19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 15:56
Selon Pierre-Franck Chevet, président de l’ASN, Fukushima est classé au niveau 6 sur l’échelle internationale INES

Heureusement j’étais assis quand j’ai entendu à la radio le président de l’Autorité de Sûreté Nucléaire (l’ASN), Pierre Franck Chevet, annoncer sans être contredit que l’accident de Fukushima avait été classé au niveau 6 de l’échelle internationale INES !

Effectivement l’ASN s’était empressée le 15 mars 2011 de classer l’évènement au niveau 6, alors même que des explosions et des incendies se produisaient encore dans les bâtiments réacteurs 2 et 4. Mais un mois plus tard, l’accident avait été reclassé au niveau 7 par les autorités japonaises, ce que reporte le propre site de l’ASN ou celui de l’IRSN. Pierre-Franck Chevet ne peut pas ne pas en être au courant !

Arriver à un tel point de désinformation au sommet des structures françaises est insupportable. Celui qui a la responsabilité de la sûreté nucléaire en France a été pris en flagrant délit de manipulation de l’opinion sur une chaîne publique nationale. Il participait à l’émission « Le téléphone sonne » (Questions sur l’état de la sureté des installations nucléaires) le 17 avril 2013 sur France Inter, avec son collègue Jacques Repussard, directeur général de l’IRSN.

Tous deux étaient là pour désinformer et minimiser. Mais surtout pour marteler que « L’accident nucléaire est possible en France ». Non pas pour faire peur et faire changer la politique énergétique de la France, mais pour trois raisons évidentes :

- habituer les Français à l’idée d’un accident nucléaire,

- justifier leurs activités de protection de l’industrie nucléaire,

- rendre nécessaire l’augmentation des dépenses de sécurité, donc des propres recettes de leurs organismes.

Ils n’étaient pas vraiment là pour répondre aux questions des auditeurs, lisez plutôt :

Question d’un auditeur :

- S’il se passe un accident majeur en France, combien de millions de Français seront impactés ?

PAS DE REPONSE

Question d’un auditeur :

- Quelles sont les mesures que vous pouvez nous conseiller pour protéger nos familles, particulièrement les enfants, en cas d’accident majeur ?

PAS DE REPONSE

Question d’un auditeur :

- Si subitement l’ASN ordonne la fermeture de plusieurs centrales, est-ce que la France peut remplacer au pied levé l’énergie qu’elles produisaient ?

PAS DE REPONSE, sinon un Nième « nous travaillons sur ce scénario »…

Florilège de citations

Quelques évidences, d’abord sur la possibilité d’un accident en France :

Jacques Repussard : « Ces technologies qui ont été inventées il y a 40 ans, 50 ans maintenant, elles ont la possibilité de créer ces accidents très graves. »

Jacques Repussard : « On a laissé des impasses dans le système, on est en train de les combler. »

Quelques justifications économiques :

Jacques Repussard : « On a besoin de travailler sur la préparation de cet accident »

Jacques Repussard : « La bonne santé économique d’EDF, c’est pour moi l’une des clés de la sûreté de notre parc [nucléaire] »

Quelques énormités :

Jacques Repussard : « Quand les accidents comme cela se produisent, c’est forcément une conjonction tout à fait extraordinaire et peu prévisible de différents facteurs indépendants les uns des autres. Un tsunami + un séisme + une centrale qui avait vieilli prématurément, qui n’avait pas mise à l’état de l’art, tout ça ensemble a créé l’accident. »

Alors que justement, un tremblement de terre et un tsunami ne sont pas des éléments indépendants ou imprévisibles au Japon, alors que la centrale de Fukushima n’avait pas vieilli plus « prématurément » que les centrales nucléaires françaises, on se demande vraiment ce que veut dire Jacques Repussard ! La catastrophe de Fukushima était totalement prévisible, comme l’a démontré le rapport de la commission indépendante de la Diète japonaise sur Fukushima.

Pierre-Franck Chevet (à propos de l’échelle de gravité des accidents nucléaires) : « Ca va de 1, l’incident qui est rendu public mais qui est de niveau le plus bas, à 7. Tchernobyl : 7. Fukushima : 6. »

J’en ai déjà parlé dans l’intro, ce mensonge est d’une grande gravité.

Une parole insultante pour les Japonais contaminés :

Jacques Repussard : « [en cas d’accident nucléaire en France] il y aurait relativement peu de morts immédiats voire à terme si la situation est bien gérée et ce sera vraisemblablement le cas au Japon : il y aura probablement un faible impact - on ne le sait pas encore mais c’est assez vraisemblable- il y aura un faible impact sanitaire. »

Des réponses absolument pas rassurantes :

Question d’un auditeur : Les centrales françaises permettraient-elles d’empêcher la formation d’un corium et de son passage à travers le radier ?

REPONSE : NON

Effectivement, aucune centrale nucléaire française ne possède de récupérateur de corium et le syndrome de Fukushima peut se produire dans tous les sites.

Question d’un auditeur : Est-ce que la force d’action rapide est en place, le « GIGN du nucléaire » ?

Pierre-Franck Chevet : « Elle est partiellement en fonctionnement (…) mais on est encore loin du dispositif complet. »

Ce qui signifie que 2 ans après Fukushima, cette force n’est toujours pas opérationnelle.

Pierre-Franck Chevet : « [Dans le cas d’un accident de type Fukushima en France], quelques dizaines de km en Europe, ça touchera beaucoup de monde, et ça touchera, ça concernera aussi les pays frontaliers. »

Si on regarde Tchernobyl et Fukushima, on peut corriger et dire « quelques centaines de km ». Le directeur de l’ASN est trop modeste avec nos voisins européens qui seront touchés de plein fouet.

Pierre-Franck Chevet : « Il y a 20 ans, je travaillais à l’époque pour l’ASN, on a eu une anomalie concernant les couvercles de cuve ; on a été à deux doigts d’être dans cette situation [de devoir changer les couvercles de cuve de plusieurs réacteurs français, et donc de prendre la décision d’arrêter subitement entre 5 et 10 réacteurs]. »

Ah bon, on a été à deux doigts de changer des couvercles défaillants dans les années 90 ? On aurait aimé en savoir plus ! Finalement on n’a pas changé ces couvercles ? Ils ne sont plus défaillants ou bien ils sont encore utilisés aujourd’hui ? De quelles centrales s’agit-il ?

Et enfin à propos des déchets :

Quelle est la durée de vie radioactive du cœur d’un réacteur ?

Réponse de Jacques Repussard : « de l’ordre de la centaine de milliers d’années. »

Pierre-Franck Chevet : « Nous nous attachons à essayer de créer une filière… » JPC s’étrangle. Le projet CIGEO serait-il si embarrassant ?

Quelle est la durée du démantèlement d’une centrale nucléaire ?

Pierre-Franck Chevet : Il ne revient pas sur le « cas complexe » de Brennilis cité par un auditeur (démantèlement commencé il y a 28 ans !). Concernant la centrale de Chooz-A, « le démantèlement avance », mais on n’en saura pas plus !

Source

______________

Photo d’entête : Pierre-Franck Chevet prêtant serment devant la commission d’enquête du Sénat sur le coût réel de l’électricité le 9 mai 2012 (source)

PS : Veuillez m'excuser pour la présentation actuelle des articles et de la colonne de droite. La mise en page est assez nulle. Cela provient du fait que le site a migré de l'ancienne à la nouvelle plateforme overblog et que je ne maîtrise plus grand chose dans l'agencement. Va falloir que je m'y adapte, mais déjà je regrette les nombreuses fonctionnalités très accessibles qu'offrait l'ancienne version... Juste un exemple, Overblog a supprimé une centaine de liens (les veilleurs de Fukushima) et je n'ai pas accès pour le moment à la colonne de droite pour actualiser ce qui reste. PF

Partager cet article

Publié par Pierre Fetet - dans En France et ailleurs
commenter cet article

commentaires

Roland 21/04/2013

Une approche surréaliste ! Le devoir des citoyens est de se prendre par la main, de renouveler leurs cahiers de doléances, d'affirmer leurs revendications, de rappeler à leur devoir les représentants de l'ASN et de l' IRSN quand ils pratiquent l'école buissonnière.". Nous avons - le rapport 2012 de l'ASN en donne une idée - de multiples questions à traiter, dans les différents domaines de compétences de l' autorité de sûreté.

Nikopol 22/04/2013

Bonjour,

M'autorisez vous a ne pas être d'accord avec votre avis ?

Peu de commentaires nuancés sur ce blog, acceptez vous la contradiction constructive ?
Il serait intéressant de dialoguer autour de toutes vos affirmations tant une autre opinion semble pouvoir exister.

Exemple : Sur le classement en niveau 6, nous verrons in fine ce qui sera établi.
Il ne me semble pas faux d'affirmer qu'un doute subsiste quant au classement à chaud réalisé par un Japon traumatisé.

Rappel de la définition :
Accident majeur 7 : Rejet majeur : effet étendu sur la santé et l'environnement.
Accident grave 6 : Rejet important susceptible d'exiger l'application intégrale des contre-mesures prévues.
http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89chelle_internationale_des_%C3%A9v%C3%A9nements_nucl%C3%A9aires

Exemple : Niveau 6 : Kytchym en 1957
http://fr.wikipedia.org/wiki/Catastrophe_de_Kychtym
Dans les 10 à 11 heures suivantes, un nuage radioactif se déplaça vers le nord-est jusqu'à une distance de 300 à 350 kilomètres du lieu de l'explosion.
Les retombées radioactives provoquèrent une contamination à long terme d'une région dont la superficie est de 800 km2.
Les retombées radioactives étaient surtout constituées de césium 137 [NDLR : beaucoup plus durable que le 131] et de strontium 90[1].
(At least 22 villages were exposed to radiation from the disaster with a total population of around 10,000 were evacuated.
Some were evacuated after a week but it took almost 2 years for evacuations to occur at other sites)

Niveau 7 : Pas d'enceinte de confinement en Ukraine
Niveau 7 ? Pas d'incendie durable de graphite et pas d'enceinte de confinement altérée à Fukushima
Les réacteurs avaient pu être complétement stoppés dès le tremblement de terre à Fukushima et la population rapidement évacuée, pas à Tchernobyl

http://fr.wikipedia.org/wiki/Accident_nucl%C3%A9aire_de_Fukushima#Cons.C3.A9quences_sanitaires_et_sociales
Rejets Fukushima : moins de 10% de ceux de Tchernobyl et beaucoup de césium 131 dont la radioactivité décroit très fortement en quelques jours.

Non il ne me parait pas insultant pour les japonais d'évaluer factuellement qu'il y aura peu de morts suite aux dégagements radioactifs observés.
25 MSv est une dose qui n'entraine pas une mortalité sensible. La population est par contre touchée par des fléaux bien réels : la précarité
avec ses conséquences sur le suicide, l’alcoolisme, les conduites à risque, etc...
Si l'énergie fossile l'avait remplacé, elle aurait ponctionné près de 1000 milliards d'euros sur l'économie et créé des dizaines de miliers de morts par la pollution de l'air.
Cela aurait été bien pire, et si c'était à refaire, il faudrait malheureusement le refaire, bien sur pas à l'identique si on le pouvait.

Il me semble que vous instruisez uniquement à charge, ce qui ne permet de pas juger sereinement.
Bien sur, je ne ferai pas changer d'avis ceux que ne peuvent exercer leur esprit critique du fait de la peur qui à mon avis les empêche de raisonner.

Très cordialement.

A lire :
http://www.rue89.com/planete89/2011/03/15/nucleaire-faut-il-comparer-fukushima-a-tchernobyl-195072
http://sciences.blogs.liberation.fr/home/2011/05/fukushima-questions-et-r%C3%A9ponses-avec-les-internautes.html#tp
http://ecologie.blog.lemonde.fr/2011/04/13/peut-on-comparer-fukushima-et-tchernobyl/
http://www.rue89.com/planete89/2011/03/15/apres-le-point-godwin-voici-le-point-tchernobyl-des-ecolos-195047

« Celui qui vit d'espérance court le risque de mourir de faim. »
de Benjamin Franklin [+]

« Il y a bien des manières de ne pas réussir, mais la plus sûre est de ne jamais prendre de risques.»
[ Benjamin Franklin ]

bernard 23/04/2013

Bonjour,

Pour ce qui est de la conférence de l'IRSN à l'Ambassade de Tokyo, qui a eu lieu le 07/07/2011, voici le lien de la 1ère vidéo, puisque la conférence est saucissonnée :

http://www.youtube.com/watch?v=cI-Y43-xwzo

Et pour l'offre de contrôle radiotoxicologique des ressortissants français de retour du Japon, c'est dans la séance questions/réponses, lien de la vidéo :

http://www.youtube.com/watch?annotation_id=annotation_466839&feature=iv&hd=1&src_vid=A0PLRvbOU-I&v=4cvOj8SbXG0

Sinon, pour les amateurs de citations, il y en a une qui a toujours eu ma faveur par sa modernité, après 2 500 ans :
"Quand le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt !"
-Confucius-(551/479 av. J-C)

babelouest 23/04/2013

Je pense à la différence de Nikopol que Fukushima est bien différent de Tchernobyl, mais en pire : il est manifeste que largement un an plus tard, le feu n'est même pas contrôlé comme on dit chez les pompiers. Des zones de la centrale sont encore inatteignables en raison de leur radioactivité trop aiguë, et quant à la pollution de l'eau elle paraît se poursuivre plus que jamais, à la fois sur les eaux de la nappe phréatique qu'en direction de la mer. Le plancton, que nul barrage ne confinera près de la centrale, continuera de s'échapper au large avec son chargement de nucléotides. Même punition pour les émanations gazeuses, qui continuent de temps en temps à se produire et à essaimer la mort lente sur tout le territoire de Honshu.

Pierre Fétet le souligne, et je suis largement d'accord avec lui : il faudra créer un échelon de plus à l'échelle Inès, voir deux. Déjà si Tchernobyl est à 7, alors que les experts internationaux s'accordent pour donner la même "note" à Fukushima elle est déjà probablement au moins à 8.

Il est grave de penser que dans notre pays un scénario aussi catastrophique est prévisible. Déjà dans la nuit de samedi à dimanche, la centrale de Civaux s'est arrêtée une heure. Pourquoi ? Je suis passé tout près vers midi dimanche, elle était redémarrée (sur un réacteur, comme à l'aller), et tout paraissait calme. C'est la réalisation la plus récente, mais probablement pas la plus fiable. Et pour rappel Fessenheim est une bombe à retardement, et au Blayais le pire a été évité d'extrême justesse le 28 décembre 1999.

coronado 29/04/2013

Désolé de sortir des comparatifs à la mode mais encore une fois: pendant que l'allemagne pousse le nucléaire vers la sortie, la france mets la tête dans le sable sans proposition, comme dab.
Finalement c'est très instructif comme émission, même en 2013 le changement, ce n'est pas maintenant...(hélas)

>mini Tax: merci pour ces évidences. On comprend que l'on doive lancer une bombe nucléaire sur le japon pour traiter les maladies à venir. Que les émanations de radionucléides des installations de fukushima sont bonnes pour la santé etc...
L'abus de troll est mauvais pour la santé parait-il, point de nucléaire la dedans, rassurez-vous...

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Aider le Japon maintenant

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog