27 avril 2011 3 27 /04 /avril /2011 13:50

Cela fait des semaines que l'on soupçonne des fuites pour la piscine de stockage n°4, mais Tepco ne le reconnait publiquement qu'aujourd'hui.

 

source : http://www3.nhk.or.jp/nhkworld/french/top/news05.html

 

 

Tepco, l'opérateur de la centrale Fukushima Dai-ichi endommagée, ne nie pas la possibilité que de l'eau s'écoule de la piscine de stockage des barres de combustible irradié du réacteur 4.

Plus de 1500 barres sont stockées dans cette piscine, soit le plus grand nombre sur le site de Fukushima.

Tepco a injecté quotidiennement de l'eau dans cette piscine pour compenser la perte due à l'évaporation et pour éviter que les barres en question ne soient exposées à l'air libre, ce qui accentuerait leur dégradation.

Tepco a injecté entre 140 et 210 tonnes d'eau au cours des quelques derniers jours. Toutefois, l'entreprise a constaté que le niveau de l'eau dans la piscine est de 10 à 40 centimètres inférieur à ce qu'il devrait être, étant donné les injections quotidiennes.

Rappelons que les murs du bâtiment du réacteur qui supportent aussi la piscine de stockage ont été endommagés par une explosion d'hydrogène le mois dernier. Tepco craint donc que la piscine, elle aussi, ait pu être endommagée par l'explosion.

Partager cet article

Repost0
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 23:58

On ne parle plus de la centrale dans les medias mais pourtant la situation reste pour le moins catastrophique...

 

 

Les informations suivantes sont extraites de l'excellent site de l'ACRO.

lien :

http://www.acro.eu.org/chronoFukushima.html

 

Réacteur n°1

Mercredi 20 avril, TEPCo a injecté 8 700 m3 d'azote.

Samedi 23 avril, le gouvernement japonais a exprimé ses craintes quant à la solidité de l'enceinte de confinement du réacteur n°1. TEPCo injecte actuellement 6 tonnes d'eau par heure dans la cuve. 7 000 tonnes ont déjà été versées. Au contact du combustible fortement endommagé, cette eau se vaporise pour se recondenser dans l'enceinte de confinement, la chambre de suppression étant pleine d'eau. En tant normal, cette chambre n'est qu'à moitié pleine. L'accumulation d'eau dans l'enceinte exerce une pression élevée sur les parois et la fragilise en cas de séisme. L'eau serait arrivée à mi-hauteur environ. TEPCo, conformément à sa feuille de route, continue à emplir l'enceinte et se veut rassurante...

 

Réacteur n°2

Jeudi 21 avril, TEPCO a annoncé que la fuite d'eau maintenant colmatée a entraîné un relargage estimé à 520 tonnes d'eau très radioactive, soit 4 700 térabecquerels (1 terabecquerel représente un million de millions de becquerels) ou 20 000 fois l'autorisation de rejet annuel. Plus précisément, il y avait 2 800 terabecquerels d'iode-131, 940 térabecquerels de césium 134 et autant de césium 137. Ce seul rejet mériterait d'être classé au niveau 5 ou 6 de l'échelle internationale INES, note le Yomiuri daté du 23 avril.
Samedi 23 avril, à 7h, TEPCo a annoncé avoir pompé 930 tonnes d'eau des sous-sols. A ce jour, TEPCo aurait injecté 14 000 tonnes d'eau dans ce réacteur.

 

Réacteur n°3

Jeudi 21 avril, il est apparu que le réacteur n°3 suit le réacteur n°2, l'eau très radioactive des sous-sols va bientôt déborder. Elle est à 108 cm seulement en dessous du niveau du sol et le niveau de l'eau est monté de 3 cm entre mardi et mercredi 11h. Il faut donc pomper, mais le condenseur est plein et TEPCo ne sait pas où mettre l'eau.
Samedi 23 avril, un ouvrier a trouvé un gravat de béton ayant un débit de dose de 900 millisieverts par heure près du réacteur n°3. Il a été déplacé avec un équipement lourd. A ce jour, TEPCo aurait injecté 9 600 tonnes d'eau dans ce réacteur.

 

Réacteur n°4

Samedi 23 avril, TEPCo a injecté 140 tonnes d'eau dans la piscine, en plus des 200 tonnes injectées la veille car la température est toujours au dessus de 90°C. Le niveau de l'eau est monté d'un mètre et la température est redescendue à 66°C. L'eau dépasse de 2 m le haut des barres de combustible, selon une caméra fixée au bout du bras qui injecte l'eau. Il y a des craintes que le poids de l'eau endommage plus le bâtiment.

 

Partager cet article

Repost0
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 16:09

Je souscris totalement au point de vue de Tomotomo Wara. Accepter que les enfants de Fukushima soient soumis aux mêmes normes que les travailleurs de la centrale nucléaire serait criminel : 20 milliSieverts/an au lieu de 1 mS/an !

 

Ci-dessous son article tiré du site Un point de vue comme un autre,  traduit en quatre langues

source :

http://tritz13.wordpress.com/2011/04/20/sie-japon-centrale-nucleaire-fukushima-mercredi-20-avril-2011-10h00-heure-de-paris-pollution-radioactivite-consequences/

 

Greenpeace condamne également ce projet et interpelle la communauté internationale

lien vers l'article :

http://www.greenpeace.org/international/en/press/releases/Greenpeace-condemns-move-to-raise-radiation-exposure-levels-for-Japanese-children/

 

Les citoyens japonais inquiets ont posés de nombreuses questions à la commission de sureté nucléaire et au ministère de l'éducation. La plupart des questions sont demeurées sans réponse.

http://fukushima.greenaction-japan.org/2011/04/23/save-the-fukushima-children-japanese-citizens-meet-with-government/

 

Article de Tomotomo Wara (texte intégral)

 

Asie, Japon, centrale nucléaire Fukushima, mercredi 20 avril 2011, 10h00 heure de Paris, Pollution, Radioactivité, conséquences – Tomotomo WARA de Tokyo – Je viens de lire un article très choquant édité aujourd’hui (le 20 avril 2011) par 47 news.jp : un journal japonais numérique, sur Internet. L’autorité japonaise a finalement exécuté une prescription horrible sur les enfants de FUKUSHIMA !
J’ai déjà mentionné la réglementation des limites annuelles de radiation sur votre Blog du 14 avril 2011, mais je la répète ci-dessous.
Au Japon, la réglementation avait fixé les limites annuelles de radiation à 1 milisievert (mSv) pour la population et à 20 mSv pour les travailleurs. Cependant, le 14 avril 2011, le gouvernement japonais a envisagé d’élever ces limites à 20 mSv par an pour la population et à 10 mSv par an pour les enfants !
Selon Wikiédia, en France, la limite annuelle de radiation est fixée à 20 mSv pour les travailleurs et à 1 mSv pour la population. En 1992, la dose efficace maximale pour une personne travaillant sous rayonnements ionisants était fixée à 15 mSv par an en Europe (CERN et Angleterre) et à 50 mSv par an aux États-Unis. Depuis août 2003, la dose efficace maximale est passée à 20 mSv sur les 12 derniers mois.
D’après l’article de 47news.jp, le 19 avril 2011, le Ministère d’Éducation, Culture, Sports, Science et Technologie a restreint une heure d’exposition extérieure par jour aux 13 écoles du département de FUKUSHIMA auxquelles la dose radioactive était détectée au-dessus de 3,8 mSv par heure. Si je convertis par heure en par an : 3,8X24X365 = 33.288 mSv, c’est-à-dire environ 33 mSv par an. Cela dépasse déjà la limite de 20 mSv par an pour la population ! Ces 13 écoles se composent de 3 écoles maternelles, 6 écoles primaires et 4 collèges auxquels 3.560 enfants sont scolarisés. Une des écoles primaires est située à 64,4 km, de la centrale. Cette fameuse restriction d’ « une heure d’exposition extérieure par jour » a été calculée selon la réglementation modifiée toute récente des limites fixées à 20 mSv par an. Cette limite était destinée à un adulte, mais pas à un enfant ! De toutes les façons, les endroits où toutes les écoles se trouvent doivent être dans la zone interdite.
Cette catastrophe nucléaire entraine plusieurs conséquences tragiques : les autorités dirigent indignement son propre pays et recommandent les lois extravagantes au peuple ; ce dernier s’oblige à laisser les enfants s’exposer à la radiation, attraper des maladies comme cancer de thyroïde, leucémie, cérébropathie, immunodéficience, etc., au fil des mois et des années. Si cela était arrivé à vos enfants, vos petits-enfants et vos arrière-petits-enfants, supporteriez-vous de les voir ainsi ?
J’ai lu aussi un article du blog : BIOECOLOGIE daté du 17 avril, je le cite, « on voit combien il est difficile de décider : qui doit être évacué et quand ? Plusieurs questions doivent se télescoper chez les responsables qui gèrent cette crise. Quels critères prendre en compte pour ordonner l’évacuation des populations : le niveau de contamination de l’atomosphère ambiant, des sols, de l’eau, des produits agricoles,… ? A partir de quel niveau de contamination, décide-t-on de déplacer les personnes ? Les personnes qui ne peuvent plus vivre de leurs activités (agriculteure, pêche,…), donc qui se retrouvent sans ressources, doivent-t-elles aussi être évacuées ? Comment évacuer des milliers de personnes (transport, planification dans le temps,…) ? Où loger toutes ces personnes : à court, moyen et long terme (Voire pour toujours) ? Quels sont les coûts économiques, sociétaux, individuels,…d’une telle évacuation ? Dans une crise d’une telle ampleur, peut-on systématiquement appliquer le principe de précaution ? »
Je me suis posé les mêmes questions pendant un mois. Certains pensent : « Pourquoi ne sauvez-vous pas ? » Je veux bien, mais où ? Ma famille demeure au même endroit depuis plus de 100 ans à l’ouest de la ville de Tokyo. Même si je déménage dans le sud de l’archipel, comment trouverai-je un travail et une maison confortable? Un jour, le gouvernement proposera à tous les évacués de la moitié nord du Japon de vivre dans une maison préfabriquée dans la région dépeuplée ? Environ 13 millions d’habitants travaillent et résident à Tokyo. Cette ville gigantesque a pour conséquence l’évacuation inexécutable. Pourtant le gouvernement japonais continue à bâtir des centrales nucléaires en ne considérant aucun problème sous tous les aspects. Est-ce que le gouvernement français examine bien ces problèmes en lançant une campagne pro-nucléaire ? Je rédige mes articles pour servir aux gens qui n’ont pas d’autre choix que de vivre avec la politique pro-nucléaire.

 

Asia, Japan, Fukushima nuclear power plant, Wednesday, April 20, 2011, 10:00 Paris time, Pollution, Radioactivity, consequences – Tomotomo WARA Tokyo – I just read an article very shocking published today (April 20, 2011) by 47 news . jp: Japanese digital newspaper on the Internet. Finally, the Japanese authority has executed a horrible limitation on children FUKUSHIMA!
I already mentioned the regulatory annual limits of radiation on your blog of 14 April 2011, but I repeat it below.
In Japan, regulations were set annual limits of radiation to a milisievert (mSv) for the population and 20 mSv for workers. However, April 14, 2011, the Japanese government has proposed raising the limit to 20 mSv per year for the population and 10 mSv per year for children!
According Wikiédia, France, the annual limit of radiation is 20 mSv for workers and 1 mSv for the population. In 1992, the maximum effective dose for a person working under ionizing radiation was set at 15 mSv in a Europe (CERN and England) and 50 mSv in a United States. Since August 2003, the maximum effective dose is increased to 20 mSv over the past 12 months.
According to the article 47news.jp, April 19, 2011, the Ministry of Education, Culture, Sports, Science and Technology has limited outdoor exposure for one hour per day to 13 schools of Fukushima prefecture in which the radioactive dose was detected above 3.8 mSv per hour. If I converted per hour per year: 3.8 mSv X24X365 = 33,288, ie about 33 mSv per year. This already exceeds the limit of 20 mSv per year for the people! These 13 schools comprised of three nursery schools, 6 primary schools and four colleges with 3,560 children are in school. A primary school is located at 64.4 km from the plant. This famous restriction of « one hour of outdoor exposure per day » was calculated according to the amended rules only recently fixed limits of 20 mSv per year. This limit was intended for an adult, but not a child! In any case, where all schools must be located within the restricted area.
This leads to several nuclear disaster tragic consequences: the authorities shamefully run their own country and recommend laws extravagant people, the latter undertakes to leave children exposed to radiation, catching diseases such as thyroid cancer, leukemia, cérébropathie , immunodeficiency, etc.., over the months and years. If this had happened to your children, your grandchildren and your great-grandchildren, supporting you to see them?
I also read a blog post: Bioecology dated April 17, I quote, « we see how difficult it is to decide: who should be evacuated and when? Several questions must be telescoped from officials who manage this crisis. What criteria are taken into account in ordering the evacuation of populations: the level of contamination of the ambient atomosphere, soil, water, agricultural products, … ? At what level of contamination, do we decide to move people? People who can no longer live on their activities (farmers, fishing ,…), therefore who are without resources, should she be evacuated? How to evacuate thousands of people (transport, planning ,…) in time? Where to house all these people: short, medium and long term (perhaps forever)? What are the economic, societal, individual, … such an evacuation? In a crisis of such magnitude, can we systematically apply the precautionary principle? « 
I asked myself the same questions for a month. Some think, « Why do not you save? « I do not mind, but where? My family lives in the same place for over 100 years to the west of the city of Tokyo. Even if I move to the south of the archipelago, how can I find a job and a comfortable home? One day the government will propose to all evacuees in the northern half of Japan to live in a prefabricated house in the region depopulated? About 13 million people working and residing in Tokyo. This massive city has resulted in the evacuation unenforceable. Yet the Japanese government continues to build nuclear plants by considering any issue from all aspects. Does the French government looks out these problems running the campaign pro-nuclear? I write my articles to serve people who have no other choice but to live with the pro-nuclear.
 
Asien, Japan, AKW Fukushima, Mittwoch 20 April, 2011, 10:00 Pariser Zeit, Umweltverschmutzung, Radioaktivität, Konsequenzen – Tomotomo WARA Tokio – Ich habe einen Artikel gelesen, sehr schockierend veröffentlicht heute (20. April 2011) um 47 Nachrichten . jp: Japanische digitale Zeitung im Internet. Schließlich hat die japanische Behörde eine schreckliche Einschränkung auf Kinder FUKUSHIMA ausgeführt!
Ich erwähnte bereits die rechtlichen Grenzen der jährlichen Strahlung in Ihrem Blog von 14 April 2011, aber ich wiederhole es unten.
In Japan wurden die Vorschriften jährlichen Grenzen der Strahlung auf ein milisievert (mSv) für die Bevölkerung und 20 mSv für Arbeitnehmer festgelegt. Allerdings 14. April 2011 hat die japanische Regierung vorgeschlagene Anhebung der Obergrenze auf 20 mSv pro Jahr für die Bevölkerung und 10 mSv pro Jahr für Kinder!
Nach Wikiédia, Frankreich, den jährlichen Grenzwert von 20 mSv Strahlung ist für Arbeitnehmer und 1 mSv für die Bevölkerung. Im Jahr 1992 wurde die maximale effektive Dosis für eine Person arbeitet unter ionisierender Strahlung bei 15 mSv in einem Europa (CERN und England) und 50 mSv pro Vereinigten Staaten festgelegt. Seit August 2003 ist die maximale effektive Dosis für 20 mSv in den letzten 12 Monaten deutlich zugenommen.
Laut dem Artikel 47news.jp, 19. April 2011 hat das Ministerium für Bildung, Kultur, Sport, Wissenschaft und Technologie im Außenbereich für eine Stunde pro Tag an 13 Schulen der Präfektur Fukushima beschränkt, in denen die radioaktive Dosis wurde über 3,8 mSv nachgewiesen pro Stunde. Wenn ich umgewandelt pro Stunde pro Jahr: 3,8 mSv X24X365 = 33.288, also etwa 33 mSv pro Jahr. Dies übersteigt bereits die Grenze von 20 mSv pro Jahr für das Volk! Diese 13 Schulen aus drei Kindergärten, 6 Grundschulen und vier Hochschulen mit 3.560 Kindern zusammen sind in der Schule. Eine Grundschule ist 64,4 km von der Anlage entfernt. Dieses berühmte Beschränkung « eine Stunde pro Tag im Außenbereich » wurde nach der geänderten Vorschriften erst kürzlich festgelegten Grenzen von 20 mSv pro Jahr berechnet. Diese Grenze wurde für einen Erwachsenen gedacht, aber nicht ein Kind! In jedem Fall, in dem alle Schulen innerhalb der Sperrzone befinden muss.
Dies führt zu mehreren nuklearen Katastrophe tragischen Folgen: Die Behörden schändlich laufen ihr eigenes Land und empfehlen Gesetze extravagante Menschen, wobei letztere sich verpflichtet, Kinder Strahlung ausgesetzt verlassen, fangen Krankheiten wie Schilddrüsenkrebs, Leukämie, cérébropathie, Immunschwäche, etc., über. den kommenden Monaten und Jahren. Wäre dies auf Ihre Kinder, Ihre Enkel und Urenkel Ihre passiert, unterstützen Sie sie sehen?
Ich lese auch einen Blog-Post: Bioecology vom 17. April, ich zitiere, « sehen wir, wie schwierig es ist, zu entscheiden: Wer soll evakuiert werden, wenn mehrere Fragen müssen von Beamten, die diese Krise zu bewältigen teleskopierbar Welche Kriterien berücksichtigt werden. in der Anordnung der Evakuierung der Bevölkerung: die Höhe der Kontamination der Umgebungsluft atomosphere, Boden, Wasser, landwirtschaftliche Produkte, … Auf welcher Ebene der Kontamination, entscheiden wir, Menschen zu bewegen Menschen, die nicht mehr leben können über ihre Tätigkeiten (? Landwirte, Fischerei ,…), daher, die ohne Mittel, sollte sie evakuiert werden Wie Tausende von Menschen zu evakuieren (Verkehr, Planung ,…) in der Zeit, wo man alle diese Menschen Hauses:? kurze, mittlere und lange Begriff (vielleicht für immer)? Was sind die wirtschaftlichen, gesellschaftlichen, individuellen, … wie eine Evakuierung sind? In einer Krise dieser Größenordnung können wir systematisch das Vorsorgeprinzip anwenden? « 
Ich fragte mich die gleichen Fragen für einen Monat. Einige denken, « Warum gehst du nicht zu retten? » Ich habe nichts dagegen, aber wo? Meine Familie wohnt im gleichen Ort seit über 100 Jahren im Westen der Stadt Tokio. Selbst wenn ich in den Süden des Archipels zu bewegen, wie kann ich einen Job zu finden und ein gemütliches Zuhause? Eines Tages wird die Regierung auf, alle Evakuierten in der nördlichen Hälfte von Japan wird vorschlagen, in einem Fertighaus in der Region entvölkert leben? Über 13 Millionen Menschen arbeiten und wohnen in Tokio. Diese riesige Stadt hat bei der Evakuierung nicht durchsetzbar geführt. Doch die japanische Regierung weiterhin Kernkraftwerke durch die Berücksichtigung einer Frage, die von allen Seiten zu bauen. Ist die Französisch Regierung schaut diese Probleme läuft die Kampagne Pro-Atom? Ich schreibe meine Artikel zu Personen, die keine andere Wahl, als mit dem Pro-Atom leben dienen.
 
Asia, Japón, la planta de energía nuclear de Fukushima, Miércoles, 20 de abril 2011, 10:00 hora de París, la contaminación, radioactividad, las consecuencias – Tomotomo WARA Tokio – Acabo de leer un artículo publicado hoy muy chocante (20 de abril de 2011) por 47 noticias . jp: periódico japonés digital en Internet. Por último, la autoridad japonesa ha ejecutado una limitación terrible sobre los niños FUKUSHIMA!
Ya he mencionado los límites reglamentarios anual de la radiación en su blog, de 14 de abril de 2011, pero lo repito a continuación.
En Japón, las regulaciones se establecieron límites anuales de radiación a un milisievert (mSv) para la población y 20 mSv para los trabajadores. Sin embargo, 14 de abril de 2011, el gobierno japonés ha propuesto elevar el límite a 20 mSv por año para la población y de 10 mSv por año para los niños!
Según Wikiédia, Francia, el límite anual de radiación es de 20 mSv para los trabajadores y 1 mSv para la población. En 1992, la dosis efectiva máxima para una persona que trabaje bajo la radiación ionizante se fijó en 15 mSv por Europa (CERN e Inglaterra) y 50 mSv por Estados Unidos. Desde agosto de 2003, la dosis efectiva máxima es mayor a 20 mSv en los últimos 12 meses.
De acuerdo con el artículo 47news.jp, 19 de abril de 2011, el Ministerio de Educación, Cultura, Deportes, Ciencia y Tecnología ha limitado la exposición al aire libre durante una hora por día a 13 escuelas de la prefectura de Fukushima, en la que la dosis radioactiva se detectó por encima de 3,8 mSv por hora. Si convierte por hora al año: 3,8 mSv X24X365 = 33.288, es decir, cerca de 33 mSv por año. Esto ya excede el límite de 20 mSv por año para el pueblo! Estas 13 escuelas consta de tres escuelas infantiles, seis escuelas primarias y cuatro colegios con 3.560 niños en la escuela. Una escuela primaria se encuentra a 64.4 kilometros de la planta. Esta restricción famosos de « una hora de exposición al aire libre por día » se calculó de acuerdo a las normas modificadas recientemente fija los límites de 20 mSv por año. Este límite era para un adulto, pero no un niño! En cualquier caso, en todas las escuelas deben estar ubicados dentro del área restringida.
Esto lleva a varias consecuencias trágico desastre nuclear: las autoridades vergonzosamente gobernar su propio país y recomiendo a la gente las leyes extravagantes, éste se compromete a dejar a los niños expuestos a la radiación, contraer enfermedades como el cáncer de tiroides, leucemia cérébropathie, inmunodeficiencia, etc, más. los meses y años. Si esto hubiera sucedido con sus hijos, sus nietos y sus bisnietos, de apoyo a verlos?
También leí un post en el blog: Bioecología de fecha 17 de abril, cito, « vemos lo difícil que es decidir: ¿quién debe ser evacuado y cuando Varias preguntas deben ser telescopado de los funcionarios que administran esta crisis ¿Qué criterios se tienen en cuenta. al ordenar la evacuación de las poblaciones: el nivel de contaminación de la atomosphere ambiente, suelo, agua, productos agrícolas, … ¿A qué nivel de contaminación, lo que decidimos trasladar a las personas Las personas que ya no pueden vivir en sus actividades (? agricultores, pesca ,…), por lo tanto que no tienen recursos, que deben ser evacuados Cómo evacuar a miles de personas (transporte, planificación ,…) en tiempo Cuando a la casa de todas estas personas:?? a corto, mediano y largo plazo plazo (tal vez para siempre)? ¿Cuáles son los derechos económicos, sociales, individuales, … como una evacuación? En una crisis de tal magnitud, podemos aplicar sistemáticamente el principio de precaución?
Me hicieron las mismas preguntas durante un mes. Algunos piensan, « ¿Por qué no ahorrar? » No me importa, pero ¿dónde? Mi familia vive en el mismo lugar por más de 100 años en el oeste de la ciudad de Tokio. Incluso si me muevo al sur del archipiélago, ¿cómo puedo encontrar un trabajo y un hogar confortable? Un día, el Gobierno propondrá a todos los evacuados en la mitad norte de Japón para vivir en una casa prefabricada en la región despoblada? Cerca de 13 millones de personas que trabajan y residen en Tokio. Esta gran ciudad ha dado lugar a la evacuación inaplicable. Sin embargo, el gobierno japonés sigue construyendo plantas nucleares por parte de considerar cualquier asunto desde todos los aspectos. ¿El gobierno francés da a estos problemas al ejecutar la campaña pro-nuclear? Yo escribo mis artículos a servir a las personas que no tienen más remedio que vivir con el pro-nuclear.

Partager cet article

Repost0
23 avril 2011 6 23 /04 /avril /2011 09:24

 

GIS Planet a mis à jour, sur la Google Earth Community, un fichier KMZ pour Google Earth contenant de multiples ressources (photos, vidéos, ...) concernant le Japon et la centrale de Fukushima en particulier.

 

lien vers ce fichier  

 

 

Pour avoir accès à ces données, il faut préalablement installer Google Earth

 

lien pour télécharger et installer ce logiciel :

http://www.google.fr/intl/fr/earth/download/ge/agree.html

 

Partager cet article

Repost0
22 avril 2011 5 22 /04 /avril /2011 22:57

Voici un questionnement intéressant extrait de « l’électron libre » (n° 29) :

source : https://sites.google.com/site/glasnostsurfukushima/

 

Tepco annonce qu’il ne stabilisera pas le site avant 6 à 9 mois. Peut-on raisonnablement attendre un tel délai ? Que se passera-t-il s’il arrive un typhon ?

Pourtant cet événement n’est pas fortuit. Il se reproduit tous les ans, dans cette partie du monde. La partie nord ouest du pacifique est une des zones les plus soumises au typhon (cyclones). Il y en a en moyenne 2 par an sur le Japon, autour du mois de septembre.

En août ils passent au nord du japon ; en octobre au sud. Mais en septembre, ils balaient toute l’ile. Vu l’état des bâtiments il y a peu de doutes sur l’issue du résultat. Nous sommes face à la plus forte quantité de produits radioactifs laissés à l’air libre, au gré des vents, des pluies, ou des cyclones, qu’ait connue l’histoire du nucléaire.

Tout va partir à la mer ou sur l’ile. Le Japon ne met aucun moyen supplémentaire pour empêcher une telle issue. Le scénario est donc inévitable. Seule la date exacte n’est pas connue avec une grande précision. La plus vraisemblable est le 3 septembre 2011, comme chaque année.

On aurait pu penser qu’une course contre la montre était engagée. Non, dans l’indifférence générale, le gouvernement ne prend aucune mesure, laissant Tepco à ses moyens dérisoires. Le prochain typhon n’attendra pas Tepco.

 

Partager cet article

Repost0
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 21:46

Aujourd'hui j'ai reçu par mail ce texte d'une élève qui habitait tout près de la centrale nucléaire de Fukushima.

Son texte avait été publié le 30 mars 2011 sur 

http://ameblo.jp/tsukiji14/entry-10844839979.html

 

Texte poignant qui dit la vérité crue de la réalité de la catastrophe.

Qui voudrait vivre ça ?

 

 

 

TEXTE D'UNE LYCÉENNE JAPONAISE

Traduit en français par Violaine Mochizuki

 

Aidez-moi,
je suis une élève de Minami-Soma à Fukushima.

 

J’ai perdu des amis lors du Tsunami,
mes amis ont perdus leurs parents,
ma meilleure amie est restée coincée à Minami-Soma

parce la pénurie d’essence l’a empêchée de fuir.

 

Pour lui remonter le moral je n’ai que le téléphone et les emails.

 

Mes amis et moi nous nous battons maintenant
avec notre peur de la radioactivité.
Mais nous sommes découragés.

 

A l’âge de seize ans
je me prépare à la mort,
je la sens qui s’approche.
Même si je devais en sortir,
la peur de la radioactivité sera toujours à mes côtés.

 

Les hommes politiques, l’État,
les mass-médias, les experts,
les "boss" de la centrale nucléaire,
tous sont nos ennemis
tous sont des menteurs.

 

La télévision parle de moins en moins de la centrale nucléaire.
Toujours les mêmes photos du tsunami

et les interviews sans coeur des mass-médias,
des condoléances du bout des lèvres,
un homme politique qui qualifie l’accident nucléaire de "catastrophe naturelle".

 

Messieurs les politiciens, aidez-nous avec votre salaire et vos épargnes,
arrêtez de vivre dans le luxe et aidez les victimes à survivre.
Arrêtez de donner uniquement des ordres,
arrêtez de nous regarder d’un endroit sûr,
venez ici vous-même et aidez-nous.

 

Nous ... On nous a laissé tomber.
Fukushima sera sans doute isolé.
On nous laisse complètement tomber,
c’est l’État qui nous tue.
Nous, les victimes de la catastrophe,
nous ne pardonnerons jamais à l’État de nous avoir laissé tomber,
nous lui en voudrons toujours.

 

Voici ce que je voudrais dire à ceux qui lisent cette lettre :
Vous ne savez jamais quand une personne que vous chérissez disparaîtra.
Imaginez que la personne avec laquelle vous riez maintenant, disparaît l’instant suivant.
Soyez désormais plus attentifs à votre entourage.

 

Maintenant, l’école où nous avons passé notre jeunesse s’est transformée en morgue.
Des personnes qui ne bougeront plus jamais sont allongées dans la salle

où nous avons fait du sport et pratiqué nos activités de club.
Comment puis-je faire connaitre la réalité au plus grand nombre de personnes possible ?
Je serais heureuse si au moins une personne lit ce message.

 

Après avoir réfléchi je me suis permis d’écrire ce message.
Pardonnez-moi et je vous remercie.

Partager cet article

Repost0
19 avril 2011 2 19 /04 /avril /2011 21:30

[Données mises à jour de 2011 à 2018]

 

12 mars 2011 : à la suite de l'explosion du bâtiment du réacteur n°1 de la centrale de Fukushima Dai-ichi, un employé, griévement blessé, est resté piégé dans la grue-console de la cavité de ravitaillement. Il a été confirmé qu'il était décédé de ses blessures.

 

source :

 

http://www.world-nuclear-news.org/RS_Battle_to_stabilise_earthquake_reactors_1203111.html

 

15 mars 2011 : selon l'Agence japonaise de sûreté nucléaire, à la suite de l'explosion du bâtiment du réacteur n°4 de la centrale de Fukushima Daiichi, deux techniciens ont été portés disparus. L'agence ne précise pas l'identité des deux techniciens dont on est sans nouvelles et qui se trouvaient dans le secteur de la turbine du réacteur n°4.

http://fr.reuters.com/article/newsOne/idFRPAE72E10320110315

 

24 mars 2011 : un agriculteur de 64 ans s'est pendu après avoir pris connaissance de l'interdiction de consommer du chou et autres légumes provenant de la préfecture de Fukushima en raison de la contamination radioactive. Il s'était lancé dans l'agriculture biologique il y a une trentaine d'années, et la production du chou était une des spécialités de son exploitation.

 

source :

 

http://www.asahi.com/english/TKY201104270132.html

 

 

 

14 avril 2011 : le doyen du village d’Iitate, âgé de 102 ans, s’est donné la mort après avoir appris que son village, situé à 40 km de la centrale de Fukushima, devait être évacué. Iitate se trouve en effet faire partie des 5 localités que le gouvernement nippon a décidé le 11 avril de faire évacuer d’ici un mois, avec Katsurao, Namie, Kawamata et Minamisoma, en plus de la zone de 20 km autour de la centrale.

Histoire détaillée (courrier International).

 

source :

 

http://www.france24.com/fr/20110414-fukushima-centenaire-suicide-plutot-devoir-quitter-maison

 

7 ans plus tard... Tepco est condamné à indemniser la famille du centenaire

lire : https://www.tdg.ch/monde/asie-oceanie/tepco-condamne-suicide-centenaire/story/20169999

 

 

 

mars-avril 2011 : 45 personnes parmi 440 patients de l'hôpital (340) et de l'hospice (100) adjacent de Futaba à Okuma sont décédées après l'évacuation forcée. Les autorités sont en train d'enquêter pour comprendre pourquoi 90 patients ont été abandonnés sur place. Après le tremblement de terre et la coupure d'électricité suivis de l'ordre d'évacuer, le 12 mars, 209 personnes en mesure de marcher sont parties avec le personnel. Les grabataires et les personnes handicapées n'ont pas pu suivre. Le directeur de l'hôpital aurait alerté les autorités qui ne sont intervenues que le 14 mars. Entre temps, les patients abandonnés étaient dans un état déplorable. Ils souffraient de déshydratation car ils n'avaient rien eu à manger pendant 3 jours. L'abri supposé les accueillir n'avait aucune structure médicale. 10 sont décédés pendant ou après l'évacuation. 21 autres sont partis le 15 mars en bus pour l'hôpital d'Aizu. 6 autres sont décédés dans les jours qui ont suivi. Le 6 avril la police a découvert 4 corps à l'hôpital de Futaba. Ils n'ont jamais été évacués. Pour l'un d'entre eux, le certificat de décès mentionne : "décédé le 14 mars d'un cancer du poumon". D'autres patients, évacués vers d'autres lieux sont aussi décédés. (D'après une enquête publiée dans le quotidien Mainichi du 26 avril)

 

source :

 

http://sciencepourvousetmoi.blogs.sciencesetavenir.fr/

 

 

 

14 mai 2011 : un sexagénaire, M. Osumi, employé sur le site de Daiichi par la sous-traitance dans la tranche horaire 6h-9h à des travaux de déblaiement et de portage (il transportait une scie électrique), s’est senti mal le jeudi 12 mai et, après avoir été transporté à l’hôpital, il y est décédé le samedi 14 mai vers 9h30 ; selon Tepco, il n’avait pas reçu une forte dose d’irradiation (0,17 mS), mais la fatigue, le stress…

 

sources :

 

http://english.kyodonews.jp/news/2011/05/91037.html

 

http://headlines.yahoo.co.jp/hl?a=20110514-00000293-yom-soci

 

http://www.pauljorion.com/blog/?p=24276

 

https://www.facebook.com/video/video.php?v=10150207405583429&oid=130476773694394&comments

http://japon.aujourdhuilemonde.com/le-japon-reconnait-la-mort-par-surmenage-dun-%C2%AB%C2%A0liquidateur%C2%A0%C2%BB-de-fukushima

 

 

 

 

15 juin 2011 : un éleveur de bovins de Soma (préfecture de Fukushima), s'est suicidé en laissant ce message : "Je souhaite qu'il n'y ait pas de centrale nucléaire". L'homme avait été contraint d'abattre une partie de son troupeau et de fermer son entreprise laitière à cause de l'accident de Fukushima Daiichi. Il a été retrouvé samedi pendu dans une étable où il avait écrit sur les murs : "J'ai perdu toute ma motivation au travail", "Pour les autres éleveurs, ne succombez pas à la centrale nucléaire".

 

source :

 

http://www.yomiuri.co.jp/dy/national/T110614004193.htm

 

 

 

3 juillet 2011 : selon une enquête du Yomiuri, 77 personnes âgées qui ont dû évacuer leur maison de retraite sont décédées dans les 3 mois qui ont suivi la catastrophe. C'est 3 fois plus que les 25 décès enregistrés pendant la même période l'année précédente. Elles avaient entre 68 et 104 ans.

 

source :

 

http://www.acro.eu.org/chronoFukushima.html

 

 

 

16 août 2011 : Un employé de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi est mort d’une leucémie foudroyante. Il avait travaillé pour Tepco durant une semaine, affecté à la surveillance de points chauds, pour éviter l’irradiation inutile des ouvriers. Tepco a fait savoir que sa mort n’a pas de lien avec son activité au sein de la centrale. Il n’aurait reçu que 0,5 mSv en externe, et aucune irradiation interne. TEPCO a souligné que sa mort était une affaire privée et que l’entreprise n’avait aucune intention d’enquêter plus loin maintenant que le médecin avait démenti toute relation entre le décès et le travail à Fukushima Daiichi.

 

sources :

 

http://ex-skf.blogspot.com/2011/08/worker-died-of-acute-leukemia-tepco.html

 

http://blogs.wsj.com/japanrealtime/2011/08/31/fukushima-daiichi-death-not-related-to-plant-work-tepco/

 

 

 

     

 

16 septembre 2011 : Un pêcheur / journaliste, Abe Hiroto, qui tenait une chronique régulière dans le journal "Rod & Reel", est mort d’une leucémie lymphoïde aiguë le 16 septembre à l'âge de 24 ans après avoir été hospitalisé le 26 août. Il mangeait du poisson de Fukushima. Ses amis et ses collègues ne pensent pas que c'était à cause de l'accident nucléaire, mais ils n'excluent pas cela. 

source :

http://ex-skf.blogspot.com/2011/11/angler-who-died-of-acute-lymphocytic.html

http://media.yucasee.jp/posts/index/9658

 

Entre juillet et octobre 2011 : un travailleur de 21 ans est mort d’un infarctus. Il avait travaillé à la centrale de Fukushima Daiichi de mars à juillet 2011. Il est  mort chez lui, et aucune autopsie n’a été réalisée. Cette mort n’est donc pas comptabilisée. Cette information a été donnée par M. Sakuma, commerçant à Kawamata-machi ‒ à 22 km à l’est du site nucléaire ‒ lors d’une interview accordée au journaliste Iwakami Yasumi. Accablé par les banques à qui il devait 30 millions de yens, cet homme est allé travailler à la centrale tout en étant bien conscient des risques qu’il encourait.

 

source :

http://fukushima-diary.com/2011/10/news-a-raged-fukushima-citizen-talks-about-everything/

 

6 octobre 2011 : Un travailleur employé à la centrale nucléaire accidentée de Fukushima est décédé subitement jeudi, mais les radiations ne seraient pas en cause, a indiqué la compagnie exploitante du site. L'homme, d'une cinquantaine d'années, est mort jeudi matin après avoir été transporté la veille à l'hopital à la suite d'un malaise en début de journée. Selon la compagnie Tokyo Electric Power (Tepco), il a oeuvré 46 jours à Fukushima Daichi, à l'extérieur des bâtiments, travaillant à l'installation de réservoirs pour le traitement des eaux contaminées. L'homme n'aurait reçu qu'une dose cumulée de radiations de 2,02 millisieverts, selon Tepco, nettement inférieure à la limite annuelle autorisée. "Il est difficile dès lors d'imaginer que la radioactivité puisse être à l'origine de son décès", a expliqué la compagnie à l'AFP. La cause de la mort de cet ouvrier n'a pas été révélée, étant en cours d'investigation. Depuis l'accident du 11 mars, déclenché par le séisme et le tsunami qui ont endommagé les systèmes de refroidissement des réacteurs de cette centrale du nord-est, de nombreux travailleurs oeuvrent à Fukushima dans le but d'y stabiliser la situation d'ici à la fin de l'année. Ce décès est le troisième enregistré parmi les personnes employées dans la centrale depuis l'accident, sans compter deux salariés morts le jour du tsunami.Dans tous les cas, la responsabilité des radiations a été écartée.

(Source AFP) : http://www.liberation.fr/sciences/01012364123-fukushima-un-employe-est-mort-subitement-pas-a-cause-des-radiations

Autre source du 11 octobre 2011 (sans doute le même évènement) :  Un employé d'une cinquantaine d'années est mort brusquement alors qu'il se rendait à la centrale de Fukushima Daiichi. Tepco (l'opérateur du site) affirme que ce décès est sans rapport avec les radiations ou la surcharge de travail, et soutient qu'il en va de même pour les récents décès de deux autres liquidateurs. "Le premier technicien est mort d'un infarctus, le deuxième d'une leucémie aiguë", rappelle l'Asahi Shimbun.

source : http://www.courrierinternational.com/breve/2011/10/11/un-troisieme-liquidateur-mort-a-fukushima

 

 

 

12 décembre 2011 : Lors de la conférence de presse du jour TEPCo a annoncé qu’un homme de 60 ans est décédé lors de la décontamination de la centrale de Fukushima. Ils ont assuré, comme pour les morts précédentes, que cela n’avait rien à voir avec la radioactivité.

 

13h00: un membre de l'équipe a remarqué qu'il n'était pas rentré du travail. Ils l'ont trouvé inconscient dans sa voiture.

 

13h08: arrivée des ambulanciers. La réanimation a commencé.

 

13h26: Il a été envoyé à l'hôpital.

 

14h00: Ils ont confirmé sa mort.

 

sources :

 

http://www.minpo.jp/view.php?pageId=21096&blockId=9914979&newsMode=article

 

http://fukushima-diary.com/2011/12/a-man-died-at-decontamination-in-fukushima/#.TuXILdIo55w.facebook

 

 

 

 

 

 

9 janvier 2012 :

Aux environs de 14h22 le 9 Janvier, à l'installation de stockage des boues usées (*) de la centrale nucléaire Fukushima Daiichi (1F), un travailleur d'une entreprise sous-traitante qui avait été engagé dans le travail de coulage de béton, a eu des troubles physiques. Il a été emmené à la salle des urgences médicales de l'Unité de 1F de 5 / 6 et a reçu un traitement médical. Parce qu'il était en arrêt cardiorespiratoire, il a été transféré à l’hôpital Kyouritsu d’Iwaki  Hôpital à 15h25. Aucune matière radioactive n’a été trouvée attachée au corps du travailleur.
Aux alentours de 13 heures le 11 Janvier, sa mort a été confirmée par un médecin à 5:02 pm le 9 Janvier.
* Usine de stockage des boues : les installations de stockage des boues radioactives qui sont produites pendant le processus de traitement des eaux accumulées, sur une base temporaire ".

 

source :

 

http://www.tepco.co.jp/en/press/corp-com/release/12011107-e.html

 

     

 

5 février 2012 : Selon une enquête menée par le Yomiuri Shimbun dans 13 municipalités dont les territoires sont contaminés, 573 personnes sont décédées suite à la catastrophe survenue dans la centrale de Fukushima.

 

source :

 

http://www.yomiuri.co.jp/dy/national/T120204003191.htm

 

 

 

 

20 mars 2012 : une femme de 50 ans qui est entrée dans la zone interdite est décédée à Namie-machi dans la préfecture de Fukushima, à 11 heures le 20 mars 2012.

 

Cette femme était entrée dans cette zone avec un permis délivré aux entreprises pour retirer un équipement lourd hors de la zone. Elle a été transportée dans une ambulance dans un hôpital de Minami Soma City, mais sa mort a été confirmée au quartier général local d'urgence nucléaire. Elle était soudainement tombé malade, s’était rendue à la salle de bain, où elle avait perdu conscience et s'était effondrée.

 

 

 

sources :

 

http://ex-skf.blogspot.it/2012/03/woman-in-her-50s-dies-inside-no-entry.html?utm_source=twitterfeed&utm_medium=twitter

 

http://www.47news.jp/CN/201203/CN2012032001001682.html

 

     

 

22 août 2012 : Un employé de la centrale nucléaire, âgé d'une cinquantaine d'années, est mort d'un arrêt cardiaque, a annoncé le gérant du site jeudi 23 août. L'opérateur Tokyo Electric Power (Tepco) a estimé que ce décès ne semblait pas lié aux niveaux de radiation élevés. Selon Tepco, ce travailleur a été victime d'un arrêt cardiaque mercredi alors qu'il travaillait à l'installation d'un système de stockage pour de l'eau radioactive. Le personnel médical n'a pu que constater son décès. "Il ne semble pas y avoir de lien de causalité entre sa mort et la radioactivité car il est mort d'une attaque cardiaque", a souligné un porte-parole. Une dose cumulée de 25,24 millisieverts a été mesurée sur l'employé décédé, d'après Tepco. 

 

sources :

http://lexpansion.lexpress.fr/entreprise/fukushima-un-employe-decede-les-scientifiques-craignent-le-pire_326984.html

 

 

27 février 2013 : NHK a annoncé qu’un homme de 50 ans ayant travaillé à la centrale de Fukushima Daiichi était mort le 27 février 2013 (hôpital d'Iwaki). Il avait travaillé en particulier sur la préparation de la couverture de l’unité 3. Il avait cumulé 25 mSv depuis juin 2011. On ne connaît pas la cause de sa mort.

 

source :

http://ex-skf.blogspot.fr/2013/02/another-fukushima-i-nuke-plant-worker.html

 

 

19 juin 2013 : A la suite de la maladresse d'une députée Japonaise, le bilan de la catastrophe nucléaire Japonaise a été réactualisé par la préfecture de Fukushima : ce sont 1415 décès qui sont aujourd'hui officiellement liés aux conséquences de l'accident nucléaire. (Mais probable confusion avec les victimes de la catastrophe naturelle séisme + tsunami)

http://www.midilibre.fr/2013/06/19/pas-de-deces-dus-a-fukushima-une-elue-declenche-la-colere,719294.php

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2013/06/19/97002-20130619FILWWW00266-fukushima-une-elue-declenche-la-colere.php

 

 

11 mars 2014 : De nombreux journaux en France reprennent cette info de l'AFP, par exemple Le Monde : "Officiellement, aucun décès n'a été enregistré comme conséquence directe des émissions radioactives de la centrale. Pourtant, selon des statistiques officielles relayées par l'AFP, 1 656 personnes sont mortes dans la préfecture de Fukushima de stress, de suicides ou de complications de santé."  Mais attention, le journaliste de l'AFP qui rapporte ce nombre a confondu la catastrophe naturelle et la catastrophe nucléaire. Sur les 1656 victimes, la source japonaise indique que 1607 décès ont été causés par le séisme et le tsunami dans la préfecture de Fukushima.

http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/03/11/la-catastrophe-nucleaire-de-fukushima-trois-ans-apres_4380367_3244.html

Autres journaux, voir cet article : http://blogs.mediapart.fr/edition/nucleaire-lenjeu-en-vaut-il-la-chandelle-pour-lhumanite/article/180314/zero-sur-20-mon-quotidien-playbac-qui-ecrit ]

Source d'origine (Nikkei) : http://www.nikkei.com/article/DGXNZO67095920Q4A220C1CR8000/

 

 

28 mars 2014 : Un travailleur a « été enseveli sous des sédiments » lors de travaux d’excavation près d’une zone destinée à l’entreposage de détritus, a expliqué un porte-parole de Tepco, Masayuki Ono, lors d’une conférence de presse.

« Il a été transporté à l’hôpital où son décès a été confirmé », a-t-il ajouté, précisant que c’était « la première fois depuis l’accident atomique du 11 mars 2011 qu’un ouvrier meurt en cours de travaux sur le site ».

Cet ouvrier effectuait des préparatifs pour l’entreposage de détritus. Il était à l’intérieur d’un trou quand il a été enseveli par de la terre, selon les premières explications.

« Il a été conduit inconscient dans une salle de soins d’urgence puis dans un hôpital d’Iwaki, une des villes les plus proches hors de la zone évacuée », à plusieurs dizaines de kilomètres.

« Les services de police sont en train d’enquêter sur place et d’interroger les témoins », a aussi précisé M. Ono.

« Nous n’avons pas pour le moment d’autres informations à donner », s’est-il excusé. Il ne s’agit pas d’un employé de Tepco mais d’un ouvrier quinquagénaire travaillant pour une autre société.

http://www.nipponconnection.fr/un-ouvrier-decede-a-la-centrale-fukushima-daiichi/

 

Lors de l’accident, le blessé, un quinquagénaire, a été transporté par ambulance dans un hôpital à plus de 40 kilomètres de la centrale isolée dans une zone désertée. Il a fallu plus d’une heure de route pour atteindre l’établissement où son décès a été confirmé. Il s’était alors écoulé plus de trois heures depuis l’accident.

http://www.liberation.fr/monde/2014/03/29/fukushima-des-travailleurs-en-colere-apres-la-mort-d-un-des-leurs_991328

 

 

30 août 2014 :

56 personnes se sont suicidées depuis 2011 La compagnie d'électricité de Tokyo (Tepco) a été condamnée le 26 août à verser 49 millions de yens (357 000 euros) de dédommagements à la famille d'une femme s'étant suicidée à cause de la catastrophe nucléaire de Fukushima de mars 2011. Hamako Watanabe a mis fin à ses jours en s'immolant par le feu en juillet 2011, devant sa maison de Kawamata, village situé à une soixantaine de kilomètres de la centrale. Elle souffrait d'une grave dépression après avoir dû, comme 150 000 autres personnes, évacuer son domicile à cause de la contamination radioactive.

C'est la première fois que Tepco est jugé devant un tribunal et, selon les avocats de la famille Watanabe, le verdict « aura un impact fort dans les affaires liées aux accidents nucléaires ». Les différends entre la compagnie et les victimes de l'accident nucléaire se réglaient jusque-là au travers d'un organe d'arbitrage spécial. Selon la police, 56 personnes se sont suicidées dans le département de Fukushima depuis le séisme, le tsunami et l'accident nucléaire de 2011.

 source : http://www.lemonde.fr/planete/article/2014/08/30/la-catastrophe-de-fukushima-plus-couteuse-que-prevu_4479262_3244.html

 

11 septembre 2014 : Une tribune de Cécile Asanuma-Brice du 23 septembre 2014 rapporte : "Selon le journal Tokyo Shimbun, plus de 1100 décès sont comptabilisés au 11 septembre"

http://www.liberation.fr/terre/2014/09/23/la-legende-fukushima_1106968

source Tokyo Shimbun : http://www.tokyo-np.co.jp/article/national/news/CK2014091102000147.html

 

 

1er août 2015 :

Tepco rapporte qu’un travailleur de Fukushima est mort le 1er août. Il s’agit d’un homme d’une trentaine d’années. Ce jour-là, il a travaillé de 6h00 à 9h00 au projet de mur souterrain congelé. En rentrant chez lui il s’est arrêté au “J-village” parce qu’il se sentait malade. Il a immédiatement été hospitalisé mais sa mort a été confirmée autour de 13h00.

http://fukushima-diary.com/2015/08/another-fukushima-worker-died-after-leaving-the-frozen-wall-area-tepco-the-cause-of-death-is-not-identified/

http://www.tepco.co.jp/nu/fukushima-np/handouts/2015/images/handouts_150803_04-j.pdf
http://www.tepco.co.jp/tepconews/library/archive-j.html?video_uuid=j6ozz5yx&catid=69619

http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/6333-fukushima-japon-deces-inexplique-employe-centrale.html?xtref=https%3A%2F%2Fwww.facebook.com#https://www.facebook.com

 

8 août 2015

Selon Tepco, un travailleur sous-traitant est mort dans la centrale nucléaire de Fukushima en début de matinée du 8 août 2015.

Il s'agit d'un homme de 52 ans. Sa tête a été prise par le couvercle d'un camion-pompe. Le chauffeur qui l'a trouvé l'a envoyé aux urgences environ 30 min plus tard. Néanmoins, sa mort a été confirmée 90 mins après sa découverte.
Ce travailleur décédé était en train de nettoyer ce camion qui est utilisé dans la zone du mur d'eau congelée. C'est dans cette même zone qu'un autre travailleur est mort.

Tepco a affirmé au cours de sa conférence de presse que le travailleur décédé avait demandé à l'opérateur de fermer le couvercle. Il est difficile de comprendre pourquoi il a mis sa tête sous le couvercle en train de se refermer. Il est possible qu'il ait perdu conscience juste avant.

http://www.tepco.co.jp/…/20…/images/handouts_150808_01-j.pdf
http://www.tepco.co.jp/cc/press/2015/1257026_6818.html
http://www.tepco.co.jp/cc/press/2015/1257024_6818.html
http://www.tepco.co.jp/tepconews/library/archive-j.html…

http://photo.tepco.co.jp/date/2015/201508-j/150808-01j.html

(source : Fukushima Diary)

 

21 août 2015

On a signalé aux urgences qu’un travailleur sous-traitant avait perdu connaissance le 21 août 2015 à 13h10. Ce travailleur transportait du matériel pour les eaux extrêmement radioactives retenues à côté du bâtiment de la turbine du réacteur 1.
Il a été envoyé en ambulance à l’hôpital d’Iwaki Kyouritsu mais sa mort a été confirmée à 15h47. Son âge et son sexe ne sont pas précisés.

http://www.tepco.co.jp/nu-news/2015/1258173_6869.html
http://www.tepco.co.jp/nu/fukushima-np/handouts/2015/images/handouts_150821_10-j.pdf

(source : Fukushima Diary)

 

 

26 août 2015

Le journal Nikkan Gendai rapporte que depuis 2011, "64 travailleurs ont eu des blessures mortelles à la centrale nucléaire de Fukushima". Pourtant, Tepco n'avait déclaré à cette date que 13 décès aux médias.

http://www.nikkan-gendai.com/articles/view/news/163113

http://blogs.mediapart.fr/blog/cecile-asanuma-brice/191015/fukushima-bilan-d-une-situation-sanitaire-inquietante

Il s'agit probablement d'une erreur du journal Nikkan Gendai car, selon le site Jiji.com, il s'agit de 64 victimes d'accidents du travail (dus à l'hyperthermie, à des chutes, à des blessures, etc.), mais pas forcément mortelles.

http://www.jiji.com/jc/zc?k=201504/2015043000987

 

 

9 septembre 2015

Un travailleur sous-traitant a été trouvé inconscient dans les toilettes de l’entrée du bâtiment de gestion de la centrale de Fukushima le 9 septembre à 12h45.
Environ 10 minutes plus tard, il a été confirmé être en état d’arrêt cardio-ventilatoire.
Sa mort a été confirmée par l’hôpital de Iwaki Kyouritsu à 15h10.
Son identité n’a pas été divulguée.
Son niveau d’irradiation n’est pas donné non plus.

http://www.tepco.co.jp/nu/fukushima-np/handouts/2015/images/handouts_150909_13-j.pdf

http://www.tepco.co.jp/nu-news/2015/1259686_6869.html

(source : Fukushima Diary)

 

16 février 2016

"Quatre ans après la catastrophe, le bilan est éloquent. La catastrophe nucléaire a provoqué 1979 décès indirects (suicides, crises cardiaques) contre 1373 pour le tsunami alors que les victimes directes de la catastrophe naturelle sont plus nombreuses"

source : http://www.sciencesetavenir.fr/nature-environnement/nucleaire/20160215.OBS4653/accident-nucleaire-les-lecons-japonaises.html

 

 

 

 

7 septembre 2018

Fukushima : le Japon admet pour la première fois le lien entre l'exposition aux radiations et un décès

Selon les médias nationaux, le Japon reconnaît, pour la première fois, qu'un décès d'un employé travaillant à la centrale de Fukushima est lié à l'exposition à des radiations.

La victime, âgée d'une cinquantaine d'années, a développé un cancer du poumon diagnostiqué en février 2016, après avoir participé au moins à deux reprises aux travaux d'urgence à Fukushima entre mars et décembre 2011, après la survenue du tsunami qui avait dévasté la centrale le 11 mars 2011. Il était en charge de la mesure de la radiation dans la centrale, revêtu, selon les informations disponibles, d'un masque et d'une combinaison de protection.

C'est la première fois que les autorités japonaises reconnaissent l'association entre l'exposition aux radiations et la mort de cet employé selon le quotidien « Mainichi ». Le ministère de la Santé, du Travail et de la Sécurité sociale a décrété que des indemnités devraient être versées à la famille.

Le gouvernement a en revanche déjà versé des compensations à quatre autres employés, atteints d'un cancer. 

L'accident nucléaire de Fukushima, le pire depuis Tchernobyl en avril 1986, a entraîné l'évacuation de centaines de milliers d'habitants. Ses conséquences sanitaires sont encore sujettes à polémiques. Selon un dernier bilan de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) publié en mars 2018, malgré l'augmentation de la prévalence de nodules tumoraux de la thyroïde chez les enfants, il est encore « prématuré de se prononcer sur une éventuelle augmentation des cancers de la thyroïde consécutive à l'accident chez les enfants présents en 2011 dans la préfecture de Fukushima ». Mais en 2016, deux ONG de médecins militant contre l'énergie nucléaire évoquaient une fourchette allant de 9  600 à 66  000 cancers supplémentaires, liés à l'accident de 2011.

(Coline Garré, Le Quotidien du médecin.fr)

21 janvier 2019

Dans un rapport du 22/01/2019, Tepco a brièvement annoncé qu'un ouvrier de Fukushima avait été confirmé mort le jour précédent. Le rapport n'a que quelques lignes, aucun détail n'est révélé, y compris la cause du décès. Même le communiqué de presse ne mentionne pas cette mort. Les comptes-rendus quotidiens des jours suivants l’ont ignoré totalement. Selon le reportage, dans l'après-midi du 21/01/2019, un employé de Fukushima d'une société sous-traitante est tombé inconscient. Le travailleur a été transporté d'urgence, mais il a été confirmé qu'il était mort pendant la journée.


Sources :
http://www.tepco.co.jp/press/report/2019/1512386_8985.html

rapporté par Iori Mochizuki dans le blog Fukushima Diary

http://fukushima-diary.com/2019/02/another-fukushima-worker-died-no-details-announced/

 

Tableau récapitulatif

Travailleurs morts à Fukushima déclarés par Tepco (sauf le n°6)

 

Date

Nom

Age

Sexe

Travail

Circonstances du décès

Cause officielle du décès

1

12/03/11

inconnu

Inconnu

H

Grutier

Piégé dans une grue du réacteur n°1

Décédé de ses blessures

2

15/03/11

inconnu

inconnu

H

Technicien

Explosion du BR4. Dans le sous-sol du bâtiment turbine ? (info Yoshida, L’accident de Fukushima Daiichi Vol 2 p. 280)

inconnue

3

15/03/11

inconnu

inconnu

H

Technicien

Explosion du BR4. Dans le sous-sol du bâtiment turbine ? (info Yoshida, L’accident de Fukushima Daiichi Vol 2 p. 280)

inconnue

4

14/05/11

M. Osumi

sexagénaire

H

Déblaiement et portage de matériel

Il transportait un outil

Fatigue et stress

5

16/08/11

inconnu

Inconnu

H

Surveillance de points chauds

inconnues

Leucémie foudroyante

6

Entre juillet et octobre 2011

inconnu

21 ans

H

inconnu

Mort chez lui

Infarctus

7

06/10/11

inconnu

quinquagénaire

H

Installation de réservoirs pour le traitement des eaux contaminées

inconnues

Mort subite

8

12/12/11

inconnu

60 ans

H

Décontamination de la centrale

Trouvé inconscient dans sa voiture

inconnue

9

09/01/12

inconnu

inconnu

H

Installation de stockage des boues usées : coulage de béton

Troubles physiques lors de son travail

arrêt cardiorespiratoire

10

20/03/12

inconnu

50 ans

F

Retrait d’un équipement lourd hors de la zone contaminée

Soudainement tombée malade, perte de conscience

inconnue

11

22/08/12

inconnu

quinquagénaire

H

Installation d'un système de stockage pour de l'eau radioactive

Arrêt cardiaque

Attaque cardiaque

12

27/02/13

inconnu

50 ans

H

Préparation de la couverture de l’unité 3

inconnues

Inconnue

13

28/03/14

inconnu

quinquagénaire

H

Travaux d’excavation près d’une zone destinée à l’entreposage de déchets

Il était à l’intérieur d’un trou quand il a été enseveli par de la terre.

Accident du travail

14

01/08/15

inconnu

Trentenaire

H

Projet de mur souterrain congelé

Il s’est senti mal en rentrant chez lui.

Inconnue

15

08/08/15

inconnu

52 ans

H

Nettoyage d’un camion qui est utilisé dans la zone du mur d'eau congelée

Sa tête a été prise par le couvercle d'un camion-pompe. Possible perte de conscience

Accident du travail

16

21/08/15

inconnu

inconnu

inconnu

Transport de matériel pour les eaux extrêmement radioactives retenues à côté du bâtiment de la turbine du réacteur 1

inconnues

Arrêt cardio-ventilatoire

17

09/09/15

inconnu

inconnu

H

Inconnu

Trouvé inconscient dans les toilettes de l’entrée du bâtiment de gestion de la centrale

inconnu

18

05/09/18

inconnu

Quinquagénaire

H

Employé

Cet employé était chargé de mesurer la radioactivité dans la centrale ; il portait alors un masque et une combinaison de protection.

Cancer des poumons apparu en février 2016 suite à l’exposition à la radioactivité

19

21/01/19

inconnu

inconnu

H

Employé d'une société sous-traitante

inconnues

Inconnue

D'autres morts ne sont pas comptabilisés par Tepco, comme le souligne Olivier Cabanel dans son article " Fukushima, le mythe du zéro morts" :

"Comment se fait-il dès lors que les gestionnaires de l’accident japonais continuent de prétendre qu’aucune mort ne serait consécutive à la catastrophe nucléaire ?

Une partie de la réponse nous vient d’une journaliste japonaise indépendante Mako Oshidori.

Elle était présente à la conférence de presse qui a suivi la conférence organisée par la section allemande de l’IPPNW (l’international Physicians for Prevention of Nuclear War) qui s’est tenue le 6 mars 2014, et elle a indiqué avoir découvert une étrange note de TEPCO qui disait clairement qu’il fallait « couper court aux questions de la journaliste de manière appropriée ».

La journaliste, riche de 3 ans d’études à la faculté de médecine de l’université des sciences de la ville de Tottori, a révélé que Tepco et le gouvernement censuraient la mort des travailleurs de Fukushima, et qu’elle avait été suivie par des agents dès qu’elle avait commencé à enquêter, prouvant la réalité de ses affirmations en produisant une photo prise à l’insu de l’agent qui la surveillait.

Elle a malgré tout réussi à interviewer un infirmier qui travaillait dans la centrale nucléaire de Fukushima après l’accident, et qui a cessé son travail en 2013. lien

Extrait : « jusqu’à maintenant plusieurs travailleurs de la centrale sont morts, mais seuls les décès de ceux qui sont morts pendant le travail sont rendus publics, et aucuns de ceux qui sont morts brutalement lorsqu’ils n’étaient pas en poste, n’est rapporté (…) il y a des travailleurs qui après avoir fini leur contrat, fortement irradiés finissent par mourir un mois plus tard, mais aucun d’eux n’est ni signalé, ni pris en compte au bilan des morts … ». lien

Ces révélations confirment des rapports antérieurs, faisant état du mépris criminel de Tepco envers les vies humaines."

Qui compte le nombre de travailleurs morts à Fukushima ?

 

 

 

 

 

 

----------------------------------------

 

 

 

Pour rappel, en France, il y a 35 ans, le nucléaire faisait sa première victime

 

Le 31 juillet 1977, 60 000 personnes étaient venues manifester pacifiquement contre le projet Superphénix. Mais de violents affrontements avaient eu lieu, d’où des blessés par dizaines dont des graves (main et jambe arrachées), et un mort, Vital Michalon, physicien de 31 ans, atteint à la poitrine par une grenade.

 

source :

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Manifestation_%C3%A0_Creys-Malville_en_1977

 

 

 

Par ailleurs, la catastrophe de Tchernobyl, de 1986 à 2004, a provoqué la mort d'environ 985 000 personnes dans le monde.

source :

Chernobyl : Consequences of the Catastrophe for People and the Environment

 

     

 

Enfin, il faut le savoir, dans le monde, la radioactivité a fait au moins 65 millions de morts.

 

source :

http://www.euradcom.org/2003/nouvellesnormes.htm

 

Partager cet article

Repost0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 21:04

Pourquoi les communiqués de Tepco sur la radioactivité ne concernent généralement que l’iode-131 et pas les autres éléments cesium, uranium, plutonium, strontium et transuraniens (Les transuraniens sont des éléments chimiques plus lourds que l'uranium : neptunium, plutonium, américium et curium ; dans un réacteur, ils dérivent de l'uranium lors de réactions secondaires)

 

Voici un tableau de l'IRSN récapitulant ce qu'on peut trouver entre autres dans les déchets d'une centrale nucléaire :

 

Radionucléide 

Période radioactive 

Emissions principales

Principal descendant

Origines principales

Tritium (3H)

12,32 ans

Bêta 

3He

Cosmique, essais nucléaires, rejets de l’industrie nucléaire et horlogère

Carbone 14 (14C)

5730 ans

Bêta 

14N

Cosmique, essais nucléaires, rejets de l’industrie nucléaire et de la recherche

Cobalt 60 (60Co)

5,27 ans

Bêta , gamma 

60Ni

Rejets de l’industrie nucléaire

Strontium  90 (90Sr)

28,78 ans

Bêta 

90Y

Essais nucléaires, rejets de l’industrie nucléaire

Iode  131 (131I)

8 jours

Bêta , gamma 

131Xe

Rejets de l’industrie nucléaire et des services de médecine nucléaire

Césium  137 (137Cs)

30,07 ans

Bêta , gamma 

137Ba

Essais nucléaires, accident de Tchernobyl, rejets de l’industrie nucléaire

Plutonium  238 (238Pu)

87,7 ans

Alpha 

234U

Essais nucléaires, rejets de l’industrie nucléaire

Plutonium  239+240 (239+240Pu)

24100 ans et 6560 ans

Alpha 

235+236U

Essais nucléaires, rejets de l’industrie nucléaire

 

Mais on a aussi d’autres radionucléides artificiels qui sont mesurés de manière plus ponctuelle dans les milieux aquatiques continentaux et marins sous influence des rejets des installations nucléaires :

 

le manganèse 54 (54Mn),

les cobalts 58 et 60 (58Co et 60Co),

l’argent 110 métastable (110mAg),

l'iode 129 (129I)

le ruthénium 106 (106Ru)

le césium 134 (134Cs)

 

source IRSN : http://www.mesure-radioactivite.fr/public/spip.php?rubrique91

 

La réponse est dans le tableau : pour Tepco, il vaut mieux communiquer sur un élément qui a une période de 8 jours que sur d'autres qui resteront dangereux durant des dizaines, des centaines, des milliers d'années. Du coup, l'information est dédramatisée. On surinforme sur des choses insignifiantes, ça occupe le terrain, mais on prend soin de ne pas tout dévoiler. Comment la communauté scientifique internationale peut-elle accepter ce manque de transparence ? Combien de temps les citoyens du monde accepteront-ils encore de se faire polluer lentement et irrémédiablement pour des milliers d'années par une entreprise privée véreuse ?

Partager cet article

Repost0
18 avril 2011 1 18 /04 /avril /2011 20:32

Dimanche 17 avril, un robot a mesuré des débits de doses allant de 10 à 49 millisieverts (mSv) par heure dans l’unité 1 (côté nord), et de 28 à 57 mSv dans l’unité 3.

Comparés aux taux habituels des réacteurs en temps normal (0,01 mS/h), ces chiffres montrent une radioactivité de 1000 à 5700 fois supérieure à la normale.

C'est donc difficile d'y travailler longtemps dans ces conditions, d'autant plus que samedi, on avait relevé un pic de radioactivité de 270 millisievert/h sur le côté sud du réacteur n°1.

Du côté de l'unité n°4, de nouveaux arrosages de la piscine de stockage ont eu lieu, son eau de refroidissement étant proche de l’ébullition (s'il en restait ?). On craigait ces derniers jours une fission en cours de combustibles neufs qui y étaient entreposés.

 

source : http://search.japantimes.co.jp/cgi-bin/nn20110418x1.html

 

Partager cet article

Repost0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 15:49

Emission

Envoyé spécial du 14 avril 2011

 

"Japon : Nucléaire, la filière du silence"

Un reportage de Stéphanie Lebrun et Christophe Barreyre

 

Des fuites radioactives qui pourraient atteindre ou dépasser celles de Tchernobyl, la gravité de la situation à la centrale de Fukushima a-t-elle été sous évaluée ? Et le pire aurait-il pu être évité ?

 

à voir ici :

 1)  http://www.youtube.com/watch?v=gUR0Dj_ccKs

 2)  http://www.youtube.com/watch?v=vNozFCBGnQs&feature=related

 3)  http://www.youtube.com/watch?v=iWlFivOTRNE

 

ou là :

http://envoye-special.france2.fr/envoye-special-la-suite/japon-nucleaire-la-filiere-du-silence-14-avril-2011-3392.html

 

"Tepco disait, il y a 40 ans : il n'y aura jamais d'accident à la centrale de Fukushima" dit un éleveur qui est obligé  de jeter chaque jour sa production de lait. Il n'a plus le droit de la vendre, alors que sa ferme est à 50 km de la centrale.

 

Le sujet des liquidateurs est tabou au Japon. Tepco n'informerait pas ses employés des dangers qu'ils encourent.

Les liquidateurs n'ont pas le droit de parler sur leur conditions de travail.

 

Le niveau de dose acceptable a été relevé de 100 à 250 millisieverts/h pour les liquidateurs.

 

Ce qui compte pour Tepco, c'est la tranquilité, pas la sécurité.

 

Malgré des conférences de presses en nombre, les journalistes ont du mal à avoir des informations précises de Tepco....

Partager cet article

Repost0

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

Actualités sur Fukushima

L'ACROnique de Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Projet Mieruka Fukushima

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Éditions de Fukushima

Publications

Le dernier livre de Jean-Marc Royer

 

 

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -