9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 17:17
Ces deux reportages sont très intéressants à mettre en vis-vis.
 
L’un parle des conditions mises en place dans le « village nucléaire » japonais qui ont permis à la catastrophe de Fukushima de se produire. « Bien que la cause directe de l’accident était le tsunami, de façon plus significative, l’erreur a été les mesures de sécurité requise qui n’ont pas été prises », explique l’ex-premier ministre du Japon, Naoto Kan.
 
« Le mensonge de Fukushima », documentaire de Johannes Hano diffusé sur la chaîne allemande ZDF le 7 mars 2012, sous-titré en français par Kna.
 
 
 
L’autre parle des conditions actuelles du « village nucléaire » français. On y apprend que le ministre actuel de l’économie, François Baroin, fait pression pour « accélérer les efforts de redressement de la rentabilité » de l’électricité nucléaire, ce qui amoindrit mécaniquement la sécurité des centrales, car on oublie le facteur humain : 80 % des travailleurs du nucléaire sont aujourd’hui salariés d’entreprises de sous-traitance, et on ne leur donne plus aujourd’hui les moyens de travailler de manière efficace.
 
« Nucléaire, la bombe humaine », reportage d’Elsa Fayner diffusé sur France 5
le mardi 10 avril 2012 à 20h35
ou visible sur le net à l’adresse suivante jusqu’au 17 avril 2012
bombe-humaine.jpg
 
 
 
 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans En France et ailleurs
commenter cet article

commentaires

Roland 10/04/2012 12:49

@Delphin : il faut prendre en compte la demande croissante des puissances émergentes. La transition ouverte concerne toute la planète. Les jeunes générations devront définir un nouveau mode de vie.
Entré dans le "soir" de la vie, je forme des voeux pour les courageux chevaliers de l'an 2050, qui définiront, construiront ce mode, ces nouvelles activités, cette approche humaniste, propre à
nourrir les discussions, devant le feu de bois, qui ronfle dans la cheminée...Humanisme, romantisme, engagement citoyen seront les moteurs de l'humanité.

Delphin 10/04/2012 12:45

(Suite Delphin)

Extrait d'une interview de Bernard Laponche, polytechnicien, sur Rue 89 :


« En France on parle du nucléaire comme si c’était toute l’énergie, mais en réalité, la contribution du nucléaire à l’énergie finale c’est seulement 17%. »

« La part des transports dans la consommation d’électricité n’est que 3%. C’est génial et personne ne le sait. On peut multiplier par trois tous les transports électriques collectifs, et c’est ce
qu’il faut faire. »

« Les deux tiers de la consommation d’électricité en France est dans les bâtiments. Consommation du chauffage électrique, encore une spécialité française, mais surtout des usages spécifiques,
électroménager, audiovisuel, informatique, dont nous consommons beaucoup plus que les Allemands. »
--------------------------------------------------------------------

3 % de l'électricité est pour les transports. Quand vous entendez "Arrêter le nucléaire, mais comment faire rouler les trains !"

Nous pouvons donc cesser l'automobile généralisée en ville et reconstruire un réseau ferroviaire petites lignes modernes en campagne. (rappel, les déplacements réchauffent à 30 %, il ne faut donc
plus permettre d'incitation publicitaire à l'utilisation de l'automobile, en se reconvertissant progressivement)

Delphin 10/04/2012 12:31

"Ne perdons pas de temps. Nous avons quelques années devant nous pour préparer l'après uranium, mettre en oeuvre une politique énergétique différente, accordant une large place aux
renouvelables"

... En n'oubliant pas que nous n'avons pas tant un problème de production que de consommation démentielle d'énergie (je parle naturellement des pays industrialisés) et que la solution est d'abord à
trouver dans une manière de vivre différente.

Si elle était trouvée, c'est-à-dire si nous devenions - par la force des choses - raisonnables, alors l'ingéniosité humaine n'aurait aucun mal à utiliser/perfectionner des énergies VRAIMENT
renouvelables et respectueuses de la vie.

Le problème, c'est que cette consommation effrénée, les dominants ont intérêt à nous y aliéner, pour accroître leur richesse (volonté de puissance), de la même façon qu'ils nous aliènent à la dette
pour percevoir des intérêts pérennes (dette garantie).

Ils accroissent leur richesse de 2 façons :
- Vendre des biens matériels (et services), toujours plus de biens. C'est ce que le tsunami japonais illustra également malheureusement : un invraisemblable imbroglio d'objets artificiels
(plastique, composites) vomit par ces maisons et formant des tonnes et des centaines de tonnes d'objets inutiles le plus souvent (bateaux de luxe pour les plus gros, par ex.).
- Produire et nous vendre l'énergie qui va avec (cf. ces fermes géantes éoliennes géantes : agriculture industrielle, loisirs center parcs industriels, nourriture industrielle, énergies
renouvelables industrielles...).

Delphin

Roland 09/04/2012 19:32

Les conditions de la sous-traitance posent un redoutable problème : la cascade de sous-traitants (parfois jusqu'à une chaîne de 8 intervenants) rend difficile l'analyse de l'exposition (doses
reçues ? conformité ou non aux normes actuellement admises ?, le suivi sanitaire des salariés. Les questions posées par la mission de l'office parlementaire d'évaluation, dans la lettre du 24
novembre 2011 au Premier ministre, recevront-elles, un jour, une réponse ?
La Cour des comptes pourrait, complétant ainsi son rapport sur les coûts du nucléaire, analyser la prise en charge par la médecine du travail des salariés de la filière, des sous-traitants
effectuant la maintenance, le suivi sanitaire des salariés.
Le ministre François Baroin commet une erreur manifeste, liée à une approche obsolète du dossier : les "efforts" demandés aux réacteurs actuels, la prolongation de la durée de vie des centrales
entraîneront mécaniquement une augmentation des coûts. N'oublions pas que le principal exploitant EDF paie la réduction des budgets de maintenance, dans les années 2000. EDF a reconnu son erreur, a
révisé sa politique de maintenance, a augmenté les enveloppes. Nous ne connaissons pas encore les incidences des prescriptions de l'autorité de sûreté. Le coût de production de l'électricité
nucléaire augmentera, quelles que soient les attentes, l'impatience du ministre. La Cour des comptes a souligné dans son rapport toutes les incertitudes liées aux coûts du démantèlement, aux
dépenses difficilement chiffrables. Et le ministre n'intègre pas non plus à sa réflexion les compensations à accorder aux collectivités locales.
Il serait sage de mettre sur le métier une nouvelle politique énergétique, de préparer l'après pétrole et l'après uranium. L'actuelle "fuite en avant" sur les réacteurs de 3ème et 4ème générations
voile la réflexion. Rappelons que l'EPR, dont le chantier est, à nouveau, à l'arrêt, n'a pas fait ses preuves ; que la 4ème génération est au stade de l'expérience, avec Astrid.
Ajoutons que le ministre devra prendre en compte les coûts du démantèlement, du contrôle des combustibles usés, de la surveillance des familles de déchets, de la formation des personnels, de la
transmission de la "mémoire" des activités nées du nucléaire.
La filière nucléaire sera de plus en plus budgétivore !
Ne perdons pas de temps. Nous avons quelques années devant nous pour préparer l'après uranium, mettre en oeuvre une politique énergétique différente, accordant une large place aux renouvelables.

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

Agenda

2-3-4 novembre 2017, Paris

3ème Forum Social Mondial Antinucléaire

Lien vers le site dédié : http://fsm-antinucleaire2017.nuclearfreeworld.net/


 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -