26 mars 2013 2 26 /03 /mars /2013 23:59
Plusieurs chaînes humaines ont eu lieu à Paris le 9 mars 2013 autour des lieux de pouvoir pour réaffirmer l’urgence de sortir du nucléaire.
 
Nous étions des milliers à nous tenir la main et à crier "Fukushima plus jamais ça", certainement pas assez, mais suffisamment pour être entendus par les passants et les médias.
 
Pas besoin d'en écrire plus, je poste ce soir uniquement quelques liens, quelques vidéos et quelques photos pour partager les meilleurs souvenirs de cet évènement, et pour témoigner de notre solidarité internationale envers les victimes de toutes les catastrophes nucléaires, de Tchernobyl à Fukushima.
 
Photos à l’Opéra et au Ministère de la Santé
 
DSCF6163
 
 

DSCF6158

 
 
DSCF6161
 
DSCF6164
 
 
DSCN5107
 
 

DSCN5113

 
 
DSCN5120
 
DSCF6167
 
DSCF6168
 
DSCF6171
 
DSCF6181
 
DSCF6186
 
 
 

DSCF6188

 
 
DSCF6194
 
DSCF6197
 
 

DSCF6199

 
 
DSCF6203
 
DSCF6205
 
 

DSCF6209

 
 
DSCF6214
 

tf1i

 
 

manif chaine 3 v 1-d59a2

 
 
 
Autres photos
 
Vidéos
 
Chaîne à l’Opéra
     
       
Concert à la Bastille

 
 
Revue de presse
 
Autres vidéos
 
Albums
 
Chaîne Ministère de la santé
(cliquer sur l'image pour accéder à l'album) 
album.jpg 
 
Chaîne Hotel de Ville - Bastille
 
Chaîne à Paris
 
Votre serviteur interviewé par TF1 (à 0:34)
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierre Fetet 30/03/2013 22:16

Merci Marianne pour ton article plus complet que le mien et très touchant. Figure toi que je l'avais recherché quand j'avais fait ce billet car je l'avais déjà lu par une page Facebook, mais je ne
l'avais pas retrouvé. Je l'ajoute donc en lien dans le texte.
Lors de cette manifestation, il y a eu la déclamation remarquable d'un poème sur les "particules". Si quelqu'un retrouve le texte, je l'ajouterai aussi.
Et puis petite annonce à Myriam, ma voisine de chaîne, dans les méandres d'internet : Myriam, si tu as réussi à mettre ta vidéo du discours de Yûki Takahata sur youtube, merci de m'envoyer le lien
!

Marianne Ciaudo 30/03/2013 15:09

Très bel article Pierre sur un évènement de solidarité engagé pour la vie. Revoir ces photos me donne chaud au coeur :)

Je me permet de mettre ici le lien vers ma contribution (à la fin il y a une liste des articles fait pas les copains) :
http://etang-de-kaeru.blogspot.fr/2013/03/non-au-nucleaire-main-dans-la-main-un.html

Roland 27/03/2013 17:09

Merci de réaffirmer notre solidarité. Révolte, indignation et engagement, aux côtés des membres de la révolution des hortensias. Rappelons notre exigence d'exfiltrer la jeune génération,
particulièrement menacée.

Pierre Fetet 27/03/2013 15:56

Merci Delphin pour cette précision sur l'explosion de vapeur interne au coeur. C'est vrai qu'en cas de réaction nucléaire incontrôlée, le coeur baignant dans de l'eau, le risque est présent à
l'intérieur même de la cuve. A Tchernobyl, je crois me souvenir qu'on avait aussi pris la précaution de vider la piscine de suppression pour éviter une explosion de vapeur dans le cas où le corium
serait arrivé jusque là.

Delphin 27/03/2013 14:10

Effectivement, sur les réacteurs japonais, d'origine américaine Mark 1, 2, les barres de sécurité ne chutent pas par gravité comme ailleurs (gravité = chute tout de même assurée, même si
l'électricité est défaillante, par neutralisation de l'énorme électro-aimant au dessus de la cuve, qui aimante les grappes de barres de contrôle).

Paradoxalement et heureusement, à Fukushima, les électro-aimants qui font, eux, monter les barres de contrôle dans les cuves par coulissage dans les tubes-guides, ont eu le temps d'agir avant que
l'électricité ne soit interrompue (je suppose car je n'en sais rien que, comme ailleurs, ce sont des électroaimants, mais dont le fonctionnement est inversé).

Delphin

babelouest 27/03/2013 12:34

Delphin soulève le cas des barres de contrôle qui ne peuvent pas tomber en raison des barres de combustibles déjà déformées. Mais qu'en est-il, ô configuration aberrante, de celles comme à
Fukushima qui doivent monter pour arrêter le flux de particules ? Une panne de réseau électrique à ce moment-là, et... aïe ! Je conçois mal comment un montage aussi dangereux a pu être accepté par
des autorités dites "compétentes", à moins que n'aient été en jeu des intérêts financiers divers (y compris particuliers).

Delphin 27/03/2013 08:24

Bonjour,

L’ambiguïté de l’expression « explosion vapeur » dans l’accident de Tchernobyl.

Contrairement à ce que « l’establishment » laisse - volontairement ou par méconnaissance - entendre à propos de Tchernobyl, « l’explosion vapeur » qui s’y est produite (première
de deux explosions), n’est pas la rencontre du corium en fusion avec une masse d’eau, mais la traduction physique de l’explosion à caractère nucléaire du réacteur.

Pour le dire simplement, les barres de contrôle, dont l’automatisme avait été débranché, sont activées finalement tardivement par commande manuelle. Malheureusement, l’excursion nucléaire
(emballement explosif de la réaction) est en marche et les tubes-guides, déformés par la chaleur, empêchent les barres absorbeuses de neutrons de descendre.

Bientôt, explosion nucléaire (30% du "combustible", 1000 mégajoules), dont l'énergie est instantanément transférée à l'eau (= pas de détonation), qui explose en se vaporisant immédiatement
(équivalent 250 kg de TNT), suivi par une explosion d'hydrogène (réaction zirconium des gaines/eau).

(D'après Jean Pierre Pharabod, ingénieur au laboratoire de Physique Nucléaire des Hautes Energies de l'école Polytechnique et Jean Paul Schapira, polytechnicien, Dr; de recherche à l'Institut de
Physique Nucléaire d’Orsay).

A Tchernobyl, ce qui cause l’explosion vapeur est donc bien la vaporisation instantanée de celle-ci, sous l’énergie dégagée par l’explosion - silencieuse - d’origine nucléaire du
« combustible » et non par la rencontre du corium en fusion avec une hypothétique masse d’eau.

Dans tout réacteur au monde, REP, EPR, à eau bouillante, RBMK soviétique, si les barres de contrôle ne chutent pas le moment venu et si les palliatifs (eau borée ou équivalent) ne fonctionnent pas,
c’est l’explosion nucléaire garantie ( par opposition à l’explosion « chimique » hydrogène par ex.), dont la puissance dégagée est circonscrite au site, mais l’expulsion de gaz, aérosols,
liquides radioactifs effrayante.

Delphin

JAnonymous 27/03/2013 04:23

Vue cette information au journal de NHK World edition, par exemple. Merci a tous pour votre solidarite !

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

Actualités sur Fukushima

L'ACROnique de Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Projet Mieruka Fukushima

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Éditions de Fukushima

Publications

Le dernier livre de Jean-Marc Royer

 

 

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -