9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 21:03
carte-cendres2.jpgAprès une catastrophe naturelle telle que celle du tsunami du 11 mars qui a ravagé la côte est du Japon, on pleure ses morts, on nettoie les côtes, on déblaie, on reconstruit, on se reconstruit et petit à petit, avec une énorme cicatrice au cœur et dans le paysage, la vie reprend le dessus.
 
Après une catastrophe nucléaire telle que celle de Fukushima Daiichi, on vit dans un environnement radioactif  persistant, on n’ose plus laisser ses enfants jouer dehors, on a peur de ce qu’on mange, on se méfie de la pluie et du vent, on s’inquiète de l’avenir, on craint qu’une nouvelle explosion se produise dans la centrale, on se demande s’il faut partir ou rester, la vie est suspendue à cette éternité radioactive, qui rejoint toujours cet instant où tout a commencé et ou rien ne se terminera.
 
Huit mois après, la centrale continue de cracher ses radionucléides et le Japon marche sur la tête.
 
 
Après la catastrophe de mars 2011, le gouvernement japonais a discrètement augmenté les normes de la radioactivité de l’eau potable : le taux limite précédent était de 10 Bq/litre pour le césium et l'iode. Les nouveaux niveaux sont de 200 Bq/litre pour le césium et 300 Bq/litre pour l'iode. Pour comparaison, alors que le taux recommandé par l'OMS est de 1 Bq/L, l'Allemagne applique 0,5 Bq/L et les Etats-Unis 0,111 US Bq/L. (1)
sources :
 
 
 
enfantAlors que l’on sait que les enfants sont plus fragiles face à la radioactivité, le gouvernement persiste à ne pas organiser leur évacuation qui les éloignerait de Fukushima. Dans cette région de ce pays civilisé, les enfants portent des dosimètres destinés à savoir quelle dose de radioactivité ils reçoivent quotidiennement. Mais celui-ci ne mesure pas la contamination interne. Pourtant on sait que rien que le fait de nouer ses lacets provoque une contamination au césium. Quel est l’avenir de ces enfants ?
sources :

 
 
 
Au lieu de rassembler les déchets radioactifs dans une zone et une seule afin de ne pas contaminer plus le pays, les Japonais ont semble-t-il décidé de répandre ces déchets radioactifs dans le pays entier. La ville de Tokyo a ainsi décidé d’acheminer des déchets radioactifs dans le site de la baie de Tokyo.
sources :
 
buUn député japonais a bu l’eau filtrée de la centrale de Fukushima Daiichi pour démontrer aux médias que le système de décontamination fonctionnait bien et qu’il ne fallait pas avoir peur.
source :
 
Les médecins donnent des conseils fallacieux à la population au sujet de la radioactivité : conserver une bonne humeur protégerait des effets néfastes des radiations ; le plutonium ne serait pas si dangereux que ça. Alors que la radioactivité est un phénomène physique qui casse  les molécules ADN, provoque des maladies et des mutations génétiques, ces pseudo-scientifiques font croire des inepties aux ignorants. (2)
source :
 
Le gouvernement nippon veut envoyer les denrées contaminées par la catastrophe de Fukushima comme aide humanitaire dans les pays du tiers-monde.
source :
 

 
 
 
 
arton1897-9a992Pour éviter la faillite de l’entreprise Tepco, l’État japonais vient de lui accorder une aide de 8 milliards d’euros. Mais les actionnaires, qui ont touché depuis dix ans des milliards d’euros, ne sont pas inquiétés. Privatiser les profits, socialiser les pertes : de nos jours, plus aucune compagnie, qu’elle soit bancaire ou industrielle, n’échappe à cette règle universelle. Au Japon, c’est la double peine : le contribuable est non seulement contaminé, mais en plus il met de sa poche pour continuer à faire vivre le plus gros pollueur de la planète.
source :
 
D’après les sources officielles, la crise nucléaire serait sur le point d’être résolue avec un « arrêt à froid » des réacteurs. Pourtant, les radiations atteignaient il y a quelques jours 620 millisieverts par heure au premier étage du bâtiment de l’unité 3, "le plus haut niveau enregistré sur place depuis le début de la catastrophe".
source :
 
bord de la piscine 3   
Nouvelle photo de la piscine de combustible de l’unité 3
(d’après la dernière vidéo Tepco)
 
Le ministère des sciences et de l’éducation a stoppé la publication des cartes de contamination du Japon depuis un mois. La raison pourrait être que ces cartes révèlent des concentrations trop fortes de radioactivité dans des régions jusque là connues pour avoir été épargnées. Comme toujours quand il y a rétention d’information, il faut se tourner vers les réseaux parallèles pour être informé convenablement. Yukio Hayakawa, scientifique japonais spécialisé dans les cendres volcaniques, vient de diffuser une carte de la contamination radioactive des cendres d’incinération du Japon. Ces cendres sont représentatives des déchets ménagers des Japonais, c'est-à-dire entre autres de ce qu’ils mangent. Le résultat est alarmant.
sources :
 
carte cendres
Carte de la contamination des cendres d’incinération par le césium : Tokyo au cœur de ce problème majeur
(cliquer sur la carte pour avoir accès aux mesures)
 
Bref, le Japon ne s’en sort pas et prend des décisions incompréhensibles, sans rapport avec l’attente des gens. Etant donné que la radioactivité, à l’échelle humaine, est un problème sans solution, cette crise nucléaire nippone n’aura pas de fin, tout comme la catastrophe nucléaire de Tchernobyl qui, 25 ans après, n’a toujours pas trouvé d’épilogue. L’urgence aujourd’hui est d’aider les populations à être mieux informées des dangers de la contamination par la poussière et la nourriture, et à évacuer toutes les personnes qui vivent dans des territoires fortement contaminés.
 
adhPour terminer sur une note optimiste, je voudrais rendre hommage à un homme remarquable, Alain de Halleux, cinéaste humaniste qui fait en ce moment même un reportage sur les enfants de Fukushima. Son témoignage, dans un blog intitulé « Carnet de voyage » est à lire, absolument. Il raconte mieux que quiconque la vie des gens, là-bas, ses rencontres, ses peurs et ses espoirs.
 
 
 
 
Sources générales : merci à Etienne Servant pour son fil d’info quotidien Fukushima information et à Laurent Mabesoone pour ses infos de terrain.
 
 
 
 
-------------------------------------
 
 
(1) Et chez vous, vous êtes-vous jamais demandé si on mesurait la radioactivité de l’eau régulièrement ? Connaissez-vous le taux limite ? Savez-vous si votre gouvernement a prévu de l’augmenter en cas d’accident nucléaire ?
 
(2) Mais au fait, dans votre entourage, qui connaît vraiment les effets de la radioactivité sur la santé ? Si vous habitez à moins de 100 km d’une centrale nucléaire, y a-t-il des exercices d’évacuation ou de confinement ? S’il y a un accident, saurez-vous quoi faire ? Vous demandera-t-on aussi de garder le sourire pour vous protéger des radiations ? C’est probable.
source :

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article

commentaires

Baron Eraser 13/11/2011 10:52


Bravo ! Votre article est très pro et très documenté!
Toutes mes félicitations.
J'espère que beaucoup le lirons, ne serais-ce que pour le remarquable travail de rédaction que vous avez accompli, et aussi, pour se REVEILLER !
Amitié.
Baron Eraser


Hélios 10/11/2011 18:22


Bonjour Pierre,

Le film, "Fukushima, vivre dans la zone mortelle" réalisé par la télévision allemande est en ligne, sous-titré en français.

http://www.youtube.com/watch?v=u3zGz8NcqWA

Bien amicalement

Hélios


Olysh 10/11/2011 12:21


Waouh

Belle analyse Delphin

Merci Pierre pour vos articles.


Delphin 10/11/2011 09:31


Bonjour,

"Etant donné que la radioactivité, à l’échelle humaine, est un problème sans solution, cette crise nucléaire nippone n’aura pas de fin, tout comme la catastrophe nucléaire de Tchernobyl qui, 25 ans
après, n’a toujours pas trouvé d’épilogue."

L'accroissement vertigineux de la puissance technologique humaine, tant vanté par ceux qui y gagnent beaucoup, a pour corollaire un pouvoir de nuisance infinie.

Ce n'est pas que les dominants actuels soient plus ou moins monstrueux que les précédents dans l'histoire, c'est que les conséquences potentiellement négatives (écologiques, économiques, sociales)
de leur besoin de puissance sont maintenant à l'échelle planétaire et aux temps géologiques.

Avers positif de la médaille, la réalité négative tellement visible fait qu'il leur devient impossible - à la différence des temps précédents où l'histoire était leur mise en scène - de masquer les
conséquences formidablement destructrices de leurs prédations.

Ce qui maintenait donc les dominés dupés, aliénés aux contes enjoliveurs de leurs dominants - faisant d'eux les propagateurs innocents des intérêts des seconds - s'estompe fortement.

Pour la première fois dans l'histoire humaine, ces mêmes humains, idéologiquement "dégrisés " des trompeuses menées d'enrichissement collectif de leurs dominants, vont avoir la possibilité de
percevoir qu'il vaut mieux se raisonner matériellement, se préoccuper du monde (donc aussi de son voisin), collaborer au lieu de s'opposer s'ils veulent survivre.

Pour la première fois, les dominants eux-mêmes ne peuvent être à l'abri de leurs turpitudes maquillées en intérêt général (être riche et radioactif à Tokyo), ce qui ne peut manquer de leur
provoquer une brutale prise de conscience, qui commencera chez les plus éclairés (les Montesquieu et les Diderot de l'écologie).

Ce ne sera pas l'âge d'or - il n'existe pas - mais les circonstances nous auront contraints à devenir plus sages (moins inconséquents).

Amicalement,

Delphin


bettys 10/11/2011 09:31


Comme vous, je ne comprends pas du tout ce choix de disperser les déchets et autres cendres radioactifs dans tout le Japon, Tokyo y compris !...merci encore et toujours pour vos articles !


  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

Agenda

2-3-4 novembre 2017, Paris

3ème Forum Social Mondial Antinucléaire

Lien vers le site dédié : http://fsm-antinucleaire2017.nuclearfreeworld.net/

 

7 novembre 2017, Epinal, 20h00

Conférence "Fukushima 6 ans après" par Toshiya Morita

organisée par Vosges Alternatives au Nucléaire

 

8 novembre 2017, Colmar, 20h00

Conférence "Fukushima 6 ans après" par Toshiya Morita

organisée par Stop Fessenheim

 

13 novembre 2017, Liège, 20h00

Projection du film "La terre abandonnée" de Gilles Laurent (73 minutes, 2016)

Cinema "Le Sauvenière", Place Xavier Neujean à Liège

En savoir plus en cliquant ici

 

23 novembre 2017, Nismes, 20h00

Projection du film "La terre abandonnée" de Gilles Laurent (73 minutes, 2016)

En savoir plus en cliquant ici

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -