8 septembre 2012 6 08 /09 /septembre /2012 10:04
Un veilleur attentif de Fukushima, nuckelchen, a remarqué un dégagement de fumée ou de vapeur au sud du réacteur n°2 sur la vidéo de la webcam TBS. Cet évènement a eu lieu le 4 septembre 2012 entre 10h57 et 11h20. Voici son enregistrement :
 
 
Un panache similaire avait également été aperçu au même endroit le 28 février 2012, de 10h52 à 11h58. Le voici pour rappel :
 

 

 
Or, la vidéo du 4 septembre est cette fois suffisamment nette pour distinguer deux objets larges et clairs à la base de ce dégagement.
 
1
 
Il est même clair que le dégagement s’échappe de l’objet situé à droite.
 
2
 
Grâce à cette nouvelle vidéo, il ne fait plus aucun doute que ces objets sont des cheminées de la piscine commune, cheminées que j’avais repérées en étudiant ce bâtiment de près au début de l’année. Voici un cliché réalisé sur le site, montrant l’ensemble de ces cheminées.
 
3
 
On y voit un ensemble de 4 cheminées verticales sur la gauche et un autre de 2 cheminées coudées sur la droite. Comme la caméra TBS est située de manière inverse à cette prise de vue, les deux objets visibles doivent être considérés comme les 2 cheminées coudées. Ceci est confirmé par une autre photo de début 2012 qui montre bien que les cheminées droites sont dans l’axe de la tour de ventilation, donc les cheminées coudées sont logiquement situées à gauche des cheminées verticales dans l’image de la webcam TBS.
 
4
 
Nous avons donc là une information inédite : Tepco procède à des dégazages réguliers à partir de la piscine commune. Il faut exclure l’idée d’un incendie. Il s’agit là plutôt d’un panache de vapeur qui se condense au contact de l’air extérieur à moindre température. Sans doute ces effluents gazeux sont-ils habituels dans une telle installation nucléaire, puisqu’il existe au moins 6 cheminées dans ce bâtiment. Mais il serait intéressant de savoir pourquoi ils sont si chauds au point de produire un panache visible à des kilomètres. Autre question en suspens, sont-ils radioactifs ?
 
5
Les cheminées coudées semblent être reliées à un système de ventilation motorisé
 
En attendant d’en savoir plus, il faut revenir à cette date du 4 septembre 2012 car un autre évènement a eu lieu ce jour-là : à 10h30, Tepco a commencé à injecter de l’azote dans la chambre de suppression du réacteur n°1, suite à une augmentation de la teneur en hydrogène et en krypton 85. Cet évènement était loin d’être anodin, car le taux de krypton était 2000 fois supérieur à celui relevé en novembre 2011, lors de la dernière alerte sur le réacteur n°2. Alors, krypton piégé ou krypton frais qui indiquerait une reprise de criticité du corium ? La question est clairement posée ici.
 
Et aujourd’hui, une question supplémentaire s’impose : une petite demi-heure séparant le début des deux évènements du 4 septembre, l’effluent atmosphérique du bâtiment de la piscine commune ‒ contenant plus de 1000 tonnes de combustible il faut le rappeler ‒ a-t-il un rapport avec la soudaine activité gazeuse du réacteur 1 ?
 
 
 cheminees-piscine-commune.jpg  

___________________________

 

Addendum

 

 

Un 3èmeévènement a eu lieu le 4 septembre 2012, mais cette fois-ci dans le réacteur n°2. Voici une copie de la traduction française de l’article de Fukushima Diary :

 

FUKUSHIMA DIARY FR - La température augmente à un haut niveau dans le RPV2
Par Mochizuki, le 7 septembre 2012 (traduction Mimi Mato).


Une forte augmentation de température a été observée dans le RPV (= enceinte de confinement du réacteur) du réacteur 2.
Elle a été détectée le 4 septembre 2012 mais Tepco ne le rapporte que le 7 septembre 2012. Tepco décide si un thermomètre doit être considéré comme fiable ou hors d'usage.


Tepco a publié ceci (lien) :

Le 4 septembre vers midi, une forte augmentation de la chaleur (par pas de 1,6
) a été détectée par le thermomètre de contrôle de la température à la base de l'enceinte de confinement de l'unité 2 (inclus dans la spécification technique de surveillance (Article 138/143), VESSEL BOTTOM ABOVE SKIRT JOT (TE-2-3-69F2)). A cause de ceci, une mesure directe de résistivité a été faite sur le thermomètre, le 6 septembre de 11:15 AM à 11:24 AM. En conséquence, la résistivité directe (209.34Ω) s'est révélée à 30 % et plus de la résistivité minimale mesurée après l'accident (117.84Ω). Une évaluation de la tendance des températures (deuxième évaluation) sera faite pour déterminer si le thermomètre peut être utilisé comme référence ou doit être considéré comme hors d'usage.

Vous pouvez le voir sur le graphique suivant. La température relevée par ce thermomètre est en vert (
lien).

 

6.jpg

 

 

___________________________

 

Le 4 septembre 2012, il s’est donc passé quelque chose à l’ex-centrale de Fukushima Daiichi, quelque chose qui a provoqué une production anormale d’hydrogène et de krypton 85 dans le réacteur 1, qui semble avoir provoqué une augmentation soudaine de la température dans le réacteur 2, et qui a nécessité une ventilation de gaz chauds dans le bâtiment de la piscine commune. Et si on reparlait des coriums ? Toujours pas localisés 19 mois après leur disparition ?

 

 

 

 
 
 
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

nuckelchen 15/09/2012 20:01

flashes in realtime
http://youtu.be/8Qx-aDXrIx0

fire
http://youtu.be/mXehmF9gstU

Lionel 15/09/2012 16:45

La seconde vidéo de Nuckelchen prise au lever du jour montre ce qui semble de la fumée, pas de la vapeur !
La couleur trop sombre, persistante et peu dispersible malgré un peu de vent laissent penser qu'il s'agit de vapeur très chargée en particules ou de fumée.
... d'après moi...
???...

Pierre Fetet 15/09/2012 16:27

Un autre évènement du 4 septembre 2012, de 18:00 à 20:00 (JST) : des flashs pratiquement continus ont été enregistrés par la caméra de direct de JNN à Fukushima Daiichi. Il ne semble pas qu'il
s'agisse d'un orage, mais d'un problème technique de la caméra elle-même, car on voit distinctement l'image sauter. Un spécialiste de vidéo pourrait certainement expliquer la cause de ce
disfonctionnement. Impossible pour l'instant de savoir si cela a un rapport avec les autres évènements du jour. Pour voir les flashs, c'est ici :
http://fukushima-diary.com/2012/09/serious-flashing-caught-in-jnn-live-camera-of-fukushima-plant/

nuckelchen 15/09/2012 04:34

huhu

-the overlays and milky parts in the last helicopter flyby i made because about to bocoming no troubble on youtube by using a NHK-content.
16 months ago i had lost my old channel by getting catched.
and now i've two warnings on youtube on running.
one more and the game will starts again for me...

-my supporting friend from japan had uploaded the real-time records from the steam-happening.
so i made zoomed outtakes from it:

tricoloured(automatic):

- les transparents et les parties au lait dans le dernier survol d'hélicoptère je n'ai fait parce qu'étant sur le point bocoming aucun troubble sur youtube en utilisant un NHK-contenu.
Il y a 16 mois j'avais perdu mon vieux canal en arrivant catched.
et maintenant j'ai deux avertissements sur youtube sur la course à pied.
encore un et le jeu ira faire des débuts de nouveau pour moi...

- mon ami soutenant du Japon avait téléversé les dossiers en temps réel de l'incident de vapeur.
donc j'ai fait en a passé en trombe outtakes :

http://youtu.be/lSZ4GuHG4QQ
http://youtu.be/_TMMY-UcDAg


meow

Lionel 14/09/2012 15:04

Merci Frédéric pour ta remarque !
Lecteur passionné de PMO et de leurs parutions, je ne peux que dire oui !
Je voulais parler de cette époque "post-moderne" qui est la notre, de la parution dans un moment où les esprits sont gagnés à l'idéologie du progrès, dans un journal réputé pour son alignement et
son sage conformisme, d'un article d'un philosophe ( ce n'est pas sans signification ) qui exprime non pas des doutes mais des évidences :
le progrès n'est pas "progrès".
Le scientisme est une religion ( officielle ).
Les technosciences ne sont pas miraculeuses.
Les scientifiques et ingénieurs ont leurs limites, pas seulement d'incompétence mais dans l'absolu il se peut que certains aspects des applications nous soit hors de portée...
Il s'agit de la reconnaissance de nos limites et c'est un sacrilège !!!
Sinon, pensée émue et troublée pour les luddites.
Et juste une recommandation pour ceux qui ne les connaissent pas, il y a des quantités de choses à glaner dans l'énorme masse d'informations qu'ont réuni et pensé les gens de Pièce et
Main-d'Oeuvre.
Le débat doit s'élever au delà du technique, il s'agit de nos choix de vie...

Fred 13/09/2012 17:03

Oui, avec le progrès, nous sommes libérés du nécessaire à la survie, mais alors c'est de nos libérateurs que nous ne sommes pas libérés.

(cette phrase n'est pas la phrase exacte mais elle est inspirée d'un passage de "La société du spectacle" Guy Debord, 1967).

Delphin 13/09/2012 16:49

Le chemin de fer était d'abord un moyen d'assurer l'expansion mercantiliste, comme les autoroutes actuelles où se cumulent des trains de camions qui transportent des choses le plus souvent
inutiles, voire nuisibles.

Pour que l'expansion forcenée de ces vecteurs d'hyperdéplacement réussisse, il fallait que leur présence apporte également aux humains non mercantiles (accroissement des possibilités de
déplacement, mais au prix d'un appauvrissement féroce des espaces naturels).

Delphin

Frédéric Boutet 13/09/2012 15:29

Lionel a écrit : "il n'en reste pas moins que c'est le premier article à ma connaissance qui mette en cause directement la religion technocratique des Croyants en le dieu Progrès !"

Pour votre information, il y a eu aux alentours de 1850 des féroces batailles contre l'arrivée du chemin de fer. Les gens n'en voulaient pas du progrès ! Ils savaient bien que c'était juste des
objets permettant d'assujettir la population.

"L'ennemi
numéro 1 de tout État est l'homme qui est
capable de penser par lui-même sans
considération de la pensée unique. Presque
inévitablement il parviendra alors à la
conclusion que l'État sous lequel il vit est
malhonnête, insensé et insupportable, ainsi, si
cet homme est idéaliste il voudra le changer. S'il ne
l'est pas, il témoignera suffisamment de sa
découverte pour générer la
révolte des idéalistes contre
l'État."

Henry
Louis Mencken

Journaliste,
écrivain et libre penseur
(1880-1956)

Roland 11/09/2012 09:18

Il est clair que la situation reste incontrôlable. Les variations de l'exploitant ne peuvent cacher ce fait. Nous sommes dans une phase encore plus délicate, depuis la censure du cabinet Noda par
la Chambre haute. Les fautes s'additionnent et le peuple japonais doit affronter de nouvelles questions.
La révolution des hortensias, les pressions internationales, doivent s'intensifier, pour obtenir l'internationalisation de la gestion des suites de la catastrophe nucléaire.
La coopération Japon - Etats-Unis - Canada pour traiter les déchets charriés par le tsunami s'étendra-t-elle à l'étude des eaux océaniques polluées par les rejets radioactifs ?
Les questions posées depuis la triple tragédie de Fukushima demeurent
Réaffirmons notre solidarité avec le peuple japonais, nos revendications (sauvetage de la jeune génération, suivi sanitaire, accompagnement des personnes contaminées, des "liquidateurs"...).

babelouest 09/09/2012 11:41

C'est sûr, Lionel, nous ne sommes plus dans le déni, dans le "je me voile la face", cette fois les implications de l'incompétence tue des technoscientifiques sont clairement exposées au public.
Attendons de voir si d'autres enfin s'émeuvent. La blogosphère a une voix tellement faible !

Pierre Fetet 09/09/2012 10:05

Merci Nadaud pour le lien !
La vidéo originale a été diffusée par la NHK. Ce qui est flouté : juste du texte japonais.
Lien NHK : http://www3.nhk.or.jp/news/html/20120909/k10014888351000.html

NADAUD 09/09/2012 09:31

Bonjour et félicitation pour la qualité de vos contenus.

Concernant NUCKELSHEN, je viens d'aller voir l'original de son enregistrement sur son site que vous indiquez ligne N°1 et je constate qu'il a mis depuis une nouvelle vidéo sur la centrale, video en
date du 8 septembre.
Cette video qui fait un panoramique est floutée dans le bas.
Qui a interdit de vue la zone floutée?
Je vois mal NUKELSHEN ou alors il dirait pourquoi.
Reste :
TEPCO ou l'hébergeur?
Que cherche-t-on encore à cacher ?
Comme le disait JOUVET :
"Bizarre, vous avez dit bizarre ? Comme c'est bizarre !"

PS : Il faut donner le maximum de publicité au texte du Professeur DELFOUR (voir le commentaire N°1).
Limpide dans son argumentation, c'est le document que j'attendais depuis longtemps.

Lionel 08/09/2012 19:02

Salut Babel ! Tu peux avoir raison dans le raisonnement, il n'en reste pas moins que c'est le premier article à ma connaissance qui mette en cause directement la religion technocratique des
Croyants en le dieu Progrès !
Et c'est une étape fondamentale, il ne s'agit pas d'un, article technique comme nous y sommes habitués, mais bien du fond du sujet qui est la remise en cause des fondements de l'industrie
productiviste et de ses mythes.
Donc de la totalité de l'idéologie néolibérale qui gouverne le monde !
Des avis comme celui-ci, je les connais puisque c'est ce que je répète à mes proches depuis plus d'un an ( en fait depuis le 1er jour de l'accident de Fukushima ! ) mais c'est la première fois que
je les lis sur un journal "crédible" aux yeux des "sages" de ce monde.
Par la suite le travail d'ouverture des esprits à l'information sur l'ensemble des risques se fera, il fallait une reconnaissance officielle de la problématique.
La question est d'autant plus difficile que la totalité des dangers ne peut être circonscrite à une SFP ou un réacteur, tous ont des interactions parfois totalement inattendues et la SFP du #4
reste un des sujets majeurs, s'il arrive quoique ce soit de grave, c'est la totalité du site y compris les #5 et #6 et peut-être même Daïni qui feront de nous des statues de sel !
Chaque chose en son temps et les cochons seront bien gardés... enfin à l'expression près :)

babelouest 08/09/2012 18:14

@ Lionel
Je remarque que cette même observation a été diffusée par des plumes diverses, dont le Nouvel Obs récemment. Or à chaque fois, il n'est fait mention que de la piscine du N°4, pas de la piscine
commune, qui en est proche, mais dans un bâtiment séparé. C'est pourtant cette dernière qui nous préoccupe depuis longtemps.

Serait-ce une forme de désinformation, visant un jour à annoncer "Mais non, tout va bien, la piscine N°4 ne présente aucun danger !" pendant que les vrais ennuis sont passés sous silence ?

Lionel 08/09/2012 17:40

Salut Grand Veilleur !
Je suis conscient de faire un hors-sujet, mais je ne résiste pas au plaisir de vous faire partager ce bonheur de lire dans Le Monde de ce jour un article qui reconnaît enfin tout ce que nous disons
depuis plus d'un an et pour lequel nous avons passé des nuits blanches !
Un régal, j'ai l'impression de l'avoir écrit tellement ça colle à ce que je me tue à répéter à qui veut l'entendre, avec tous les mots de mise en cause d'une idéologie du Progrès.
En prenne une leçon qui veut, désormais nous sommes cautionnés par la presse officielle !

http://www.lemonde.fr/idees/article/2012/09/07/la-dangereuse-imposture-nucleaire_1757119_3232.html

La dangereuse imposture nucléaire

LE MONDE 07.09.2012 à 14h01 • Mis à jour le 07.09.2012 à 18h46

Par Jean-Jacques Delfour, professeur de philosophie en CPGE, ancien élève de l'ENS de Saint-Cloud
L'information commence à émerger : dans la centrale nucléaire de Fukushima, la piscine du réacteur 4, remplie de centaines de tonnes de combustible très radioactif, perchée à 30 mètres, au-dessus
d'un bâtiment en ruine, munie d'un circuit de refroidissement de fortune, menace l'humanité d'une catastrophe pire encore que celle de Tchernobyl. Une catastrophe qui s'ajoute à celle de mars 2011
à Fukushima : 3 réacteurs percés qui déversent leur contenu mortel dans l'air, dans l'océan et dans la terre.

Les ingénieurs du nucléaire ne savent pas quoi faire face à tous ces problèmes. Ils ont déclamé que la sécurité, dans le nucléaire, était, est et sera totale, que, lorsqu'une catastrophe majeure a
lieu, personne n'a de solution à proposer. Telle est l'effroyable vérité que révèle Fukushima. Tchernobyl avait été mis au compte de l'incompétence technique des Soviétiques. Impossible de
resservir la même fable politique.

Si l'on fait usage de sa raison, il ne reste qu'une seule conclusion : l'incompétence des ingénieurs du nucléaire. En cas de panne du circuit de refroidissement, si l'échauffement du réacteur
atteint un seuil de non-retour, il échappe au contrôle et devient un magma en fusion de radionucléides, de métal fondu et de béton désagrégé, très toxique et incontrôlable (le corium).

La vérité, posée par Three Miles Island, Tchernobyl et Fukushima, est que, une fois ce seuil franchi, les ingénieurs sont impuissants : ils n'ont pas de solution. Ils ont conçu et fabriqué une
machine nucléaire mais ils ignorent quoi faire en cas d'accident grave, c'est-à-dire "hors limite". Ce sont des prétentieux ignorants : ils prétendent savoir alors qu'ils ne savent pas. Les
pétroliers savent éteindre un puits de pétrole en feu, les mineurs savent chercher leurs collègues coincés dans un tunnel à des centaines de mètres sous terre, etc. Eux non, parce qu'ils ont
décrété qu'il n'y aurait jamais d'accidents très graves.

Dans leur domaine, ils sont plus incompétents que les ouvriers d'un garage dans le leur. S'il faut changer le cylindre d'un moteur, les garagistes savent comment faire : la technologie existe. Si
la cuve d'un réacteur nucléaire est percée et si le combustible déborde à l'extérieur, les "nucléaristes" ne savent pas ce qu'il faut faire. On objectera qu'une centrale nucléaire est plus complexe
qu'une voiture. Certes, mais c'est aussi plus dangereux. Les ingénieurs du nucléaire devraient être au moins aussi compétents dans leur propre domaine que ceux qui s'occupent de la réparation des
moteurs de voiture en panne : ce n'est pas le cas.

Le fait fondamental est là, affolant et incontestable : les radionucléides dépassent les capacités technoscientifiques des meilleurs ingénieurs du monde. Leur maîtrise est partielle et elle devient
nulle en cas d'accident hors limite, là où on attendrait un surcroît de compétence : telle est la vérité, l'incontestable vérité. D'où l' aspect de devin à la boule de cristal des ingénieurs et des
"spécialistes" du nucléaire. La contamination nucléaire ? Sans danger, affirment-ils, alors qu'ils n'en savent rien. L'état du réacteur détruit sous le sarcophage de Tchernobyl ? Stabilisé,
clament-ils, alors qu'ils n'en savent rien. La pollution nucléaire dans l'océan Pacifique ? Diluée, soutiennent-ils, alors qu'ils n'en savent rien. Les réacteurs en ruine, percés, détruits,
dégueulant le combustible dans le sous-sol de Fukushima ? Arrêtés à froid et sous contrôle, assurent-ils, alors qu'ils n'en savent rien.

Les effets des radionucléides disséminés dans l'environnement sur les générations humaines à venir ? Nuls, clament-ils, alors qu'ils n'en savent rien. L'état des régions interdites autour de
Tchernobyl et Fukushima ? Sans nocivité pour la santé, aujourd'hui, comme pour des décennies, proclament-ils, alors qu'ils n'en savent rien. Pour qui les radiations sont-elles nocives ? Seulement
pour les gens tristes, avancent-ils, alors qu'ils n'en savent rien. Ce sont des devins. L'art nucléaire est un art divinatoire. C'est-à-dire une tromperie.

Le nucléaire, qui s'annonçait comme la pointe avancée du savoir technoscientifique au point de se présenter comme une sorte de religion du savoir absolu, se révèle d'une faiblesse extrême non pas
par la défaillance humaine mais par manque de savoir technoscientifique. Quelle que soit la cause contingente du dépassement du seuil de non-retour (attentat terroriste, inondation, séisme),
l'incapacité de réparer et de contrôler la dissémination des radionucléides manifeste un trou dans le savoir qui menace la certitude de soi de la modernité. Les modernes prétendaient avoir rompu
avec les conduites magiques. Le nucléaire est l'expérience d'une brutale blessure narcissique dans l'armature de savoir dont s'entoure l'homme moderne ; une souffrance d'autant plus grande que
c'est sa propre invention qui le place en situation de vulnérabilité maximale.

En effet, le refus de considérer la possibilité réelle d'un accident hors limite a pour conséquence la négligence pratique et l'indisponibilité de fait des moyens techniques appropriés à ces
situations hors limite. Ces moyens n'existent pas ; et personne ne sait si l'on peut les fabriquer. Peut-être qu'un réacteur en "excursion" est incontrôlable ou irrécupérable.

Je ne le sais pas et aucun "nucléariste" ne le sait; mais il est sûr que personne ne le saura jamais si l'on n'essaye pas de fabriquer ces outils techniques. Or l'affirmation d'infaillibilité
empêche leur conception. Sans doute, ouvrir ce chantier impliquerait d'avouer une dangerosité jusqu'ici tue et de programmer des surcoûts jusque-là évités. Ainsi, l'infaillibilité des papes du
nucléaire a plusieurs avantages : endormir les consciences et accroître les profits, du moins tant que tout va bien ; l'inconvénient majeur est de nous exposer sans aucun recours à des risques
extrêmes.

Tout savoir scientifique ou technique est, par définition, incomplet et susceptible de modification. Affirmer l'infaillibilité d'un savoir technoscientifique ou se comporter comme si cette
infaillibilité était acquise, c'est ignorer la nature du savoir et confondre celui-ci avec une religion séculière qui bannit le doute et nie l'échec. D'où l'effet psychotique de leurs discours
(infaillibles et certains) et de leurs pratiques (rafistolages et mensonges). Tout observateur est frappé par cette contradiction et plus encore par son déni. Chacun est sommé d'un côté de leur
reconnaître une science et une technique consommées et de l'autre côté de se taire malgré le constat de leur échec. Bref, le nucléaire rend fou. Mais ce n'est qu'un aspect de notre condition
nucléaire. Contaminés de tous les pays, unissez-vous !

Jean-Jacques Delfour, professeur de philosophie en CPGE, ancien élève de l'ENS de Saint-Cloud

meng 08/09/2012 11:33

Le lien vers face book ne marche plus, l'avez-vous déconnectéM?
Merci pour vos articles suivis et documentés, on se sent moins isolés;

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

Actualités sur Fukushima

L'ACROnique de Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Projet Mieruka Fukushima

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Éditions de Fukushima

Publications

Le dernier livre de Jean-Marc Royer

 

 

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -