22 août 2016 1 22 /08 /août /2016 06:38
Le discours du maire de Nagasaki le 9 août 2016

Source : Nagasaki mayor tells world: Visit to see how nukes affect humans”, article en ligne de Shohei Okada, membre de l’équipe de rédaction de The Asahi Shimbun, le 09/08/2016. Lien consulté le 11/08/2016 : http://www.asahi.com/ajw/articles/AJ201608090041.html

.

Traduction : Evelyne Genoulaz

.

Illustration ci-contre : Un groupe de choristes, survivants de la bombe atomique, chante lors de la cérémonie de paix au Parc de la Paix à Nagasaki le 9 août (Azumi Fukuoka)

 

Les armes nucléaires sont des armes cruelles qui détruisent des êtres humains.

 

           A l’instant précis où une unique bombe nucléaire larguée par un avion militaire américain au-dessus de la ville de Nagasaki explosa à 11h02 le 9 août 1945, la ville fut frappée d’une déflagration suivie d’une vague ardente, d’une intensité inouïe. Le cœur de Nagasaki était devenu l’enfer sur terre ; un enfer peuplé de silhouettes carbonisées, d’individus couverts de brûlures boursouflées, de passants éventrés déversant leurs organes, ou encore de gens transpercés, taillés en pièces par les innombrables débris de projectiles de verre.

          La radioactivité relâchée par la bombe a contaminé le corps des gens en provoquant des maladies et des handicaps qui continuent d’affliger ceux d’entre eux qui ont de justesse survécu au bombardement.

 

           Ainsi les armes nucléaires sont-elles des armes cruelles, qui détruisent aujourd’hui encore des êtres humains.

 

En mai dernier, le Président Obama fut le premier président des Etats-Unis en exercice à se rendre à Hiroshima, une ville bombardée par une arme nucléaire. En accomplissant ce geste, le président a montré au reste du monde combien il est important de voir de ses propres yeux, d’être à l’écoute, et de ressentir les choses par une expérience personnelle.

            J’adresse un message aux Chefs des Etats détenant l’arme nucléaire ainsi qu’à tous les pays, comme aux individus du monde entier : faîtes le déplacement jusqu’à Nagasaki et Hiroshima ; jugez par vous-même du désespoir des êtres humains victimes du champignon atomique. Car c’est en commençant par prendre toute la mesure de ce qu’il s’est réellement passé qu’on peut s’attacher ensuite à inventer un avenir sans armes nucléaires.

            Cette année, au Bureau des Nations Unies à Genève, différentes commissions ont entrepris d’élaborer un cadre juridique préparatoire aux prochaines négociations pour le désarmement nucléaire. La tenue de ce forum pour débattre de points de droit représente un énorme pas en avant. Toutefois, les puissances nucléaires n’ont pas assisté à ces rencontres, dont nous devrions connaître sous peu les conclusions. Par ailleurs, les nations détentrices de la dissuasion nucléaire continuent à entretenir des relations conflictuelles avec celles qui veulent entamer des négociations pour l’interdiction de l’arme nucléaire. Si cette situation perdure, alors les rencontres risquent de prendre fin sans qu’on puisse produire une feuille de route pour l’abolition des armes nucléaires.

            Je dis aux chefs des puissances nucléaires qu’il n’est pas encore trop tard. Rejoignez ces rencontres pour prendre part au débat.

            J’en appelle aux Nations Unies, aux gouvernements et aux assemblées nationales ainsi qu’à la société civile y compris les organisations non gouvernementales. Nous ne devons pas permettre l’éradication de ces tribunes qui permettent de débattre des cadres juridiques en faveur de l’abolition de l’arme nucléaire. A l’Assemblée Générale des Nations Unies à l’automne prochain, je vous en conjure, mettez en œuvre un forum afin de discuter et de négocier un cadre juridique visant à faire naître un monde sans armes nucléaires. Et je vous demande à tous, en tant que membres de la communauté des Hommes, de continuer de toutes vos forces à rechercher une solution viable.

            Certains pays en possession de l’arme nucléaire bâtissent en ce moment des programmes visant à rendre leurs armes nucléaires encore plus sophistiquées. Si cette situation continue, l’instauration d’un monde sans armes nucléaires va devenir encore plus improbable.

            Le temps est venu aujourd’hui pour vous tous de partager ensemble autant que faire se peut la sagesse commune, qui est d’agir de telle sorte que nous ne condamnions pas le futur de l’humanité.

            Le gouvernement du Japon tout en défendant l’abolition de l’arme nucléaire continue à dépendre de la dissuasion nucléaire. Il existe un moyen de dépasser cette contradiction, c’est de graver dans le marbre de la loi les Trois Principes Non-Nucléaires, puis de créer une “Zone Libre sans l’Arme Nucléaire en Asie du Nord-Est ” (NEA-NWFZ) une sorte de cadre de référence pour la sécurité, qui ne dépende pas de la dissuasion nucléaire. Le Japon est la seule nation au monde victime d’un bombardement nucléaire en temps de guerre, la nation qui peut comprendre au plus haut point le caractère inhumain de ces armes-là, c’est pourquoi je demande au gouvernement du Japon de prendre la tête d’une entreprise concrète en faveur de la création d’une zone libre de l’arme nucléaire, un concept propre à incarner la sagesse de l’Humanité.

 

            L’histoire de l’armement nucléaire c’est aussi une histoire de la Défiance.

 

Au cœur de cette défiance réciproque des nations entre elles, les pays nucléarisés ont développé des armes nucléaires toujours plus destructrices en visant des cibles toujours plus éloignées. On compte aujourd’hui encore plus de 15 000 têtes nucléaires et le risque est omniprésent qu’elles puissent être utilisées dans une guerre, par accident, ou encore suite à un acte terroriste.

Il existe un moyen d’empêcher leur circulation et de convertir le cycle de la défiance en un cycle de la confiance, c’est la poursuite d’efforts constants pour créer de la confiance.

            En accord avec l’éthique pacifiste de la Constitution du Japon, nous avons œuvré afin de restaurer la confiance à travers le monde, en nous impliquant dans la société globale avec par exemple l’aide humanitaire. Afin de ne plus jamais être fauché par la guerre, le Japon se doit de poursuivre dans cette voie en tant que nation pacifiste.

            Il y a encore une chose à la portée de chacun.e d’entre nous, membres de la société civile. Il s’agit en effet d’accueillir avec bienveillance nos différences respectives idiomatiques, culturelles, différences de positionnement aussi, afin d’instaurer la confiance à un échelon accessible à tous grâce aux échanges entre les gens peu importe leur nationalité. L’accueil chaleureux que la population de Hiroshima a réservé au Président Obama en est un exemple. Le positionnement à l’échelon individuel, dans la société civile, peut sembler de peu d’importance, or c’est en vérité un levier puissant et irremplaçable pour l’édification de relations de confiance entre les nations.

            Soixante-et-onze ans après les bombardements atomiques, l’âge moyen des hibakusha, les survivants à la bombe atomique, dépasse quatre-vingt ans. Le monde s’achemine sans bruit vers “un âge sans plus aucun hibakusha”. La question se pose aujourd’hui de la transmission aux nouvelles générations des enseignements de la guerre et du bombardement atomique qui a résulté de cette guerre-là.

            Aux jeunes j’aimerais dire que tout ce qui vous semble acquis chaque jour de votre vie – la douceur de votre mère, la bienveillance de votre père, les échanges avec vos amis, le sourire de l’être que vous chérissez – la guerre vous les arrache, pour toujours.

            Je vous prie de prendre le temps d’écouter les témoignages sur la guerre et ceux des hibakushas. Il n’est pas facile de témoigner d’expériences aussi abominables. Je veux que vous tous réalisiez que si ces personnes continuent à partager leur tragique histoire, c’est en vertu de leur volonté de protéger les générations futures.

            La ville de Nagasaki a mis en place des ateliers où les enfants et les petits-enfants des hibakushas transmettent l’expérience de leurs aînés. Nous sommes également en train de faire enregistrer au nombre des Sites Historiques du Japon, l’école élémentaire de Shiroyama détruite par le bombardement ainsi que divers autres sites, en legs aux jeunes générations.

A vous jeunes gens, dans l’intérêt même de votre avenir, êtes-vous prêts à faire face au passé puis à faire un pas en avant ?

            Plus de cinq ans se sont écoulés maintenant depuis l’accident nucléaire des réacteurs à Fukushima. Nagasaki, parce qu’elle a souffert de l’exposition à la radioactivité, va continuer à être solidaire de Fukushima.

            Et quant au gouvernement du Japon, nous lui demandons fermement une amélioration ambitieuse des aides qu’il apporte aux hibakushas, eux qui sont victimes aujourd’hui encore des effets consécutifs au bombardement, et nous demandons qu’un prompt soutien soit accordé à tous ceux qui ont vécu le bombardement, y compris l’extension de la zone désignée comme concernée par la bombe atomique.

Nous, citoyens de Nagasaki, présentons nos plus profondes condoléances à ceux qui ont perdu la vie sous la bombe atomique. Nous déclarons par la présente qu’aux côtés du monde entier, nous continuerons à mettre toutes nos forces au service de l’abolition de l’arme nucléaire pour l’avènement d’un monde où régnera une paix perpétuelle. »

 

Tomihisa Taue

Maire de Nagasaki

9 août 2016

 

__________________

Pour approfondir sur le même sujet :

 

La terreur atomique d’hier à aujourd’hui

Par Jean-Jacques Delfour,

Philosophe, auteur de "La condition nucléaire. Réflexions sur la situation atomique de l’humanité" (Montreuil, L’Échappée, 2014)

 

La visite de Barack Obama à Hiroshima et un accord secret avec les Américains

Par Kolin Kobayashi,

Journaliste indépendant, auteur d’une enquête sur le Crime du lobby nucléaire international, de Tchernobyl à Fukushima (éditions Ibun-sha)

 

Messages des maires d’Hiroshima et de Nagasaki 71 ans après les bombardements atomiques de leurs villes

Par l’Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire (ACDN),

association loi 1901

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Evelyne Genoulaz - dans Au Japon
commenter cet article

commentaires

Roland 25/08/2016 15:56

Quel écho sera apporté à son intervention ? Les victimes des bombardements ont connu le parcours décrit par Mme Bun. Souhaitons que les discriminations cessent enfin, qu'elles bénéficient d'un accompagnement digne, qu'elles soient encouragées à transmettre leur(s) témoignage(s) aux jeunes générations.

babelouest 22/08/2016 09:16

Il est dommage, il est révoltant de se dire que certains fous, à Washington, sont prêts, que dis-je, ardents à recommencer avec le total appui d'une nouvelle présidente. Mais cette fois, c'est bien plus que deux villes et les environs qui seraient touchées, mais le monde tout entier.

J'écrivais ce matin...
http://ennemieurope.blogspot.fr/2016/08/le-nouvel-ordre-mondial-les-maitres-du.html

Je crains que ce ne soit trop vrai...

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -