28 avril 2011 4 28 /04 /avril /2011 16:26

On voit encore ici ou là des gens soi-disant spécialistes, mais essentiellement anonymes, qui prétendent que les faibles doses de radioactivité ne sont pas dangereuses pour la santé.

 

En fait, la question ne devrait plus être polémique car la CIPR, Commission Internationale de Protection Radiologique, a fait ces recommandations il y a plus de 20 ans, mais le gouvernement japonais semble les ignorer :

 

     1) Il n'y a pas de seuil de dose en dessous duquel il n'y a aucun effet : en clair, cela signifie que toute dose de rayonnement comporte un risque cancérigène et génétique.

 

     2) La probabilité d'apparition d'un cancer radio-induit mortel est directement proportionnelle à la dose reçue.

 

     3) Le rayonnement naturel n'est pas inoffensif.
« La composante de l'irradiation du public due aux sources naturelles est de loin la plus élevée, mais ceci ne fournit aucune justification pour réduire l'attention qu'on doit apporter aux irradiations plus faibles mais plus facilement maîtrisables dues aux sources artificielles » (article 140)

 

Dès 1990, la CPIR révisait à la baisse les normes de radioprotection, la portant à 1 mS/an pour le public et 20 mS/an pour les travailleurs. Mais ces limites de dose n'impliquent pas qu'en dessous de ces limites, le rayonnement est inoffensif ; cela est clairement indiqué dans l’article 124 :

"Dans la pratique, plusieurs idées fausses sont apparues dans la définition et la fonction des limites de dose. En premier lieu, la limite de dose est largement, mais d'une façon erronée, considérée comme une ligne de démarcation entre «l'inoffensif» et le «dangereux»"

 

Alors, quels dangers et quels effets ?

 

Je reprends des extraits d'un article de Roger Belbéoch de La Gazette nucléaire

 

Les effets biologiques, cancers et dommages génétiques, sont d'une nature tout à fait différente de ceux causés par les fortes doses. Ainsi les processus de réparation incomplète des cellules endommagées par le rayonnement peuvent induire un cancer,  mais dans une population d'individus irradiés d'une façon identique, certains développeront un cancer, d'autres pas, sans qu'il soit possible de prédire qui sera affecté. Ces effets apparaissent au hasard au sein de la population irradiée.

(…)

Les effets génétiques se manifestent dans toutes les générations à venir.
     Pour les cancers aucun symptôme n'est détectable entre le moment de l'irradiation et l'apparition clinique ultérieure du cancer radio-induit ce qui traduit des longs temps de latence :
     - de 2 ans et plus pour  les leucémies
     - supérieurs à 10 ans pour la plupart des tumeurs solides

(…)

On doit tenir compte des effets tératogènes par irradiation in utero des embryons et des fœtus, particulièrement radiosensibles, pouvant conduire à des avortements spontanés, des anomalies à la naissance, des retards moteurs ou mentaux plus ou moins graves.
En ce qui concerne l'induction de cancer et leucémie on considère que le risque est plus élevé pour les enfants ayant été irradiés in utero.  D'autre part il semble se confirmer que les enfants de moins de dix ans sont plus radiosensibles que les adultes.

 

Source : La Gazette nucléaire n°141/142

http://solar-club.web.cern.ch/solar-club/gazette/1995/141_18.html

 

 

A propos de la CIPR et des effets des faibles doses, il faut lire l’analyse remarquable de Rosalie Bertell, présidente de l'International Institute of Concern for Public Health (Institut international pour la santé publique) de Toronto.

Lien :

http://www.dissident-media.org/infonucleaire/rosalie_bertell.html

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans En France et ailleurs
commenter cet article

commentaires

Delphin 26/05/2011 11:27


Bonjour,

Vous serez peut-être intéressé par ma réaction à l'affirmation d'un seui, de Michel Alberganti, journaliste à France Culture, sur son blog, le 13 avril.

La doctrine officielle, "pas d'effets notables en dessous de 100 millisieverts" a contaminé jusqu'aux milieux médicaux.

Amicalement,

Delphin (lecteur depuis toujours de La Gazette Nucléaire)

MA REPONSE (extrait) :
------------------------------------------------

Delphin13.04.2011

Bonjour trafic (et les autres)

En 1990 la CIPR a redéfini complètement le système de radioprotection qu'elle recommande dans sa publication 60 (CIPR 60, 1991) [5].

Les nouvelles recommandations de la CIPR [7]
1) Il n'y a pas de seuil de dose en dessous duquel il n'y a aucun effet . La Commission s'explique sur ce point dans plusieurs articles (Art. 21, 62, 68, 69, 100). Toute dose de rayonnement
comporte un risque cancérigène et génétique (effets stochastiques ou non déterministes).

2) La probabilité d'apparition d'un cancer radio-induit mortel est directement proportionnelle à la dose reçue.

3) Le rayonnement naturel n'est pas inoffensif.
L'article 140 précise :
«La composante de l'irradiation du public due aux sources naturelles est de loin la plus élevée, mais ceci ne fournit aucune justification[souligné par nous] pour réduire l'attention qu'on doit
apporter aux irradiations plus faibles mais plus facilement maîtrisables dues aux sources artificielles»[sous-entendu hors situation accidentelle].
(Extrait de "La Gazette Nucléaire, n°141/142 avril 1995)
La modélisation était dans mon précédent message.
Pour compléter : Conférence internationale MELODI dédiée aux recherches sur les faibles doses de rayonnement ionisant octobre 2010 : "Aussi faible soit la dose, le risque existe" Sylvie Chevillard,
chef du service de radiobiologie expérimentale du CEA.

Amicalement à trafic (et aux autres),

delphin


Pierre Fetet 26/05/2011 22:07



Merci de votre contribution. Les journalistes scientifiques ne sont pas tous antinucléaires, et souvent ils tiennent leurs infos d'Areva ou de sociétés pronucléaire, donc ils ne sont pas
forcément bien informés. Donc il faut informer, informer, informer sans cesse et partout. La radioactivité est invisible et peut causer tant de dégâts si on ne ma connait pas !



  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -