20 juin 2011 1 20 /06 /juin /2011 00:04

Trois mois après l’accident, comment la catastrophe de Fukushima est-elle perçue ?

Les points de vue divergent, selon que l’on est simple citoyen, conseiller scientifique, élu politique, directeur d’agence d’information, représentant d’un organisme officiel ou physicien nucléaire.

 

yves-marignac.jpgYves Marignac, directeur de Wise-Paris (agence d'information sur le nucléaire) livre son analyse de la catastrophe nucléaire de Fukushima trois mois après l'accident (vidéo 29 min).

http://www.universcience.tv/media/3299/fukushima-3-mois-apres--1.html

 

bertrand-barre.jpgBertrand Barré, conseiller scientifique d'Areva, fait de même mais avec une vision différente (vidéo 18 min).

http://www.universcience.tv/media/3295/fukushima-3-mois-apres--2.html

 

corinne-lepage.jpgCorinne Lepage, députée européenne, expose sur son blog une brève analyse de la catastrophe nucléaire.

http://www.corinnelepage.fr/index.php/2011/06/11/trois-mois-apres-fukushima/

 

guy-de-halleux.jpgGuy de Halleux, citoyen radio-créatif, dresse un état très inquiétant de la situation.

http://blog.marcelsel.com/archive/2011/06/16/fukushima%C2%A0-3-fois-tchernobyl-en-10-fois-pire.html

 

 

 

 

Difficile de se situer quand une grande part des médias français se tait sur une actualité pourtant dramatique !

Qui croire ?

En fait, il ne faut pas croire, mais simplement s’attacher aux faits, ils parlent d’eux-mêmes :

 

En France, on ne parle pas beaucoup de Fukushima, et bien que les voisins allemands, suisses et italiens disent stop au nucléaire, le discours officiel est « on continue le nucléaire » !

 

jacques-repussard.jpgPar exemple, Jacques Repussard, directeur de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire, tire les leçons de Fukushima en promouvant l’EPR,

http://www.lefigaro.fr/sciences/2011/06/17/01008-20110617ARTFIG00610-accident-nucleaireil-faut-imaginer-l-inimaginable.php

 

Dans le même temps, les salariés d’EDF craignent pour la sécurité des centrales,

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/planete/20110611.OBS4967/les-salaries-d-edf-craignent-pour-la-securite-des-centrales-nucleaires.html

 

eric-besson.jpgle ministre de l’industrie, Eric Besson, refuse d’en discuter, panique et fuit un plateau d’enregistrement,

http://fukushima.over-blog.fr/article-nucleaire-eric-baisse-on-dirait-77036864.html

 

ghislain-quetel.jpget Guislain Quetel, ancien technicien d’Areva, dénonce le manque de sécurité à la Hague.

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/planete/20110611.OBS4951/nucleaire-un-technicien-d-areva-denonce-le-manque-de-securite-a-la-hague.html

 

dominique-lalanne.jpgPas étonnant donc que Dominique Lalanne, ancien directeur de recherches en Physique nucléaire au CNRS, s'inquiète des nouvelles probabilités d'accidents en France,

http://www.podcastjournal.net/INTERVIEW-VIDEO-Apres-la-catastrophe-de-FUKUSHIMA-journee-d-action-mondiale-contre-le-nucleaire_a8606.html

 

bernard-laponche.jpgpropos qui sont confirmés par ceux de Bernard Laponche, physicien nucléaire.

http://www.telerama.fr/monde/bernard-laponche-il-y-a-une-forte-probabilite-d-un-accident-nucleaire-majeur-en-europe,70165.php

 

 

 

 

 

 

Et pendant ce temps au Japon…

 

Areva n’arrive pas à décontaminer l’eau de Fukushima Daiichi : au bout de 5 heures de fonctionnement, l’usine est tombée en panne. La raison : le matériel n’a pas été conçu pour ce type d’eau, les filtres sont bouchés, et surtout, les boues récoltées sont trop radioactives pour l’homme ; et pas de robot prévu pour changer les filtres.

 

L’eau de refroidissement des réacteurs s’infiltrant dans le sol, elle remplit les sous-sols de la centrale (105 000 tonnes). Comme on ne peut pas arrêter de refroidir les réacteurs et les piscines (500 tonnes/jour), le niveau monte jusqu’à bientôt déborder… vers la mer. Tepco avait annoncé que si l’on ne pompait pas cette eau, celle-ci déborderait le 20 juin.

 

L’usine de décontamination de l’eau étant dans l’incapacité de fonctionner et les capacités de stockage de l’eau radioactive ayant été épuisées, le risque de voir cette eau descendre vers l’océan est grand.

 

 Fukushima-eau-radioactive.jpg   Refroidissement du réacteur 3 "en circuit ouvert"

 

Côté radioactivité, cela ne va pas mieux non plus : le dernier bilan de l’ASN du 16 juin n’est pas bon du tout : des fumées hautement radioactives dans l’unité 1, des vapeurs radioactives dans l’unité 2 et des débris radioactifs dans l’unité 3 interdisent l’accès humain plus de quelques heures en prenant des doses maximales. Pas de quoi faire de gros travaux sans mettre en danger la santé des hommes.

 

Alors que certains prônent la création d’un sarcophage comme à Tchernobyl, on risque toujours une explosion d’hydrogène ou une réaction thermique du corium (cœur en fusion) avec l’eau de la nappe phréatique, ce qui nécessite une attention permanente.

 

sources :

http://japon.asn.fr/

http://www.chinadaily.com.cn/world/2011-06/18/content_12728589.htm

http://www.lexpress.fr/actualite/monde/japon-que-se-passe-t-il-a-fukushima_994010.html

 

 

Les Japonais prennent conscience petit à petit des dangers de la radioactivité, en particulier pour leurs enfants. Ils se mobilisent de plus en plus, réclament des analyses et des consultations médicales. Des parents s’organisent pour décontaminer les écoles, donner des conseils pour éviter la contamination interne. Des associations d’entraide voient le jour, des réseaux se forment pour mesurer la radioactivité de manière citoyenne, des scientifiques et des universitaires se mobilisent au côté de la population et apportent leurs expertises.

Une grande inquiétude : la santé des enfants. Ce sont eux les plus fragiles, ce sont eux qui, les premiers, présentent des symptômes d’intoxication : saignements de nez, nausées, diarrhée, manque d’énergie, augmentation de volume de la thyroïde.

 

 nettoyage-ecole-date.jpg Décontamination d'une école

 

sources :

http://aweb2u.free.fr/dotclear/index.php?post/2011/06/16/Passerelle-pour-Tchernobyl

http://www3.nhk.or.jp/daily/english/19_15.html

http://fukushima.over-blog.fr/article-appel-a-l-aide-des-meres-de-fukushima-76787054.html

http://www.nnistar.com/gmap/fukushima.html

 

Avez-vous entendu parler de tout ça dans vos médias ? Un peu ? Beaucoup ? Pas du tout ?

Et après avoir lu cet article et ses sources, quel est votre propre point de vue, plus de trois mois après le début de l’accident de Fukushima Daiichi ?

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article

commentaires

petitjean 20/07/2011 11:04


Sur le témoignage de Bruno Charreyron, ingénieur en physique nucléaire et Directeur du laboratoire de la CRIIRAD diffusé sur le site de l'association j'ai été vraiment intéressé voire scandalisé
par ce qu'il rapporte des propos d'un représentant de TEPCO au Japon disant que la société n'avait pas "les moyens de faire d'analyses plus de 20 minutes par jour" sur le site des 3 réacteurs
fondus par manque de techniciens formés pour changer les filtres alors que la CRIIRAD est en charge de plusieurs balises en Vallée du Rhone et ce 24/24h...
On touche ici me semble t-il le fond du problème.


popof 21/06/2011 13:32


Contamination des côtes japonaises uniquement?
Un article sur la question prévoit la contamination de la chaîne alimentaire... mondiale d'ici 2012.
Taux de radioactivité du Pacifique déjà 10 fois plus important que la mer Noire au moment de Tchernobyl.
100 000 tonnes d'eau ultra radioactive dans les ruines de FUCKushima s'écoulant vers l'Océan. Bon courage à tous.


Delphin 21/06/2011 09:49


Bonjour,

Voici le petit article que j'ai adressé à différents journaux en ligne, il y a quelques jours, en réaction au silence médiatique.
Il me faudrait rajouter le Blog de Fukushima en sources...

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour,

RESUME POSSIBLE, SINON PROBABLE, DE LA SITUATION ACTUELLE ET QUI VA PERDURER A FUKUSHIMA :

(à partir du "Blog de Fukushima", du blog de Paul Jorion, de celui de Paul Keirn, de L’électron Libre, du "Physicsforum.com" (traduction automatique), du "forum technique de radioprotection
Cirkus", d'Arnie Gundersen et de l'Institut de Radioprotection et de Sûreté Nucléaire).

Comme beaucoup, je pense, je me demandais ce que pouvaient être précisément les situations de 3 coeurs en fusion, partiellement ou totalement hors des cuves, donc sur les radiers en béton (+ les
piscines à côté). Je me demandais également pourquoi l'information s'asséchait, alors que la situation est totalement inédite et à priori très inquiétante. Qu'en est-il de la pollution des nappes
captives d'eau de la région, du risque de recriticité (redémarrage localisé et chronique de fissions), du risque d'explosions (recriticité conséquente ou rencontre de coeur fondu avec une poche
d'eau importante qui la vaporise instantanément).
Enfin, qu'est-ce qui autorisait l'affirmation tranquille de l'IRSN comme quoi la situation est stabilisée ?

Conclusions probables :

- Les coeurs sont toujours partiellement ou totalement sur les dalles en béton, car l'eau qui est injectée à "fond perdu" (circuit dit "ouvert", environ 10 m3/h/réacteur) a suffi et suffit d'autant
plus à évacuer la chaleur résiduelle de plus de 50 tonnes de matières radioactives( par réacteur) étalées, maintenant qu'elle a décru autour de 1 MW/réacteur (décroissance physique radioactive). (A
Gundersen et autres).

- L'arrosage des piscines semble, lui aussi, suffisant à empêcher ébullition et recriticité ( adjonction chronique de bore ?).

- "TOUT A LA MER" : L'eau massivement continuellement injectée, extrêmement chargée de produits radioactifs, puisqu'elle lèche des matières qui ne sont plus isolées par des gaines, s'infiltre
forcément finalement pour partie dans le sol, mais les configurations particulières du lieu - bord de mer, montagne proche, pente générale vers l'océan - font que cette eau perdue termine
probablement dans la baie, sans contaminer l'environnement lointain.
Les japonais ont donc cette "chance" ( moindre mal) que le gros des rejets aériens (gaz, aérosols) et liquides, a été et sera vers l'océan.

- Cette situation va perdurer, avec l'évolution contradictoire que des systèmes - forcément imparfaits - de "décontamination" de l'eau devenue radioactive puissent progressivement, cahin caha,
fonctionner (AREVA), mais sur une fraction d'eau injectée seulement, puisque le circuit est ouvert.

- La situation générale est, pour longtemps, à la merci de circonstances climatiques et tectoniques à nouveau fortes.

CONCLUSION GENERALE : Les conséquences de l'accident se concentrant finalement sur une pollution radioactive chronique durable d'une partie du Japon (domaine des faibles doses continuelles) et un
massif empoisonnement nucléaire côtier, se prêteront assez bien à la volonté officielle de minimisation.

Amicalement,

Delphin


--------------------------------------------------------------------

Je suis toujours surpris de l'étendue et de la diversité des informations collectées par vos différents blog, ainsi que de leur complémentarité.
J'imagine aussi le travail qu'il y a derrière.

Amicalement,

Delphin


Parmentier Thierry 21/06/2011 09:20


Bonjour,

Vous êtes copiés pour cet article sur le site sxminfo...

Voici l'adresse :

http://www.sxminfo.com/20/06/2011/catastrophe-de-fukushima-les-pistes-trois-mois-apres-l%E2%80%99accident/

Bonne chose ou pas, l'info circule au moins, mais ils ne citent pas votre source...


Marc nicole 21/06/2011 00:08


Bravo pour ce blog
C'est une catastrophe majeure, mais les médias n'en parle pas... Bon ils ont une excuse, il y a DSK qui monopolyse la une, et ça c'est terriblement important, voire un évenement qui risque de
changer notre avenir durablement. Alors que fukushima?

Sérieusement! Je n'ai rarement vu un sujet de cet importance aussi mal traité par la presse. Elle signe sa propre mort, car si ce sont les citoyens qui doivent s'organiser pour chercher l'info,
la
recouper, la vérifier etc, alors on a plus besoin de journalistes qui ne font que de copier bêtement les rares communIqués de l'AIEA.
Ce printemps, la "révolution facebook" contre les dictatures; continuons d'informer contre la dictature du silence nucléaire


  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -