14 janvier 2012 6 14 /01 /janvier /2012 17:53

france-nuclearisee.jpgUn accident nucléaire grave est possible en France.

 

Depuis Fukushima, on sait qu’une région française peut être rayée de la carte à cause d’un évènement déclencheur imprévisible entraînant une catastrophe.

 

Quelle est la région française candidate pour être évacuée ?

 

 

Dans l’émission « Terre à terre » sur France Culture avec le thème de « Sortir du nucléaire », Bernard Laponche et Benjamin Dessus exposent avec grande clarté pourquoi il faut sortir du nucléaire, en dénonçant tous les bobards et toutes les entourloupes concernant cette énergie. Propos très pragmatiques, très loin des discours idéologiques.

 

Ecouter l’émission

 

Avec : Bernard Laponche, consultant international dans le domaine de l'énergie et Benjamin Dessus, président de Global Chance, association d'experts indépendants dans le domaine de l'environnement et de l'énergie, coauteurs de « En finir avec le nucléaire : pourquoi et comment » (Le Seuil, 2011), et membres fondateurs de l’association Global Chance.

 

Qui est Bernard Laponche ?

bernard-laponche.jpgPolytechnicien, docteur ès sciences (physique des réacteurs nucléaires) et docteur en économie de l'énergie (prospective énergétique), il a travaillé au Commissariat à l’énergie atomique en participant à l'élaboration des premières centrales nucléaires françaises. Responsable syndical à la CFDT dans les années 1970, il découvre les conditions de travail des salariés de la Hague et prend conscience des dangers de l'atome, qu'il juge moralement inacceptable. B. Laponche a été ensuite Directeur des programmes, puis Directeur général, de l'Agence française pour la maîtrise de l'énergie (AFME) de 1982 à 1987. En 1998 et 1999, il a été conseiller technique de Dominique Voynet, ministre de l'aménagement du territoire et de l'environnement, pour les questions énergétiques et la sûreté nucléaire. Il est maintenant consultant international dans le domaine de l’énergie, notamment pour le compte de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME) et de l’Agence Française de Développement (AFD).

 

Qui est Benjamin Dessus ?

benjamin-dessus.jpgBenjamin Dessus a débuté sa carrière aux laboratoires de Marcoussis dans le domaine de l'électronique quantique et des lasers. Il a ensuite rejoint les Etudes et Recherches d'Electricité de France pour y monter un laboratoire de métrologie optique. En 1982 à la création de l'Agence Française de la Maîtrise de l'Energie, il est nommé directeur de la recherche puis prend rapidement la direction des services techniques de cette agence. Il la quitte en 1987 pour rejoindre le CNRS et prendre en charge un programme interdisciplinaire consacré aux problèmes d'énergie et d'environnement. Il a ensuite dirigé, toujours au CNRS, le programme Ecodev (programme interdisciplinaire de recherche sur les technologies pour l'écodéveloppement) et présidé le Conseil Scientifique et Technique du Fonds Français pour l'Environnement Mondia. Il est président de l’association Global Chance.

 

 

 

--------------------------------

 

Prochaines émissions de Terre à terre à ne pas manquer :

 

Regard d’artistes sur le nucléaire

A écouter le 21.01.2012

 

Retour sur Fukushima

A écouter le 28.01.2012

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans En France et ailleurs
commenter cet article

commentaires

Frédéric Boutet 19/01/2012 09:42

Salut Delphin,
Le journal "la décroissance" effectivement. C'est un journal que je lis pour maintenir mon cerveau "en forme", exactement comme marcher régulièrement en forêt maintient mon corps "en forme". J'ai
besoin de faire fonctionner régulièrement mes muscles, de faire fonctionner mes neurones.

Mais surtout, l'isolement est la seule solution pour bien se connaître, comprendre ses préférences personnelles, arrêter de se mentir à soi-même puis aux autres. J'en ai rien à faire d'avoir
raison. Quand je décris les processus qui m'entourent et que je veux qu'ils changent, je vis ma vie.

fred

Delphin 19/01/2012 09:18

A Roland, Arrêt immédiat :

(après la lecture de "Puissance plume", de Frédéric Boutet, cité par "arrêt immédiat)

Le monde industriel et marchand a fini par comprendre que la montée du sentiment écologique était inéluctable. Ce n'était pas difficile, vu les "bombes à retardement" que son activisme forcené
engendre ("bombe à retardement" est d'ailleurs à utiliser au sens propre pour les méthaniers, dont le potentiel explosif est celui d'une bombe A, qui accostent à Dunkerque ou Port la Nouvelle).

Comprenant qu'il devenait inutile de s'y opposer, il ont entrepris de neutraliser les associations ayant le plus pignon sur rue, par entrisme et par "achat" (manne financière).

Sont donc le plus concernées :
- Greenpeace
- France Nature Environnement
- Réseau sortir du Nucléaire

Ca ne retire rien à la qualité de nombreuses personnes oeuvrant dans ces réseaux.

Il faut voir également la différence de motivation inhérente.
D'un côté, des gens qui défendent et accroissent continuellement leur appétit de puissance, de l'autre des bonnes volontés.

Chacun sait que les bonnes volontés ne durent jamais très longtemps, cf le reflux actuel des indignés en Grèce et à New York.

Cependant, la révolte écologique et sociale dispose, hélas, maintenant d'un puissant moteur : la pédagogie des catastrophes (Serge Latouche).

Frédéric Boutet évoque le (feu) mensuel "La Geule Ouverte". Un mensuel perpétue, à mon avis, son esprit écologique frappeur et indépendant, c'est l'ombrageux mensuel "La Décroissance".

Amicalement,

Delphin

Arrêt immédiat 18/01/2012 17:58

....@Roland
"Sortie théorique" effectivement.
C'est pour cela que nous n'utilisons pas le mot "sortie". Car vu les quantités de matières ultra-concentrées qui ont été fabriquées, en partie disséminées, on n'en sort pas.

Tout ce que l'on peut faire c'est ARRETER :
- arrêter les réacteurs,
- arrêter de fabriquer le combustible
- arrêter de séparer le Plutonium en appelant cela "retraitement"
- arrêter de fabriquer des bombes
- arrêter de mouvoir des bateaux et des sous-marins

Et comme les réacteurs présentent un danger immédiat, il faut les arrêter immédiatement. D'où le slogan : "arrêt immédiat".

Quand les salariés du "réseau-pyramide hiérarchique" disent "sortie en vingt ans", en fait ils parlent de la poursuite pendant vingt afin de péréniser leurs emplois. C'est structurel, ils sont pas
méchants. Mais ils se mentent à eux-mêmes. Ils sont nuisibles, il va bien falloir le reconnaître un jour ou l'autre.

Vous avez lu ça :
Le hobby "écologie" ou la logique d’accompagnement
http://www.p-plum.fr/?Le-hobby-ecologie-ou-la-logique-d

Delphin 15/01/2012 20:24

Et une remarquable émission de plus pour Ruth Stegassy.

Longue vie à "Terre à Terre".

Longue vie à "Global Chance" et à ses remarquables dossiers - "les cahiers de Global Chance" - consultables gratuitement sur internet.
(dont le récent comparatif économico-énergétique Allemagne/France)

Delphin

Robert 15/01/2012 11:19

N'oublions pas que la France se glorifie d'avoir entamé l'édification sur son sol du monstrueux projet ITER, tokamak géant, dont le comportement à échelle réelle a été INSUFFISAMMENT ETUDIE, et
présente de sérieux risques de disruptions incontrôlées, selon l'avis de nombreux spécialistes, y compris d'un prix Nobel japonais. Un accident affectera non seulement la région environnant
Cadarache, mais sera à l'échelle du continent tout entier.

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -