20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 23:24

Les émissions parlant de Fukushima en France sont suffisamment rares pour qu’on les signale.

 

France Culture diffusait le 19 septembre l’émission « Du grain à moudre » intitulée :

Peut-on désinventer le nucléaire ?

 

isnard-et-laponche.JPG Olivier Isnard

 et Bernard Laponche

 

 

Présentation :

« De la même manière qu’il y eut un ‘avant’ et un ‘après’ Tchernobyl, il y aura un ‘avant’ et un ‘après’ Fukushima. Six mois après le séisme et le tsunami qui ont mis en péril la centrale japonaise et traumatisé la population, la question de la pérennité du nucléaire civil reste plus que jamais d’actualité. Depuis cet accident, la Suisse a décidé de sortir du nucléaire en 2034, l’Allemagne dès 2022. L’Italie, de ne pas y revenir, comme cela avait été un temps envisagé.

Hier, le conglomérat industriel allemand Siemens a annoncé à son tour qu’il renonçait à cette technologie, pour se consacrer pleinement aux énergies renouvelables. Le nucléaire : trop dangereux aux yeux de nos plus proches voisins.

 Cette série de décisions, d’en finir une bonne fois pour toutes, contraste fortement avec l’attitude de la France. C’est qu’il n’est pas facile de remettre en cause une politique énergétique fondée depuis les débuts de la Vème République sur la primauté de l’atome.

L’électricité que nous consommons aujourd’hui est fournie, pour les trois quarts par l’énergie nucléaire. Avec ses 19 centrales et ses 58 réacteurs en activité, la France est le pays le plus nucléarisé au monde. Et pas forcément le plus sûr.

Selon une enquête récente de l’Autorité de sureté nucléaire, aucune de nos centrales ne prendrait correctement en compte le risque sismique. Eric Besson, le ministre de l’énergie, avait donc beau jeu aujourd’hui de plaider, devant l’AIEA à Vienne, en faveur d’une généralisation des tests de résistance à tous les réacteurs du monde.

La France ne semble donc pas prête à sortir du nucléaire. Mais, et c’est un changement notable, ceux qui la dirigent ou la dirigeront demain, sont désormais disposés à en débattre, comme l’a prouvé la première confrontation télévisée entre les candidats à la primaire socialiste. L’idée d’une sortie du nucléaire n’est plus taboue Mais s’agit-il vraiment d’une bonne idée ?

 

Peut-on désinventer le nucléaire ?

Pour y répondre, Hervé Gardette recevait :

 

- Olivier Isnard, chercheur à l'Institut radiologique de sûreté nucléaire (IRSN), adjoint au chef du service des situations d'urgence et d'organisation de crise

 

- Jacques Foos, professeur honoraire au Conservatoire national des Arts et Métiers et auteur du livre Peut-on sortir du nucléaire ? Après Fukushima, les scénarios énergétiques de 2050 à paraître aux éditions Hermann le 24 octobre 2011

 

- Bernard Laponche, physicien nucléaire, politologue et auteur du livre En finir avec le nucléaire à paraître aux éditions du Seuil le 6 octobre 2011 »

 

 

Pour écouter cette émission :

http://www.franceculture.com/player?p=reecoute-4311981#reecoute-4311981

(39 minutes)

 

Durant cette émission, encore des propos très ambigus d’Olivier Isnard (IRSN) :

 

« Ce qu’on ressent de la société japonaise, c’est une défiance de plus en plus forte vis-à-vis de… vis-à-vis du… du pouvoir… du pouvoir politique et de.. et des mesures qu’ils sont en train de prendre. Euh… On est dans une période, par rapport à cette crise, où finalement, on n’attend plus de son pays de nous protéger de manière arbitraire, mais d’instaurer une discussion, une ouverture à la société civile, où un débat s’instaurerait entre cette société et l’état et le pouvoir politique pour trouver ensemble euh... ben… une certaine acceptation de la vie dans un territoire contaminé. Ce qui n’est à l’heure actuelle pas le cas, et donc la défiance vis-à-vis des mesures prises par l’état et bien évidemment le problème posé par le nucléaire au Japon se fait de plus en plus important. »

 

Mais face au discours pronucléaire invraisemblable de Jacques Foos, le représentant de l’IRSN a insisté sur les réels dangers du césium. De plus, il a bien expliqué la différence fondamentale existant entre une irradiation naturelle provenant du sol et une contamination interne via la chaîne alimentaire comme c’est le cas au Japon actuellement. Merci à lui d’avoir recentré les informations de base.

 

Merci aussi et enfin à Bernard Laponche d’avoir rétabli la vérité sur les dangers de la radioactivité et la nécessité de sortir du nucléaire !

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans En France et ailleurs
commenter cet article

commentaires

Delphin 04/10/2011 12:44


Bonjour,

Autant la petite polémique sur RP Cirkus m'avais laissé un peu dubitatif (c'est du passé, inutile de réouvrir stérilement), autant la critique de Pierre Yves Antoine me paraît infondée et même,
quand on y réfléchit, subtilement du type de ce qu'il fait mine de dénoncer, "URSS années 50".

Arguments avancés ;
- Il manque un personnage sur la photo reprise de France Culture.
- Cette personne a une idéologie (pronucléaire) qui révolte l'auteur de ce blog.
- En URSS, la dictature avait coutume de retoucher les photos officielles, "gommant" certaines personnes dont elle craignait l'influence éventuelle.
- La dictature éliminait, et les représentations et physiquement les personnes. Crime rajouté au crime.
- Pascal Brükner a raison (?!). En fait, il faudrait expliquer que Pascal Brükner, poursuivant de sa haine les écologistes, sort un nouveau livre pourfendant une fois de plus la vision écologiste
du monde et qu'il vient déjà d'être interviewé sur Radio France.

Ce qu'induit donc implicitement la diatribe de P. Y. Antoine : P.Fetet, quand une personne risque de lui faire de l'ombre (ombre pronucléaire), élimine s'il le peut la représentation de la
personne, et si ça se dit, il ne faudrait pas le pousser beaucoup pour qu'il aille plus loin, puisqu'en URSS, si on éliminait représentativement, c'est qu'on éliminait physiquement. Pascal Brückner
a raison.

Comment procède P. Y. Antoine pour déconsidérer son adversaire :
- Utilisation de l'affectif d'indignation, comme TF1 par exemple,("extraordinaire" "je n'avais pas vu ca
depuis","grossièrement","élimination physique", "bravo", "!") parce que ça a plus de chance d'emporter l'adhésion immédiate.
- assimilation simpliste entre deux actes effectivements similaires (ôter un personnage d'une photo) et deux intentions qui n'ont pas forcément à voir (élimination à des fins propagandistes et
suppression "épidermique"). Ce n'est pas parce que M. Le Pen critique M. Sarkozy et que je critique M. Sarkozy que je suis Lepéniste. Ce type d'amalgame, qui procède d'une fausse évidence, est
constamment employé par qui cherche à déconsidérer son adversaire.
- utilisation de déductif implicite pour induire un cheminement de pensée chez le lecteur : "enlever d'une photo qui conduit à l'élimination physique". L'auteur ne veut pas dire que P. Fetet
éliminerait physiquement, mais qu'il procède du même schéma de fonctionnement.
- Ramener tout, à son univers de conviction : Ce "Bravo. c'est Pascal Brückner qui a raison !" arrive comme un cheveu sur la soupe, car enfin, le lecteur du billet ne connait pas forcément P.
Brükner (il n'a d'ailleurs pas à y être obligé) et encore moins son livre qui vient de sortir et le propos de Brückner n'a certainement qu'un lointain rapport avec P. Fetet.

Conclusion :
Une personne qui emploie le type de procédés qu'il dénonce avec virulence chez les autres.

Delphin


P Fetet 03/10/2011 22:00


Eh oui ! et je pourrais effacer aussi votre commentaire tellement il est hors sujet. Mais je vais y répondre car cette critique vaut une réponse.
Il n'y a rien d'extraordinaire à recadrer une photo. Tout le monde le fait et c'est être bien naïf que de croire que l'on vit dans un monde où les images ne sont pas modifiées. Les photos sont bien
plus retouchées aujourd'hui que dans les années 50 !
Je n'aimais pas la photo originelle avec les personnages en pied, j'ai donc choisi de la recadrer, comme je le fais pour la plupart des photos que j'utilise dans ce blog, mais j'aurais pu tout
aussi bien évincer O. Isnard, que je n'ai pourtant jamais ménagé dans mes articles.
Après, que vous prêtiez autant d'importance à mon petit blog qu'au régime soviétique des années 50, j'ai un peu de mal à comprendre la comparaison. Ca doit être très subtil ! Faut-il vous rappeler
ce qu'est un blog ? L'expression de quelqu'un, dans un pays démocratique, voilà c'est tout. Rien à voir avec un régime dictatorial il me semble !
Rassurez-vous, je n'ai éliminé personne physiquement et je n'en ai nullement l'intention. M. Foos a le droit de s'exprimer, et moi j'ai le droit de mettre un lien dans mon blog pour que les gens
puissent entendre ce qu'il a à dire. Une bonne tribune pour ceux qui auraient loupé l'émission non ?
Et en plus, tout le monde peut constater que j'ai recadré la photo, sans tricherie, puisque je donne le lien, ce qui vous a permis d'ailleurs de faire la comparaison :-)


Pierre Yves Antoine 03/10/2011 17:45


Ce qui est extraordinaire, c'est que vous découpez la photo de France-Culture pour écarter le Pr Jacques Foos. Je n'avais pas vu cela depuis les années 50 en URSS, quand on enlevait grossièrement
les personnages des photos du mur du Kremlin au fur et a mesure de leur élimination physique.
Bravo. C'est Pascal Bruckner qui a raison!


  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

Agenda

2-3-4 novembre 2017, Paris

3ème Forum Social Mondial Antinucléaire

Lien vers le site dédié : http://fsm-antinucleaire2017.nuclearfreeworld.net/


 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -