17 août 2011 3 17 /08 /août /2011 03:18
Depuis le début de l’accident, la centrale de Fukushima Daiichi n’a jamais cessé de produire de la vapeur. Elle provient des piscines de refroidissement des combustibles usés et des réacteurs arrosés en continu pour refroidir les cœurs nucléaires. Or par nature, la vapeur d’eau est un gaz totalement invisible. On sait que de la vapeur s’échappe dans l’atmosphère uniquement parce qu'elle se condense en fines gouttelettes au contact d’un air froid. Elle se transforme alors en quelque chose de visible : un brouillard.
 
Ceux qui observent les images fournies par la webcam de Tepco connaissent bien ce phénomène : on n’aperçoit ces brouillards au dessus de la centrale qu’à certaines heures, et spécialement la nuit, lorsque la température baisse ou que les vents du Pacifique apportent soudainement un air froid venant du large.
 
C’est pourquoi durant les jours d’été, quand il fait chaud, on ne la voit pas forcément. Mais ce n’est pas pour autant qu’il n’y en a pas. En fait, en augmentant le contraste de certaines photos ou vidéo, on peut mieux mettre en évidence ce dégagement de vapeur, par exemple avec cette photo, tirée d’une série  donnée par Lucas Whitefield Hixson.
 
Fukushima_Daiichi_May_12th_2011_4_23_pm_CST.jpg
 
 
Mais les faits qui suivent sont de nature différente, car la vapeur semble provenir d’ailleurs. La vidéo de la nuit du 4 août montre par exemple d’énormes dégagements de vapeur, accompagnés d’effets lumineux. Cette séquence a été vue plus de 100 000 fois sur YouTube. C’est dire si elle est impressionnante.
 
On voit des lumières intenses se dégager à droite de l’écran, et beaucoup de brouillard. Certains ont interprété cet événement comme l’incendie de la piscine commune de combustible usé, car ces lumières sont dans sa direction. En effet, cette piscine est située derrière le réacteur 4, à une cinquantaine de mètres à l’ouest, donc à la droite des réacteurs sur l’image de la webcam.
 
Or, il faut savoir que la piscine commune a été visitée par l’AIEA le 27 mai dernier. On peut la voir dans une vidéo faite à l’occasion, et dont la photo suivante est tirée.
 
common spent fuel fuku
 
 
On peut constater au passage que cette piscine n’est pas en bon état : sa bordure est défectueuse, peut-être des dégâts dus au tsunami ou au tremblement de terre. En fait, sous ces 3000 m3 d’eau calme reposent plus de 1000 tonnes de combustible usé (6375 assemblages exactement selon les sources officielles, soit plus de 400 000 crayons d’uranium-plutonium). Cette piscine est donc un lieu très sensible, car il ne faut pas qu’elle perde son eau. Si c’était le cas, le combustible s’échaufferait et pourrait finir par brûler, ce qui provoquerait une pollution radioactive sans précédent. Mais pour l’instant, Tepco n’a pas signalé de fuite d’eau au sujet de cette piscine, donc tant que le combustible est immergé complètement, il ne peut pas s’échauffer. Il semble donc qu’il faille chercher d’autres raisons à ces lumières.
 
En fait, les projecteurs utilisés pour éclairer les réacteurs sont très puissants. Si la lumière rencontre une nappe de brouillard, elle va être très atténuée car dispersée par chaque gouttelette, et elle formera un halo de lumière. Songez par exemple aux phares de voiture que vous ne voyez qu’au dernier moment dans le brouillard, ou aux halos lumineux au-dessus des villes la nuit.
 
Dans la vidéo, on distingue bien des halos au-dessus de l’emplacement des projecteurs. Pourquoi ces halos changent-ils d’aspect comme s’il s’agissait d’un incendie ? Tout simplement parce que le brouillard semble avoir des intensités très changeantes. On peut expliquer ce phénomène par des jets de vapeur qui pourraient provenir du sol non loin de ces projecteurs, ou alors directement des réacteurs 2, 3 et 4. Il faut aussi garder à l’esprit que cette vidéo est accélérée (on visionne 1 heure en seulement 3 minutes) et que les effets sont ainsi accentués.
 
Des jets de vapeur provenant du sol ont en effet été signalés par des travailleurs qui sont quelquefois obligés d’évacuer temporairement les lieux (source). Car c’est de la vapeur radioactive.
 
    Ce brouillard ne viendrait pas cette fois-ci de l’océan, mais bien de la vapeur abondante qui sortirait des antres de la centrale. Un corium en est vraisemblablement responsable. D’autant plus qu’il semble être actif (réaction nucléaire en cours) puisque l’on trouve du Neptunium-239 à 38 km à l’ouest de la centrale (source). Cet élément radioactif est en effet un pur descendant de l’activation de l’uranium 238. Très instable ‒ le Neptunium-239 a une période de 2,4 jours ‒ il se transforme rapidement en Plutonium-239. Or, qui dit réaction nucléaire, dit fort dégagement de chaleur. Si le corium a atteint la nappe phréatique, c’est normal que de la vapeur soit produite en quantité et s’échappe par la moindre faille, fissure, cavité ou tuyau qu’elle rencontre dans le sol.
 
S’il s’avère que c’est dû au corium, il continuera de produire de la vapeur radioactive encore pendant longtemps, empêchant parfois la présence de l’homme sur le site, et retardant les travaux de façade. Et en hiver, il est probable que l'on ne puisse plus apercevoir la centrale car l'air froid continuel pourrait provoquer un brouillard permanent.
 
 
Autre vidéo avec apparition subite de brouillard : 10 jours plus tard, le 14 août, la « vapeur » s’est encore manifestée, cette fois-ci en plein jour.
 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article

commentaires

Trifouillax 17/08/2011 23:29


Juste pour préciser que la piscine commune (CSP) n'a récupéré un circuit de refroidissement stable que le 24 mars et a donc fonctionné en régime "d'aspersions temporaires" jusqu'à cette date avec
des appoints d'eau consécutifs à des relevés de température élevés (60°C - 80°C).

Ce sont assurément des températures anormalement élevées pour une piscine d'un tel volume (4000 m3) qui se maintient habituellement sous les 30° C. Le dégagement de chaleur résiduelle des
assemblages est estimé à 1.12 MW - c'est 2 fois moins que la piscine très active du 4 - et varie très peu dans le temps, la masse de combustible stockée en CSP étant très importante (estimation de
1500 tonnes ?) et très "usée" en réacteur puis passablement désactivée en piscine réacteur.

Cordialement,


  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

Agenda

Jeudi 7 septembre 2017, 17h06
Dominique Balaÿ, demain 7 septembre sur la radio suisse RTS - Espace 2
Le titre de l'émission est MAGNETIQUE, c'est une quotidienne autour de la musique animée par Anne GILLOT.
Elle l'interrogera sur l'histoire et les motivations du projet "Et pendant ce temps là à Fukushima" qu'il mène depuis 2011 en invitant des artistes à produire une œuvre ou à simplement à s'exprimer sur la catastrophe de Fukushima.
 
Mardi 12 septembre à 20h
Projection/débat du film "Fukushima : Les voix silencieuses" à Grenoble.
Les 2 réalisateurs, Chiho Sato et Luca Rue, seront présents au débat.
Lieu: Antigone, 22 rue des violettes 38100 Grenoble
Entrée gratuite sans réservation
 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -