1 octobre 2011 6 01 /10 /octobre /2011 23:42

6 mois après la catastrophe, plusieurs synthèses ou bilans ont été publiés ‒ ce blog s’en est déjà fait l’écho ‒ mais connaissez-vous les articles suivants ? Et les questions qui en découlent… connaissez-vous quelqu’un, 6 mois après les évènements, qui soit capable d’y répondre ?

 

Manifestation-Tokyo pics 809Japon : 6 mois après le cauchemar

par Kibo Promesse

http://kibo-promesse.org/2011/09/japon-6-mois-apres-le-cauchemar/

On communique très vite sur le bilan humain et financier de la catastrophe : Il y aurait plus de 28.000 morts et disparus, près de 300.000 réfugiés, plusieurs centaines de milliards de dollars de dégâts et 25 millions de tonnes de déchets. Cependant, le gouvernement et TEPCO ne communiquent pas sur le nucléaire. Pire : La désinformation s’organise au plus haut, tous gouvernements confondus, pour minimiser l’ampleur de la catastrophe. 

(…)

Lire la suite de l’article

 

20110908p2a00m0na021000p size5Samedi-sciences (9): Fukushima six mois après

par Michel de Pracontal

http://blogs.mediapart.fr/blog/michel-de-pracontal/100911/samedi-sciences-9-fukushima-six-mois-apres

Pour avoir parlé de « villes fantômes » à propos des communes proches de la centrale de Fukushima Daiichi, le ministre de l'industrie japonais, Yoshio Hachiro, vient d'être contraint à présenter sa démission. Si l'expression a choqué, elle reflète hélas la situation concrète d'une zone où ne vivent plus que des animaux sauvages et des plantes, et où certains sites sont si contaminés qu'ils ne seront pas habitables dans un avenir prévisible. 

(…)

Lire la suite de l’article

 

27030 52341Fukushima, 6 mois après : un quotidien irradié

par Greenpeace

http://energie-climat.greenpeace.fr/fukushima-6-mois-apres-un-quotidien-irradie

Vivre, chaque jour : avoir un toit, à manger, aller au bureau, à l’école, se promener … ces choses tellement banales vues d’ici, et qui sont pourtant tellement compliquées à Fukushima, 6 mois après …

(…)

Lire la suite de l’article

 

217864 0201627001124 webDossier : Fukushima, 6 mois après

par Yann Rousseau et Nicolas Barré

http://www.lesechos.fr/entreprises-secteurs/energie-environnement/dossier/0201626928229-fukushima-6-mois-apres-217864.php

Six mois après avoir assisté impuissant à la destruction des 4 réacteurs de sa centrale de Fukushima-Daiichi, l'opérateur Tepco espère toujours reprendre le contrôle du site avant la fin janvier 2012. Le retraitement d'importantes quantités d'eau contaminée qui compliquent l'accès du site s'est accéléré. L'inquiétude de la population grandit sur une possible contamination de la nourriture. Le gouvernement a refusé les contrôles systématiques des légumes ou de la viande produits près de la centrale.

(…)

Lire la suite de l’article

 

onegai012Fukushima : 6 mois de suicidaire censure.

par l’AIPRI

http://aipri.blogspot.com/2011/09/fukushima-6-mois-de-suicidaire-censure.html

Plus de six mois se sont écoulés depuis la plus grande catastrophe nucléaire civile qu’ait connue l’humanité et l’on est toujours dans l’expectative de ces indispensables données nucléaires objectives qui permettraient de prendre la mesure si non exacte du moins approchée du désastre. Ces données que les instances nationales et internationales censurent diligentement, sans hélas, amen, empêcher leurs poumons, les poumons de leurs fidèles alliés et de leurs fidèles banquiers, les poumons de leurs ennemis jurés, les poumons de leurs enfants et petits enfants très chéris de s’encrasser d’insoluble et artificielle radioactivité particulaire ambiante, ces données l’Aipri les a réclamées vainement dès les premiers jours.

(…)

Lire la suite de l’article

 

L’article de l’AIPRI se termine sur plusieurs questions pertinentes que je trouve intéressant de reproduire ici :

 

Question 1. Quel était le taux de combustion moyen des carburants nucléaires des centrales « accidentées »  (fondues) ?

 

Question 2.  Quelle quantité exacte de MOX contenait la centrale n°3 ?

 

Question 3. Combien de milliers de tonnes de carburant « éteint » (mais désormais fondu en grande partie) sont-elles stockées à Fukushima ? 2800 tonnes ou bien 9500 tonnes comme le soutient un député japonais ?

 

Question 4. Quel est le taux de combustion moyen de ces déchets ? Les chiffres que l’on trouve dans la littérature scientifique qui dans le passé analysa ces déchets vont, grosso modo, de 24 à 42 GwJ/t.

 

Question 5. Combien « pesait » le panache initial, d’environ 210 mètres de haut pour 40 mètres de diamètre, de la seconde explosion ?  A savoir combien de tonnes de carburant « actif et/ou éteint » ont-elles été projetées dans l’environnement ?

 

Ce ne sont pas les seules questions que l’on se pose sur Fukushima, il y en a bien d’autres comme celles-ci :

 

6. Pourquoi Tepco interdit à ses employés de parler à des journalistes ?

 

7. Quelle était le taux de radioactivité des 11500 tonnes d’eau rejetées dans le Pacifique en avril ?

 

8. Pourquoi les employés d’Areva ont-ils tous quitté le Japon quand la centrale a explosé ?

 

9. Pourquoi les pastilles d’iode n’ont-elles pas été distribuées à tous les habitants de la zone contaminée ?

 

10. Pourquoi les zones d’évacuations sont-elles concentriques alors que la contamination des sols ne l’est pas ?

 

11. Pourquoi on n’évacue pas certaines zones habitées alors qu’elle sont autant contaminées que certaines zones évacuées à Tchernobyl ?

 

12. Pourquoi on fait subir aux enfants de Fukushima le même taux de radiation que les travailleurs du nucléaire ?

 

13. Pourquoi Tepco n’a jamais diffusé les vidéos des explosions des unités 2 et 4 ?

 

14. Pourquoi Tepco ne répond à la question de l’AIEA concernant la découverte de Technetium ?

 

15. Pourquoi la France refuse de communiquer les mesures réalisées par le réseau international de surveillance de la radioactivité dans l'air ?

 

16. Quelle a été la mission des 140 militaires experts en risques nucléaires qui sont intervenus en mars et qu’ont-ils découvert ?

 

17. Quel était le pourcentage de plutonium dans le MOX utilisé dans le réacteur n°3 ?

 

18. Pourquoi Tepco ne parle jamais des coriums ?

 

19. Pourquoi certains ouvriers de la centrale n’ont pas été enregistrés et pourquoi d’autres ne portaient pas de dosimètres ?

 

20. Pourquoi le gouvernement japonais veut-il limiter l’utilisation des compteurs Geiger ?

 

21. Pourquoi 6 mois après la catastrophe on se pose encore tellement de questions ?

 

Amis lecteurs, si vous avez d’autres questions restées sans réponse, mettez-les en commentaire. Peut-être d’autres lecteurs pourront y répondre ?

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article

commentaires

P Fetet 05/10/2011 21:14


J'avais résumé début mai la chronologie des explosions et incendies en mai à cette page :
http://fukushima.over-blog.fr/article-chronologie-des-explosions-et-incendies-des-reacteurs-de-fukushima-dai-ichi-73111812.html
Ce qui est intrigant, c'est qu'il n'a jamais été diffusé d'image des explosions et incendies du n°4.

Sinon, une très bonne synthèse a été faite là : http://www.rpcirkus.org/documentation/environnement-public/726-synthese-fukushima-juillet-2011
Bonne lecture !


stéphaneB 05/10/2011 20:52


Salut le site...
...
Mon étonnement en découvrant simplement sur
WIKI-PEDIA ce soir que les 4 réacteurs ont
eu une explosion...
...
Ce qui explique l'état du numéro quatre et bizarrement
non l'état extérieurement bon du numéro deux...
...
Peut t'on faire une synthèse ou c'est inutile ?
...
Merci concepteur, s.b.
(voire le graphique sous WIKI (accident de)
...


P Fetet 05/10/2011 00:30


@ Frédéric : "dette éternelle", c'est exactement ça !


P Fetet 04/10/2011 23:11


@ Stephane, les réacteurs 5 et 6 étaient à l'arrêt le 11 mars 2011. De plus, situés plus en hauteur que les 4 autres, ils n'ont pas été touchés par la vague. Ce qui ne veut pas dire qu'ils n'ont
pas souffert du tremblement de terre. Je crois me souvenir qu'il y a eu des fuites d'eau dans les sous-sols.
Tepco a diffusé une trentaine de photos de ces réacteurs récemment, il faut aller sur cette page : http://www.tepco.co.jp/en/news/110311/
(éditées le 24 septembre)
Mais même à l'arrêt, il faut continuer à refroidir le combustible entreposé sans les piscines, soit 265 tonnes pour le 5 et 293 tonnes pour le 6, ce qui représente un danger réel.

@ Delphin, merci pour cette référence. Didier Champion, directeur de l'environnement et de l'intervention à l'IRSN doit revoir ses tablettes!


Frédéric Boutet 04/10/2011 21:25


"La ville de Lyon, situé à 25 km de la centrale nucléaire du Bugey, peut-elle connaître le même destin que la ville Minamisoma City située à 25 km de la centrale nucléaire de Fukushima ?"

Un accident majeur nucléaire est possible en France, comme dès lors qu'on a élevé un stylo au-dessus du sol, il peut tomber.

Un excursion nucléaire comme à Tchernobyl, une ou plusieurs explosions, sont donc tout à fait possibles sur un réacteurs français. Vous pouvez chercher à les rendre improbables, mais vous ne pouvez
pas les rendre impossibles, sauf à arrêter les réacteurs et la fabrication de combustible nucléaire, pardon la fabrication de dette éternelle.


  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -