2 janvier 2012 1 02 /01 /janvier /2012 03:35
Mise à jour du 8/01/12 18h30 :

EX-SKF a trouvé une image de la face est des réacteurs datant du 13 mars. Seul le panneau amovible du réacteur 2 est absent. C'est une preuve que la vidéo infra-rouge du 11 mars ne montre pas des cavités mais des couleurs différentes dues probablement à la nature du revêtement. Reste à savoir si ces panneaux avaient réellement été soudés ou non.

    

 

panneau2.jpg

Source image : DigitalGlobe

 

 

--------------------------------------------------

 

Mise à jour du 2/01/12 18h30 :

 

Suite à la découverte d’une vidéo démontrant sans ambigüité que les panneaux étaient encore en place juste après le tsunami, il est désormais impossible d’affirmer qu’ils ont pu tomber à cause du séisme. De plus, la vidéo présentée dans le billet d’origine a été tournée de nuit, ce qui fait que ces rectangles noirs ne représentent qu’une différence de température des matériaux, et non forcément une ouverture comme je l'avais pensé au départ. C’est pourquoi cette mise à jour ajoutera un point d’interrogation au titre original, sans enlever la possibilité d’un enlèvement des panneaux le 11 mars avant 22 h.

Pour en savoir plus, lisez le dernier point de Trifouillax :

Follow-up technique : les panneaux anti-déflagration étaient toujours en place après le séisme et le tsunami du 11/3

 

 

Par ailleurs, Hélios nous signale à juste titre que ce n’est pas la piscine 4 qui fuit mais son trop-plein. Cette information est importante car de ce fait, la sécurité est assurée, le combustible restant recouvert de plusieurs mètres d’eau. Ce qui n’enlève rien au problème des fuites d’eau contaminée en général sur le site, problème récurrent dans tous les circuits de la centrale. Pour en savoir plus, lisez la dernière traduction d'Hélios :

Japon, 2 janvier 2012

 

 

--------------------------------------------------

 

 

Depuis hier circule une information non confirmée, provenant d’un employé anonyme de Tepco, laissant entendre que les panneaux de ventilation de sécurité des bâtiments réacteurs avaient été soudés alors qu’ils auraient dû rester amovibles, ce qui aurait favorisé les explosions des bâtiments. Or il s’avère qu’une vidéo prise le 11 mars montre les unités 2, 3 et 4 avec leurs panneaux absents.
 
C’est un veilleur de Fukushima assidu, Ray, collectionneur et analyseur d’images et de vidéos sur la catastrophe, qui a trouvé l’oiseau rare : une vidéo d’un journal télé japonais, enregistré et diffusé à présent sur YouTube par nuckelchen. Voici l’image la plus nette extraite de cette vidéo, montrant clairement les emplacements des 3 panneaux manquants (rectangles noirs sur les murs face à la mer).
 
panneaux-ouverts.jpg
 
L’enregistrement date précisément du 11 mars à 22h24-25, et le film a été pris d’un hélicoptère. C’est à ma connaissance le seul document dont on dispose qui montre le côté est des bâtiments. Je me souviens qu’au tout début de la catastrophe, les journaux télévisés ne montraient pas d’image de la centrale, sauf des images d’archives. Ensuite, très rapidement ont eu lieu les explosions et les informations se sont focalisées sur leurs images spectaculaires, bien que parcellaires (on n’a toujours pas d’image de l’explosion du bâtiment 4, plus de 9 mois après les faits !).
 
 
 
La vidéo n’est pas de bonne qualité, mais l’information est fiable : les panneaux sont manquants. Maintenant, reste à se poser les bonnes questions :
 
- Le bâtiment n°1, le plus ancien, était-il équipé de ce panneau de ventilation ? Si oui, ce panneau avait-il été soudé comme l’affirme cet informateur anonyme ? Une confirmation de cette information serait grave car cela remet en cause la compétence de la NISA. C’est un peu comme les magasins qui cadenassent les sorties de secours ; on prévoit des systèmes de sécurité mais on s’empresse de les rendre hors d’usage…
 
- A quel moment les 3 panneaux ont-ils été éjectés ? On sait juste qu’ils sont tombés entre 14h46, l’heure exacte du tremblement de terre, et 22:24, l’heure exacte de la prise de vue aérienne. Mais en fait, il est possible que le tremblement de terre de magnitude 9 ait fait sauter ces panneaux dès le début de l’après midi. En effet, à cette heure-là, aucune explosion n’avait encore eu lieu. Toutefois, la prise de vue a lieu presque 8 heures après le séisme, et 7 heures après le tsunami. Les cœurs étaient déjà en train de chauffer sérieusement et de ce fait, les panneaux ont peut-être sauté à cause de la pression interne des bâtiments.
 
panneaux2.jpg
 
Evidemment, tout cela demanderait une enquête complète et minutieuse, réalisée par des experts indépendants. On en est loin… Mais la vérité avance jour après jour et on ne désespère pas en 2012 avoir plus d’informations qu’en 2011. A qui profite ces cachotteries ? L’analyse de cette vidéo va peut-être faire avancer les choses un peu plus vite. Car si les panneaux 2, 3 et 4 étaient ouverts avant les explosions, ils ont pu libérer l’hydrogène. Dans ce cas, seule l’explosion du réacteur n°1 est compréhensible car il n’avait pas d’ouverture. Les explosions des bâtiments 2, 3 et 4 pourraient alors avoir été causées par autre chose. La diffusion de la vidéo de l’explosion du réacteur 3 a fait vraiment désordre. Elle ne ressemblait pas du tout à la première. Faire avaler une couleuvre au monde entier en prétendant qu’il s’agissait aussi d’une explosion d’hydrogène, c’était déjà très difficile, alors l’explosion du réacteur 4, n’en parlons pas, elle a été carrément censurée !
 
Tout cela est du passé, mais il va bien falloir déterminer les responsabilités et les causes de cette catastrophe en reconstituant fidèlement le fil des évènements. Dans le même temps, il faudra continuer à gérer les dangers du présent. Aujourd’hui, le danger vient à nouveau de la piscine du réacteur 4. Je vous avais déjà signalé que son niveau était déjà descendu bien bas récemment, et ça recommence. Un message d’alerte a été donné à la presse : la piscine fuit, mais on ne sait pas où va l’eau ! A chaque tremblement de terre, comme celui du 1erjanvier, les secousses ne doivent pas arranger les choses… Une surveillance continue est nécessaire pour éviter aux 264 tonnes de combustibles de s’enflammer et polluer tout l'hémisphère nord.
 
 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Pierre Fetet - dans Au Japon
commenter cet article

commentaires

Pierre Fetet 04/01/2012 02:22

@Roland
A lire l'article de Michel Philips : "Le billet que je vous propose est le résultat de la consultation du très officiel « Comité d'Enquête sur l'Accident de Fukushima ». Comité d'enquête diligenté
par l'Etat Japonais et dont le résultat a été connu le 26 décembre dernier. 456 personnes ont été interrogées."
Lien : http://blogs.mediapart.fr/edition/japon-un-seisme-mondial/article/020112/les-1001-erreurs-qui-ont-conduit-fukushima

Denali 03/01/2012 19:17

Bonjour,
Merci pour votre passionnant et indispensable blog!
Un petit commentaire pour apporter un avis de quelqu'un qui a travaillé pas mal d'année avec la thermographie infrarouge.
- A moins que les fameux panneaux aient un revêtement extérieur différent du reste de la façade (ce qui ne semble pas être le cas)

- A moins que ces fameux panneaux soient beaucoup plus isolé thermiquement que le reste de la paroi

Je ne vois aucune raison pour laquelle ils apparaisseraient plus sombres que le reste de la paroi (et donc qu'ils seraient encore présent). Si la surface extérieure était différente, une différente
d'émissivité pourrait expliquer ce phénomène; s'ils étaient plus isolés, la température intérieure pourrait paraitre différente mais alors, on verrait la structure du bâtiment clairement.
Donc je pense que sur ces images de 22h24, les panneaux sont absents alors qu'ils étaient présents juste après le tsunami.

Hélios 02/01/2012 15:55

J'ai traduit ce matin concernant le skimmer surge tank :
http://bistrobarblog.blogspot.com/2012/01/japon-2-janvier-2011.html

C'est ce qu'affirme TEPCO tout du moins...

Michaël 02/01/2012 15:34

Magnifique article, merci beaucoup pour les informations que vous portez chaque jour. Par contre il y a encore quelque chose qui reste particulièrement flou au sujet de la fuite d'eau dans le
réacteur 4. Apparament, il ne s'agirait pas des piscines en elles-mêmes qui auraient fuit, mais plutôt d'un réservoir qui stockerait un surplus d'eau source :
http://ex-skf.blogspot.com/2012/01/fukushima-reactor-4-skimmer-surge-tank.html est-ce vrai ?

Comos 02/01/2012 15:03

Les "ingés" savent bien le problème de l'hydrogène qui s'accumule sans ventilation mécanique contrôlée. Mais les autorités ont laissé construire en zone sismique sans solution au problème du black
out. Mais y'a-t-il une solution ?

On peut penser logique que sans électricité, une procédure de sauvegarde soit de ventiler en enlevant un panneau : "tant pis pour la radioactivité" !

Mais un panneau enlevé est-ce suffisant pour prévenir d'une explosion d'H2 ? Si par exemple au-dessus de la piscine du n°3, le dégagement de H2 est très important, qu'est-ce qui peut empêcher une
explosion d'H2 ? Il faudrait que ce soit carrément à l'air libre par grand vent ? C'est insoluble ! Soit tu pollues toute la planète en ouvrant, soit tu couvres et çà explose. Bref, faut pas que ça
arrive. Le problème, c'est que l'erreur humaine est inévitable. Les crash d'avion inévitables. Les marées noires inévitables.

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

Agenda

Jeudi 7 septembre 2017, 17h06
Dominique Balaÿ, demain 7 septembre sur la radio suisse RTS - Espace 2
Le titre de l'émission est MAGNETIQUE, c'est une quotidienne autour de la musique animée par Anne GILLOT.
Elle l'interrogera sur l'histoire et les motivations du projet "Et pendant ce temps là à Fukushima" qu'il mène depuis 2011 en invitant des artistes à produire une œuvre ou à simplement à s'exprimer sur la catastrophe de Fukushima.
 
Mardi 12 septembre à 20h
Projection/débat du film "Fukushima : Les voix silencieuses" à Grenoble.
Les 2 réalisateurs, Chiho Sato et Luca Rue, seront présents au débat.
Lieu: Antigone, 22 rue des violettes 38100 Grenoble
Entrée gratuite sans réservation
 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -