28 janvier 2014 2 28 /01 /janvier /2014 18:28

Texte de HORI Yasuo, rédigé le 23 janvier 2014.

traduit de l'espéranto par Paul SIGNORET

 

  • Heureuse année à tous !
  • Les victimes des deux grandes catastrophes collaborent entre elles.
  • L’élection du gouverneur de Tokyo a commencé.
  • 455 villes et villages s’opposent à l’énergie nucléaire.

 

 

_________________

 

 

Heureuse Année à tous !

Rapport de HORI Yasuo du 23 janvier 2014

Mon département se nomme Gunma, ce qui signifie “troupeau de chevaux”, et comme 2014 est l’ “Année du Cheval”, elle est donc, pour ainsi dire, l’année de mon département. La poupée-symbole de Gunma est appelée “Gunma-chan”. J’ai dessiné sur la carte ci-dessus beaucoup de petites Gunma-chans qui vous transmettent mes salutations.

 

Gunma-chan peut parler et danser, car un être humain est en elle. Ces poupées sont à présent très populaires dans tout le Japon et servent de réclame pour leur ville et leur département. Gunma-chan a obtenu la troisième place l’an dernier, dans le concours de poupées. Elle est tout à fait charmante.

 

 

Les victimes des deux grandes catastrophes collaborent entre elles

M. Kisara regarde les flammes en apportant les photos de son épouse et de son fils, à Kobe

M. Kisara regarde les flammes en apportant les photos de son épouse et de son fils, à Kobe

Le 17 janvier, à 5h 46, une cérémonie commémorative a eu lieu, dans le parc Azuma de la ville de Kobe, département de Hyogo, dans la partie ouest du Japon. Il y a dix-neuf ans, en 1995, un grand tremblement de terre s’est produit, provoquant la mort de 6343 victimes. Quatorze personnes venant de Tohoku, qui ont été et sont encore touchées par la catastrophe de 2011, ont pris part à la cérémonie.

 

L’une d’entre elles était M. Kisara Toshikatsu, âgé de 57 ans et venant du département de Miyagi, qui a perdu sa femme dans le tsunami et ensuite son fils, qui s’est suicidé en raison de souffrances psychiques causées par la catastrophe. Il était plongé dans l’inquiétude et la tristesse, mais des volontaires de Kobe l’en ont tiré. En décembre vingt personnes venues de Kobe l’ont aidé à remettre en ordre sa maison et lui ont redonné courage. Il les a remerciés et, à leur demande, il a apporté sa contribution à la cérémonie par des photos de sa femme et de son fils.

 

Il dit : “Les volontaires pour venir en aide aux villes sinistrées se raréfient. Beaucoup d’occupants de logements provisoires n’ont pas d’espoir et vivent isolés et seuls. Pourtant, le concours de bénévoles est, aujourd’hui encore, nécessaire. ”. Avec des gens de Kobe, il a engagé des démarches auprès du gouvernement afin que soient légalisés des tarifs préférentiels de transport et d’hébergement pour les volontaires venant en aide aux villes sinistrées.

(paru dans le journal Maïnichi du 17 janvier 2014)

 

 

L’élection du gouverneur de Tokyo a commencé

 

En décembre, le gouverneur de Tokio, M. Inose, a démissionné à cause d’une affaire de corruption et aujourd’hui, 23 janvier, a commencé l’élection d’un nouveau gouverneur. La première candidature au poste a été celle de M. Utsunomiya Kenji, ex-président du barreau japonais, soutenu par le Parti Communiste Japonais. Autre candidature, celle de M. Masuzoe Yoichi, ex-ministre de la Santé et du Travail, soutenu par le Parti Libéral Démocratique actuellement au pouvoir. Il y a deux ou trois semaines s’est mis soudainement sur les rangs M. Hosokawa Morihiro, âgé de  76 ans, ex-premier ministre (à gauche sur la photo), qui veut libérer le Japon de l’énergie nucléaire et que soutient M.  Koizumi Junichiro, ex-premier ministre lui aussi (à droite).

Rapport de HORI Yasuo du 23 janvier 2014

Hosokawa, qui est le descendant d’un roi féodal de Kumamoto dans l’île de Kyūshū, a été premier ministre entre août 1993 et avril 1994, s'est retiré ensuite du monde politique et s'est consacré à l’art. L’autre ex-premier ministre, Koizumi, était très populaire et jouit, à présent encore, d’une grande influence sur le monde politique. Cette année, après avoir visité Onkalon, un dépôt de déchets nucléaires situé en Finlande, il a sur-le-champ mis fin à son soutien à l’énergie atomique et a commencé à s’opposer à la politique énergétique du gouvernement actuel. Il insiste sur le fait qu’on ne dispose à présent d’aucun moyen pour neutraliser les déchets nucléaires et qu’il n’est pas admissible, dans ces conditions, d’utiliser l’énergie nucléaire pour produire de l’électricité. 

 

Seuls ces deux ex-premiers ministres parlent de rejeter l’énergie nucléaire, mais apparemment beaucoup de gens les soutiennent. Cela constitue une grave menace pour le gouvernement, qui répète qu’il n’y a, dans le département de Tokyo, aucun réacteur nucléaire et que par conséquent la politique énergétique ne saurait être un thème pour cette élection.

 

À ce sujet, nombreux sont les journaux et les gens qui pensent que le département de Tokyo consomme une grande quantité d’électricité produite à Fukushima, qu’il est le plus gros actionnaire de la compagnie TEPCO,  et que donc la politique énergétique du Japon doit être un thème important pendant cette élection.

 

M. Utsunomiya, lui aussi, s’oppose à la politique énergétique du gouvernement en place et c’est pourquoi certains voulaient qu’il se retire afin qu’il n’y ait qu’un seul candidat antinucléaire, mais ni lui ni le Parti Communiste qui le soutient n’y ont consenti parce que, sur d’autres sujets, la politique de Hosokawa n’est pas claire, et qu’en outre il a lui aussi profité de l’argent de la corruption lorsqu’il était premier ministre.

 

Il est certain que la politique énergétique va devenir l’un des thèmes majeurs et c’est une très bonne chose. Si Utsunomiya ou Hosokawa gagne, ce sera un rude coup pour le gouvernement actuel. Le scrutin aura lieu le 9 février.

 

 

455 villes et villages s’opposent à l’énergie nucléaire

 

   Après l’accident nucléaire de 2011, 455 assemblées de villes et de villages sur 1727 ont fait connaître au Parlement leur opinion défavorable  à l’énergie nucléaire

Partager cet article

Repost 0
Publié par Ginette Martin - dans Textes de HORI Yasuo
commenter cet article

commentaires

le rouge 04/02/2014 14:50

merci pour cet article de politique intérieure japonaise ! Cela permet de replacer dans son contexte les enjeux qui découlent de l'accident de Fukushima.

robert 01/02/2014 13:30

Il n'est pas nécessaire de voyager loin pour se faire une idée de l'impasse que représente le nucléaire, car les exemples d'échecs, d'accidents, de projets ratés, de budgets totalement hors de contrôle et de catastrophes sont omniprésents. Il suffit de regarder l'histoire du site anglais Sellafield - Windscale: incendies, accidents, fuites, contamination, démantèlement problématique, coûteux et interminable, jalonnent son histoire depuis les années 50. Pourtant on n'en parlait presque pas avant Fukushima. Voilà maintenant qu'on apprend que le site connaît des sautes de radioactivité obligeant le personnel à se tenir à distance.

atheaume 31/01/2014 08:55

Bonjour et bonne année !
les 2 photos suivant le dessin sont noir ! ?

Pierre Fetet 31/01/2014 12:17

Bonjour, je crois que c'était un bug passager.

atheaume 31/01/2014 09:00

en fait il y a plein d'image noir sur le blog !?
bug, deuil ou blocage ?

robert 30/01/2014 20:59

Il me semble que Koizumi n'était pas si populaire auprès des Japonais que des publics étrangers; mais c'est un personnage qui donne une impression de dynamisme et de sincérité; c'est une très bonne nouvelle qu'il ait pris parti contre le nucléaire. S'il peut gagner le soutien des électeurs, il a la possibilité de faire subir une défaite sévère au nucléaire non seulement au Japon, mais dans tout le reste du monde.

  • : Fukushima 福島第一
  • Fukushima 福島第一
  • : Un blog consacré entièrement à la catastrophe nucléaire de Fukushima et à ses répercussions au Japon et dans le monde.
  • Contact

Mentions légales

Directeur de la publication :

Pierre Fetet

Lien vers les mentions légales du blog de Fukushima

 

Outil de traduction gratuite de site Internet

Actualités sur Fukushima

Les Veilleurs de Fukushima

Nos voisins lointains

The Watchers of Fukushima

Presse japonaise anglophone  

NHK en français

.

« Sans le web, mémoire vive de notre monde, sans ces citoyens qui n’attendent pas des anniversaires, de tristes anniversaires, pour se préoccuper du sort des réfugiés de Fukushima, eh bien le message poignant de Monsieur Idogawa (maire de Futuba) n’aurait strictement aucun écho. » (Guy Birenbaum, Europe 1, 1er mars 2013)

Infos en direct

webcam tepco 

 Webcam

 TEPCO

.

webcam tepco 1 

 Webcam

 TEPCO 1

.

reacteur2aout2011webcamTBS Webcam

 TBS/JNN

 

radioactivité Tokyo Radioactivité

 à Tsukuba

 en continu

.  

carte contamination cumulée Contamination

 cumulée

 du japon

 

radfuku Mesure des radiations

 dans la préfecture

 de Fukushima :

 

Publications

Le dernier numéro d'Atomes crochus

 

 

Frankushima : un essai graphique sur la catastrophe de Fukushima et le risque nucléaire en France. Site dédié : frankushima.com

 

Un livre essentiel sur les conséquences de Tchernobyl

Télécharger la version française ici.

 

Un livret pour tout apprendre sur le nucléaire !

A télécharger ici

 

 

 

 

sitesanspub

Créer un blog gratuit sur overblog.com - Contact - CGU -