIEA qui devrait pourtant mettre à disposition du public les données de l’Europe entière…), on peut observer les mesures réalisées en Europe pour l’iode-131 en 2011 sur la carte publique EurDep : dans le mois précédent le 20 avril 2011 : l’iode de Fukushima est détecté partout en Europe.

 

 

 

Grâce à ces données, on constate que le réseau fonctionne très bien, avec des coupures toutefois, correspondant à des données non transmises par certains pays, pour des raisons inconnues. A partir d’avril 2011, l’iode-131 de Fukushima est détecté partout en Europe (mais aussi le césium-134 et le césium-137).

 

 

 

Pendant ce passage remarqué du panache radioactif en Europe, un évènement est passé inaperçu : la centrale de Cernavodă, la seule centrale nucléaire de Roumanie, semble avoir eu un problème car le taux d’iode-131 a avoisiné les 3 Bq/m3 en avril 2011 (Ou alors cette installation, à l’image des dégazages des pétroliers en mer, a profité de cette pollution généralisée pour relâcher des produits de fission ?). Il est en effet impensable que l’iode provenant de Fukushima vienne se concentrer en Roumanie sans affecter les autres pays européens de l’ouest. Durant cette même période, les Roumains n’ont communiqué aucune info sur les césiums. Les taux de césium étaient-ils trop élevés pour être rendus publics ? L’AEIA a-t-elle fait une enquête sur ce taux anormal d’iode-131 ? Le 16 janvier 2010, la première unité de cette centrale avait été fermée en raison d'une fuite de vapeur. Cet incident s’est-il renouvelé en avril 2011 ?

 

 

 

11.jpg

 

Données du mois précédent le 20 novembre 2011

 

 

 

On peut s’interroger également sur les mois d’octobre et de novembre : pourquoi seules la Pologne et la Croatie continuent d’avoir des niveaux anormalement élevés en iode-131 alors que l’AEIA affirme que la source de la pollution provient de Hongrie ? La Pologne détecte du Césium 137 jusqu’au 20 octobre également, et pas les autres pays. Etrange carte.

 

 

 

Le mystère reste donc entier.

 

 

 

A quand la transparence ?

 

 

 

 

 

 

 

------------------------------------------

 

 

Mise à jour du 17/11/11, 23h00

 

 

 

labo.jpgSelon les sites d’information français (Le Monde, Le Figaro, Le Nouvel Observateur, La Croix, etc.), « le mystère est sans doute résolu » : l’iode radioactif présent sur la quasi-totalité de l’Europe proviendrait d’un laboratoire médical de Budapest. L’information largement relayée provient d’un communiqué original de l’AIEA qui énonce avoir identifié la source de la fuite en Hongrie.

 

En bref, l’autorité de l'énergie atomique hongroise (OAH)  a informé l’AIEA qu’une fuite avait été détectée à l'Institut des isotopes de Budapest (Izotop Intezet) du 8 septembre au 16 novembre 2011. Les rejets excessifs de cet établissement ne datent pourtant pas d’hier. Cet institut avait déjà eu des problèmes avec l’iode-131 au premier semestre 2011, sans doute passés inaperçus à cause de la catastrophe de Fukushima. L’IAEA prétend ne pas connaître la cause de ce rejet et promet une enquête sur cet évènement. Pourtant, l’exploitant a déjà communiqué sur ce sujet : il s’agit d’un problème de filtrage.

 

vue-aerienne-copie-1.jpg

 

 

 

Selon les sites, l’info est présentée de différentes manières. Certains affirment que la source est hongroise, d’autres utilisent le conditionnel ou émettent des doutes en s’appuyant sur les déclarations émanant de l’institut incriminé. Selon son directeur, ces rejets n'expliqueraient pas la contamination observée jusqu'en France : « Les taux de radioactivité relevés en Hongrie étaient seulement un peu plus élevés à Budapest qu'ailleurs, il n'y avait pas de différence marquée… Si la source de cette radioactivité élevée avait été à Budapest, les niveaux mesurés ici auraient dû être bien plus élevés qu'à Prague », distant de 530 kilomètres, a déclaré à l'AFP le directeur de l'institut, Mihaly Lakatos.

 

 

 

On apprend que cet institut fournit des isotopes dans le monde entier à des fins médicales, scientifiques et industrielles. Mais ce que les médias français ne disent pas, c’est que cet « institut » hongrois possède un réacteur nucléaire de 10 MW de puissance. La cheminée de ventilation de cet établissement est très haute (80 m selon l'IRSN - mise à jour du 30/11/11) et permet la dispersion des effluents gazeux. Elle peut rejeter jusqu’à 60 000 mètres cubes par heure.

 

reacteur-hall.jpg

 

 

 

Ce réacteur à eau légère de type RR date à l’origine de 1959. Il a été modernisé en 1967 puis reconstruit de 1986 à 1993. De conception soviétique, il ne possède pas d’enceinte de confinement. Il sert essentiellement à la recherche : actuellement, 12 installations de recherche fonctionnent autour de ce réacteur.

 

 

En savoir plus sur le réacteur ici (document en anglais) :

 

http://www.kfki.hu/~brr/Dokumentumok/BRR_reconst_upgrade.pdf

 

reacteur-schema.jpg

 


Selon l’exploitant, de janvier à mai 2011, les rejets radioactifs se sont montés à 300 GBq, puis, de septembre à novembre, à 324 Gbq. Il précise que ces rejets se font dans un cadre légal puisque la limite de rejet annuelle est de 1600 Gbq, et que ces rejets ne peuvent pas expliquer la présence de l’iode dans une aussi grande étendue que l’Europe. De plus, Mihaly Lakatos déclare en pas avoir été contacté par l’AIEA (source : AlertNet). L’organisme international qui prétendait le 11 novembre avoir lancé une enquête n’a donc demandé aucune information à l’exploitant directement ! Drôle d’enquête pour une agence de cette envergure, n’est-ce pas ?

 

 

 

Attendons des données supplémentaires pour en savoir plus de nos organismes experts !

 

 

 

Dernier communiqué de l’AIEA (17/11/11) : Source of Iodine-131 in Europe Identified

 

Dernier communiqué de l’IRSN (15/11/11) : Détection en France de traces d’iode 131 dans l’air imputables à des rejets radioactifs venant d’un pays étranger

 

Dernier communiqué de l’ASN : pas de communiqué.

 

 

 

-----------------------------------------------------------------

 

 

Mise à jour du 16/11/11, 22h30

 

 

 

iode-europe-carte.jpgLa nouvelle d’un nouveau nuage radioactif sur la France a désormais fait le tour de toutes les rédactions et de tous les sites d’information, pour annoncer… qu’on ne savait toujours rien de plus ! On appréciera en passant l’inquiétude franco-française des médias qui ne s’expriment que le 15 novembre en écho du communiqué de l’IRSN alors qu’il aurait été plus raisonnable de sonner le clairon dès le 11 novembre… vu la grande radio-toxicité de l’iode-131.

 

 

 

Pour résumer, ce sont désormais 13 pays qui ont reconnu avoir détecté un taux d’iode-131 supérieur à la normale : l’Allemagne, l’Autriche, la Croatie, le Danemark, la France, la Hongrie, la Pologne, la République tchèque, la Russie, la Slovaquie, la Slovénie, la Suède, et l’Ukraine. Ils représentent une superficie d’environ 6 millions de km².

 

 

 

Vu l’étendue de la pollution, il est certain que la source ne doit pas être minime puisque la radioactivité de l’iode décroît assez rapidement (cet élément perd la moitié de sa radioactivité en 8 jours). Quelle sont les installations nucléaires qui pourraient aujourd’hui être responsables d’une telle pollution ?

 

 

 

1) un réacteur nucléaire en activité : nous avons le choix en Europe qui est la région du monde la plus nucléarisée avec ses 82 centrales et 159 réacteurs en activité.

 

 

 

carte-interavtive-1.jpg Carte d’Europe interactive 1

 

 

 

 

 

carte-interavtive-2.jpg Carte d’Europe interactive 2

 

 

 

 

 

2) un laboratoire nucléaire destiné à la production de radio-isotopes médicaux. Des fuites ont déjà eu lieu, par exemple à celui de Fleurus (IRE) en Belgique en 2008. Le gouvernement belge avait averti les riverains des risques de contamination nucléaire après une fuite d'iode-131. L'incident avait été classé "niveau 3" (accident évité de peu). L’objet de ce genre de labo vise à isoler et purifier les radio-isotopes utiles à la médecine nucléaire. La matière première provient de réacteurs de recherche, par exemple en Belgique à Mol, en France, aux Pays-Bas, en Russie (Rosatom), en Pologne (réacteur Maria) ou encore en République tchèque.

 

 

 

3) un réacteur arrêté suite à une explosion : deux candidats potentiels, Tchernobyl et Fukushima Daiichi. Ces deux sites ont la particularité de contenir des coriums constitués de tonnes de combustible fondu qui peuvent faire l’objet de reprises de criticité. Celui de Tchernobyl est encore chaud, 25 ans après la catastrophe, et il est surveillé de manière continue car sa capacité de nuire est encore immense (voir l’article de l’AIPRI à ce sujet : Tchernobyl ne nous oublie pas). Celui, ou plutôt ceux de Fukushima Daiichi, sont encore très actifs et Tepco estime que la centrale rejette encore 100 millions de becquerels par heure.

 

 

 

Selon le Sunday Times, l’Ukraine la première a détecté des traces d’iode entre le 10 et le 20 octobre, et la Pologne entre le 17 et le 24 octobre. La Bulgarie dit ne pas avoir remarqué de taux anormaux. Enfin, la République tchèque assure que l’iode ne peut pas provenir d’une centrale nucléaire car les autres éléments radioactifs n’ont pas été détectés.

 

 

 

 

Etant donné le danger sanitaire que représente la diffusion d’iode radioactif dans l’air, il est urgent que les autorités nucléaires de sûreté déterminent la source de la pollution, afin de prendre toutes les mesures de précaution pour les populations vivant à proximité de l’installation défectueuse.

 

 

 

Dernier communiqué de l’IRSN (15/11/2011) : Détection en France de traces d’iode 131 dans l’air imputables à des rejets radioactifs venant d’un pays étranger

 

Dernier communiqué de l’AIEA (11/11/11) : Low Levels of Iodine Detected in Europe

 

Dernier communiqué de l’ASN (Autorité de sûreté nucléaire) : pas de communiqué à ce jour.

 

 

 

 

 

 

 

___________________________________

 

 

 

 

Mise à jour du 16/11/11, 7h

 

 

 

Dans un article du Point, Bruno Chareyron de la Criirad est interviewé. Il partage notre analyse : « Ce qui est grave et choquant dans cette affaire, c'est de voir que, plusieurs jours, vraisemblablement même plusieurs semaines, après le début de cette contamination, on ne sait toujours pas d'où vient la pollution. Il est vraiment très inquiétant que, y compris après la catastrophe de Fukushima, les instances internationales et l'AIEA ne soient pas en mesure de faire un tel diagnostic. »

 

Et plus loin : « Pour l'instant, les niveaux de contamination détectés en France ne nécessitent absolument pas de mesures de protection particulières, mais il faut suivre la situation avec vigilance. Tout dépend du temps que cela va durer et de comment les choses vont évoluer. Car, actuellement, on ignore si, à la source de cette contamination, la situation est en train de s'améliorer ou de s'aggraver... Tant qu'on ne sait pas exactement ce qui s'est passé et d'où ça vient, on ne peut faire aucune projection sur les conséquences du phénomène. Il va falloir que les autorités de radioprotection dans tous les pays potentiellement concernés multiplient les analyses, rapidement et avec des appareillages de haut niveau, pour pouvoir faire une cartographie de cette pollution et de son évolution dans le temps. »

 

 

 

Le site http://www.simplyinfo.org/ fait des mises à jour régulières sur la situation en Europe à ce sujet (langue anglaise).

 

 

 

Sinon, en attendant des compléments d’information, on peut consulter le site de l’IRSN pour comparer les mesures récentes de l’IRSN avec les anciennes.

 

 

 

Station de Charleville-Mézière : 5,7 µBq/m3 en novembre 2011 au lieu de 0,76 µBq/m3 en moyenne pour les 6 mesures effectuées en janvier-févier 2011, cela signifie que le taux a augmenté de 7,5 fois par rapport à une situation « normale » (bien que le normal devrait être un taux de 0%).

 

 

 

irsncharlevilleiode

 

 

 

En observant les données fournies par l’IRSN, on constate qu’un évènement nucléaire a eu lieu en 2008 : la concentration d’iode-131 a fortement augmenté cette année-là, avec une valeur haute de 32 µBq/m3 le 22 février 2008. Ce pic de radioactivité dans l’atmosphère avait été causé à l’époque par un « incident »à la centrale nucléaire de Fessenheim : le 18 février 2008, un tube d’un générateur de vapeur du réacteur n°2 de la centrale s’était fissuré à la suite d’une « anomalie de supportage », conduisant à une fuite du circuit primaire vers le circuit secondaire.

 

 

 

irsnvesinetiode

 

 

 

L’observation des relevés du Vésinet (région parisienne) permet de constater que l’iode-131 est beaucoup plus présent dans cette zone que dans l’est de la France. On remarque en particulier des taux dépassant 1000 µBq/m3 du 16 au 25 septembre 2005. Que s’est-il passé ? Les médias en ont-ils parlé ? Il semble que non.

 

On remarque aussi l’absence de diffusion de données sur l’iode depuis début 2009 pour cette station.

 

 

 

source IRSN : http://sws.irsn.fr/sws/mesure/index

 

 

 

 

 

 

 

___________________________________

 

 

Mise à jour 15/11/11, 19 h

 

 

 

Au fur et à mesure que la nouvelle se répand, les choses commencent à bouger…

 

 

 

On apprenait ce matin que de nouveaux pays étaient concernés par la pollution à l’iode-131 : d’après le site Zero Hedge, le Danemark et la Russie font désormais partie de la liste, ce qui portait à 12 le nombre de pays impliqués. Ca commence à faire beaucoup !

 

 

 

Et surprise à 11h55 ‒ mais est-ce une surprise pour la France avec l’antécédent de 1986 ? ‒ le site du Monde annonce que l’Hexagone est également touché par le nuage radioactif !

 

Il s’appuie pour cela sur la publication d’une note de l’IRSN toute fraîche sortie, qui fait le point sur des analyses faites la semaine dernière. Ce qui est très surprenant, c’est que cet organisme dit avoir été informé « de façon informelle  à travers les réseaux scientifiques dont il est membre ». Ce qui signifie que l’AIEA, au courant de la pollution depuis plusieurs semaines, n’a pas estimé utile d’alerter les services nationaux compétents de tous les pays européens. Ce manque de réactivité est très grave, car il veut dire clairement que pour l’AIEA, un incident nucléaire, ce n’est pas si grave que cela, et que l’enquête qu’elle était censée faire de manière rapide dans un souci de protection des populations n’a pas été menée sérieusement. A vrai dire, ce n’est pas étonnant, car il faut bien savoir que cette structure internationale n’a pas vraiment pour objet le bien-être des populations mais principalement le développement de l'utilisation l’énergie nucléaire (Article 3 de ses statuts).

 

 

 

Revenons à l’analyse faite par l’IRSN : cet organisme a engagé en France des analyses par spectrométrie gamma sur des prélèvements d’aérosols et d’iode sous forme gazeuse  pour y rechercher la présence éventuelle d’iode-131. Les analyses ont été effectuées par le laboratoire de mesure de la radioactivité de l’environnement d’Orsay et dans celui du Vésinet.

 

 

 

Les valeurs significatives relevées par l’IRSN sont les suivantes :

 

Bure (55) : 0,79 µBq/m3 +/- 0,22

 

Charleville-Mézières (08) : 5,7 µBq/m3 +/- 1,9

 

Orsay (91) : 4,9 µBq/m3 +/- 1,4

 

Le Vésinet (78) : 12 µBq/m3 +/- 6

 

 

 

L’IRSN précise que la présence d’iode-131 dans l’air, qui est tout à fait inhabituelle à cette échelle du territoire national, indique l’existence de rejets radioactifs anormaux dans l’atmosphère dont l’activité la plus marquée en France se situe entre le 7 et le 10 novembre. L’IRSN, comme l’AIEA, rejettent l’hypothèse que ces taux anormaux d’iode-131 puissent trouver leur origine à l’ex-centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Le possible évènement de reprise de criticité de Fukushima annoncé par Tepco le 3 novembre a pourtant été mis à la connaissance de tous, et l’arrivée d’iode-131 sur l’Europe une semaine plus tard pourrait bien avoir un lien avec cet épisode que l’industrie nucléaire a voulu rapidement étouffer. Il reste à nos yeux une hypothèse plausible. En mars, le nuage radioactif de Fukushima avait bien atteint la France à compter du 27 mars, soit 15 jours après l’explosion du réacteur 1. Avec un même régime des vents et une réaction moindre qui aurait diffusé moins de radionucléides qu’une explosion, il est tout à fait possible que cette pollution provienne de Fukushima. En effet, la pollution n’a jamais cessé depuis le 12 mars 2011, et l’hémisphère nord est désormais couvert d’un vaste nuage radioactif permanent. Or, tant qu’il ne pleut pas, les gaz et les aérosols radioactifs restent en suspensions dans l’atmosphère et se cumulent, ils ne disparaissent jamais.

 

 

 

302314_10150461893708245_619858244_10339695_47625018_n.jpg

 

Pollution de l’hémisphère nord par Fukushima en mai 2011 (source)

 

 

 

Afin de déterminer la source, l’IRSN réalise actuellement des calculs de rétro-trajectoires  pour tenter de localiser la provenance des masses d’air ayant transporté l’iode 131 détecté. Nous attendons avec impatience les résultats de cette recherche.

 

 

 

Pour mémoire, les niveaux en iode 131 mesurés en France  après l’accident de Fukushima avaient atteint quelques milliBecquerels par m3 d’air (voir le bulletin du 10 juin 2011), soit plus de 100 fois les valeurs mesurées actuellement.

 

 

 

Pour ceux qui douteraient que l’atmosphère est constamment polluée par la radioactivité, voici une animation très parlante réalisée par Marian Steinbach à partir des relevés de 1750 compteurs Geiger de son pays du 14 juin au 25 octobre 2011. Marian a eu l’idée géniale de transformer les chiffres en des points de différentes intensités sur la carte, ce qui a pour effet de visualiser l’invisible, les radionucléides se déplaçant dans l’air comme le vent dans un champ de blé.

 

 

 

anim.jpg

 

Animation de Marian Steinbach : visualisation de la radioactivité passant sur l’Allemagne

(Cliquer sur l'image pour voir l'animation)

 

 

 

 

___________________________________

 

 

 

Mise à jour du 15/11/11, 7 h :

 

 

 

Le mystère demeure. Pas de nouveau communiqué de l’AIEA.

 

Selon un article de MailOnline, la France, la Grande Bretagne, l’Espagne, la Russie, l’Ukraine, la Finlande, la Suisse, la Pologne et la Norvège n’ont pas remarqué d’augmentation du taux d’iode dans l’atmosphère.

 

 

 

Les mentions de l’Ukraine et de la Pologne sont étranges car l’article de l’Associated Press of Pakistan les mentionne comme ayant relevé un taux anormal d’iode : « Higher radiation levels were detected in Poland and Ukraine even before October 19 ». Cette anomalie nous rapproche de l’ex-centrale nucléaire de Tchernobyl. Le Pakistan, qui ne fait pas partie de l’Europe, ne prend pas de gants pour parler de ce qu’il sait. Alors que les pays européens se serrent les coudes sous le traité Euratom qui a été l’acte fondateur de l’Europe le 25 mars 1957. Tandis que l’industrie nucléaire a du mal à se remettre de la catastrophe de Fukushima, une reprise de criticité dans le corium de Tchernobyl ferait un des plus mauvais effets pour essayer de redorer l’image du nucléaire en Europe.

 

 

 

Selon un article du 14 novembre du site Decoded Science, la Suède est à ajouter à la liste des pays européens qui ont remarqué cette hausse d’iode-131, ce qui porte à 10 le nombre de pays concernés, représentant une surface de 2 millions de km² : l’Allemagne, l’Autriche, la Croatie, la Hongrie, la Pologne, la République tchèque, la Slovaquie, la Slovénie, la Suède, et l’Ukraine.

 

 

 

Des hypothèses supplémentaires ont été émises ici ou là : sous-marin atomique, radiations cosmiques de la nébuleuse de la Tarentule, guerre de Lybie, excréments de patients soignés à l’iode-131… Oui vous avez bien lu ! Le Professeur Malcolm Sperrin, directeur de la physique médicale à l'hôpital de Grande-Bretagne du Royal Berkshire, après avoir écarté tout lien avec Fukushima, a déclaré : « It is far more likely that the iodine may be as a result of excretion by patients undergoing medical treatment. »

 

 

 

Donc résumons : 2 millions de km² pollués par de l’iode-131, certes très faiblement, mais aussi très durablement (depuis 4 semaines maintenant). Tous les pays concernés se renvoient la balle : personne n’est responsable, aucune installation nucléaire ne déclare de fuite, d’incident, ou d’accident.

 

 

 

L’AIEA informe, puis se tait. Elle enquête. Elle prend son temps. Si elle met deux mois pour envoyer des experts comme pour Fukushima, il faudra encore attendre un moment avant d’avoir du nouveau ! Le temps de réparer la fuite et de classer cette affaire sans suite ?

 

 

 

Peut-être qu’en demandant des explications à l’AIEA, on obtiendra plus d’informations ? Si vous avez une réponse, merci de la mettre dans les commentaires pour en faire profiter tous les lecteurs.

 

Contacter l’AIEA : info@iaea.org

 

 

 

 

 

[Les prochaines mises à jour éventuelles se feront désormais sur cette page]

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
12 novembre 2011 6 12 /11 /novembre /2011 03:16

eurdep.jpgD’après le site public European Radiological Data Exchange Platform, de l’iode-131 est détecté uniquement en Slovénie et en Croatie, à quatre endroits différents : à Zagreb, à Ljubljana, à Krsko, et à la limite des trois pays Croatie-Hongrie-Serbie.

 

 

Quelques remarques viennent immédiatement à l’esprit :

 

Les informations fournies par l’AIEA sont lacunaires (pas de carte, localisation vague, pas de mesure fournie). Il va sans dire qu’il s’agit bien là de rétention d’information. Pour quelle raison l’AIEA a-t-elle fait seulement hier ce communiqué sur l’iode-131 ? Deux semaines après ces détections suspectes, il est évident que cette organisation sait déjà où se situe le problème.

 

Les informations fournies par la carte mise à disposition du public par la commission européenne sont incomplètes également : aucune information sur une présence d’iode-131 dans les 5 pays cités hier (Allemagne, Hongrie, République tchèque, Autriche, Slovaquie). Pourquoi cette carte n’est-elle pas mise à jour ?

 

D’après cette carte publique, deux centrales nucléaires sont susceptibles d'être concernées par ces rejets d'iode-131 : la centrale de Krsko (Slovénie) et la centrale de Paks (Hongrie). Mais si l’on fait une recherche avec le Césium, seule la centrale de Krško est concernée puisqu’en Europe, seul ce site cumule à la fois de l’Iode-131, du Césium-134 et du Césium-137.

 

krskocarte.jpg

Carte de situation de la centrale de Krško

 

Même si cette carte mise en ligne pour informer le public n’est pas une carte pour donner une alerte et peut contenir des erreurs, elle donne tout de même un fort indice pour qu’un évènement se soit passé dans les dernières semaines (ou est encore en cours ?) dans la centrale nucléaire slovène. Il est inimaginable que l’AIEA ne soit pas au courant.

 

Cette centrale a d’ailleurs déjà eu des problèmes de fuites en 2008 : le 4 juin 2008, une fuite sur le circuit primaire du système de refroidissement du réacteur avait eu lieu. Et avec Fukushima, on sait ce qu’un problème sur un circuit de refroidissement peut donner !

 

Il est grand temps que l’AIEA s’explique sur cette diffusion d’iode-131, de césium-134 de césium-137 en Europe. Si la centrale de Krško a eu un accident, il est légitime et urgent que la population européenne en soit informée dans les plus brefs délais !

 

 

------------------------------------------

 

Pour plus d'information et des mises à jour, se reporter à l'article précédent :

http://fukushima.over-blog.fr/article-iode-radioactif-sur-l-europe-evenement-nucleaire-en-cours-88519209.html

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

Actualités sur Fukushima

L'ACROnique de Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Projet Mieruka Fukushima

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Éditions de Fukushima

Publications

Le dernier livre de Jean-Marc Royer

 

 

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -