26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 01:32

Lors de l’arrêt automatique des réacteurs le 11 mars 2011 à 14h46 (heure du séisme), les barres de combustible ont, d’après Tepco, continué à être refroidies par le système de refroidissement de secours. Mais à 15h30, une vague de 15 m de hauteur a mis hors service ce système de secours et le cœur a donc cessé d’être refroidi.

 

D’après Chris Allison, au bout de 3 heures et demi de non refroidissement, un cœur de ce type fond entièrement et se retrouve au fond de la cuve du réacteur. A Fukushima, le 11 mars à 19h00, les cœurs avaient donc déjà fondu. Toujours d’après ce même expert, une heure plus tard, la masse fondue (corium), constituée d’uranium, de plutonium et de divers métaux constituant les assemblages, a une température de 1650°C, soit la température de fusion de l’acier de la cuve du réacteur. Combien faut-il de temps pour que ce corium traverse une cuve qui a une épaisseur de 26 cm ? Sans doute moins que la théorie. Car concrètement, au fond de la cuve, il y a déjà une multitude de trous.

 

 En effet, le fond de la cuve d’un réacteur à eau bouillante (BWR en anglais) est percé de nombreux trous qui servent à faire passer les barres de contrôle (control rods). A Fukushima Daichi, la cuve du réacteur 1 a ainsi 97 trous, les cuves des réacteurs 2, 3, 4 et 5 ont chacune 137 trous, et la cuve du réacteur 6 en a 185. Autant dire que pour le corium qui arrive là, il est facile de se frayer un chemin (il suffit de 300°C pour endommager un joint).

 

barre de controle systeme hydraulique ge bwrBarre de contrôle traversant le fond de la cuve (document GE)

 

Si l’on suit la logique, étant donné que Tepco n’a commencé à injecter de l’eau de mer que le lendemain 12 mars à 20h20, il est évident que le corium a eu le temps de sortir de la cuve, et cela au moins pour les 3 réacteurs en service (1, 2 et 3). Pour les réacteurs 5 et 6 qui avaient encore respectivement 94 tonnes et 132 tonnes de combustible dans leurs cœurs, on peut imaginer qu’il en a été de même puisque ces masses devaient également continuer à être refroidies, même avec le réacteur l’arrêt.

 

Selon un article du Mainichi du 25 mai 2011, Tepco est finalement arrivé à la conclusion qu’il y aurait plusieurs trous dans les enceintes de confinement des réacteurs 1 et 2. Cela confirmerait que le corium a traversé le fond des cuves en acier, qu’il est descendu dans le fond de l’enceinte, et qu’il l’a percé. Un trou aurait un diamètre de 7 cm pour le réacteur 1 et plusieurs trous de 10 cm pour le réacteur 2. A moins que le tremblement de terre n’ait provoqué ces trous ? Avec Tepco, il faut toujours deviner !

 

On peut se demander pourquoi Tepco lâche seulement maintenant ces informations alors que ces évènements ont probablement eu lieu dans les jours qui ont suivi le tsunami. Tout simplement parce que jusqu’à maintenant, personne ne lui demandait rien et il avait tout intérêt à cacher la situation pour sauvegarder une image acceptable de l’énergie nucléaire. Mais depuis hier, l’AIEA fait une enquête sur l’accident de Fukushima (ils ont mis le temps !), alors Tepco ne peut plus soutenir ses mensonges, il va désormais être obligé de dire la vérité.

 

Sources :

http://forums.futura-sciences.com/actualites/463203-explosion-a-fukushima-80.html

http://enenews.com/reactor-no-2-has-multiple-4-inch-holes-in-containment-vessel

http://mainichi.jp/select/weathernews/20110311/nuclear/news/20110525k0000m040135000c.html

http://www.lepoint.fr/monde/et-pendant-ce-temps-la-au-japon-20-05-2011-1333323_24.php

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article

commentaires

Delphin 30/05/2011 14:18


Bonjour,

Cet article est très important, il aura d’ailleurs un grand retentissement. (Source initiale : Terre TV)
Rifkin est un sociologue américain très écouté des décideurs

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Jeremy Rifkin : "le nucléaire est mort"
Écrit par rédaction Le 24 mai 2011

"Je préside un groupe de 120 des plus grandes entreprises du monde dans le domaine de l'informatique, des transports, de la logistique, de l'énergie, de la distribution d'électricité, de la
construction [...], ces sociétés savent que le nucléaire est mort" dit Jeremy Rifkin. Dans une interview exceptionnelle réalisée par Terre.tv, Rifkin, essayiste, spécialiste de prospective
économique de réputation mondiale, fondateur et président de la Fondation pour les tendances économiques (Foundation on Economic Trends) explique pourquoi en 5 arguments factuels. Quatre autres
interviews de Jeremy Rifkin seront diffusées sur Terre.tv très prochainement.

Rifkin considère la technologie comme "totalement dépassée, d'un autre siècle". Il fait une analogie avec l'industrie de la musique qui n'a pas vu venir le partage de fichiers sur Internet, avec la
presse qui n'a pas compris la blogosphère, avec Encyclopedia Universalis qui se moquait de Wikipedia, ou encore avec Bill Gates qui n'aurait jamais pensé que le logiciel libre Linux deviendrait un
acteur mondial de premier plan.
Les arguments de Jeremy Rifkin résumés :

1) il faudrait construire 1500 réacteurs nucléaires dans les 25 ans, à coups de milliers de milliards de dollars pour avoir un effet sur les émissions de gaz à effet de serres.

2) Nous faisons du nucléaire depuis 60 ans et nous ne savons toujours pas quoi faire des déchets ; et il n'existe pas de solutions.

3) Le prix de l'uranium ne cessera d'augmenter pour une ressource de plus en plus rare

4) Il existe bien une nouvelle génération de réacteurs nucléaires pour se passer de l'uranium (les centrales de 4ème génération à neutrons rapides), mais elles fonctionnent au plutonium, "c'est de
la folie" dit Rifkin.

5) Sauf à mettre les centrales sur les côtes et à les refroidir à l'eau de mer, il n'y a pas assez d'eau douce. Et s'adressant spécialement aux français : "40% de toute l'eau douce consommée dans
toute la France est utilisée par l'industrie nucléaire pour refroidir les réacteurs".

Amicalement,

Delphin


Delphin 29/05/2011 09:31


Bonjour,

Ce que je retiens donc du forum-rpcirkus :
- Le corium a forcément traversé les cuves
- Le corium est forcément resté au fond des cuves

A propos deThree Mile Island, j'avais oublié d'indiquer que le coeur était "neuf" (3 mois de fissions), donc que la quantité de produits de fissions était significativement moindre qu'à Fukushima,
donc la chaleur à évacuer également.

Merci pour la référence du forum,

Delphin


Delphin 27/05/2011 10:55


Bonjour,

Je comprends les réserves que vous exprimez face à la complexité et à l'opacité de la situation.
Cependant, je souhaite de tout coeur que Tepco injecte, malgrè tout, suffisament d'eau dans les réacteurs, parce qu'il s'agit tout de même de "l'empoisonnement" définitif d'une région entière.


Voici, à propos du cas concret de Three Mile Island, les données recopiées de la GAZETTE NUCLEAIRE n°26/27 :

"TMI-1979 - GAZETTE NUCLEAIRE
Puissance thermique: 2.772 MW Puissance électrique brute 959 MWe .... pages 10 et 11: Bâtiment du réacteur unité N°2 de T.M.I et ANNEXE 2:

ÉVOLUTlON DE L'INSTALLATION DU 28 MARS AU SOIR
AU 6 AVRIL 1979

ÉTAT DE L'INSTALLATION AU 5 AVRIL 1979
ET PROBLEMES POTENTIELS

"Au 4 avril, les mesures dans le cœur n'indiquaient plus aucune trace d'ébullition dans ce dernier.
· Température maximale dans le cœur: (248°C) 4 (seuls 3 thermocouples indiquent plus de 205°C).
· Pression primaire: (69 bars).
· Températures moyennes entrée et sortie du cœur: 138°C.
La puissance résiduelle du cœur était de l'ordre de 5 MW. "


5 MW à évacuer une semaine après l'interruption de la réaction de fission pour un réacteur (PWR) de puissance un peu supérieure me rassurerait plutôt quant aux puissances calorifiques à évacuer par
Tepco plus de 2 mois après...

Amicalement,

Delphin


Pierre Fetet 27/05/2011 11:55



Delphin, merci pour ces précisions ; il y a aussi un très bon forum de discussion sur le corium ici : http://www.forum-rpcirkus.com/t1924-le-corium où l'on apprend par exemple que le corium dévore une épaisseur de 8 m de béton en seulement
6h30 !



Sarah 26/05/2011 14:46


Dire la vérité à l'AIEA ? Je vous trouve bien confiants. Et j'aimerais bien savoir ce que cette même AIEA nous dira à nous en France.


Pierre Fetet 26/05/2011 21:36



Bien sûr on ne saura pas tout mais tout fini par se savoir. L'AIEA va condamner Tepco et s'en servir de bouc émissaire pour essayer de blanchir le reste de la filiaire qui peut être sauvé, comme
ça avait été le cas avec Tchernobyl : en 1986 les Russes étaient des incompétents, et le lobby nucléaire s'est appuyé dessus pour continuer de plus belle la construction de nouvelles
centrales plus performantes. Aujourd'hui, rebelotte, AREVA and co condamnent les Japonais et leurs centrales à eau bouillante pour promouvoir l'EPR dans le monde. Mais cette fois-ci ça ne
marchera pas forcément car la catastrophe est trop énorme et les investisseurs sont carrément refroidis.



Delphin 26/05/2011 11:43


Bonjour,

Il y a aussi la question de l'évacuation de la chaleur résiduelle du corium à évacuer. Les 7 m3/h annoncés par Tepco sont-ils suffisants (circuit ouvert) ?
(Il se pourrait, en effet, que Tepco ne puisse techniquement faire plus.)


- Pour S. Huet, blog "Libération", oui :
----------------------------------------------------------------
Sylvestre Huet :" La puissance thermique à évacuer est de l'ordre du mégaWatt (entre 1 et 4), si mes souvenirs sont bons. Donc, une circulation d'eau de quelques mètres cubes par heure peut
suffire, mais il ne faut pas qu'elle s'arrête."

- Pour le blog "L'électron- libre", absolument pas :
----------------------------------------------------------------
Le 25/05/2011 19:03:31 par :l'e- libre

Réponse à Delphin

Bonsoir,
Merci pour votre intéret aux questions de refroidissement qui vont redevenir d'actualité.
La puissance électrique du réacteur 3 est 784 MW électrique . L’efficacité de la centrale est de 33% .D’où un dégagement de chaleur 3 fois plus fort que la puissance électrique produite.
D’après les modèles,et l'expérience ,pour une fermeture « classique », on estime approximativement la décroissance thermique 2 mois après l’arrêt, à 0,3% de la puissance nominale,

Ce qui nous donne : 784 * 3* 0,03% = 7 MW thermique. C’est un minimum, compte tenu des conditions d’arrêt.
Si vous avez des doutes, consultez le site du MIT, ou de l’E. Polytechnique de Montréal, qui l’expliquent très bien. J’ai mis le document (en français) de l’EP dans la rubrique « vos commentaires
».
La quantité d’eau nécessaire au refroidissement est évidemment directement proportionnelle à la puissance thermique à évacuer (voir dernier bulletin).Mais personne ne veut voir la réalité
Conseillez à M Huet de s’informer sur des sites fiables, comme par exemple « l’e- libre »
----------------------------------------------------------------

Et vous, qu'en pensez-vous ?

Amicalement,

Delphin


Pierre Fetet 26/05/2011 22:00



On peut discuter pendant des heures des données de Tepco, à mon avis c'est peine perdue. D'abord c'est une entreprise qui se fout du monde entier depuis deux mois. Elle diffuse des infos au
compte goutte pour protéger des secrets qui sont censés la protéger, elle et le gouvernement nippon. A quoi bon parler d'une matière magmatique très mal connue, le corium, qui s'autoalimente en
rongeant le béton ? Une expérience de ce type avec autant de tonnes de corium en un seul endroit, n'a jamais été réalisée, donc on ne peut pas connaître la suite. A mon sens, on ne peut pas
comparer l'énergie thermique dégagée par le corium et l'énergie thermique d'un coeur en fonctionnement. Parler de "chaleur résiduelle" pour le corium ne me semble pas le bon terme, alors que l'on
sait qu'il va encore chauffer durant 20 ans.



  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -