19 octobre 2011 3 19 /10 /octobre /2011 00:55

On a pu lire dans un forum que le message de Yuko NISHIYAMA était un faux. Histoire de colporter une rumeur peut-être ou de discréditer les informations provenant directement du Japon ? En tout cas cette mise en cause provenait certainement de quelqu’un qui ne connaît pas le principe de ce blog : les informations diffusées ne sont jamais des inventions. Les sources sont toujours citées, ou alors il s’agit de sources directes qui ne sont pas disponibles sur internet. Aujourd’hui, je diffuse également un autre témoignage provenant du Japon, celui de Yukiko TAKAHASHI. Si quelquefois un lecteur voulait rentrer en contact avec l’une ou l’autre des auteures de ces messages, je le mettrai volontiers en relation avec elles.

 

Yukiko-Takahashi.jpgYukiko, comme Yuko, s’adresse aussi aux Français. Elle raconte comment les habitants de Fukushima ignorent tout des dangers de la radioactivité, et comment ils sont autant contaminés par les radioéléments que par la désinformation…

 

 

 

 

 

 

Yukiko TAKAHASHI

 

 

 

« J'ai vécu à Fukushima pendant mes 3 ans de collège et mes 3 ans de lycée.
Il y a quelques jours, le 8 octobre 2011, je suis allée à la ville de Fukushima.

Moi, je portais un masque mais, quand je regardais comme ça dans la ville
les gens de Fukushima, il n'y en avait aucun qui portait de masque.
J’ai vu des employés municipaux qui s'activaient à la décontamination avec des manteaux de pluie et des masques dans la rue, et j’ai vu de l'autre côté du trottoir de jeunes étudiantes qui passaient sans masque en rigolant.

C'est la réalité de la ville de Fukushima.

Ce jour-là, il y avait la grande fête régionale traditionnelle de l’automne dans les villes et villages.
Les bébés, les enfants et les jeunes aussi ne portaient pas de masque.
Il y avait plein de stands de restauration dans la rue, ils mangeaient, ils buvaient dehors sans aucun problème ni souci.

Ma copine qui vit à Fukushima m’a dit :
« Il y a des gens qui disent qu'il n'y a aucun problème de radioactivité ; maintenant, c'est le contraire du danger à Fukushima, parce que si on fait des examens de dépistage des cancers plus souvent qu’ailleurs, nous vivrons plus longtemps que les autres. Si tu es trop inquiet et que tu deviens stressée, tu deviendras malade psychologiquement. »
En fait, il n'y a pas d'exemple d'impacts à cause de la radioactivité, on ne sait pas si c'est dangereux ou pas. La radioactivité n'est pas visible. Je comprends aussi que les gens soient paralysés par la radioactivité.

Le journal mensuel de la préfecture de Fukushima (UTSUKUSHIMA YUME-DAYORI numéro d’octobre) a été distribué à toute la population locale.
Dedans, il y avait les commentaires du
professeur YAMASHITA. Il a dit :

"Quand la radioactivité qui reste encore se mesure en unité de microSievert, elle ne blesse même pas les cellules." 

"A Tchernobyl, il y a eu des craintes au début dans la population [parce que les gens n'avaient pas d'information correcte], mais je voudrais expliquer aux gens d'ici au fur et à mesure [qu'il n'y a pas de danger.]"

Ça regorge de fausses rumeurs dans la ville, qui disent qu'il n'y a pas de danger.
Il y a des drapeaux partout "Il ne faut pas baisser les bras contre la rumeur". En ce moment, les gens de Tokyo ne veulent pas trop acheter de produits alimentaires de Fukushima. (Ils disent que c'est une mauvaise rumeur) et des drapeaux qui disent "Bon courage, Fukushima !"

Dans le quartier de "Watari" dans la ville de Fukushima, ils ont trouvé des points chauds qui font 3 microSv/h (1). Les habitants demandent à la mairie de reconnaître ce quartier comme "hot spot" et qu'ils leur conseillent de partir. Car s’ils reconnaissaient cela, les habitants pourraient recevoir une somme d'argent par une aide gouvernementale.
Mais, à la conférence qui a été organisée par l'Etat pour expliquer la situation aux habitants du quartier, les représentants de TEPCO ne sont pas venus, ni le maire de la ville de Fukushima. Juste des employés de la mairie sont venus et ils ont dit : "D'abord, il faut décontaminer !" C'est tout.
Mais il n'y a pas eu d'amélioration. A la ville de Fukushima, il n'y a aucun projet pour évacuer des gens.

Les habitants de Fukushima sont accrochés à l'endroit où il ne faut pas rester.
Ils sont contaminés par la radioactivité, mais aussi par les mauvaises informations.
Le pays, le préfet, la ville, personne ne veut aider les habitants.
Des habitants de Fukushima vont êtres tués par l'Etat.

Je voudrais que les Français connaissent cette réalité-là.
Les gens de cette région sont très fatigués de cette histoire.
Ils ne veulent plus entendre parler de ça.
Ils ne veulent plus regarder leurs compteurs Geiger.
Ils en ont marre...

Il y a de plus en plus de mouvements pour sortir du nucléaire à Tokyo, à Fukushima, et partout maintenant au Japon.

Alors s’il vous plait, restez liés avec "Fukushima" !
Restez liés avec "le Japon" ! »

Yukiko TAKAHASHI

 

 

 

 

(traduction Yumiko)

 

 

---------------------------

 

Message original

 

 

私は中学・高校を福島市で育ち、今は東京にいる者です。

 201110.8、私は福島市に行ってきました。

 

私はマスクをしていきましたが、見渡すかぎり、福島市民はマスクをしていませんでした。

レインコートとマスクを身につけ、ホースの水によって庭を除染する人がいる反対側の道を、中学生と思しき少女たちが、マスクも身につけず談笑して通り過ぎる。

 

これが福島市の実態です。

 

 

この日は、市内の神社の秋祭りがあり、駅前は人であふれていました。

小さな赤ちゃんも、10代20代の若者も、誰もマスクをつけていません。

屋台がたくさん出て、みんな外で飲食しています。

 

福島に住む私の友人は言いました。

放射能は全然大丈夫で、ガン検診を頻繁にやるようになるから、却って福島県人の寿命は延びる、放射能を気にしすぎてストレスをためる方が精神病になってよくない、という人もいる。前例がないから危険か危険じゃないかもわからない。

放射能は目に見えないから、麻痺してしまう人の気持ちもわかる

 

 

福島県の広報(うつくしま ゆめだより 10月号)には山下教授のインタビュー記事が載り、「μSvでは細胞に傷もつかない」「チェルノブイリでも最初はパニックになったが、地道に(安全性)を説明していきたい」などとコメントされています。

広報は、全家庭に配られます。

 

 

町には「安全デマ」が蔓延しているのです。

そして、いわゆる「風評被害」に負けるなと、町中に「がんばろう福島!」ののぼりが出ています。

 

 

福島市内の渡利という地区では、3μSv/hを超える場所が見つかり、住民が「避難勧奨地点」に認定するよう、福島市に求めています。認定されれば、行政から避難支援などの援助を受けられるからです。

しかし、先日行われた住民説明会では、東電も市長も出席せず、市の担当者と国の現地災害対策本部の担当者が「まずは除染を」というだけで、なんら進展はありませんでした。福島市では避難計画はないとのことです。

 

いてはいけない土地に、福島市民は縛り付けられています。

放射能だけでなく、間違った情報に汚染されています。

国も県も市も、彼らを助けないのです。

 

福島市民は見殺しにされています。

 

フランスの皆さんにこの実態を知っていただければと思います。

 

また、福島でも、東京でも、全国でも、少しずつ、少しずつ脱原発の運動が広がっています。

原発廃止の決定権を握る経済産業省前に座り込んだり、九州電力本店前に座り込んだり、各種のデモや、疎開裁判など、さまざまなアクションがあります。

ぜひみなさん、福島とつながってください。

日本とつながってください。

 

よろしくお願いします。

 

 

 

 

(1) 3 microSv/h, c’est beaucoup. Cela représente 26 mSv/an. En France, la norme officielle est 1 mSv/an pour la population.

 

 

 

Depuis que Yukiko a écrit ce message, d’autres informations inquiétantes nous sont parvenues : plus de 20 hotspots (= points chauds, c’est-à-dire endroits radioactifs) ont été signalés à Tokyo qui, il faut le rappeler, se trouve à 250 km de la centrale accidentée (par exemple 5,82 microSv/h dans un parc d’attraction pour enfants - source : http://fukushima-diary.com/2011/10/news-spreading-fear/ )

 

 

*mise à jour du 19/10/11 : cette mesure de 5,82 microSv/h avait été réalisée le 12 octobre par les habitants. Le lendemain, le 13 octobre, les services municipaux ont fait leurs propres mesures et ont relevé 1,58 microSv/h maximum. Peut-être s’agissait-il pour les officiels de discréditer les mesures menées de manière autonome ? Quoi qu’il en soit, il a été tenu compte de cette fourchette 1,58 - 5,82 µSvh puisque la mairie a décidé de changer la terre. (Source : http://www.news24.jp/articles/2011/10/13/07192497.html)

.

 

De ce fait, le gouvernement japonais va bientôt émettre des directives pour aider les citoyens et les responsables locaux de détecter les zones contaminées afin de les nettoyer en toute sécurité. En effet, Masaharu Nakagawa, ministre de l'éducation et la science, a déclaré dans une interview au Wall Street Journal :

 

"A partir de maintenant, nous devons offrir des équipements et demander aux gens de regarder bien au-delà de Fukushima pour trouver les points chauds". Il a ajouté qu'il était très difficile de savoir comment ces taches se sont propagées. C’est à croire que ce gouvernement est très mal informé ou qu’il feint de ne pas connaître la situation ! 7 mois après la catastrophe, il serait temps que le gouvernement prenne enfin des mesures de radioprotection efficaces et que la population cesse d’être exposée stupidement à la contamination.

 

 

 

source : http://online.wsj.com/article/SB10001424052970204479504576638770772486378.html

 

 

 

Dans ce contexte, il n’est pas étonnant que Tokyo continue de voir sa population baisser, comme l’indique cette information : dans le quartier de Bunkyo, les gardes d'enfants avaient une attente dans les crèches publiques, ce qui n’est plus le cas aujourd’hui. Cela signifie que des familles ont probablement quitté la région pour mettre leurs enfants à l’abri.

 


source : http://business.nikkeibp.co.jp/article/topics/20110610/220678/?P=2&rt=nocnt

 

NB : A propos des interrogations sur l’origine de la radioactivité de Setagaya, selon le détecteur portable de recherche de source radioactive (Mirion HDS100GN) dont un journaliste a fait l’acquisition, il n'y a pas eu de pic de Cs-137 qui puisse être considéré comme un hotspot issu de la catastrophe de Fukushima. Cet appareil avait en mémoire d'autres analyses spectrales de différents endroits sur les hotspots de Chiba ou Saitama où les pics de Cs-137 sont bien visibles. Ce journaliste a comparé également ses mesures avec celles (SAM 940 3x3 Nal) des services de la mairie : les résultats concordent avec les autres analyseurs en service ce jour-là (Information Franck C.)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article

commentaires

Roland 21/10/2011 08:03


La solidarité, affirmée depuis l'accident majeur, reste entière. Je souhaite que nos amis japonais s'appuient sur les ONG(s) qui diffusent une information solide, fiable, pour développer la lutte.
j'espère que nos amis japonais s'empareront de l'appel pour Fukushima, afin qu'une cellule de l' ONU gère les suites de la catastrophe nucléaire.


Trifouillax 19/10/2011 15:03


Dont acte pour le hotpsot de Setagaya : l'exception nucléaire. Merci Pierre


Claire 19/10/2011 11:46


Effectivement la désinformation est en passe de contaminer la planète entière... Qu'il s'agisse de nucléaire, de pétrole, de réchauffement ou d'économie... Et tout ça pour qui, pour quoi ?...
Quelles motivations, quels résultats ?...

Pour ma part, j'aimerais bien connaître le sens du nom des intervenants japonais dans cette histoire, dans la mesure où souvent les Japonais ont des noms qui signifient quelque chose.


  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -