10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 22:48

Un incroyable reportage du journaliste Tetsuo Jimbo dans la zone évacuée.

Aucun problème pour entrer dans la zone interdite.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=yp9iJ3pPuL8

 

Partager cet article

Repost0
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 15:50
Lors du tremblement de terre du 7 avril, une lumière vive a été enregistrée à l'horizon de la ville de ... ?
(voir à partir de 0min34, la lumière dure 7 secondes)
 
 
Autre vidéo avec ralenti et zoom
.
 
Cette lumière provient-elle d'un réacteur endommagé de la centrale de Fukushima Dai-ichi ?

Partager cet article

Repost0
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 13:50

Suite à cette question posée dans ce blog il y a 3 jours, mais restée sans réponse, une vidéo vient d'apparaître sur youtube montrant la vague arrivant sur la centrale de Fukushima.

On peut la voir là :

http://www.youtube.com/watch?v=xwFrah3o4Cs

 

Pour autant, cette vidéo amateur ne donne pas vraiment de précision sur la hauteur de la vague car la vision n'est pas directe. Il semble que celle-ci butte contre la levée anti-tsunami (qui a une hauteur de 5,70 m) et que cela produise un effet de vague brisée avec l'eau projetée en hauteur, on n'en voit pas plus.

 

Dans les photos fournies par Cryptome le 9 avril

http://fukushima.over-blog.fr/ext/http://cryptome.org/eyeball/daiichi-npp5/daiichi-photos5.htm

on voit des dégats dans la centrale de Fukushima Dai-ichi, mais ce sont des dégats essentiellement dus au tremblement de terre dans les bureaux : fenêtres cassées, plafonds effondrés, etc., mais papier sec et propre.


Une seule image nous montre des débris apportés par le tsunami, celle prise près de l'entrée du bâtiment de traitement des déchets. D'après le plan de la centrale - qu'on peut voir là :

http://www.davidmanise.com/forum/ind...topicseen.html

- ce bâtiment est le plus au sud du site, en contrebas du réacteur n°4, au niveau de la mer.

 

Une vidéo montre également quelques dégats sur les quais de la centrale de Fukushima Dai-ichi, mais seulement au niveau de la mer :

http://www.youtube.com/watch?v=uAVKoCmBaPw

On distingue entre autres des bâtiments effondrés et un réservoir qui a comme implosé à sa base. Et au dessus du glacis, des arbres intacts.


Si l'on se réfère à la documentation sur les tsunamis, on releve qu'une vague a des noeuds et des ventres : "Selon l'angle d'attaque du tsunami sur la côte et la géométrie de celle-ci, le tsunami peut interférer avec sa propre réflexion et provoquer une série de vagues stationnaires avec des zones côtières non inondées (« nœuds ») et des zones avoisinantes particulièrement touchées (« ventres »)."
source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Tsunami


Donc il semblerait qu'une vague de 4 m à un endroit ne soit pas incompatible avec une vague de 14 m à un autre endroit.

 

Un élément de réponse dans un rapport du METI (Ministry of Economy, Trade and Industry) qui est le ministère de l’économie, du commerce extérieur et de l’industrie du Japon.

Document METI :

http://www.meti.go.jp/press/2011/04/20110409007/20110409007-3.pdf

Ce document de deux pages présente les coupes des centrales nucléaires de Fukushima 1 et 2 et des photos. Si l'on voit très bien la trace du niveau de l'eau à 7 m sur les bâtiments de Fukushima 2 (Daini), on ne voit rien du tout pour le niveau indiqué à 14 m sur les bâtiments de Fukushima 1 (Dai-ichi).

 

La question de la hauteur de la vague qui a frappé la centrale de Fukushima Dai-ichi le 11 mars 2011 reste donc ouverte et tous les commentaires qui pourraient apporter des précisions seront les bienvenus.

 

 

Suite et fin de l'article :

http://fukushima.over-blog.fr/article-quelle-etait-la-hauteur-de-la-vague-a-fukushima-dai-ichi-3-71601058.html

 

Partager cet article

Repost0
10 avril 2011 7 10 /04 /avril /2011 10:15

Depuis le 7 avril, date du dernier tremblement de terre au Japon, un pic de radioactivité a été enregistré pour le réacteur n°1

D'après le blog d'Alexander Higgings, on y aurait mesuré 100 S/h, ce qui représente une dose mortelle immédiate.

Source :

http://blog.alexanderhiggins.com/2011/04/09/radiation-levels-japan-fukushima-nuclear-reactor-1-shoot-100-sieverts-hour-15871/

 

Partager cet article

Repost0
9 avril 2011 6 09 /04 /avril /2011 10:22

 

Les causes de la catastrophe : un accident évitable, dû à une absence

totale de réaction et à des procédures inadaptées

 

     Lien vers la synthèse (pdf)

 

Bravo à positron pour cette synthèse remarquable de clarté !

 

Partager cet article

Repost0
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 22:57

Excellente cette compilation d'articles réalisée par fukushimleak !

Cet accident majeur que nous connaissons aujourd'hui n'est absolument pas un hasard, c'est juste le résultat de la recherche du profit au détriment de la sécurité.

 

http://fukushimaleaks.wordpress.com/author/fukushimleaks/

 

Partager cet article

Repost0
8 avril 2011 5 08 /04 /avril /2011 21:53

Le point sur la situation a été fait dernièrement par Denis Delbecq sur son site "Effets de terre",

http://effetsdeterre.fr/2011/04/07/une-tente-des-drones-un-bouchon-de-fuite-inventaire-du-jour-a-fukuskima/

 

et on peut le compléter pour la journée du 8 avril avec la revue de presse du blog de Paul Keim

http://paul-keirn.over-blog.com/article-fukushima-8-avril-2011-quoi-de-neuf-n-15-dernieres-nouvelles-nature-s-71255221.html

 

 

Le navire Tepco a retrouvé son capitaine. Porté pâle depuis le 13 mars dernier, le PDG du groupe a repris ses activités. Officiellement, il a été victime de surmenage.

La grosse fissure constatée il y a plusieurs jours dans un puisard lié au réacteur 2, qui libérait une eau très contaminée dans l’océan Pacifique, a été colmatée mercredi, avec un cocktail incluant du silicagel. Un signe qui ne trompe pas: le niveau de l’eau dans les sous-sols du réacteur 2 a recommencé à grimper.

6000 tonnes d’eau peu radioactive ont d’ores et déjà été volontairement rejetées à la mer, un peu plus de 4000 vont suivre. Les liquidateurs vident un réservoir, ou sera ensuite entreposée l’eau hautement contaminée qui se trouve dans les sous-sols de trois réacteurs, avant qu’elle soit transférée sur une citerne en mer. Pour donner un élément de comparaison, le site d’information Ashai rappelait hier que 10 litres d’eau du sous-sol du réacteur 2 pèsent autant de radioactivité que 10 000 tonnes de l’eau en cours de rejet. Ça nous fait environ 17 milliards de becquerels par litre de soupe qui stagne au fond du bâtiment du réacteur 2.

La radioactivité semble avoir touché le milieu aquatique. Une coopérative de Kita-Ibaraki a conduit une pêche expérimentale à 70 km de la centrale. Cinq poissons affichaient 4080 becquerels par kilo pour l’iode, et 447 Bq/kg pour le césium 137 (la norme pour la consommation est de 500 Bq/kg au Japon pour le césium). Ailleurs, du poisson a été flashé à 527 Bq/kg de césium. Aucune pêche commerciale n’est conduite sur les côtes proche de la centrale, en raison de l’évacuation et de la destruction des flottes par le tsunami. Aujourd’hui (7 avril), le gouvernement japonais a décidé de fixer une limite sanitaire sur l’activité de l’iode radioactif dans la chair de poisson à 2000 Bq/kg. Il n’en existait pas jusqu’à ce jour.

L’organisation mondiale de la santé a commis un gros impair. Pendant deux jours (23 au 25 mars), le site de l’OMS affirmait que des produits alimentaires de la préfecture de Nagano dépassaient les normes sanitaires, provoquant un embargo temporaire dans certains pays.

L’injection d’azote a commencé dans l’enceinte de confinement du réacteur numéro 1. Ce gaz inerte est destiné à chasser les autres gaz qu’elle pourrait contenir, et en particulier de l’oxygène, susceptible d’exploser en présence d’hydrogène provenant de la cuve du réacteur. L’opération d’injection doit durer six jours. Elle pourrait ensuite être conduite sur les réacteurs 2 et 3.

• Interrogé par Kyodo, un employé de Tepco a refusé d’indiquer la dose de contamination qu’il a subi depuis le début de l’accident. «C’est ma vie privée», a répondu le quadragénaire, qui est resté la plupart du temps enfermé dans un bâtiment. 21 personnes ont reçu une dose supérieure à 100 mSv sur le site de la centrale. Les liquidateurs (700 personnes) recoivent désormais trois vrais repas quotidiens. Les premier jours de l’accident, ils ne disposaient que de biscuits et de riz sec.

Les habitants évacués autour de la centrale devraient prochainement être autorisés à retourner chez eux temporairement, le temps de récupérer quelques affaires. Mais les autorités envisagent très sérieusement d’élargir le rayon d’évacuation de 20 à 30 kilomètres.

Des tentes géantes pourront être construites dès septembre pour isoler les bâtiments de l’environnement, selon une source proche du gouvernement japonais. De gigantesque bâches, équipées de filtres pour laisser passer l’hydrogène et capter les poussières radioactives pourraient être fabriquées à partir de juin.

L’accident devrait être classé six, sur l’échelle internationale INES, selon le directeur du Comité scientifique sur l’effet des radiations atomiques des Nations-Unies (UNSCEAR). Il fait le même raisonnement que les autorités de sûreté nucléaires françaises: l’accident est nettement plus grave que Three Mile Island (classé 5) et nettement moins que Tchernobyl (classé 7). Il ne reste donc que le 6… que Tokyo se refuse pour l’instant à évoquer. Les autorités nucléaires de l’archipel ont d’abord classé l’accident au niveau 4, avant de se raviser et de fixer le niveau 5.

• A ce rythme, il y aura bientôt une armée de gros insectes robotisés à fureter au dessus de la centrale. Trois drones hélicoptères équipés de capteurs de radiations et d’imageurs infrarouges doivent quitter Paris. Un drone (avion celui-là) américain devrait rapidement rejoindre le site pour y effectuer des relevés. Y-a-t-il un contrôleur aérien dans le personnel de Tepco?

 

Mais aussi, la grande info du jour est la parution d'un livre de Claude Allègre qui veut nous « Expliquer pourquoi l’électricité produite par le nucléaire est une bonne solution » :

« Faut-il avoir peur du nucléaire ? » par Claude Allègre de l’Académie des sciences, avec Dominique de Montvalon, Editions Plon, 170 p.

Pas besoin de débourser 9,90 € pour enrichir cet opportuniste, Dominique Leglu nous en dresse une synthèse intelligente et critique sur son blog :

http://sciencepourvousetmoi.blogs.sciencesetavenir.fr/archive/2011/04/08/fukushima-suite-29-faut-il-avoir-peur-du-nucleaire-autour-du.html

 

 

 

Partager cet article

Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 23:28

Bizarre.

 

Depuis le début de la catastrophe, on nous explique et on nous rabâche que la centrale de Fukushima Dai-ichi a été endommagée par une vague de 14 mètres de hauteur.

 

Pourtant, d'après Bernard Allenbach, ingénieur au SERTIT, la centrale de Fukushima aurait été victime d'une vague de 3 à 4 mètres de hauteur. (La cartographie du tsunami a été effectuée par le Service régional de traitement d’image et de télédétection (SERTIT) basé à Strasbourg.)

Source : http://www.sciencesetavenir.fr/actualite/nature-environnement/20110318.OBS9907/tsunami-cartographie-d-un-desastre.html

 

Donc si le SERTIT dit vrai, la catastrophe nucléaire viendrait seulement du tremblement de terre qui a provoqué à la fois un défaut de refroidissement des réacteurs dû à une panne électrique et un affaiblissement des structures non prévues apparemment pour une telle secousse.

 

Une vidéo tournée sur un bateau accostant le quai de la centrale après le tsunami est visible ici :

 http://www.youtube.com/watch?v=uAVKoCmBaPw

Beaucoup de bâtiments en bordure de mer ne semblent pas avoir souffert de la vague. Un réservoir cylindrique semble n'avoir été atteint qu'à sa base. La question reste ouverte !

 

Site du SERTIT :

http://sertit.u-strasbg.fr/SITE_RMS/2011/05_rms_japan_2011/05_rms_japan_2011.html

 

voir aussi :

Quelle était la hauteur de la vague à Fukushima Dai-ichi ? (2)

http://fukushima.over-blog.fr/article-quelle-etait-la-hauteur-de-la-vague-a-fukushima-dai-ichi-2-71407318.html

 

 

 

Partager cet article

Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 14:44

Bonne nouvelle on pourrait penser.

Mais en fait, dans le même temps, on est obligé de vider 10.000 tonnes d’eau radioactive dans l’océan pour faire de la place dans les réservoirs pour de l’eau encore plus radioactive. Où est la bonne nouvelle ? C’est comme si on réussissait à colmater la fuite d’une baignoire sans fermer le robinet. Il y a un moment ça déborde forcément.

On continue à arroser chaque jour les réacteurs pour éviter qu’ils ne s’échauffent de trop, donc l’eau est contaminée en permanence. Et ceci va durer des mois… Les Russes, les Américains viennent en aide mais les quantités sont tellement énormes qu’il faudra des semaines ou des mois avant de faire venir des bateaux-cuves, construire de nouveaux bassins de rétention, pour tout contenir. Tout cela, c’est du domaine de la serpillère pour éviter la contamination de l’océan, mais près de 4 semaines après le début de l’accident, rien n’est réglé : les réacteurs sont toujours trop chauds, et l’on risque toujours la catastrophe majeure, c'est-à-dire l’échappement massif et incontrôlable de matières hautement radioactives dans l’atmosphère. Je vais aborder ce sujet relativement tabou dans un prochain article.

 

Les détails sur la fuite colmatée et la situation générale :

http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/04/fuite-colmat%C3%A9e-%C3%A0-fukushima.html

 

Si on regarde les infos vidéo, par exemple ici à Euronews, on se rend compte que l’information est indigente : pas de vidéo de la centrale, juste quelques photos, et quelques images sur un marché aux poissons…

http://fr.euronews.net/2011/04/06/fukushima-daiichi-la-fuite-colmatee/

 

Partager cet article

Repost0
5 avril 2011 2 05 /04 /avril /2011 21:41

 

RadioProtection Cirkus est une association de type 1901, à but non-lucratif.

Son but est de développer la Radioprotection.

Elle propose sur son site un dossier spécial Japon qui s’intéresse surtout aux dégâts sur les différentes centrales nucléaires du pays.

En voici un extrait :

 

Les réacteurs
Les émissions de fumées se poursuivent sur les 4 premiers réacteurs.
Tranche n°1 :
Une augmentation de la pression à l’intérieur de la cuve du réacteur est toujours observée.
Tranche n°2 :
La fuite d’eau fortement radioactive n’a toujours pas été stoppée, malgré les tentatives de colmatage avec injection de divers matériaux absorbants. Une mesure faite à proximité de la tranche 2 donne 20 000 MBq/L en Iode-131 (20 GBq/L ce qui est très élevé).
Tranches n° 3, 4, 5, 6 et piscine d’entreposage commune :
Pas d’évolution notable depuis les dernières informations.

Le site
Le 4 avril à 21h00 TEPCO a commencé à rejeter vers la mer l’eau faiblement contaminé des tranchées proches des réacteurs 5 (16 kBq/L d’I131) et 6 (20 kBq/L d’I131). Cette opération rentre dans le cadre des 11 500 tonnes qu’il est prévu de rejeter d’ici le week-end.

Des opérations de transfert de l’eau du bâtiment d’entreposage central vers le bâtiment turbine de la tranche 4 étaient en cours depuis le 2 avril. Ces opérations ont été interrompues le 3 avril suite au constat d’une montée du niveau de l’eau dans la galerie technique de la tranche 3.

Selon le METI et TEPCO, il y aurait au total plus de 60000t d’eau plus ou moins contaminée à retirer des différents bâtiments du site de Fukushima I. Plusieurs sites de stockage sont envisagés:
- les réservoirs déjà présents sur le site,
- le bâtiment d’entreposage de déchets nucléaires, lui aussi sur site. Il pourrait accueillir jusqu’à 30000 tonnes d’eau mais doit d’abord subir des travaux d’étanchéité.
- la plateforme flottante provenant de Shizuoka (11 000 tonnes)
- des barges militaires américaines

Un prélèvement d’eau de mer fait samedi par TEPCO a proximité de l’écoulement d’eau radioactive du réacteur 2 présentait des niveaux en I-131 égaux à 300 MBq/L (0.3 GBq/L).

L’environnement
Des mesures réalisées sur du poisson montrent un niveau de 4 000 Bq/kg en iode-131. En l’absence de norme existante au Japon, le Ministère de la santé a fixé le seuil limite de consommation à 2 000 Bq/kg.
Une campagne de mesures radiologiques au-delà du périmètre des 30 km va être menée. 1 400 établissements (crèches, écoles, …) devraient être diagnostiqués avant la rentrée scolaire.
Pas d’évolution notable des mesures de radioactivité dans l’environnement au-delà de ces 30 kilomètres.

 

Source : http://www.forum-rpcirkus.com/t1653p195-les-informations



Partager cet article

Repost0

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

Actualités sur Fukushima

L'ACROnique de Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Projet Mieruka Fukushima

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Éditions de Fukushima

Publications

Le dernier livre de Jean-Marc Royer

 

 

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -