16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 19:45
plan barrage2Un des grands axes de la feuille de route de Tokyo Electric Power Company pour contenir l’accident nucléaire est la prévention de la contamination de l'eau de mer. Pour cela, l’exploitant de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi prévoit de construire un mur en acier pour empêcher l'eau radioactive de s'écouler dans l’océan.
 
Actuellement, selon la firme nipponne, plus de 110 000 tonnes d'eau hautement radioactive sont actuellement stockées dans les caves des bâtiments de la centrale. L’entreprise compte utiliser entre 600 et 700 palplanches en acier pour créer un mur de 800 mètres longeant la côte. Chaque élément, de 22 mètres de long et un mètre de large, sera enfoncé profondément dans le sol sous le niveau du fond de la mer pour arrêter l'écoulement des eaux souterraines.

Cet ouvrage, prévu pour une durée de 30 ans, sera complété par un système de captage des eaux contaminées, à l’intérieur d’une importante chape de béton qui sera coulée dans l’espace entre la digue existante et la barrière en acier. Tepco estime qu’il faudra se préparer à une hausse des niveaux d'eau souterraine autour de l'usine quand le mur aura été construit. Une surveillance étroite des niveaux, le pompage des eaux souterraines et leur décontamination seront ainsi nécessaires afin d’éviter tout débordement vers l’océan.
 
Tepco reconnaît donc implicitement que l’eau contaminée des sous-sols est actuellement en train de s’écouler dans la mer, ce qui est en concordance avec les conclusions de l’analyse géologique du terrain : les couches aquifères en correspondance avec le plateau d’Abukuma ont un pendage dirigé vers la mer. Même si la vitesse de déplacement des eaux souterraines est lente ‒ de l’ordre de quelques mètres par semaine ‒ il faut être conscient que de l’eau radioactive va continuer à se déverser régulièrement dans la mer durant au moins deux ans, date à laquelle la construction du barrage est sensée être terminée.
 
plan barrage3
Plan de situation du barrage
 
Selon un schéma représentant la future construction en plan et en coupe, ce barrage sera établi dans le bassin de décharge des eaux de refroidissement de la centrale et au-delà, au nord et au sud, jusqu’aux quais longeant la centrale.
 
D’après la coupe fournie par Tepco, le barrage traversera 3 couches géologiques et le début d’une quatrième. Celles-ci font partie de la couche géologique de Tomioka, datant du Miocène Supérieur. Nous avons donc ici la confirmation que des couches aquifères se situent juste sous la centrale.
 
plan barrage4
Coupe du barrage
 
Toutefois, même si l’effort de l’entreprise semble louable, il restera un coup d’épée dans l’eau, et ce pour plusieurs raisons :
 
- La première est que l’ensemble des couches sédimentaires sur lesquelles a été construite la centrale a une profondeur d’au moins 1000 mètres. Les tremblements de terre réguliers de la région font qu’il est illusoire de compter sur l’imperméabilité de ces roches. En effet, même si un grès fortement argileux a une porosité médiocre, sa friabilité le rend perméable. On peut se demander pourquoi Tepco a choisi une profondeur de 22 mètres. Peut-être tout simplement à cause d’une limite technique. C’est peut-être un indice aussi sur la localisation éventuelle des coriums ? En tout état de cause, la profondeur de ce barrage ne garantira en rien le confinement de l’eau contaminée car son passage dans les couches inférieures, même ralenti, sera toujours possible par les fissures intrinsèques à ce genre de terrain.
 
- La deuxième est que ce barrage va être construit sur une faille. Tepco évite de communiquer sur le sujet mais il est clair que le terrain ne se prête à aucune construction, que ce soit un réacteur ou un barrage. Cette faille est clairement visible sur un document de la NSC (autorité de sûreté nucléaire du Japon), et il est vraisemblable que durant le tremblement de terre du 11 mars, celle-ci soit redevenue active, vus les dégâts causés aux dalles en béton en bordure de mer. Etant donné l’existence de cette faille à 200 mètres sous le niveau du sol, il est probable que la future construction ne sera pas épargnée par les mouvements de terrain causés par celle-ci. D’où de légitimes doutes sur la pérennité de l’étanchéité de la structure
 
faille de fukushima
Faille de Fukushima
 
- La troisième est que le barrage n’est pas fermé. Si l’eau ne peut pas passer directement vers la mer, elle va simplement contourner la barrière, en passant au nord ou au sud.
 
Ce barrage est donc seulement un nouvel élément dans la communication de Tepco : l’entreprise fait tout pour paraître maîtriser la situation. Elle décontamine l’eau de refroidissement des réacteurs et des piscines, elle crée de nouvelles enceintes autours des réacteurs détruits pour éviter la propagation de la radioactivité aérienne, et enfin elle construit un barrage pour épargner la mer.
 
Mais malheureusement l’avenir dira que tout ceci est vain : le plus gros de la contamination aérienne a été répandu sur le Japon en mars. Trop tard pour revenir en arrière. Les coriums sont sans doute quelque part dans le sous-sol. Trop tard pour les retenir. La nappe phréatique est contaminée. Trop tard pour la préserver. Le barrage souterrain est ouvert et ne sera jamais assez profond. Trop tard, l’océan pacifique va connaître une source de pollution radioactive continue qui va contaminer l’ensemble des mers de la planète durant des dizaines d'années...
 
 
 
 
-------------------------------------
 
Sources
 
Vidéo de NHK World présentant le barrage

 
 
Communiqué de NHK World
 
Communiqué du Mainichi Daily News
 
 
 
------------------------------------
 
En savoir plus
 
La commission gouvernementale Japonaise sur l'énergie atomique évoque pour la première fois une éventualité de contamination des eaux souterraines à Fukushima Daiichi (Gen4)
 
 
Dispersion de la radioactivité dans les océans
 
Mise à jour février 2012 : des précisions de Tepco :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article

commentaires

mag 20/09/2011 21:26


MERCI DE CONTINUER à nous informer.Les sources d'information se tarissent au fur et à mesure que la radioactivité se répand.MERCI de briser cet effroyable mur du silence qui semble lui pouvoir
contenir les informations radioactives.SVP ne vous arretez pas.


PACHA 19/09/2011 23:04


Très bon article, merci.


cosmos 18/09/2011 23:52


@Trifouillax : et la ligne Maginot ! Des tourelles qui pivotent, des barrières infranchissables...
A Fukushima : le meilleur de la technologie de béton, des prouesses de techniques d'intervention en milieu hostile radiologique, des semi-hommes semi-robots - intelligents mais pas trop - pour
opérer, une coopération internationale.

Au fait de coopération internationale, vous savez que la recherche française censure ses chercheurs : ils n'ont pas le droit d'investiguer dans le domaine de la radioprotection avec leurs collègues
japonais :
http://www.stop-nucleaire31.org/spip.php?article35


trifouillax 18/09/2011 13:52


Beau travail de recherche et belle infographie, comme à l'habitude ! On notera, par contraste, l'infographie restreinte habituelle reprise par la NHK : gros plan serré sur le barrage, merveille des
merveilles mais à côté et en-dessous, circulez, il n'y a rien a voir. La contamination n'a qu'a bien se tenir et se diriger droit vers le mur !

C'est rigolo d'ailleurs comme toute cette histoire nous rappelle un autre mur célèbre : la frontière Française en mai 1986. In-fran-chis-sa-ble, vous dit-on !


  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -