25 novembre 2012 7 25 /11 /novembre /2012 00:35

 

kibo-solidarite-aide-fukushimaDepuis 2011, l’association Kibô-Promesse se démène de manière originale pour récolter des fonds afin d’aider deux actions citoyennes basées à Fukushima. Comme l’an passé, elle fait appel aux créateurs, aux acheteurs ou aux donateurs.

 

 

 

 

 

Appel aux créateurs

 

Vous aimez le Japon et vous aimeriez aider ses habitants à vivre sainement après l'accident de Fukushima ? Vous êtes peintre, photographe, sculpteur, vous savez coudre ou tricoter et vous avez envie de partager votre talent ? Joignez-vous aux créateurs de Kibô-Promesse, en cliquant sur l’image ci-dessous.

 

aider-le-japon-illya

 

 

 

Appel aux acheteurs

 

Une boutique en ligne est ouverte pour exposer les œuvres mise en vente. La boutique Kibô-Promesse permet aux acheteurs de réaliser un achat solidaire, dont la totalité des sommes récoltées sera reversée au profit des sinistrés japonais.

 

La commande d’une création originale est la preuve tangible, utile et esthétique de son engagement à soutenir le Japon. La vente commencera le 7 décembre 2012.

 

Pour accéder à la vitrine de la boutique solidaire, cliquer sur l’image ci-dessous.

 

kiboutique

 

 

 

 

Appel aux donateurs

 

Si vous n’êtes pas créateur ou si vous ne voulez rien acheter, vous pouvez tout simplement faire un don à l’association.

 

Explications ici

 

 

 

A qui profitent les fonds collectés ?

 

Les actions de Kibô-Promesse bénéficient à deux associations de Fukushima gérées par les citoyens japonais eux-mêmes :

- le CRMS (Citizen’s Radioactivity Measuring Station)

- Fukushima Network for Saving Children from Radiation.

 

CRMS-fukushima-logo.jpgLe CRMS

 

Le CRMS (Centre  citoyen de mesure de la radioactivité) est une association à but non lucratif qui a pour but de faire de la radioprotection à Fukushima. Il a été mis en place juste après la catastrophe de la centrale de Fukushima Daiichi, grâce à la volonté de Wataru Iwata, son fondateur, dès mai 2011, et à l’aide de tous les citoyens bénévoles de Fukushima, mais aussi de la CRIIRAD (Commission de Recherche et d’Information Indépendantes sur la Radioactivité ). La CRIIRAD a fait don de nombreuses machines extrêmement coûteuses afin d’aider la population locale de Fukushima.
Le CRMS effectue les mesures de la radioactivité présente à Fukushima de façon totalement indépendante, mais aussi à la demande du citoyen.

On mesure la radioactivité de l’environnement, mais aussi le taux de becquerels / kg contenu dans les aliments, et les niveaux de contamination interne des personnes grâce à l’accès à un WBC (Whole Body Counter).  Les données sont publiées sur le site web ainsi que sur d’autres supports afin de tenir informé les habitants et de sensibiliser le plus grand nombre à la radioprotection. L’autonomie de chacun est encouragée afin que les locaux puissent assimiler un maximum de connaissances concernant les mesures d’urgence à mettre en place après un accident majeur nucléaire.

La santé des enfants est suivie grâce à des consultations gratuites.  Des notes sont prises dans le « carnet de vie » (carnet de santé sur lequel sont notés les symptômes, les maladies, toutes sortes d’anomalies pouvant apparaître).

Des librairies et médias sont mis à la disposition du public sur tout ce qui concerne la radioprotection. Il existe aussi des bulletins d’informations publiés régulièrement.

Le CRMS organise aussi des conférences internationales afin de faciliter les échanges entre scientifiques et citoyens, des voyages d’études et de stages sont organisés à l’étranger, dans un but collaboratif , et de constitution d’un large réseau international de la radioprotection.
 

 

fukushima-network-for-saving-children-from-radiation.jpgFukushima Network For Saving Children From Radiation


Fukushima Network For Saving Children From Radiation (子供たちを放射能から守る福島ネットワーク = réseau de Fukushima pour protéger les enfants contre la radioactivité) créé le 1er mai 2011 , est un regroupement des parents citoyens conscients et soucieux de protéger leurs enfants des dangers liés à la radioactivité. Ils se sont mobilisés depuis l’accident nucléaire pour faire valoir le droit à la sécurité sanitaire.

Car en effet, plus fragiles, les enfants sont les premières victimes de la catastrophe nucléaire de Fukushima (voir article : « L’innocence traumatisée par la catastrophe : les enfants japonais s’expriment sur Fukushima »).


Seiichi Nakate, directeur de Fukushima Network For Saving Children from radiation, se bat depuis mars 2011 pour défendre la vie des enfants de Fukushima. Il a lui même pu évacuer de Fukushima à Hokkaidô,  il y a de cela quelques mois, pour mettre sa famille et ses enfants en sécurité, loin des zones contaminées. Depuis, il continue son combat pour tenter de faire évacuer les autres enfants et familles de Fukushima, et à sensibiliser le reste du Japon. Il organise régulièrement des conférences sur la réalité vécue par les habitants de Fukushima.

 

Le 17 janvier 2012 à Sapporo, il s’est exprimé en revenant sur les faits du 11 mars 2011 : « On ne nous a rien dit, la dissimulation et la désinformation sur la sécurité ont englouti Fukushima »

 

L’intégralité du témoignage de Seiichi Nakate est disponible en français sur le blog d’Hélios et sur le blog du veilleur japonais EX-SKF

Il dénonce aussi les agissements irresponsables et criminels des autorités qui ont pris la décision d’augmenter la dose légale admissible d’exposition aux radiations, ainsi que la non assistance à personnes en danger : le gouvernement japonais n’a pas évacué toutes les populations, il s’indigne que l’état les laisse continuer à se faire irradier depuis plus d’un an. Seiichi Nakate a aussi dénoncé les mensonges de certains scientifiques comme Shinichi Yamashita.
  

L’importance d’aider ce réseau de parents de Fukushima est vitale afin de leur donner la possibilité de continuer à organiser des conférences un peu partout au Japon, que les familles, en passant par ce réseau, puissent se faire aider, tant par le biais de soutien psychologique et d’écoute mis en place par les citoyens. Les rencontres entres enfants ayant les mêmes symptômes, ainsi que les réunions entre mères inquiètes pour leur enfants sont organisés, ils sont aussi un réseau qui leur permet de se partager des denrées alimentaires non contaminées.

 

 

« Aujourd’hui, plus d’un an et demi s’est écoulé mais rien n’a changé à Fukushima : les radiations ont rendu insupportable le quotidien des habitants. Au-delà des 30 km, les familles n’ont toujours pas été évacuées, ni n’ont reçu de compensations financières ou d’aides médicales de la part du gouvernement.

Depuis mars 2011, les sols, l’eau, l’air mais aussi une partie de la chaîne alimentaire est contaminée. Les habitants continuent de vivre dans un environnement dangereux pour leur santé.

Du fait d’un défaut d’information et de protection de la part du gouvernement, beaucoup de citoyens ont été laissés à leur sort dans des zones envahies par la radioactivité, les soumettant à de forts risques de contamination (notamment interne), situation qui aurait pu et dû être évitée.

Depuis la catastrophe nucléaire, la situation ne s’est pas améliorée, au contraire. Face à ce triste constat, Kibô-Promesse refuse d’accepter cette réalité comme une fatalité.

Il existe des solutions : l’évacuation ‒ notamment des enfants car ils sont les plus vulnérables ‒ et le dédommagement des familles vivant dans les zones contaminées et la protection de leur santé par un contrôle des denrées alimentaires. Il existe des mesures de radioprotection, elles doivent être mises en œuvre ! »

 

 

Kibô-Promesse a aussi comme objectif d’informer et diffuse régulièrement des articles de fond sur Fukushima, prenant appui sur les nouvelles provenant directement du Japon.

 

>>>>Accéder aux articles de Kibô-Promesse <<<<

 

 

kibo.jpg

 

Vous voulez en savoir plus ?

 

 

Tout est expliqué dans le dossier de presse à télécharger ici (4 Mo).

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Que faire ?
commenter cet article

commentaires

Pierre Fetet 26/11/2012 22:46

En publiant cet article sur une action caritative très ciblée et présentée de manière transparente, je ne pensais absolument pas avoir à gérer ce flux de commentaires provoqué par une suspicion
injustifiée.



Je suis désolé d’avoir eu à supprimer le dernier commentaire qui comportait des insultes, mais ce n’est pas l’objet de ce blog ni de régler des affaires privées, ni de s’étriper. Cet espace est
public et je souhaiterais que chacune et chacun garde son calme et respecte les règles élémentaires de courtoisie.



Je fais un copié-collé pour rappeler quelques notions de base :



« A-t-on le droit de tout dire ou de tout faire sous prétexte que l’on est sur Internet ? Non, bien sûr ! Sur Internet, le respect des règles élémentaires de courtoisie est d’autant plus important
que la communication s’effectue à distance : votre interlocuteur ne peut interpréter l'expression de votre visage et le ton de votre voix…



La règle d’or est de ne pas faire ou dire sur Internet ce que l’on ne ferait ou dirait pas lors d’une conversation réelle.



Voici quelques règles de base qu’il est bon de respecter en toutes circonstances :



• ne pas envoyer de messages haineux (ou "flammes") et ne pas répondre à de tels messages



• être modéré et poli dans ses propos



• utiliser avec prudence l’humour et les sarcasmes »



J’avais pensé aussi supprimer les commentaires d’Etienne qui remettaient en cause l’intégrité de l’association Kibô-Promesse soutenue par Wataru Iwata (CRMS), mais comme ils ont fait l’objet de
réponses très précises de la part de l’association, j’ai finalement décidé de les laisser.



Pour terminer, j’espère que l’association Kibô-Promesse récoltera encore plus de fonds que l’an passé pour soutenir les associations militantes sur le terrain au Japon.

anne jacques 26/11/2012 21:00

Bon Etienne, j'avais décidé d'être polie et de vous donner une chance en laissant entendre que vous aviez mal lu.
Mais bon puisque vous n'êtes pas poli et sexiste en plus... comment dire... NON !

Ca se voit que c'est personnel votre truc. Vous vous ridiculisez parce que cette association est parfaitement en règle, honnête et transparente. Tout est visible.
Rendez vous service, arrêtez votre cinéma et dégagez !

Ici y a que d'honnêtes gens qui veulent aider.
Commencez par nettoyer chez vous avant de salir chez les autres, vous voulez bien ! Parce que là ça commence à bien faire !

Et en plus juridiquement ce que vous faites porte un nom : la calomnie et ça, mon p'tit monsieur, c'est pas légal du tout donc puni par la loi !!!!

Là ça va, c'est clair pour vous !

Bebarock 26/11/2012 20:28

Hé bien, hé bien... Compte tenu de la transparence du bilan publié sur le site de Kibô-Promesse je ne vois pas en quoi les status changeants ou pas de l'association vous regarde.

Nous ne sommes pas en politique ici, à savoir qui obtient plus de crédit que l'autre pour obtenir le même siège, nous menons en revanche le même combat. Aussi avant de remettre en doute
publiquement la fiabilité de Kibô-Promesse pour régler des comptes personnels, il serait plus judicieux de tenir compte de chaque vie personnelle qui dans une conscience humanitaire en dépit de
toute contrainte familiale et sociale donnent de leur temps, de leur énergie, et parfois de leur santé pour aider les plus démunis...

Marianne Ciaudo 26/11/2012 19:20

@Lionel : on ne se connait pas, mais je suis certaine que vous êtes ravies de savoir que vous êtes une veuve éplorée !

Je suis atterrée par tant de bêtises et surtout, je me dis que ce brave Etienne a bien du temps à perdre. Plus tôt que de consacré son énergie à la veille informative et à aider le Japon, il fait
les fonds de tiroir et épluche le blog de Kibô pour trouver des incohérences.

Si on a du bol, il va même nous lister les fautes d'orthographes (j'en fais plein) au moins ça sera utile.

Nous sommes nombreux à savoir à quelle point l'action de Kibô est utile, honnête et lumineuse. Les autres, on s'EN FOUT !

Marianne

Cécile Monnier 26/11/2012 19:01

Et bien oui ! Il est tout à fait légitime de regarder à qui on a affaire avant de faire un don.
Maintenant, de nombreuses personnes ont participé à l'action de Kibo Promesse et ont témoigné de l’honnêteté de l'association. Y compris Wataru Iwata, celui qui a fondé le CRMS, l'une des deux
associations soutenues par Kibo.
Etienne, tu es en train de poster ces commentaires ici parce que tu as un contentieux depuis longtemps avec une personne de Kibo. Sois un peu honnête envers toi-même, c'est la seule et unique
raison qui t'amène ici. Et c'est assez incroyable de ta part, toi qui a tellement œuvré en solidarité avec la population japonaise depuis les touts premiers jours de cette catastrophe...
Si tu vas par là, les amis de M.Odome ne se sont jamais établis en association. Les gens nous envoient de l'argent parce qu'ils nous font confiance. Pour Kibo, c'est pareil. Les garanties sécurité
à 100%, ça n'existe pas. Kibo fait un travail remarquable pour ceux qui sont là-bas et qui souffrent. Et avec la plus grande honnêteté. C'est tout ce qui compte.

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -