27 février 2012 1 27 /02 /février /2012 23:07
 
 

tsr

Dans l’émission « Mise au point » du 26 février 2012, Pierre-Olivier Volet présente un reportage de Georges Baumgartner qui a pu retourner sur les lieux de la catastrophe.

 

Il nous parle sans langue de bois de la collusion des opérateurs et des autorités de surveillance.

 

 
 
 
 
Quelques infos relevées dans cette perle rare :
 
18 000 ouvriers temporaires employés depuis 1 an sur de courtes périodes. Pourtant : « Il n’existe pas de liste précise des ouvriers passés par la centrale »
 
Yukiteru Naka, un des ingénieurs responsable de la construction de la centrale de Fukushima (qui se ballade dans la zone contaminée sans combinaison, ni gant, ni masque !) : « L’accident de Fukushima aurait pu être évité dans une large mesure. »
« Décontaminer les zones marines est impossible. »
 
 « Pourquoi décontaminer des sols alors que la centrale continue de rejeter des particules radioactives dans l’atmosphère ? » se demande le journaliste. 
 
« Le nucléaire est un bon moyen de mesurer le niveau de maturité démocratique d’un pays. Un pays qui se dote d’une industrie nucléaire tend à devenir un état policier car il ne vous laissera jamais voir ce qui se passe dans ses centrales. »
 
« A Koryama, ville de 300 000 habitants, à 60 km de la centrale de Fukushima, la radioactivité est aujourd’hui plus élevée que dans la zone. »
 
Eisaku Sato, ancien gouverneur de la préfecture de Fukushima : « L’organisme de surveillance des centrales nucléaires reste sous le joug du METI, le ministère de l’Industrie, le promoteur du nucléaire. Le METI pousse au redémarrage des centrales à l’arrêt, ce système de collusion est intact et plus puissant que jamais. L’agence de la sûreté nucléaire a une longue tradition de dissimulation des accidents nucléaires. J’ai pu constater moi-même ces dissimulations lorsque j’étais gouverneur. Je doute que cette agence puisse garantir la sûreté des centrales ».
 
Reportage de Georges Baumgartner, Sébastien Faure, Jeff Cooke, Laurent Jespersen et Pierre Bader.
 
Merci infiniment à ces journalistes courageux !
 
 
La Suisse a décidé de sortir du nucléaire. Aura-t-on aussi ce type de reportage sur les télévisions françaises ?
 
 

 

--------------------------------

 

A propos de collusion…

 

Un article de K.T. Hiraoka, "Containing Fukushima: Saving Japan From Itself (Part I)"

source :
http://www.huffingtonpost.com/kt-hiraoka/fukushima-anniversary_b_1299832.html

Extraits :

« Puisque le système décisionnel au Japon fonctionne de plus en plus au détriment de la société japonaise, il faut au contraire un système décisionnel plus transparent, honnête et bienveillant, à l'écoute des souhaits du peuple et y apportant des réponses. (...) C'est un relationnel confortable. Les politiques sont établies par des bureaucrates, les lois sont votées par des politiques et mises en œuvre par l'industrie. Les bureaucrates non élus qui formulent les politiques ne sont redevables qu'à eux-mêmes. Les bureaucrates au long cours ont des décennies pour alimenter leurs relations. Les hauts fonctionnaires en retraite évoluent souvent vers des conseils d'administration du secteur privé ou obtiennent des positions lucratives dans des organisations qu'ils avaient l'habitude de réguler, mêlant ainsi confortablement les secteurs public et privé. Et le système s'auto-entretient. (...) Cela peut être le danger des relations nakama - quand quelqu'un en position de pouvoir fait quelque chose qu'il ne devrait pas faire, la plupart hésitent à entreprendre quoi que ce soit de peur de nuire à leurs relations.


Voyez le désastre de Fukushima. Non seulement la prise de décisions a été trop lente dans les premières heures de la crise parce qu’il fallait parvenir à un consensus entre des acteurs trop nombreux mais il y a eu  un manque de communication du à une panne du système téléphonique. De plus, les acteurs du triangle d'or protégeaient leurs territoires respectifs. Les politiques et régulateurs protégeaient l'industrie nucléaire et l'industrie nucléaire se protégeait elle-même. Le meilleur intérêt du peuple japonais est passé au dernier rang. (...) Il reste encore incertain à quel point une partie de ce qui a mal fonctionné a relevé de la pure incompétence ou d'un manque de préparation, ou encore d'une tentative de cacher la vérité. Mais le New York Times a apporté une analyse incroyable de cette "culture de collusion" dès le début de la crise. Et il a fallu une personne extérieure (qui avait précédemment fait partie du système) pour révéler la vérité, en l'occurrence que "les acteurs majeurs de l'industrie nucléaire sont davantage intéressés par leurs propres intérêts que par l'amélioration de la sécurité". (...)

 

La sécurité du peuple japonais n'était pas la première priorité, ce qui montre par ailleurs que le système décisionnel ne fonctionne pas. (...) Et, pour montrer encore les manquements du triangle d'or et comment chacun y a d'abord pensé à protéger son territoire, les bureaucrates ont initialement fait de la rétention d'information même vis-à-vis des politiques, qui font pourtant partie de leur propre cercle. (...)

 

Tout ceci amène une question fondamentale. Qu'est-ce qui donne aux bureaucrates le droit de décider quoi dire (ou ne pas dire) au public, en particulier quand il s'agit de questions de santé ? Comme dans le conte du garçon qui criait au loup, nombreux sont ceux qui au Japon ne croient plus ce qu'on leur dit. A tel point que même si on leur dit la vérité, ils sont peu nombreux à y croire. »

 

 

Texte original :

 

"As the current decision-making system in Japan increasingly works to the detriment of Japanese society, what is needed instead is a more transparent, honest, and benevolent decision-making system that listens to the wishes of the people and responds to it. (...) It is a cozy relationship. Policies are established by bureaucrats, laws are then passed by politicians and implemented by the business sector. The unelected bureaucrats who formulate policies are beholden to no one other than themselves. Long-term bureaucrats have decades to nurture connections. Top officials often "retire" on to private sector Board of Directors or are granted lucrative positions inside organizations that they used to regulate, thereby forming a comfortable intermingling of the public and private sectors. The system perpetuates itself. (...) This can be the danger of nakama relations -- when someone in a position of power does something he/she should not do, most are reluctant to do anything about it for fear of damaging relations.


Witness the Fukushima disaster. Not only did decision-making take too long in the early hours of the crisis because consensus needed to be formed among too many players, but there was a lack of communication due to inoperable phone systems. On top of this, the Iron Triangle players were protecting their respective turfs. Politicians and regulators protected the nuclear industry and the nuclear industry protected itself. What was best for the people of Japan took a back seat.(...) How much of what went wrong was actually due to sheer incompetence or lack of adequate preparation as opposed to an attempt to hide the truth is unclear. But the New York Times ran an incredible piece on this  "culture of collusion" early in the crisis. And it took an outsider (who used to be an insider) to reveal the truth -- that "nuclear power's main players are more interested in protecting their interests than increasing safety". (...)

 

The safety of the people of Japan was not the top priority which further shows that the decision-making system is not working. (...) And to further prove the point about the failings of the Iron Triangle and how members sought to protect their turf, bureaucrats initially withheld vital information even from politicians, part of their own inner circle. (...)

 

All of which raises a fundamental question -- What gives unelected bureaucrats the right to decide what the public is told (or not told), particularly when issues of health are at stake? Just as with the tale of the boy who cried wolf, many people in Japan no longer trust what they are told. It is now to the point where even if the truth is told, few believe it."


 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article

commentaires

Roland 01/03/2012 06:15

Un acte d'accusation et un témoignage précieux. Un tableau qui justifie notre demande de ma^trise internationale du suivi de la tragédie du 11 mars.

babelouest 29/02/2012 14:13

"Ramener la contamination à moins de 20 mSv/an" afin de repeupler.... alors qu'aucune contamination n'est anodine. Dans ce type de danger, il n'y a pas de risque zéro. Des considérations bassement
financières prédominent, et tant pis pour les populations.

Courage à nos frères japonais, le pire commence maintenant. Quand, et non pas si, les doses subies de différentes façons "porteront leurs fruits" sinistres. Pour les enfants, surtout.

Aimelle 29/02/2012 13:48

Sur Arte, un papier, et surtout une analyse de Jacques Repussard, de l'IRSN, qui explique ce qu'aurait pu être le "scénario du pire", si Tepco avait abandonné la centrale:
http://www.arte.tv/fr/Japon---Tokyo-en-danger-a-cause-de-Fukushima-/6437178.html
qui donne raison à tous ceux qui étaient très inquiets en mars 2011 (et se faisaient traiter de catastrophistes sur les forums!)

babelouest 29/02/2012 10:55

Je demande la permission d'être bucolique ce matin. Le temps est calme, le soleil brille, j'entends les oiseaux chanter depuis ma fenêtre ouverte depuis tôt ce matin (début mars !), et pourtant,
invisibles, indécelables sans appareillages très spéciaux, des particules guettent tous ces être vivants qui vaquent tranquillement sous une menace grandissante.

Et pendant ce temps-là, les nucléaristes protègent leur pré carré, leur petite (ô, si petite) carrière, leurs profits, au point de se cacher mutuellement les données, les chiffres qui fâchent.
Normalement, une pareille attitude relève du crime contre l'humanité, mais nul n'est inquiété. Financiers, politiques et ingénieurs se serrent les coudes en une collusion mortelle pour le genre
humain.
http://i40.servimg.com/u/f40/11/40/28/12/rienvo10.jpg

sergeant 28/02/2012 19:06

Oui sur Arte le 6 Mars soirée spéciale enquête sur la catastrophe de Fukushima puis le nucléaire
(en Allemagne en France)

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -